• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Crime de lèse-Chavez

Crime de lèse-Chavez

Il est des sujets sensibles qu’on ne peut aborder que si l’on a la carte du parti bien estampillée par le chef. L’appropriation de la mort de Chavez par tout un courant politique ultraminoritaire en France est assez étonnant et montre que le monde a besoin d’idoles et qu’il a les idoles qu’il peut. Ou une autre définition du fanatisme...

Les réactions de certaines personnes en France à la mort d’Hugo Chavez, le Président vénézuélien qui s’est éteint le 5 mars 2013, sont assez étranges. On a presque l’impression de se retrouver trente ou quarante années en arrière, à l’époque de Georges Marchais ; si on critiquait Staline, on était alors forcément des vilains suppôts de Pinochet ou d’autres dictateurs "de droite".

Là, c’est Jean-Luc Mélenchon, tout seul avec son petit pécule d’électorat gagné avec mérite à la grande loterie de 2012, qui refait vivre cet anachronique clivage : soit on serait chavezolâtre, soit on cracherait sur un mort. Entre les deux, pour cette pensée manichéenne, c’est impossible ! Une sorte de sarkozysme rouge : si on n’est pas avec, on est alors tout contre (cela me fait penser à une publicité sur les antibiotiques).

C’est presque de l’infantilisme, mais quand on entend le même leader charismatique, qui a été rémunéré pendant toute sa vie, de 1986 à 2009, grâce aux nombreux mandats locaux que son ancien parti lui avait octroyés dans l’Essonne, s’en prendre aux « commentateurs haineux », l’évidence me porte à penser que "c’est celui qui le dit qui l’est".

yartiChavez201306


Car franchement, où se trouve l’humanisme si joliment déployé en banderoles électorales (au lieu de le clamer, ne vaut-il pas mieux le vivre ?) avec tant de haine et tant d’insultes contre ceux qui ne pensent pas comme lui ? Où se trouve le grand démocrate quand on n’est même pas capable de respecter ceux qui pensent différemment ? J’ose à peine l’imaginer à la tête de l’État, lui, qui a montré sa grande sympathie envers les journalistes, lui qui tolère autant les opinions divergentes, lui qui respecte tant la parole de ses opposants, lui qui a un don si irremplaçable pour la concorde nationale. Va-t-il donc vider de son sens ce beau mot d'humanisme comme ils ont vidé de son sens l'expression "république démocratique" ?

Je ne veux même pas parler du fond, à savoir de l’état réel de l’économie du Venezuela, ni du hasard heureux que le pays soit riche en ressources pétrolières (une injustice heureuse mais pas moins grande que la naissance d’un enfant dans une famille riche), ni du fait non plus que tout grand saint nationaliste fût-il, le grand commandant avait préféré quand même ne pas se faire soigner dans son propre pays…

D’ailleurs, faudrait-il aussi relever l’accusation à peine voilée des autorités vénézuéliennes qui ont désigné les États-Unis comme les possibles responsables du cancer de leur bienfaiteur ? Hélas, cette maladie survient à tout moment sur toutes personnes et il est même à craindre que le mode de vie actuel qui fait que les lasagnes sont désormais chevalines et les saumons goinfrés aux farines animales n’améliorerait pas la santé des consommateurs de la planète. Et puis, on a déjà accusé les États-Unis d’avoir commis des assassinats. Là, mettre en œuvre cette folle machination pour durer près de deux ans, ce n’aurait pas été vraiment efficace.

Ce type de pratique serait d’ailleurs plus courante du côté du principal allié de Chavez, à savoir la Russie de Poutine, notamment avec des empoissonnements au polonium 210 qui auraient fait au moins une victime, un ancien espion russe (Alexandre Livitchenko, ex-lieutenant-colonel de l’ex-KGB, mort le 23 novembre 2006 à Londres après avoir prétendu posséder des preuves sur la responsabilité de Vladimir Poutine dans l’assassinat de la journaliste Anna Politkovskaïa, le 7 octobre 2006 à Moscou ; elle enquêtait sur la guerre en Tchétchénie), et peut-être un ancien Premier Ministre russe, Egor Gaïdar (le 24 novembre 2006 à Dublin, il perdit conscience et fut hospitalisé d’urgence ; une semaine après, on annonça qu’il était victime d’une grave maladie inexpliquée, et il mourut le 16 décembre 2009).

Bref, tous les arguments sont bons pour, d’une part, glorifier, maintenant béatifier Chavez (en pleine vacance papale, il faut le faire), et d’autre part, en rajouter sur l’antiaméricanisme primaire. Si les États-Unis contrôlaient tout ce qu’il se passait au monde, cela se saurait ; on a plutôt affaire à un monde complètement désorganisé, et à des dirigeants politiques qui sont incapables d’avoir une vision à moyen terme du devenir de l’humanité.

Je ne sais pas si les Vénézuéliens ont le culte de la personnalité avec Chavez, mais ce que je peux dire, c’est qu’il y en a en France qui le prennent pour un véritable gourou et qui présentent des comportements qu’on pourrait assimiler à des attitudes sectaires.

yartiChavez201302


L’une des illustrations, ce sont les réactions à mon article précédent sur Agoravox.

J’évacue les insultes plus ou moins personnelles, les attaques ad hominem, les tirades qui présupposent des tissus de projections complètement fantaisistes, les vulgarités, les lectures trop rapides (Chavez a bien été élu quatre fois à l’élection présidentielle : les 6 décembre 1998, 30 juillet 2000, 3 décembre 2006 et 7 octobre 2012) et aussi, les commentaires de ceux qui se permettent de critiquer sans l’avoir lu (ils devraient breveter leur méthode, cela ferait avancer l’économie de la science infuse).

Je mets au défi de trouver dans mon texte un seul mot de haine contre Hugo Chavez. Au contraire, j’y parle même de l’émotion ressentie par beaucoup à l’annonce de sa disparition.

J’avais certes imaginé la possibilité de ce comportement de pensée purement unique ("Chavez est grand, Chavez est divin, Chavez doit être adulé par tous, amen") dans un pays (le mien) qui jouit d’une totale liberté d’expression, de presse (c’est une joie), et d’une démocratie qui, si elle doit toujours être améliorée, est l’une des rares où un scrutin n’est jamais contesté depuis plus d’une centaine d’années (et qui a connu huit alternances politiques majeures dans les trente-deux dernières années).

Ces procès staliniens ne traduisent heureusement pas la réalité factuelle de mon article qui, au contraire, se refusait de faire un bilan, positif ou négatif, du chavisme en expliquant justement qu’il faudrait du temps et du recul pour avoir une vision objective. J’écrivais même que « comme la réalité n’est jamais toute blanche ni toute noire, chacun y trouvera sans doute son compte ». Mais le simple fait de ne pas m’être prosterné a fait de moi un vilain chavezophobe. Désolé de ne pas être d’accord. C’est encore un droit aujourd’hui en France et j’en profite pleinement.

Comme beaucoup n’ont pas lu l’article et se sont pourtant permis de ne pas comprendre les illustrations représentant Chavez avec Poutine, j’explique donc que mes propos portaient en particulier sur la difficile qualification de ce qu’est une démocratie, qu’au Venezuela comme en Russie, il y avait effectivement des élections, avec une multiplicité de candidatures, mais que cela ne donnait aucune indication ni garantie sur la sincérité de ces scrutins, sur la réalité du pluralisme politique, sur les tentatives d’achat de votes ou d’intimidation contre les oppositions, de répression dans les médias, sur Internet ou dans la rue.

La peine certainement réelle (pourquoi en douterais-je ?) de nombreux Vénézuéliens ne m’empêchera pas de rappeler que de nombreux Soviétiques, eux aussi, sans doute tout aussi sincèrement, pleuraient la mort de Staline. C’était il y a soixante sans. Plus récemment, le peuple nord-coréen pleurait la mort de leur chef suprême, Kim Jong-il, le 17 décembre 2011. Ces larmes avaient même fait l’objet de quelques interrogations dans plusieurs médias.

Mais la réalité, c’est que dès qu’on touche à une particule de leur suprême héros, ces "humanistes", incapables de faire moralement la différence entre un Nelson Mandela et un Che Guevara, deviennent fous de rage dès qu’on émet une opinion différente de la leur. Pourtant, ils devraient se méfier, l’insulte en dit plus long sur son auteur que sur sa cible. L’heure du recueillement pour les uns n’est pas incompatible avec l’heure des comptes pour les autres. Et en quatorze ans de pouvoir autoritaire, il y a de quoi en faire quelques-uns.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (7 mars 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Chavez, Président à vie.
Staline est-il vraiment mort ?
Poutine.
Che Guevara.
Le complot ou le chaos ?

yartiChavez201305

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (112 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Yvance77 7 mars 2013 10:21

    Salut,

    Mais fermez là et regardez ce que vous avez fait subir à tous les peuples avec vos politiques libérales !!!!!

    FERMEZ-LA


    • benedicte_gab 7 mars 2013 11:51

      lol ... c’est exactement la première chose qui m’est venue à l’esprit ... crier : « TA GUEULE ! » smiley

      Parce que démonter un article empli de n’importe quoi à ce point, c’est inutile, une compilation de la propagande du système mal digérée, implique soit une mauvaise foi volontaire, et le dialogue est impossible avec les gens malhonnêtes, soit une ignorance relevant de la croyance obscurantiste et là ça relève du dialogue de sourd ...
      Les faits de toute façon l’auteur s’en fout, il estime inutile de chercher à s’informer ... ce qu’il veut croire EST la vérité ! 
      La liberté d’expression dans notre société perverse se résume à avoir le droit de brailler n’importe quoi et à la brandir dès que quelqu’un vous dit preuves à l’appui que c’est n’importe quoi .. on va pas s’en sortir !


    • jmdest62 jmdest62 7 mars 2013 12:24

      @ grandgil

      La liberté d’expression OK ......mais qu’on laisse au moins le peuple vénézuéliens faire son deuil...
      Quand on veille un mort , le respect invite au silence ...Alors je suis d’accord avec Yvance pour l’instant....... FERMEZ LA !!!!!

      Ensuite , le peuple du Vénézuéla et lui seul (j’espère !) décidera démocratiquement si la politique de CHAVEZ lui convenait ou pas .
       A partir de là vous pourrez vous exprimer mais je pense que dans les faubourgs de Caracas on se fout pas mal de ce que vous pensez ..... smiley

      @+


    • Yvance77 7 mars 2013 11:02

      Salut,

      Un torrent de haine OUI j’assume et vis très bien ainsi. Oui j’ai cette haine contre ce système et monde libéral qui a conduit un monde au chaos.

      Et j’ai la haine viscérale contre ceux qui l’ont menés. De son initiateur Milton Friedman à ceux qui l’ont mis avec méthodologie en place dont le premier d’entre eux Ronald Reagan. Et les suiveurs de cette doctrine mortifère : M. Tatcher, Aznar, Berlusconneie, Sarkozy, et les salauds de cette gauche fauxcialiste n’étant pas en reste : Hollande, Papandréou

      Cela fait 40 ans que l’on subit cela alors à un moment donné OUI vous fermez vos claques merdes et vous laisser la place aux autres, ceux qui veulent vraiment que cela changer pour le bien de la communauté et pas pour sauver que des intérêts d’une petite minorité.

      Aux libéraux je leur dit : allez vous faire foutre désormais... et si vous n’êtes pas content affrontez-nous mais pas dans la lacheté qui vous caractérise si bien

      OUI c’est ça allez vous faire foutre tous !


    • aimable 7 mars 2013 12:12

      avec le sabre et le goupillon  !! chacun sa croix, ne donnez surtout pas de leçons , vous êtes les plus mal placés !!


    • Yvance77 7 mars 2013 12:25

      "Avec ce genre de conceptions de la tolérance on a mis au goulag soixante millions de russes pendant l’ère soviétique et tué 66 mlllions de chinois pendant la « Révolution culturelle »..."

      Tu reviendras aussi nous faire le bilan des millions de morts et miséreux causés pas la doctrine purement libérale. Celle qui est aussi un communisme privatisé - c’est sa seule différence - car ne profitant qu’à une poignée de notables de la finance !

      C’est toujours la même chose, vous ne voyez que ce qui vous arrange, moi ce sont les deux cotés que je veux voir combattre ! Comprendro !

      Chavez avait bien des travers, je ne le nierais jamais, mais ce n’était en rien un monstre. Si j’avais pu lui adressé un reproche c’est celui qu’il aurait pu faire encore plus avec la manne pétrolière... mais il a fait beaucoup avec.

      Tiens pour ta gouverne ; vous saviez que cet homme vivait chichement ! tout le contraire de notre crétin d’ex bling bling président. rien que cela est à saluer !


    • wperrad 8 mars 2013 04:45

      « Tu reviendras aussi nous faire le bilan des millions de morts et miséreux causés pas la doctrine purement libérale. »


      Et au moyen âge, pourtant assez peu libéral, on ne mourait pas de faim ? La maladie et la mort sont des concepts apparus avec le libéralisme ? Si vous mettez tous les malheurs du monde sur le dos du libéralisme, votre haine n’a rien de surprenant. 

      Blagues à part, quand je me pose des questions sur l’efficacité et le caractère humain de tel ou tel système, je me contente de comparer les flux migratoires. Et je constate simplement qu’il y a plus de gens qui vont des pays socialistes vers les pays d’inspiration libéral que l’inverse (faut avouer qu’on ne voit pas très souvent des néo-zélandais ou des habitants de Hong Kong fuir leur pays par bateau pour se réfugier en Argentine ou au Zimbabwe par exemple).


      « Celle qui est aussi un communisme privatisé - c’est sa seule différence - car ne profitant qu’à une poignée de notables de la finance ! »


      Vous êtes moins ignorant que vous voulez le faire croire, continuez sur cette voie là et dans quelques années vous comprendrez peut-être que l’entente entre le pouvoir politique et financier n’a pas grand chose de libéral. Vous comprendrez peut-être même que les Etats unis sont de moins en moins libéraux et que leur puissance est dû d’avantage (et le sera de plus en plus à mesure qu’ils s’enfonceront dans la crise) à leur politique colonialiste qu’à leur prétendu libéralisme.



    • jmdest62 jmdest62 8 mars 2013 08:47

      @ wpradd

      ".....faut avouer qu’on ne voit pas très souvent des néo-zélandais ou des habitants de Hong Kong fuir leur pays par bateau pour se réfugier en Argentine ou au Zimbabwe par exemple....« 

      par contre , les argentins émigrent en nouvelle-zélande par bateaux entiers !!!! c’est bien connu  smiley

      je respecte votre liberté d’expression , mais je pense qu’à une certaine heure la fatigue (et/ou la boisson ?) altère le jugement ...il vaut mieux aller se coucher (1)

      @+

      (1) formulation pour faire plaisir à grantgil
      je traduis : » faut être fatigué ou bourré pour dire des conneries comme ça ....allez cuver "


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 7 mars 2013 10:44

      Pour se faire une opinion attendons cent  ans .


      Que l’ eau coule sous les ponts de Caracas .

      Et que les Vénézueliennes arrivent .

      • hunter hunter 7 mars 2013 10:52

        Salut à tous,

        Trois choses :
        1) J’ai été éduqué d’une certaine façon (que mes parents en soient remerciés) : quand un homme ou une femme meure, l’insulter, le dénigrer, ne se fait pas. Il y a un minimum de compassion et de respect ne serait-ce que pour la famille du défunt, qui souffre.

        2) De plus, vu son statut, il ne peut se défendre ; c’est donc facile et lâche, comme de continuer à frapper quelqu’un qui est à terre et qui demande grâce.

        Votre attitude est la manifestation d’une inhumanité certaine, mais logique dans votre cas, eu égard à vos écrits passés, et à l’idéologie que vous chérissez.

        Quand un intervenant monte au créneau pour votre défense, invoquant la liberté d’expression (cf message du 7 mars, 10:23), l’argument ne tient pas !
        En effet, n’est-elle pas justement appliquée ici, puisque vous avez déjà publié au moins un papier pour critiquer ce défunt ?
        Ce qui signifie que la modération les a acceptés non ?

        So, what else ? Comme dirait le beau George.

        3) quand un pays pratiquant le néolibéralisme, aura réussi à faire passer le taux de pauvreté de sa population, de 60% à 27% en dix ans ( ces chiffres furent évoqués hier au JT de 20H00 de Pravda2), là je crois que nous pourrons discuter.

        J’attends donc de voir un tel résultat aux USA, en Allemagne, et surtout en France : sans doute que dans votre tour d’ivoire d’une grande ville, vous ne voyez pas la réalité.
        Dans ma jolie campagne de ce merveilleux Sud Ouest ( presque 20 degrés ce matin déjà, et plein soleil), je peux vous dire que la pauvreté, elle est là, tous les jours, et elle ne diminue pas !

        Heureusement qu’on se serre les coudes et qu’on s’entraide, mais je ne sais pas ce qu’il en est dans vos métropoles polluées et agitées, et sur qui vous pourrez compter, le jour où votre situation de privilégié tombera !

        Car vous savez, comme le disait toujours une vieille copine, « la roue tourne » ....

        H/


        • pilhaouer 7 mars 2013 10:56

          Les torrents de haine viennent de ceux à qui Chavez faisait peur, tout simplement parce qu’il avait redonné l’espoir aux peuples d’Amérique latine.

          Mais vous pouvez écrire dix, cent articles vous ne pourrez pas effacer les images des foules de Caracas autour d’un cercueil alors que dans les quartiers riches et à Miami ou à Washington on sabre le champagne.

          Avant de juger de l’économie du Venezuela sous Chavez, parlez donc de l’économie AVANT Chavez, parlez-nous des répressions féroces à Caracas et partout en Amérique latine sous l’impulsion des USA et des bourgeoisies compradores.

          Mais désolé pour les Adler, Giesbert, Calvi et tous les chiens de garde, Chavez a gagné et la flamme ne s’éteindra pas.

          Thiers a fusillé « la Commune », ses émules en fusilleront d’autres, ils cherchent mais ils ne savent pas comment tuer une idée.


          • Citoyen85 7 mars 2013 11:03

            Où voyez-vous de la haine ? Chavez a eu l’immense mérite d’aider enfin ces classes défavorisées que les gouvernements précédents méprisaient. La manne du pétrole l’a bien aidé. Il ne faut pas pour autant fermer les yeux sur ses défauts.


            • sam turlupine sam turlupine 7 mars 2013 11:16

              Tiens ! Rakotoarison, qui ne prend jamais la peine de répondre aux commentaires sur ses petits billets de propagande, les lit quand même ; mais il n’y répond que par un autre petit billet de propagande. S’agirait pas de se colleter avec la piétaille !

              Hélas, en pondant ses torchons, il s’enfonce un peu plus à chaque fois...

              Creuse, Rakoto, creuse : dans tes billets, c’est le fond qui manque le plus ; si tu pouvais t’ensevelir, ça nous éclaircirait le paysage...


              • Fab81 7 mars 2013 11:18

                Un article qui repose tout entier sur un postulat erroné et un procès d’intention ridicule -et je passe sur vos « reducto ad stalinum » qui vous discréditent s’il en était besoin. Jamais Mélenchon, contrairement à ce que vous insinuez ne s’est livré à une adulation aveugle de Chavez. Par exemple, il n’a jamais dissimulé les divergences qu’il peut y avoir en matière de politique étrangère. Mais il y a un temps pour tout. Et le temps d’aujourd’hui est celui de l’hommage ému et respectueux, pas celui de l’inventaire critique. Si vous ne comprenez pas cela, c’est que vous n’avez ni tact ni sensibilité.

                Je relève au passage une grossière approximation qui montre que vous ne vous êtes jamais sérieusement intéressé au Vénézuala. La « Russie de Poutine » n’est pas « le principal allié » de Chavez. C’est l’une des pièces d’un dispositif et d’une stratégie plus subtile que ce que vous croyez. Pour résumer grossièrement :

                1/ L’intégration régionale. Chavez a toujours cherché à entretenir des liens privilégiés avec ses partanaires latino-américains. Avec ceux qui partagent sa vision, évidemment. mais pas uniquement. L’objectif est d’opposer au libre-échangisme sous domination états-unienne un autre modèle d’intégration plus solidaire, centré autour des besoins des peuples.

                2/ L’alliance stratégique avec les grandes puissances régionales contre-poids des Etats-Unis. Je veux évidemment parler de la Russie, mais aussi de la Chine, que vous évacuez complètement.

                3/ le soutien aux régimes qui se veulent anti-impérialistes. Chavez croyait bon de les soutenir, quelle que soit par ailleurs leur orientation politique.

                Dans tout cela, se mêlent considérations politiques, économiques (l’alliance entre puissances pétrolières), stratégiques...

                Et contrairement à ce que vous semblez insinuer, le Vénézuela n’est pas du tout vis à vis de la Russie dans la même situation que l’était Cuba vis à vis de l’URSS. Enlevez Poutine et remplacez-le par un ivrogne à la solde des Etats-Unis, comme feu Elstine, le Vénézuela ne risquera pas pour autant l’effondrement. Même si evidemment, on ne fera pas la fête à Caracas.

                Tout cela pour dire, si quelqu’un en doutait encore, que vous cantonnez à la posture de donneur de leçon et aux procès d’intention. Une analyse sérieuse, c’est manifestement trop vous demander...


                • Robert GIL ROBERT GIL 7 mars 2013 11:18

                  voici le point de vue de l’historien Richard GOTT, ex-rédacteur en chef du Guardian , a lire avec attention :
                  LES LECONS D’ECONOMIE DE CHAVEZ POUR L’EUROPE


                  • stephane 7 mars 2013 11:23

                    « ce type de pratique serait d’ailleurs plus courante du côté du principal allié de Chavez à savoir la Russie de Poutine »

                    Et Arafat, il s’est empoisonné aux lasagnes Findus !


                    • Yvance77 7 mars 2013 14:03

                      Nous avons subit : haine, mépris et morts de la part d’une caste poliitco-financière pendant 40 ans....

                      Bienvenue à l’arrière de l’autobus mon pote !!!!


                    • jmdest62 jmdest62 7 mars 2013 16:27

                      @ grandgil

                      On discutera de ce que tu voudras concernant Chavez , mais...C’est juste pas le moment 

                      tu écris
                      « ......La haine ne se justifie jamais par celui qui la subit, d’où qu’elle vienne.... » dont acte !

                      Certains qui , comme moi , sont attristés du départ de Hugo Chavez , réagissent violemment parce qu’on peut lire , par exemple , ce qui suit sur le compte tweet de
                       Frédéric Haziza (journaleux LCP)
                      "......
                      Hugo #Chavez mort. Si #Ahmadinejad pouvait se dévouer et rejoindre son ami au paradis des antisémites, le monde ne s’en porterait pas + mal ........« 

                      je ne pense pas que , toi même , tu soutiennes ce genre de »connard"

                      sans rancune

                      @+


                    • Fab81 7 mars 2013 11:27

                      Si le sujet n’était si sensible, on devrait montrer cet article à des lycéens et le décrypter avec eux. C’est en effet un excellent exemple d’argumentation baisée et malhonnête déformant grossièrement les propos de ses contradicteurs, se posant en persécuté pour mieux en venir à l’invective ultime censée clore le débat « bande de staliniens » !
                      Ceci-dit, je crois les gamins d’aujourd’hui assez malins pour ne pas être dupes d’un manipulateur aussi peu doué que M. Rakotoarison...


                      • Ariane Walter Ariane Walter 7 mars 2013 11:44

                        Très maso le Rako ! En fait ,il vient ici se faire fouetter ! C’est bon , hein ?


                        Tu nous remets ça demain ? Mmmmmmmmmm !

                        • aimable 7 mars 2013 12:36

                          granjil, vous parlez d’idolâtres vous, la vous enfoncez, vous et le troupeau !!!


                        • Pyrathome Pyrathome 7 mars 2013 22:29

                          Arrête de troller, imbécile heureux.....


                        • bakerstreet bakerstreet 7 mars 2013 12:15

                          Sylvain Rago.....
                          Vous avez décidé de vous transformer en sporting-partner, ou en benêt de service, catégorie bête et méchant.
                          Bon, le seul intérêt de ce nouvelle petite chose misérable est de ressouder les liens parfois distendus entre internautes, pour de petites incompréhensions.
                          Il est tout de même réconfortant de s’apercevoir que sur des sujets essentiels, tel que celui concernant la vie, la mort, l’œuvre, et l’influence que laissera Hugo Chavez, tout le monde est quasiment d’accord.
                          Et ça fait chaud au cœur !


                          • bakerstreet bakerstreet 7 mars 2013 12:41

                            Grandgil

                            Personne vous oblige à rester ici à vous bouffer les ongles
                            Vous pouvez aller faire un tour dehors avec votre copain Petitgil Rako....


                          • lulupipistrelle 7 mars 2013 15:54

                            C’est pas dans la Charte qu’il est interdit de déformer un pseudo à des fins d’humiliation d’un commentateur ? 


                          • lulupipistrelle 7 mars 2013 17:05

                            Et il y a des abrutis pour moinser... vous avez raison Grangil, on s’amuse bien avec ces réactions binaires. 


                          • bakerstreet bakerstreet 7 mars 2013 21:02

                            Rien à voir avec une insulte
                            Je suspecte fortement, pour ne pas dire plus, Le sieur grandgil d’être l’avatar de l’auteur de l’article, simplement.
                            D’ou, Grandgil et Petitgil......


                          • Nums Nums 7 mars 2013 12:15

                            Quand Rako ne fait pas dans la sarkolâtrie, il tape sur tout ce qui est à gôche.


                            « il y en a en France qui le prennent pour un véritable gourou et qui présentent des comportements qu’on pourrait assimiler à des attitudes sectaires. »

                            Vous parlez de Sarkozy et de votre cas, c’est bien ça ?

                            • DanielD2 DanielD2 7 mars 2013 12:47

                              « l’antiaméricanisme primaire »

                              J’ai arrêté de lire là, je ne viens pas sur Agoravox pour lire le même genre de conneries qu’à la TV.


                              • robin 7 mars 2013 13:26

                                « Il est des sujets sensibles qu’on ne peut aborder que si l’on a la carte du parti bien estampillée par le chef. »

                                Comme par exemple, le bien qu’a fait Chavez aux pauvres de son pays, quand on est comme vous l’auteur un laquais aux ordres de l’establishment qui voulait absolument détruire cette horrible cailloux dans sa chaussure qu’était CHAVEZ ?

                                Comme quoi , vos arguments sont entièrement réversibles.


                                • sam turlupine sam turlupine 7 mars 2013 14:06

                                  En tout cas, on voit le grangil qui s’agite sur le sujet !
                                  Des dizaines et des dizaines de commentaires pour venir pleurer que « ouh la la ; on ne peut rien dire sans se faire insulter, gnagnagna... »
                                  Ca va : on a compris ; sèche tes larmes, et va faire un tour, grand benêt.


                                • robin 7 mars 2013 16:32

                                  Par Grandgil (xxx.xxx.xxx.73) 7 mars 13:31

                                  « un laquais aux ordres de l’establishment »
                                  Assertion qui salit tout le commentaire, dommage
                                   ---------------------------------
                                  Si vous aviez lu ce que cet individu produit tout le long de l’année vous réviseriez votre jugement


                                • Papat 7 mars 2013 13:43

                                  Plus de 90% de non. C’est tout.


                                  • vivacuba vivacuba 7 mars 2013 13:47

                                    Même pas envie de lire cette prose insalubre et haineuse !



                                    • aimable 7 mars 2013 14:33

                                      rakoto.... et grangil sont des masos , ils aiment êtres vilipendés , tous les jours ils remettent leurs ouvrages sur le métier pour avoir leur dose quotidienne !!


                                      • Alliance Rebelle Alliance Rebelle 7 mars 2013 14:43
                                        Impérialisme US Chavez Une Autre Victime De La CIA ?
                                        Il y a à peine un peu plus d’un an Chavez était intervenu à la radio nationale venezuelienne et avait di « Je ne sait pas mais...c’est trés étrange qu’on ait vu Lugo atteint d’un cancer, Dilma quand elle était candidate, moi, me préparant à une année électorale et il y a peu Lula et maintenant Christina ...c’est trés difficile à expliquer même en s’appuyant sur la loi des probabilités ce qui est arrivé à certains dirigeants en Amérique Latine. C’est au minimum trés étrange, trés étrange. » 

                                        Effectivement étrange ...si étrange que si vous pensez que Hugo Chavez du Venezuela, la présidente du Brésil Dilma Rousseff, celui du Paraguay Fernando Lugo, et l’ancien président du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva - tous des dirigeants anti US - tous ont été atteints d’un cancer à peu prés au même moment par hasard alors vous devez être un théoricien fou du hasard. 


                                        • leypanou 7 mars 2013 16:26

                                          « L’appropriation de la mort de Chavez par tout un courant politique ultraminoritaire en France » : un auteur qui doit être bien situé au niveau du record d’avis négatifs sur ses articles est très mal placé pour sortir une réflexion pareille. En plus, en quoi s’en-t-il approprié ? A-t-il interdit aux autres d’en parler ?

                                          Une fois de plus l’auteur est à coté de la plaque !!!


                                          • Loatse Loatse 7 mars 2013 16:31

                                            Hessel était un homme de valeur mais peu connu du grand public jusqu’à la parution de son opuscule, « indignez vous »... Même si la tristesse était au rendez vous lors de son décès à un âge avancé, la critique de ses idées n’a pas, suscitée tant de réactions hostiles..

                                            La critique n’empêche pas le respect certes,

                                            Mais là, il en va tout autrement. Cet homme, Chavez a incarné l’espoir d’une vie meilleure, plus juste pour tout un peuple jusqu’à prendre en main sa destinée en se battant avec celui ci pour ce qu’il pensait être juste.. Il a suscité chez ce peuple et même au delà du Vénézuela, par sa personnalité charismatique et attachante, sa tenacité, son amour de ce peuple et de son pays, l’admiration de beaucoup, leur amour jusqu’à la passion ..

                                            Il est donc logique que son décès provoque un état de choc... et des réactions violentes envers toute critique...

                                            C’est en quelque sorte, sylvain, comme si vous veniez interrompre une veillée funèbre en jetant à la figure des proches éplorés, désemparés, les défauts du défuns (réels ou supposés, il faudra du temps pour faire la part des choses)...

                                            Pour ma part, je tenais et tiens toujours Hugo Chavez en grande estime et rien ne me fera changer d’avis car j’ai conscience que s’il est un grand homme, il est aussi humain...et donc faillible

                                            L’Avez vous seulement écouté une fois ?


                                            • Loatse Loatse 7 mars 2013 16:35

                                              ps : moi même je ne dois pas avoir encore bien saisi qu’Hugo Chavez n’est plus... je parle encore de lui au présent...


                                              • Pie 3,14 7 mars 2013 16:40

                                                L’auteur de cet article n’a jamais caché ses opinions de droite. Il n’aime pas Chavez, c’est normal. Il le décrit en dictateur stalinien, c’est aussi son droit le plus strict même si la charge est caricaturale.

                                                En revanche, ceux qui lui reprochent de ne pas respecter leur deuil exagèrent. Chavez était un personnage public qui a incarné une politique pendant presque 15 ans. Faire le bilan du chavisme, qu’il soit positif ou négatif est tout à fait normal, faute de quoi on verse dans le culte de la personnalité qui n’est jamais une bonne chose.

                                                 


                                                • Redj Redj 7 mars 2013 17:37

                                                  Et hop, un bon point !!


                                                • Redj Redj 7 mars 2013 17:44

                                                  Oui mais là je n’ai pas pu m’en empêcher <smiley


                                                  Je suis parti.

                                                • Pie 3,14 7 mars 2013 20:06

                                                  Joli tee shirt.


                                                • jmdest62 jmdest62 7 mars 2013 20:11

                                                  "... Faire le bilan du chavisme, qu’il soit positif ou négatif est tout à fait normal, faute de quoi on verse dans le culte de la personnalité qui n’est jamais une bonne chose....« 

                                                  Avant hier personne ne pensait à faire le bilan de l’action d’ Hugo Chavez .....ça peut donc attendre encore quelques jours ...où est l’urgence. ?

                                                   »
                                                  ... ceux qui lui reprochent de ne pas respecter leur deuil exagèrent....."

                                                  Respectons au moins le deuil des millions de vénézuéliens NON !

                                                  @+


                                                • Pie 3,14 7 mars 2013 20:21

                                                  Vous connaissez la règle des médias aussi bien que moi. Cela fait des mois que chacun savait que Chavez était condamné. Les stagiaires ont fait des nécros, les éditorialistes s’y sont mis ces derniers jours, le déferlement est arrivé le jour J.

                                                  Rien de plus normal, tous les personnages publics y passent.

                                                  Je suppose que cela ne vous touche pas lorsqu’il s’agit de gens que vous ne connaissez pas ou n’estimez pas, mais la règle est la même pour tous.


                                                • doctorix doctorix 7 mars 2013 16:44

                                                  La meilleure image de Chavez que je garderai, c’est quand il a dit :

                                                  «  »Hier, c’est Bush qui était devant ce micro : ça sent encore le soufre !"
                                                  Ce qui prouve qu’il avait à la fois le sens de l’analyse politique, celui de l’humour et celui du raccourci.
                                                  Chavez, on t’aime ! 
                                                  Les rares qui t’ont écouté à l’ONU ou ailleurs connaissent ta valeur et ta générosité (tiens, pour un dictateur, aucune mention d’enrichissement personnel, c’est bizarre, non ?). Les autres se contentent de pérorer à tort et à travers, à la remorque des USA (enfin pas d’Obama : le but étant atteint, autant qu’il la joue modeste, discrète et fair-play)..
                                                  Ne sous-estimez pas la puissance de nuisance des labos de la CIA : ils travaillent d’arrache-pied et font des progrès chaque jour. Alors, inoculer quatre cancers à quatre emmerdeurs, c’est pour eux l’enfance de l’art.
                                                  Bien qu’elle ne sera jamais démontrée, je crois l’hypothèse tout à fait vraisemblable.
                                                  D’ailleurs, sur ce plan aussi, on ne prête qu’aux riches.

                                                  • Loatse Loatse 7 mars 2013 17:49

                                                    Pour moi, Doc ce fut parmi tant d’autres moments forts (et il y en a beaucoup), celui ou Chavez arbitrait le différent entre une banque privée et un comité de citoyens venu en derniers recours lui demander d’intercéder auprès de cette banque..

                                                    Le litige concernait l’optention des prêts pour construire des maisons...ou les intérêts enfin quelque chose d’approchant..

                                                    Allo bonjour camarade banquier fit Chavez, poliement... je te demanderai dans l’affaire X de bien vouloir régler celle ci rapidement..... Sinon, je me verrai dans l’obligation de nationaliser ta banque... Tu me diras combien tu en veux, on te la rachetera.., nous ne sommes pas des voleurs !

                                                     smiley



                                                  • Redj Redj 7 mars 2013 16:48

                                                    Grangil, qui vient ici lancer ses petites flèches, en se permettant de distribuer les bons et les mauvais points, et qui se plaint en retour des réactions qu’il a lui-même provoqué...


                                                    Pfffffff ça en serait risible si ce n’était qu’occasionnel, mais là ça en devient lourd. 
                                                    Vous n’êtes qu’un petit minable qui ne se voit plus grand qu’il ne l’est.

                                                    P.S : oui je sais, la bien pensance, moralisateur tout ça...

                                                    • Redj Redj 7 mars 2013 17:13
                                                      A c’est donc ça, vous n’êtes qu’un petit provocateur sans envergure. Vous n’avez que ça à faire de vos journées ? Faire chier les autres en espérant qu’ils engagent une joute verbale contre-vous ? Votre vie doit être bien vide mon brave ! Et ne me parlez-pas de me défouler, quand je lis le nombre de vos commentaires laissés sur ce fil et le mien, je pense que celui qui se défoule c’est bien vous. Bref, n’accusez pas les autres de vos propres tares.

                                                      Quant à Chavez je le laisse où il est, dans sa tombe maintenant, qu’il repose en paix.



                                                    • Redj Redj 7 mars 2013 17:36

                                                      Fermer le ban, je vous laisse dans votre plaisir solitaire, j’ai d’autres chats à fouetter moi !


                                                    • bakerstreet bakerstreet 7 mars 2013 21:04

                                                      Grandgil

                                                      Une technique de roquet qui ne vous lache pas une seconde
                                                      Faute d’être pertinent, il aboie dans tous les sens !


                                                    • doctorix doctorix 7 mars 2013 17:25

                                                      Grangil et Redj, et si vous alliez jouer ailleurs ? Vous nous bassinez...


                                                      A bien y réfléchir, ce qui est invraisemblable est que Chavez ait réussi à rester en vie aussi longtemps, alors que les USA n’ont jamais eu d’adversaire aussi farouche en Amérique du Sud.
                                                      Vous trouverez ici :
                                                      le manuel de l’assassinat à l’usage de la CIA, entre autres révélations ébouriffantes.
                                                      On pourrait trouver la liste des nombreux chefs d’Etat assassinés par cet organisme en Amérique latine. Rien que Fidel Castro cumule 638 tentatives d’assassinat, la plupart menées par la CIA, ici bien maladroite...
                                                      Alors, comment donc croire que ce n’est pas un nouvel assassinat, plus soft et faisant moins de vagues ? Ça ressemble bien à un crime parfait.

                                                      • sam turlupine sam turlupine 7 mars 2013 17:40

                                                        Dis, grandgil, tu arrêtes de venir troller ce fil, avec la moitié des commentaires, qui répètent tous la même chose : « euh lui, eh, t’as pas compris, je te pousse à la faute, gnagnagna.. »
                                                        T’as vraiment rien à dire, alors,
                                                        FERME TA GUEULE !


                                                      • COVADONGA722 COVADONGA722 7 mars 2013 18:52

                                                        Imaginons, Sarko meurt demain...



                                                        heu je vous ai proposer de sabrer le champagne mais ya pas d’urgence hein ?

                                                        sinon vous n’êtes pas sans savoir que même habillé de soie des propos peuvent être injurieux et provocateur.Bien qu’écrivant un français châtié l’auteur
                                                        est fort vulgaire je suis étonné que vous ne perceviez pas .
                                                        Asinus ne varietur

                                                        ps etonnant notre conversation évaporée dans les limbes ce matin non ?

                                                      • agent orange agent orange 7 mars 2013 17:45

                                                        L’auteur persévère à s’enfoncer dans le ridicule et fait sans doute parti de ceux qui estiment qu’il ne tue point. Sans doute un adepte du masochisme, comme le suggère Ariane plus haut ...

                                                        dans un pays (le mien) qui jouit d’une totale liberté d’expression, de presse (c’est une joie), et d’une démocratie qui, si elle doit toujours être améliorée, est l’une des rares où un scrutin n’est jamais contesté depuis plus d’une centaine d’années (et qui a connu huit alternances politiques majeures dans les trente-deux dernières années).
                                                        Liberté totale d’expression ? Essayez de remettre en cause la VO sur le 11/9... vous êtes excommunié des médias, ostracisé, calomnié de tous les noms d’oiseaux, trainé dans la boue...
                                                        Quant aux scrutins jamais contestés, le référendum sur le TCE en 2005 c’était pour du beurre peut être ?

                                                        Là, mettre en œuvre cette folle machination pour durer près de deux ans, ce n’aurait pas été vraiment efficace
                                                        Certainement plus simple que d’organiser une énième révolution colorée ou coup d’état comme en 2002... Le « long terme » est une donnée factorisée par les stratèges mais manifestement pas par l’auteur.
                                                        Si par ailleurs l’auteur veut rouvrir les placards à squelettes, on peut aussi lui rappeler la mort étrange du directeur de la CIA William Casey en 1987 à peine 24 heures après qu’il fut accusé lors d’une audition parlementaire de tremper dans l’affaire Iran-Contra.
                                                        (
                                                        Mr. Casey suffered two seizures and was hospitalized in Washington last Dec. 15, the day before he was to testify to a Senate panel about the Central Intelligence Agency’s role in the sale of American arms to Iran.
                                                        The immediate cause of death was aspiration pneumonia as a result of a central nervous system lymphoma. The diagnosis of aspiration pneumonia could mean, among various possibilities, that Mr. Casey had inhaled food or food particles into his lungs that set up a toxic chemical reaction, a physician not connected with the case said yesterday. A central nervous system lymphoma is a rare tumor of the brain and central nervous system
                                                        ) article complet du New York Times.

                                                        Au fait, est-ce que l’auteur à des nouvelles de Abu Suhail (AKA Adam Yahiye Gadhan ou Adam Pearlman...) LOL


                                                        • Pierre Pierre 7 mars 2013 18:35

                                                          A propos de morts suspectes, David Kelly, vous connaissez ? (lien)


                                                        • agent orange agent orange 7 mars 2013 18:38

                                                          Pierre
                                                          Merci pour la piqûre de rappel.


                                                        • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 7 mars 2013 17:51

                                                          @ L’auteur (qui ne répond que très peu aux commentaires mais bon, ça fera de la lecture pour les autres)

                                                          Or donc, le personnage est visiblement un américanolâtre, groupie des bourreaux de Washington aux mains pleines de sang encore frais et chaud qui nous fait la leçon sur la terrible dictature crypto-bolchévique-alter-inter-nationaliste et messianique Chavezo-poutinienne et qui fait le parallèle entre Mélenchon et... Georges Marchais (on ne rit pas)...

                                                          L’auteur ne semble pas bien saisir, comme d’autres ici qu’un Mélenchon qui s’attribue une filiation avec le chavisme c’est de la belle foutaise.
                                                          Voilà bien le problème dans cette classe politique française... Un « non-légitime » qui s’arroge un tel droit...
                                                          Le chavisme est une synthèse entre socialisme, christianisme populaire-théologie de la libération et alter-nationalisme (l’internationalisme comme soutien aux mouvements et gouvernements anti-impérialistes, pas autre chose)...

                                                          ...quand le « mélenchonisme », qui trouvera bien vite une place dans les poubelles de l’histoire des idées politiques, n’est qu’un reliquat trotsko-laïcard de l’idéologie libérale libertaire 68arde avec, en prime, la détestation d’une histoire nationale ante-1789. Mélenchon, gardien du bac à sable du grand parti unique social-libéral français...

                                                          Que de points communs partagés entre l’auteur et ce Mélenchon tant détesté pourtant : les minorités ethniques comme sujet de l’’histoire, mondialisme Benetton pour ados impolitiques, critique du stalinisme qui n’est là que pour justifier une haine envers le prolétariat, etc.

                                                          Bref, encore une fois le gauchiste et le libéral atlantiste se serrent la main...


                                                          • bakerstreet bakerstreet 7 mars 2013 19:26

                                                            Impossible de toute façon de ne pas comprendre l’homme et sa politique sans la mettre dans le contexte de l’Amérique du sud ;
                                                            Continent qui a tant souffert de l’impérialisme américain.
                                                            L’oncle Sam, on le sait, est derrière les terribles dictatures qui ensanglantèrent le Chili et l’argentine ; pour parler des pires illustrations, mais peut on qualifiées de mineures les autres ( Salvador, Nicaragua, Brésil, en fait toute l’Amérique du sud dés années 60 aux années 80....)

                                                            Quand elle n’arma pas des mercenaires, elle donna du pouvoir aux narco trafiquants, dans une politique à peu près identique, quand à l’identification des conséquences que d’armer les talibans en Asie.....

                                                            Bras de fer stupide, en filiation avec la mac carthisme, puisqu’il accentua le fossé nord-sud, et obligea bien des pays à choisir leur bloc. Il faut tout de même savoir, et ça peu de gens le savent, que Catro ne connaissait rien au communisme, quand il fit la révolution. Son seul objectif était de mettre en l’air le gouvernement archi corrompu de Batista, qui avait transformé Cuba en bordel yankee (tripot, maisons de jeux...)
                                                            L’inflexibilité des US,et leur habitude à taxer de rouge tout ce qui s’opposait à leurs intérêts à obliger Castro à se mettre sous la protection de Moscou, et de se positionner de façon radicale, lui qui n’avait que pour ambition que de restituer la fierté et l’autonomie à Cuba.

                                                            Nul doute que c’était pour eux la seule chance de survie. L’exemple d’Allende, moins radicale, et faisant tout pour s’opposer à une confrontation l’a mené avec son pays où l’on sait.

                                                            Chavez a eu l’intelligence de s’appuyer sur ces histoires, et de fonder une politique, dont la justice sociale est la meilleure propagande



                                                            • Pierre Pierre 7 mars 2013 18:28

                                                              J’ai une question pour Grandgil. Êtes-vous l’avatar de Sylvain Rakotoarison ? Vous défendez son article comme si vous l’aviez écrit vous-même. Je plaisante évidement... encore que...

                                                              Je suis d’accord avec vous pour dire qu’on doit rester courtois sur un forum mais je comprends aussi la colère de ceux qui réagissent vivement parce que Hugo Chavez n’était pas un despote et ceux qui le traitent comme tel sont eux-mêmes les pires salopards, surtout les journalistes et les politiciens qui ne se sont jamais intéressés aux idées de Hugo Chavez mais qui espèrent tirer un bénéfice dans leur carrière en lançant une petite critique acerbe.
                                                              Il a sincèrement oeuvré pour améliorer le sort des plus démunis de son pays et même au delà. Il est dramatique que la majorité des Français n’en est même pas consciente.
                                                              Il l’a fait par idéalisme, pas pour s’enrichir comme il lui aurait été facile de le faire.
                                                              Je vous répète ce que j’ai écrit sur un autre forum. Pour les tenants de l’ultra-libéralisme qui sévit en Europe aujourd’hui, il est impératif qu’aucun espoir de nouveau système sociétal ne puisse apparaître. Il leur est donc impératif de dénigrer tout ceux qui proposent un autre modèle de société en les comparant à des utopistes ou à des totalitaristes.

                                                              • Pie 3,14 7 mars 2013 20:03

                                                                Je suis d’accord avec vous sur plusieurs points.

                                                                Chavez n’était ni dictateur ni despote. Il a gouverné en étant élu et bien élu, les partis d’opposition existent au Vénézuela ainsi qu’une presse pluraliste. Il ne s’est pas goinfré sur le dos de l’Etat comme tant de dirigeants le font ailleurs, il a réellement fait diminuer la pauvreté dans son pays en y consacrant une part importante de la rente pétrolière. Enfin, il a fait de ce petit état une voix importante en Amérique de Sud face au géant américain qui a toujours considéré cette partie du monde comme son arrière cour.

                                                                Cela dit, certaines critiques de ses opposants doivent aussi être entendues.

                                                                il a fait preuve de népotisme en plaçant sa famille au sein de l’Etat. Il a muselé les grands médias ( radio, tv ) qui s’adressent au peuple devenus la voix du président. Il a fait preuve d’autocratisme ( culture militaire oblige ) et a ultra-centralisé le pouvoir, ce qui au passage pose la question de la survie du chavisme aprés la disparition du leader. Il a beaucoup utilisé l’invective et l’intimidation à l’égard de ses opposants. Ces réserves dites, il ne faut pas oublier que l’histoire politique des pays d’Amérique du Sud et Centrale jusque très récemment est remplie de dictateurs, de corruption, de violence et de régimes ubuesques. Compte tenu de ce contexte, le régime chaviste est loin d’être le plus criticable.

                                                                L’échec à mon sens est plutôt économique. Le Vénézuela est un puits de pétrole. Chavez dont la culture économique est castriste donc soviétique a beaucoup étatisé. Dans un premier temps, cela a permis à l’Etat de récupérer des fonds utilisés pour les programmes sociaux.

                                                                Puis sont apparus les travers qui touchent touchent toutes les économies trop étatisées. Peu d’investissements, une production et une productivité qui stagnent. la hausse du prix du pétrole a occulté ces problèmes de même que l’absence de politique industrielle véritable.

                                                                Les signes d’une extrême fragilité économique sont pourtant évidents. Le Vénézuela importe presque tous les produits qu’il consomme, sa dépendance vis à vis de l’extérieur est devenue complète y compris pour l’alimentation. L’inflation galope, c’est une économie de rente comme la Russie actuelle, sans tissu industriel solide à la merci du moindre retournement de conjoncture que l’explosion de l’exploitation du gaz de schiste dans le monde peut mettre en difficulté rapidement.

                                                                Mon sentiment est que Chavez est un leader charismatique qui a su apporter du bien-être aux plus pauvres, a joué le jeu démocratique à la manière Sud-américaine mais n’a pas su utiliser au mieux le formidable pactole sur lequel le pays est assis.

                                                                Un succès en trompe l’oeil en somme. L’exemple de la Norvège est à cet égart révélateur. Ce petit peuple, un des plus prospère au monde ( revenu moyen 55000euros) a utilisé sa rente pétrolière ( terminée dans 20 ans alors que le Vénézuela a les plus grosses réserves mondiales) au mieux. A savoir : des investissements industriels ambitieux soutenus par l’Etat et suivis par le privé afin d’assurer l’après pétrole, une redistribution sociale généreuse, la création du plus gros fond de pension mondial qui assure les retraites des norvégiens pour au moins 50 ans.

                                                                Certes, ces deux pays ne partaient pas des mêmes bases mais on voit là la différence entre le pragmatisme social-démocrate du Nord de l’Europe et la générosité sociale mélée de naïveté économique du socialisme caribéen. 


                                                              • Pierre Pierre 7 mars 2013 21:39

                                                                @ Pie 3,14


                                                                Ai-je écrit quelque part que le Venezuela est un modèle de réussite économique ? 
                                                                J’ai parlé de cela avec des Vénézueliens, des pro et des anti-Chavez. Curieusement, les Vénézueliens pro-Chavez critiquent autant les autorités que les anti-Chavez mais de façon constructive et sans en faire porter la responsabilité à Hugo Chavez lui-même. 
                                                                Ils font par exemple remarquer qu’on construit des dispensaires mais que, parfois, les équipements n’arrivent jamais. Pour les anti-Chavez, tout est négatif. Ils oublient toujours de dire qu’ils ne sont pas coopératifs avec le gouvernement et qu’ils placent leur argent au Etats-Unis.
                                                                Avancée sociale ? Spectaculaire. Je n’ai pas beaucoup d’autres exemples dans le monde. Voyez l’histogramme de l’article du Figaro. 8 % de chômeurs, donc 92 % de gens qui ont un emploi et donc la dignité de ne pas être assistés sociaux. (lien) Et en Europe ?
                                                                Népotisme ? Est-ce plus que dans les autres pays, notamment en Occident ? 
                                                                Autocratie ? Non, c’est contradictoire avec la démocratie participative qu’il a instauré au Vénézuela. (lien)
                                                                Augmentation de la criminalité ? Oui, quand il y a beaucoup d’argent à répartir...
                                                                Dépendance économique ? Comme tous les pays du monde. La mondialisation est passé par là.
                                                                Comparaison avec la Norvège ? Impossible. Une autre Histoire, une autre culture mais votre conclusion est pertinente et je la partage.

                                                                Je pense que Hugo Chavez deviendra tôt ou tard un symbole de la lutte pour l’indépendance de l’Amérique du Sud à l’image de Simon Bolivar, son modèle. Bien plus que Fidel Castro ou Che Guevara.

                                                              • Pie 3,14 7 mars 2013 22:12

                                                                Merci pour cette réponse.

                                                                Il deviendra sans doute un symbole pour son action contre la pauvreté, sauf si dans 4 ou 5 ans le cours du pétrole s’effondre sous l’effet du gaz de schiste et plonge le pays dans les difficultés économiques en annihilant les progrès contre la pauvreté.

                                                                On peut aussi imaginer que le Brésil devienne le véritable modèle de l’Amérique du Sud et éclipse les modèles inspirés directement ( Castro) ou indirectement ( Chavez) de la vision économique soviétique.

                                                                Les économies de rente, basées sur l’exportation d’une unique matière première sont toujours périlleuses.


                                                              • bakerstreet bakerstreet 8 mars 2013 09:13

                                                                Aucun empire ne dure mille ans, mais la trace d’un homme reste parfois dans le ciel, comme une queue de comète, et influe sur la marche des planètes.
                                                                Platon, Aristote, Saint-Augustin, Marc Aurèle, Marx, Gandhi, et tant d’autres, les forces du bien qui nous redonnent espoir, et qui s’opposent à ces trous noirs dans lesquels nous risquons parfois de disparaitre !
                                                                Ceux là ont aussi des noms, mais inutile de perdre son temps à les nommer !


                                                              • marc 8 mars 2013 10:22

                                                                Par Pie 3,14 (

                                                                La comparaison &avec la Norvège n’a aucun sens, 
                                                                La Norvège n’avait pas besoin d’agir sur l’indigence de masse, les services médicaux gratuits aux pauvres, un système d’éducation inexistant pour la majorité de la population et j’en passe. Au Venezuela, il fallait d’abord donner au peuple ce dont il avait besoin pour seulement vivre. Rien à voir avec la Norvège pour qui la manne pétrolière ést en quelque sorte un surplus temporaire de richesse. Il faut remarquer que la Norvège a investi mas n’a fait cadeau de rien aux pauvres d’autres pays, à la différence de Chavez.

                                                              • Pie 3,14 8 mars 2013 10:39

                                                                A Marc,

                                                                J’ai pris la peine de préciser que ces deux pays ne partaient pas des mêmes bases, l’un était déjà développé quand le pétrole est arrivé, l’autre en voie de développement quand Chavez est arrivé. La comparaison vaut surtout pour le type de politique menée.

                                                                 


                                                              • jacques lemiere 7 mars 2013 18:46

                                                                Bof c’est melenchon. 


                                                                Le chef a toujours raison...
                                                                c’est ce qui est super avec l’idéologie..ou la religion..on ne peut pas avoir tort.

                                                                • OMAR 7 mars 2013 19:03

                                                                  Omar 33

                                                                  L’auteur  :«  L’heure du recueillement pour les uns n’est pas incompatible avec l’heure des comptes pour les autres... ».

                                                                  Ben, Sylvain, on a compris....

                                                                  Et nous avons décidé, ici sur Agora, de vous payer un voyage au Chili....

                                                                  Juste pour que vous puissiez vous recueillir sur la tombe d’un de vos héros : Pinochet..
                                                                  http://www.20minutes.fr/monde/126252-Monde-Pinochet-emporte-ses-crimes-dans-la-tombe.php

                                                                  Et à votre retour, faites-nous un article sur cet ange...


                                                                  • Pyrathome Pyrathome 7 mars 2013 23:00

                                                                    Bilan du jour sur un article vide de sens.....
                                                                    114 réactions dont 54 de Grandgil alias le crapaud des bénitiers....( à ce niveau, c’est du trollage ou de la pathologie mentale...)
                                                                    Grandgil=Rakotoarison ? 
                                                                    En tout état de cause, il semble bien se dégager des variables entre ses deux avatars :
                                                                    Le masochisme, l’eschatologie, l’insulte funèbre ....


                                                                    • TSS 8 mars 2013 00:55

                                                                      Mr Rakotoarison , ex-serviteur zélé de la justice, agenouillé devant tous les gvts 

                                                                        a une longue pratique qui lui permet de juger Chavez... !!


                                                                      • mortelune mortelune 8 mars 2013 04:41

                                                                        @ L’auteur

                                                                        « L’appropriation de la mort de Chavez par tout un courant politique ultraminoritaire en France »

                                                                        Ce qui est ultraminoritaire en France ce sont surtout les gens comme vous non ?

                                                                        NB. Ecrire deux articles pour diaboliser Chavez c’est pas trop ? Vous en préparez un troisième ? Si oui, vous auriez du le joindre à celui-ci, on aurait gagné du temps...

                                                                        • Mowgli 8 mars 2013 06:56

                                                                          Errare humanum est. Perseverare diabolicum. Sylvanus diabolus est ! :-> 

                                                                          Ça va les cornes, Sylvain ?


                                                                          • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 8 mars 2013 09:50

                                                                            Il est quand même extraordinaire qu’il soit impossible de faire un bilan de la situation économique au Venezuela, avec les points positifs et les points négatifs.
                                                                            A lire les commentaires, on se croirait à la controverse de Valadolid...

                                                                            Dans les points positifs, il y a l’aide massive à l’alphabétisation, à la scolarisation, à la santé.
                                                                            Il y a le patriotisme et le souci d’indépendance par rapport aux USA.
                                                                            Les accords de coopération, non seulement entre pays d’Amérique latine, mais aussi avec des pays anti-impérialistes.
                                                                            Il a mis à la porte les pétroliers étrangers et a nationalisé.
                                                                            Il aide beaucoup certains de ces pays avec lesquels il pratique du troc, sans passer par le dollar...

                                                                            Dans les points négatifs, il y a l’échec des nationalisations de terres agricoles, du bâtiment et du commerce. Le Venezuela importe 80% de biens de consommation. Il vient de dévaluer sa monnaie de très de 40% en raison des difficultés économiques.

                                                                            La construction de logements est loin de couvrir les besoins. Les magasins ne sont pas toujours approvisionnés, même des biens de consommation courante.
                                                                            L’entretien et les investissements de l’appareil productif pétrolier n’est sans doute pas suffisant.
                                                                            Beaucoup d’argent du pétrole circule, la corruption aussi. Ce qui explique sans doute une bonne partie de la violence dans ce pays.

                                                                            Chavez a eu le grand mérite de mettre en oeuvre une politique au bénéfice des plus pauvres, ce qui est loin d’être le cas de tous les pays qui bénéficient de la rente pétrolière.
                                                                            Mais il ne sert à rien de cacher les points négatifs, on les trouve partout sur le net.

                                                                            Le opposants à Chavez ont grand tort de ne pas saluer les points positifs, comme si le libéralisme était la 8e merveille du monde.

                                                                            Les groupies ont tort de ne pas faire un bilan objectif. Considérer que tout est positif frise le ridicule et finit par déconsidérer ce qu’ils défendent.


                                                                            • mortelune mortelune 8 mars 2013 15:53

                                                                              Les points négatifs nous les avons à longueur de journée sur nos merdias. Par contre les points positifs il faut les fouiller sur internet. 

                                                                              Nous savons tous que le Vénézuela n’est pas la 1ere puissance économique du monde, nous savons tous que les investisseurs mondialistes ne mettent pas un $ dans le pays, nous savons tous que la pauvreté ne se règle pas en 7, 8 ou 9 ans, ni même en 20 ans. Nous savons tous que Chavez n’était pas le bon Dieu. 
                                                                              Alors pourquoi nous le rappeler ? 

                                                                            • caramico 8 mars 2013 10:10

                                                                              Hypocrite, le Bonhomme :


                                                                              Doucereux, pleurnichard, ya que des vilains cocos qui m’attaquent alors que je suis vachement, objectif, et gnagnagna.....
                                                                              Et puis en final de son article un scud :

                                                                              ben quoi,qu’il y ait des millions de gens qui le pleurent, ça ne veut rien dire, ils étaient bien des millions à pleurer Staline ou le Kim nord-coréen.
                                                                              Comparaison vaudrait-elle raison pour le Sylvain, surtout quand il va chercher dans les bas-fonds de l’histoire les plus pourris des dictateurs, la ficelle est un peu grosse, et il nous prend vraiment pour des cons.

                                                                              • marc 8 mars 2013 10:10

                                                                                 à l’époque de Georges Marchais ; si on critiquait Staline, on était alors forcément des vilains suppôts de Pinochet ou d’autres dictateurs « de droite ».


                                                                                Votre ignorance le dispute à votre stupidité. Vos époques se télescopent avec 30 ans d’écart. Staline était mort depuis 30 ans à l’époque de Marchais et le 20e congrès du PCUS avait révélé les crimes de Staline depuis longtemps et le PCF en avait tiré les leçons déja au temps de Thorez.. Votre « méthode » de fabrication historique éclaire vos « idées » sur Chavez.

                                                                                • bakerstreet bakerstreet 8 mars 2013 14:57

                                                                                  Grandgil...i

                                                                                  Il semble que toute tentative de vous ramener à la raison, ou du moins au silence, ce qui est parfois la même chose « Imbécile qui se tait passe pour un homme sage », alimente votre paranoïa.
                                                                                  Voilà que vous faites parler vos pourfendeurs à présent..
                                                                                  Mythomanie, persécution....Tous les maux dont vous accusez Chavez vous reviennent comme un boomerang. On appelle ça l’esprit projectif.
                                                                                  .il vaut mieux en rire, et retournez lire Marcel Aymé et Simone Weill, ou peut être plutot Richard Brautigan, qu se régalait de l’absurde.


                                                                                • tf1Goupie 8 mars 2013 10:36

                                                                                  Je suis vraiment pété de rire à la lecture des commentaires ; quant à savoir d’où viennent les « torrents de haine », ici y a pas photo.

                                                                                  J’apprends donc que le Venezuela est un pays beaucoup plus heureux que la France où règne la misère, surtout dans le Sud-ouest.
                                                                                  Que la propagande n’existe que dans les pays occidentaux.

                                                                                  Au final il n’y a que dans les pays socialistes, ou dictatoriaux, que l’on déboulonne, au sens propre, les statues des idoles. Parce que pour les déboulonner il faut commencer par les construire.
                                                                                  Attendons donc la gigantesque statue métallique de Chavez.


                                                                                  • heliogabale heliogabale 8 mars 2013 10:36

                                                                                    Le génie de Chavez a été de dire merde aux Etats-Unis à une période où beaucoup baissait les yeux ou ont fini par baisser les yeux...

                                                                                    Aucun atlantiste ne lui pardonnera ce crime de lèse-majesté...

                                                                                    Après la nature démocrate du régime...on s’en fout un peu...dans le classement RSF 2013, il est 117e. Même si on suppose que ce classement est parfaitement objectif, il n’y pas de quoi en faire un diable (le Brésil est 108e et Israël 112e)...et si l’opposition arrive à faire 45% (c’est un très bon score), c’est qu’ils ne sont pas tant bâillonnés que ça...

                                                                                    Personnellement, ce n’est pas un pays où j’irais vivre mais il faut reconnaître son importance historique pour le Venezuela (dont tout le monde se foutait avant lui), pour le sous-continent (prise de distance avec les USA) et pour le monde (un fervent opposant à l’impérialisme américain). C’est un personnage qui restera... 


                                                                                    • heliogabale heliogabale 8 mars 2013 11:23

                                                                                      je voudrais préciser ma pensée : la nature démocratique du régime de CHavez n’est pas ce qui rentre fondamentalement en jeu dans les critiques ou les éloges qu’il reçoit.

                                                                                      Ce qui rentre en compte c’est son opposition à ce qu’il nommait l’impérialisme américain...


                                                                                    • bakerstreet bakerstreet 8 mars 2013 16:03

                                                                                      L’emploi des mots n’est pas gratuit
                                                                                      Le mot « démocratie » paré de belles images idéalisées, est en fait l’avatar du libéralisme le plus forcené.
                                                                                      Qu’est ce que la liberté d’un homme, si c’est celle d’aller se faire pendre ailleurs, et de tendre la main sur le trottoir.
                                                                                      Le mot « liberté » a suivi à peu près le même sort.
                                                                                      On connait la métaphore d’orwell, que certains citent de façon honteuse, ( lui qui s’est toujours investi derrière les méprisés, les exclus) : « Un poulailler libre, avec un renard libre ».....Rien de mieux que ce genre de formule pour d’un éclat de rire, chasser ce rideau de fumée que les démagogues construisent autour du mot liberté.

                                                                                      « Le droit », aussi, souvent vu comme le moyen de prétendre d’étendre « son droit » aux autres, sous prétexte de « libre concurence » :
                                                                                      Savant paragdime construit sous l’illusion d’égalité de traitement pour casser les défenses exigées pour que les plus faibles continuent à vivre.

                                                                                      Plus que le mot liberté, qui est la conséquence du droit, et un véritable fourre tout, c’est bien cette notion de droit, qui doit nous servir de lunettes pour identifier la légitimité et la valeur d’un action politique.
                                                                                      Mais le droit bien sûr dans son sens des besoins élémentaires, pour chaque individu.
                                                                                      Droit à l’éducation, à la santé, au travail, à la justice.
                                                                                      J’en ai trop dit pour certains.
                                                                                      Pour eux tout cela est du« populisme »autre avatar plein de mépris, tentant de faire disparaitre ce qui est bien trop révolutionnaire


                                                                                    • TSS 8 mars 2013 11:49

                                                                                      C’est ce qui gène les anti Chavez ,qui en general idolâtrent les US ,il a mis les USA dehors

                                                                                      comme l’a fait De Gaulle en son temps,alors que notre Sarkho national est venu jouer le toutou

                                                                                       des US en réintégrant l’OTAN la queue basse et c’est pas « pépère 1er » qui va changer les

                                                                                       choses... !!


                                                                                      • mbdx33 mbdx33 8 mars 2013 11:55

                                                                                        Rako celui qui déverse son fiel de façon récurrente, en tentant de faire des rapprochements, voire des amalgames délirants. Il ne recule devant rien, pour salir par pur dogamatisme.

                                                                                        Et lorsque l’envie nous prends de faire un mauvais jeu de mot , juste histoire de s’abaosser au niveau des arguments invoqués dans sa prose. Il fait censurer les posts.

                                                                                        Quel grand penseur démocrate.


                                                                                        • mbdx33 mbdx33 8 mars 2013 11:56

                                                                                          s’abaisser.


                                                                                        • SEPH SEPH 8 mars 2013 14:31
                                                                                          La Haine et l’Amour
                                                                                          par Archibald EMOREJ :

                                                                                          "Rien. Ils ne laisseront rien passer. Ni l’injure, ni l’infamie, ni l’ignominie. Les hordes de fonctionnaires du vil, les coprophages de la lâcheté, les défroqués de la grandeur humaine, tous grouinent dans la fange en bouffant le cadavre d’un combattant qu’ils n’ont pas su abattre. Pas même touché, ni même égratigné. Eux ne sont pas des Hommes, sans respect pour la mort, à pisser sur la dépouille, comme leurs ont dit de dire leurs supérieurs de l’ombre, d’un très grand de notre monde. Notre monde. Ils n’ont pas idée de ce qu’il est. Nous avons tous nos cultures, nos langues, nos histoires, nos folklores et nos héros, et pourtant nous partageons les valeurs de ce monde, ce monde dont ils n’ont même pas idée.

                                                                                          Chez nous, pas d’idolâtre ni maximo ni dictateur, simplement l’humilité de reconnaitre les meilleurs d’entre nous, et pas sur leurs filiations, leurs mécènes ou leur maîtres, mais jugés sur leurs actions, leurs morales et leurs actes. Peut-être leur haine vient de cette liberté que nous partageons, celle de la critique constructive, de l’indépendance, de la dialectique pour le bien du groupe, donc de tous - ni pour l’esbroufe, ni pour une carrière aux ordres. De tous, parce que nous n’excluons personne, et même le pire de nos ennemis, sa mort nous ne l’acceptons qu’au champ d’honneur, dans le respect d’une idée chevaleresque qui fait de nous des humains, pas des bêtes dégueulasses.

                                                                                          Est-ce naïf d’être révulsé par ce magma de haine, un flot visqueux de gratte-papiers venus vomir leur joie de la mort d’un homme que rien n’a terrassé, sinon la maladie ? Seuls les puissants sont magnanimes. La bêtise est une chose, nous les avons assez moqués. Nous savions bien qu’ils dégoulinaient de roublardise, de lâcheté et de traitrise. Nos coups de gueule, souvent vains, à convertir nos frères dans leur assourdissant et permanent mensonge, suffisaient à les ridiculiser, au moins parmi nous. Le temps roulait pour nous parce que la vérité toujours triomphe. Mais les cris des hyènes affolaient par le sang ont glacé le mien. Je suis trop jeune pour savoir ce qu’ils ont bavé en immondes saloperies lorsque sont morts Sankara, Allende, Guevara, Lumumba ou Durruti. Demain, je demanderai aux anciens, sans trop d’illusion.

                                                                                          Ce n’est pas le moment de clouer au pilori tous leurs arguments fallacieux, ni sur les pétrodollars donnés aux pauvres – fallait-il les distribuer aux riches ? –, sur les usines décaties qui explosent – parle-t-on d’AZF ou des fuites nucléaires dans les campagnes de France ? –, sur les coupures de courant – fallait-il interdire au peuple de s’équiper enfin en électro-ménager et en informatique ? –, sur la délinquance et les armes – Columbine ou Sandy Hook ? –, sur la corruption – Karachi, Tibéri ou Guérini ? –, sur les prisonniers politiques – Guantanamo ou Abou Ghraib ? – bref, d’autres le feront, ce n’est pas l’heure, les humains sont humains parce que, justement, ils respectent les morts. Et nous sommes humains. Jamais à nos enfants nous ne dirons qu’un Homme ne pleure jamais. Et aujourd’hui nous pleurons.
                                                                                           
                                                                                          Parlons de cette haine que je ne comprends pas. Le Venezuela est un pays lointain, très loin de la sphère d’influence de la France. Je doute que ceux d’ici savent que Miranda à son buste près du moulin de Valmy. Cela ne doit pas être cela qui les électrise tant ils paraissent avoir une crise d’épilepsie du plaisir qu’ils tirent de la mort du Commandante. Certains, je le vois bien, le détestaient parce que militaire. Comme De Gaulle. Mais pour cette Amérique Latine, il semble qu’ils aient préféré le général Pinochet, reçu en grande pompe avec sur les siennes le sang d’un président élu, socialiste et ami de Fidel. Déjà. Si c’est lui le problème, ils doivent se préparer à se gargariser du labeur de la faucheuse quand viendra la mort d’un autre des justes parmi les justes.

                                                                                          Alors voilà ce qui nous sépare, voilà ce qui coupe le monde en deux : l’amour et la haine. Parce qu’Hugo Chavez débordait d’amour. Oh bien sûr, ils moqueront ces mots, eux qui ne pensent qu’à leurs rentes, leur croissance et leurs vacances dans des pays qu’ils rêvent éternellement sous-développés, histoire de jouir de l’œil dans la pyramide peint sur le billet vert. Les maîtres n’ont que de la haine pour les esclaves, et ces derniers n’ont que l’amour à offrir car qui mieux qu’eux savent les horreurs de la haine ? C’est le message du Christ, le compagnon de ce président-là, et ils ne manquent pas de moquer aussi cela, preuve de leur viscérale haine pour tout ce qui n’est pas guerre, destruction, dévastation et vengeance.

                                                                                          Alors pourquoi tant de haine, par-delà la vie, à briser les tabous les plus séculaires ? Je ne comprends pas, sinon une lucidité blessante : ils sont nos pires ennemis. Je comprends mieux alors cette déclaration terrible de Bolivar qui décréta la guerre à mort : il avait vu cela, l’amour et la haine qui polarisent la race humaine. Ils ricanent du chaos qui, ils l’assurent, ne saurait tarder. Et pourquoi cela, si le dictateur est mort ? Mais c’est que dans la patrie du Libertador dorment les plus grandes réserves de pétrole du monde. Rien de plus. Rien.

                                                                                          J’ai entendu de gros cochons, ricanant de nous, nous traiter d’aficionados de la salsa et du tchatcha incapables de raisonnements politiques, se gausser de nos regards tournés vers des frères latins. C’est que nous ne parlons pas Yiddish et les rues de New-York sont si pareilles à celles de Paris qu’il n’y a aucun intérêt à lécher le cul des gens qui sont si différents de nous au prétexte qu’ils sont puissants et nous paieraient en miettes de leur curée de salauds. Ils se croient si importants, obèses de leur savoir tautologique, de pauvres incantations vides en vérité, leur esprit baignent dans la haine comme leur corps dans le gras. Nous ne serions que lubriques à regarder les corps et eux si savants à compter les barils de brut ? L’Amour aveugle, peut-être. La Haine tue, sans aucun doute : c’est le tablier des bouchers qu’ils portent, pas celui des maçons.

                                                                                          Quand les Bush, les Sharon, les Uribe, les Sarkozy et les Hollande mourront, tous sur les mains le sang et les tripes de civils massacrés, phosphore blanc, munitions à l’uranium, épandages d’agent orange, la guerre sans l’aimer, la haine sans l’avouer, le pognon pour toujours, je ne pleurerai certainement pas. Je serai certainement soulagé. Et pourtant à cet instant précis je n’aurai plus de rage. Simplement une profonde compassion pour leurs victimes et pour eux-mêmes, je les plaindrai de se présenter si nus devant l’indicible. Je serai triste de ne pas les avoir défait au combat, en fait un peu honteux de ma défaite. Personne de notre monde ne leur fera les poches, ne détroussera leur cadavre, ne piquera leurs chicots d’or, ne sodomisera leur carcasse, n’ira cracher sur leur tombe. Notre amour implique cela, et voilà ce qui fait de nous des combattants d’un autre niveau. Supérieurs. Et voilà pourquoi à la fin nous triompherons. Merci du fond du cœur à Hugo Chavez de nous avoir rappelé cela tout au long de sa vie et jusqu’à son dernier souffle.

                                                                                          Que la paix soit sur toi, nous veillons déjà à l’héritage, et salue les là-haut, au royaume de l’amour, les camarades d’hier, nous autres ici-bas nous continuons la lutte, dès que la brise d’un nouveau matin, l’aveu de notre bon cœur, aura séché nos larmes."


                                                                                          • mortelune mortelune 8 mars 2013 15:56

                                                                                            Hollande a reçu des ’conseils’ de la part de Obama : « n’y allez pas sinon je vous fais la gueule »

                                                                                            Hollande n’aime pas quand les riches lui font la gueule alors il préfère faire la gueule aux pauvres.


                                                                                          • bakerstreet bakerstreet 8 mars 2013 15:00

                                                                                            Un grand coup de chapeau à la France et à son gouvernement socialiste, qui envoie la personnalité la plus éminente de l’état aux obsèques, où arrivent 30 chefs d’états.
                                                                                            C’est celui du ministre d’outre mer.
                                                                                            Une chance tout de même qu’il y ait un océan entre eux et nous !


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès