• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Prudence

sur Du bitcoin dans l'assurance-vie : dernière folie macronienne


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Prudence 20 mai 13:21

@Intru
MAIS SI, BIEN SUR, IL Y A UNE ANALYSE SOLIDE CONTRE LE BITCOIN !
Mon pauvre « intru », vous vous jetez sur le titre que j’avais choisi, comme la misère sur le monde. Sans doute défendez-vous vos propres placements risqués en « bitcoins ».
Bien sûr qu’il y a des analyses solides : je voulais dire que les grandes banques les gardent pour elles, car il y a, de fait, concurrence sauvage (absurde, ridicule), entre des non-banques bitcoinesques et les banques classiques, puisque les unes et les autre émettent monnaie ! Croyez-vous que les banques aient envie de révéler leurs secrets de fabrication de « vraie » monnaie ?
A ma connaissance, dans le domaine francophone, un des rares banquiers compétents à dire la vérité sur le bitcoin et les cryptomonnaies est Pascal Ordonneau, ancien de la Banque Hervet, de HSBC et de la City Bank (il fut même PDG d’HSBC Invoice Financing). Un page intéressante est celle-ci. J’ai moi-même (nommé ici « Prudence » : tout un programme !) aujourd’hui procédé à une analyse des plus classiques. La conclusion de ces deux analyses est que le bitcoin et les cryptomonnaies sont du vent, 

qu’elles vont bientôt disparaître mais que la technologie blockchain pourra trouver une utilité dans un cadre bien défini par le droit. Maintenant vous faites ce que vous voulez, bien sûr. La chute définitive des cryptomonnaies prendra plusieurs mois ou années, il n’y a pas le feu pour retirer votre mise. Quant à votre éventuelle prise de bénéfices, demandez-vous bien si vous devez le faire rapidement ou au contraire en l’étalant.
Bon courage, « intru » ! Et intéressez-vous donc aux analyses les plus classiques de la valeur, cela vous aidera pour vos futurs placements (j’espère sincèrement qu’il vous restera de quoi placer !).
Et dire que vous avez dit que je n’y connaissais rien, alors que tout ceci me semble se situer au niveau le plus élémentaire de la théorie de production de valeur, niveau classe de seconde d’autrefois. Vous niez le réel, prenez le faux pour le vrai, l’imaginaire pour le réel, voilà votre problème. Portez-vous mieux, surtout.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès