• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Aphorismes, citations et autre raccourcis

Aphorismes, citations et autre raccourcis

Sacrifiant à l’usage des réseaux sociaux et autres lieux de débat public, qui véhiculent sur internet les idées sous des formes souvent proches de l’aphorisme, l'auteur tente d'exprimer ci-après sa réflexion sur des questions de société, à coups de raccourcis proches du tweet, livrés en vrac et éventuellement assortis de liens.

La formule étant couramment employée par les commentateurs, ces derniers sont cordialement invités à ne pas en changer en participant par leurs réactions.

« Tout être humain est avant toute autre activité ou toute autre opinion un consommateur » (Gaston Bouthoul in Traité de sociologie, tome II, p. 180 – Payot 1968.) »

Parce qu’il doit impérativement ne serait-ce que se nourrir, se vêtir, se loger et se soigner, l’homme est un consommateur. Il l’est depuis sa conception jusqu’après sa mort – comme en attestent les marchés du prénatal et du funéraire – et se double d’un producteur dès qu’il est en âge de travailler. Il est ainsi, avant toute autre opinion ou considération, un agent économique au service de la société, mais aux dépens de son environnement. Et plus le nombre de ces agents augmente, plus leurs besoins s’accroissent – outre ceux qu’ils s’inventent toujours plus nombreux –, plus ils produisent et s’enrichissent collectivement, quelles que soient les conditions du partage de leur richesse. Qu’il s’agisse de ressources non renouvelables ou de pollution, les atteintes à l’environnement augmentent d’autant et s’ajoutent à celles d’une nature jamais avare de catastrophes inopinées ou cycliques.

Le progrès comme tous les malheurs du monde en découlent.

Comment nier cette évidence, dans son rapport avec le caractère pyramidal de notre société, non moins incontournable que la relativité d'une richesse et d'une pauvreté qui existent existent l'une par l'autre ? Un destin aveugle assigne à chacun, à sa naissance, sa place au sein de cette pyramide sociale dans laquelle les pauvres se multiplient structurellement à une cadence qui peut être 6 à 20 fois celle des riches, selon la partition de la société ? Jusqu’où irons-nous, alors qu'elle s’hypertrophie toujours plus, sous la pression de 250 000 êtres humains supplémentaires qui viennent s'ajouter quotidiennement à sa population et que son sommet s’éloigne ainsi incessamment de sa base, les écarts de richesse entre ses occupants se creusant inéluctablement d’autant ?

10 Raccourcis à ce propos :

- 1 - L'humanité ne vit pas une crise politique ni même de société, comme bon nombre d'entre nous le croient encore ; elle vit les débuts d’un drame qui peut être fatal à la civilisation, à bref terme. Les êtres humains en douteront-ils encore en y succombant ?

- 2 - Vaut-il mieux le progrès et un bien-être inégal pour 3 ou 4 milliards d’humains, dans le respect de leur environnement, ou la stagnation dans une indigence égalitariste et le saccage de la planète, par bientôt 11 milliards et plus de ravageurs ?

- 3 - Toute croissance démographique nécessite plus de développement, entraînant à son tour une perte d’habitat, davantage de pollution et une augmentation des émissions de gaz à effet de serre. https://mail.google.com/mail/ca/u/0/#inbox/WhctKJVJktzCPpzHrkDFgfjgpmsfBWWDxzgZjCdzCvTVzFKKxzDlJbBLLgngnWKTkcvDHNG

- 4 - L’écologie n’a ni parti ni patrie. Toute tentative d’appropriation est contre-productive, une obligation s’imposant à toute proposition, pour lui conférer un caractère viable et durable : Favoriser la réduction et la stabilisation de la population humaine pour les générations futures par la dénatalité, partout où cela est nécessaire.

- 5 - Bien au-delà de la frugalité des consommateurs, la décroissance énergétique repose sur leur nombre. À quoi bon sa frugalité quand la population ne cesse d'augmenter ? La seule solution viable et durable est d'ordre démographique. ÉCOLOGIE DÉNATALISTE.

- 6 - Qui peut prétendre faire dans « l’équitable » et le “bio” en quoi que ce soit, quand l’air et de l’eau sont d’ores et déjà pollués au-delà du tolérable en maints endroits de la planète ? Seule solution viable et durable : commencer par réduire et stabiliser la population humaine, par la dénatalité. Tout en dépend.

- 7 - La vérité seule importe face à la réalité sociale et environnementale. Quel qu’en soit le prix, c’est celui à payer par l’humanité pour assumer ses erreurs. Tant à des fins environnementales que sociétales, une forme d’écologie conditionnant toutes les autres s’impose d’urgence : l’ÉCOLOGIE DÉNATALISTE

- 8 - Chaque génération a toujours reproché aux précédentes leur incapacité à résoudre des problèmes qui sont imputables à l’espèce, dans la démesure de ses ambitions et son refus de reconnaître les fondamentaux de sa condition ; reste à espérer que celles qui manifestent aujourd'hui en soient conscientes.

- 9 - Tout investissement ne donnant pas la priorité à la lutte contre la surnatalité humaine est vain et contraire aux intérêts à terme de la planète et de toutes les espèces qui la peuplent.

- 10 - La remise en cause du régime omnivore de l’espèce humaine est rendue nécessairre par sa prolifération. Et à la cadence de 250 000 consommateurs supplémentaires quotidiennement, nul doute qu’après l’agriculture et l’élevage intensifs, viendra le temps du maraîchage intensif. Quand tout sera bio, plus rien ne le sera.

... À suivre


Moyenne des avis sur cet article :  1.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • JL JL 9 août 11:38

    « Ne pas laisser le capital régner, voilà ce qu’est être de gauche. » Frédéric Lordon


    • Claudec Claudec 9 août 14:01

      @JL

      Encore un de ces économistes patentés qui ignorent que les inégalités sociales, avec ou sans Marx, prospèrent inexorablement avec le binôme démographie-économie (voir schéma ci-dessus.

      Nul besoin pour le comprendre

      d’avoir fait des études aussi coûteuses que longues et de manier indices, courbes, graphes et autres formules alambiquées. Il suffit de se s’inquiéter de son propre sort et de celui de ses enfants, d’observer la vie au quotidien, de s’en remettre à des faits et à des chiffres incontestables, accessibles aux premiers venus.

      https://pyramidologiesociale.blogspot.com/


    • apollonios 10 août 10:28

      @Claudec
      Vous n’avez manifestement pas compris l’objet de l’article et vous le démontrez par la simplicité de votre pensée exprimée dans la phrase qui commence par « il suffit »...


    • Claudec Claudec 10 août 11:10

      @apollonios

       ????????
      De quel article l’objet m’aurait-il échappé ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 août 12:18

      Si la matière grise était rose, personne n’aurait d’idées noires.


      • Esprit Critique 9 août 17:41

        C’est sec, mais c’est clair et parfaitement exact.

        Il faudra le répéter, car les cons ne sont ni sourd ni aveugle Ils refusent de voir et d’entendre la réalité qui fait peur.


        • JPCiron JPCiron 9 août 22:47

          Bonjour,


          Les croyances des peuples n’ont-elles pas une importance fondamentale dans l’élaboration de la structure de leurs sociétés ?


          Pour ce qui nous concerne, le Système Économique me semble être une EXCROISSANCE de nos croyances occidentales. Le Système Economique fonctionnant avec ses dogmes propres :


          À la Confiance dans le Futur (Providence, etc) correspond la Croyance au Progrès. Toutes deux étant sans bornes.

          Au Libre Arbitre correspond la prééminence de la volonté de l’individu (Démographie et Démocratie).


          La Système Économico-Financier a aussi la particularité d’être une sorte de Religion Technique exempte de principes moraux.


          Les Croyances étant adossées à des Valeurs, je nous vois mal parvenir à maîtriser ladite excroissance. https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/homo-ingredientus-211345


          L’unique solution qui me semblerait parcourable serait un changement de mode de vie des nouvelles générations, dont les Valeurs implicites tiendraient davantage compte du Bien Commun : une sorte de révolution écologique et morale qui s’écarterait de nos dogmes traditionnels.


          .


          • Claudec Claudec 10 août 04:04

            @JPCiron

            Bonjour

            La structure des peuples précède leurs croyances, en cela précisément que sa place dans une pyramide sociale – qui existe avant lui et “l’accueille” à sa naissance – est assignée à chacun par son hérédité sociale et génétique.

            Le libre arbitre n’est-il pas la prééminence de l’individu ?

            « les Valeurs implicites tiendraient davantage compte du Bien Commun ». Le nombre nous y entraîne de force, au détriment de l’individu et de l’humanisme.

            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/


          • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 10 août 00:19

            La démographie galopante sera la grande peur du 21ème siècle. C’est bien d’en parler parce que cela fait longtemps que c’est un tabou. On nous bassine des effets polluants de l’humanité en taisant le fait que c’est dû exclusivement à l’excès démographique. Ce sont les pauvres qui procréent le plus et donc multiplient les pauvres. S’il y avait 2 milliards de pauvres en moins, la classe moyenne refleurirait. C’est le nombre excessif de pauvres qui détruit la classe moyenne et favorise les riches : main d’œuvre bon marché concurrençant la classe moyenne, consommateurs de produits médiocres…

            On aurait pu penser que l’humanité entière et nombreuse format un une intelligence collective qui résoudrait les problèmes futurs mais les pauvres n’en font pas partie ou très peu. Le vieillissement de la population devra être la règle désormais mais cette transition sera douloureuse.



            • Le Gaïagénaire 10 août 01:29

              Maintenant, par l’imagination, juxtaposons une autre pyramide montrant l’énorme différence entre les riches « consommateurs » qui possèdent des châteaux, des villas, des résidences secondaires, tout cela équipé au maximum de tous les « gadgets » imaginables ajoutons le nombres d’autos par « con-sommateurs », de bateaux, de yachts, d’avions dont le coût des routes et des pistes sont socialisés.

              La nouvelle pyramide donne l’image inversée de la première.

              Pensez-vous que le pasteur anglican Malthus aurait reçu « l’imprimatur » de la minorité royale anglicane et capitaliste pour publier sa thèse fasciste.

              L’exemple vient de haut et l’on sait que le poisson pourrit par le tête.

              La reproduction est un problème, pas par le nombre mais par la qualité. 

              Ma solution : pas de reproduction sans un QI, un QE, un QP et un QF de 110 pour toutes les femmes en age de procréer.


              • Hervé Hum Hervé Hum 10 août 10:30

                @Le Gaïagénaire

                Ma solution : pas de reproduction sans un QI, un QE, un QP et un QF de 110 pour toutes les femmes en age de procréer.

                Bref, ta solution pour lutter contre le fascisme, consiste à l’appliquer !

                Non, la qualité d’une personne ne se juge pas par son QI,(je ne sais pas ce que veut dire QE QP QF, seulement le PQ pour se torcher) mais à sa capacité à être responsable, qui repose non pas sur l’intelligence, mais sur la conscience. C’est à dire, sur le sens, le pourquoi de l’usage de son intelligence qui est un moyen et non une finalité, cette dernière étant la conscience.

                Ainsi, ce sont de gens très intelligent, avec de très forts QI et autre qui conçoivent les pires armes de destruction ou de manipulation des cogito pour l’usage de personnes totalement irresponsables de leur actes. Aussi, que dire d’un génie comme EInstein, travaillant aux intérêts d’imbéciles ou de pervers ? Qui est alors le plus intelligent ? Où est la conscience de ce génie ?

                Surtout, tu ne dis pas où et comment cette interdiction de reproduction concerne les riches et pas seulement les pauvres. L’expérience montrant qu’une éducation différente ne donnera pas le même résultat pour une même personne. Autrement dit, la qualité est surtout affaire d’éducation et non du parent reproducteur, sauf si ces parents sont eux mêmes sous instruits et conditionnées pour raisonner stupidement via une propagande féroce.


              • Le Gaïagénaire 10 août 15:16

                @Hervé Hum 10 août 10:34
                « (je ne sais pas ce que veut dire QE QP QF,  » Donc commentaire épidermique ! Voir :
                https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/intelligences-viabilites-216996#forum5537350

                Vous omettez aussi de commenter ma pyramide inversée faisant la démonstration que les plus « éduqués », « instruits », « détenteurs du pouvoir », n’ont pas été pourvus de « conscience » puisque fruits d’une génitrice psychopathe. Les chiennes ne donnent pas des dauphins.

                Einstein ? très loin de Pythagore surtout en conscience. 

                Cordialement


              • Le Gaïagénaire 10 août 16:26

                Hervé Hum 10 août 10:30

                « Bref, ta solution pour lutter contre le fascisme, consiste à l’appliquer !  »

                Mais non, c’est plutôt braquer le projecteur sur le darwinisme social fasciste.


              • Hervé Hum Hervé Hum 10 août 10:34

                Ce que vous écrivez pose le problème de savoir qui doit disparaître ! 

                Pour donner le bon exemple, je vous propose de commencer avec vous même et votre famille !


                • Le Gaïagénaire 10 août 14:42

                  @Hervé Hum 10 août 10:34

                  Si votre commentaire s’adressait à moi, je vous répondrai que personne ne disparaît car ils ne naîtraient pas.

                  N’est-ce pas vous qui citiez Bossuet et son aphorisme : « adorer les causes dont on déplore les effets. » ?

                  Cordialement


                • Le Gaïagénaire 22 août 21:31

                  @Le Gaïagénaire

                  @Hervé Hum 10 août 10:34

                  https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/la-science-est-la-description-du-217233#forum5544174

                  « Selon se postulat démontrable uniquement via la réalité physique, la finalité ne justifie pas les moyens, mais les nécessites. De telle sorte que si les moyens existent déjà, la réalité peut être atteinte, s’ils n’existent pas mais sont permis par la logique causale, ils peuvent êtres crées, dans le cas contraire, cela reste du seul domaine de l’imaginaire. Cette affirmation est, elle aussi, démontrable. »


                • gaijin gaijin 10 août 10:52

                  « tant va la cruche a l’eau qu’à la fin elle se casse »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès