• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Elections en Israël : Netanyahou à nouveau premier ministre (...)

Elections en Israël : Netanyahou à nouveau premier ministre ?

 

JPEG L'état d'Israël a fêté son 70 ème anniversaire. Les USA ont reconnu en mai 2018 Jérusalem comme sa capitale.Benyamin Netanyahou premier ministre depuis 2009 et auparavant de 1996 à 1999 (avec 30000 voix d'avance aux élections législatives) est en passe de battre, à la tête du gouvernement, le record de durée au pouvoir, détenu par le créateur de l'entité israëlienne, David Ben Gourion. La paix avec les voisins arabes se fait toujours attendre. Les élections législatives vont avoir lieu le 9 avril. B. Netanyahou va-t-il encore une fois gagner ces élections ?

Analysons sans esprit partisan, sans a-priori dogmatique et idéologique, le pouvoir du premier ministre, en utilisant le logiciel de l'historien impartial.

B. Netanyahou est avant tout juif, israélite, sioniste, israëlien. Il ne manque jamais une occasion de fustiger les ennemis de son pays, de rappeler l'holocauste, la mort de millions de juifs et de se rapprocher de tous ceux qui peuvent servir son pays au regard de cette hyper- tragédie de la seconde guerre mondiale.

En octobre 2015 devant le congrès sioniste mondial il insiste sur le fait qu'Hitler a reçu le grand mufti de Jérusalem Husseini, antisémite pro-nazi patenté. Celui-ci suggérant à l'instigateur de l'holocauste, l'utilisation des chambres à gaz.

Il s'accorde avec le gouvernement polonais à propos de la loi mémorielle qui exonère les polonais dans l'extermination des juifs pendant la guerre. Il participe en Hongrie à la création d'un musée de l'holocauste.

Son père, historien, qui a consacré sa vie à l'histoire du peuple juif, son frère décédé dans l'opération de libération des otages de l'aéroport ougandais d'Entebbé en 1976, attestent d'une famille marquée par les combats pour l'existence de l'état d'Israël. Lui- même fait son service militaire dans les forces spéciales.

Pour lui, ennemis extérieurs et ennemis intérieurs se confondent. Il va même jusqu'à accuser la gauche israélienne d' amener les arabes voter. Pour lui les immigrés africains sont infiltrés, illégaux. Il théorise le terrorisme qui s'en prend à son pays et il va influencer ainsi tous les courants néo-conservateurs ( aux USA notamment).

Il craint un holocauste venu d'Iran et l'extinction possible du peuple d'Israël.

A la tête du Likoud il a pratiqué un vrai bras de fer contre Ariel Sharon qui voulait recentrer son parti dans un mouvement, Kadima, s'appuyant sur la droite et la gauche.

Il soutient Bachar el Assad en Syrie car il considère que c'est un moindre mal face à un Hesbollah fanatisé. Il délégitime Mahmoud Abbas chef de l'Autorité palestinienne face au Hamas intransigeant et s'affirme partisan de deux états dès 2009.

Il s'est opposé à la politique menée par le président Obama qui signe avec l' Iran un accord sur le nucléaire. Et lui que l'on nomme Bibi l'américain (car il a passé la moitié de sa vie aux USA où il est né en 1949) se rapproche des Républicains alors que la diaspora juive américaine vote majoritairement pour les candidats démocrates. Il s'appuie même auX USA sur les sionistes chrétiens proches du candidat Trump qui s'engage sur le transfert de l'ambassade US à Jérusalem.

L'Agence juive sera confiée au chef de l'opposition en Israël, le président du Congrès juif international s'oppose à lui : Netanyahou n'en a cure.

Il assiste à l'investiture du nouveau président brésilien Bolsonaro, qui décide lui aussi le transfert de son ambassade à Jérusalem.

Les "bibigates" ont beau s'accumuler contre lui depuis l'accusation portée, contre son épouse, d'un compte en dollars détenu aux USA, il est et reste populaire auprès de la population israélienne.

Lorsqu'il s'en prend à des ONG, 70% des israéliens pensent que les ONG portent tort à l'état d'Israël, et les lois qu'il fait voter à la Knesset ne sont dénoncées comme anti-démocratques que par une gauche israélienne divisée par ses soins, à coup de fakenews qu'il alimente lui-même.

Le seul contre- pouvoir officiel est la Cour suprême malgré la nomination de quelques juges conservateurs. Le président de l'état d'Israël peut s'opposer à lui sur la loi fondamentale, votée il y a peu, il est néanmoins en tête des sondages pour les élections législatives du 9 avril, réputé par ses adversaires comme habile et intelligent, incontournable et courtisé sur la scène internationale, par la Russie, la Chine, les USA, le Brésil, l'Inde.

Sa popularité vient sans doute du fait qu'il n'aime pas la guerre considérant qu'actuellement les guerres du fort au faible voient le faible l'emporter, mais qu'il peut se transformer en combattant quand il découvre, par exemple, les tunnels construits par le Hamas pour passer la ligne frontière clandestinement. Il lance des opérations en Syrie contre des cibles iraniennes. Il peut même s'inscrire en faux contre des avis des électeurs du sud du pays qui veulent en finir avec Gaza et le Hamas, mais mener une lutte sans merci à la suite des incidents avec des palestiniens à la clôture frontalière.

La société israélienne a changé, la lutte contre l'étatisme, le collectivisme, contre les "syndicats gangsters" a remplacé la lutte pour le maintien des valeurs travaillistes de départ, lors de la création de l'état d'Israël. Et surtout Israël s'estime menacé de disparition avec l'Iran (qui s'est imposé en Syrie notamment), avec l'Egypte et la crainte d'un retour au pouvoir des extrêmistes musulmans.


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • phan 3 avril 12:40
    Le jeudi 10 avril 2014, à l’Espace des Diversités et de la Laïcité à Toulouse, Shlomo Sand, historien et professeur à l’Université de Tel Aviv, a donné une conférence sur le thème « Judaïsme et sionisme, Israël et Palestine », organisée par les Amis du Monde Diplomatique  « Si Netanyahou est juif, alors moi je suis bouddhiste ! »


    • phan 3 avril 16:13
      3 vidéos avec Jean-Pierre Filiu, historien :
      . Netanyahu : la fin du rêve sioniste.
      . La ressource principale de Netanyahu, c’est la peur.

    • Ouallonsnous ? 3 avril 19:23

      @Alain Roumestand

      « Il soutient Bachar el Assad en Syrie »

      Il vous a payé combien votre Bibi chéri, pour écrire de telles énormités ?

      C’est du « chuzpath » de propagande à la siono-israélienne comme le reste de votre article !


    • Jonas 5 avril 09:09

      @phan
      Dans une démocratie digne de ce nom , toutes les opinions s’expriment , Israël , se situe au Moyen-Orient , mais n’est pas un pays arabo-musulmans , où les opinions sont castrées et les opposants sont tués ou jetés en prison , pour des temps indéterminés. 
      Shlomo Sand est un enseignant , dans une université israélienne à la charge des contribuables israéliens. Cherchez l’équivalent dans un des 57 pays musulmans

      L’Algérie , pays arabo-musulman , après 57 ans d’indépendance , nourrie de slogans et de propagandes par un régime autoritaire , se réveille et constate dans quel monde , elle vivait, un monde sans libertés , de presse, d’opinions , une oppositions décimés ( sauf pour les islamistes protégés par le régime et qui se font petits , en attendant la suite des événements). Un monde de chômage, et de désespoir.d’ou les harragha. Voyez l’Egypte, la Syrie,l’Irak, et les autres pays de l’islam, comme la Turquie, le Pakistan , le Bangladesh etc. 


    • Jonas 5 avril 09:21

      @Ouallonsnous ?
      Sous le dictateur Hafez Al-Assad comme sous son héritier en dictature . La Frontière la plus sûre , la frontière d’où pas un seul coup de fusil n’a été tiré est celle de la Syrie. En dehors de la propagande , dont sont abreuvés , les « rues arabes » , la Syrie avant la révolte , de 2011, a Deraa , se tenait tranquillement. 

      . Et elle restera plus tranquille encore aujourd’hui , devant le désastre de la guerre civile. 500 000 morts, + de 200 000 handicapés à vie , 6 millions de réfugiés externes et 7 millions internes. La Syrie doit trouver 400 milliards de dollars pour la reconstructions et ce ne sont pas ses parrains, la Russie et l’Iran , qui peuvent l’aider. 


    • Ilan Tavor Ilan Tavor 3 avril 13:04

      L’élection va surtout se jouer sur la question du coût de la vie.

       
      Benny Gantz et son parti Bleu-Blanc a prévu de nommer un commissaire chargé du coût de la vie qui aura pour rôle de lutter contre les monopoles économiques, qui mettra en œuvre un programme national d’investissement dans les infrastructures, encouragera l’innovation et renouvellera l’industrie traditionnelle.
       

      Les questions du logement touchent toutes les classes sociales.
      Le Parti Bleu-Blanc veut accroître l’offre d’appartements en ouvrant la possibilité d’acheter un appartement avec un crédit à long terme.
      Le parti Meretz propose un plan d’urgence national pour résoudre la crise du logement.
      Israël Beitenou veut encourager les projets de construction en rétablissant les prêts de logement, en encourageant la construction d’appartements locatifs à long terme et en subventionnant les logements pour les travailleurs nécessiteux.
       
      Bref l’élection se jouera principalement surtout le cout de la vie et la question du logement.


      • Christian Labrune Christian Labrune 3 avril 16:26

        @Ilan Tavor

        Je suis ravi, en vous lisant, de découvrir que les partis en présence auraient un programme ! Je me tiens informé quotidiennement de ce qui se passe en Israël par des media israéliens, mais l’observation qui revient le plus souvent, c’est qu’il n’y a aucun programme : si Bleu-Blanc l’emportait, il ferait évidemment à peu près la même politique que Netanahou. Il y a bien évidemment pas mal de problèmes économiques à résoudre parce que la pauvreté subsiste dans pas mal de milieux plus défavorisés, mais les questions sécuritaires, en général, l’emportent sur ces questions-là. Tout le monde le regrette, et beaucoup d’observateurs font remarquer que si les querelles verbales sont si violentes en apparence, c’est parce qu’il n’y a pas beaucoup de différences entre les actuels deux gros partis.
        Du côté de Bleu-Blanc, pas mal de gens qui soutiennent le mouvement commenceraient à souhaiter que Lapid soit écarté, de sorte qu’il ne risque pas de devenir premier ministre après deux ans, conformément à l’accord qui avait été conclu. Hier, l’écart des entre les deux grandes formations était redevenu plus favorable d’un siège à un Likoud plus à même, de toute façon, de prendre la tête d’une nouvelle coalition : les électeurs des partis les plus traditionalistes ne soutendront évidemment pas une formation où se trouverait un Lapid, leur bête noire.
        Ce programme « d’investissement dans les infrastructures », d’encouragement à l’innovation et à l’industrie, c’est très rigolo : ce petit pays grand comme trois départements français est devenu en 70 ans, parti de rien la 8e puissance mondiale dans tous ces domaines, et on n’a pas attendu Gantz pour le mettre en place !
        Il faudrait assurément réduire les inégalités, en Israël, mais je ne pense pas que l’élection se jouera sur ces questions.


      • soi même 3 avril 14:27

        Il a beaucoup de casseroles inoxydables aux fesses, les juges de gauche veulent lui faire la peaux, tien cela me rappel un certain Silvio Berlusconi où un autre en France,Un certain petit Nicolas.


        • Christian Labrune Christian Labrune 3 avril 16:03

          Je me demande bien à quoi peut servir un article qui n’est même pas construit et se présente comme une simple suite de constatations d’une justesse très approximative. Quels sont les enjeux, actuellement, en israël ? En lisant ça, Quelqu’un qui ne serait informé que par ce qu’il trouve dans les media français n’y comprendrait rien du tout.

          « Il soutient Bachar el Assad en Syrie car il considère que c’est un moindre mal face à un Hesbollah fanatisé. »

          Netanyahou n’a jamais « soutenu » le régime syrien, encore moins l’actuel homme de paille des Russes et des iraniens. Israël et la Syrie sont officiellement en guerre depuis 67 : aucun traité de paix n’a jamais été signé, comme ce fut le cas avec l’Egypte et la Jordanie, mais les hostilités militaires n’ont jamais repris et les deux états se regardent depuis des dizaines d’année en chiens de faïence, en se gardant bien de toute provocation. Des organisations humanitaires ont bien apporté un « soutien » à des Syriens du côté de Kuneîtra, mais ils s’agissait surtout, dans le cadre de l’opération « bons voisins », d’opposants à Bachar el-Assad. Beaucoup de blessés ont été soignés dans des hôpitaux israéliens avant d’être reconduits à la frontière. 

          Les frappes de Tsahal sur la Syrie, qui se sont multipliées ces dernières années, visent exclusivement des bases ou des dépôts d’armes iraniens. Des négociations avaient eu lieu, à la fin du siècle dernier, à propos du Golan. Elles avaient avorté, et c’est une bonne chose : si Israël n’occupait pas cette région qu’il a très bien mise en valeur, le danger que représente le Hezbollah serait bien plus considérable.

          Pourquoi tant de clivages politiques, dans cette campagne électorale ? Parce qu’il apparaît désormais à la plupart des Israéliens que les accords d’Oslo auront été une véritable catastrophe, et la cause principale des intifadas. La cession de Gaza décidée unilatéralement en 2005 par Sharon (Il n’y a désormais à Gaza que quatre Israéliens, deux morts et deux pauvres bougres un peu perturbés qui s’y étaient aventurés et qui sont retenus comme otages) aura eu pour conséquence l’installation entre l’Egypte et Israël d’une entité politico-religieuse aussi abominable que le Califat. On disait récemment que c’en était fini du Califat, mais le Hamas et le Jihad islamique font régner dans la bande un climat qui est à peu près aussi atroce que celui qui régnait à Raqqa. Cette abomination, du reste, a des ramifications jusque dans le Sinaï. Sans les raids de l’aviation israélienne effectués à la demande d’une Egypte qui ne dispose pas de moyens aussi efficaces, l’insécurité augmenterait vertigineusement dans cette région.

          En même temps, l’opposition gauche/droite en Israël n’a pas non plus beaucoup de sens : dès que la menace existentielle devient plus forte, tous les israéliens savent très bien où est l’ennemi, qu’il faut l’affronter, et ne s’opposent que sur les moyens de le combattre. Très bizarrement, Netanyahou qui passe en France pour un va-t-en-guerre, est souvent critiqué par des organisations plus « à gauche » à cause de la mollesse de ses réactions. En quelques mois, un bon millier de roquettes sont tombées sur le territoire israélien. Les ripostes ont été très symboliques : on provoque sur les bâtiments stratégiques à anéantir quelques petites explosions bruyantes pour laisser aux occupants le temps de sortir avant l’envoi des missiles destructeurs. S’il avait suivi l’opinion surchauffée des habitants de Sdérot ou d’Ashkelon constamment canardés, Netanyahou aurait eu plusieurs occasions d’envoyer les chars ratatiner les islamistes à Gaza. S’il ne l’a pas fait, c’est parce qu’il sait très bien que la menace réelle n’est pas à Gaza ou au sud du Liban : le jihad islamique, le Hamas et le Hezbollah ne sont que les tentacules de la pieuvre iranienne résolue à détruire Israël. dont la tête est à Téhéran. Il faut donc attendre l’effondrement du régime islamo-nazi des mollahs plutôt que le provoquer. De toute façon, un tel régime exécré par le peuple ne pourra plus durer bien longtemps, il est condamné. Un ou deux ans de patience, ça vaut mieux qu’une guerre. C’est le calcul de Netanyahou. J’espère qu’il sera réélu. 


          • Traroth Traroth 3 avril 18:12

            « Il soutient Bachar el Assad en Syrie car il considère que c’est un moindre mal face à un Hesbollah fanatisé »

            Vous faites complètement fausse route. Le Hezbollah soutient el Assad. Israël soutient ses adversaires en Syrie. Je vous laisse regarder de qui il s’agit...

            Votre article, sous couvert de critiquer Netanyahou, légitime toutes ses positions. Israël craindrait « l’holocauste venu d’Iran » ? Le seul pays qui possède l’arme nucléaire dans la région, c’est Israël, hein.

            Netanyahou est d’abord et avant tout le Boucher de Gaza, faisant tirer par l’armée israélienne sur des civils désarmés.


            • Christian Labrune Christian Labrune 3 avril 19:06

              Netanyahou est d’abord et avant tout le Boucher de Gaza, faisant tirer par l’armée israélienne sur des civils désarmés.

              ============================
              @Traroth

              Vous n’avez pas peur de passer pour un con, en racontant d’aussi grosses conneries ?


            • Ouallonsnous ? 3 avril 19:31

              @Christian Labrune

              En tout cas, c’est confirmé par toi même, tu es le « con » absolu bien qu’avec des éclairs de luciditré parfois !


            • Jonas 5 avril 09:40

              @Traroth
              Parmi , les bouchers de leur propre peuple ,les pays arabo-musulmans , battent tous les records , c’est d’ailleurs , la seule qualité dont ils peuvent se prévaloir et le reste est une catastrophe. 

              -Septembre noir de 1970 , le petit roi Hussein descendant de la famille du prophète avait massacré plus de 35 000 palestiniens, dans le silence de la Ligue Arabe.
              -Le coup d’Etat des Frères musulmans du Hamas, 2007, contre son frère ennemi, le Fatah a fait 450 morts et 550 blessés.
              -La guerre civile au Liban , avait fait 150 000 morts 
              -La Syrie , du dictateur Hafez Al-Assad avait fait en 1982, dans la ville de Hama, plus de 40 000 morts.
              -La Syrie de Bachar Al-Assad , 500 000 mors.
              -Au Yemen pays le plus pauvre du monde , une coalition de pays Arabo-musulmans avec a sa tête , l’Arabie saoudite a fait jusqu’a présent entre 80 000 à 100 000 morts.
              -Le règne de Saddam Hussein en 30 ans , 600 000 morts 
              -La guerre Iran/Irak , 1 million de morts.
              Sans parler du Soudan , en 25 ans de guerre , + de 2 millions de morts , le Darfour , 300 000 morts . La Somalie ,Bahrein ,Egypte etc. Même l’Algérie a eu sont lot de mort lors des années noires,200 000 morts Pour des boucheries humaines , les pays arabo-musulmans sont hors concours. .  


            • Christian Labrune Christian Labrune 5 avril 12:42

              @Jonas

              Ce pauvre bougre est victime d’une propagande antisémite qui n’est pas seulement le fait de l’extrême droite ou des islamistes. Elle trouve sa source dans un Quai d’Orsay vichyssois dont l’idéologie est constamment relayée par l’AFP et même la radio d’état.
              Je ne sais pas combien de fois j’ai pu entendre, sur France Culture que je ne supporte plus d’écouter , dans l’annonce des titres du bulletin d’information, des formules du genre : « A Jérusalem, à la porte de Damas, un Palestinien a ENCORE été tué par la police israélienne ». Information développée un peu plus tard : ce malheureux Palestinien venait de poignarder des soldats ou des passants désormais à l’hôpital - et souvent à la morgue !
              Macron, qui n’est pas à une connerie près, le lendemain du transfert de l’ambassade des Etats-Unis qui avait ameuté à la frontière Sud plus de quarante mille Palestinien, avait déclaré que le type de défense organisée par Israël, qui avait causé plusieurs dizaines de morts (surtout des terroristes du Hamas), était « odieux ». Il était au diapason d’une presse imbécile (Libération en particulier), qui avait entonné à peu près la même chanson.
              Avec toutefois cette différence : les journalistes, même s’ils le devraient, sont mal informés de ce qui se passe à plus de trois mille kilomètres. Macron, lui, peut interroger les services du renseignement. Eviter par conséquent de raconter des conneries qui semblent faites pour attiser un antisémitisme qu’il fait semblant de déplorer.
              Que se serait-il passé ce jour-là si quelques dizaines de Palestiniens armés (mais il étaient des dizaines de milliers !) avaient pu franchir la barrière de sécurité ? Les premiers kibboutzim étaient à dix minutes de marche. L’objectif des petits soldats du Hamas était-il d’aller offrir des fleurs ou des chocolats à leurs habitants ?
              Je suppose que je ne suis pas le seul à avoir vu cette petite video de la télévision du Hamas : une vieille femme raconte dans la rue devant des jeunes que son père était à Hébron, en 29, le jour du pogrom où plus de soixante Juifs avaient été massacrés. Avec une fierté atroce, elle ose se vanter que son père y a « tué des Juifs ».
              Voilà l’éducation qu’on donne aux jeunes à Gaza. Cela s’accompagne de distributions de friandises et d’éloges des « héros » lorsque des femmes ou des enfants viennent d’être maccacrés en Israël par des terroristes.
              Qu’est-ce qu’auraient fait un Macron & Castaner, à la place de Netanyahou ? Auraient-ils préféré laisser passer une petite bande d’égorgeurs ? Le lendemain, la presse internationale aurait pu parler de pogrom ! Le ton eût évidemment été tout à fait différent. C’est les Juifs qui auraient été les victimes, on les aurait vraiment plaints : ce n’est que lorsqu’il sont morts qu’on les aime vraiment.
              En France, on laisse cyniquement les gilets jaunes saccager l’arc de Triomphe et risquer des violences et des morts au centre de Paris. En Israël, on fait tout pour éviter les massacres, même du côté de l’ennemi. Naguère, après une pluie de missiles, il y aura eu une centaine de sites bombardés de nuit à Gaza, et pas un seul mort, ce qui tient du miracle, mais c’est parce que toutes les précautions sont prises pour que même les salopards du Hamas aient eu le temps de prendre le large.


