• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Croissance démographique, un péril planétaire

Croissance démographique, un péril planétaire

L’argument démographique n’est pas une imposture

Aujourd’hui encore, y compris chez de nombreux écologistes ou se réclamant comme tel, la question démographique reste un sujet tabou, voire totalement inapproprié et aborder cette question, c’est être considéré comme un dangereux « suppôt » du capitalisme, voire un imposteur. Un exemple, avec Pierre RABHI lorsqu’il déclare au journal La Croix du 14 /11/2017 : …« L’argument démographique est une imposture. Il y a bien longtemps que je combats cette idée. Il y a largement de quoi nourrir tout le monde. La question est celle de l’équité, de la répartition des ressources »… https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Environnement/VIDEO-Pierre-Rabhi-Largument-demographique-imposture-sauver-planete-2017-11-14-1200891955. Il considère donc que le Président de la République Emmanuel MACRON est un imposteur, quand celui-ci évoque la question démographique à l’issue du G20, ou plus récemment en visite officielle en Afrique. Mais se rend-il compte qu’il agresse également tous les écologistes et ceux qui considèrent que la question démographique et sa croissance continue représente un réel péril planétaire, comme l’ancien Ministre Yves COCHET des Verts ou l’association Démographie Responsable https://www.demographie-responsable.org/ qui ne cesse de démontrer les effets désastreux de la croissance démographique et formule aussi des propositions pour réguler cette croissance http://economiedurable.over-blog.com/2016/11/pour-une-demographie-responsable.html .

Mr. RABHI, ne semble pas s’inquiéter que depuis le premier « avertissement » des scientifiques à la planète, en 1992, l’humanité a augmenté de plus de 2 milliards d’individus, pour atteindre, 7,6 milliards, selon la dernière révision des Nations unies, dans son rapport de juin 2017. Soit une croissance de 35 % qui alerte les scientifiques, au regard notamment des capacités de la planète à nourrir cette population.

Si la « confrontation » des idées nourrit réciproquement la réflexion de chacun, par sa déclaration agressive, Mr. RABHI, loin de nourrir la réflexion s’enferme dans une logique de pensée chère à l’extrême gauche. Il oublie que plus nous sommes nombreux et malgré les écarts en consommation d’une société à l’autre, plus rapidement nous épuisons toutes les ressources naturelles, au premier rang desquelles les énergies fossiles. Lorsqu’il n’y aura plus rien à partager, comment envisagera-t-il la répartition ? 

Quelques rappels concernant la croissance démographique et ses effets

La révolution industrielle créa un fort bouleversement. Au cours du 20ème siècle, la population mondiale est passée de 1,65 milliard à 6 milliards. En 1970, la population mondiale représentait la moitié de celle d’aujourd’hui.

A partir des années 1950, nous assistons à une accélération extrêmement importante de la croissance démographique. Alors qu’il a fallu plusieurs millénaires pour atteindre le premier milliard d’humains (1830), ensuite un siècle pour atteindre 2 milliards (1930), 30 ans pour atteindre les 3 milliards (1960), 25 ans pour atteindre 4 milliards (1975), 13 ans pour atteindre 5 milliards (1988), 12 ans pour atteindre 6 milliards (2000) et 11 ans de plus en Octobre 2011 pour atteindre et dépasser les 7 milliards (7,6 milliards au 1er Novembre 2017). Actuellement, c’est près de 83 millions d’humains par an qui s'ajoutent à la population mondiale, C'est un peu comme si chaque année, on ajoutait la population de l'Allemagne et celle de la Slovénie à la population mondiale.

Entre 1975 et 2015, la population de la planète a presque doublé, passant de 4 milliards d'habitants à plus de 7 milliards. Pendant la même période, en se référant à l’étude de B. SUNDQUIST de l’institut du Minesota, publiée en 2000 (Topsoil loss - Causes, effects and implications : a global perspective), où il estimait que plus de 100 000 km2 de terres arables disparaissaient annuellement, autrement dit entre 1975 et 2015 (40 ans) c’est plus de 4 millions de km2, cela correspond à la superficie des 28 pays de l’Union Européenne (4,5 millions de km2). Depuis 2000, date de la publication de l’étude, la situation n’a guère évoluée dans le sens d’une amélioration et les chiffres les plus récents fournis par les experts confirment que les données de B. SUNDQUIT sont toujours valables aujourd’hui.

En 1975 la population Française était de près de 53 millions d’habitants. En 2015 (40 ans après) elle est de 66 millions d’habitants, soit une progression de près de 25%. Chaque jour c’est plus de 220 hectares, ou l’équivalent de 4 exploitations agricoles qui disparaissent. Cette destruction des terres agricoles est essentiellement due à une forte urbanisation qui s’accompagne souvent de projets routiers et autoroutiers non utiles destructeurs de dizaines de milliers d’hectares agricoles, tel le projet A 45 entre St. Etienne et Lyon, mais aussi diverses grandes zones commerciales ou projets de loisirs et aéroportuaires (Notre Dame Des Landes) sans compter l’impact énergétique et en rejet de gaz à effet de serre.

 La densification des centres urbains, loin de le préserver contribue encore davantage à l’étalement urbain vers les zones rurales de périphérie. Entre 1960 et 2010, les surfaces urbanisées sont passées de 2,5 à 5 millions d’hectares, soit le double.

Aujourd’hui, en Europe, mais aussi en France, 80% de la population est urbaine. Les villes sont d’importantes consommatrices de ressources naturelles et d’espace. Avec une croissance démographique continue, les politiques de densification urbaines, loin de réduire l’espace territorial d’occupation de l’habitat, malgré le développement des constructions en hauteur, outre les mauvaises qualités de vie, génèrent inévitablement de l’étalement urbain vers leur périphérie rurale, entraînant une croissance des besoins notamment pour les transports, mais aussi des inégalités sociales, où les populations les plus défavorisés sont rejetés à l’extérieur des zones centrales. Dans les communes rurales à proximité des grand centres urbains, où se conjuguent activités traditionnelles de production agricole et forestière, souvent peu respectueuses des milieux, avec des fonctions émergentes que sont l’accueil d’activités de production ou de loisir transférées depuis le tissu urbain, elles sont également fortement touchées par les effets de la croissance démographique en besoins de ressources naturelles et d’espace.

Les besoins croissants de loger les nouvelles populations qui résulte de la croissance démographique, auxquels s’ajoute les vagues de migrants et des politiques d’urbanisme souvent désordonnées par des communes en concurrence qui ont toujours plus de besoins d’espace entraîne La pression de la hausse du prix du foncier, contribuant ainsi avec la vente des terres par les agriculteurs à l’abandon de l’activité agricole, phénomène qui s’est accéléré ces dernières années.

Une urbanisation explosive, même si aujourd’hui sa croissance est moins forte dans les grandes villes

A titre de comparaison, pourcentage de la population mondiale habitant en ville : 1800, 3,4 % - 1900, 15 % -1950, 30 % - 2007, 50 % - 2015, 69 %. En 2007, le taux d'urbanisation atteint le seuil historique de 50 %, la population urbaine dépasse la population rurale. (Source WIKIPEDIA)

Au rythme actuel et d'après les projections de l’ONU, 65 % de la population sera urbaine en 2025, et plus de 80 % dans de nombreux pays. Il y a déjà en 2000, 213 villes de plus d'un million d'habitants, et 23 métropoles de plus de 10 millions d'habitants. A titre de comparaison, en 2017, plus de 600 villes ont plus d'un millions d'habitants et 46 villes plus de 10 millions d'habitants. Selon l’ONU (FNUAP), la population urbaine pourrait encore doubler d'ici 100 ans. Entre 1900 et 2000, la population urbaine a été multipliée par 20 alors que la population mondiale se contentait de quadrupler (ce qui est déjà considérable).

Dans les années 1960-1970, les taux de croissance de nombreuses agglomérations atteignaient les 7 à 8 % annuellement, ce qui donnait un doublement en 10 ans. Aujourd'hui, les mêmes agglomérations ne s'accroissent plus que de 1 à 3 % par an. Les chiffres de population les plus récents montrent en effet, tous sans exception, une baisse importante de la croissance démographique urbaine. Pour autant, l'augmentation de la population dans les villes n'est pas terminée, celle-ci reste largement positive et les taux s'appliquent à des effectifs énormes : 2 % supplémentaires par an représentent tout de même 30 000 habitants pour une agglomération de 1,5 million d'habitants.

Croissance de la population, synonyme de croissance des besoins en produits agricoles et en eau

Suivant les projections faites par les experts, en 2050, l’augmentation de la population devrait se traduire par un accroissement de 70 % de la demande mondiale en produits agricoles. Au rythme actuel de destruction des terres arables, il y aura plus de 3 millions de km2 qui auront disparu, soit 5 fois la superficie la France. Si la croissance démographique se traduit par des besoins accrus en produits agricoles cela s’accompagne également par des besoins croissants en eau. L’agriculture demeure le secteur le plus gourmand en eau puisqu’il représente à lui seul 70% de l’ensemble de la consommation (contre 20% pour l’industrie et 10% pour les besoins domestiques). Si rien n’est fait pour rationnaliser son utilisation dans l’agriculture, les besoins en eau devraient augmenter de 70 à 90% d’ici 2050 alors même qu’un certain nombre de pays atteignent déjà les limites de leurs ressources en eau.

Parallèlement, ces dernières années ont été marquées par une évolution des modes de consommation alimentaire, qui s’est traduite notamment par une plus forte demande en viande et en produits laitiers dans les pays émergents. Or, si la production d’un kilo de blé nécessite de 800 à 4000 litres d’eau, un kilo de viande de bœuf en demande entre 2000 et 16 000 litres. On estime que le consommateur chinois qui mangeait 20 kilos de viande par an en 1985 en consommera 50 kilos en 2009. A titre de comparaison, en 2002, la consommation de viande/habitant était de 76 kilos en Suède et de 125 kilos aux Etats-Unis.

La production de « biocarburants », qui s’est intensifiée ces dernières années, a également pesé de manière significative sur la demande en eau. La production d’éthanol, soit 77 milliards de litres en 2008, a triplé entre 2000 et 2007 et devrait atteindre 127 milliards de litres en 2017. Le Brésil et les Etats-Unis, qui assurent 77% de la demande mondiale, en sont les principaux producteurs. En 2007, 23% de la production de maïs des Etats-Unis et 54% de la récolte de canne à sucre au Brésil ont été utilisés pour produire de l’éthanol. Dans l’Union européenne, 47% de la production d’huile végétale a servi à produire du biodiesel en 2008. A cause de la croissance démographique, globalement la demande en eau n’a jamais été aussi forte. En cause : l’évolution des modes de consommation alimentaire, surtout les besoins accrus en énergie.

Dans moins de 15 ans, 47% de la population vivra dans des régions déjà soumises à un fort stress hydrique. En Afrique, entre 75 et 250 millions de personnes seront confrontées en 2020 à des pénuries croissantes liées au changement climatique. La pénurie que connaîtront certaines régions arides et semi-arides aura un impact décisif sur les migrations. On estime de 24 à 700 millions de personnes qui pourraient être forcées de migrer pour des raisons uniquement liées à l’eau.

Autre impact sur l’énergie, avec les nouveaux besoins liées à la nouvelle révolution des intelligences artificielles (quatrième révolution industrielle)

Les usines sans intervention humaine, les véhicules sans chauffeur ou les drones taxi et ceux pour les livraisons, ainsi que des robots pour toutes les opérations de manutention qui sont en cours d’expérimentation ne sont qu’un début annonciateur des profonds changements des rapports sociétaux, culturels et économiques que cela va entrainer avec des conséquences qu’il nous ait encore difficile d’apprécier … Comme il nous est aujourd’hui impossible de prévoir la nature et le type de nouvelles activités que générera forcément la 4ème Révolution industrielle d’ici les 15/20 prochaines années. Il était impossible à la fin des années 80 d’imaginer le bond du virtuel et du numérique qui contribue aujourd’hui à l’émergence de nouvelles formes d’emploi. Toutefois Sachant que cette nouvelle révolution des intelligences artificielles va avoir de très gros besoins énergétiques, en particulier en terres rares et en électricité, au rythme actuel de la croissance démographique les moyens et capacité de production vont à terme être confrontés à d’importantes difficultés. 

Concernant la consommation électrique : Bien qu’il existe de grandes disparités dans l’accès à l’électricité selon les régions du monde, si certains pays souffrent encore de pénurie électrique, la consommation électrique globale connaît pourtant une croissance constante depuis 1971 qui a été multipliée par 3,2, alors que la population mondiale a été multipliée par un peu moins de 2, ce qui est considérable et ne semble pas prête de s’arrêter. Pas un pays n’a connu une stagnation de la consommation entre 1971 et 2013. Tous, sans exception, ont eu une consommation annuelle en progression constante par habitants, qui va s’amplifier à cause des besoins légitimes des populations du tiers monde, de la croissance démographique et les exigences des nouvelles applications de l’intelligence artificielle inhérent à la quatrième révolution industrielle. La consommation d’électricité par habitant n’a cessé d’augmenter dans le monde depuis 1971, passant ainsi de 1201 kwh à 3104 kwh en 2013 avec, par exemple, une importante progression entre 2009 et 2013, (4 ans) passant de 2798 kwh à 3104 kwh. Le développement de nouveaux usages, notamment informatiques, explique également cette croissance. 

Se réapproprier MALTHUS, bien que controversé, il fut le premier à poser le problème démographique et ses conséquences

MALTHUS (1766 - 1834) est le premier à avoir attiré l’attention sur les problèmes démographiques, le premier également à prendre en considération que la terre est un espace limité et que les ressources ne sont pas inépuisables. Les débats avec les penseurs de son temps et la situation, tant de l’Angleterre, que du développement démographique de la colonisation de peuplement de l’Amérique du Nord au détriment des populations amérindiennes, l’amènent à penser que si les masses sont dans la misère, c’est parce que la production agricole ne peut suffire à les nourrir. Le doublement de la population des colons d’Amérique tous les 25 ans est dû à ce qu’ils disposent de nouvelles terres. Ce doublement tous les 25 ans a été à l’origine de la « loi » de progression géométrique de la population. Signalons toutefois que MALTHUS n’a pas une pensée pour les Indiens et que ses propos sont choquants : « une race appelée à disparaître »… Ce qui est souvent évoquée par les anti-Malthusiens pour se justifier.

Dans le premier chapitre (4eme édition) de : « Essai sur le principe de population » il fait la démonstration suivante : » Portons à mille millions le nombre d’habitants de la terre, la race humaine croîtrait comme les nombres 1 - 2 - 4 - 8 - 16 - 32 - 64 - 128 - 256 - tandis que les subsistances croîtraient comme ceux-ci 1- 2- 3- 4- 5- 6- 7- 8- 9- au bout de 2 siècles la population serait comme 256 est à 9, au bout de trois siècles comme 4096 est à 13 et après deux mille ans la différence serait immense et comme incalculable » Un peu plus loin Il écrit : « Plutôt que de considérer les maladies et les épidémies comme des châtiments de la providence il vaudrait mieux y voir une indication de la violation de quelques lois de la natureNi le progrès technique ni le progrès par la révolution ne peuvent remettre en cause les lois de la nature ». Il était persuadé avoir trouvé la recette du bonheur collectif de l’humanité, recette fondée scientifiquement. En fait il applique à l’homme les lois de la nature  : « C’est une observation du docteur Franklin, qu’il n’y a aucune limite à la faculté productive des plantes et des animaux, si ce n’est qu’en augmentant en nombre ils se dérobent mutuellement leur subsistance ».

L’espèce humaine n’échappe pas à cette loi. C’est d’ailleurs la lecture de MALTHUS qui chez DARWIN est à l’origine du concept de la lutte pour l’existence comme moteur de l’évolution. La compétition pour les subsistances est la seule loi générale du vivant (végétaux, animaux, humains). Guillaume-Thomas RAYNAL (1713 - 1796), Abbé de son état, précurseur de la lutte contre l’esclavage, promoteur des Droits de l’homme, écrivait  : « la plus sure marque de la population de l’espèce humaine est la dépopulation des autres espèces » En clair l’effondrement de la biodiversité est directement lié à la multiplication de l’espèce humaine.

Pour conclure

Aujourd’hui, un enfant qui nait en France est potentiellement un sur-consommateur par rapport aux ressources de la planète. La France doit montrer l’exemple au niveau international. Comment pourrait-on condamner l’explosion démographique mondiale et favoriser une politique nataliste chez soi ? Une totale neutralité de l’Etat en matière de fécondité implique l’abrogation de toutes les mesures qui visent à augmenter toujours plus le nombre de Français. Un débat national doit s’ouvrir sur les mesures à prendre. La question centrale étant : Comment peut-on réguler, voire amorcer une décroissance démographique de façon la plus équitable possible dans les pays riches, mais aussi dans les pays pauvres et est-ce possible avec le consentement des populations ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 11 décembre 2017 11:39

    Pour des raisons, autres que de mystérieux oracles, les illuminés qui annoncent régulièrement la fin du monde pour demain finiront bien par avoir raison.

    Apocalypse No !

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 décembre 2017 19:54

      @diogène


      Seul un fieffé imbécile ne comprend pas que l’explosion démographique illimitée dans un milieu dont les ressources sont limitées conduit à une catastrophe. Même vouloir en refaire la démonstration est un peu bête.


      PJCA




    • Plus robert que Redford 11 décembre 2017 12:01

      Implacable !!!


      • Didier Barthès 11 décembre 2017 17:19

        @Plus robert que Redford

        En effet, c’est imparable, je ne vois pas comment nous pourrions faire l’impasse sur cette prise en compte du facteur démographique.


      • wasp SEDORRHOIDE 11 décembre 2017 12:12

        Ou là là... que de pourcentages...

        Moi qui suis très vieux, je sais une chose ; c’est que la nature nous dépasse et a toujours le dessus.
        Avec la promiscuité, les voyages excessifs, le brassage par le commerce, des virus, pandémies vont exploser et gagner en vitesse les moyens de la recherche.
        Le réchauffement climatique va créer des phénomènes migratoires jamais vus eux même générateurs de conflits énormes. Famine maladies etc...
        Conflits des grandes puissances de 7 à 8 milliards, nous allons passer brutalement à 4 ou 5 !
        Il n’y a qu’à observer ce qui se passe sur le globe : tous les pays s’arment à tour de bras.
        Il y a des fous et des caractériels aux commandes des grosses puissances...

        Bon courage !


        • L'enfoiré L’enfoiré 11 décembre 2017 15:59

          @SEDORRHOIDE,

          « c’est que la nature nous dépasse et a toujours le dessus. »
          Absolument. Et elle n’a qu’une règle : c’est le plus fort qui gagne.
          Hier je voyais un documentaire sur les oiseaux.
          La femelle qui regardait deux mâles qui se battaient et attendait de voir le gagnant pour lui donner ses faveurs.
          La nature s’en fout de notre humanisme.
          La planète s’en fout également du réchauffement climatique.
          Les océans et les mers ont toujours évolué en montant ou en descendant avec la dérive des continents qui s’en suivait.
          Ce sont les volcans qui ont créé plus de nouvelles terres en sortant des îles lors des éruptions


        • Gisyl 11 décembre 2017 12:17

          100% d’accord. La « nécessité » d’une politique nataliste en France est un des derniers tabous qui restent dans la politique nationale. Or nos problèmes d’environnement, de logement, de chomage ont aussi une composante démographique.

          Le but des allocations familiales devrait être de pouvoir éduquer ses enfants dans de bonnes conditions, non d’en faire le plus possible. La distinction n’est pas purement théorique : dans un cas, on limite les allocations aux plus démunis. Dans l’autre on les verse universellement aux plus « productifs ». Combien de jeunes nés qui ne participeront pas à l’équilibre des caisses de retraite mais bien plutôt au déséquilibre de la caisse d’assurance-chomage et du RSA ?

          A force de vouloir avoir la natalité de pays en développement, on commence par leur ressembler. Les Allemands qui ne se sont jamais jusqu’à récemment posé ce genre de questions ont une économie plus prospère que la notre et des comptes sociaux équilibrés.

          Le vieillissement de la population ? Une génération plus tard la question est réglée par la nature. L’essentiel est l’équilibre entre décès et naissances.


          • Alren Alren 11 décembre 2017 12:28

            Dans beaucoup de pays pauvres et en particulier en Afrique subsaharienne, avoir un grand nombre d’enfants est pour les parents un gage d’être nourris et assistés quand ils ne pourront plus travailler.
            Si l’on veut limiter l’explosion démographique, qui comme toute explosion ne peut que faire de dégâts, il faut offrir une pension de retraite à ceux qui ont limité leur nombre de descendants, inversement proportionnel à leur nombre

            Beaucoup de naissances étant subies, il faut offrir aux femmes une contraception non médicamenteuse et de longue durée.

            Je propose de placer dans les trompes des bouchons amovibles dans un matériau anallergique, qui pourrait donc être retirés par une infirmière en cas de désir de grossesse et replacés ensuite.
            Cela éviterait la perturbation hormonale de la pilule et les saignements du stérilet, ainsi que l’endométriose qui torture tant de femmes.


            • mmbbb 11 décembre 2017 12:53

              @Alren sur le papier c est faisable mais prenez votre bâton de pelerin et allez sur le terrain La ce sera moins evident Vous vous heurterez aux coutumes et a la religion . Bon courage Ya Ka Fo Kon c est facile


            • francois 11 décembre 2017 14:52

              @Alren
              Dans les trompes des françaises, madre des dios, ça va canarder !


              La surpopulation ou le révélateur de la beaufitude française


            • mmbbb 11 décembre 2017 15:18

              @francois « La surpopulation ou le révélateur de la beaufitude française  » moi je m en tape je ne vis pas dans ces pays il faut naitre sous ses latitudes afin de vivre Chacun ses moeurs . Ne vous inquiétez , les flux migratoire de ne cesseront pas moi je m en tape je ne serai pas la pour voir cette societe multiculturelle Vos enfants oui ils devront faire d enormes efforts mais je m en tape ce ne sont pas mes enfants


            • francois 11 décembre 2017 16:29

              @mmbbb


              Arrêtez de vous en tapez, vous allez vous faire mal.

            • mmbbb 11 décembre 2017 17:05

              @francois ne vous inquiétez cela me ferais tres mal de me blesser pour vous , cela n en vaut absolument pas la peine , vraiment pas. 


            • Alren Alren 13 décembre 2017 13:02

              @francois

              En France les naissances sont déjà contrôlées par les femmes, surtout avec l’IVG.
              Une nouvelle technique contraceptive ne changera rien au nombre des naissances.
              En l’occurrence le beauf ignorant qui profère sa vérité au comptoir du Café du Commerce ,c’est vous !
              Le nombre de naissances augmentera en France quand les conditions économiques seront plus favorables aux travailleuses et que l’on augmentera les places en crèche et en garderie à un prix raisonnable.

              En France, l’obturation des trompes par des bouchons amovibles se heurtera à l’industrie pharmaceutique qui fabrique et vend la pilule contraceptive ramassant ainsi des milliards d’euros et qui mettra le Conseil de l’Ordre des médecins ainsi que la ministre des la Santé (sic) de son côté.
              Pourtant l’obturation des trompes en empêchant les débris de l’ovulation d’arriver dans l’abdomen au lieu d’être évacués naturellement préviendrait cette horreur qu’est l’endométriose et peut-être aussi les cancers hormonaux-dépendants dont le cancer du sein qui devient une véritable épidémie.
              Sans compter que cette technique mettrait fin à l’angoisse de certaines femmes qui ne sont plus sûres d’avoir avalé leur pilule ou qui craignent ne plus en avoir en voyage.

              En Afrique, le contrôle des naissances par les femmes se heurtera à tout ce qui est borné, obscurantiste, religieux. Mais l’intérêt de ces bouchons est qu’ils peuvent être placés clandestinement par une simple infirmière. Seule la femme saura qu’elle est protégée.


            • mmbbb 11 décembre 2017 13:03

               a l auteur , vous êtes gentil mais votre conclusion est empreinte d une belle langue de bois Qui tire la natalite francaise vers le haut ? J habite pres de Lyon des Roms, ils font des mioches je pose un et je retiens un , ils seront francais d office , . Macron est pour une immigration , ils ne vont rester les bras ballants non le 9 - 3 il n y a plus de White comme dirait Valls Moi on demande de la fermer ; En revanche que l on ne vienne pas m emmerder avec cette culpabilisation dont vous êtes le chantre je vis ma vie basta .


              • francois 11 décembre 2017 14:50

                @mmbbb
                Mince, la pilule était périmée


              • mmbbb 11 décembre 2017 15:13

                @francois a Mayotte desormais departement francais le meilleur taux de la natalite de la France


              • francois 11 décembre 2017 16:28

                @mmbbb
                Mayotte n’est pas un problème, la submersion est pour bientôt.


              • mmbbb 11 décembre 2017 17:07

                @francois mais c est un departement francais grace a SARKO , donc nous devrions aller dans ce bourbier


              • Sozenz 11 décembre 2017 15:25

                @l auteur
                j espère que vous avez pas d’ enfant ....
                car c est amusant tous ceux qui disent que nous sommes trop sur terre mais qui se permettent d en faire apparaitre sur terre .
                 il faut que ce soit les autres qui s abstiennent . rarement nous même

                et quand de surcroit on fait venir des immigrés pour repeupler , c est se fiche de la Gueule du monde .
                Comment dire .....
                soyez tous coherents ou allez ...


                • Didier Barthès 11 décembre 2017 17:50

                  @Sozenz

                  Alors si l’on suit votre raisonnement (encore que je n’ose comprendre ce que vous entendez par « alors allez....) », le fait d’être né imposerait d’être nataliste.

                  Mais vous voyez bien qu’il s’agit d’un raisonnement qui mène à l’absurde, car il s’applique à tous niveaux de population et quand nous serons 10 milliards il nous imposera d’être le double et puis le quadruple quelques génération après.

                  Quelle place laisserez-vous à la nature dans ce monde là ? Nous avons déjà éliminé environ 90 % de la faune sauvage en occupant tous les espaces, jusqu’où voulez-vous aller ? Nous sommes 1000 fois plus qu’à l’époque du début du néolithique, cela ne vous semble pas assez ? 1000 fois plus oui !


                • Sozenz 11 décembre 2017 18:30

                  @Didier Barthès
                  j espère que vous avez pas d’ enfant ....
                  car c est amusant tous ceux qui disent que nous sommes trop sur terre mais qui se permettent d en faire apparaitre sur terre .

                  Alors si l’on suit votre raisonnement (encore que je n’ose comprendre ce que vous entendez par « alors allez....) », le fait d’être né imposerait d’être nataliste.

                  apprenez à lire ...
                  après vous pourrez juger de mon raisonnement


                • teysseire 11 décembre 2017 18:37

                  @Sozenz Il n’est pas question dans l’article de ne pas faire d’enfant mais de modérer notre reproduction. Nous sommes trop sur terre oui évidemment. Et la France qui s’enorgueillit de faire le plus de bébés en Europe avec la très catholique Irlande devrait réfléchir à sa politique qui favorise encore et toujours les familles nombreuses comme après guerre. Pour le coup, la France est en retard d’une guerre. Aujourd’hui c’est celle pour la survie de la nature et donc de l’humanité qui est à l’ordre du jour !


                • Ouam Ouam 11 décembre 2017 21:00

                  @Sozenz
                  alors pour notre part (nous somme deuxs pour faire 1 enfant.
                  je te laisse calculer si nous sommes responsables ou pas.
                   
                  par contre si j’etais un gros enculé, que je n’en ai ni rien a foutre de mon(nos) gamin(s) ni encore moins des autres, j’en aurai fait un max et un peu partout .
                   
                  puis soit j’aurai compté sur le reste de la société pour s’en occuper à ma place en faisant racker les cons qui réfléchissent plus loin que le bout de leur doigt.

                  mieux ..meme ....ca m’aura servi de tirelire à caf pour m’acheter le dernier ecran plat.

                  Puis ensuite, meme si les infrastructures suivent pas j’aurai tout cassé puis j’aurai été envahir le peuple d’a coté qui lui à été plus sage (ou moins con)
                   
                  Moralité : seuls les abrutis qui fonts x chiards remplaceronts ceux qui onts tenté de réfléchir un brin 2mn sur la conséquence de leurs actes.

                  Les (gros) cons égoistes subsisteronts en masse...
                  les chiens n’onts jamais fait.... des chats smiley


                • Sozenz 12 décembre 2017 15:45

                  @teysseire
                  je ne veux pas faire un procès a ceux qui veulent faire des enfants ou a ceux qui ne veulent pas en faire .mais , en fait un a ceux qui ne sont pas en accord avec leur parole ; le désaccord entre la parole et les actes ; d un coté on dit nous sommes trop et de l’autre on dit comme pour l Allemagne ; la population vieillie ; a ceux qui ont des paroles d hypocrites .
                   le fait est que si les personnes font de moins en moins d enfants forcement ; la population sera vieillissante ; et nous cherchons à financer les retraites .
                  si nous voulons l’ aspect moins de population sur la terre , il faudra accepter le cap d une population avec une moyenne plus âgée .
                  mais le truc de la population vieillissante + la surpopulation => les vieux va falloir accepter de crever , (sans le dire ) car vous coutez trop cher ; ou sinon comme vous coutez cher ; et bien faudra vivre dans l extrême pauvreté ;
                  de toute façon l extrême pauvreté mène le plus souvent à des maladies , et un temps de vie réduit . donc voilà .
                  on amène des gens corvéables pour les basses besognes .
                  de la terre, de la faune , de la flore et des humains ils n en ont rien à faire ...
                  il y a des indigènes qui vivent depuis des siècles en equilibre avec la nature . ils vont leur pourrir la vie et leur environnement
                   alors arrêtez de me chanter la théorie de comment qu on va faire k on est trop . et regardez l ensemble


                • Sozenz 12 décembre 2017 15:54

                  @Ouam
                  la plus part des cretins se rejouissent quand dame de ... pond son troisieme chiard . on l etale dans les journaux .
                   on vous dira mais elle à les moyen ...
                  mais est ce que ces trois chiards mangeront moins que trois enfants de pauvres ?

                  Pourquoi le privilège de la fortune ? est ce que la fortune ou le titre rend plus honorable ?

                  de plus les elites n acceptent pas que ce qui est naturel se fasse ; ils ont besoin de controler les naissances ; Ah c est trop , ah c est pas assez ; alors que naturellement les gens s abstiennent quand les conditions ne sont pas favorable . c est inscrit dans nos gènes .( tout comme les animaux )
                   mais les elites font selon leurs besoins . comme si nous étions leur cheptel .


                • Xenozoid Xenozoid 12 décembre 2017 15:59

                  @Sozenz

                  comme si nous étions leur cheptel

                  on est tous dans une ferme c’est sure,papier et tout,comme des domestiques.ses protocoles et tabous


                • Sozenz 11 décembre 2017 15:36

                  ils veulent de la viande fraiche . et si les vieux , mais pas tous ( pas les vieux croulants qui puent l’oseille) pouvaient crever ça les arrangerait bien ;*
                  il faut de la viande productive , monnayable , baisable ,
                  La vie n a pas de valeur quand elle n’ est plus rentable ... ( pour attali à 60 ans l humain devrait tirer sa reverence , sauf pour lui )
                  il leur faut des mains, des bras , des ventres ; des trous et des organes ...
                  de grands esprits il y en a si peu que c est la cerise sur le gros gâteau des naissances et de la jeunesse.


                  • Zolko Zolko 11 décembre 2017 15:44

                    tous les écologistes et ceux qui considèrent que la question démographique et sa croissance continue représente un réel péril planétaire
                     
                    j’ai toujours trouvé ça bizarre, les – soi-disant – écolos qui refusent d’envisager que la surpopulation soit un problème. « Il y a largement de quoi nourrir tout le monde » ... mais où-ça ? Si on va jusqu’au bout de l’écologie, on trouve Darwin, et lui serait très sévère avec l’Humanité. Quand la population de certains pays double en 20 ans, alors qu’ils ont déjà du mal a nourrir tout leur population, ça ne peut que mal se terminer. Et non, je ne vois pas pourquoi « on » nourrirait des gens à l’autre bout de la planète pour que « on » n’ait pas à se poser la question démographique.
                     
                    Que chaque région/continent se débrouille pour ne pas faire plus d’enfants qu’ils peuvent nourrir.


                    • L'enfoiré L’enfoiré 11 décembre 2017 15:47

                      Bonjour Daniel,

                       J’ignore si vous avez vu le 15 novembre l’émission 28 minutes de ARTE qui parlait de cela
                       

                       COP23 : FAUT-IL LIMITER LES NAISSANCES POUR SAUVER LA PLANÈTE ?
                       
                      Lundi 13 novembre 2017, plus de 15 000 scientifiques internationaux ont publié l’« Avertissement à l’humanité » dans la revue BioScience, relayé par le quotidien Le Monde. Le constat est sans appel : les émissions mondiales de CO2 sont reparties à la hausse et la population augmente entrainant des conséquences écologiques majeures. Selon eux, depuis le 2 août 2017, l’humanité vit à crédit. Les scientifiques estiment en effet qu’il faudrait 1,7 planète pour produire toutes les ressources naturelles que nous consommons en une année.
                      Sommes-nous trop nombreux sur Terre ? Faut-il limiter les naissances pour nourrir la planète ?
                      Laure Noualhat, journaliste et spécialiste de l’environnement, Gaël Giraud, chef économiste de l’Agence Française de Développement et Jean-Joseph Boillot, économiste et spécialiste des pays émergents.
                      De farouches adversaires étaient en présence pour en débattre.
                      La journaliste allait même jusqu’à supprimer les allocations familiales pour réduire les naissances.
                      Ce qui ne résout pas totalement le problème.
                      Puisque c’est élitiste et que ceux qui peuvent payer auront des enfants.

                      Ce qu’il faudrait c’est améliorer les conditions d’acceptation des adoptions.
                      Quand on pense qu’avoir des enfants naturels, personne ne demande rien.
                      Pourquoi y a-t-il tant de démarches pour adopter une enfant si on aime en avoir.
                      Numériquement cela ne change rien.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 11 décembre 2017 15:51

                        Le plus marrant, c’est de constater qu’il y a des gens qui ont une multitude d’enfants et qui se disent contre la croissance.
                         smiley


                      • Sozenz 11 décembre 2017 16:14

                        @L’enfoiré
                        Vous savez c est pas mal non plus d adopter des petits chiens . y en a plein dans les fourrieres ;
                        y a meme des personnes qui donnent des Lof de 12 ans à qui ils ont fait pondre et parader toute leur chienne de vie ...

                        Sinon,
                        pourquoi faciliter l adoption ? c est de la rentrée d argent .
                        Y a des gens qui payent aussi pour des ventres , merde ; un peu de respect , faut pas de concurrence gratuite, non mais ohhh !

                        Vous savez ce qu est le lien parent enfant ? apparemment non .


                      • mmbbb 11 décembre 2017 17:47

                        @L’enfoiré vous avez raison l Afrique va voir sa population doubler dans les 50 ans a venir L amerique latine est aussi bien placee Donc adoptons un enfant du monde partons sur le chiffre de 500 millions d enfants divise par 67 millions de francais donc cela fait 7 , 46 enfants par francais c’est jouable . Pourquoi il y en tant de demarches ? c est peut etre pour limiter les trafics non ? Cela tombe sous le coup du bon sens 


                      • teysseire 11 décembre 2017 18:53

                        @L’enfoiré L’arrêt des politiques natalistes ne résout pas totalement le problème mais évite de l’amplifier par l’incitation financière. Incitations et aides en tous genres qui sont autant de pièges à long terme pour les plus démunis. Ceux qui ont de bons salaires se fichent pas mal d’avoir ou non 150 euros de plus par mois.

                        Pour l’adoption, c’est beaucoup plus complexe : il y a très peu d’enfants adoptables en France car il y a très peu d’abandons réels. On peut effectivement modifier la législation pour ceux-ci mais c’est très complexe et risqué ...Quant aux autres pays, ils se ferment peu à peu ou ont des accès très onéreux à l’adoption et nous n’y pouvons rien...On a vu certaine association( « l’Arche de Noé » ) perdre son âme à trop vouloir « le bien » d’enfants de pays défavorisés, avec les meilleures intentions du monde...

                      • L'enfoiré L’enfoiré 11 décembre 2017 19:10

                        @Sozenz,


                         Le lien parent-enfant, cela existe sans avoir son ADN dans les gènes de l’enfant, si vous ne le savez pas.
                         Tout dépend à quel 
                         Puisque nous venons de parler en abondance de Johnny, vous devez savoir que ce n’était pas de la fantaisie.
                         Rien à voir avec de la concurrence gratuite.
                         Bien au contraire.

                      • L'enfoiré L’enfoiré 11 décembre 2017 19:12

                        @mmbbb,


                         Il n’y a pas que l’Afrique.
                         Je suis sûr qu’il y a beaucoup de petits orphelins des guerres de Syrie ou de l’Irak.
                         Le trafic ne vient pas de là.
                         Il vient des passeurs.

                      • mmbbb 12 décembre 2017 09:19

                        @L’enfoiré les passeurs aiment les ONG Ne croyez vous pas que les migrants arrivants en France n ont pas une feuille de route préremplie ?


                      • Sozenz 12 décembre 2017 16:12

                        @L’enfoiré
                        je ne sais pas ce que vient faire Johnny la dedans ; jr n ai jamais suivi les potins des vedettes ....

                        Par contre je vous conseille de regarder comment les animaux fonctionnent avec leurs petits ; et ne pensez pas que nous ayons un instinct beaucoup plus evolué que les animaux . je dirais même que la majorité , l ont perdu .
                        On peut avoir beaucoup d affection comme pour un compagnon ou une compagne . comme aussi certaines personnes s attachent à leur animal ( l adoption comble le manque de la procréation qui est inscrit dans l esprit des femmes , pour procréer . moins apparent chez l homme qui lui est « conditionné » pour être attaché a sa femme ; a son groupe, à sa tribu , pour la protéger )

                        demandez vous pourquoi , les liens familiaux même avec beaucoup de distance persistent sur autant de temps . ne sous estimez pas le lien du Sang .

                        Voilà comment fonctionne la majorité des humains . rares sont ceux qui prennent conscience de l autre dimension à vivre.


                      • generation désenchantée 17 décembre 2017 13:29

                        @Sozenz
                        johnny et laeticia hallyday ont adopter leurs deux filles , Joy et Jade , au vietnam , quand celles ci étaient bébés


                      • Enabomber Enabomber 17 décembre 2017 20:14

                        @L’enfoiré
                        Il peut être utile de rappeler que le pseudo-décroissant Pierre Rabhi a cinq enfants. J’en déduis que les derniers sont probablement photosynthétiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès