• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Âmes sensibles s’abstenir

Âmes sensibles s’abstenir

 

« Ceux qui luttent, ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu. »

-Berthold Brecht

 

JPEG

 

Le siècle des Crises

Dérèglement climatique, crise économique, crise sociale, crise sécuritaire, crise civilisationnelle…et, cerise sur le gâteau, crise sanitaire.

Notre siècle est le siècle des dérèglements.

L’étymologie du mot « crise » nous apprend quelque chose de très intéressant : le mot vient du grec krisis, qui signifie « action de distinguer, de choisir, de séparer » voire « action de décider ».

En découle un dernier sens, pour cette civilisation qui a inventé le Serment d’Hippocrate et nous a donné le Père de la médecine : « Phase décisive d’une maladie ».

Nous sommes à une croisée des chemins, même si la très grande majorité, par son apathie politique et sociale (peu de mobilisations et une grande majorité de personnes qui ne viennent jamais aux manifestations, acceptation large des atteintes de plus en plus nombreuses aux libertés et aux droits fondamentaux, repli communautaire, taux d’abstention aux élections historiquement bas, etc.), cette grande majorité donc, continue de refuser de le voir, refuse d’accepter le réel qui nous fait face.

Le réel ?

Nous sommes face à un mur, et nous accélérons dans notre bolide en carton-pâte, tout en chantant à tue-tête.

Notre civilisation est malade depuis bien, bien longtemps, et en phase terminale de sa pathologie.

Le fait que le malade soit victime d’acharnement thérapeutique depuis plusieurs longues années n’y changera rien : la chute est juste retardée à chaque fois un peu plus, mais elle se profile toujours, inéluctable, et la majorité préfère faire comme si de rien n’était, un peu comme l’orchestre sur le Titanic.

L’orchestre sur le Titanic refusait de laissait les gens penser que le moment était crucial, et préférait jouer alors que le bateau coulait, et que les gens se battaient pour une place dans le canot. Etrange psychologie des foules, qui permet à chacun de guetter la réaction de l’autre, et de se rassurer de ne rien faire soi-même, parce que l’autre, non plus, ne fait rien.

Un peu comme cette foule dans le métro, qui va assister passivement à un viol collectif, et ne va pas bouger le petit doigt, détournant le regard devant l’insupportable, alors qu’elle est dix fois plus nombreuse que les agresseurs.

Qu’une seule personne prenne à témoin la majorité silencieuse, et vous pouvez être sûr que les neuf dixièmes de la rame s’interposeront entre les agresseurs et leur victime.

Mais comme personne n’ose, rien ne se passe, et le viol a lieu, et les agresseurs s’en vont sans être inquiétés.

Et la majorité silencieuse, le lendemain, de se dire « choquée » pour un fait qui est effectivement choquant, mais qui explique parfaitement son comportement quotidien, tous les jours, tout le temps.

Baisser la tête, ne surtout pas faire de vagues. Ça finira bien par se tasser, non ?

 

Ça s’arrange toujours

Cela me rappelle cette anecdote : le jour où je réalisai, après avoir lu plusieurs sources étatiques dignes de foi, toutes confirmant ce qui se disait depuis quelques temps dans les couloirs des ministères et dans les cercles « bien informés », que le pétrole avait atteint son pic en 2008, et que les pénuries et la décrue de production(et les problèmes qui vont avec) arriveraient dès 2024 (autant dire demain ), dans une société où tout, absolument tout ce que nous mangeons, buvons, consommons est fabriqué, produit, acheminé, à 99% grâce au pétrole…

J’en parlai donc à un ami proche, en lui confiant mes craintes, et lui expliquant que c’était pour cela que je commençai à me préparer, ne serait-ce que mentalement dans un premier temps, puis physiquement dans un second, changeant mon mode de vie, ma façon de consommer, voire d’envisager les choses…histoire de ne pas me retrouver moi et ma famille totalement à poil, le jour où le brutal réel frapperait à nos portes. Un peu comme en mars 2020 lors de la prise d’assaut des supermarchés, quoi. Ce n’est pas pour me vanter d’ailleurs, mais grâce à cette prise de conscience, qui eut lieu vers 2012 pour moi, j’ai pu épargner à ma famille ce type de « désagrément », car j’étais préparé depuis quelques temps…mais bon, ça n’est pas le sujet, passons.

Revenons à cet ami, avec qui j’évoquai ce risque de pénurie de pétrole, et les troubles qui inévitablement surviendraient, un beau jour de 2015 si mes souvenirs sont bons. Quelle ne fut pas ma surprise de l’entendre me répondre, cet ami proche, ce bon père de famille, responsable, travailleur, honnête citoyen payant toujours ses impôts à l’heure : « Ohhh mais, ils trouveront bien quelque chose ! Ils trouvent toujours quelque chose »…

Fin de la discussion.

 Et ainsi, la majorité joyeuse d’être impuissante refuse toujours de faire le grand saut, qui consisterait juste à accepter d’ouvrir les yeux, même si ça fait extrêmement mal. Et, par enchaînement logique, à commencer d’agir, sans garantie de succès certes, mais d’agir enfin, pour tenter de changer la roue du désastre qui n’arrête pas de tourner.

Hélas, ce mécanisme salvateur, la majorité joyeuse préfère continuer de l'ignorer. Car la majorité joyeuse –ou qui croît l’être- ne croit plus en grand-chose, à part au fait qu’« ils trouveront bien quelque chose. Il le faut. »

La grande majorité de l’Humanité a abandonné, en un mot comme en cent, sa souveraineté.

 

L’ère des pénuries

A la lumière de ce qui vient d’être évoqué, il faut désormais évoquer l’état plus qu’inquiétant de tout ce qui tient nos sociétés, et notamment d’une de ses composantes essentielles, j’ai nommé l’acheminement des ressources, via les chaînes logistiques ou « chaînes longues » qui irriguent en temps réel les supermarchés et autres temples de la consommation moderne.

Ces chaînes dites "logistiques" sont incroyablement performantes, mais aussi extrêmement fragiles, à la moindre crise, elles peuvent se rompre. regardez un peu ce qu'il se passe en ce moment, que ce soit en matière de composants informatiques (pénuries), de bois (pénuries) ou d'autres marchandises (masques, tests, vaccins etc..), voire même des plus basiques et essentielles comme les pâtes ou le blé dont elles sont constituées...

Ainsi l’acheminement des denrées en vrac dit « vrac sec » via le trafic maritime par conteneur, véritable cœur du processus, a considérablement chuté durant la crise Covid. Mais, plus grave encore, il n’a pas retrouvé son niveau d’avant cette crise, sachant qu’il était déjà en crise structurelle en Mars 2021, et ce depuis plusieurs années.

L’indice Baltic Dry Index, qui mesure précisément l’état de ce paramètre, ne peut mentir : et quoiqu’en disent les menteurs patentés qui font semblant de nous gouverner depuis des décennies, la réalité n’est pas que « la croissance va revenir », qu’elle « reviendra » ou « qu’elle est déjà là » mais bien que le BDY, indicateur parmi les plus pertinents pour mesurer l’état de la sacrosainte croissance mondiale, chute de manière quasi ininterrompue depuis…2008, tiens donc. Avec une nette accélération depuis 2020 : rien que l’étude des données sur la période la plus récente, entre 2017 et 2020, montre une dégringolade historique à peine interrompue par une timide hausse suite au déconfinement, hausse nettement insuffisante pour rattraper plus de dix années de chute.

Plus éloquent encore : cette chute vertigineuse se traduit, dans les faits, par des faillites ultrarapides et « inattendues » de mastodontes tels que Gearbest, qui fut jusqu’en septembre le numéro 2 des chinoiseries de toutes sortes (ils appellent ça « commerce en ligne »), derrière son concurrent le plus connu Alliexpress. Gearbest a déposé le bilan sans préavis le 14 septembre dernier, laissant des dizaines de milliers de clients « désemparés » qui ne reverront jamais la couleur de leur argent, à travers toute la planète.

Signes précurseurs de la chute : en début d’année, certains prix sur le site avaient bondi, accusant des hausses de + de 100%, la faute à, entre autres causes, une hausse des prix du transport maritime hors de contrôle. Le prix d’un transport de conteneur standard passant de 1800 dollars en juillet 2020…à 24 000 dollars aujourd’hui. Sachant que le prix moyen de la totalité de la camelote à l’intérieur du container, n’excèderait pas les 10 000 dollars…on se rend compte de l’inanité de tout ceci : des fabricants, autant que des acheteurs, travaillent aujourd’hui à perte pour écouler les stocks, ni plus ni moins.

Ce qui peut éventuellement en conduire certains à la faillite, mais pas que ; n’oublions pas qu’une des caractéristiques intrinsèques de l’économie capitaliste mondialisée actuelle est toujours la même, depuis presque deux siècles désormais…il s’agit bien d’écouler les stocks, avec la certitude qu’à un moment où un autre surviendra une crise de surproduction, et qu’il faudra y faire face d’une manière ou d’une autre. C'est ce qu'on appelle un cycle, Kondratieff l'ayant très bien thorisé il y a pratiquement un siècle déjà, cette théorie se révélant à chaque nouvelle crise toujours aussi pertinente...

Mais ce léger « problème », qui a toujours été résolu d’une manière ou d’une autre par les capitalistes jamais en manque d'inventivité (hyperinflation, guerres, bankrun, dévaluation, déflation, stagflation etc.) ne devait pas composer, comme c'est le cas aujourd’hui, avec de nouveaux trouble-fêtes, bien caractéristiques, eux, de notre époque si innovante et connectée « all around the world ».

J’ai nommé le dérèglement climatique, associé à une pénurie accélérée des ressources, et gratinée d’une fine et délicieuse couche de Covid19 multiconfinant.

Sur la pénurie de ressources, et pour couper court à toute objection : non la planète n’est pas infinie, contrairement à ce que le cerveau étroit de tout énarque a appris durant ses longues années d’inutiles et couteuses études, et oui, nous y arrivons à grand pas, ici et maintenant, pas en 2030 ou que sais-je.

Regardez ne serait-ce que ce qui se passe sur le prix de certaines denrées déjà cité plus haut, ou même le phénomène actuel en Grande-Bretagne  : les masses, bien plus sensées que ce que les « élites » veulent nous faire croire, le sentent. Et elles se préparent en ce sens, quitte à paniquer et à accélérer le processus.

 

L’heure des comptes a sonné

Une seule info, un seul chiffre : l’Agence Internationale de L’Energie Atomique, vous savez ce dangereux consortium de complotistes, vient de confirmer officiellement « le déclin de la production mondiale de pétrole d’ici à 2025 » dans son dernier rapport de situation. Et le rapport d’ajouter qu’ « il faudrait multiplier par 2 ou 3 les extractions actuelles pour maintenir la demande qui ne cesse de croître ».

Traduction : cela fait déjà des années -en fait depuis 2008, ça ne vous rappelle rien ?-que le pic est survenu, mais plusieurs facteurs liés ou pas, volontaires ou non, en ont retardé les effets concrètement observables sur notre belle société ultraconnectée. Mais maintenant, c’est la fin de la récré. Pour tout le monde, mais « particulièrement pour l’Europe, grande consommatrice et importatrice, avec très peu de réserves et presqu’aucune capacité de production »…

Des facteurs qui auraient retardé l’heure des comptes ? Lesquels ?

Citons le « boom » du pétrole de gaz de schiste aux USA, ou celui des sables bitumineux du Canada -qui nous ont permis tous deux de gagner une dizaine d’années de répit, et qui furent une bénédiction à tous les niveaux pour l’écologie et la planète. Ou pas. Ça, c’est pour les causes « volontaires ». Du côté de l’involontaire, il nous faut tordre ici le cou à une idée largement répandue, et brandie à tout bout de champ par les sceptiques lorsqu’on évoque la réalité du pic pétrolier. « Ouais, mais le prix lui il grimpe pas. Si c’était vrai, le pétrole il deviendrait hors de prix rapidement passque tous on en voudrait et que tous on se transformerait en Mad Max et on irait tous égorger notre voisin –musulman ou pas- pour y piquer le plein du réservoir de sa 2008 ».

J’exagère à peine, mais vous voyez le topo : tout le monde ou presque, pense que la rareté fait le prix, et que le prix, comme disent les économistes, est « en élasticité avec la demande ».

Rien de plus faux : il n’y a pas de rapport d’élasticité entre le prix du pétrole et sa disponibilité.

C'est pas parce que c'est plus rare, que le prix augmente, ou parce qu'il y en a à profusion, que le prix baisse.

Jancovici l’a démontré par A+B depuis des années, et ne cesse depuis d’en parler (dans le désert on dirait).

La preuve : il y a encore de gigantesques réserves de pétrole sous terre, et on en découvre encore tous les jours, et pourtant le prix est très volatil, tantôt à la baisse, souvent à la hausse ces derniers temps.

C’est juste que ces réserves et nouveaux gisements sont situés à des profondeurs où les extraire coûte, aujourd’hui, un baril d’équivalent en énergie pétrole pour en extraire deux. Alors qu’au début de l’exploitation des nappes les plus prolifiques (Texas, Arabie Saoudite, Mer du Nord…), il y a 180 ans (dieu que le temps passe vite), cela coûtait seulement un baril de pétrole pour en extraire l’équivalent de 100, car le pétrole affleurait littéralement à la surface.

Ce qui est d'une logique implacable pour tout bon investisseur qui se respecte : tant que je peux mettre 50 pour en gagner 100, à la limite pourquoi pas, mais quand, comme aujourd’hui par hasard, ça me coûte 100 d’endettement pour extraire 50, là comment dire, c’est plus possible.

Or c’est exactement ce qui est en train de se passer avec le pétrole de schiste en ce moment. Les compagnies pétrolières ayant participé à ce boom météoritique étant toutes endettées jusqu’à la gorge, et en train de déposer le bilan une à une. Elles n'ont d'ailleurs jamais été, à proprement parler, "rentables", au vu des investissements qu'elles ont dû faire.

Incroyable, mais vrai. Tout ce ravage écologique et économique pour gagner quelques années (et quelques degrés) supplémentaires. Le rêve.

C’est pas moi qui le dit, mais Mathieu Auzanneau, un des spécialistes mondiaux de la question, dans son ouvrage phare « Or noir, la grande histoire du pétrole », aux éditions La Découverte, que je vous conseille chaudement (le livre, pas les éditions. Quoique. Et non je n’ai aucune action dans la boîte, je hais les actionnaires de tout mon être). Une somme gigantesque, que tout honnête homme un tant soit peu préoccupé par son avenir et celui de sa famille, autant que par sa culture générale et historique, se devrait de lire de toute urgence. Vous y apprendrez comment le pétrole a façonné nos sociétés modernes, et comment il les façonne encore aujourd’hui, et les façonnera jusqu’à leur chute, qui ne peut être, à la lumière de ce que je viens d’évoquer, qu’à brève voire très brève échéance -dans six mois comme dans, maximum, disons une dizaine d’années.

Cette dernière précision étant bien sûr, purement prédictive et n’engageant que moi.

Mais elle a au moins le mérite de la clarté : il y a longtemps que j’ai arrêté de me voiler la face.

Et toi, cher lecteur ?

 

Âmes sensibles s’abstenir

Alors…après tout ça, que nous reste-t-il ?

Naturellement, il faut commencer à chercher les coupables pardon les responsables comme dirait l’autre, de tout ce merdier.

Mention spéciale, avec félicitations des (futurs) jurés : la classe politique, les fameuses « élites », qui ont réussi depuis des décennies l’exploit d’agrandir à chaque fois un peu plus les barreaux de la cage, tout en prétendant qu’elle n’existe pas.

Des « élites » qui ont réussi à nous faire accepter l’idée que plus de restriction de nos Libertés fondamentales, mais aussi de nos droits les plus élémentaires –vivre décemment de son travail, ne pas se tuer à la tâche, pouvoir se loger, se vêtir, manger à sa faim…ne pas crever sous les coups d’une bande de racailles, ou lors d’un contrôle de police- étaient souhaitables, si cela impliquait de vivre « plus en sécurité ».

Et là est le problème conceptuel : comme si l’insécurité n’était pas la jauge même de nos vies !

Nous sommes mortels, c’est l’évidence même. Qu’est ce qui me fait croire que je ne ferai pas un AVC d’ici ce soir, et ne serai pas en train de me décomposer d’ici quelques heures, juste un peu en avance sur le calendrier initialement prévu ?

Rien.

Nous sommes mortels, faibles, faillibles, et par là-même en insécurité permanente, que nous le voullions ou non.

Nous pouvons juste l'oublier, mais le réel finit toujours par nous rattraper.

Mais même ça, notre société a réussi le tour de force de l’invisibiliser.

Depuis des temps immémoriaux la mort poursuit les Hommes, et, malgré l’aspect foncièrement déplaisant de la chose, cela n’a jamais posé autant de problèmes qu’à notre époque dite « civilisée ».

Je vous invite à rechercher l’expression « photos post-mortem » dans la catégorie "images" de votre moteur de recherche préféré.

« Âmes sensibles s’abstenir », comme le veut, justement, la formule d’usage…

Vous y trouverez tout ce que notre époque dite « ultra moderne » et connectée a décidé d’ignorer depuis des décennies : le réel, sous la forme brute de photos de personnes ayant passé l’arme à gauche depuis peu de temps lors de la prise de vue. Hommes, femmes, viellards, enfants…immortalisé(e)s quelques heures après leur trépas, et mis en scène avec leurs proches, dans des situations de la vie courante.

Vous avez un exemple de ce que cela peut donner avec la photo illustrant ce billet.

Ça fait bizarre, maintenant que je vous l'avoue, hein ?

Ça me l'a fait à moi aussi, la première fois.

Ne vous inquiétez pas : à la longue, on s'y fait.

Et il va bien falloir, hein.

Cette coutume de photos post mortem date principalement du 19ème siècle, lors de l'ère dite "Victorienne", à peine après l’invention de la photographie par Daguerréotype. Une petite révolution à l’époque, pensez : on pouvait immortaliser ses êtres chers autrement que par la peinture, qui était couramment employée au cours des siècles précédents.

Résultat ? Quelque chose qui nous paraît tout droit sorti d’un film d’horreur des plus malsains, avec une frénésie de production, les familles de l’époque se mettant volontiers en scène avec le cadavre de la petite dernière, très souvent bien maquillé, apprêté, mais aussi tenu debout, ou assis, voire les yeux ouverts, grâce à un savant système de câbles, poulies, soutiens… On dirait de charmantes photos de famille, certes anciennes, en noir et blanc ou en sépia, mais délicieusement surannées. Un brin poétiques parfois, ou alors carrément glauques.

Ce qui nous horrifie en fait, c’est juste le fait de réaliser qu’une des personnes photographiées au milieu de tous ces vivants, n’est plus qu’un cadavre, et que sa famille prend la pose à ses côtés le plus naturellement du monde.

Et que celles et ceux qui participent à la mise en scène (parents, frères, sœurs…) au milieu de tout ça, ne semblaient pas le moins du monde gênés par ce petit détail.

Ils faisaient comme si de rien n’était.

Il le fallait bien, pardi : ça s'appelait l'acceptation.

Un mot que nous avons érigé en dogme, mais pour les mauvaises raisons, nous.

Eux, ils acceptaient cette camarde, cette faucheuse qui nous attend tous.

La mort faisait partie de leur vie ; mais nous, aujourd’hui, on ignore ça comme on ignore le reste, tout le reste, tout ce qui nous gêne.

Pire : nous refusons absolument de le voir, alors que cela fait toujours partie de nous.

Il ne s’agit pas de glorifier la mort, ou d’en être fascinés de manière macabre, ne déformons pas les choses, non.

Juste simplement de l’accepter.

En sommes-nous encore capables ? J'en doute...

Pire : des tarés comme Laurent Alexandre chez nous, ou Elon Musk outre-atlantique, allant même jusqu’à souhaiter abolir la mort, via leur délire transhumaniste.

Ce qui représente, avouons-le, le sommet du déni de notre condition humaine. Le sommet de l’idéalisme, qui est en train de se heurter durement à l’épais mur du réel. Un mur en béton armé.

Ainsi, nous sommes allés jusqu’au bout de notre logique mondialiste : nous avons réussi l'exploit de déléguer notre souveraineté jusque sur la mort, notre plus intime destin individuel.

Dans notre société hyper spécialisée, hyper cloisonnée, hyper connectée, nous avons donné le soin à d’autres de s’occuper de ces choses-là.

 

Ames sensibles s’abstenir : à 99.9%, nous sommes devenus des « âmes sensibles ».

Incapables d’abattre notre viande par nous-mêmes, mais incapables de prendre consciemment la décision d’arrêter d’en manger, nous acceptons cette infamie absolue qu’est l’élevage industriel de masse. Nous nous en contentons, non pas que nous en soyons de fervents partisans, -ô non !- car si d’aventure, une association un peu plus aventureuse qu’une autre, en vient à publier des images sur ce qui s’y passe réellement, dans ces usines ou des millions d’être sensibles voire sentients, souffrent et meurent dans la solitude tous les jours, à chaque minute, pour notre bon plaisir…une fois de plus, comme pour le viol collectif dans le métro, nous nous en trouverons choqués.

Avant de faire comme l’orchestre du Titanic, et de passer à autre chose.

Une fois de plus, sans aucunement changer nos habitudes, que ce soit passivement (arrêter la viande), ou activement (s’engager dans une association, un parti, des actions que sais-je, tout sauf de mauvaises excuses, pour interdire l’élevage industriel de masse par exemple).

Ames devenues « sensibles », nous nous abstenons ainsi de tout.

En croyant nous préserver, nous creusons toujours plus profond notre propre tombe.

Nous différons juste l’instant de la chute au fond du trou que nous continuons d'agrandir, jour après jour.

La société, la Nature, les êtres vivants, tout se meurt, et nous nous abstenons. Nous sommes comme ces cadavres mis en scène sur une photographie sépia un peu vieillotte : un peu encore là, mais définitivement ailleurs.

Nous sommes déjà morts.

 

Anomie

Emile Durkheim développa la notion d’anomie pour désigner le dérèglement social, l’absence de règles, la confusion ou la contradiction des règles sociales.

Quelqu’un victime d’anomie va finir par avoir de gros problèmes. Il verra le trouble augmenter en lui jusqu’à sa résolution finale : dépression, burn-out, voire pire suicide.

Mais il feindra de l'ignorer, car ce processus est vicieux : il est invisible directement pour celui qui le subit.

Mais le corps social ? Lui, qui peut aussi être victime de ce mal, va tout d’abord voir régresser la solidarité, l’entraide…pour voir progresser le chacun pour soi. Jusqu’à arriver à l’absence de règles, véritable suicide du corps social qui se traduit alors par le désordre social et le chaos.

Attention toutefois à ne pas confondre cette absence, ce nihilisme, avec l’anarchie : cette dernière est bien une forme d’organisation, qui prône juste l’horizontalité, la communauté, l’absence de hiérarchie mais certainement pas l’absence de règles. Pour les anarchistes, c’est la société actuelle, autoritaire, qui crée toujours plus de plus en plus d’inégalités, ce qui se traduit par de plus en plus de chaos et d’anomie. C’est la coercition de l’Etat qui se renforce jour après jour, année après année : celui-ci sentant de plus en plus le risque que les choses lui échappent, va donc poursuivre sa fuite en avant en conséquence, ajoutant de plus en plus de couches au millefeuille répressif et sécuritaire mis à sa disposition.

 

Avec, fait notable (et comme toujours en pareil cas) : le souhait, voire la bénédiction de la majorité des citoyens, qui préfèrent devenir des carpettes continuellement à plat ventre, du moment que cela leur accorde un peu plus de soi-disant « sécurité ».

Histoire vue et revue des centaines de fois, et non-je-ne-franchirai-pas-ce-point-Godwin-qui-me-tend-les-bras-en-évoquant-l'élection-parfaitement-légale-de-l'excité-à-moustache-en 1933...

Ceci marchera aussi bien sûr pour toutes celles et ceux qui aspirent à prendre le contrôle de cet appareil étatique de plus en plus puissant, renforcé par la technologie et la logique de la surveillance de masse, sans en remettre en cause les principaux fondements idéologiques (le marché ultralibéral) et le caractère foncièrement antidémocratique : candidats à la présidentielle, sauveurs « providentiels » et autres « humanistes » n’ayant que la formule désormais creuse « Liberté, égalité, fraternité » à la bouche.

Ils n’ont qu’un mot à la bouche, et ne s’en cachent même plus : ne regardez pas la lune, bande de singes, regardez plutôt mon doigt.

Il est pas beau, mon doigt ?

 

Saison finale

Faisons donc un petit calcul, vite fait sur un coin de table :

Crise économique + crise politique + crise des approvisionnements + abandon de souveraineté totale des peuples + impréparation psychologique totale de la très grande majorité des peuples + état tout puissant, en voie d’autonomisation + militarisation des forces de « sécurité » + moyens numériques de surveillance et de contrôle total des populations + désignation de boucs-émissaires + fuite en avant autoritaire.

Qu’est-ce qui pourrait mal se passer ?

Franchement, tout peut se passer en cette heure historique.

Je ne suis pas Madame Irma pour deviner, ou même tenter de faire un quelconque pronostic sur ce qui risque de se passer.

Mais pour la forme, je parierai très prochainement sur un nouveau Krach boursier majeur, suite au dégonflement d’une des très nombreuses bulles en cours de formation, dans une économie complètement déréglée : les cours de la Bourse n’ont jamais été aussi déconnectés de l’économie réelle, et du réel de millions de personnes qui ont désormais largement basculé dans la pauvreté, et c’est d’ailleurs pour cela que ce gouvernement d’idéologues incapables totalement hors-sol ne bouge pas le petit doigt pour eux, et continue dans ses lubies irréalistes -comme par exemple, vouloir détruire l’assurance-chômage, dans un pays où plus de 6 millions de chômeurs officiels ne trouvent plus de travail, car il y a seulement 300 000 vraies offres d’emploi disponibles.

Oui, je dis « vraies », car je ne parle pas des offres d’emploi bidons, à temps partiel sous payé ou en intérim, ne permettant pas de vivre décemment de son salaire sans se retrouver à la rue le 15 du mois. Malgré la propagande éhontée de tous les médias possédés, faut-il le rappeler, par une poignée d’oligarques en France, c’est la triste réalité : l’économie est à l’arrêt, vous pouvez offrir des milliards aux entreprises, si le carnet de commandes ne se remplit pas, les milliards en question partiront dans les paradis fiscaux ou sur les marchés boursiers spéculatifs -ce qui fera s’envoler le prix des matières premières, par exemple….

Comme le dit pudiquement ce journaliste du Figaro, « les marchés les plus financiarisés intéressent les spéculateurs  ».

Je préfère la franchise de quelqu’un dont l’expertise est mondialement reconnue comme Olivier Delamarche, et qui le dit carrément : le gouvernement ayant arrosé les multinationales sans aucune contrepartie, juste en leur demandant gentiment d’embaucher, il fallait bien que les entreprises fassent quelque chose de tout ce pognon -sauf embaucher bien sûr ! Et quoi de mieux que la spéculation pour ça ? Tant pis si ça touche le blé, le prix des pâtes ou que sais-je…c'est y pas ballot ça ?

Quoi qu'il en soit, on ne peut pas constater tout ce que je viens d'évoquer, et rester là, les bras croisés.

Ça n'est juste pas possible.

Alors…en ces heures sombres et décisives, comme le demandait Lénine : que faire ?

 

Perspectives

Une seule chose est sûre : tout, sauf rien.

L’Histoire nous enseigne que seuls ceux qui ne se battent pas ont déjà perdu.

Quoi que vous envisagiez de faire, les pistes ne manquent pas.

On peut par exemple évoquer ce rendez-vous dans la rue, parmi des millions d’autres, le 5 octobre et au-delà.

Peut-être, et sans doute faites-vous partie de celles et ceux qui l'ont déjà fait, bien avant ce 5 octobre, et qui continueront sans doute, après.

Au-delà des clivages, des querelles de clocher, des dissensions, il faut désormais nous rassembler et réaffirmer haut et fort ce que nous ne voulons pas, ce que nous ne voulons plus, mais surtout ce que nous désirons.

Et là dessus : une autre voie est possible.

Clairement, ce moment est Historique, parce que justement, il constitue une croisée des chemins, un moment où des changements majeurs peuvent encore intervenir.

Il est certes très tard, mais il n'est pas encore trop tard.

C'est maintenant que ça se joue.

Bien sûr qu'il y a de quoi être pessimiste, mais si on a une once de courage, on se doit de regarder en face les choses, d'être réaliste (c'est très mal barré) mais aussi d'agir en conséquence pour essayer, malgré tout, de changer les choses. Chacun à son niveau.

Sinon, autant se mettre une balle maintenant, et ne plus en parler, non ?

Alors, contre la macronie et son monde d’après…agir, pour ne pas disparaitre sans avoir combattu.

Retrouvons notre souveraineté, dans l'adversité et jusque dans la mort s'il le faut.

C'est la seule dignité qu'il nous reste.

Et c'est la seule chose qu'ils ne nous enlèveront jamais.


Moyenne des avis sur cet article :  3.21/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 30 septembre 2021 08:14

    Et tout ça sans parler de Blackrock.


    • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 30 septembre 2021 08:22

      @Docteur Faustroll

      Et sans parler des GAFAMs : désormais, YouTube supprimera les contenus affirmant que les vaccins sont « dangereux pour la santé »

      lien


    • Tesseract Tesseract 1er octobre 2021 19:13

      @Docteur Faustroll
      YouTube est une boite privée, ils font ce qu’ils veulent avec leur contenu.
      Que ça plaise ou non, c’est ainsi.


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 30 septembre 2021 09:30

      Jancovici l’a démontré

      Il est certes très tard, mais il n’est pas encore trop tard.

      Jancovici démontre surtout qu’il est schizophrène, comme l’auteur, qui semble comprendre que le pétrole devient rare mais nous abreuve de liens vers « reporterre » « La transition c’est trop tard, il faut une politique d’urgence climatique ». En gros il y a urgence à ralentir la consommation de pétrole « pour le climat », qui devient de toutes façons de plus en plus rare... Ça tombe bien on pourrait dire. Mais penser que c’est un hasard de calendrier, c’est être bien naïf, notamment concernant la capacité de la presse à fabriquer des crises bidons. 


      • Gégène Gégène 30 septembre 2021 09:47

        «  Retrouvons notre souveraineté, dans l’adversité et jusque dans la mort s’il le faut »

        l’idée est excellente, et

        Brassens a écrit une très belle chanson sur le sujet . . .


        • jefresi 30 septembre 2021 09:49

          Depuis des millénaires l’humanité a été confrontées à des impasses mortelles, mais jamais à l’échelle de la planète. Néanmoins, elle n’a réussie à surmonter ses crises que par la violence.

          2008 n’est pas l’année du début du déclin, ce n’est qu’une des marches de l’escalier du déclin qui remonte en fait après la période révolutionnaire de 1968, d’autres marches de l’escalier sont à venir, chacune est un point de rupture.

          Reste à savoir quand elle sera franchie.


          • Pascal L 30 septembre 2021 11:17

            Hermann Göring disait : « la seule chose dont vous avez besoin pour transformer les gens en esclaves, c’est la peur ». Machiavel, de son côté disait : « Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes ».

            Mais c’est Victor Hugo qui nous donne l’analyse la plus profonde :

            « A de certaines époques étranges, la société a peur et demande secours aux impitoyables. La violence seule a la parole, les implacables sont les sauveurs ; être sanguinaire, c’est avoir du bon sens. Le vae victis devient la raison d’état ; la compassion semble une trahison, et on lui impute les catastrophes. On tient pour ennemi public l’homme atteint de cette folie, la clémence ; Beccaria épouvante, et Las Casas fait l’effet de Marat.
            Ces crises où la peur engendre la terreur durent peu ; leur emportement même les précipite. Au bout de peu de temps, l’ordre faux que fait le sabre est vaincu par l’ordre vrai que fait la liberté. Pour obtenir cette victoire, aucune lutte violente n’est nécessaire. La marche en avant du genre humain ébranle pacifiquement ce qui doit tomber. Le pas grave et mesuré du progrès suffit pour l’écroulement des choses fausses. »
            Victor Hugo Actes et Paroles III p.260 Elections du 7 janvier 1872.

            La peur, c’est ce qui nous empêche de comprendre ce qui se passe mais le monde appartient à ceux qui n’ont pas peur. Aujourd’hui, ce sont des prédateurs qui utilisent la peur pour dominer. Nous pouvons faire en sorte que ce ne soit plus le cas. A chaque problème, il y a une solution. Si le problème persiste, c’est parce qu’on préfère le problème à sa solution.


            • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 septembre 2021 11:28

              ’’Car la majorité joyeuse –ou qui croît l’être- ne croit plus en grand-chose, à part au fait qu’« ils trouveront bien quelque chose. Il le faut. »’’

               

              En effet, « ils » trouvent toujours. Voici ce qu’ils ont rouvé :

               

               Great Reset origine de ce NWO auquel « personne ne pourra échapper », est le nom du plan qui se définit ainsi :
               
              « Démontage du système économique actuel au profit des élites (et, par) la l’instauration d’un chaos maximal, et la mise en place d’un nouveau système sous le prétexte de vouloir apporter une aide humanitaire  »
               
               Ceux qui nous ont mis dans la merde, les élites merdiques, ont la ferme intention de nous y enfoncer encore plus pour continuer à en vivre joyeusement.


              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 30 septembre 2021 11:32

                ’’C’est la seule dignité qu’il nous reste.

                Et c’est la seule chose qu’ils ne nous enlèveront jamais.’’

                 

                 Trop tard : la presque totalité de la population s’est couchée devant la peur autant que sous la menace.

                 


                • I.A. 30 septembre 2021 11:39

                  Je crains que ce texte ne soit beaucoup trop lucide pour les différents troupeaux et leurs bergers respectifs...

                  La manif du 5 octobre, vu d’ici comme ça, ressemble par trop à un « paquet » de revendications très « classiques », c’est-à-dire bien déconnectées de la réalité qui se joue sous leurs yeux...

                  Pour exemple, aucun syndicat n’a réellement protesté contre les confinements, l’absence de soins-covid de ville, l’hystérie médiatico-médicale, le travail à distance obligatoire (ces cons ont même cru pouvoir glisser vers les 32 heures... !), la vaccination rendue obligatoire par le pass sanitaire, les prorogations de l’état d’urgence et aujourd’hui du pass...

                  Les « bêtes » sont lobotomisées par les médias et leurs « bergers » sont trop vieux. Voir des Mucchielli se faire traiter de fasciste anti-sémite et continuer à faire comme si ça allait s’arrêter là, c’est déjà être mort.


                  • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 30 septembre 2021 14:05

                    A l’auteur

                    Votre article est fort intéressant. Je vous remercie pour le partage de ces réflexions avec les lecteurs.

                    Deux choses m’interpellent :

                    Le « nous » qui parcourt le texte du début à la fin.

                    Chacun de nous est impliqué dans ce qui nous est donné à vivre, mais pas au même titre...

                    Il y a dans le paysage des exploiteurs et des exploités.

                    On a, d’un côté,

                    un groupe mafieux de profiteurs , et tous les larbins qu’il a réussi à embrigader à son service, comme la clique politicienne en place et les médias entièrement placés sous le contrôle de l’oligarchie. Ces gens orchestrent et cadenassent chaque jour davantage une véritable dictature pour défendre leurs privilèges et leurs profits. Ce sont eux qui décident de l’organisation de l’économie et des règles sociales, en se réclamant de la démocratie, des libertés, et en dissimulant leur identité et leurs plans nauséabonds derrière toutes sortes de paravents comme l’Union Européenne, ou la monnaie unique (l’euro), ou l’Otan, ou encore un état d’urgence sanitaire et un conseil de guerre afférents appliqués à liquider toutes nos libertés individuelles et collectives pour combattre....un virus tombé du ciel à un moment on ne peut plus opportun pour le système en place, au bord de l’effondrement.

                    Et puis il y a de l’autre côté des victimes désarmées, manipulées, trompées, conditionnées par la propagande de l’autre : le peuple et la nation.

                    « Retrouvons notre souveraineté, dans l’adversité et jusque dans la mort s’il le faut. »

                    D’accord ! Mais avec qui, pour faire quoi, et comment ???

                    Lutter, c’est bien. Encore faut-il cibler correctement les ennemis à combattre et les pièges à fracasser en mille morceaux.

                    Pas un mot, dans votre article, sur l’enfermement de notre pays dans la dictature de l’Union Européenne, l’un des outils préférés de l’oligarchie pour étrangler les peuples, détruire leurs nations, leurs institutions et les solidarités qui les protègent.

                    Cela donne à réfléchir...


                    • alinea alinea 30 septembre 2021 15:35

                      Il faudrait déjà commencer par ne pas penser que ceux qui ne viennent pas aux manifestations n’ont pas d’actions par ailleurs et n’ont pas les yeux ouverts. Colporter ce genre de connerie n’est pas anodin.

                      Sinon, ce que vous dîtes me parait juste, mais vous avez peur, vous l’enrobez de beaucoup de mots, d’attente pressante.


                      • Armelle Armelle 30 septembre 2021 17:57

                        @alinea
                        « ...que ceux qui ne viennent pas aux manifestations n’ont pas d’actions par ailleurs et n’ont pas les yeux ouverts »
                        Ce que je pense également. Sur le fond, j’ai envie de penser qu’une écrasante majorité des gens sont dans la contestation, (même si l’épisode du vaccin « obligatoire sans l’être » peut indiquer le contraire), en revanche et c’est là où la chaîne se casse, c’est sur la forme !!! Les manifs sont d’un autre temps, elles formalisent juste la pensée du peuple mais ne contraint pas. Et dans la pensée d’une situation telle que nous vivons, qui pourrait bien avoir fait l’objet d’une « programmation » de longue date, nos « thénardiers » ont sans doute aussi prévu, par anticipation à d’éventuelles autres formes de contestations plus efficaces, des dispositions comme celle du prélèvement à la source, lequel assure le financement durable de la feuille de route ! Un levier qui pour nous, la populace, étaient d’une efficacité redoutable !!!
                        Donc même si la manif dans sa forme, marque qqe chose, elle n’en reste pas moins inopérante en terme de blocage des actions mortifères qui nous sont infligées...
                        Faut-il alors réfléchir à une autre forme de réaction populaire ?! La première des solutions serait de leur couper les vivres (arrêter tout, arrêter nous même la machine), et comme tte solution de ce genre, le phénomène individuel intervient immédiatement, « moi je ne peux pas, je dois faire vivre mes enfants », « moi je ne peux pas, je vais perdre ma boîte », « moi je ne peux pas comment je vais bouffer »...Et rien n’est possible... C’est cela ce que j’appelle le sacrifice au profit des générations futures, nous dirons quoi à nos petits enfants quand ils auront l’âge de comprendre ce que nous n’avons pas fait et nous poseront la question, dans un monde où l’esclavage version 2.0 sera la norme ?
                        Des personnages nous avaient pourtant prévenus il y a longtemps...Milgram en fait partie, et nous sommes sans doute tous responsables de ne pas avoir pris à sa juste valeur ce genre d’expérience. Finalement dans notre monde, la méritocratie n’a vu le jour qu’à travers la punition...Si satan existe, il est au vatican...


                      • alinea alinea 30 septembre 2021 19:02

                        @Armelle
                        Je suis absolument d’accord, et c’est ce que je répète depuis longtemps ; mais aujourd’hui que je suis en retraite ma parole est creuse, je n’ai aucun risque ... finalement à vivre comme je le fais, en boycottant quasi tout !


                      • jacqcroquant 1er octobre 2021 21:23

                        @alinea 
                        « aujourd’hui que je suis en retraite ma parole est creuse, je n’ai aucun risque ... finalement à vivre comme je le fais, en boycottant quasi tout ! »

                        Vous vous croyez à l’abri et libre ? Ils vous tiennent par le versement de votre pension. Et si vous résistez à la vaccination. 1ère sommation, 2ème sommation....


                      • jjwaDal jjwaDal 30 septembre 2021 16:50

                        Notre civilisation est schizophrénique à bien des égards et vous abordez agréablement le sujet. Un inventaire non exhaustif de nos problèmes est toujours une agréable piqûre de rappel mais il ne faut pas omettre les raisons profondes de ce malaise civilisationnel.
                        Lordon réduit ce problème à l’os en disant que notre système économique joue sur la complexité et la distanciation pour évacuer les effets collatéraux dommageables sous le tapis. Ensuite une fois cette fine analyse faite, il faut faire l’inventaire des ressorts psychologiques humains interdisant la prise de décision (« pourquoi je ferais des efforts quand on est des milliards à occasionner ce problème et que les autres ne feront rien ? » à échelle individuelle et la limite des actions dépendant de nos choix individuels. L’essentiel de notre consommation énergétique dépend de choix qui ne sont pas ceux des individus par ex, accord internationaux pour la libre circulation des flux de marchandises, choix énergétiques chinois par ex, choix de politiques régionales (Communauté européenne ici), parfois choix nationaux mal éclairés (voir l’Allemagne par ex).
                        Qui sait que la différence entre un mangeur de viande et un végétarien c’est l’équivalent de deux stades de football en surface laissée à la Nature ou pas. Qui se souvient que la différence entre une humanité omnivore à l’européenne et une végétarienne c’est plus de 100 fois la superficie de la France ? Qui peut se motiver pour des résultats localement invisibles (non perceptibles sur le cours d’une vie) ?
                        C’est bien à l’analyse des causes de paralysie qu’il faut s’atteler plus qu’à un inventaire de nos foutaises qui crèvent de plus en plus les yeux.
                        Je crois plus au sentiment d’incompréhension et d’impuissance qu’au nihilisme des gens. Après, sans doute nous sommes des bourricots et il faut nous répéter les choses jusqu’à ce qu’elles soient entendues et enfin comprises.
                        Soyons patients. Le genre humain ne va pas disparaître demain. Mais notre civilisation va y passer , j’ai peu de doute à ce sujet. Qu’elle crève, même il n’est que temps.


                        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 1er octobre 2021 16:34

                          Je salue l’article, il y a des belles vérités et il vaut le détour.
                          Mais il y a aussi de belles critiques dans le fil de commentaires.

                          Ce serait bien d’y répondre je trouve. ça ajouterait à la qualité de l’ensemble.

                          Pour ma part, je m’accorde avec cettegrenouillelà pour considérer qu’il faut avant tout savoir identifier l’ennemi car il serait vain de défiler avec ses laquais le 5 octobre. Le peuple en colère est toujours partant pour se faire trucider pour des lendemains qui chantent mais un jour il s’agirait quand même d’être digne non seulement par le courage mais aussi par la lucidité. Et là avec la quantité d’âmes sensibles qui ne veulent rien savoir, c’est pas gagné.

                          Bref, je suis très pessimiste...


                          • Florian Mazé Florian Mazé 29 décembre 2021 03:35

                            Excellent article ; c’est juste dommage que je le découvre si tard. Je partage l’idée que nous sommes en transition vers une nouvelle ère (Raymond Ruyer l’écrivait déjà au XXe siècle). Du reste, ce futur un peu lointain sera probablement sympathique. Le souci, c’est que nous, nous vivons dan sa transition, une transition très dure, que je vois bien s’achever au cours du XXIIe siècle.

                            Florian, effondrologue optimiste

                            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/mes-previsions-pour-l-annee-2222-238266

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité