• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aristide

Aristide

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 31/10/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4509 258
1 mois 1 161 258
5 jours 0 12 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Aristide Aristide 11 novembre 20:01

    Voila ce que disait Maurice Génévoix de Pétain en 1961.

    « Voici les champs des hommes perdus, abandonnés, accrochés aux lèvres des trous d’obus, sans contacts à droite et à gauche, sans liaison avec l’artillerie, sans tranchées pour s’abriter... » On peut en croire le chef qui les comprit si bien et que je viens de citer, lui aussi et avec eux soldat et vainqueur de Verdun, le général Philippe Pétain. Et il disait encore : « nos hommes souffraient et peinaient au-delà de ce que l’on peut imaginer ; ils accomplissaient leur devoir avec simplicité, sans forfanterie et, par là, ils touchaient au sublime ».

    Quand on voit ce minime nabum pédaler dans l’anachrosnisme et la pure médisance, et tout cela dans le seul but de se faire son président honnis. Lamentable ...

    Il existe assez de vraies raisons pour ne pas tordre l’histoire et en régurgiter ce texte haineux qui n’apporte rien au débat.

    Pétain, vrai collaborateur, initiateur des pires ignominies, ... mais aussi un général qui a su améliorer le sort des soldats au front même si on peut douter de son respect de leur vie.



  • Aristide Aristide 11 novembre 13:51

    @Désintox

    Il me semble que les propriétaires de ces « immeubles » ne sont jamais les habitants. Rien à voir avec « des gens qui n’ont pas les moyens ».

    Vous posez le problème de l’entretien des immeubles habités par leurs propriétaires, ce ne sont pas ceux qui tombent, se délabrent, sont squattés, ... ce sont souvent des spéculateurs ou vendeurs de sommeil qui laissent tomber l’entretien et l’amélioration de l’habitat. 

    Pour le reste, visitez des immeubles en copropriété avec une majorité de propriétaires et dans la même catégorie de logement visitez des HLM, vous constaterez assez facilement le contraire de ce que vous dites sur l’incapacité des propriétaires à entretenir leurs biens.



  • Aristide Aristide 11 novembre 13:29

    @Alren

    un effet pernicieux de l’accession à la propriété que Mélenchon a bien analysé, c’est la vente d’appartements HLM loués

    Et ben ouais, si en plus les moins pauvres de ceux qui louent en HLM accèdent à la propriété de leur logement mais où on on va. 

    Mélenchon lui a réglé le problème de la propriété, un appartement à Paris et une petite chaumière en Province, faudrait pas non plus que ce droit de propriété soit aussi celui des moins riches.

    J’attend avec impatience l’analyse de Mélenchon sur les effets pernicieux de l’acquisition de résidences secondaires et leur impact sur le prix des locations ..., mais bon c’est une autre histoire. 



  • Aristide Aristide 11 novembre 12:09

    @Jean J. MOUROT

    Ai-je dit le contraire ? Ils se sont fait tuer parce qu’ils n’avaient pas le choix !

    Ouais, mais cette obsession à vouloir faire passer un général pour un salaud et des soldats pour des héros est d’un franche niaiserie. C’est en ce sens que cette vision caricaturale des combattants de 14-18 est condamanble.

    D’ailleurs vous insistez avec cette pantalonnade des soldats partant la fleur au fusil : la majorité des pioupious (qui n’étaient pas encore des poilus), drogué par la propagande cocardière revancharde sont partis persuadés qu’ils allaient ne faire qu’une bouchée des Boches et qu’ils se retrouveraient bien vite à Berlin.

    La guerre a duré plus de quatre ans, et si lors des premières mobilisations il pouvait y avoir ici et là de futurs soldats trompés par l’ambiance belliciste, cela n’a pas duré. Dés les premiers combats meurtriers, les conscrits partaient la peur au ventre, les informations bien que censurées remontaient aux oreilles, ils ne se faisaient aucune illusion. 

    Pourquoi propager cette vision caricaturale de soldats fleurs au fusil, incapables de raisonnement pratique et futurs héros de batailles inhumaines. Ces soldats étaient tous pris dans un mouvement dont ils ne pouvaient échapper, conscients ou pas des enjeux politiques, ils étaient les otages d’une stratégie mortifère et le pire est qu’ils le savaient tous.



  • Aristide Aristide 11 novembre 11:53

    @Jean J. MOUROT

    C’est tout de même assez ...navrant de voir encore comment après un siècle, les tenants du communisme sont incapables de la moindre distance et sont prêts à soutenir l’insoutenable.

    Voilà donc qu’il faudrait justifier cet abandon des russes sur le front de l’Est. Pour preuve de cette couardise, trahison des alliances, les traités signés avec les Allemands seront dénoncés par, les bolcheviques le 13 Novembre 1918. Assez logique comportement des futurs dictateurs rouges de toute engeance ...

    Ce qui est advenu de la révolution russe par la suite est une autre histoire.

    C’est assez savoureux de voir comment le communiste de base passe aux pertes et profits ce qui adviendra. Voilà donc que l’on soutien sans aucune retenue la révolution bolchévique, qui pour les plus lucides contenait les germes des dictatures qui allaient survenir. Clémenceau et d’autres savaient ...

    Cela dit, le Clémenceau de 1918 n’était plus le jeune maire rebelle de Montmartre de 1971 mais le briseur de grève de 1906...

    Oui, mais est-ce que ce jugement anachronique enlève quoique ce soit de la clairvoyance de Clémenceau sur le siècle qui allait arriver, le conflit qui subviendrait, ...

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre


365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Mise au point suite à un article infamant du Canard Enchainé




Palmarès