            • Christian Labrune Christian Labrune 5 avril 21:32

              ERRATUM
              Qu’est-ce qu’auraient fait un Macron & Castaner, à la place de Netanyahou ? Auraient-ils préféré laisser passer une petite bande d’égorgeurs ? Le lendemain, la presse internationale aurait pu parler de pogrom ! Le ton eût évidemment été tout à fait différent. C’est les Juifs qui auraient été les victimes, on les aurait vraiment plaints : ce n’est que lorsqu’il sont morts qu’on les aime vraiment.

              ============================
              Je revois avec horreur cette intervention que j’ai envoyée sans me relire. Quand j’écris quelque part « maccacrer » au lieu de « massacrer », ou que, dans une précédente intervention je vois des répétitions disgracieuses, passe encore, mais là, il y a des fautes gravissimes et même criminelles :

              « On les aurait vraiment plaintS » au lieu de plaint.
              « qu’auraient fait UN Macron & Castaner ». Le « un » est évidemment de trop

              Excuses !


            • Traroth Traroth 8 avril 11:48

              @Christian Labrune
              Je n’ai pas peur de passer pour un con en rappelant des vérités dont tout le monde se souvient. C’était d’ailleurs parfaitement assumé : les civils ne devaient pas s’approcher du mur de la honte israélien, et c’était donc de leur faute s’ils se faisaient tuer ou mutiler.


            • Traroth Traroth 8 avril 11:50

              @Jonas
              Votre commentaire n’est qu’un contre-feu, sans rapport avec mon commentaire. Si Hussein de Jordanie a fait tuer des Palestiniens, alors les Israéliens ont bien le droit de faire pareil, c’est ça, votre excuse ?


            • Traroth Traroth 8 avril 11:52

              @Christian Labrune

              Le « pauvre bougre » vous conchie.


            • Jonas 9 avril 08:35

              @Traroth
              Non pas du tout. Ce que je veux dire , c’est que la vie d’un palestinien, doit attirer la même compassion et la même solidarité , qu’il soit tué par un israélien ou par un pays arabe. 
              Or il se trouve , que le roi de Jordanie en 1970,( septembre noir) à massacrer entre 35 000 à 40 000 palestiniens.
              A Yarmouk , le dictateur syrien , Bachar Al-Assad avait fait un blocus de plus d’un an , de ce camp palestinien sans soulever la moindre protestation. Les habitants de ce camp ont été obligés de manger des chats sans parler des bombardements sans distinction de femmes et d’ enfants a coups de barils explosifs .
              Le Hamas lors de son coup d’Etat de 2007 , a tué 450 militants du Fatah et blessés plus de 550. Tout cela laisse froid , les arabo-musulmans.
              Une vie c’est une vie. Elle ne peut pas être chérie d’un côté et oubliée de l’autre. Cela ne colle pas. 


            • Traroth Traroth 9 avril 11:32

              @Jonas
              Les années 70, c’était il y a longtemps. Là, on parle de massacre se produisant aujourd’hui.

              Quant à ce qui se passe en Syrie, prétendre que les médias n’en parlent pas, c’est se moquer du monde.


            • Jonas 9 avril 12:17

              @Traroth
              Alors parlant de ce qui se passe aujourd’hui, vous avez mille fois raisons.
              Est-ce que la vie d’un Palestinien, vaut plus que celle d’un Soudanais ? 
              Est-ce que la vie d’un Palestinien , mérite plus de pitié que celle d’un Yéménite victime d’une guerre atroce à huis clos ? 
              Est-ce que la vie d’un Palestinien a plus d’un portance que la vie de celles et ceux qui meurent , en , Libye, Somalie , Bahrein Irak, Pakistan, Afghanistan , Bangladesh etc, ( chaque jour des irakiens sunnites , sont victimes d’ attentats.
              Quels sont les pays musulmans qui se soucient , des musulmans asiatiques de Birmanie les Rohingya ?
              Quels sont les pays musulmans , qui s’intéressent au sort des musulmans chinois les Ouïgours ? 
              Les Arabo-miusulmans comme les musulmans non arabes ont un coeur sélectif, il ne bat que pour les palestiniens qui ne représentent rien en nombre ni en victimes en comparaison , des centaines de morts par jour dans les pays adeptes du prophète. 
               

               


            • Traroth Traroth 9 avril 15:46

              @Jonas
              Non. Mais la vie des Palestiniens A de l’importance.


            • Traroth Traroth 9 avril 15:48

              @Jonas
              Est-ce que quand parait un article qui parle du Yémen, vous postez aussi des commentaires pour dire que ce n’est pas la peine de parler des victimes yémenites, parce que leur vie n’a pas plus d’importance que celle des Palestiniens ?

              Avec des logiques comme ça, finalement on ne s’indigne jamais de rien !


            • Jonas 12 avril 07:19

              @Traroth
              La vie des Palestiniens a de l’importance pour qui ? Pour les Libanais , qui les parquent dans des camps, insalubres , avec interdictions de 70 profession. Pour les Syriens , qui les affament et les massacrent comme à Yatmouk.Dans les Emirats du Golfe , qui les surveillent et les expulsent , pour le moindre prétexte. En Algérie où les 6 000 étudiants palestiniens , ont des difficultés pour obtenir des papiers en règle etc. Vous confondez , les déclarations officielles et la réalité sur le terrain.
               Par ailleurs , si vous êtes sur ce site depuis assez de temps, ma préoccupation première est celle , des habitants de tous les pays arabo-mudulmans comme musulmans non arabes.
              Ces populations , soumises a des régimes dictatoriaux , pour la plupart , sont exclues du radar médiatique. 
              Des kilomètres d’articles , sur le conflit isrélo/arabe, pourtant , d’une basse intensité , faisant peu de victimes , face a celles quotidiennes dans la région. . En revanche , quelles lignes, sur le chi’ites de Bahrein. Le huis clos sur la guerre du Yemen. Sur les attentats quotidiens contre les chi’ites en Irak. Silence sur la situation en Libye, Mauritanie, Soudan, Somalie , sans parler du Pakistan, Afghanistan, Bangladesh. La situation des minorités , Arabes du Khouzistan, comme celle des Baha’is en Iran. La situation des Kurdes ,en Turquie/Iran/Syrie/Irak.La persécution, des Rohingya en Birmanie, des Ouïgours en Chine etc. Vous voyez , que la situation des Palestiniens par rapport , à celle des pays que je cite plus haut est beaucoup moins préoccupante. 


            • Traroth Traroth 14 mai 10:53

              @Jonas
              Raison de plus pour s’indigner, si personne d’autre ne le fait.


            • Ouallonsnous ? 3 avril 19:33

              @Christian Labrune

              En tout cas, c’est confirmé par toi même, tu es le « con » absolu bien qu’avec des éclairs de lucidité parfois !


              • Ilan Tavor Ilan Tavor 4 avril 08:06

                Par miracle, à quelques jours du scrutin, des négociations avec le Hamas vont permettre un accord en échange d’une cessation des hostilités qui doit inclure un échange de prisonniers entre les parties. Quel hasard smiley

                 


                • Ilan Tavor Ilan Tavor 4 avril 08:07

                  Je viens de tomber sur les spots électoraux des partis ...

                   
                  Celui de kahol lavan est bien triste..... Gantz se comporte en militaire....il doit détruire son ennemi pour gagner..... 7 mn sans aucune idée ou aperçu de son programme.....

                   
                  Rien que des attaques contre Natanyaou.... Et la promesse qu’il fera le contraire de lui....

                  Aucun effort pour exposer une idée et moyen de la mettre en œuvre ...

                   
                  Dommage que Gantz ait gâché cette facilité à détruire l’autre lors de la guerre a Gaza....en chef militaire il aurait pu influer sur la fin du conflit


                  • julius 1ER 4 avril 10:21

                    Ce qui me sidère le plus lorsque j’examine le cas Netanyahou c’est la multiplication de ces clones à visages autoritaires, agressifs à souhait tant dans la façon de faire de la politique que de la représentation de celle-ci ... ....

                    on a affaire à une série de stéréotypes qui va de Bolsonaro, Orban, Trump, Poutine et j’en oublie .... tous bien droitistes dans leurs idées et qui s’essuient bien les pieds sur le paillasson qu’est à leurs yeux la Démocratie qu’ils s’emploient à détruire plutôt qu’à revivifier et optimiser ...... ??????

                    même si à bien des égards on peut avoir des réserves quand à leurs façons d’avoir été élus... dans bien des cas cela ne transpire pas la transparence... ni la légitimité, bourrages d’urnes, manipulations de l’opinion, créations d’incidents pour déstabiliser les citoyens etc ... là encore la liste est longue quant-aux moyens utilisés ????

                    mais la question est.... ??? qui se cache, derrière cette Internationale droitiste dont la seule préoccupation en arrivant au pouvoir est de reconnaître Jerusalem comme Capitale de l’Etat hébreu ?????

                    Voilà une question « qu’elle » est intéressante !!!!!!


                    • Jonas 5 avril 10:11

                      @ Alain Roumestand. 

                      Comme le disait , W. Churchill « La démocratie est la pire des systèmes à l’exception des autres ». 

                      Comme si cela , ne suffisait pas , la démocratie c’est déjà la délibération, la discussion , le compromis ( pas la compromission ) constants , israël , s’est ajouté , un problème supplémentaire la proportionnelle intégrale.

                      Pour moi , c’est une aberration . N’importe quel parti obtenant plus de 3,5% , peut siéger au Parlement. A cette aberration, il faut ajouter une autre celle des partis religieux. Ces partis se fichent de la politique est ne sont là que pour obtenir des prébendes pour leurs ouailles alors que leur place place est dans la synagogue et non au Parlement. 

                      Un Premier ministre , quelle que soit sa coloration politique , ou ses intentions est prisonnier des petits partis politiques, qui constituent sa coalition .   Il perd , une grande partie de son temps et de son énergie , à concilier les contraires pour se maintenir au pouvoir. 

                      PS : les pays arabo-musulmans , n’ont pas se genre de soucis , ni pour la démocratie , ni pour les délibérations, ni pour les partis d’oppositions , notions inconnues dans ces pays. « Un chef unique , un parti unique , une politique unique et un peuple mouton » telle est la devise de ces pays". Les Algériens , après 57 ans d’indépendance , viennent d’ouvrir les yeux sur la réalité du régime en place. 57 ans , pour sortir de leur somnolence , soit deux générations ! 


                      • Christian Labrune Christian Labrune 5 avril 13:03

                        en israël , s’est ajouté , un problème supplémentaire la proportionnelle intégrale.

                        ------------------------------------------------------------
                        @Jonas

                        Il est de fait qu’en Israël, il est rare qu’un gouvernement puisse tenir jusqu’au bout de la mandature ; en général, après deux ans, il survient une crise. Comme la différence du nombre de sièges entre la coalition qui gouverne et l’opposition est souvent très mince, il suffit qu’un tout petit parti se retire de la coalition gouvernementale pour que le premier ministre soit obligé d’organiser de nouvelles élections. C’est encore ce qui vient de se produire.
                        Ca rappelle la IVe république en France, et cela devrait faire réfléchir ceux qui voudraient revenir à la proportionnelle. Certes, c’est infiniment plus démocratique que notre Ve république, mais ça génère quand même une espèce de foire d’empoigne permanente.
                        Un petit parti en France ne peut pas grand chose ; c’est comme s’il n’existait pas. En Israël, il suffit qu’il menace de se retirer de la coalition pour qu’on soit obligé de lui accorder tel ministère qu’il réclame ou, à tout le moins, qu’on fasse droit à ses revendications. Le parti de Moshe Feiglin, actuellement, qui ne peut pas prétendre à un bien grand nombre de sièges à la Knesset, inquiète grandement toutes les autres formations par le succès de son programme un peu démagogique.
                        Tout cela constitue, de fait, un terrible bordel, mais la démocratie, c’est ça, et ça n’est pas si mal au bout du compte. Je préfère grandement les empoignades actuelles en Israël à la belle harmonie chariatique, -si vous me permettez ce néologisme - régnant au sultanat de Brunei. Vous aussi, probablement.


                      • Christian Labrune Christian Labrune 5 avril 14:48

                        ADDENDUM

                        Je viens d’apprendre qu’à l’invitation du pauvre Macron, Lapid est actuellement à Paris. C’est un très sérieux coup de pouce donné bien involontairement et très sottement par le « président » français aux partis proches du Likoud en Israël.

                        La politique de la France est extrêmement méprisée en Israël. Le vote à l’UNESCO d’une résolution négationniste à l’époque de Valls, le refus de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël et la collaboration, au pire sens du terme, avec l’islamo-nazisme iranien, font que les les Israéliens considèrent que la France est désormais hors-jeu au Moyen-Orient. Au mieux ses gouvernants passent pour des imbéciles incompétents - ce qu’ils sont en effet !-, au pire pour des alliés d’une puissance ennemie.

                        L’invitation de Macron, le fait que Lapid ait consenti à l’accepter en période électorale, donneront des armes à Netanyahou qui faisait déjà à Benny Gantz le reproche de n’avoir pas dénoncé comme il convenait la conférence de Vienne sur le nucléaire iranien. Je n’ai pas encore vu de réactions, mais elles ne devraient pas tarder. Si Lapid tenait à se discréditer aux yeux des électeurs les plus lucides, il ne pouvait vraiment rien trouver de mieux que ce déplacement à Paris.


                      • Jonas 5 avril 20:11

                        @Christian Labrune.
                        La démocratie israélienne , malgré ses imperfections ( aucune démocratie n’est parfaite ) est solide et encrée dans la société , mêmes les Arabes , y participent ont élisons leurs députés , tout en étant antisionistes. Imaginez un pauvre pays arabo-musulman, acceptant une minorité non musulmane, le critiquant ? Voyez les Kurdes dans les quatre pays arabo-musulmans et musulmans non arabes, ? Les Bahi’is en Iran, ? Les Ahmadis en Algérie ? Les Chiites à Bahrein ou au Yémen ? La situation des sunnites en Irak , où chaque jour , il y a des attentats contre eux ? Au Liban , où chacun vote pour ses leaders , politiques , claniques , religieux etc. 

                        Depuis 1948, quelle que soit la situation, même en temps de guerre , toutes les élections ont toujours eu lieu.( Vous avez bien raison , les échéances sont rarement atteintes, dans ce pays) 
                        Les dirigeants israéliens , pris séparément, sont supérieurs à tout point de vue, aux dirigeants des pays qui les entourent. Ces pays i ne tiennent debout , que par la répression de leurs compatriotes par des milices ou l’armée prétorienne.
                         
                        Christian La brune. Il est normal, qu’à l’invitation du Président Macron , monsieur Lapid , l’accepte . Comme Netanyahu , s’est rendu aux Etats-Unis et bientôt a Moscou. Cela montre l’importance de ce petit pays . M.Macron contrairement a ce que vous pensez ,  connaît bien Israël , ses valeurs et les performances de ses entreprises dans la haute technologie A plusieurs reprises , Mounir Mahjoubi encore au gouvernement s’est rendu à plusieurs reprises en Israël, et ne tarissait pas d’éloges sur ce petit pays et son savoir. 

                         Israël est une démocratie vivante contrairement aux pays Arabo-musulmans qui l’entourent, même ces pauvres algériens , viennent de découvrir en février 2019 , qu’ils ont vécu dans un pays où la démocratie n’a jamais existé , sans s’en apercevoir, ayant été abreuvés de slogans et de propagandes au point de suivre leurs dirigeants, comme les moutons suivent leur berger.

                        Après 57 ans de prison mentale, les Algériens souhaitent la démocratie, en voulant pouvoir choisir librement leurs dirigeants et obtenir un peu de liberté pour souffler  

                        Je ne fais aucune confiance à l’évolution des sociétés Arabo-musulmanes même s’ils se donnent des coups de peinture . Cette peinture ne tiendra pas longtemps , car , il suffit de gratter pour trouver la rouille. Ils leur faut des femmes et des hommes intègres et soucieux de la vie de leurs compatriotes. 
                        Ce qui est rare dans ces pays. 

                        Les israéliens , n’ont aucune considération , pour les dirigeants européens, ils savent que ce sont des lâches , et des incapables de défendre leur pays contre la vermine islamique. Tout en critiquant israël qui se défend mieux qu’eux , bien qu’il soit entouré d’ennemis sanguinaires et sans aucune loi. 

                        Dans sa situation , économique , sociale , politique et militaire , l’Europe , devrait s’occuper , d’abord et en premier lieu , des pays Européens , comme l’Ukraine , la Moldavie , de ce se passe , en Serbie, Kosovo et surtout de Chypre Nord occupée depuis 1974, par la Turquie musulmane. Au lieu de foutre son nez sale dans les affaires du Moyen-Orient, où les interventions se soldent par de nombreux échecs. 


                      • Christian Labrune Christian Labrune 5 avril 21:18

                        @Jonas

                        Votre conclusion relative à la lâcheté des gouvernants occidentaux me réconcilie avec le paragraphe où vous disiez qu’il était « normal » que Lapid vînt à Paris. Dans le cadre des relations diplomatiques, c’est aussi « normal » que vous le voudrez, mais ça révèle très bien quand même le sale pétrin dans lequel s’enfonce la France avec son Macron. Certes, il y a tout à gagner pour la France à entretenir une coopération avec Israël, parce que c’est un pays désormais beaucoup plus en pointe dans tous les domaines et dont il y a beaucoup à tirer. On n’est plus à l’époque où notre pays lançait le paquebot France ou mettait au point le Concorde. Partout dans le monde, l’activité essentielle, désormais, c’est l’informatique. Or, après l’invention du Minitel, la France a misérablement perdu pied. Sur le plan du renseignement aussi, la coopération est très profitable : des dizaines d’attentats ont été empêchés en Europe (et il n’y a pas si longtemps à Villepinte) par le Mossad qui a pu avertir à temps les services concernés, mais ça n’empêche pas que tout ce qui peut être tenté de dégueulasse pour complaire à l’antisémitisme de l’électorat musulman est fait systématiquement. Quand je vois ça, j’ai envie de vomir.

                        Macron et son premier ministre devaient se rendre en Israël. Ils ont différé de le faire de manière à laisser penser qu’ils s’opposaient ainsi au gouvernement de Netanyahou, ce qui aura eu pour effet, évidemment, de renforcer, de la manière la plus irresponsable, les a priori imbéciles des media français et de leurs lecteurs qui n’hésitent pas à représenter un Netanyahou, qui a toujours agi sur le plan militaire avec une prudence de Sioux, comme un va-t-en guerre. Aujourd’hui, Macron affirme ostensiblement son soutien à un Lapid dont tout le monde voudrait en Israël se débarrasser, même dans le mouvement bleu-blanc où certains pensent qu’il fera perdre plus de sièges qu’il n’en fera gagner. Mais Macron et Lapid se ressemblent : c’est la même inconsistance ambitieuse aux dents si longues qu’elles rayent tous les parquets, mais qui n’a absolument rien à proposer. qui s’engage sans réfléchir et fort témérairement dans des voies sans issue, comme on a pu le voir en France avec la politique qui a fait surgir les gilets jaunes.

                        Macron et son premier ministre ont dû en entendre de belles, dans les échanges avec Netanyahou loin des micros et des caméras. S’ils ne sont pas allés en Israël, c’est parce que ça déplairait probablement à Zarif qu’on se range officiellement du côté des ennemis de l’Iran, et un chef d’état qui s’opiniâtre à se comporter en allié de l’Iran ne peut pas non plus, sans honte, s’exprimer devant les caméras dans un Israël que son copain Khamenei, une fois par mois au moins, propose de détruire.

                        Lapid a l’échine très souple et il vient d’en donner bêtment la preuve aux Israéliens qui ne le lui pardonneront certainement pas. Netanyahou et Trump se ressemblent également, mais eux savent très clairement ce qu’ils veulent et leur politique est d’une lisibilité parfaite : ce qu’on a dit qu’on ferait, on met tout en oeuvre pour le réaliser.

                        J’entendais hier soir des habitants de Sdérot qui sont à une portée de fusil de la bande de Gaza. Après un an de constantes attaques du Hamas contre la barrière, les pluies de ballons incendiaires ou explosifs, les récoltes brûlées et un bon millier de roquettes, ils n’en pouvaient plus ces derniers temps et maudissaient l’absence de réactions décisives de Tsahal. Mais il semble, malgré cette exaspération, qu’ils voteront massivement pour le Likoud ou les petits partis qu’on dit plus « à droite », bien que ces catégories droite/gauchen’aient pas vraiment le même sens là-bas que chez nous. Ils savent très bien eux-aussi que le Hamas et le Jihad islamique ne sont que des marionnette de l’Iran, et que c’est le régime iranien qu’il faut abattre.

                        Chose qui surprendrait probablement les observateurs français : 65% des 18-25 ans soutiennent le Likoud. L’électorat bleu-blanc est composé surtout de gens qui ont la nostalgie de l’Israël des kibboutzim d’avant le tournant libéral, qui regrettent aussi les promesses de paix des accords d’Oslo, lesquelles ont pourtant été cause de catastrophes majeures. Cette page sinistrement utopique et les nostalgies paradoxales qui vont avec sont en passe, fort heureusement, d’être définitivement tournées.


                      • Christian Labrune Christian Labrune 5 avril 21:46

                        Cette page sinistrement utopique et les nostalgies paradoxales qui vont avec sont en passe, fort heureusement, d’être définitivement tournées.

                        ========================
                        erratum
                        Cette page... EST en passe d’être définitivement tournEE.
                        Excuses !


                      • Jonas 6 avril 08:53

                        @Christian Labrune
                        Je ne suis pas Israélien , mais j’ai une grande admiration pour ce peuple et ce pays. Comme dans les pays démocratiques , israël ne fait pas exception , il y a une lutte pour le pouvoir. Pour cela les adversaires utilisent tous les moyens pour abattre le concurrent. Une constatation personnelle, cette élection est terne et n’aborde aucun sujet intéressant , même les palestiniens ne sont plus un sujet de discussion. Il y a plus de morts dans les accidents de la route , que par les terroristes palestiniens. Regardez les centaines de morts , chaque jour dans les pays musulmans par des musulmans, qui d’ailleurs n’intéressent pas , les adeptes de Muhammad., qui ont une préférence pour le Paradis que de vivre avec courage ici-bas. 

                        Je l’ai écrit dans un courriel, que si j’étais , Netanyahu, ou Gantz ou Lapid, je ne chercherai pas à éliminer le Hamas , mais trouver des arrangement avec lui, ( sans dépasser les lignes rouges) car , grâce a lui , il n’y aura pas d’Etat palestinien. C’est un fait. Aucun pays arabo-musulman , aucun intermédiaire , n’arrive à réconcilier les deux frères ennemis , Hamas et Fatah. Donc, l’Etat palestinien est remisé aux calendes grecs. 

                        Il n’ y a qu’en France , où les palestiniens font parler d’eux , a cause des immigrés arabo-musulmans , ceux-ci n’éprouvent , ni honte , ni déshonneur, ni humiliation , de venir vivre chez l’ancien colonisateur , en trahissant , leurs morts pour l’indépendance. Ces immigrés , arabo-musulmans , cherchent à être plus palestiniens que les habitants des pays arabes, dans le but de faire diversion afin de faire oublier qu’ils sont des traitres , en fuyant leur pays , au lieu d’y rester pour le construire. C’est tout le paradoxe , des arabo-musulmans immigrés ou avec un passeport européen, ils demandent un Etat , pour les palestiniens , tout en fuyant leur pays indépendant depuis des décennies. 
                         
                        Les Etats n’ont pas d’amis , mais des intérêts . la France et Israël ont des valeurs communes , quels que soient leurs divergences momentanées. 
                        Israël grâce a sont Intelligence Service ( c’est comme cela que les anglo-saxons nomment leur service de renseignements) a sauvé des centaines de vies dans toute l’Europe et notamment en Russie. Ce n’est pas pour rien , que Poutine a de bonnes relations avec Israël, en dehors de la haute technologie. Dans ce domaine , Israël est incontournable.
                        Je ne suis pas d’accord avec vous, sur la France. Quoi que l’on puisse dire , la France reste un grand pays , avec des grands chercheurs, des ingénieurs de grandes qualités , des femmes et des hommes qui excellent dans de nombreux domaines dont celui de la médecine etc . Mais les Français ont un grand handicap , celui d’être très peu versés en économie, ils pensent , que l’on peut distribuer sans produire et pouvoir vivre à crédit , tout le long de leur vie. 
                        Macron est âgé de quarante ans, il ne peut pas être responsable , d’une politique désastreuse que les gouvernements successifs ont mené depuis 40 ans. Quant aux gilet jaunes , si au début ils attiraient de la sympathie, ils ont fini ,comme des racistes, des antisémites des casseurs et des nihilistes. 



                      • Christian Labrune Christian Labrune 6 avril 21:08

                        @Jonas

                        Je voudrais bien que la France fût encore un grand pays, mais je suis vieux, né avant le milieu du siècle dernier, je l’ai donc vue tout autre et, désormais, je ne la reconnais plus. Aussi ne suis-je pas trop d’accord quand vous écrivez qu’un Macron n’est pas responsable de la situation. C’est assez vrai sur le plan économique où il est si difficile de réformer et où les transformations sont assez lentes. En revanche, en politique internationale, on peut opérer immédiatement des changements radicaux. La politique d’un Trump a tout de suite été, et particulièrement sur tout ce qui touche au Moyen-Orient, radicalement différente de celle de son prédécesseur dont les erreurs avaient été manifestes. Or, Macron continue la politique imbécile d’Obama. Vous parlez de la question palestinienne. Le quai d’Orsay en est encore à répéter la vieille antienne du temps d’Oslo : deux états pour deux peuples, laquelle ne correspond plus, désormais, à aucune perspective réaliste.
                        Vous approuvez et moi aussi ! l’espèce de machiavélisme d’un Netanyahou qui laisse exister le Hamas pour pouvoir mieux diviser l’ennemi. On ne sait pas vraiment à quoi ça peut mener, mais quand ça ne mènerait à rien et quand ça permettrait seulement de prolonger le statu quo, ce serait déjà ça. Cette politique du wait and see, qui paraît ne pas en être une, a fort bien réussi depuis des années. L’un des arguments du Likoud destiné aux électeurs, ces derniers temps, c’est : si vous votez pour la gauche (Gantz, ce serait la gauche !) vous aurez un état palestinien. Or, les Israéliens ne veulent pas d’un Gaza bis, relié au premier, dans une bonne partie de la Judée-Samarie. On les comprend aisément : les choses étant ce qu’on les voit être, ce serait la fin des haricots.
                        La politique de Trump a eu ce mérite d’appeler un chat un chat, et Jérusalem la capitale d’Israël. De faire apparaître les factions palestiniennes, celles de l’Autorité aussi bien que le Hamas, comme des organisations terroristes finançant des tueurs et leurs familles, et c’est ce qu’elles sont en effet. Les Européens le savent mais craignent, s’ils disent la vérité, de mécontenter un électorat musulman complètement décérébré, depuis Bandung en 55, par la propagande islamo-arabe. Cette lâcheté abjecte ne rend service à personne. Elle est objectivement une guerre permanente livrée au plus civilisé des états démocratiques du Moyen-Orient et elle dessert l’intérêt même de Palestiniens qui n’ont jamais eu les yeux en face des trous, se bercent d’illusions qui les conduisent au terrorisme et les retranchent de plus en plus radicalement du monde civilisé.


                      • Jonas 7 avril 18:11

                        @Christian Labrune
                        Netanyahu , est un politicien de grande envergure et malin , il sait que la politique ne sert pas à régler les problèmes , mais à vivre avec les problèmes.
                        Il sait , qu’aucun pays Arabe de la région , ne désire voir la création d’un Etat Palestinien sauf en parole. Ils sont pris dans leur propre piège , ils ont créé le problème , palestinien , pour des raisons de leur maintien au pouvoir , mais aujourd’hui, ils ne savent plus comment s’en défaire. D’ailleurs , toutes les guerres depuis la création de l’Etat d’Israël , ont été israélo/Arabes et non Israélo:Palestinien. C’est seulement depuis leur défaite cuisante de 1967, qu’ils  ont filé le conflit aux Palestiniens.
                         Les pays Arabes ont refusé à plusieurs reprises la création d’un Etat palestinien aussi bien lors de la Résolution 181 de 1947, puis lors de l’armistice en 1949, lorsque l’Egypte s’est accaparée de Gaza et l’annexion de la Cisjoradanie et Jérusalem -Est par la Transjordanie en 1950.Ces deux pays avaient la possibilité de créer un Etat palestinien et ne l’ont pas fait. Même la Ligue Arabe, n’est jamais intervenue à l’ONU , pour demander aux deux pays de se retirer er de créer un Etat palestinien. 
                        La politique étrangère de la France , comme vous le savez est dirigée d’abord par le Quai d’Orsay, ce panier de crabe , vit encore à l’heure de la -Politique Arabe de la France  alors que le monde arabe est fragmentée et déchiré entre , régimes , monarchies et confessions ( Sunnites/Chiites-) et n’est d’accord , que pour n’être d’accord sur rien. 
                        Le président Trump, est d’une ignorance abyssale en politique étrangère , même si Israël , en profite. En toute honnêteté , Israël , n’a pas besoin de la quotient , de Trump , pour déclarer , Jérusalem sa capitale. Elle est sa capitale et ne sera jamais divisée. Comme la partie du Golan restera israélien. 
                        Quant aux palestiniens , la meilleure solution c’est que Gaza, soit rattachée à l’Egypte avec une autonomie interne , et la Cisjordanie , avec un échange de population, entre les Arabes ayant un passeport israélien et les israéliens installés en Cisjordanie , avec la création d’une Fédération , Jordano-palestinien. Je ne crois pas du tout en un Etat Palestinien, c’est une lubie occidentale , pour satisfaire et calmer , les arabo-musulmans immigrés installés sur son sol. Lorsque l’on voit les résultats des pays Arabes indépendants , on a le droit de douter d’un tel Etat. D’autant que l’on ne pose jamais la question : Comment cet Etat peut vivre et se développer et avec quels moyens, sinon la charité internationale , comme actuellement. 


                      • Christian Labrune Christian Labrune 7 avril 22:44

                        @Jonas
                        Tout à fait d’accord avec ce que vous écrivez, mais on ne peut quand même pas considérer comme une chose tout à fait négligeable les décisions de Trump concernant Israël : le poids de l’Amérique s’ajoutant à celui des pays de l’Est de l’Europe comme à celui de beaucoup de grande puissances qui se pressent à Jérusalem en vue d’y tisser des liens commerciaux est devenu tel que les pays d’Europe occidentale hostiles à Israël, dont le nôtre, hélas, seront bientôt complètement isolés ou n’auront plus qu’à suivre le mouvement,et feindre d’avoir voulu ce qu’ils n’auront pas osé cautionner immédiatement, faute d’intelligence et d’audace.
                        Je viens de voir une longue interview de Netanyahou sur i24news. Comme je le prévoyais, il a été fait un sort au voyage de Lapid à Paris, jugé tout de suite assez incongru et particulièrement déplacé juste après que le quai d’Orsay eut condamné la reconnaissance de la souveraineté sur le Golan. Cela n’a pas été formulé explicitement, mais n’importe quel auditeur pouvait comprendre qu’il y avait là une manière de trahison des intérêts d’Israël.
                        Ce que Netanyahou reproche à ses adversaires, c’est de croire que pour améliorer la situation du pays il faille cesser de déplaire à ceux qui ont fait le choix de lui être hostiles en multipliant les concessions, en « baissant la tête », selon son expression. Quand Israël aurait renoncé à la plupart de ses droits légitimes et trouvé une solution au vieux conflit, ça commencerait probablement à aller mieux ! Il pose, à l’inverse, qu’il faut renforcer l’état sur tous les plans, imposer ses vues, sans faire de concessions sur l’essentiel. La résolution du conflit sera la conséquence d’un nouveau rapport des forces, et non pas un préalable qui serait l’équivalent d’une démission généralisée et ne mènerait à rien sinon au désastra.
                        C’est ce qui a été fait ces dernières années et le résultat, il faut bien le reconnaître, est particulièrement probant.
                        J’entends assez souvent des Israéliens répéter qu’après tant de « cadeaux » faits par la Maison Blanche, ils va bien falloir qu’ils consentent à d’énormes sacrifices. La question a été posée. La réponse est que le mot le plus précieux pour un premier ministre, c’est « non » ! Mais je ne pense pas plus que Netanyahou que le « deal du siècle » concocté par l’entourage de Trump puisse ressembler à un piège quelque peu pervers.
                        Trump, en homme d’affaires expérimenté, sait très bien qu’en arrosant suffisamment les états voisins avec la pompe à fric américaine, on peut faire des miracles. Les Jordaniens, les Egyptiens, les Palestiniens, sont dans un tel dénuement qu’ils verront tout de suite l’intérêt d’une solution qui pourrait booster leur économie d’une manière décisive et surtout permettre déjà, aux potentats locaux, et selon une tradition fort bien établie, de se remplir les fouilles,
                        La Jordanie rechigne encore à l’idée qui semble avoir filtré qu’elle pourrait donner la nationalité jordanienne à pas mal de Palestiniens, mais tout dépend des aides que les Américains pourraient consentir. Et ce serait aussi une bonne chose que l’Egypte récupère, à terme, une souveraineté sur Gaza, comme vous l’envisagez. Un état palestinien, qui n’avait jamais existé, aurait pu naître dès le milieu de mai 48, comme vous le faites remarquer. Les Palestiniens ont préféré la guerre et le droit du plus fort sans comprendre qu’ils risquaient, contrairement aux apparences, de n’être pas les plus forts et d’en sortir ratatinés nakba ! Depuis 68, cet « état palestinien » est un pur fantasme, et il est condamné à disparaître dans un assez proche avenir.
                        Je ne sais pas si vous avez lu le bouquin de Stéphane Amar : Le grand secret d’Israël. Ce « grand secret » -de polichinelle !-, c’est qu’il n’y aura jamais d’état palestinien. Je l’avais lu à sa sortie avec beaucoup d’intérêt.
                        https://www.amazon.fr/grand-secret-dIsra%C3%ABl-Pourquoi-palestinien/dp/B0798GTLVV

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès