• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bolivie : ne dites pas « Coup d’État »

Bolivie : ne dites pas « Coup d’État »

Evo Morales, élu avec plus de 10 pts d'avance sans irrégularité, a été forcé de démissionner par l'armée, puis exfiltré en catastrophe par le Mexique après que sa maison et celle de sa soeur aient été prises d'assaut. Le premier président indigène du pays dénonce un coup d'État, terme que les médias occidentaux réfutent unanimement, malgré la violence caricaturale qui accompagne la prise de pouvoir par une fasciste-chrétienne ouvertement raciste.

JPEG

Depuis la prise de fonction d’Evo Morales, la Bolivie a vu son taux de pauvreté chuter de 60 % à 35 %, son taux d’extrême pauvreté baisser de 35 % à 15 %, son salaire minimum être multiplié par 7 (en parité de pouvoir d’achat) et son PIB pratiquement doublé, selon les chiffres du FMI. Avec un tel bilan, on pouvait s'attendre à ce qu'il soit réélu haut la main. 

Sans aucune fraudes électorales constatées, Evo Morales a effectivement remporté les élections du 20 octobre par plus de dix points d’écart et avec plus de 40 % des voix (47,8%), réunissant ainsi les deux conditions nécessaires pour être élu dès le premier tour. 

Les choses ne se sont pourtant pas passées comme prévu. Conformément à ce qu’il avait promis de faire en cas de défaite, le principal opposant Carlos Mesa a refusé de reconnaître les résultats, avant de crier à la fraude électorale et d’appeler à un soulèvement populaire sur la bases d'allégations d'irrégularités techniques absurdes diffusées par le très partisan OAS. Ses soutiens se sont mobilisés dans la rue, en particulier dans la capitale, bastion de l’opposition savamment entretenu par les administrations américaines depuis 2010. Des élus du MAS (parti de Morales) ont été kidnappés et torturés, le président de la majorité au parlement a été contraint de démissionner après l’enlèvement de son frère, la maison de la sœur de Morales a été incendiée, tout comme de nombreux bâtiments publics. 

Evo Morales, qui devait rester en fonction jusqu’en janvier quelques soient le résultat des élections, a accepté d’organiser un nouveau scrutin. Insuffisant pour l’armée et la police, qui l’ont forcé à démissionner (ainsi que son vice-président) avant de le traquer dans sa ville natale en vue de l’emprisonner, sur ordre de l’opposant chrétien intégriste, ouvertement raciste et multimillionnaire Luis Camacho. Après la démission de Morales, l’armée a arrêté le président et vice-président de la commission en charge des élections, les faisant défiler en direct à la télévision sous la garde d’hommes armés et masqués. Une vingtaine de membres du gouvernement se sont réfugiés à l’ambassade du Mexique par peur pour leurs vies.

Si ces faits troublants ne suffisaient pas à caractériser les évènements, l’armée a imposé un couvre-feu avec ordre de réprimer les manifestants pro-Morales, la maison de Morales a été vandalisée par des milices d’extrême droite, l’armée a découpé le drapeau indigène figurant sur ses uniformes, les militants d’extrême droite ont brulé ces mêmes drapeaux (une insulte particulièrement violente pour les 65 % d’indigènes qui composent la population, alors qu’il s’agit d’un des deux drapeaux officiels de la nation). Luis Camacho, lié à l’industrie gazière et aux réseaux néo-fascistes, est entré dans le parlement désert pour apposer une bible sur le drapeau bolivien en proclamant «  la Bolivie appartient au Christ  » (la Bolivie était laïque depuis 2009). Des policiers ont menacé de mort les indigènes devant les caméras. La violence a explosé un peu partout dans le pays. L’armée et la police auraient tiré sur la foule venue protester contre le coup d’État, faisant potentiellement des dizaines de morts

Profitant du chaos, la sénatrice issue de l’extrême droite chrétienne Jeanine Anez vient de se déclarer présidente de la Bolivie, en l’absence de la majorité parlementaire (pourtant acquise à Morales) nécessaire pour le faire, et après que les quatre autres personnages d’État en ligne pour la succession aient été contraints de démissionner par peur pour leurs vies. La sénatrice en question a pris possession des institutions en portant une bible géante dans les bras, et en célébrant le fait que «  la bible retourne enfin au palais présidentiel  ». En 2013 elle déclarait sur Twitter «  je rêve d’une Bolivie libérée des rites sataniques indigènes, les Indiens n’ont pas leur place dans la ville, qu’ils retournent sur les hauts plateaux ou au chaco  ». Elle est la tante d’un narcotrafiquant arrêté au Brésil en 2017 avec une demi-tonne de cocaïne.

Malgré cette avalanche de faits, les médias occidentaux ont été incapables de nommer les évènements pour ce qu’ils sont : un cas d’école de coup d’État. Aux USA, les titres tournent parfois au comique, comme celui de Bloomberg News qui donne la définition d’un putsch sans employer le terme («  Morales démissionne après que l’armée lui ait demandé de partir  »), tandis que le New York Times se réjouit ouvertement de la tournure des évènements après avoir titré "Morales se retire suite à une élection contestée".

En France, Le Monde titre «  Après trois semaines de contestation, le président bolivien Evo Morales annonce sa démission  », laissant penser à un printemps arabe en Amérique du Sud, tandis que Médiapart estime Morales «  victime de ses contradictions et de son succès  ». Peu importe les 3 morts et 397 blessés relevés par Le Monde, la nature fasciste des putschistes pointée du doigt par Médiapart, les maisons de ministres incendiées et l’ambassade du Vénézuéla envahie par des milices fascistes armées de dynamite (selon Le Monde) ou les dizaines de milliers de manifestants réunis dans les rues pour dénoncer le coup d’État. 

Le fait qu’un gouvernement socialiste d’une république laïque disposant des plus grandes réserves mondiales de lithium (métal indispensable à la transition énergétique), souhaitant nationaliser ses ressources naturelles se fasse renverser par un multimillionnaire fondamentaliste chrétien, raciste et présenté comme "le Bolsonaro bolivien" ne semble émouvoir personne. Ce sont pourtant les mêmes forces fascistes qui ont mis Bolsonaro au pouvoir au Brésil, menaçant la survie de l’Amazonie (et de notre civilisation), ou Trump aux USA, élu grâce à la mobilisation des évangélistes les plus radicaux (et qui, depuis, soutient que le réchauffement climatique est un complot, subventionne le charbon et augmente les seuils de rejet de gaz à effet de serre autorisés pour les voitures et l’industrie gazière). 

Comment expliquer que nos médias refusent de voir ce qui se passe en Bolivie, et refusent de le nommer  ?

Pour le comprendre, il faut revenir sur les allégations de fraude électorale. Comme le détaille l’hebdomadaire américain The Nation, le soir de l’élection, comme le veut l'usage, le gouvernement publie consécutivement deux types de résultats : les estimations provisoires et non officielles, qui évoluent au rythme des dépouillements, et les résultats officiels et définitifs. En début de soirée, les chiffres provisoires donnent Morales en tête, mais avec une marge insuffisante pour éviter un second tour. Cependant, les marges augmentent progressivement au fur et à mesure que parviennent les résultats des campagnes, qui votent majoritairement Morales. Les mêmes phénomènes s’observent en France le soir des élections (le résultat du FN tend à baisser lorsque les bureaux des grandes villes, qui restent ouverts plus longtemps, procèdent au dépouillement) et aux USA où (par exemple) Trump était d’abord annoncé perdant en Floride avant que les résultats provenant des campagnes le fassent passer devant Hillary Clinton. 

En Bolivie, le gouvernement a suspendu le décompte provisoire lorsque 80 % des bulletins de vote avaient été dépouillés, avant de basculer peu de temps après vers le décompte officiel. Entre temps, Morales avait acquis un avantage décisif, laissant l’impression que les résultats avaient été truqués, alors que l’augmentation de l’écart était conforme à la tendance, comme l’explique le Center for Economic and Policy Research (CEPR, basé à Washington). Les résultats finaux sont également conformes aux sondages. 

C’est pourtant sur la base de cet écart, purement technique et absolument prévisible, que l’opposition a crié à la fraude. Rappelons que son principal leader avait annoncé avant l’élection qu’il ne reconnaîtrait les résultats que s’il gagnait. Mais les dirigeants américains ont rapidement emboîté le pas, évoquant des fraudes dès le lendemain via Twitter, avant que l’OAS, une ONG d’observation des élections financée à 60 % par les États-Unis et basée à Washington, publie un communiqué alléguant des irrégularités, sans en fournir la moindre preuve et sur l’unique base de l’écart technique mentionné plus haut. Ces soupçons de fraudes évoqués par l’OAS, que la plupart des journalistes traitent comme un organisme indépendant malgré son implication dans le coup en Haïti, et l’aveu d’Hillary Clinton dans ses mémoires où elle affirme avoir instrumentalisé cette organisation en Honduras en 2009, sont venus alimenter le récit médiatique et les manifestations anti-Morales. [1]

L’autre argument utilisé par les médias occidentaux et l’opposition est le fait que Morales briguait un quatrième mandat, alors qu’il avait perdu le référendum de 2016 censé l’autoriser à le faire. Sauf que le résultat du référendum (entaché de fraudes selon Morales) a été annulé par la Cour Suprême du pays. On peut regretter une telle décision, certainement politiquement motivée et malvenue, mais en France le Conseil constitutionnel annule souvent des lois (comme la fameuse taxe de 75 % sur les revenus supérieurs à un million d’euros sur laquelle Hollande avait été élu). L’UE a une longue tradition de non-respect des référendums, tandis qu’aux USA, la Cour Suprême va souvent à l’encontre des votes du Congrès et des choix démocratiques des citoyens (elle a même installé Georges W. Bush au pouvoir en refusant de recompter les voix qui, on le découvrira plus tard, le donnaient perdant en Floride). En quoi la justice bolivienne serait-elle plus illégitime que la nôtre  ? Pourquoi, au maximum ne pas se contenter d'une nouvelle élection comme l'a proposé Morales, ou au minimum le laisser libre après sa démission ? Il suffirait désormais qu'un gouvernement ne respecte pas un référundum (par décision de la Cour suprême) pour justifier un coup d'État militaire ?

Certes, Evo Morales ne faisait pas l’unanimité dans son pays (quel dirigeant peut y prétendre  ?), mais il restait soutenu par la majorité de la population (comme le reconnaît Médiapart), alors que son opposition vient aussi de la gauche et des indigènes, qui lui reprochent d’avoir trop servi les intérêts des industries extractives contre ceux des paysans indigènes. [2]

L’implication des USA semble (pour l’instant) se limiter à des tweets de soutien avant et après le putsch, tandis que la Maison-Blanche a publié un communiqué "applaudissant la restauration de la démocratie" tout en menaçant directement le Nicaragua et le Vénézuéla d'être les prochains sur la liste. 

Depuis ce coup d’État, la Bolivie est au bord de la guerre civile, alors que l’extrême droite évangéliste s’empare du pouvoir et menace la vie des indigènes [3].

Après avoir applaudi l’emprisonnement de Lula au Brésil, les médias occidentaux ont découvert avec horreur que Bolsonaro encourage les incendies en Amazonie, menaçant la survie de l’humanité. Bolsonaro vient de créer un nouveau parti fasciste qui valorise avant tout la bible et sa personne. Les révélations du journal d'investigation The Intercept ont confirmé la nature du coup d’État judiciaire contre Lula, libéré de prison en conséquence. Si Lula est de nouveau libre, pour l’Amazonie (et notre civilisation), il est peut-être déjà trop tard

L’histoire se répète en Bolivie, et nos principaux médias reproduisent les mêmes bêtises de manière caricaturale, aggravant la crise de confiance qui les touche alors que le peuple bolivien proteste contre le putsch et que le corps enseignant se mobilise déjà en masse contre le coup d'État. Des centaines de boliviens ont été blessés par balles et une dizaines a été tué lors d'une marche pacifique. Des paysants pro-morales ont été assasinés, Morales est menacé de prison en cas de retour au pays par la nouvelle présidente (AFP). Chaques jours, des images plus violentes nous parviennent des exactions des putchistes, tandis que des manifestations fleuves ont lieu à tavers le pays contre le coup d'État. Sur la BBC, la nouvelle présidente justifiait d'être entrée avec une bible dans le palais présidentiel : "la république était laique à cause de Morales". 

***

Vous pouvez soutenir mon travail en me suivant sur Twitter, Facebook, ainsi que mon blog http://www.politicoboy.fr/

Notes :

[1] : Pour le détail technique sur l’orchestration des soupçons de fraudes, lire The Nation https://www.nytimes.com/2019/10/23/world/americas/boliva-election-protests.html
 

[2] : The Intercept : https://theintercept.com/2019/11/13/bolivia-and-brazil-at-the-crossroads/

[3] The nation : https://www.thenation.com/article/bolivia-morales-whipala/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • leypanou 18 novembre 10:03

    que son principal leader avait annoncé avant l’élection qu’il ne reconnaîtrait les résultats que s’il gagnait   : si Carlos Mesa s’est tout de même présenté aux élections, il croyait pouvoir gagner.

    Heureusement, il n’en a pas été ainsi : c’est classique de la part des laquais de l’empire de refuser d’avance les résultats des élections qui risquent de ne pas leur être favorable.

    Carlos Mesa ayant été au pouvoir avant, les gens savaient à qui ils ont affaire.

    Moi, je dis à tout le monde : soit vous n’achetez plus ces journaux propagandistes (Le Monde, Libération, L’Obs, Marianne, etc, etc) soit vous faites un minimum mais s’informer aussi ailleurs en plus.

    Personnellement, je n’achète plus ces torchons et depuis très longtemps déjà.

    Information sur le formatage des militaires/policiers en Amérique du Sud.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 10:57

      Pas étonnant que la presstituée ne parle jamais de coup d’état, il s’agit « de restaurer la démocratie » ! C’est d’ailleurs la CIA qui inspire nos chers médias, on reste en famille.

      Les gouvernements en Amérique latine, qui veulent faire une politique sociale et anti impérialiste, ne peuvent survivre qu’avec le soutien de l’armée.

      Comme au Venezuela, qui a connu la même tentative de coup d’état, mais qui a été mise en échec. Sinon, ils se font renverser.

      C’est ce qu’explique Bruno Guigue dans sont billet :

      « Le peuple désarmé sera toujours vaincu »


      • Lambert 18 novembre 11:32

        @Fifi Brind_acier
        J’aime bien la« presstituée », et « le peuple désarmé sera toujours vaincu » est une évidence. L’article de Lucky Luke montre bien que ce sont les armes (police et armée) qui détruisent la démocratie et massacrent le peuple. On voit ça aussi chez nous à chaque manifestation, même non violente.


      • Lambert 18 novembre 11:33

        Cela méritait d’être dit et répété. Merci Lucky Luke.


        • Spartacus Spartacus 18 novembre 11:33

          Les gauchistes, toujours a défendre les enculés d’autocrates, de dictateurs, de tyran les plus tarés...

          Un bis répétita 

          1-Les chiffres soi disant positifs sont en fait négatifs comparés aux autres pays sur la période.

          Le taux de pauvreté est un rapport avec un revenu médian, pas un indicateur de pauvreté.

          Augmenter le salaire minimum, fait obligatoirement augmenter le ppb des gens concernés mais ne dit rien de la globalité de la population.

          Avec la chance d’avoir découvert au début de mandat du gaz, l’évolution du PIB est en fait mauvais.

          2-Fraude aux élections. 

          2a-Fraude à la constitution

          En 2016, un référendum demandant à la population de lui permettre d’être à nouveau candidat avec une participation s’est élevée à 84,47% a dit NON.

          Cette pourriture a fait appel à du Tribunal fantoche dit « électoral suprême », qui contre la Constitution et contre la volonté populaire exprimée lors du référendum) la nomination d’Evo Morales pour le mois d’octobre 2019 autorisé a ce qu’il se représente...

          (un bel enculé indéfendable).

          2b-Trop con que même pour frauder il s’y prend mal.

          83% du dépouillage des votes sortis des urnes suggèrent que le pays verra un second tour, et que le gouvernent met fin arbitrairement aux comptages et ensuite, 20 heures après les résultats finaux sont apparaissent « comme par magie », avec une marge de 0,14%. Une grande farce.


          Et ce n’est pas les USA qui ont fait ce mouvement de libération d’un enculé bolchevique, puisque ce sont des gauchistes qui remplacent ce gauchiste, ce type ayant tué toute opposition et réduit au silence toute les forces de droite...

          Quand à la farce « amazonie ». C’est en Bolivie qu’a eu lieu un maximum de déboisement pour y implanter du caca qui sert la gamelle de cet autocrate lié aux cartels.


          • jmdest62 jmdest62 18 novembre 11:51

            @Spartacus
            Il faut consulter , votre texte montre que vous devez être atteint de Coprolalie.
            @+


          • CN46400 CN46400 18 novembre 11:53

            @Spartacus
            « puisque ce sont des gauchistes qui remplacent ce gauchiste, »
            En fait une nouvelle variante de gauchisme, directement sortie des labos de Monsanto, avec une bible de 10Kg en main et, comme Trump, autre gauchiste qui a réussi, la bénédiction de la confrérie évangéliste, rien à voir avec les « frères musulmans », mais aussi sympathiques ......


          • Aimable 18 novembre 12:04

            @Spartacus
            vous avez du croiser une faucille et un marteau pour être d’aussi mauvaise humeur .
            Pour ces pays la seul arme qu’ils ont de vraiment efficaces pour lutter contre l’impérialisme Américain c’est l’exportation de cette plante ( qui parais t’il rend le consommateur béat ) chez eux pour les rendre moins agressifs . smiley


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 13:12

            @Aimable
            Faut pas en vouloir à Spartacus, il n’a pas la télé, il ignore que l’URSS a disparu en 1989, et que Poutine est un libéral sur le plan économique !

            Bien sûr Poutine est un gros méchant, il a interdit aux oligarques de faire de la politique, il les a obligés à payer des impôts et à investir en Russie, une horreur !!


          • julius 1ER 18 novembre 14:48

            Et ce n’est pas les USA qui ont fait ce mouvement de libération d’un enculé bolchevique, 

            un bel enculé indéfendable !!
            @Spartacus
            Apparemment toi Spartacus, tu as le Droit de traiter les gens d’enculé mais si l’on te retourne le compliment cela ne passe pas le mur de la censure .... y a comme un 2 poids 2 mesures !!!!


          • Spartacus Spartacus 18 novembre 15:16

            @julius 1ER

            J’ai jamais tué quelqu’un ni ordonné de tuer quelqu’un, et ne fait pas l’apologie de tueurs de masse.

            Je crois qu’on peut parler d’un enculé de 1ere pour Morales.

            Il y a des centaines de morts, de gens qui ont étés tués pour réclamer la démocratie et la fin de l’usurpateur qui croit que l’état est sa « propriété personnelle ».

            Les gauchistes et la presse gauchiste ne montre les effusions de sang massives conséquence des plans de Morales pour s’accrocher comme un mollusque au pouvoir.

            Des centaines de personnes blessées ? mutilées, résultat de la lutte de libération contre cette mascarade de démocratie qui n’a pas démarré avec les résultats de l’élection, mais depuis que le tribunal fantoche de pourris ont décrété que l’état Bolivien était la « propriété de Morales a vie ».

            Même les militaires pro-Morales ont refusé de persécuter la population comme l’avait commandé Morales. Même l’armée des fidèles qui ne voulait pas du sang pour qu’il accapare le pouvoir a jugé que c’était un enculé de 1ere.


            Mais de vous voir idiots-utiles ne même pas vous indigner qu’une enflure élu illégalement et qui ordonne les armes et les persécutions, que même son armée refuse de faire, vous l’encensiez.

            Ne même pas vous renseigner (ailleurs que la presse gauchiste) pour voir les faits et que les faits et les ordres officiels de tuer les gens.



            Vous êtes pathétiques !

            En plus ceux qui l’on renversé ne sont même pas de droite, mais d’autres gauchistes...

            Vous êtes systématiquement du coté des plus cruels, et tarés, Staline Pol Pot hier, Maduro Morales aujourd’hui.

            Jamais de réflexion sur vos choix et pensée basique qui privilégie le taré qui partage vos opinions aux fait qui alignent les morts que vous voulez ignorer.

            Tellement plus simple de nier le résultat permanent du socialisme.La terreur d’état systémique.

            Aimer les pourris qui organises des tueries de leurs propres peuples. Un réflexe de caste.


          • mac 18 novembre 15:52

            @Spartacus
            A propos de mascarade de démocratie que dire de la notre ?
            Que quelques milliardaires puissent largement contribuer à faire élire à la magistrature suprême un quasi inconnu trois ans auparavant à coup de unes de magasines et de reportages télé, quelqu’un sans grande expérience politique n’ayant jamais été élu localement cela ne ne heurte pas beaucoup votre gingin.
            Du moment que cela vient des capitalistes cela vous convient peut-être ?
            En attendant dans notre pays aussi il y a eu des morts et cela frappe fort, et pas seulement sur les gauchistes..


          • leypanou 18 novembre 17:43

            @Spartacus
            et que le gouvernent met fin arbitrairement aux comptages et ensuite, 20 heures après les résultats finaux sont apparaissent « comme par magie », avec une marge de 0,14%. Une grande farce 

             : et Duc, c’est l’OEA qui a demandé çà, le gouvernement n’a rien à voir avec çà.


          • Spartacus Spartacus 18 novembre 19:08

            @mac
            Les gens ont voté pour qu’il ne se représente pas et ce pourri se représente quand même. Les gens l’on dégagé et c’est justement pour préserver la démocratie et les institutions et dire que c’est terminé la plaisanterie et qu’on leur volera pas 2 fois le vote.
            Des ministres ont démissionnes, par conviction parce qu’ils savaient qu’ils participaient à une pantalonnade démocratique.

            Vous êtes tous tellement endoctriné bolchevique et voulez tellement voir un fantasme qui n’existe pas de paradis socialiste que vous en êtes tous a nier absurdement les évidences d’une libération d’un tyran par un peuple....

            Morales est tombé parce que l’armée a refusé d’exécuter la répression, continuer la terreur et de continuer à tuer les gens de l’opposition pour une farce de gouvernement d’un mec qui ne veut pas rendre le pouvoir et le garder à vie

            Des morts par dizaines, pas des bobos gauchistes français qui simulent une action forte des forces de l’ordre et BFM TV.
            Arrêtez de comparer des gens tués avec les guignoleries Françaises de l’extrême gauche. C’est ridicule.

            Cette libération vient même pas de la droite ni du capitalisme, mais par des partis tout aussi gauchistes que l’abruti qu’ils ont éjecté.
            Par l’armée et ses propres partisans qui ont refusé les ordres de tirer et tuer la foule sans somation et enfermer les opposants.

            En France les gauchistes qui s’associent avec n’importe quelle cause indéfendable.
            Entre Morales, Maduro, et les islamistes vous êtes de tous les combats des totalitarisme..
            Triste gauche totalement perdue dans son caniveau.


          • mac 18 novembre 20:02

            @Spartacus
            Merci de donner vos sources sur le nombre de morts car pour l’instant j’ai plutôt l’impression que ce sont les pro Morales qui se font tirer dessus par l’armée.
            Pour les morts d’avant donnez vos sources, peut-être que je changerai d’avis, je ne suis pas obtus et je ne suis pas un gauchiste contrairement à ce que vous semblez laisser entendre.
            Ceci dit quand je regarde la page WIKIPEDIA sur la Bolivie, je vois plus parler de morts au moment des dictatures militaires (sic) de 1964-1982 que pendant la période Morales.Mais peut-être avez-vous des sources plus fiables, la CIA peut-être dont on sais qu’elle ne s’ingère jamais dans les affaires d’autres pays ?
            Et bien sûr en France il n’y a pas eu de morts ni de mutilés ?
            Sérieusement certaines images tournées en France actuellement seraient tournées dans d’autres pays, elles feraient scandale...Mais pour les voir il faut lever son derrière de derrière son clavier ou sa télé et aller voir de ses propres yeux, l’avez-vous seulement déjà fait ?


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 novembre 21:02

            @jmdest62
            Spartacus n’a rien d’autre a consulter que son compte de banque pour verifier les paiements de Washington. Il n’y a plus personne d’honnete qui croit la propagande americaine. Morales a bien faite de partir avant d’etre assassine comme Allende.

            PJCA


          • Spartacus Spartacus 18 novembre 21:21

            @mac
            Depuis le référendum de 2016, il y a une forte répression, des gens qui se battent, des grèves de la faim, des mutilés, des gens enfermés.

            Vous ne recevez pas les news-letter de https://www.14ymedio.com/ ou de https://panampost.com/ ?
            Mais évidement dans la presse on ne parle que des morts depuis l’élection, pas ceux d’avant l’élection.

            Vous êtes bien gauchiste a surjouer le misérabilisme et la persécution de la France.

            C’est pas votre fille qui pleure qu’elle est étudiante et sans le sous et expose des années sabbatiques de farniente a rien foutre a Cancun ?
            Et votre frère qui surjoue le type qui tombe poussé par un gendarme ?
            Et Anémone c’est pas votre actrice préférée qui pleurait sur les riches en ayant des comptes en Suisse ? 
            Et Melenchon votre idole, le milliardaire de la gamelle de l’état qui milite Islamiste sans aucun scrupule et refuse de voyager en classe éco ?
            Et ces articles gauchistes qui surjouent la complainte des persécutions en faisant passer une libération pour un coup d’état vos lectures préférées ?


          • merthin 19 novembre 15:09

            @Spartacus

            Vous ne recevez pas les news-letter de https://www.14ymedio.com/ ou de https://panampost.com/ 

            Vous ne retrouvez pas les articles qui donnent les chiffres précis sur une question précise ?

          • jjwaDal jjwaDal 24 novembre 19:33

            @Fifi Brind_acier
            Pas un ange quand même avec sa « flat tax ». Même les USA n’ont pas osé aller aussi loin. Concrètement tout le monde paie le même pourcentage, ce qui est très équitable (Spartacus a fait un article sur le sujet) quand on prélève le même pourcentage sur le « nécessaire pour vivre » comme l’argent de poche de ses amis milliardaires. Après payer des impôts dans ces conditions étaient une condition sine qua non pour profiter de cette aubaine. Les oligarques ont payé (sur le papier).


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 20:33

            @jjwaDal
            J’ai bien signalé que Poutine était un libéral sur le plan économique, mais Spartacus croit qu’il est communiste... !


          • phan 18 novembre 11:55
            Le Centre Stratégique Latino-américain de Géopolitique (Celag) a aujourd’hui contesté le rapport de l’Organisation des États Américains (OEA) sur les élections en Bolivie et a affirmé que ce document manquait de preuves et de fondements techniques.
            Le rapport préliminaire n’apporte aucune preuve qui pourrait être définitive pour démontrer la prétendue ‘fraude’ mentionnée par le secrétaire général de l´OEA, Luis Almagro, lors de la session du Conseil Permanent du 12 novembre, a averti l’entité.
            Le Celag a dénoncé que l’OEA avait rédigé un rapport discutable pour induire en erreur l’opinion publique : le fait que l’écart en faveur d’Evo Morales dans la dernière tranche du décompte des voix s’est élargi pour des raisons frauduleuses et non pour les dynamiques de comportement électoral qui existent entre le monde rural et le monde urbain.
            Cela reflète la continuité fondamentale de la politique impérialiste de Washington en Amérique latine, tant avec les démocrates qu’avec les républicains. Cela va du coup d’État manqué de 2002 sous George W. Bush (prématurément célébré par le Times) contre Hugo Chavez au Venezuela, jusqu’à l’éviction de Morales sous Trump aujourd’hui, en passant par le renversement soutenu par les Etats-Unis (sous Obama) du président Manuel Zelaya au Honduras, en 2009.
            Cette continuité est sous-tendue par la volonté de l’impérialisme américain d’inverser, par la force et la violence militaires, le déclin de son hégémonie économique mondiale, en particulier dans une région qu’il considère depuis bien longtemps comme son « pré-carré ». Cela est motivé tant par la volonté de mainmise des multinationales américaines sur les ressources et les marchés d’Amérique latine – notamment les vastes réserves énergétiques et minérales de la Bolivie, dont 70 pour cent du lithium mondial – que par l’affrontement stratégique entre l’impérialisme américain et la Chine, dont le commerce avec la région s’est élevé l’an dernier à 306 milliards de dollar.
            Le média numérique bolivien Erbol a publié une série de 16 enregistrements audios impliquant directement les dirigeants de l’opposition, organisant un coup d’État contre le gouvernement du président Evo Morales, qui aurait été coordonné par l’ambassade américaine dans le pays.
            Selon les médias, les sénateurs américains Ted Cruz, Marco Rubio et Bob Menéndez seraient impliqués dans le plan , en restant en contact direct avec l’opposition en Bolivie afin de parvenir à un éventuel changement de régime dans le pays. De même, Manfred Reyes Villa , officier à la retraite et ancien préfet de Cochabamba et demandeur d’asile aux États-Unis après avoir été accusé de corruption en 2009 , a également été cité comme l’un des architectes de l’opération de coup d’État à l’étranger.
            Les audios mentionnent également des appels de leaders de l’opposition à brûler les bâtiments du parti gouvernemental et à organiser une grève générale à travers le pays. Dans tout cela, une éventuelle attaque contre l’ambassade de Cuba serait inclus , très similaire à ce qui s’était passé lors du coup d’État contre le président du Venezuela, Hugo Chavez, en 2002.
            Les médias locaux soulignent que le plan déstabilisateur aurait été coordonné par l’ambassade américaine en Bolivie avant les élections et citent les sénateurs américains Ted Cruz et Marco Rubio, qui auraient des contacts directs avec l’opposition bolivienne dans le cadre de la stratégie. de renversement de Morales.
            Le plan était axé sur le fait que si Evo Morales remportait les élections du 20 octobre, un gouvernement de transition civilo-militaire serait mis en place. Le nouveau gouvernement alléguerait des fraudes dans le processus électoral et ne reconnaîtrait pas la victoire électorale de Morales .
            Le Parlement bolivien a élu, à la majorité des voix et avec un quorum, le nouveau chef de la chambre basse, Sergio Choke. Comme Morales, Choke est un représentant des peuples autochtones de Bolivie, qui constituent la majorité de la population.
            Le chef du coup d’État bolivien Luis Fernando Camacho est un multimillionnaire d’extrême droite issu des mouvements fascistes de la région de Santa Cruz, où les États-Unis ont encouragé le séparatisme. Il a obtenu l’appui de la Colombie, du Brésil et de l’opposition vénézuélienne.
             Lorsque Luis Fernando Camacho a fait irruption dans le palais présidentiel abandonné de la Bolivie dans les heures qui ont suivi la démission soudaine du président Evo Morales le 10 novembre, il a révélé au monde une partie du pays qui était en totale contradiction avec l’esprit plurinational que son dirigeant socialiste et autochtone destitué avait proposé.
            Avec une Bible dans une main et un drapeau national dans l’autre, Camacho inclina la tête en prière au-dessus du sceau présidentiel, accomplissant son vœu de purger le patrimoine autochtone de son pays du gouvernement et de « ramener Dieu au palais brûlé ».
            « Pachamama ne retournera jamais au palais », a-t-il dit, faisant référence à l’esprit de la Terre nourricière andine. « La Bolivie appartient au Christ. »...

            • ZenZoe ZenZoe 18 novembre 12:04

              Qu’il y ait eu un coup d’état ne rend pas Morales plus blanc non plus !

              Les pays d’Amérique latine sont tous gangrenés par la corruption, du haut en bas et de droite à gauche.

              Et les indignations d’idéologues européens nostalgiques de l’époque du Che n’y changeront rien. La lutte contre la corruption se fera autrement, et d’abord en restant impartial.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 12:20

                @ZenZoe
                Avec les millions d’euros que Macron a retiré de son passage chez Rothschild, cela ne s’appelle pas de la corruption, mais « un encouragement à défendre les riches », ce qui est bien différent ... 

                Quant à Hillary Clinton, dont la fondation mentionne des versements venant d’Arabie Saoudite, d’Allemagne et d’ Algérie, ce n’est pas de la corruption non plus, c’est un « encouragement à la démocratie »..
                « Pour Hillary, l’argent n’a pas d’odeur »


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 12:43

                @Fifi Brind_acier

                t’as pas dû comprendre un truc :

                Hillary Clinton n’est pas présidente des USA


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 13:07

                @Olivier Perriet
                Hillary Clinton n’est pas présidente des USA


                Les deux milliards du trésor de guerre, ils sont passés où ?


              • phan 18 novembre 13:27

                @ZenZoe

                Contre exemple : Jose Mujica, le « président le plus pauvre du monde ».

              • ZenZoe ZenZoe 18 novembre 14:16

                @phan
                Bah je vais vous faire la même réponse alors : que l’Amérique du Nord soit corrompue n’implique pas que l’Amérique du Sud ne le soit pas.

                Mujica : en effet, c’est l’exemple qui confirme la règle.


              • MAUGISMICHEL MAUGISMICHEL 18 novembre 14:29

                @ZenZoe

                À vouloir mettre en avant la corruption en AL pour éviter de parler de coup d’état fasciste fait de vous un corrompu de première et un partisan du renversement par la force des pays qui luttent et résistent à l’emprise fasciste des US et de l’UE.

                Essayer de penser un peu plus loin que votre égoïsme de petit nanti.
                Le plus grand corrupteur du monde est les USA, ce que tout le monde sait.
                Comment se fait il que la quasi totalité des médias évite de parler de Coup d’Etat en Bolivie, si ce n’est pas la corruption de ceux-ci par l’Oligarchie financière qui les contrôle ?


              • covadonga*722 covadonga*722 18 novembre 14:38

                @MAUGISMICHEL
                Essayer de penser un peu plus loin que votre égoïsme de petit nanti

                celle la de la part d’un expat sponsorise par le juche elle est bien rigolotte 


              • mac 18 novembre 17:29

                @Olivier Perriet
                « Hillary Clinton n’est pas présidente des USA »

                Comme quoi le matraquage médiatique a peut-être parfois ses limites (2005, Brexit, Trump...) n’en déplaise à ceux qui ne jurent que par ça...
                Mais on peut en rassurer certains, nous aurons de nouveau un Le Pen à la prochaine élection présidentielle que l’on rendra presque fréquentable avant le premier tour avant de le diaboliser au second et nous aurons de nouveau Macron président malgré une côte de popularité sans doute au plus bas... Vive la démocratie !


              • Eric F Eric F 18 novembre 19:08

                @mac
                Rothschild avec toute sa fortune n’est pas derrière chaque électeur dans l’isoloir, ni le chef de la CIA, ni la synarchie, etc. Les « finalistes » de la présidentielles ne dépendent que des électeurs, présenter ceux-ci comme des crétins manipulés est une curieuse conception de la démocratie (les électeurs ne sont pas plus dupes des médias aujourd’hui qu’ils ne l’étaient en 2005). Donc pour éviter qu’en 2022 il y ait le même ticket qu’en 2017, il faut que chaque grand courant d’opposition unisse son camp et présente chacun un candidat rassembleur ; que les militants fassent campagne ; et les électeurs se détermineront.


              • mac 18 novembre 20:15

                @Eric F
                Vous êtes du naïveté qui semble peut-être confiner à la sottise ?
                Tout les gens sérieux savent qu’il y a une corrélation entre les personnes élues et leur médiatisation. Pour Macron cela a été flagrant car il était inconnu du grand public trois auparavant et n’avait pas de mandat alors par quel miracle les gens l’auraient connu s’il n’avait pas été sur-médiatisé ?
                Vous parlez d’opposition mais quelle opposition ?
                Il y a eu tellement de porosité entre le PS, les Républicains et LREM qu’on ne sait plus vraiment s’il y a une différence. Quand aux autres partis ce sont souvent des repoussoirs appelés extrêmes ou présentés comme farfelus dans les médias et qui ne passeront jamais un deuxième tour. Bref tout se passe comme si nous avions désormais un parti unique dans le pays. Mais si la situation vous convient, tant mieux pour vous et vous pouvez appeler cela comme vous voulez...


              • Eric F Eric F 18 novembre 21:55

                @mac
                ça y est, encore un qui traite de crétin quand on n’est pas de son avis ! Eh bien contrairement à vous je pense que les citoyens ne sont pas tous des marionnettes, Macron a évidemment été favorisé par les médias, mais il était en lice sur une base électorale existante entre la droite du PS (Vallsistes) et la gauche de LR (Juppéistes). Il s’est habilement fait passer pour « hors système », jouant sur se nouveauté. Mais au premier tour de 2017, la gauche, hors courant socio-libéral rallié au macronisme, a fait son plein de voix, mais dispersé sur plusieurs candidats. La droite conservatrice a fait également le plein de ses voix, hors le courant eurolibéral rallié lui aussi au macronisme. Au premier tour, Fillon ou Mélenchon n’étaient pas très loin, l’incertitude des urnes pouvait changer la donne.
                La presse contribue évidemment à la célébrité des candidats, mais elle était pour Balladur en 95 et pour Sarko en 2012, et n’a pas fait le résultat. La presse a utilisé la méthode Coué pour que LREM soit en tête aux européennes, ça n’a pas été le cas (idem au référendum de 2005). La presse véhicule effectivement la « pensée unique », mais n’y parvient pas autant que ça, ainsi les 3/4 des Français sont pour le rétablissement de l’ISF et pour l’instauration du RIC. Mais mathématiquement l’union des centres face à la gauche éclatée et la droite divisée produira le même résultat en sortie des urnes, médias ou pas.


              • Eric F Eric F 18 novembre 21:58

                ...du reste, vous aviez vous même écrit que « le matraquage médiatique a parfois ses limites » je pense même qu’il peut braquer les électeurs et produire le rejet, comme dans les cas que vous avez cité.


              • mac 18 novembre 22:34

                @Eric F
                Les cas où les médias n’arrivent pas à leurs fins son très minoritaires et très rares.
                Balladur en 95 avait beaucoup de soutiens mais pas tous, Sarko en 2012 était grillé par son mandat précédent , pour Macron en revanche c’était quasiment le grand chelem médiatique. Et vous ne m’avez pas encore expliqué comment en trois ans on peut faire d’un inconnu, un président de la république ?
                Le seul exemple en France depuis une trentaine d’années qui est vraiment allé à l’encontre des médias est le référendum de 2005 (grâce en partie à Internet) et vous savez ce que l’on en a fait (suivi d’un très grand mutisme...des médias).
                Les français sont pour le RIC mais ils ne l’auront pas quand à l’union des centres c’est une vaste rigolade, nous assistons simplement à une fusion à droite au sens libéral du terme d’une partie du PS avec une partie des républicains.
                Pour les résultats de 2022, ils sont effectivement probablement courus d’avance, on peut faire confiance aux médias pour faire passer pour complètement farfelue toute tentative de faire émerger autre chose et nous ressortir le croque-mitaines de l’extrême droite au moment des élections...Regardez comment les GJ sont souvent présentés comme des imbéciles alors que certains se mobilisent depuis un an en espérant faire bouger quelque chose. Certains sont des gens simples, d’autres moins mais ils discutent entre eux et parlent politique ce que l’on ne fait plus presque partout ailleurs.
                Les gens ont probablement bien moins de culture politique qu’il y a trente ou quarante ans et si vous prenez des jeunes qui passent leur bac, vous seriez étonné du pourcentage d’entre-eux qui ne sauraient pas définir la différence entre la gauche et la droite. Dans ce contexte les médias vendent des produits marketing.


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 22:41

                @mac

                il est donc en train de nous expliquer que les médias font 100% des élections, sauf le référendum de 2005 où tous les médias étaient pour le Oui.

                Très fort le gars. Si, si.

                J’en déduis une chose : les Français sont des cons qui avalent tout ce qu’on leur donne.

                Posez vous des questions : faut-il traiter de cons les gens qu’on veut « convaincre » ?


              • mac 19 novembre 06:58

                @Olivier Perriet
                Oui les médias font beaucoup dans les élections.
                Le français ne sont pas des « cons » mais sont mal informés et les médias y sont sûrement pour quelque chose.
                Un exemple  : la consultation sur ADP.
                Beaucoup de français sont contre la privatisation mais peu savent que cette consultation existe. Il faut dire que les médias n’en parlent pratiquement pas, mais pour vous ce n’est sans doute qu’un hasard ?


              • Eric F Eric F 19 novembre 10:41

                @mac
                Macron semble effectivement un objet marketing vendu par les médias, mais il s’est engouffré dans l’espace politique vers lequel l’alternance allait de toute façon se faire : le centre droit (Juppé était attendu) ou le centre-gauche vers lequel la fraction gouvernementale du PS tendait (Valls pensait capter l’héritage). Macron était en embuscade et a bénéficié non seulement d’un coup de pouce médiatique mais aussi d’un concours de circonstances suite aux deux primaires (Juppé et Valls éliminés, Fillon emberlificoté dans ses contradictions sur la probité...). Il a habilement grignoté à sa droite et sa gauche, et démembré le PS comme LR.

                Concernant la pétition pour demander un referendum (RIP) contre la privatisation d’ADP -je l’ai signée dès le début-, le problème ne se limite pas aux médias, les partis d’opposition ne font pas campagne sur ce thème, je n’ai vu aucune affiche ni aucun interviewé en parler.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 20:37

                @Eric F
                a bénéficié non seulement d’un coup de pouce médiatique


                Tu parles d’un coup de pouce, c’était un bulldozer !
                Toutes les télés, les radios, les journaux, les hebdomadaires étaient pro Macron !
                Ce ne sont plus des élections, mais un coup d’état médiatique !


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 12:42

                Appel aux poutiniens, tires mondo gauchistes

                pourquoi dire « Macron démission » c’est bien,

                dire « Assad Morales Maduro démission » c’est mal ?

                 smiley


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 13:08

                  @Olivier Perriet
                  Et fréquenter les Monarchies du Golfe, ça se dit comment ??


                • phan 18 novembre 13:17

                  @Olivier Perriet

                  Vous n’avez pas dû comprendre un truc : Moralès a démissionné, il n’est pas plus blanc après le coup d’état, il est toujours amérindien !

                  Question de poupoutinien à Saint Pierre : alors toujours second devant l’éternel ?


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 14:10

                  Alors si ceux qui ont fait démissionner Morales sont des putschistes.

                  Si ceux qui veulent faire partir Maduro sont des putschistes.

                  Les gilets jaunes qui demandent la démission de Macron depuis son élection, ils sont quoi ?


                • phan 18 novembre 15:53

                  @Olivier Perriet

                  Ceux qui ne soutiennent pas les Gilets Jaunes et qui soutiennent les Impérialistes contre Morales, Maduro sont des fascistes, des enculés (au sens de Spartacus) ...
                  Ceux qui soutiennent l’assassinat de Kadhafi et la destruction de la Libye, de la Syrie, du Yémen ... sont ceux qui ont soutenu Sarkozy, Hollande, Macron ... 

                • mac 18 novembre 15:59

                  @Olivier Perriet
                  La différence c’est que chez nous malgré quelques morts et des mutilés, rien ne bouge et aucun dialogue réel.
                  Comme quoi nous sommes peut-être en « avance » sur ces régimes...
                  Mais dites moi, pourquoi ne pas reconnaître les élections dans ces pays ?parce qu’elle ne vont pas dans votre sens ?


                • Pere Plexe Pere Plexe 18 novembre 16:16

                  @Olivier Perriet
                  On peut renverser votre raisonnement (?)
                  Pourquoi serait il normal que Macron reste et que Morales démissionne ?


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 17:05

                  Je n’ai rien jugé dans ce commentaire, car je ne connais pas la situation dans ces pays.

                  Je commente simplement les analyses idiotes qu’on entend ici.

                  Pourquoi Macron devrait finir ses 2 ans et demi ?
                  Et pourquoi Jean-Luc devrait le remplacer maintenant ?

                  Ah, c’est vrai, Jean-Luc est très fort pour demander la démission des autres, mais pas pressé pour y aller.

                  Sinon, qui ou quoi pour remplacer Macron ? Pas beaucoup de candidat, que des planqués.
                  Mitterrand avait au moins eu le courage de se rendre publiquement disponible en mai 68.


                • mac 18 novembre 17:37

                  @Olivier Perriet
                  L’argument de choc : qui pour remplacer Macron ?
                  Mais Macron n’existait quasiment pas politiquement trois ans avant son élection et n’a jamais exercé d’autre mandat, comment croire que c’est maintenant l’homme de la situation, le nouveau grand homme de la France (auprès duquel, peut-être, Charles de Gaulle passerait pour un nain politique) ?
                  N’importe quel homme sincère, honnête et correctement instruit peu éventuellement faire mieux que lui à condition d’être bien entouré. Aux états-unis, pays un peu plus puissant que le notre, ils ont élu un acteur de cinéma. Alors pourquoi en France ne connaît-on quasiment qu’un seul moule qui en plus ne marche pas !


                • Eric F Eric F 18 novembre 19:15

                  @Olivier Perriet
                  « Mitterrand avait au moins eu le courage de se rendre publiquement disponible en mai 68 » Il ne s’est pas présenté en 69, et le candidat de son courant politique a fait 5% (moins bien que Hamon en 2017).


                • Eric F Eric F 18 novembre 19:26

                  @mac
                  Le problème est que Macron a été élu en conformité à la constitution, il n’y a pas eu au moment de son élection de motif d’invalidation. Il est impopulaire à mi-mandat comme ses prédécesseurs, aucun n’a démissionné. La solution est politique : voter contre son parti à chaque élection, et contre lui en 2022. Il n’y en n’a pas d’autre -hors un pronunciamento, mais depuis soixante ans l’armée est légaliste-.
                  Ceci étant, si Macron démissionnait aujourd’hui, que donnerait une élection ? prenez une loupe sur la popularité des responsables politiques, et extrapolez.


                • mac 18 novembre 20:19

                  @Eric F
                  La popularité des responsables politiques est essentiellement liée à leur médiatisation tout le reste c’est des salades ? Qui possède les médias influe très lourdement sur les élections, il faut être naïf pour croire autre chose.


                • Eric F Eric F 18 novembre 20:50

                  @mac
                  Les médias tentent d’influer dans le sens de l’euro-libéralisme et du multiculturalisme, mais les citoyens ne sont pas tous des demeurés, la plupart font la part des choses -du reste les 80% de soutient aux GJ fin 2017 le montrent-. Si les médias faisaient l’élection, c’est Juppé qui aurait gagné la primaire de droite, et Valls qui aurait gagné la primaire de gauche. Macron a bénéficié in extrémis (fin 2016) de la renonciation de Hollande et du trébuchement de Fillon (qui était alors le favori des sondages), il est devenu le candidat par défaut, mais si la gauche avait été unie autour d’un candidat unique, elle aurait été présente au second tour, ce ne sont ni Rothschild ni la CIA qui l’en ont empêché. 


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 novembre 21:12

                  @mac

                  Qu’entends-je ? Les gens seraient-ils a devenir moins bêtes. ? Attention, ça pourrait mal tourner...

                  PJCA


                • mac 18 novembre 21:23

                  @Eric F
                  Avec des si on mettrait Paris en bouteille comme on dit.
                  Le candidat par défaut a été élu parce que Hollande était arrivé à un niveau d’impopularité impossible à remonter mais candidat par défaut ou pas, sans les médias un inconnu comme il l’était au départ ne peut pas devenir président. Expliquez moi le miracle autrement que par le fait qu’il a fait autant de unes de magazines que quasiment tous les autres candidats réunis. Que l’on voyait sa tête en grand sur tous les kiosques à journaux.
                  Vous croyez peut-être en la démocratie comme on croit au père noël mais sans instruction ou information suffisante, ceux qui possèdent les médias (qui sont d’ailleurs peu nombreux) fabriquent le consentement et l’opinion publique.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 21:32

                  @Eric F
                  Mais enfin arrêtez ! Tous les français sont témoins de la manière dont la campagne électorale de 2017 s’est déroulée..

                  100 % des télés vantaient les mérites de Macron, 100% de magazines, 100% des journaux et 100% des radios !
                  Et cela pendant des mois. Il y avait des photos de Macron partout !

                  Il s’agit ni plus, ni moins que d’un coup d"état médiatique.
                  Si le marketing ne fonctionnait pas, les riches auraient cessé de l’utiliser.
                  S’ils l’utilisent, c’est que c’est efficace pour manipuler les gens.

                  Cette campagne a été faite en violation de l’article 4 de la Constitution :

                  « Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

                  Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi.

                  La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation. »


                • mac 18 novembre 22:02

                  @Pierre JC Allard
                  Si les gens sont un jour mieux informés (je ne veux pas dire moins bêtes) cela ne sera pas grâce aux médias actuels...


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 22:10

                  @mac
                  Si les gens sont un jour mieux informés (je ne veux pas dire moins bêtes) cela ne sera pas grâce aux médias actuels...


                  Pour cela, il faudra au minimum, interdire aux industriels et autres CAC40, de posséder des médias. Ou à des fonds de pensions ou autres malfaisants financiers, qu’ils soient français ou étrangers...


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 22:32

                  @Fifi Brind_acier

                  alors il suffit de mettre des photos de Fr Asselineau partout pour qu’il gagne ?

                  Et comme l’UPR explique qu’elle est seule contre les partis du système, lui donner 50% de parts d’audience, comme ça elle fera 50 %.  smiley

                  Vous êtes nuls, pires que nuls :

                  mettre un tocard à l’antenne lui fera perdre des électeurs ; comme disait l’autre, il est peu connu mais c’est un avantage.

                  L’UPR, grâce à vous, tout le monde connait. Et vous restez à 1% : il n’y a pas de déficit de notoriété, vous creusez votre tombe.

                  Même Philippot a fait presque aussi bien que vous en à peine 1 an. « Ah oui mais il était hyper médiatisé, etc etc etc... » smiley


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 22:38

                  @mac
                  Expliquez moi le miracle autrement

                  Ben je sais pas moi :

                  le soutien de caciques du PS (Collomb, Valls...) et de la droite (Bayrou...) par exemple.

                  Et les suicides politiques de Fillon et de Hamon ont aussi beaucoup joué.

                  Mais ça vous le savez.


                • mac 18 novembre 22:47

                  @Olivier Perriet
                  Des tocards, n’en a t-on pas élu un certain nombre depuis le départ de de Gaulle ?
                  La notion même de tocard est toute relative, les médias nous portent éventuellement aux nues des tas de tocards qui ne sont en conséquence pas considérés comme tels aussi bien en politique que dans les variétés ou dans le sport...C’est quoi un non tocard ? Quelqu’un qui fait beaucoup d’audience à la télé ?


                • mac 18 novembre 23:04

                  @Olivier Perriet
                  Oui je connais l’histoire des Gracques mais sans les médias et les unes de magazines pas grand monde n’aurait probablement entendu parler de Macron.
                  Pour le suicide politique de Fillon c’est pareil, certains médias s’en sont bizarrement vite emparé alors que d’autres affaires restent étouffées...


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 novembre 04:30

                  @mac

                  il y a une quinzaine d’années que j’ai commencé a écrire que, dans une démocratie, qui controle les medias controle tout... Maintenant, tout le monde devrait le savoir... On continuera pour un temps a faire de èlections, mais ils seront de moins en moins nombreux à prendre cette routine au sérieux. Il sera interessant de voir ce qu’on inventera pour persuader encore le peuple que c’est finalement lui qui décide ...

                  PJCA


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 novembre 08:13

                  @Olivier Perriet
                  Ce que demande l’ UPR, c’est que les médias respectent la Constitution.

                  Quant à Philippot, tous les électeurs le connaissent ! Non seulement il était reçu partout quand il était au FN, mais il copiait l’ UPR sans honte...

                  Si Asselineau était aussi nul que vous le dites, le site de l’ UPR ne serait pas le site politique le plus fréquenté de France !

                  "Notre site Internet, www.upr.fr, est le plus consulté de tous les sites de partis politiques français selon les statistiques d’Alexa Ranking.

                  La chaine YouTube de l’UPR, créée en 2009, est la deuxième de tous les partis et personnalités politiques de France en nombre d’abonnés, avec plus de 118 000 abonnés au 31 octobre 2019.

                  Baptisée UPR-TV, cette chaîne YouTube enregistre en outre la plus forte croissance du nombre d’abonnés en pourcentage depuis le début de l’année 2019, avec une progression de + 38 % sur dix mois (85 355 abonnés au 31 décembre 2018).

                  Elle compte 32,2 millions de vues cumulées au 31 octobre 2019, soit une progression de + 48 % sur les dix premiers mois de 2019."

                  Mes condoléances !


                • JL JL 19 novembre 09:13

                  @Fifi Brind_acier
                   
                   ’’Ce que demande l’ UPR, c’est que les médias respectent la Constitution.’’
                   
                  Question : concrètement ce serait quoi, le respect de la constitution par les médias ?
                   
                  Question subsidiaire : comment pourrait-on contrôler un pouvoir médiatique qui ne fonctionne pas par la coercition mais par la séduction, et qui sait très bien écarter ceux qui pensent de travers ?


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 09:43

                  @mac

                  en tous cas, j’ai toujours pas de réponse :

                  pourquoi faire démissionner Morales ou Chaves ou Assad c’est mal,
                  et pourquoi faire démissionner Macron (qui est là depuis 2 ans, ce n’est pas beaucoup) ce serait super ?

                  Et surtout, si Macron part « tout de suite maintenant » (on ne parle pas de son départ dans 2 ans et demi à l’issue d’un mandat normal mais d’un départ précipité, je répète pour les mal entendants qui voudraient croire qu’il est irremplaçable, ce qui est faux) vous mettez qui ou quoi à la place « tout de suite maintenant » ?

                  François Asselineau ?
                  Jean-Luc Mélenchon ?

                  Un RIP perpétuel ?

                  Pour rappel, au Vénézuela, il y a un opposant prêt à prendre la place.
                  En mai 68, Mitterrand avait aussi indiqué qu’il était prêt à prendre la place, même si son heure n’était pas venue et qu’il a été plus ridicule qu’autre chose.
                  Alors, QUI EST PRÊT A PRENDRE LA PLACE tout de suite maintenant ?


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 09:44

                  @Fifi Brind_acier

                  mais alors... tout le monde connaît Asselineau.

                  Mais personne ne vote pour lui.

                  Il y a comme un problème, non ?


                • mac 19 novembre 12:29

                  @Olivier Perriet C’est très simple les chefs d’états dont vous parlez ne sont pas chez nous et c’est à leur peuple de décider et pas à nous sinon cela s’appelle de l’ingérence. Chez nous par compte cela nous concerne. Pour la suite par qui le remplacer ? Ce ne sont pas les petits candidats qui manquent ou dans la société civile. Même Hulot aurait été meilleur, bien entouré. De toute façon ce n’est plus vraiment lui qui gouverne seul puisqu’il rend des comptes à l’Europe.


                • Eric F Eric F 19 novembre 13:58

                  @Fifi Brind_acier
                  J’ai déjà répondu sur le sujet de Macron propulsé par les médias https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/bolivie-ne-dites-pas-coup-d-etat-219312#forum5610096 , cela n’explique pas tout puisqu’il a été élu sur le créneau politique où l’alternance était dores et déjà sur la voie (Juppé favori des sondages, Vallsisme, etc.)
                  Les médias ont une certaine influence, mais il ne faut pas la surestimer, du reste vous vantez le succès d’audience d’UPR TV site politique le plus fréquenté de France, mais vous écrivez ailleurs que l’UPR serait quasi-inconnu, il y a contradiction.

                  Concernant Philippot, il a toujours été pour la sortie de l’UE, il n’y a pas de droit d’exclusivitér d’Asselineau sur ce point, et il a été effectivement médiatisé lorsqu’il était au FN, qu’il avait positionné en ce sens.


                • Eric F Eric F 19 novembre 14:02

                  @Olivier Perriet
                  « QUI EST PRÊT A PRENDRE LA PLACE tout de suite maintenant ? »
                  Autant de réponses que de courants différents dans le mouvement Gilets Jaunes : Jean-Luc, Marine, François, ou même un général en disponibilité ;


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 14:13

                  @Eric F

                  non :

                  Jean Luc n’en veut pas : il défile avec les frères musulmans et se prépare un fin de carrière comme gestionnaire d’un mandat en Seine Saint-Denis, mais pas plus.

                  Marine s’est suicidée en direct lors du débat raté de 2017. Je ne sais pas si on peut s’en remettre.

                  Asselineau plafonne à 1%


                • Eric F Eric F 19 novembre 17:02

                  @Olivier Perriet
                  ...si on était dans une situation telle que Macron ait été acculé à démissionner, vous trouverez tous ces politiciens prêts à entrer en lice, et bien d’autres. Mais ma remarque était surtout que le courant GJ est hétérogène en terme d’orientation politique : des souverainistes, des poujadistes, des réformlistes, des ouvriéristes... il y a unanimité à demander le départ de Jupiter, mais pas de « solution de rechange » qui obtiendra le soutien général (vue la popularité du RIC, je peux peut être candidater : e RIC -F smiley )


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 novembre 10:12

                  @Eric F
                  ...si on était dans une situation telle que Macron ait été acculé à démissionner

                  Mais c’était bien le cas en novembre-décembre dernier !


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 20:40

                  @JL
                  concrètement ce serait quoi, le respect de la constitution par les médias ?


                  ça s’appelle la liberté d’expression politique, censée être contrôlée par le CSA et le partage des temps de parole entre tous les candidats.


                • Xenozoid Xenozoid 24 novembre 20:46

                  @Fifi Brind_acier

                  on devrais suprimer les sondages


                • QAmonBra QAmonBra 18 novembre 13:46

                  Merci @ l’auteur pour le partage.

                  Un bon article dont je partage l’indignation.

                  Il faut pourtant réaffirmer, au risque d’en froisser certains, que seuls les ignares, les fanatiques et autres mystificateurs ignorent et/ou se moquent du fait qu’en Ôccident, la démocratie, les droits de l’homme, le droit national (affaire J. Assange) ou international (Palestine) ont été et sont toujours à géométrie variable, à double standard comme disent diplomatiquement certains responsables orientaux.

                  Historiquement, ces valeurs n’ont jamais été détruites par le fascisme, la dictature et/ou le totalitarisme, dont la récurrence occidentale est connue, mais par ceux là même qui ne cessent de s’en prévaloir, tout en les piétinant éhontément quand cela les arrange, faisant ainsi le lit de la « bête immonde au ventre fécond » qu’ils ne cessent, ultime et abjecte hypocrisie, de dénoncer et de pointer, bien sur, là où elle n’est pas.

                  Le traitement du « golpe de Estado » bolivien par la caste politico-merdiatique occidentale est, si besoin en était, un exemple caricatural, quasi comique, mais qu’un de plus et probablement pas le dernier de leur part. 

                  En réalité, comme pour tout malfrat, le droit du plus fort a toujours été le seul et véritable credo occidental, mais, toujours en réalité, tout, heureusement, a une fin. . .


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 14:36

                    @QAmonBra

                    à la différence, c’est que la Palestine ne fait plus rire personne, et que les indignés qui courent après le Hamas ou le Hezbollah ressemblent à Frère Jean-Luc qui défile avec les Frères musulmans.


                  • mac 18 novembre 16:04

                    @Olivier Perriet
                    Le défilé en question n’avait pas eu l’air de trop déranger le gouvernement non plus.
                    Aucune infiltration de black blocs ni de nassage et une médiatisation plutôt bienveillante...


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 17:01

                    @mac

                    Et donc ?

                    C’est la faute à Macron s’il n’y a pas eu de casse ?
                    Et c’est la faute à Macron lorsqu’il y en a ?

                    Ca devient un peu compliqué de systématiquement rejeter tout sur celui qui vous obsède autant smiley Absurde, mais l’obsession n’a que faire de la logique.

                    Remarquez, les experts de la lutte contre l’islamisation n’étaient pas vraiment visibles non plus le dimanche en question : ils sont resté à s’indigner vigoureusement dans leur monde virtuel.


                  • mac 18 novembre 17:19

                    @Olivier Perriet
                    La casse il semble y en avoir plus souvent quand la manif déplaît au gouvernement que quand elle va dans son sens ? Est-ce un hasard ?

                    Il semble que rien ne vous choque vous, même pas les propos d’un haut fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions qui annonce distinctement qu’il a un camp.
                    Sinon c’est qui Macron politiquement ? Après trois années de mandat, peut-on encore se poser la question ? Beaucoup de français ne le connaîtraient pas s’il n’avait pas fait tant de unes de magazines et de journaux télévisés vu qu’il n’a même jamais fait un mandat local et qu’il était à peu près inconnu du public trois auparavant. Sommes nous vraiment dans une démocratie ou dans une « médiacratie » aux mains de quelques milliardaires ? On peut tout de même se le demander...
                    Maintenant que ce « régime » vous plaise parce que vous y faites peut-être encore votre beurre, c’est possible mais cela semble le cas de moins moins en de monde...


                  • exol 18 novembre 17:21

                    @QAmonBra
                    On s’en fout de la Palestine.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 22:35

                    @mac

                    de la même façon, posez vous la question :

                    très peu de black bloc étaient présents dans La Manif pour tous.

                    Hasard ? Ou préméditation ? Ou alors points de vue opposés, tout simplement.
                     smiley


                  • mac 18 novembre 22:58

                    @Olivier Perriet
                    Je ne sais pas s’il y a avait beaucoup de blacks blocs à la manif pour tous mais la répression était déjà là et assez féroce...
                    Beaucoup de GJ ne se reconnaissent pas en eux et ils s’infiltrent surtout lorsque les rassemblements promettent d’être massifs. Leur présence contribue à discréditer un mouvement constitué encore en partie de petits retraités qui n’ont rien à voir avec eux. Au final leur présence fait le jeu politique du gouvernement (de là à dire que l’on manque un peu d’énergie pour les empêcher de s’infiltrer...)


                  • QAmonBra QAmonBra 19 novembre 07:16

                    @exol

                    Shalom le troll $ioniste, toujours aussi allergique à certains mots !?

                    Attention ! A haute dose le $ionisme s’assimile à du conditionnement pavlovien !

                    C’est qui « On » ?

                    Votre lumineuse et raciste 3ème personne ou la hasbara « him self » ?


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 09:52

                    @mac

                    on en revient à la séparation du méchant black bloc et du gentil gilet jaune qui ressemble un peu à la différence entre le bon et le mauvais chasseur des Inconnus.

                    Donc même pas capable d’assumer quelques cassages de banques ? Pour des anti capitalistes c’est marrant.


                  • foufouille foufouille 19 novembre 10:14

                    @Olivier Perriet

                    le fait est qu’ils ne sont pas visible au départ de la manif.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 11:11

                    @foufouille

                    alors les gens qui supportent les gilets jaunes
                    veulent que Macron démissionne, tout en lui demandant de répondre à leurs questions.
                    sont contre la finance, pour une organisation anar, tout en étant opposés aux violences contre les banques.
                    passent leurs samedis à dire « Macron PD, Macron démission » mais attention, « tout cela est très pacifique ».
                    veulent la démission de Macron, mais attention, « ils ne font pas de politique car la politique c’est très mal » et ne veulent pas prendre sa place

                    Depuis le départ, il y a des trucs très contradictoires là dedans.

                    Et des démagos les y encouragent.


                  • foufouille foufouille 19 novembre 12:52

                    @Olivier Perriet

                    il y a simplement plusieurs catégories de personnes dans ce mouvement.

                    les politiques ne font que des promesses ou des lois, comme le logement décent obligatoire, souvent bidons.

                    donc c’est pas on prend les mêmes et on recommence.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 14:08

                    @foufouille
                    donc c’est pas on prend les mêmes et on recommence.

                    Il n’y a donc pas de solution politique, et on va tout miser sur un changement radical, celui qui est promis à chaque manif depuis mai 68, et qui n’arrive jamais.


                  • foufouille foufouille 19 novembre 14:13

                    @Olivier Perriet

                    un politicien peut promettre un RIC, c’est pas interdit. mais pas un truc ridicule avec des millions de signatures et pas anonyme.


                  • julius 1ER 18 novembre 14:53

                    excellent article, je plusse mais je pense que le peuple bolivien ne se laissera pas faire cette fois ....

                    en tous cas j’espère que nos gouvernants rectifieront leurs positions vis à vis de ce coup d’état !!!!


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 18 novembre 15:33

                      @julius 1ER

                      c’est sûr, euh la France va envoyer des soldats en Bolivie smiley


                    • mac 18 novembre 16:05

                      @Olivier Perriet
                      Il ont peut-être trop à faire chez nous ?


                    • phan 18 novembre 16:49

                      @Olivier Perriet
                      La France a immobilisé une fois l’avion présidentiel de la Bolivie, mais quelle honte !


                    • mac 18 novembre 17:03

                      @phan
                      Sur cette affaire la diplomatie française a été celle d’un pays sans envergure politique et vassalisé, situation qui malheureusement semble partie pour perdurer...
                      J’avais moi même lancé une pétition à l’époque, un peu avant l’article que vous mettez en lien, ne comprenant pas que le pays de Charles de Gaulle soit tombé aussi bas diplomatiquement et politiquement.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 21:50

                      @mac
                      que le pays de Charles de Gaulle soit tombé aussi bas diplomatiquement et politiquement.

                      La Françafrique, c’était assez gratiné aussi, mais vous n’avez pas fini d’être étonné ! La France, avec ses services de renseignements participe à des magouilles les moins avouables... C’est un reportage de Canal+ :
                      « Services secrets : la part d’ombre de la République »

                      "Comment les services secrets sont-ils mis à contribution pour appuyer l’action de l’Etat ? Les missions des agents : collecte d’information, recrutement dans les pays sensibles, opérations de déstabilisation. Au nom de l’intérêt supérieur de la nation, tous les coups sont-ils permis ?

                      En France, c’est la Direction générale des services extérieurs - la fameuse DGSE - qui est chargée de ces missions. Dans les années 90, la DGSE aurait recruté en ex-Yougoslavie un chef de guerre dont elle aurait financé les activités. Or, le Parlement européen lui impute de nombreux crimes de guerre.

                      En 1988, une militante anti-apartheid a été assassinée en plein Paris. Plusieurs mercenaires français ont été mis en cause mais l’affaire n’a jamais été élucidée. Une enquête sur les jeux troubles des services secrets français.


                    • Traroth Traroth 18 novembre 17:16

                      La réaction de la « communauté internationale » (les Etats-Unis et leurs vassaux, France en tête) est une démonstration de ce qui se passerait vraisemblablement si un putsch se produisait en France après l’élection d’un président qui ne conviendrait pas à ladite « communauté internationale ». Ce qui se passe en Bolivie est clairement, incontestablement, évidemment un putsch, mais il suffit que les dirigeants de la « communauté internationale » disent que ce n’est pas le cas, et tous les médias mainstream répètent en choeur, au garde à vous, « ce n’est pas un putsch ».

                      Ne faites surtout pas l’erreur de croire que ce genre de chose ne serait pas possible en France.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 18 novembre 22:03

                        @Traroth
                        L’Europe n’est plus aussi importante désormais, pour Trump et les intérêts américains.

                        L’intérêt principal de l’ Europe, c’était de coller l’ OTAN aux frontières de la Russie, pour l’envahir un jour et mettre la main sur ses ressources naturelles.
                        Mais les armes de défense russes ont cassé ce beau rêve.

                        Avec la baffe qu’ils viennent de prendre en Syrie, et la Russie qui s’installe un peu partout, pour eux, l’Europe est perdue, ainsi que l’ Afrique.

                        Ils se recentrent sur le Pacifique, pour enquiquiner la Chine, et sur leur arrière cour, l’Amérique latine, bien que tout ne s’y passe pas aussi bien qu’ils le voudraient...


                      • Traroth Traroth 19 novembre 16:28

                        @Fifi Brind_acier
                        L’Europe est l’un des plus grands marchés du monde. Bien sûr que c’est important !


                      • lloreen 18 novembre 18:42

                        La menace la plus occulte. Celle évoquée par Eisenhower et JFK lors de leurs discours à la nation américaine et plus connue sous le nom du complexe militaro-industriel dont le but est leur dictature mondiale et le plan massif de dépopulation.

                        https://www.youtube.com/watch?v=uWAT33oauI4

                        Leur façon de procéder est toujours la même : infiltrer et exploser les institutions et les nations de l’intérieur.


                        • Eric F Eric F 18 novembre 21:21

                          @lloreen
                          amusant, le début de la vidéo, c’est vraiment une bande de bras cassés !


                        • lloreen 19 novembre 14:42

                          @Eric F
                          Vu sous cet angle, effectivement... ils n’ont pas l’organisation qui permettrait de lancer un missile sur l’Elysée comme cela fut le cas sur le Pentagone le 11 septembre 2001 où toutes les caméras ont bien été « en panne » sauf celle-ci...
                          https://www.youtube.com/watch?time_continue=25&v=6fumivnGTPE&feature=emb_logo

                          Et le n’est pas les financeurs du 11 septembre qui financeront le conseil national de transition français.Plutôt leur ami Macron et les troupes para-militaires, qu’ils envoient tous les samedis depuis un affronter les « gilets jaunes » comme ils peuvent sans doute en témoigner.



                        • Eric F Eric F 19 novembre 17:22

                          @lloreen
                          Fonder les relations sur le « droit » est effectivement un bon principe, mais un groupuscule autodésigné sans aucun mandat du peuple ne peut parler au nom de celui-ci et s’arroger la détention de quelque légitimité que ce soit. La base du droit démocratique c’est la désignation des législateurs par un scrutin auquel la totalité des citoyens sont conviés.


                        • lloreen 19 novembre 21:26

                          @Eric F
                          "un groupuscule autodésigné sans aucun mandat du peuple

                          « .

                          Je cherche en vain une logique qui permettrait de trouver une certaine cohérence dans vos propos...je n’en trouve pas.
                          Un groupuscule autodésigné...
                          En quoi un rassemblement de personnes s’amalgame avec de l’autodésignation...Mystère.
                          Si j’applique votre réflexion à tous les chefs de partis et à leurs suiveurs, on retrouve effectivement ce genre de modèle.
                          Un (e) quidam ayant dans l’idée de s’autodésigner pour créer un groupuscule.
                          Bingo.

                          Précisément en ce qui concerne Milan, je vois des individus libres qui ont décidé de prendre les choses en main pour créer un organe du droit des peuples chargé de défendre les populations en cas de détresse.Ni plus ni moins ce qui n’existe jusqu’à présent dans aucun pays où les armées sont reléguées dans les cagibis de l’histoire et remplacées par des milices para-militaires de fascistes qui se sont approprié des fonctions régaliennes, s’agissant ce faisant ni plus ni moins que de corporations prestataires de services gouvernementaux c’est à dire pour parler clairement :de privatisation.
                          Le terme étant suffisamment employé pour que chacun comprenne bien de quoi il s’agit...

                           »Sans aucun mandat du peuple..."

                          Le peuple français...a t-il peut-être mandaté Viviane Reding, ou Juncker ? Van Rompuy peut-être ou von der Leyen ?
                          Pas que je sache.Ces illustres inconnus furent parachutés un jour dans leur sinécure sans que personne, nulle part ne leur ait jamais rien demandé...se servant au passage grâce aux subsides que leurs petits amis récoltent au nez et à la barbe des peuples exsangues, sans que cela ne semble vous gêner...

                          A Milan par contre, les gens qui s’y rendront paieront le voyage, l’hébergement ainsi que la réservation de la salle sur leurs propres deniers.Je pense que c’est du jamais vu...Un moment historique.
                          De simples citoyens, ayant décidé de faire cause commune pour réagir et s’opposer à la dictature financière de tyrans co-optés par les Bilderberger et autres chefs de clans qui s’arrogent depuis quelques siècles le droit de s’asseoir sur les droits fondamentaux, inaliénables et imprescriptibles des êtres humains.
                          Une première mondiale.
                          Voyez-y ce que vous voulez voir ou ne pas voir.
                          Le fait est que tout ceux qui en tireront profit l’auront amplement mérité.


                        • lloreen 19 novembre 21:56

                          @Eric F
                          Je ne sais pas où vous avez lu que le collectif d’individus qui créera le tribunal parle au nom de quiconque.
                          Ces gens parlent en leur nom propre.En quoi est-ce extravagant de vouloir défendre ses droits ?
                          A moins de se complaire dans un état de servilité et d’ignorance, défendre ses droits contre des tyrans, des criminels et des escrocs est de la légitime défense.
                          Et pour se défendre légitimement, les nations disposent d’une force armée et de forces de l’ordre.

                          Apparemment vous ne semblez pas avoir remarqué que ces deux corps sont en état de décomposition avancée ni que depuis deux siècles quelques chefs de clans criminels ravagent la planète pour en faire leur propriété exclusive, détournant des milliards pour créer leurs milices privées qu’ils envoient semer la terreur là où ils trouvent un intérêt.
                          Si cela vous convient, cela vous regarde.Il se trouve que ce n’est pas le cas de ceux qui ont décidé de créer ce tribunal pour faire défendre leurs droits et ceux se leurs compatriotes qui se font éborgner et mutiler par les mercenaires de Rothschild et de ses complices depuis un an en totale violation des droits reconnus aux français par la DDHC de 1789 figurant dans le bloc de constitutionnalité. .


                        • Eric F Eric F 18 novembre 21:18

                          Le président en exercice (son mandat antérieur n’est pas terminé) a été forcé à démissionner par la force, la menace et l’intimidation. L’armée et le police ayant rejoint la sédition, c’est effectivement un coup d’état, on ne peut qu’en convenir, même si l’on est défavorable à Morales. Du reste, dès avant l’élection, il avait dit qu’il craignait un coup d’état s’il était réélu (lien). L’intérim n’a pas été confié en conformité à la constitution, mais auto-attribué contre l’avis du Parlement par la deuxième vice-présidente du Sénat -les responsables dans l’ordre constitutionnel ayant été forcés à démissionner-. Comme au Vénézuéla, c’est le milieu des affaires qui a été à la manoeuvre, contre un gouvernement souverainiste et social.


                          • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 09:53

                            @Eric F

                            d’après les intervenants ici, « tout ça c’est (encore) la faute à Macron » smiley


                          • Emohtaryp Emohtaryp 19 novembre 13:28

                            @Olivier Perriet

                            Ton idole va finir aussi misérablement que Ceaucescu.....


                          • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 14:10

                            @Emohtaryp

                            c’est programmé très précisément pour mai 2022 en fait.

                            Sauf si vous êtes assez con pour le faire réélire et pour ne trouver aucune alternative mieux d’ici là.

                            Ce qui, vu votre niveau de connerie, n’a absolument rien d’improbable.


                          • Eric F Eric F 19 novembre 17:41

                            @Olivier Perriet
                            Macron n’est pour rien dans le coup d’état (il avait déjeuné avec Morales il y a moins de 2 mois en marge de l’AG de l’ONU), sa déclaration du 14 Nov a été cependant une sorte d’esquive en prenant acte de la démission de Moralès sans évoquer le coup de force ni son exil contraint, et en appelant juste au calme. Par contre, il est à peu près certain que la sédition ait été sponsorisée pas les yankees, comme au Vénézuéla.

                            NB, sur le site de l’ambassade de France en Bolivie, pas encore de mention du coup de force, mais on peut voire des photos de Morales avec chacun de nos droits derniers présidents


                          • Eric F Eric F 19 novembre 17:41

                            coquille dans la dernière phrase : « ...trois derniers présidents »


                            • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 19 novembre 19:04

                              La plus grande peur des states est la possibilité de l’union monétaire sud-américaine.

                              Parce que avec cette union monétaire, les pays membres de cette union seraient à armes financières égales face au dieu $

                              C’est ce qui terrorise réellement tous les petits spartafumiers.

                              Et ce aussi bien à wall-street qu’à la city ou à hong-kong.

                              Même la suisse fait du soutient financier aux ’ agitateurs ’...

                              Normal, puisque c’est elle qui assure 25% des échanges commerciaux mondiaux...

                              La Bolivie était une cible depuis longtemps...

                              Simon Bolivar avait déjà compris ce qui se produit.


                              • Lugsama Lugsama 19 novembre 19:49

                                @seul le contenu compte...

                                « Parce que avec cette union monétaire, les pays membres de cette union seraient à armes financières égales face au dieu $ »

                                C’est de l’humour ? Même l’Euro est très très loin du Dollar, et je ne parle pas du Yan, et pourtant c’est autre chose que l’AM-SUD économiquement.


                              • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 19 novembre 22:32

                                @Lugsama
                                 
                                C’est dommage de prétendre savoir quelque chose et démontrer tout le contraire.
                                Vous n’avez aucune idée de la véritable valeur du $US, de ce à quoi il est adossé, et pareil pour les monnaies que vous citez...
                                Et je ne vais même pas essayer de vous expliquer...
                                Commencez par tenter de comprendre ce que souveraineté monétaire signifie, puis quelles sont les dettes publiques des pays utilisant les monnaies que vous citez, et enfin, quand vous aurez commencé à comprendre quels sont l"es véritables enjeux, peut-être commencerez-vous à comprendre pourquoi les states foutent le bordel là ou ils le foutent...

                                Si cela pouvait être de l’humour, je m’abstiendrai, je puis vous l’assurer...
                                 


                              • agent ananas agent ananas 19 novembre 19:09

                                « Coup d’état », c’est passé ... Aujourd’hui on dit « révolution de couleur » ...

                                Ceci dit, merci à l’auteur pour remettre les pendules à l’heure. Rien à attendre de la presse mainstream et de leurs presstituées ...

                                Ce qui se passe en Bolivie est reminescent des évènements en Ukraine, Serbie, Honduras, un modus operandi à la CIA ...


                                • lloreen 19 novembre 22:09

                                  @agent ananas
                                  A la France aussi, devenue une république bananière depuis Sarkozy l’agent de la CIA et carrément une dictature depuis la nomination de Macron, l’associé-gérant des Rothschild et consorts, les escrocs planétaires de la dette.


                                • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 19 novembre 22:33

                                  @lloreen
                                   
                                  Ou comment discréditer un peu plus à chaque commentaire l’idéologie que l’on prône.
                                   


                                • Spartacus Spartacus 21 novembre 15:14

                                  Tiens on vient de capturer une conversation audio entre Morales et ses partisans avec le détail des lieux à bloquer pour créer une grande famine.....

                                  Cette pourriture veut créer le chaos dans le pays pour revenir au pouvoir...

                                  https://www.breitbart.com/latin-america/2019/11/20/dont-let-food-cities-evo-morales-caught-tape-planning-starvation-bolivia/

                                  Mais non vous savez pour les gauchistes, Morales est un saint et cette fable de gentil petit bonhomme pacifique et roudoudou...Ils y croient tous


                                  • seul le contenu compte... seul le contenu compte... 21 novembre 21:39

                                    @Spartacus
                                     
                                    T’as même pas honte de propager ces tentatives minables de discrédit...
                                    Les mêmes avaient été balancées avant même que la CIA ne réussisse pas à ’ évincer ’ chavez.

                                    Mais c’est à cela que l’on vous reconnait...
                                     
                                    Vous ne pouvez pas laisser une union des états se faire en Amérique du sud, ce serait la fin de l’esclavage économique pratiqué par wall-street, la fin des narco-trafiquants, la fin de la mise en concurrence fiscale, sociale et économique de ces pays.
                                     
                                    Le plus pathétique restant que tu ne pourras jamais l’admettre et ne pourra pas davantage comprendre que les techniques de ceux que tu promeus sont éculées, sues de tous et ne font au final que le contraire de ce que vous voudriez...
                                     
                                    Pôv’ de toi...


                                  • Spartacus Spartacus 22 novembre 08:55

                                    @seul le contenu compte...
                                    A ces gauchistes....
                                    Quand les faits contredisent leurs idéologie et leur admiration pour les autocrates, ils ne leur reste qu’a diaboliser les sources des faits pour continuer a vivre dans le déni...
                                    Les goulags n’ont jamais existé qu’ils disaient a une époque, un e invention de la CIA évidemment.   smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès