• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ecrire, témoigner et combattre

Ecrire, témoigner et combattre

 Vu la situation un peu particulière dans laquelle j'ai écrit mon livre « Mohicans », je vais chaque semaine sur mon mur Facebook tenter de vous faire part de ce qui se passe autour de cette sortie.

JPEG - 68.7 ko
© Galerie W

 J'ai eu l'idée d'un travail avec et sur Cavanna en 2009. J'avais remarqué qu'il était oublié des générations d'avant quarante ans. Plus on s'approchait de la vingtaine, plus l'amnésie gagnait du terrain. Cavanna était pourtant, à mes yeux et à ceux de mes amis, celui qui nous avait aidés à être ce que nous étions. Des types prêts à écrire et à en découdre, méfiants à l'égard des pouvoirs, ne se prenant pas trop au sérieux. Cavanna était celui à qui nous devions ce sentiment de liberté. Je l'ai revu. Nous avons parlé. Et l'idée d'un film s'est imposé. Il a été réalisé entre 2010 et 2015. Pendant que nous tournions, Cavanna est mort. Et alors que nous terminions le film et que nous devions encore enregistrer le témoignage de Wolinski, l'attentat de janvier nous a laissé hébété et perdu. Comment enchaîner ? Le film est sorti en salles en France en juin dernier et poursuit son parcours à l'étranger. Nous l'avons présenté en Angleterre, en Islande, au Mexique. Nous allons poursuivre avec l'Allemagne, l'Italie et bien d'autres pays. « Charlie » est devenu un sujet planétaire. Forcément, Cavanna aussi.

 
Chacun fait ce qu'il peut avec cette histoire. Mon boulot consiste à témoigner de ce que je sais, de ce que m'ont appris Cavanna, Choron, Delfeil, Willem, Siné et les autres. La première raison pour laquelle j’ai écrit Mohicans, était et reste d’informer le public sur une histoire méconnue et cachée. Je savais que cette histoire, mêlant captation d'héritage, compromission et détournement, ne ferait pas plaisir à certains anciens ou actuels membres de l’équipe de Charlie hebdo. Mais je ne pensais pas que la sortie de mon livre générerait autant de pression, de mensonges, d’autocensure et de craintes.
 
J’ai commencé à imaginer ce livre voici trois ans, au moment où je terminais mes entretiens avec Cavanna. L’histoire qu’il me racontait ne collait pas avec ce que j’entendais, surtout la période de prise en main par Philippe Val et ses after. J’avais pris quelques notes, en avais parlé à des éditeurs. Le déclic est venu après les attentats de janvier, en voyant comment Philippe Val, Richard Malka, certains cadres de Charlie Hebdo et la chargée de communication Anne Hommel utilisaient ce journal en sang et en lambeaux, pour faire passer des idées et une histoire qui étaient sans rapport avec l'histoire que je connaissais.
 
Je me suis mis à écrire vers la fin du mois de mai 2015. Mais j’ai poursuivi mon enquête jusqu’à la fin du mois de septembre 2015. J’ai enregistré, correspondu ou vu une cinquantaine de témoins, dont une trentaine m’ont répondu par écrit ou ont été enregistrés en vidéo. Toutes les citations du livre ont été renvoyées aux intéressés par mail. Ils les ont généralement relues et pour certains amendées. Seuls trois personnes - Le dessinateur Luz, Marika Bret et Eric Portheault, la DRH et le directeur financier de Charlie Hebdo - n’ont pas réagi à mes mails.
 
Je voudrais remercier les autres pour le temps qu’ils m’ont accordé et pour le soin qu’ils ont mis à me répondre. Inutile que je les cite individuellement, ils se reconnaîtront. Je les remercie, car les intimidations n’ont cessé de monter à mesure que l’échéance de remise du manuscrit approchait. Je pense en particulier à celles exercées sur Bernard Dartevelle, le premier avocat de Charlie Hebdo, qui explique comment Philippe Val et Richard Malka l’ont évincé et comment l’actionnariat du journal a été fermé à ses fondateurs. La confidentialité de nos échanges m’oblige au silence que seul lui pourra briser s’il le juge nécessaire.
 
Les pressions ont commencé mi septembre sur mes éditeurs. J’emploie le pluriel car Julliard, ma maison d’édition, appartient au groupe Editis. Mes adversaires devaient savoir que le lien qui m’unit à Bernard Barrault est solide. Il fallait donc jouer sur une autre corde.
 
Le 10 septembre 2015, j’ai écrit une première lettre recommandée à Philippe Val que j’ai envoyé à son domicile. J’ai doublé cette lettre le lendemain d’un courrier sous pli à son éditeur Grasset. J’ai laissé passer quelques jours et, en l’absence de réponse, renvoyé cette même lettre à deux autres adresses. Dans mon courrier, je listais une quarantaine de questions reprenant toutes les interrogations le concernant dans le livre, en lui proposant une rencontre et en lui laissant mes coordonnées.
 
Le même jour, j’ai écrit à Richard Malka une lettre recommandée, doublée d’un mail. Ma lettre était dans le même esprit que celle envoyée à Philippe Val. J’y abordais de manière exhaustive tous les sujets du livre.
 
Le 15 septembre, j’ai envoyé un mail à Riss qui commençait de la même manière que les deux précédentes lettres Comme vous le savez peut-être, je termine un livre qui sera publié en novembre chez Julliard. J’y retrace la vie de Charlie Hebdo et d’Hara-Kiri depuis 1960 jusqu’à aujourd’hui. Ce livre très personnel est dans la continuité de mon film sorti au cinéma en juin dernier. Vous en êtes un des personnages. A ce titre, et afin d’équilibrer mon récit, j’aurais aimé avoir votre avis, vos positions, vos souvenirs sur divers sujets où vous êtes cité
 
Mes interlocuteurs avaient trois semaines environ, pour me répondre. Voire plus. Je leur garantissais d’intégrer leurs propos, ma « religion » n’était pas faite sur de nombreux sujets. En particulier sur l'influence et le rôle de Malka dans cette captation de Charlie Hebdo. Riss m’a fait parvenir, le 22 septembre 2015, un mail dont j’ai rendu compte dans mon livre, où il met en cause mon intégrité. Il a refusé de répondre à la plupart des questions que je lui posais. C’est son choix. Et je n’ai aucun problème avec lui.
 
Le même jour, je recevais un mail et une lettre recommandée de l’avocate mandatée par Richard Malka pour me répondre. Curieuse méthode que celle de faire répondre par une avocate, pour un avocat d’habitude plus bavard. L’avocate en question me demandait de publier sa lettre dans son intégralité, ou de ne pas la publier du tout. J'ai fait le choix de ne pas la publier, dans la mesure où plusieurs questions posées amenaient des réponses qui n’étaient pas dans le livre. Et qui auraient pu être diffamatoires.
 
Le 23 septembre 2015, au nom de Philippe Val et de Richard Malka, est arrivée au service juridique d’Editis, siège, maison mère et diffuseur de Julliard, une lettre, au ton menaçant, signée de l’avocat Georges Kiejman, mettant en garde mon éditeur contre les affirmations « mensongères » de mes courriers et supputées diffamatoires de mon livre qu’il ne pouvait pas avoir lu car je ne l’avais pas encore terminé. Cette lettre a été suivie d’appel et de contacts avec le service juridique du groupe. J’en avais fait état dans un épilogue de mon livre qu’on m’a demandé d’enlever. Ensuite, les admonestations n’ont pas cessé pour obtenir copie du manuscrit, date de sortie du livre et pour me menacer de poursuites, ainsi que ceux qui pourraient faire état de mon travail.
 
Ironie de l'histoire, Philippe Val a décidé d’écrire lui aussi un livre. Nous nous retrouvons ainsi bizarrement concurrent, alors que nos deux démarches n’ont strictement rien à voir. Il est un acteur engagé de cette histoire. Je suis un témoin partagé de cette même histoire.
 
Je ne revendique pas l’objectivité. Je n’ai jamais fait partie de Charlie Hebdo, même si j’y ai des amis. Et je n’ai jamais eu envie d’en faire partie. J’enquête, je suis dans le présent, je questionne le passé. J’ouvre des portes, que parfois je force. Je fais des liens. Je tisse. Je ramifie. J’interroge le réel, j’en rends compte. Les histoires intéressantes sont faites de trahisons, de types qui pensent détenir la vérité, de gendarmes, de voleurs, d’imposteurs. Je ne suis pas habité par un esprit belliqueux. Ma tendance naturelle serait plutôt la paresse. C’est un paradoxe. Il m’en faut beaucoup pour mettre en marche la machine à écrire. Ecrire, ici, c'est combattre. C'est canaliser une révolte.
 
L’immoralité ne me gêne pas. La corruption et la cupidité, pas trop. Je m’y suis habitué. Certains de mes amis ont été ou sont des escrocs, des fraudeurs. Ils ne sont pas cyniques. Souvent, ce sont eux qui m’ont donné des clés pour comprendre une réalité inextricable. Ce sont les effets nocifs de l’immoralité ou de la corruption qui réveillent en moi le besoin d’écrire. Depuis les événements de janvier à Charlie Hebdo, je traînais cette petite chose dure et insondable. Je devais m’efforcer de comprendre l’enchaînement des faits, sans me laisser emporter par mes émotions. Je n’ai jamais cessé de penser à la douleur des victimes des attentats et de leurs proches. Ce livre – Mohicans- est étranger à ces crimes. Mais sans eux et le choc planétaire du 7 janvier 2015, je n’aurais jamais démarré. Depuis toutes ces années, je ne sais toujours pas à quoi sert ce travail, mais je ne peux pas faire autrement. Quand la petite chose dure et insondable est en moi, il faut que j’écrive pour qu’elle s’en aille.
 
Si j’en crois la littérature reçue par courrier recommandé chez mon éditeur jusqu’aux derniers jours précédant la sortie de mon livre, et les conseils ou menaces exercés sur les journalistes souhaitant m’inviter ou simplement écrire sur Mohicans, les ennuis ont commencé. Je ne les cherchais pas. Un livre, même polémique, reste un objet de débat. Ma méthode est assez simple. Je pose des questions. Quand on ne veut pas me répondre, j’envoie mes questions par écrit et souvent en recommandé. Contrairement à ce que disent mes détracteurs, qui ont tous bâti leur carrière sur la défense de la liberté d’expression, ce sont de vraies questions. Ils n’y répondent pas. C’est leur droit. Ils s’en servent ensuite pour créer, rumeurs, amalgames et suspicions. Et donc -in fine- me faire taire. Là réside, selon moi, un souci. Et il est de taille.
 
Je m'attendais à tout en sortant Mohicans, mais pas à ce degré de mensonge et de délire de la part de celui qui a dirigé et -à mon sens- manipulé l'équipe de Charlie Hebdo pour l'amener à une impasse rédactionnelle, idéologique et économique. Philippe Val, puisqu'il s'agit de lui, n'a rien trouver de mieux pour m'attaquer qu'inventer de toutes pièces, dans son livre, une fiction qu'il fait passer pour vrai. Et que j'ai découvert hier en étant invité sur le plateau de France Inter. Extrait :
 
 
Philippe Val n'a rien trouvé de mieux pour tenter de m'égratigner que d'inventer une vieille animosité à son égard. C'est tellement con et tellement fatigant de lui répondre. Un copain (merci Bertrand) vient de m'envoyer une citation de Bernard Shaw qui dit mon état d'esprit :

Don't wrestle with pigs, you both get dirty and the pig loves it

Qu'on peut traduire par :

Inutile de se battre contre un cochon, parce qu'on en sort sali et qu'en plus le cochon prend son pied.
 
Vous dire aussi que le livre en librairie depuis trois jours est déjà épuisé dans de nombreuses librairies. Et qu'il est en réimpression. Facebook et les réseaux sociaux ne sont pas étrangers à ce succès. Tel le saumon qui nage à contre courant et remonte le cours de la rivière, mon livre débarque. Je voudrais seulement qu’on le juge sur pièce.
 
JPEG - 122.8 ko
© Galerie W
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 7 novembre 2015 17:13

    Il y a pire que la finance internationale, pire que les multinationales , il y a les états criminels.

    Les états criminels, surtout s’ils sont protégés par un grand frère encore pire, comme les USA, ou par un petit frère, faiblard, bavard et hypocrite, comme l’Union Européenne, ne reculent devant rien, ni devant les crimes de guerre, ni devant l’apartheid, ni devant le chantage.

    Les agents de ces pays criminels, surtout lorsqu’ils sont recrutés à leur initiative ou en faisant appel à leur solidarité « ethnique » constituent des réseaux d’influences et des réseaux actions, principalement dans les pays d’influence, pays qui les ont souvent nourrit mais qu’ils n’hésitent pas à trahir, par « nationalisme » ou « racisme ».

    Détruire une réputation est l’un de leur moyen d’action privilégié grâce à leurs accès excessifs aux médias. Parfois, ils peuvent avoir recours au meurtre lorsque l’affaire est importante.

    Denis Robert se frottent aux agents d’un réseau particulièrement efficace et structuré. Le savait-il ?
    Si c’est oui, il est téméraire, si c’est non, c’est qu’il est juste courageux.

    Encore merci de participer à l’émancipation des citoyens.


    • bakerstreet bakerstreet 7 novembre 2015 18:12


      De Cavanna, j’ai lu au fil des années tous ces bouquins, et le dernier très désenchanté, et on le comprend. « Lune de miel », c’est un peu « lune de fiel »...Un bon bougre Cavanna, qu’à pas compris que le siècle avait changé bien avant celui des montres....Il n’a pas voulu trop voir arriver le Val, ce Tapie des médias, peut être trop installé dans la dérision des autres, pour ne pas s’apercevoir qu’on l’avait pris pour un vieux guignol, tout comme Choron dont ils se sont tous moqués, en mentant, pour qu’il ne puisse pas prétendre à des droits sur un journal dont le nom lui est lié. C’est devenu très méchant et un peu bête pour Cavanna. Il a été prophète en son pays....« bête et méchant ». M’enfin y a eut de bonnes années, avec Gébé et pas mal d’autres autour de l’an 01 une autre époque où l’on mettait les pieds sur la table, et les grands plats dans les petits sans se soucier de faire du fric....

      Vous allez bien sûr voir ici la cohorte des« anti charlie oui moi monsieur j’ai tout compris on ne me la fera pas ! »
      Si Cavanna avait été vivant, tout cocu qu’il a été, il aurait été dans cette marche, quoi qu’il en soit, un peu plus cocu, mais toujours aimant et empathique, et comprenant qu’il fallait voir le paysage avec un autre logiciel que celui qu’un type aussi ranci qu’Emmanuel todt vous tendait. Car ce jour là l’histoire est passé au dessus de Charlie et des petits ego calculateurs. Ce matin j’ai entendu un égyptien regretter qu’il n’y ait pas en Egypte un courant d’indignation comme il y en a eu en France en ces jours sombres,pour faire barrage au terrorisme ! « Le Je suis pas charlie«  c’était une posture intellectuelle, et stupide, car il était avant tout urgent de défiler pour s’opposer à la violence, au terrorisme, à l’intolérance, à la volonté de cliver.
       Et ce jour là, même si je n’achetais plus charlie depuis des lustres, j’ai pigé le sens du grand raout qui a surpris le monde entier, et les terroristes sans doute eux même. J’aurais défendu pareillement comme tant d’autres n’importe quel journal, et je me serais fait » Je suis figaro", s’il avait fallu le faire !
      Bon, Denis Robert est un journaliste courageux comme il en existe pas tant que ça, la plupart préférant les balles de Roland Garros que celles qu’on prend au propre du terme en mission en Syrie, ou au figuré dans des missions intérieures toutes aussi dangereuses.
      Je suppose qu’il ne peut pas faire autrement, que c’est dans ses gènes. Qu’il n’a pas besoin de ficelles pour bouger, se mettre en branle. C’est comme ça que va le monde, comme un petit théâtre de marionnettes, ,avec son guignol, ses spectateurs, et Gagnafon.

    • izarn izarn 11 novembre 2015 20:29

      @bakerstreet
      J’ai rien compris...Arretez de boire...Ou de fumer...Merci !


    • Rincevent Rincevent 7 novembre 2015 17:33

      @ l’auteur.

      Déjà, il ne fait pas bon en ce moment de vouloir regarder de plus près le mécanisme de cette énorme récupération de la tuerie de la rédaction de Charlie. Si, en plus, vous vous mêlez de faire une autopsie de la mort lente de ce journal, infecté au départ par le virus Val, franchement vous êtes un em… Les réactions (ou absence de réactions) de ceux que vous avez contacté signent bien, à mon avis, le malaise autour de ce qu’était devenu ce journal.

      Pour ma part, il y a bien longtemps que j’avais cessé de l’acheter, sa dérive devenait trop évidente. Qu’est-ce que des Cabu et Maris faisaient encore là, mystère, sinon à cautionner par leur présence une ligne éditoriale aux antipodes de leurs créateurs ? Il suffit de relire Cavanna ou Jean Egen « La bande à Charlie » pour prendre la mesure de la largeur et de la profondeur du fossé…

      Continuez, être un (vrai) journaliste c’est aussi être un em…, par définition.


      • Dom66 Dom66 7 novembre 2015 18:22

        @Rincevent

         

        Merci de votre commentaire que je fais mien, exactement le même avis que vous, et il m’évite de taper sur mon clavier, merci

        Je plusse

        (moi un chouia paresseux)   


      • bakerstreet bakerstreet 7 novembre 2015 18:47

        @Rincevent
        N’empêche que Cabu et Maris ont été descendu avec les autres, par deux abrutis instrumentalisés, qu’il n’y a sûrement pas d’exécutions plus ou moins justifiables, et que de toute façon depuis salman rushie et la fatwa lancé contre cet emmerdeur, on sait de quoi il est question. Le pouvoir absolu et un technique basée sur le culte de la mort et de la bêtise, dans une croyance absolu en ce que l’homme peut régresser à des niveaux inédits, pour le grand plaisir des quelques parano, qui hier brandissaient « mein kampf, puis » le petit livre rouge« , aujourdh’ui »le coran« .

        Il n’est donc pas question de religion, ou même de journalisme, surtout pas d’humour, l’ennemi total, mais avant tout de pouvoir, de tétaniser les foules par la force et la bêtise : Lapidation, négation des femmes, lois moyen nageuses, décapitations, le tout déployé dans une surenchère publicitaire et hystérique. 
        Charlie n’a été qu’un prétexte. Demain ils en trouveront d’autres, et il sera urgent de ne pas se déchirer si c’est justifié ou non, de trouver des excuses aux massacreurs, car vous passerez totalement hors du sujet. 
        Ca fait longtemps que le bien et le mal n’ont pas été si clivés, évidents. Au moins ça change des zones grises, où l’on ne sati que penser. Daesh and co, c’est le nazisme, mais pas seulement militaire, mais religieux et sectaire, une régression inimaginable. Mais l’homme est assez con parfois pour que ça lui plaise. C’est juste qu’ Hara Kiri » journal bête et méchant", n’a pas pensé à déposer un brevet sur ces deux valeurs.

      • Rincevent Rincevent 7 novembre 2015 19:12

        @bakerstreet

        Il n’est évidement pas question de faire de distinguo entre Cabu, Maris et les autres en tant que victimes de l’obscurantisme fanatisé. L’article, tel que je l’ai compris, portait essentiellement sur la dérive de Charlie et c’est sur ça que j’ai réagi, uniquement.

        Après, manifester tous ensemble et voir arriver pépère une brochette de chefs d’états dont certains sont aux antipodes de l’esprit de cette manif, c’est un peu dur à avaler, non ?


      • bakerstreet bakerstreet 7 novembre 2015 20:26

        @Rincevent
        Ces types là ont tenté de récupérer en sautant dans le cercueil en marche. Il fallait s’y attendre ; maintenant, que n’aurait on pas dit si personne n’avait bougé.

         De toute façon, il n’y a que des choix à faire moins pires que d’autres ! Si l’on peut parler de choix, quand il y a necessité
        Après chacun fait avec ses tripes, son feeling. La colère vous pousse. Vous ne regardez pas la tête du type a coté de vous, mais plutot devant. Dans tous les sens du terme

      • izarn izarn 11 novembre 2015 20:35

        @Rincevent
        Le mystere c’est que d’anciens de Charlie Hebdo historique aient pu cautionner cette merde ?
        Le fric ? Possible....Bon le minimum vieillesse, ca peut faire réflechir...
        Belle affaire....Ou défaut d’imagination...


      • izarn izarn 11 novembre 2015 20:46

        @Rincevent
        Il n’empeche que Cabu et Maris, petits naifs inconscients (Ouaf ouaf) , faisaient partie du lot qui insultaient à longueur de blasphémes soit disant républicains, L’islam.
        C’est un fait. Je n’aime pas l’Islam ; mais l’insulte gratuite, j’aime pas. Je suis républicain.
        Y z’ont pas fait expres...Zut coincidence....
        A force de nous prendre pour des cons, vous finirez à avoir Marine dans la tronche...
        Bien pensant, allez vous faire foutre...


      • izarn izarn 7 novembre 2015 17:44

        Bravo Denis Robert...
        Ceci dit, Val ! Hahaha !
        Ne tirons plus sur l’ambulance...Sans jeu de mots malvenus...Style Charlie new-look...Val, le type de la DGSE de Mitterrand qui reprends le titre pour de la propagande bushique...Futur propagandiste à France Inter sous Sarkosy...
        Incroyable, mais vrai !
        En fait, c’est un hommage à Cavanna....Un script de Reiser méconnu...
        Merci Val ! Le journaliste bete et méchant...Au premier degré !
        Grace à Val, Charlie n’entrera pas au Panthéon !
        Meme de Gaulle avait refusé d’y aller...
        La haut, ils doivent bien rigoler...


        • Passante Passante 7 novembre 2015 18:47

          when the place is filled with pigs

          means you have to find back the place
          elsewhere.

          • Elliot Elliot 7 novembre 2015 19:33

            Un homme qui a révélé le scandale Luxleaks ne peut être tout à fait mauvais, par contre comme il doit avoir développé un bel environnement d’animosité chez tous ces combinards qui prospèrent en récoltant la laine sur le dos du bon peuple, il ne m’en est que plus sympathique.

            Et si en plus il se met à tailler un costard au stipendié du sionisme où l’agressivité le dispute à la mauvaise foi ( enfin mauvaise foi, façon de parler car selon le Talmud : les Juifs sont la substance même de Dieu, mais les non-Juifs ne sont que la semence du bétail ), Philippe Val, une des têtes pensantes de ce bétail qu’un vent favorable a propulsé aux fonctions que vous savez et qui ne requière aucune compétence particulière sinon d’être bien en cour auprès de ceux que dénonçait avec un bon sens un peu anachronique un Maurice Bardèche après que Céline en eût tiré la substantifique moelle de ses pamphlets, alors il mérite toute ma considération.

            Je vous prie de m’excuser mais je n’ai pas encore digéré le procès d’opinion fait à Siné .


            • Elliot Elliot 7 novembre 2015 20:01

              @Elliot 
              «  qui ne requière aucune compétence  »

              « qui ne requiert aucune compétence » siérait mieux aux règles de l’orthographe.

            • Jonas 8 novembre 2015 17:35

              Je suis désolé de ne pas répondre sur Cavanna , pour lequel j’avais un grand respect, pour son courage . C’est ce courage qui manque aujourd’hui.je suis fier de posséder , plusieurs de ses livres dédicacés. 


               Je voudrai interpeller ce Mohammed qui a honte de ses origines et prend le pseudo «  » Elliot«  . comme l’ordonne la » Taqiyya« . ce concept de tromperie., qui fait partie de l’islam, chiite comme sunnite. 
               Il cite , comme le font les Arabo-musulmans à tout bout de champ le Talmud sans pouvoir nommer , lequel des deux , celui de Babylone ou celui de Jérusalem. Par ailleurs on ne peut faire une citation du Talmud , sans lui adjoindre les commentaires , les dizaines de commentaires. Mais toujours est-il que l’un comme l’autre sont des oeuvres d’ hommes avec les erreurs et les perceptions de leur temps et n’ont rien de Divin. 

              En Revanche le Coran , c’est la manifestation d’un attribut divin, le »Kalam,« et en tant que tel , il est parfait , inimitable est incréé. Donc c’est la parole d’Allah, qui est omniscient, omnipotent et omniprésent. 
              Que dit le Coran au sujet des musulmans et des non-musulmans : 

              << Vous formez la meilleure Communauté 
              suscitée pour les hommes :
              vous ordonnez ce qui est convenable 
              vous interdisez ce qui est blâmable 
              vous croyez en Dieu. 

              Si les gens du livre* croyaient 
                 ce serait meilleure pour eux
              Parmi eux ce trouvent des croyants 
              mais la plupart d’entre eux sont des pervers >> ( Sourate III,v. 100- Al-’imran)

               Le Coran , parole d’Allah , considère les musulmans comme la crème des peuples , mais les gens du livre, juifs et chrétiens sont des pervers, des mécréants et des gens indignes. 
              Lorsque l’on pose un regard , sur les sociétés arabes et musulmanes, on constate qu’Allah , s’est lamentablement trompé. Il suffit de voir le retard , l’obscurantisme et l’arriération , des peuples musulmans dans tous les domaines. Sans parler des guerres fratricides que subit la » meilleure Communauté" au point ou ses adeptes ne trouvent leur salut qu’ en fuyant le pays d’Allah , pour venir se réfugiés , chez les pervers et les mécréants. 




               






            • Elliot Elliot 8 novembre 2015 21:23

              @Jonas



              Jonas qui se prend les pieds dans les rouleaux de la Torah pour dégoiser sur le Coran, comme si le flot de ses invectives pouvaient de quelque manière que ce soit atteindre le mécréant que je suis.
              Comme le Talmud est imbuvable pour toute personne encore un peu pétrie d’humanisme, notre pieux de service trouve avec le Coran matière à faire diversion.

            • Elliot Elliot 8 novembre 2015 21:25

              @Elliot


              Je suis tellement scié que j’en oublie l’orthographe : « comme si le flot de ses invectives pouvait... »

            • Elliot Elliot 8 novembre 2015 21:42

              @Jonas


              Une autre citation pour la route qui se passe de commentaires et dont il importe peu de savoir qu’il s’agisse du Talmud de Jérusalem ou de Babylone comme si l’un devait rattraper l’autre.

              « Nous ordonnons que tout Juif maudisse trois fois par jour tout le peuple chrétien et prie Dieu de l’exterminer avec ses rois et ses princes » 

            • Pomme de Reinette 8 novembre 2015 21:52

              @Elliott

              Jonas a entièrement raison et il a bien cerné vos motifs.


            • Jonas 9 novembre 2015 09:39

              @Elliot

              La Taqiyya est ce concept de dissimulation et de tromperie autorisées, par le Coran. , auquel les arabo-musulmans ajoutent aujourd’hui un peu partout dans le monde la « folie » . Chaque terroriste arabo-musulman, qui commet un meurtre en Occident feint la folie , mais une folie , qui ne surgit , que , contre les non-musulmans comme par hasard. 
               
               Quant à Vous, vous êtes un traitre a votre religion. Vous avez la chance de vous cacher derrière un pseudo , sinon en vous considérant incroyant à visage découvert, vous seriez décapité , dans un pays où l’islam est religion d’Etat. Voyez le cas du pauvre blogueur saoudien Raef Badaoui. 

              Pour votre gouverne , voici ,un fait divers qui peut vous faire éclater de joie et montre la différence entre le Coran , parole d’Allah, et qui fait des victimes chaque jour et le Talmud , lui qui n’a rien avec le divin. 

              - Indonésie. ( Le plus grand pays musulmans dont on parle très peu, mais qui ne diffère en rien dans la violence des autres pays de cette religion) 

               <<Trois jeunes filles traversant une plantation de cocotiers près de la ville de Poso .Elles fréquentaient une école chrétienne, furent attaquées et décapitées par un groupe de musulmans. La police dit que les têtes ont été trouvées loin des corps et l’une d’entre elles fut laissée à côté d’une église. Les terroristes musulmans ont pris pour cible la province centrale de Sulawesi ( Célébes). Le crime des terroristes musulmans avait été accompli au cri « Allahu Akbar » et pour l’élimination des chrétiens>>
              Les musulmans , veulent se faire passer pour des victimes et des malheureux, en Occident mais dans leur propre pays, au nom du prophète , ils n’hésitent pas à tuer les non musulmans.
              La presse bien-pensante , évite de signaler ce genre de faits" pour éviter dit-elle l’amalgame. 


            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 10:00

              @Elliot

              Je constate qu’Elliott se garde bien de mettre un lien à la source de ces pseudos citations et pour cause !!


            • Elliot Elliot 9 novembre 2015 11:30

              @Pomme de Reinette


              Il s’agit de Voltaire ( et Céline et Bardèche et Léon Daudet et tant d’autres qui n’ont jamais été condamnés sur la véracité de leurs citations mais pour l’usage qu’ils en faisaient et qui leur permettait de justifier des horreurs ) qui avait une bonne connaissance des textes religieux et une haine féroce des endoctrinés.
              Une petite recherche vous fournirait d’autres et encore plus édifiantes citations, voire la lecture complète du Talmud ( notez que je veux bien admettre que ces énormités participent de la licence poétique mais c’est alors valable pour tous les livres supposés saints ) 
              Vous préférez limiter la sphère de vos investigations à l’objet de vos haines, c’est après tout votre droit et contrairement à ce que vous pouvez penser, ça ne me dérange pas car la polémique ne me fait pas peur. 

            • Elliot Elliot 9 novembre 2015 11:35

              @Jonas

              Ça va, vous avez bien dormi ?

              Pas de Musulman caché sous le lit ?

              Enfin ! avant d’avoir lu vos délires, je ne savais pas que le ventre de la baleine ( serait-ce la bête immonde ? ) était encore fécond. 


            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 11:59

              @Elliot

              C’est à vous de fournir les liens au lieu de mentir comme un arracheur de dents !

              La plupart des soit-disantes citations du Talmud que l’on trouve sur le net sont des fausses citations issues d’un pamphlet antisémite d’un prêtre lituanien du 19ème Justin Bonaventure Pranaïtis ou des délires de Céline dans « Bagatelle pour un massacre », repris abondamment sur le web par des sites antisémites, négationnistes, complotistes, néo-nazis, alter-mondialistes et tutti quanti.

              Comme vous l’a expliqué Jonas, les talmuds (car il y en a 2) sont une compilation de commentaires de rabbins de différentes époques, commentaires tous différents et contradictoires, visant à discuter tel ou tel point d’exégèse.
              Ces sommes de commentaires sont elles-mêmes commentées et discutées à chaque fois qu’elles sont étudiées !

              Vous n’étalez que vos préjugés et votre méconnaissance, tout comme ceux qui se repaissent de ces fausses citations !


            • Passante Passante 9 novembre 2015 12:11

              @Pomme de Reinette


              bien que je trouve ça stérile, ignorance ou mauvaise foi,
              faut ajouter ici la clef :
              aux époques de rédaction du talmud, il n’y avait rien de tel
              que ce qu’on appellerait « des chrétiens »...
              c’est écrit nulle part dans les talmuds,
              mais ce que certains choisissent d’interpréter tardivement comme « chrétiens »,
              c’est la référence talmudique à « Edom », affaire très codée, 
              en rapport avec l’illisible genèse 38, les amalécytes et Esaü, le frère de Jacob,
              l’affaire la plus complexe, délicate, et surtout jalousement gardée secrète
              de toute la Science de la Torah, (& il meurt par l’épée Esaü...),
              bref, comment garder la chose tranquille au secret ?
              ben en utilisant un bon gros cache-serrure pour servir d’appât :
              là où tu parles d’Edom, dis « chrétiens », ça fera l’affaire
              et le panneau...
               smiley

            • Passante Passante 9 novembre 2015 12:14

              gn 36 ...


            • Passante Passante 9 novembre 2015 12:22

              petite preuve supplémentaire dans la citation même avancée par Elliot :

              la malédiction demande d’exterminer le peuple chrétien « avec ses rois et ses princes »
              cette drôle d’histoire « de rois et de princes »,
              si l’on remet le mot Edom à sa place,
              se comprend alors à la lecture du listing des princes en genèse 36
              cqfd


            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 12:28

              @Passante

              De toute façon, il n’existe pas de traduction française complète des talmuds. Et pour le comprendre, il faut déjà parler plusieurs langues parfaitement : l’araméen et l’hébreu !
              Ce qui est loin d’être à la portée de tout le monde ....


            • Elliot Elliot 9 novembre 2015 12:32

              @Pomme de Reinette


              Ben, voyons !
              Quand c’est le Talmud, ce sont des points de discussion, de simples positions différentes voire contradictoires et où surnagent celles qui vous arrangent, des points de détail comme dirait l’autre. L’humanisme à la carte !
              Par contre, quand il s’agit du Coran qui dit tout et son contraire, la chose est entendue : ce sont les passages les plus contestables que vous gardez dans un beau souci d’ « objectivité » militante pour la cause.
              Je ne prétends pas à l’exégèse du Talmud ni de tout autre livre doctrinal, donc je suis un ignorant, je l’avoue, mais, contrairement à ce que vous prétendez, ces citations sont tout ce qu’il y a de plus exactes et d’ailleurs les colons extrémistes ( un oxymore) israéliens en tirent argument pour justifier leurs exactions et leurs rapines.
              Et je n’ai de préjugés que contre les gens de mauvaise foi.

            • Elliot Elliot 9 novembre 2015 12:47

              @Passante


              Pardonnez mon ignorance crasse. 
              Il est permis d’exterminer les Édomites, ça change évidemment tout. 
              Et les Palestiniens ne seraient-ils pas un peu édomites ? 
              Notez, si j’en crois certaines sources évidemment contestables par définition, ce serait les Juifs orthodoxes qui auraient procédé au transfert Édom = Occident. 
              Et comme cet Occident est chrétien comme le rappelle ce puits de science qu’est Nadine Morano...  

            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 12:53

              @Passante

              Vous faites référence à un midrash. Il y en a certains dans les talmuds, mais d’autres dans d’autres recueils, le tout faisant partie de la tradition orale.
              C’est un récit allégorique, un conte ou une fable qui vise à ouvrir d’autres niveaux de sens.


            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 13:03

              @Elliot

              Oui vous êtes un ignorant bourrés de préjugés, et il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour comprendre les raisons de votre obnubilation.

              Les différents livres du Talmud ne sont pas la Bible, mais des recueils de commentaires très variés et de différentes époques. C’est un fait.

              Vous continuez de mentir comme un arracheur de dent .... en vous gardant bien de fournir le lien où vous avez trouvé votre pseudo citation (et pour cause !!).... Preuve une fois de plus de votre totale mauvaise foi.


            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 13:10

              @Elliot

              En plus d’être un menteur, seriez-vous négationniste ?
              Ce sont les Juifs qui ont vécu la shoah en Occident, pas l’inverse !


            • Ben Schott 9 novembre 2015 13:15

              @Pomme de Reinette
               
              « Ce sont les Juifs qui ont vécu la shoah en Occident, pas l’inverse ! »
               
              Remarquez qu’il vaut mieux « vivre » la shoah que d’en mourir !
               


            • Elliot Elliot 9 novembre 2015 13:28

              @Pomme de Reinette


              Et c’est le grand mufti de Jérusalem qui en est responsable, je sais... 

            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 13:39

              @Elliot

              Non vous ne savez rien.
              Les liens entre le mufti de Jérusalem et Hitler sont non seulement archi-connus mais démontrés.
              Si ce n’était la France, qui a permis sa fuite, il devait comparaître au banc des accusés au Tribunal de Nuremberg .... et il fut le grand oncle et le mentor d’Arafat.

              Un excellent documentaire passé sur Arté : La croix gammée et le turban

              https://www.youtube.com/watch?v=xCmHRRiwGNI


            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 13:42

              @Ben Schott

              Tiens donc le troll qui se prétend français et utilise le pseudo d’un auteur britannique ....

              Votre venue dans cette discussion est sans surprise !


            • Ben Schott 9 novembre 2015 13:55

              @Pomme de Reinette
               
              « et utilise le pseudo d’un auteur britannique »
               
              Je sens que ça va vous faire de l’usage, ça... Un peu comme la shoah.
               
               
               smiley
               
               


            • Pomme de Reinette 9 novembre 2015 14:02

              @Ben Schott

              Continuez de faire l’idiot. Cela vous va bien et vous en faites grand usage.

              Vous m’avez parfaitement comprise, comme j’ai parfaitement compris les raisons de votre trollage.
              Qui sont les mêmes que les fausses citations du pseudo « Elliott ».


            • Elliot Elliot 9 novembre 2015 14:06

              @Pomme de Reinette

              Qu’est-ce que ça peut faire que les citations soient puisées chez Pierre, Jacques ou Paul, chez Voltaire, Céline ou l’abbé Rohling ou encore Monseigneur Fleury ou enfin l’abbé Léon Dehon qui a écrit que le Talmud est un destructeur social et qui fut proposé à la béatification sous le pontificat de Benoît XVI, vous arguerez toujours d’une lecture malveillante et soutiendrez qu’elles sont fausses ou qu’elles appartiennent à un moment de l’histoire ou sont des thèmes ouverts à la discussion. 

              Bref, tirant prétexte d’un faux grossier comme le Protocole des Sages de Sion ( dont on peut incidemment se demander en vertu de quelle aberration on lui a trouvé des accents de vérité ), vous nous direz que finalement le Talmud n’a rien à voir avec le judaïsme et est, pourquoi pas ? une invention de goys haineux. 

              Alors, à l’affirmation qu’une fausse nouvelle répétée devient une vérité, on peut opposer qu’une réalité mille fois niée devient une erreur.

              En tout cas mon ignorance ne peut en aucun cas se mesurer à votre fanatisme. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès