• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Che Guevara pour que les peuples vivent

Che Guevara pour que les peuples vivent

 

La légende de ce révolutionnaire latino-américain nous est rappelée à l’occasion du 50e anniversaire de son assassinat, commandité par la CIA. Quelques années plus tôt, il avait pris congé de Fidel et de la Révolution cubaine pour se rendre en Bolivie, dominée par les oligarchies nationales et internationales. Son projet était de poursuivre en Bolivie ce combat pour la libération de ce peuple, à l'époque, le plus pauvre de l'Amérique du Sud. Ce qui avait été possible pour le peuple cubain devrait l’être également pour le peuple bolivien. 

Comment peut-on qualifier ce jeune médecin, de nationalité argentine, qui en arrive à placer au cœur de sa vie ce combat des peuples pour s’affranchir des prédateurs, nationaux et internationaux, qui les transforment en esclaves et qui les enferment dans cette immense prison que sont la pauvreté et la misère humaine sous toutes ses formes. Si les personnes doivent vivre, pourquoi n’en serait-il pas de même pour les peuples ? Il faut croire que son serment d’Hippocrate l’a conduit à se consacrer également à la vie des peuples. 

« Je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité́ dans l'exercice de la Médecine. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté́, sans discrimination. J'interviendrai pour les protéger si elles sont vulnérables ou menacées dans leur intégrité́ ou leur dignité́. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l'humanité́. »

Nous avons devant nous un médecin qui est profondément interpelé par des millions de personnes, voire des peuples entiers, qui vivent sous des régimes répressifs peu soucieux des conditions de vie des personnes et des peuples sous leur contrôle. Il voit bien que les maladies dont souffrent ces peuples sous des régimes de prédateurs ne peuvent avoir pour remède que leur libération de ces régimes qui ne font que de les contaminer toujours davantage. Le pape François, dans son Exhortation apostolique Evangelii Gaudium parle ce capitalisme sauvage qui ramène la richesse entre les mains d’une minorité et génère pour la grande majorité que misère et désolation.

 

Nous sommes évidemment loin de l’image d’un révolutionnaire sans conscience qui prend plaisir à tuer des personnes et à semer le désordre partout où il passe. Ces porteurs de tels messages, à la solde des prédateurs et de l'empire, se retrouvent, bien souvent, comme par hasard, logés dans ces magnifiques villas qui abondent à Miami. Nous avons plutôt devant nous l’image d’un homme qui a consacré sa vie, non pas à la conquête de richesses et d’honneur, mais à combattre les oppresseurs et prédateurs de ces peuples pour que ces derniers reprennent le contrôle de leur vie. Je vous invite à lire cet article sur les 50 vérités du « Che ».

Loin des honneurs et des richesses, Ernesto Che Guevara sera mort en regardant dans les yeux ce jeune militaire bolivien à qui la CIA, via ses supérieurs, avait donné l’ordre de le tuer, faisant fi de toutes les normes internationales relatives aux droits des prisonniers de guerre. Ce jeune militaire a raconté ces derniers moments que vous pouvez lire ici. En voici un bref extrait :

« Une fois que je l’avais à mon flanc, à quelques mètres de mes yeux, j’ai soupiré profondément et j’ai craché au sol, tandis qu’une sueur froide a envahi mon corps. Le Che, me voyant nerveux, les mains accrochées au fusil M-2 et mes jambes en position de tir, m’a sereinement parlé et il m’a dit : « Tire. N’aie pas peur. À peine si tu vas tuer un homme.

Sa voix, enrouée par le tabac et l’asthme, a résonné dans mes oreilles, en même temps, ses mots m’ont provoqué une rare sensation de haine, de doute et de compassion. Je ne comprenais pas comment un prisonnier, en plus d’attendre avec tranquillité l’heure de sa mort, pouvait calmer les intentions de son assassin.  »
 

Che Guevara appartient à ces hommes d’honneur pour qui la vie des personnes et des peuples ne peut être soumise au venin des prédateurs et des empires. Il fait partie de ceux et celles qui ont donné leur vie tout comme de ceux et celles qui continuent de la donner au quotidien pour que d’autres puissent l’avoir en plénitude. Que les peuples l’aient en admiration et que les prédateurs des peuples l’aient en mésestime nous dit tout de sa véritable mission. 

Aujourd'hui, la semence laissée dans le coeur et la conscience du peuple bolivien, a pris racine et son action s'est prolongée à travers l'action révolutionnaire du président Evo Morales faisant de la Bolivie d'aujourd'hui un des pays les plus performants de l'Amérique latine.

Un hommage bien humble pour un si grand homme 

 

Oscar Fortin

Le 7 octobre 2017 

 

http://humanisme.blogspot.com

 

Lettre du Che a Fidel au moment de son départ pour la Bolivie (video en espagnol :

https://mx.tuhistory.com/hoy-en-la-historia/fidel-castro-lee-la-carta-de-despedida-del-che-guevara

 

En complément : http://espace-che-guevara.com/comment_on_a_tue_le_che.htm

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

180 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 7 octobre 2017 09:37

    Un révolutionnaire comme Jésus en son temps... !


    • oncle archibald 7 octobre 2017 10:33

      @bob14 : avec une nuance de taille toutefois, Jésus n’a jamais tué personne.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 octobre 2017 10:38

      @bob14

       smiley
      sacré comique  ! ^^


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 octobre 2017 11:07

      @Shawford

      J’ai rien à voir dans ces histoires ^^


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 octobre 2017 11:17

      @Shawford

      Non jamais ô grand jamais  !! ^^

       smiley


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 octobre 2017 11:44

      @Shawford

      Faîtes mon cher, Rienanapéter ! ^^


    • bob14 bob14 7 octobre 2017 12:40

      @oncle archibald...heu, après avoir apporté la « bonne parole », des millions de gens en sont morts il me semble ?


    • bob14 bob14 7 octobre 2017 14:25

      @bob14...et cher ami cela n’est toujours pas fini..les morts s’entassent toujours...


    • oncle archibald 7 octobre 2017 14:42

      @bob1 4 : tu devrais relire les evangiles, le seul qui est mort de ce qu’il a dit c’est Lui. Le reste ce sont des affaires d’hommes.


    • Alvares Alvares 7 octobre 2017 15:08

      @bob14 Effectivement, Jésus était un révolutionnaire contre l’impérialisme romain, comme le Che contre l’impérialisme US.

      D’ailleurs l’histoire de l’autre joue tendue est une manipulation pour garder le peuple servile, car à la vérité, c’était un acte révolutionnaire.

      En effet, les romains donnaient une gifle aux autres romains avec le creux de la main, mais ils utilisaient l’autre face pour gifler les étranger.

      Et donc, si on repense à cette histoire avec ce paramètre, il a tendu l’autre joue pour inciter le romain à le frapper comme un égal et non comme un étranger...

      Ce n’était pas un acte pacifiste mais une défiance à l’autorité !


    • oncle archibald 7 octobre 2017 15:53

      @Alvares : ah ils sont forts les cocos avec leur boule de cristal ! Même 21 siècles après ils te racontent le truc comme si ils y étaient, avec des détails que personne avant eux n’avaient décelés.

      S’il vous plait j’aimerai avoir le même coup de boule de cristal sur la parabole de la femme adultère que les « justes » s’apprêtaient à lapider, vous savez certainement : « que celui qui n’a jamais pêché lui jette la première pierre » dit le Christ.

      Moi je crois que c’est à la fois un acte pacifiste et une défiance à l’autorité, mais je me trompe certainement et j’attends avec gourmandise votre explication « progressiste ».


    • Alvares Alvares 7 octobre 2017 16:22

      @oncle archibald
      Il y en a un autre qui me traite de bolchevik, toi de coco, pour info, j’ai voté pour le camarade Asselineau aux dernières élections.

      Peu m’importe la couleur politique, j’ai de l’admiration pour l’Oncle Ho, comme pour De Gaulle ou Yitzhak Rabin quand il a compris que la haine ne résoudrait rien et qu’il a tenté d’offrir la paix.


    • Alvares Alvares 7 octobre 2017 16:24

      @oncle archibald
      Et l’info sur la manière de donner des gifles ne vient pas d’une boule de cristal mais du travail des historiens...


    • Alren Alren 7 octobre 2017 16:43

      @bob14

      « Un révolutionnaire comme Jésus en son temps... ! »

      Jésus Christ n’a jamais existé. Le mythe a été créé plus d’un siècle après sa mort supposée.
      Les principes moraux austères du christianisme original proviennent de la secte de Ésséniens, des puritains avant l’heure.
      Les Romains crucifiaient uniquement ceux qui mettaient en péril la sécurité de Rome et de ses troupes, pas ceux qui prêchaient la non-violence et « rendaient à César ce qui appartient à César ».
      Si un homme ordinaire était condamné à mort par les soldats romains, il était tué d’un coup de glaive comme est prêt de le subir le héros de « Gladiator », ou bien il était pendu, mais pas crucifié, supplice extrême comme le sera plus tard en France l’écartèlement réservé aux régicides. C’est ainsi que Spartacus et les chefs de son armée furent crucifiés sur la voie Appia au grand plaisir des Romains.

      Ernesto Guevara était un révolutionnaire impatient et irréaliste qui avait sous-estimé les moyens colossaux que les USA mettraient pour le tuer et surestimé la maturité politique des paysans illettrés des campagnes de Bolivie, qui n’avaient pas, comme les soldats paysans de Mao ou les communistes du Vietnam des années de lutte armée derrière eux.


    • McGurk McGurk 7 octobre 2017 18:20

      @Alvares

      Waw donc Jésus était communiste ? smiley Avec la moustache de Staline et le béret du Che ?
      C’est pour ça qu’il ne passait pas inaperçu !


    • Lugsama Lugsama 8 octobre 2017 13:16

      @Alren

      Arrêtez d’écouter Onfray, la non existence de Jésus est une thèse très minoritaire chez les historiens et qui parait plus qu’improbable vu la documentation de l’époque. Jésus à (aurait) été crucifié parce qu’il à refuser de renier ou affirmer qu’il était roi des juifs, ce qui n’est pas rien.

      Quand au Che ce n’est pas sa naiveté qu’on lui reproche, mais qu’il fût un criminel sadique prenant plaisir à répandre la mort.

    • Pierre Sanders Pierre Sanders 7 octobre 2017 09:58

      On n’imagine pas très bien Fortin, avec sa bonne bouille toute ronde d’épicier jovial, rajoutant un septième oeuf à la demi-douzaine, tout en vouant une admiration sans borne, à un assassin féroce et impitoyable, faisant exécuter des hommes devant leurs femmes et leurs enfants rassemblés, doctrinaire psychorigide, un temps directeur de la prison de la prison de le Cabana, à La Havane...



      Témoin clef de cette période, le père Javier Arzuaga, aumônier de la prison de la Cabaña, aura mis près de cinq décennies à rompre le silence. Dans Cuba 1959 : La Galera de la Muerte (Cuba 1959. Le couloir de la Mort), publié l’année dernière à Porto Rico, celui qui recueillait les confessions des condamnés et les accompagnait dans leurs derniers instants affirme que des dizaines d’entre eux étaient innocents :


      « Le Che n’a jamais cherché à dissimuler sa cruauté, souligne-t-il. Bien au contraire. Plus on sollicitait sa compassion, plus il se montrait cruel. Il était complètement dévoué à son utopie. La révolution exigeait qu’il tue, il tuait ; elle demandait qu’il mente, il mentait. » A la Cabaña, lorsque les familles rendent visite à leurs proches, Guevara, comble du sadisme, va jusqu’à exiger qu’on les fasse passer devant le mur d’exécution, maculé de sang frais... » L’Express, 29.07.17

      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 octobre 2017 11:09

        @Pierre Sanders

        Il est intéressant de noter comment les points de vue teintés d’idéologies aveuglent sur la vérité des faits. Certains doivent trouver les « révolutions » tellement romantiques ^^


      • Pierre Sanders Pierre Sanders 7 octobre 2017 13:16

        @bouffon(s) du roi


        Il y a du déni de réalité et de la dissonance cognitive - c’est un concept que que j’ai découvert en marge de débats sur le 11 septembre - dans ces attitudes. Il en a été beaucoup question sur Agora-Vox en 2015. Moi, ça ne m’intéresse pas le côté complotiste, mais du point de vue de plus psychologie des opinions publiques, c’est très très intéressant. A mon avis, bien sûr.

      • McGurk McGurk 7 octobre 2017 18:21

        @bouffon(s) du roi

        Bah ouais forcément glamour d’avoir une tête au bout d’une pique !


      • McGurk McGurk 7 octobre 2017 18:22

        @Pierre Sanders

        Ca s’appelle le nihilisme. Il est très fort à ce jeu.


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 8 octobre 2017 18:32

        @Pierre Sanders

        Oui, déni de réalité et dissonance cognitive, c’est bien ça. Rien que sur ce fil de discussions, c’est remarquable. Surtout que les sources ne manquent pas, mais il y a des mythes nécessaires, il faut croire.


      • McGurk McGurk 8 octobre 2017 18:34

        @bouffon(s) du roi

        Mythes ou mythos ?


      • phan 8 octobre 2017 18:53

        @bouffon(s) du roi
        Souvent ces « combattants pour la liberté » ont besoin des prétextes pour exprimer leur obscénité de mythoman


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 8 octobre 2017 19:22

        @McGurk

        Intéressante remarque.
        Les deux sont possibles, car nous sommes tous, dans une certaines mesure, « mythomanes », bien que la mythomanie se définit comme "une tendance plus ou moins volontaire et consciente aux mensonges et à la création de récits imaginaires« , or croire aux mythes n’est pas forcément volontaire et conscient.

        Citons

        • Tout peuple est gouverné, et par là appelé à approuver, même à travers des mythes : historiographiques, idéologiques, de fondation, de valeurs. Ce sont des mythes qui lui sont propres, nés de mystifications et de bouleversements introduits dans son instruction de base, donc absorbés dès les premières années d’école et transmis à la descendance. Ces mystifications se sont consolidées ainsi, de génération en génération.
        • [...]
        • Le propagandiste ne doit pas se limiter à modifier les croyances et les valeurs des personnes, il doit les inciter à participer irrationnellement à une action dont elles ne connaissent ni ne contrôlent les véritables objectifs, dans une atmosphère non pas de réalité mais d’adhésion à un mythe, une adhésion non pensante, ou en tout cas non pensante de manière autonome. Dans la société moderne, celui qui agit n’est pas celui qui pense.
        • [...]
        • En particulier, l’enracinement de mythes et le déclenchement de réflexes conditionnés 798/2442 peuvent être accompagnés d’un travail de préparation psychologique sur les groupes activistes de la part du propagandiste afin que l’action de masse s’opère au moment venu. Par « mythe », nous entendons une vision partagée, identifiante, exaltante et holistique (explicative du monde et de l’homme, et en même temps téléologique) – comme il en a été des visions léninistes, maoïstes, nationales-socialistes et fanaticoreligieuses.
        • Étant donné que l’homme est en réalité un « divisé », qu’il a une structure semi-assemblée, subsistante comme un ensemble de contradictions, de tels mythes peuvent être enracinés efficacement chez une personne même en présence de valeurs contraires.

         »Neuro-esclaves - Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse"

      • L'enfoiré L’enfoiré 8 octobre 2017 20:08

        @Pierre Sanders bonsoir,
         Que représente le Che ?
         Un mythe, une icône avec romantisme qui sans cela n’existerait plus dans l’esprit des gens.
         Toutes ces sortes d’hommes ne savent que faire la révolution mais ne pourraient pas gouverner.
         S’il n’était pas mort, il se serait peut-être finalement opposé à Fidel Castro pour cause de jeu de toujours plus de radicalisme en tant qu’un de ses ministres.
         La diplomatie et la science du compromis ne font pas partie de ce genre d’homme.
         La révolution, la seule opportunité... et la cruauté comme outil à ce genre de management.
         Regardez l’histoire de la Russie à partir de Lenine, Trotsky et les autres.
         On finit toujours par s’entretuer dans ce milieu...


      • phan 8 octobre 2017 20:20

        @bouffon(s) du roi
        C’est normal, l’autre côté sombre de la Force, ils ont inventé le mythe de Rambo ou de Wonder Woman alias Jessica Lynch.


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 9 octobre 2017 19:23

        @FreeDemocracy

        Hein, de quoi me parlez-vous ? Je ne fais partie d’aucune team et encore moins de magiciens ^^

        Le romantisme sanglant, effectivement.
        La plupart de gens n’ont jamais vécu de « révolution » si ce n’est que par l’abstraction intellectuelle, ce qui la teinte de romantisme, et rarement de réalisme.
        Quant à votre mépris, je vous y laisse bien volontiers smiley


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 9 octobre 2017 19:24

        @phan

        Exact, mythe contre mythe, mais le pouvoir ..ah le pouvoir ^^


      • McGurk McGurk 9 octobre 2017 20:11

        @FreeDemocracy

        C’est un mystère d’ailleurs, il ne soutient pas la révolution française alors qu’il adhère à fond aux autres...


      • phan 9 octobre 2017 22:56
        @McGurk
        C’est un mystère d’ailleurs, il ne soutient pas la révolution française alors qu’il adhère à fond aux autres...
        Nous devons aux révolutionnaires français la déclaration universelle des droits de l’homme qui est tout juste une déclaration d’intentions à usage externe seulement. Leurs petits-fils siègent à l’Union Européenne où on s’inspirent beaucoup de leurs idées. Les autres membres de l’UE sont des descendants d’esclavagistes, de colonisateurs, de corsaires et j’en passe. Ces messieurs n’ont jamais renié leurs géniteurs ni les atrocités qu’ils ont commises. Pourtant ils dorment du sommeil des justes et donnent des leçons d’humanisme aux autres. Où va donc se nicher le cynisme ? En tout cas aux coupeurs de têtes de Daech ils ne manquent que la guillotine ou le juste-au-corps mais lisons d’abord.

      • McGurk McGurk 9 octobre 2017 23:03

        @phan

        Même destin que Robespierre smiley .


      • phan 9 octobre 2017 23:15

        @McGurk
        Non, même destin que Saint Just : Les hommes meurent, les corps redeviennent poussière, mais les idées restent et gouvernent le monde.


      • McGurk McGurk 9 octobre 2017 23:39

        @phan

        Heureusement que ses idées sont passées à la trappe^^ Un rat en moins c’est déjà ça.


      • phan 10 octobre 2017 00:03

        @McGurk
        Pourtant ces « rats » soutenaient à fond la « Révolution » française : vous êtes un « montagnard » de contradictions, un contre-révolutionnaire ou un réactionnaire en somme !


      • McGurk McGurk 10 octobre 2017 00:08

        @phan

        Ouais enfin elle a vite dérapé cette « révolution » française n’est-ce pas ?

        Je ne suis ni révolutionnaire ni réactionnaire, je ne clame pas que la destruction de la société ou la mort de milliers de gens soit nécessaire pour la transformer.

        D’ailleurs où est votre « contradiction » ?


      • phan 10 octobre 2017 00:31

        @McGurk
        Relisez vous :
        C’est un mystère d’ailleurs, il ne soutient pas la révolution française alors qu’il adhère à fond aux autres...
        Le Che n’avait jamais clamé la destruction de la société, c’était Juste quelqu’un qui luttait contre l’oppression et la tyrannie des Yankees génocidaires et leurs minables larbins.


      • phan 10 octobre 2017 01:21

        @FreeDemocracy
        Bonsoir FD,
        Un beau poème de Victor Ayoli

        God blesse America

        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Sitting Bull le guerrier, et toi Geronimo,
        Et les millions d’Indiens chassés comme animaux,
        Massacrés par le plomb, par la croix, par la gnôle,
        Par les loques données chargées de variole.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil de la nation des voleurs de vos terres …
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Esclaves noirs trimant dans les champs de coton,
        Achetés, exploités et payés au bâton,
        Humiliés, niés, traités pire que bêtes
        Par des culs bénis blancs crispés sur leur gâchette.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil de tous ces Wasps qui ont forgés vos fers…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Salvador Allende, du fond de ton tombeau,
        Et vous, Chiliens, assassinés par les Rambo
        Lâchés sur vos richesses comme des chiens féroces
        Pour que vos exploiteurs puissent rouler carrosse.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil des spadassins de Henri Kissinger…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Paysans communistes nés en Indonésie.
        Vous étiez un million accusés d’hérésie,
        Massacrés pour avoir soutenus Sokarno
        Alors que les yankees préféraient Suharto.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil du dollar roi qui nourrit les gangsters…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Héroïques soldats paysans du Viet-Nam.
        Vous avez écrasé l’armée de l’Oncle Sam,
        Vous avez triomphé de cette soldatesque
        De violeurs, de tueurs et de pasteurs grotesques.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
        Vains remparts de la vanité anglo-saxonne…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Enfants crevants de faim des faubourgs irakiens,
        Disputant la pitance aux vautours et aux chiens,
        Depuis que la « croisade » menée par l’Oncle Sam
        Massacre les civils pire qu’au temps de Saddam.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
        Qui vous envoie missiles et bombes félonnes…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Paysans, ouvriers, écoliers yougoslaves,
        Que les bombes yankees écrasaient dans les caves,
        La défense du “ Droit ” fut un bon alibi :
        L’ordre americana règne sur la Serbie.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
        Qui ne supporte pas de pensées autochtones.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Civils vitrifiés par la Bombe yankee
        Rayant Hiroshima comme Nagasaki
        Non pas, comme il fut dit, pour terminer la guerre
        Mais pour tester sur vous les horreurs nucléaires.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque les feux du ciel par des mains fanatiques
        En un bouquet de mort tombent sur l’Amérique.
        Relève-toi ! Debout, peuple des Zuhessa !
        Libère-toi des fers, des chaînes de forçats
        Dans lesquels te maintient l’ultra capitalisme
        Par sa télé débile et son consumérisme.
        Renverse le pouvoir aveugle du dollar
        Et celui des banquiers et boursiers vicelards.
        Rafale les “ chairmen ” des multinationales
        Lui ravagent le monde par leurs actions bestiales.
        Demande-toi enfin, réflexion citoyenne,
        Pourquoi donc ton pays suscite tant de haine !
        Redevient cet ami qui nous a fait rêvé,
        Qui a laissé sa vie pour venir nous sauver.
        Tu viens du monde entier, partout tu as des frères.
        Valent-ils moins que toi ? Arrache tes œillères
        Afin que la statue prénommée Liberté
        Ne tourne plus le dos à la Fraternité.

        Victor Ayoli


      • McGurk McGurk 10 octobre 2017 01:25

        @phan

        Mais alors pourquoi a-t-il tué et ce plus que de raison ?


      • phan 10 octobre 2017 01:26

        @FreeDemocracy
        Bonsoir,
        Un poème de Victor Ayoli :

        God blesse America
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Sitting Bull le guerrier, et toi Geronimo,
        Et les millions d’Indiens chassés comme animaux,
        Massacrés par le plomb, par la croix, par la gnole,
        Par les loques données chargées de variole.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil de la nation des voleurs de vos terres …
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Esclaves noirs trimant dans les champs de coton,
        Achetés, exploités et payés au bâton,
        Humiliés, niés, traités pire que bêtes
        Par des culs bénis blancs crispés sur leur gâchette.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil de tous ces Wasps qui ont forgés vos fers…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Salvador Allende, du fond de ton tombeau,
        Et vous, Chiliens, assassinés par les Rambo
        Lâchés sur vos richesses comme des chiens féroces
        Pour que vos exploiteurs puissent rouler carrosse.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil des spadassins de Henri Kissinger…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Paysans communistes nés en Indonésie.
        Vous étiez un million accusés d’hérésie,
        Massacrés pour avoir soutenus Sokarno
        Alors que les yankees préféraient Suharto.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque s’écroule en feu le World Trade Center,
        Orgueil du dollar roi qui nourrit les gangsters…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Héroïques soldats paysans du Viet-Nam.
        Vous avez écrasé l’armée de l’Oncle Sam,
        Vous avez triomphé de cette soldatesque
        De violeurs, de tueurs et de pasteurs grotesques.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
        Vains remparts de la vanité anglo-saxonne…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Enfants crevants de faim des faubourgs irakiens,
        Disputant la pitance aux vautours et aux chiens,
        Depuis que la « croisade » menée par l’Oncle Sam
        Massacre les civils pire qu’au temps de Saddam.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
        Qui vous envoie missiles et bombes félonnes…
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Paysans, ouvriers, écoliers yougoslaves,
        Que les bombes yankees écrasaient dans les caves,
        La défense du “ Droit ” fut un bon alibi :
        L’ordre americana règne sur la Serbie.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque tombent enfin les murs du Pentagone,
        Qui ne supporte pas de pensées autochtones.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Civils vitrifiés par la Bombe yankee
        Rayant Hiroshima comme Nagasaki
        Non pas, comme il fut dit, pour terminer la guerre
        Mais pour tester sur vous les horreurs nucléaires.
        Pourquoi donc riez-vous ?
        Et applaudissez-vous ?
        Lorsque les feux du ciel par des mains fanatiques
        En un bouquet de mort tombent sur l’Amérique.
        Relève-toi ! Debout, peuple des Zuhessa !
        Libère-toi des fers, des chaînes de forçats
        Dans lesquels te maintient l’ultra capitalisme
        Par sa télé débile et son consumérisme.
        Renverse le pouvoir aveugle du dollar
        Et celui des banquiers et boursiers vicelards.
        Rafale les “ chairmen ” des multinationales
        Lui ravagent le monde par leurs actions bestiales.
        Demande-toi enfin, réflexion citoyenne,
        Pourquoi donc ton pays suscite tant de haine !
        Redevient cet ami qui nous a fait rêvé,
        Qui a laissé sa vie pour venir nous sauver.
        Tu viens du monde entier, partout tu as des frères.
        Valent-ils moins que toi ? Arrache tes œillères
        Afin que la statue prénommée Liberté
        Ne tourne plus le dos à la Fraternité.

        Victor Ayoli

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès