• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Algérie, le Monde arabe et l’Occident vers la fin d’un (...)

L’Algérie, le Monde arabe et l’Occident vers la fin d’un cycle historique ?

 Cette étude fait suite à la publication précédente dans agoravox tant les commentaires et les contradictions postés ont obligé l’auteur de la reprendre et la développer pour mieux rendre compréhensible les forces historiques en cours dans le monde. (1)

 

Par ce qu’on peut appeler les universaux qui sont propres à chaque peuple dans leur développement, et en rapport à la géographie humaine et à la conjoncture historique, il y a des peuples qui se développent rapidement, et d’autres moins. Et c’est la raison pour laquelle l’auteur présente ici une approche montrant que ni les systèmes absolutistes arabes ni les systèmes autoritaires républicains arabes ne pourront fonctionner indéfiniment, puisqu’ils ne relèvent que d’un stade de l’histoire, comme tout stade historique passé, présent et futur est transitoire. 

 

Et ce stade aujourd’hui qui est en mutation concerne aussi l’Occident. L’Amérique comme l’Europe sont de plus en plus dépassées par les forces du changement. Le vent du changement leur est aujourd’hui réellement contraire. C’est une réalité de recul historique, de dépassement par de nouvelles forces comme la décolonisation a mis fin à l’ère coloniale. Mais cela ne signifie pas une négation pour l’Occident comme cela a été constaté par le nouveau rayonnement qu’il a eu avec l’ère post-colonisation.

 

Et pour l’Algérie, qu’en est-il dans cette dynamique historique nouvelle ? Doit-elle espérer un avenir meilleur ? De même le monde arabe doit-il espérer sortir de l’œil du cyclone vu les guerres incessantes qui le traversent. Nous ne devons pas nous tromper, le monde se trouve à une charnière de l’histoire. Posons-nous des questions sur la marche de l’histoire. Peut-on dire que le XIXème siècle ressemble au XXème siècle ? Et déjà la deuxième moitié du XXème siècle ne ressemble pas à la première moitié du XXème siècle. Au début du XXème siècle, une grande partie du monde était colonisée ou sous protectorat. Sur le plan des techniques, le monde était très en retard. La télévision n’existait pas, l’aviation balbutiait encore, les voitures modernes n’existaient pas, ni les camions de transport lourds, ni des marines modernes équipées de missiles intelligents, c’était encore l’époque des cuirassés, la bombe atomique n’existait pas.

 

Hitler a existé, un homme, un seul homme a changé la face du monde par sa volonté de puissance. Mais cette deuxième mondiale qui a détruit l’Europe et une grande partie du monde, a détruit aussi la colonisation. Sans la Première Guerre mondiale et la Deuxième Guerre mondiale, le monde africain et une grande partie du monde asiatique dont l’Inde, le Pakistan et l’Indonésie, de grandes puissances démographiques, seraient restés probablement encore colonisé. Donc, il y a ce concept de « négation positive ». Sans cette négation que furent les deux guerres mondiales, le monde n’aurait pas avancé.

 

Mais, à la deuxième moitié du XXème siècle, le monde colonisé ne s’est pas seulement libéré, devenu indépendant, c’est le monde entier qui a changé. Le monde s’est mondialisé, les armes atomiques ont fait leur entrée et ont mis en respect les grandes puissances. Aucune puissance ne s’aviserait d’attaquer une autre puissance sous peine de voir son territoire détruit dans les heures même qui suivent l’attaque. Il faudrait en cas de guerre nucléaire même localisée prier Dieu pour qu’elle ne s’étende pas aux autres puissances et devienne mondiale. Car une guerre qui commence et touche une grande puissance, on ne sait plus comment elle finirait. En clair, toutes les puissances sont prisonnières de leur puissance.

 

Mais les guerres où se jouent-elles aujourd’hui, et elles sont nombreuses ? Dans le monde arabe et étendues à une grande partie des autres pays musulmans. Et l’Algérie se trouve aussi dans ce monde balkanisé. Sauf que la guerre d’abord en Irak, ensuite en Syrie, a montré les limites des puissances occidentales. Non seulement, elles ont perdu l’initiative mais elles sont en recul. Peut-on s’étonner, c’était prévisible, comme ce qui s’est passé entre la première moitié du XXème siècle et la deuxième moitié du XXème siècle avec la fin de la colonisation, se passe aujourd’hui entre le XXème siècle et le XXIème siècle avec la fin de l’hégémonie occidentale qui s’annonce aujourd’hui.

 

Le monde a encore changé, le monde est aujourd’hui interconnecté, tout le monde est informé via le WEB. Le monde devient de plus en plus transparent. Le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi le 2 octobre 2018 par les services saoudiens est connu aujourd’hui du monde entier. L'exploit chinois d'alunissage sur la face cachée de la Lune le 3 janvier 2019, a été une première mondiale, l’information est à la portée de tous les internautes du monde.

 

Donc, qu’en est-il pour le monde arabe ? En particulier pour l’Algérie qui occupe une place importante dans ce monde. Il est évident que le monde arabe est en train de changer, et il va changer, parce qu’il ne se commande pas, il doit suivre la marche de l’histoire. Et aujourd’hui, à son instar, l’Algérie est arrivée à une fin de cycle. Et malgré que globalement la situation n’a pas changé, et ce depuis l’indépendance. Évidemment il existe toujours cette revendication de légitimité révolutionnaire pour les tenants du pouvoir, mais elle est en fin de parcours, elle ne peut pas rester éternellement. Le monde avance, si l’Algérie n’avance pas, les forces de l’histoire la feront avancer. Et les forces de l’histoire peuvent être redoutables.

 

Certes, le système continuera de gouverner, et combien même il allèguera qu'il s'agit de sécuriser le pays, et donc le système ne change pas, sauf que la conjoncture a évolué et le système a trouvé l'idéologie fondatrice « la sécurité du pays », que les décideurs post-indépendance ont toujours mise en avant pour se légitimer. Cette idéologie tient tant que l’impérialisme d’antan, du temps de feu Houari Boumediene, qui s’est drapé d’un nouvel habit en « instrumentalisant la subversion terroriste islamique » contre les peuples arabes, tient. Mais le problème est qu’il y a une rupture de l’impérialisme qui se précise. La menace extérieure dans ce monde tend à se transformer en menace intérieure. En clair, les peuples sont en train de prendre de plus en plus conscience d’eux-mêmes, de leurs droits légitimes.

 

Cependant, tant que les peuples arabes n’ont pas été confrontés à une situation historique extrême qui les oblige à changer, à se transformer, pour prendre en main leur destin, à l’instar des autres peuples avant eux – des anciennes monarchies européennes de droit divin qui ont été renversées –, ils continueront à accepter leur statut de sujets des monarques. Mais précisément l’histoire du monde est en marche, et ce qui est préservé et soutenu par les monarques arabes qui sont solidaires entre eux et s’entraident pour se maintenir au pouvoir, et soutenu par les puissances occidentales qui ont fait un marché avec eux, est en train de vaciller, à voir seulement le bourbier yéménite pratiquement sans issue et la sortie de crise en cours de la Syrie au détriment des plans européo-étasuniens et leurs alliés arabes. Et ce sont les aléas de l’histoire qui ne sont pas acquis aux monarchies arabes qui laissent ouvertes les portes du changement, les portes de l’émancipation des peuples. 

 

Les peuples arabes acceptent leur situation tant que les systèmes politiques qui les gouvernent sont opérants, et assurent la paix et la sécurité à leur existence. Et le problème pour les gouvernants est que de plus en plus les peuples arabes se réveillent, et ils l’ont démontré en 2011 avec le Printemps arabe. On dit que ce Printemps arabe s’est transformé en hiver. Mais, après un hiver, peut survenir un autre Printemps. Le monde humain qu’il soit arabe, français, chinois, évolue avec l’histoire. Il suffit de voir le mouvement du Printemps arabe en 2011, suivi du mouvement des Indignés en Occident et, aujourd’hui, les Gilets jaunes en France. Les guerres civiles qui se jouent encore au Yémen, et dans d’autres pays, et ces événements ne préfigurent rien de bon pour les régimes politiques qui gouvernent les pays arabes.

 

C’est un problème aujourd’hui civilisationnel et à l’échelle mondiale. Donc tous les systèmes qu’ils soient monarchiques de droit divin, de droit héréditaire, républicains n’est opérant que s’ils assurent un minimum de sécurité à leurs peuples. Ce qui signifie qu’ils ne sont pas à l’abri d’éclatement. Tant que le potentiel de « résilience de gouvernance », c’est-à-dire la capacité à répondre aux besoins élémentaires d’un peuple, est suffisant, ces systèmes tiennent.

 

Aussi pour les nouveaux développements d’aujourd’hui, l’Algérie, par exemple, est un « phare » pour le monde arabe. Elle a devancé, dans un certain sens, les autres pays arabes, dans ses avancées démocratiques qu’elles soient d’ordre politique, le multipartisme, ou d’ordre médiatique, la liberté d’expression. Les partis de l'opposition en Algérie sont de moins en moins une caisse de résonance pour légitimer le système politique. Ils revendiquent réellement la démocratisation de la vie politique et l’alternance au pouvoir. Certes, tout est loin d’être acquis, il reste beaucoup à faire, cependant il y a beaucoup d’espoir dans ses avancées démocratiques. Il ne peut être autrement, c’est « une loi naturelle du progrès  » qui régit les peuples du monde, où qu’ils soient et quels qu’ils soient. « L’Algérie tôt ou tard sera au Maghreb ce que l’Allemagne est pour l’Europe.  » Ce n’est pas qu’elle le veuille, ou qu’elle le vise, c’est sa place dans l’histoire et la géographie qui la choisira.

 

Le monde arabe se dirige dans les années ou décennies à venir, vers la constitution de grands ensembles régionaux, il ne peut faire autrement. La conjoncture économique mondiale va certainement être plus difficile, elle a décéléré depuis 2014, et elle continuera du fait du repli des pays occidentaux face à la Chine. Sans unir leurs forces, les pays arabes resteront des « pays-pantins » dans les stratégies des grandes puissances. Cette dissémination de forces vives n’est pas rentable pour les peuples, ce qui explique les crises et les guerres en cascade dans le monde arabe, et leur retard manifeste dans le développement. Et les nomenklaturas arabes sans contre-pouvoirs, sans réelle démocratie, qui profitent des systèmes dans cette décadence.

 

Il est évident pour que les systèmes absolutistes monarchiques ou autoritaires républicains mutent, il faut pour cela que de grands événements fassent irruption, et changeront l'ordre politique mondial, ce qui infèrera sur les systèmes politiques absolutistes de bon nombre de pays arabes ou des républiques autoritaires arabes. Ni !! les systèmes absolutistes arabes ni les systèmes autoritaires arabes ne pourront fonctionner indéfiniment, ils ne relèvent que d’un stade de l’histoire, qui est « transitoire ». L’humanité n’est pas une entité figée, elle n’a pas été créé pour rester telle quelle. Le Tout puissant a créé une humanité qui doit se développer et grandir et c’est ce qu’elle fait, et que montrent les différents stades de son développement dans l’histoire. Donc il y a une dynamique historique en marche dans l’agencement du monde.

 

Beaucoup en Occident ou chez ceux qui n’aiment pas l’Algérie, parce qu’elle constitue un « grain de sable » dans leurs plans de domination, affirment ou espèrent que l’Algérie subira ce qu’a subi la Syrie depuis 2011. Ces fous de la pensée font rire tant ils sont aux antipodes de la réalité du monde. Tout le monde a compris que c’est fini pour l’impérialisme occidental, il n’est pas seulement en recul, il est sur la défensive d’être dépassé. Le président Donald Trump l’a lui-même expliqué dans son retrait de la Syrie. Il faut être réaliste, dit-il, sa décision n’est pas seulement sa décision propre, ni la décision de ses conseillers, et on sait très bien qu’il n’est pas un Néron pour mettre le feu à Rome. Il écoute, il réfléchit à toutes les voies possibles à la stratégie américaine de continuer ou de sortir des conflits où il a plus à perdre qu’à gagner. Mais l’histoire est là, elle est sans appel, il a perdu dans son aventure impérialiste dans le monde arabe. L’Amérique comme l’Europe sont dépassées par les forces du changement. Le vent du changement est aujourd’hui réellement contraire à l’Occident. Ce n’est pas une abdication de l’Occident, c’est une réalité de recul historique, de dépassement par de nouvelles forces comme la décolonisation a mis fin à l’ère coloniale. Mais cela ne signifie pas une négation, « quitter des espaces indues » dont on n’a pas droit. L’Occident n’a-t-il pas rayonné après la décolonisation ? Le monde tout simplement se dirige vers un monde plus juste.

 

Et ce qui se passe pour l’Occident se passe aussi pour l’Algérie. Elle aussi se trouve à une fin de cycle. Elle doit avancer et faire sa mue. Elle doit réussir son dépassement vers une économie moderne, c’est cela l’enjeu. Et une chute des cours pétroliers, c’est aussi une « négation positive » pour l’Algérie. Jusqu’à quand doit-elle traîner ce boulet pétrolier qui ne lui donne que pour survivre, construire, certes, consommer, s’enrichir, mais ne pas s’enrichir avec une économie compétitive, ne pas compter comme les nations compétitives et toujours à la remorque des hydrocarbures. L’Algérie nolens volens doit faire comme les dragons, les tigres asiatiques. Cela prendra du temps, mais elle est en fin de cycle comme les États-Unis, comme l’Occident tout entier est aussi en fin de cycle.

 

C’est ce que l’on doit comprendre. Et c’est ce qui est difficile à admettre. Pour le système occidental, comme pour le système politique algérien.

Prenons un exemple très simple de mutation du monde, l’histoire du Japon et de l’Allemagne. Tout dépassement de retard civilisationnel ne peut être que d’ordre historique et transcendantal dans la sphère même de l’évolution. Le Japon avec l’ère meiji s’est redressé au XIXème siècle alors que la puissance chinoise n’a pas pu et pourtant, par sa puissance, elle rayonnait sur l’Asie. Et cette puissance ne lui a servi à rien puisqu’elle fut dépassée. Et même, une région très importante de son territoire, la Mandchourie, fut colonisée. Le Japon, en réalité, s’érigeait en « grain de sable dans l’ordre colonial en Asie  », comme l’Allemagne s’érigeait en « grain de sable dans l’ordre de puissance en Europe ». Et cela relevait des « lois de la Nécessité » pour que l’histoire de l’humanité ne stagne pas dans un système colonial rétrograde pour tous les peuples colonisés et comme pour les peuples d’Europe qui sont une même humanité, et donc solidaire.

 

Et le même processus est en cours aujourd’hui, une mutation mondiale et des systèmes féodaux arabes qui rompront l’arrimage des peuples à cet ordre archaïque moyenâgeux moyen-oriental, et que le président américain, Donald Trump, se vante dans les médias que, sans la protection de États-Unis, ces monarchies du Golfe seraient renversées par leurs peuples. Et ce féodalisme arabe moyenâgeux infère sur les autres peuples arabes, et c’est là le dilemme dans le retard des peuples arabes. Et ces peuples ont montré lors du Printemps arabe qu’ils aspirent tous à la dignité, au travail, à une citoyenneté respectée. Certes, le Printemps arabe a été utilisé par l’Occident pour ses intérêts propres qui sont depuis toujours la mainmise sur le pétrole arabe et sur lequel est adossé le dollar américain, et indirectement l’euro, la livre sterling et le yen, quatre monnaies mondiales solidaires et mettant en coupe le monde. Sans le pétrole arabe et le dollar en tant que monnaie de facturation des transactions pétrolières, les États-Unis ne se seraient pas intéressés au monde arabe. Ni l’Europe ni le Japon. Il n’y aurait aucune utilité à tirer d’une mainmise sur ce monde, un monde presque comparable à l’Afrique subsaharienne.

 

Et si les systèmes monarchiques sont d’essence féodale depuis des siècles, les républiques arabes cherchent à lutter contre ce féodalisme rétrograde. Cela ne signifie pas que les républiques progressistes arabes issues de la décolonisation ne sont pas rétrogrades. Mais certainement beaucoup moins. Comme si Dieu les a mis dans cette situation, les républiques arabes dans une autre et l'Occident encore une autre. Les voies du Seigneur sont impénétrables. Cependant il y a l'«  espoir ». Et cet espoir, on ne doit pas le perdre. Parce que quelle que soit la situation de l’Algérie, comme du monde arabe, il y a le Tout puissant qui veille, en clair le « Vent absolu du changement », par où viennent les touts du monde. C’est ce Dieu, le Tout puissant qui programme la marche de l’histoire, qui programme le progrès du monde. L’homme croit trouver, mais c’est par l’esprit qui vient de Dieu et qui est mis en l’homme pour qu’il avance. Sans cet esprit, l’homme ne peut penser sa voie.

 

C’est cela que l’on doit comprendre, aucune nation ne commande son destin. Le XXIème siècle sera le siècle d’une seconde libération du monde arabe et de l’Afrique. Ce sera certainement une nouvelle naissance. Les Américains vont certainement se retirer du monde arabe, l’impérialisme américain, par ses défaites, a montré les limites de sa puissance. En clair, de plus en plus, il n’y a rien à gratter de ce monde. La Russie se déploie, mais c’est surtout la Chine et l’Inde dans quelques décennies qui relègueront l’Occident en deuxième puis en troisième position dans d’ordre de puissance. La pax americana va se terminer, c’est inéluctable. Pour ne prendre que le Japon ou Israël, Les prévisions tablent pour le Japon une population de 47 millions de Japonais à la fin du siècle contre 130 millions aujourd’hui.

 

Quant à Israël, c’est simple, voilà ce qu’écrit S. Daniel Abraham, fondateur et président du Center for Middle East Peace, Washington DC (Centre pour la paix au Moyen-Orient). « D’après le professeur Sergio Della Pergola de l’université hébraïque de Jérusalem, la population israélienne est aujourd’hui minoritaire en Cisjordanie, à Gaza et en Israël, tandis que la population arabe, déjà majoritaire de la Méditerranée au Jourdain, ne cessera d’augmenter car son taux de naissance est supérieur à celui des Israéliens. [...] Sans la conclusion d’un solide accord de paix, l’avenir d’Israël ne fait aucun doute. Les Palestiniens devenus majoritaires, exerceront une telle pression démographique, culturelle et sociale, que le gouvernement israélien se verra contraint de le leur donner le droit de vote. Le Hamas, qui aura alors obtenu la majorité absolue au Parlement, en prendra acte, donnant au pays le nom de Palestine. [...] L’État d’Israël, tel que nous le connaissons aujourd’hui, aura cessé d’existé. » (1)

 

Dans une autre analyse, Yoram Ettinger, ancien diplomate israélien, qui a étudié les statistiques palestiniennes depuis 2004, donne son point de vue sur le problème démographique en Israël : « Pourquoi les Palestiniens gonflent-ils leurs chiffres (démographiques) ? Pour Ettinger, ils le font dans le but de recevoir davantage d’aide de la communauté internationale ainsi qu’un important approvisionnement en eau de la part d’Israël. Mais surtout, les Palestiniens tentent d’effrayer les Israéliens avec « une bombe démographique à retardement ». Kobi Michael fait le même constat : « les Palestiniens ont un agenda politique et un objectif stratégique : imposer une solution à Israël en recrutant le soutien international par la délégitimation de l’Etat hébreu. »

 

Mais parmi les statisticiens israéliens, tous ne sont pas d’accord avec l’analyse d’Ettinger, et beaucoup contestent ses chiffres. Le professeur Arnon Soffer de l’université de Haïfa accuse à son tour Ettinger de ne pas fonder son travail sur des recherches académiques. Pour lui, les conclusions de l’ancien ambassadeur servent ses idéaux politiques. « Les habitants des implantations se confortent dans l’illusion qu’il n’y a pas de problèmes », mais s’il n’y a pas de séparation, prévient Soffer, « dans deux ou trois ans, les Palestiniens seront majoritaires ».

 

Le professeur Sergio Della Pergola, expert en démographie à l’Université hébraïque de Jérusalem, explique que « les données palestiniennes doivent être minutieusement examinées. Mais ce qui est incontestable, c’est que la population arabe grandit et continuera de le faire plus vite que la population juive. Pas besoin d’attendre les chiffres publiés par Ramallah pour le comprendre. » « Si l’objectif de l’Etat d’Israël est d’être l’Etat du peuple juif, et non un pays qui adopte une politique de discrimination contre les non-juifs, la seule voie possible est de ne pas intégrer des portions de territoire où les non-juifs sont majoritaires, sous la souveraineté de l’Etat. » » (2)

 

Ceci est révélateur du problème démographique en Israël. Le monde avance, et le gouvernement israélien ne peut arrêter la marche de l’histoire. Et les mutations démographiques concernent de nombreux pays dans le monde, dont l’Allemagne, l’Espagne, la Russie, les États-Unis, la France..., sinon comment comprendre ce phénomène migratoire qui a commencé en ce début de siècle et qui prend de l’ampleur ? Des prémices dues au vieillissement et à la dépopulation des pays riches ? Qu’en sera-t-il dans 50 ans ? Dans 80 ans ? Et les années passent très vite sans que l’on se rende compte.

 

Cela est en lien avec la fin d’un cycle de l’histoire de l’humanité qui touchera tous les domaines, de l’économique, passant par le financier et monétaire, au démographique et évidemment la bonne gouvernance, c’est-à-dire la démocratisation des régimes monarchiques et républicains autoritaires arabes. Pour le monétaire, après la chine et son yuan dans le panier des cinq grandes monnaies mondiales, de nombreux postulants parmi les autres grandes puissances pourraient intégrer leurs monnaies dans le panier qu’utilise le FMI pour déterminer la valeur des droits de tirages spéciaux (DTS).

 

D’autre part, le brassage de races va s’accentuer dans les pays riches dont le taux de natalité est très bas. Le revers de la médaille pour les pays trop riches, trop ordonnés, trop policés. Comme la Chine s’est développée, d’autres mondes en retard se développeront inéluctablement. Les années et décennies à venir seront déterminantes, elles marqueront la « fin d’un cycle historique ». Une chose est certaine, le XXIème siècle ne ressemblera pas au XXème siècle comme le XIXème siècle ne ressemble pas au XXème siècle.

 

« Une loi de la nature, et cela conforte l’« espoir » pour tous les peuples riches ou pauvres. Un mouvement irréversible de changement, d’un monde toujours neuf suivant une « loi positive dans le développement ». Et cela ne peut être autrement pour l’« humanité ». C’est le sens même de son existence, de « progresser » qui s’inscrit dans sa raison d’être sur terre.

 

Medjdoub Hamed
Chercheur spécialisé en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective
www.sens-du-monde.com

 

Notes :

1. «  L’Algérie et le monde arabe face au « Vent absolu du changement » », par Medjdoub Hamed Le 10 janvier 2019
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-algerie-et-le-monde-arabe-face-211490

2. «  Tribune – Israël disparaîtra sans le moindre coup de feu  », par La Revue N° 29. Février 2013

3. «  La guerre des chiffres aura-t-elle lieu ?  », par le journal israélien, The Jerusalem Post. Le 11 février 2015
https://www.jpost.com/Edition-fran%C3%A7aise/Social-Eco/La-guerre-des-chiffres-aura-t-elle-lieu-390703

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • hyperclient 16 janvier 13:11

    à mon sens l’occident reste la boussole de ce monde 


    • Hamed 16 janvier 13:51

      A mon sens, l’Europe, en passant par toutes les guerres internes et externes, en colonisant le monde, en peuplant et créant de grandes nations, s’est érigé en « mère des nations modernes ». Un destin qu’aucune nation, aucun peuple au monde n’a eu, et cela relève aussi de sa place dans la planisphère.

      On peut sans l’ombre d’un doute dire que l’Europe est à la fois le centre et la boussole du monde. A voir encore ce miracle des « Gilets jaunes », au centre de l’Europe, la France. Un exemple pour les peuples d’influer sur leur destin. Et pacifiquement, malgré les dépassements.


      • Alren Alren 18 janvier 16:58

        @Hamed

        Sauf que la guerre d’abord en Irak, ensuite en Syrie, a montré les limites des puissances occidentales. Non seulement, elles ont perdu l’initiative mais elles sont en recul.


        Si c’était le cas, cela voudrait dire que les forces occidentales ont été vaincues par les forces « musulmanes », pour simplifier. Ce n’est pas le cas. Les USA faisaient preuve de duplicité en Irak et en Syrie, où ils intervenaient soi-disant pour lutter contre l’islamisme, en fait aidant les terroristes à instituer le chaos dans le cadre de la guerre du pétrole et concomitamment la guerre de la monnaie mondiale.

        Les Russes avaient les intérêts contraires et ils ont frappé, eux, énergiquement les terroristes, ce que les USA et leurs féaux ne pouvaient leur reprocher. Du coup en Syrie, ces derniers se sont trouvés en difficulté et, faisant la balance coût-bénéfice de leur maintien, ils ont décidé de se retirer, vaincus ainsi indirectement par les Russes. Lesquels sont des Européens, des « Occidentaux », on a tendance à l’oublier.


        L’exploit chinois d’alunissage sur la face cachée de la Lune le 3 janvier 2019, a été une première mondiale, l’information est à la portée de tous les internautes du monde.


        Désolé de vous contredire mais ce n’est pas un exploit comparé à l’atterrissage d’un module sur une comète, le déploiement d’un fragile sismomètre sur Mars où la photographie d’Ultima Thulé.

        Sur le plan de l’astronautique et de l’aéronautique - deux domaines où l’inventivité bouillonne actuellement en Occident - la Chine est encore loin derrière et pour longtemps.

        En fait la Chine se trouve dans la situation du Japon des années 60-90 : elle copie, elle espionne l’Occident mais n’a jamais d’idée neuve. Son truc est qu’elle vend moins cher, souvent en sacrifiant la qualité et l’environnement.

        N’oublions pas que les Russes ont posé le Lunokhod, un engin inhabité, sur la Lune dès 1969, il y a quarante ans !


        « L’Algérie tôt ou tard sera au Maghreb ce que l’Allemagne est pour l’Europe. » Ce n’est pas qu’elle le veuille, ou qu’elle le vise, c’est sa place dans l’histoire et la géographie qui la choisira.


        Où avez-vous vu qu’il y a des « places » dans l’histoire ?

        On aurait pu dire au XVIème siècle que la place dans l’histoire de l’Espagne était d’être dominante en Europe éternellement. Au XIXème siècle, c’était le « pays endormi ».

        Qui aurait pu prévoir que l’empire turc, la Sublime Porte, ou bien l’Autriche-Hongrie deviendraient ces pays seconds qu’ils sont aujourd’hui ?

        L’Algérie ne peut devenir un pays « phare » attirant les immigrés arabophones que si elle prend ses distances avec l’islam, ce boulet intellectuel, qu’elle se laïcise notamment à propos du statut des femmes (le fameux code de la famille) et si elle se débarrasse de ses dirigeants corrompus.

        Il faudra aussi qu’elle abandonne son désir de revanche contre la France. Mais qu’elle cherche au contraire un rapprochement auprès d’elle en conservant cet avantage de la francophonie.



      • poil meslier 16 janvier 15:31

        à Hamed , vous oubliez une chose fondamentale que c’est le charbon puis le pétrole qui a permis le développement de ce monde depuis le XIXeme siècle et qu’à la fin du XXIeme siècle il n’y en aura plus .

        Donc le monde va rétrograder et revenir à des formes antérieures .


        • HELIOS HELIOS 16 janvier 17:43

          ... il est évident que...

          L’évidence est loin d’être là où vous la placez.

          N’ayant pas, et de loin, votre expertise, je reste sceptique sur vos interprétations.

          Puisque vous parlez de l’Algerie, je pense qu’elle a raté, pour diverses raisons  dont Boumedienne  l’opportunité de devenir un pays moderne qui aurait pu tirer toute l’Afrique du nord et en faire, peut-être avec la Lybie un bloc continental significatif. 

          La décolonisation qui fût une période clef, a été gâchée par un orgueil de quelques uns : le pays avait le pain, le couteau et le beurre mais a été incapable de faire la tartine !.. On peut même voir que cela continue en regardant seulement comment l’état traite les aides de la commission européenne depuis sa candidature à l’OMC.

          Au delà de cela, vous voyez le monde en plein bouleversement, certes, mais ne rêvez pas, sauf catastrophe, les riches resteront riches et les pauvres, comme d’habitude resteront pauvres. Dans le cas de l’Algérie, encore et toujours (voir le paragraphe ci-dessus) à la remorque de l’Europe et surtout de la France, ce sont les « élites » qui profiteront alors que le peuple devra continuer de passer la frontière illégalement pour se faire soigner :

          Ce n’est pas l’adaptation a un monde nouveau qui va rabaisser les pouvoirs en places partout sur la planète, du moins pas encore, mais ce seront des catastrophes... et c’est tres aléatoire !!!

          Pour le reste, Israel, je ne sais pas, mais je doute de vos espoirs, comme de vos interprétations...

          Bien à vous.


          • Hamed 16 janvier 20:07

            @HELIOS 


            Merci pour le post. C’est tout à fait normal que vous doutez. Mais si vous regardez l’évolution de l’humanité, depuis seulement 105 ans, st supposiez que vous étiez à cette époque, en 1914, auriez-vous pensé que « la Première Guerre mondiale serait une catastrophe pour l’Europe, et suivie d’une Deuxième Guerre mondiale. De l’Allemagne ennemie à l’Allemagne et la France au centre du destin de l’Europe, aujourd’hui. »


            Vous êtes soixant’huitard, donc aviez vécu 1968 à Saint-Michel, les journées qui ont amené ensuite la paralysie de toute la France, et vous n’auriez jamais pensé que le monde allait être « branché ». Que l’URSS allait disparaître, et nous sommes qu’au début des grandes mutations à venir.

             

            Non la colonisation n’a pas été le pain, le couteau et le beurre, et l’Europe non pas qu’elle était incapable de faire la tartine, mais simplement ne pouvait pas pour la simple raison que si elle lui a été donné de coloniser, en fait elle ne savait pas qu’elle a été ce « ferment » grâce auquel les autres peuples qui étaient engourdis par le poids des siècles ont pu se réveiller, comme s’était réveillé avant eux l’Europe. « L’Europe en cherchant à prendre et elle a pris, les autres peuples en ont pris d’elle aussi. » Et personne n’y peut, cela a été une marche « fatale » de l’histoire. Mais relevant aussi d’une loi du progrès, qui ne relève que de ce qui nous transcende, dont nous ne pourrons connaître qu’en interrogeant les siècles et leur contenu, qui eux seuls peuvent nous répondre. Et il faut encore accepter leurs réponses, ce qui n’est pas dit.

             

            Quant à l’Algérie, oui c’est vrai, elle a raté pour diverses raisons, mais c’est aussi un stade historique nécessaire qui a fait qu’elle devait rater, comme les événements de 1968 devaient survenir en France, comme De Gaule devait être rappelé en 1958 pour diriger la France. Donc l’histoire du monde est un tout.

             

            Pour Israël, ce qui se passe aujourd’hui et ce qui viendra demain seront deux histoires complètement différentes. Il est certain qu’Israël aura besoin des Palestiniens pour survivre et les Palestiniens des Israéliens pour avancer dans la marche de l’histoire. En clair, tout ce qui s’est joué et se joue aujourd’hui sera oublié, comme la France a oublié ses déboires avec l’Allemagne depuis 1870. Le sang a beaucoup coulé, mais c’était des stades nécessaires comme si la naissance devait nécessairement se faire dans la douleur. Et plus la douleur est forte et plus le lien est fort.


            Bien à vous aussi.


          • OMAR 16 janvier 20:23

            Omar9
            .
            Tiens, @HELIOS
            .
            Pour une rare fois, j’adhère totalement à votre commentaire.....


          • JPCiron JPCiron 16 janvier 20:12

            Merci pour cet excellent Article.

            .

            Pour ce qui est d’Israël et de la potentielle « une bombe démographique à retardement » Palestinienne, il y a plusieurs écoles, comme vous le signalez justement.

            .

            La Vision du Président Israélien Reuven Rivlin est d’assurer le futur de l’Etat Refuge Juif par la protection de la bonne entente reconstruite entre les différentes « Tribus » à l’intérieur d’Israel, et par aussi une bonne intégration du peuple d’Israel avec les peuples voisins.

            https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/israel-en-danger-206669

            L’Etat Refuge, c’était la Déclaration Balfour et la Résolution de l’ONU de 1947 pour créer deux Etats : un Etat dit « Arabe » et un Etat dit « Juif ». C’était aussi le texte de la Déclaration d’Indépendance d’Israel de 1948 (garantie d’aucune discrimination et respect des résolutions de l’ONU)

            .

            Par contre, l’équipe de la clique Netanyahu considère nécessaire et conforme à leurs Valeurs d’étendre la Colonisation (Loi Etat-Nation).

            Les populations « excédentaires » pourraient (moyennant finance) être absorbées dans les pays voisins et perdre leur statut de réfugiés.

            Ce qui permettrait de maintenir l’esprit de l’Etat Ethnique (Etat Juif) du Jourdain à la Mer en refusant les Droits Nationaux aux « Arabes » et en maintenant les quelques 65 lois qui discriminent directement ou indirectement contre les Palestiniens (Discriminatory Laws Database :  https://www.adalah.org/en/content/view/7771 )

            .

            Noublions pas non plus que la Vision de Theodor Herzl était clairement un Grand Israel allant du Nil à l’Euphrate. Et cette Vision n’est pas morte, loin de là. Elle a beaucoup d’Adeptes, même aux USA... ce qui ouvre des perspectives...





            • Jonas 17 janvier 00:06

              @JPCiron
              Bonsoir ,
              En ce qui concerne la démographie , l’Afrique en 2050 , aura 2,5 milliards de personnes. Comme dans les pays Arabes , dans des sociétés ou des générations de plus en plus se succèdent , les logements, les routes, les écoles , les universités , les hôpitaux etc seront submergés . et quelle que soit la croissance de ces pays et quelles que soient les avancées , elles seront absorbées par la démographie. Les premières préoccupations des responsables de ces pays sont la stabilisation de leurs compatriotes dans le pays en leur donnant, l’espoir d’un avenir meilleur, comme le font la Chine et l’Inde même dépourvues de ressource naturelles. Aucun pays n’acceptera sans son consentement les flux migratoires incontrôlés., les peuples se réveillent. La démographie galopante est d’abord un danger pour ces pays, et leurs dirigeants car devant la révolution numérique et la robotique, les Etats-Unis et les pays occidentaux videront les meilleurs éléments de ces pays. Des dizaines de milliers d’algériens, Tunisiens, Marocains, Egyptiens , Libyens Irakiens , Ghanéens, etc se bousculent pour la « Grenn Card Lottery » 
               
              Comme Ahmed , vous avez des problèmes avec les faits historiques. La Palestine mandataire n’a jamais été un Etat, mais une région , comprenant la Transjordanie (Jordanie actuelle) d’une superficie de 120 466 km2. Les Britanniques ont offert , comme lot de consolation pour la perte des lieux saints , aux Hashimites, un territoire de 89 210 km2, afin de créer un Etat , celui-ci se nommera Transjordanie. 
              La Déclaration Balfour est de 1916, stipulant un foyer national juif, pas un Etat. L’Etat a été obtenu, non pas en combattant, les palestiniens , ni les pays Arabes , mais les Anglais, qui étaient obligés de plier bagages et de remettre leur mandat aux Nations -Unie. qui adoptent le 29 novembre 1947, un plan de partage, suivant la Résolution 181. , que vous pouvez retrouver sur n’importe quel support. Que dit cette Résolution 181 ?
              Un Etat Juif 
              Un Etat Arabe( non palestinien , lisez bien la Résolution) 
              Un Corpus séparatum pour Jérusalem.

              Les responsables Israéliens ont accepté le partage , pas les Etats Arabes. Les Palestiniens n’avaient pas droit au chapitre. 
              Le 14 mai 1948, date du départ officiel du dernier soldat britannique , Ben Gourion , proclame l’Etat d’Israël, et immédiatement 5, pays arabes se lancent contre le jeune Etat. Le journal Le Monde du 16/17 mai 1948, sous le numéro 1027, titre 
              « L’invasion arabe » est précédée du bombardement de Tel-Aviv. et les armées Arabes avancent contre le jeune Etat, Les Armées syro-libanaises par le nord, la Légion arabe et l’armée irakienne par l’est, et l’armée égyptienne par le sud. Où sont les palestiniens ? Je rappelle , que dès l’armistice de 1949, l’Egypte s’est accaparée de Gaza et la Transjordanie devenue Jordanie en I950 , a tout simplement annexé , la Cisjordanie et Jérusalem-est, et de 1949, à la guerre de 1967, ces deux pays Arabo-musulmans , ni la Ligue Arabe, n’ont pensé de créer un Etat palestinien. Pourquoi ? 


            • Jonas 16 janvier 22:14

              Mon cher Ahmed , (1)

              Vous êtes un adepte de la méthode Coué , certes elle peut être un stimulant pour un individu , mais pas pour un pays , encore moins pour plusieurs pays représentant , 500 millions et 1500 millions d’individus. 

              L’Algérie est un beau et grand pays , mais hélas , c’est un pays qui dès le début est mal dirigé. Tous les gouvernements successifs , n’ont jamais été à la hauteur de l’espérance mise en eux. Ils utilisent , le passé colonial l’impérialisme le sionisme pour cacher leurs échecs. patents. L’Algérie est un pays riche, avec des habitants pauvres, par la faute des gouvernants. 

              Vous écrivez avec juste raison , que le monde est interconnecté , qu’a travers le WEB on peut être au courant instantanément d’un fait et le vérifier sur plusieurs supports disponibles. 

              Mais pourquoi ce beau principe , vous ne vous l’appliquez pas ? Voici quelques faits qui viennent contredire ce que vous écrivez . 

              Votre pays l’Algérie dans les années noires de 1990 , la guerre civile , n’a été fomentée par aucune main invisible , les 200 000 morts sans parler des dizaines de milliers de personnes blessés et de disparus sont malheureusement dus a une confrontation entre , les deux seules organisations structurées dans les pays arabo-musulmans , l’armée et les islamistes. 

              En Irak , vous avez raison , oui , c’est l’intervention criminelle de Bush qui a provoqué , la situation actuelle de ce pays. Même si le dictateur Saddam Hussein minoritaire en tant que sunnite dans un pays à majorité chiite , a en 30 ans de règne massacré plus de 600 000 personnes , sans compter , le déclenchement de sa guerre contre l’Iran, avec 1 million de mort et l’invasion du Koweït. La guerre de l’Irak provoquée par Saddam Hussein a été financée par l’Arabie saoudite et les Emirats du Golfe, parce que l’irak, était le rempart contre l’expansion du chiisme. Depuis Ali, neveu et gendre du prophète il y a toujours eu entre les deux confessions principales de l’islam une guerre de légitimé. 

              Pour la Libye , il me semble , que vous arrangez l’histoire a votre convenance. Vous oubliez que la résolution 1973, a été l’oeuvre de la France , la Grande-Bretagne et la Ligue Arabe , représentée par le Liban. Le New Times «  Réticente dans un premier temps , l’administration américaine a fini par apporter son soutien après la demande formulée par les pays arabes. La Chine a également clairement indiqué avoir renoncé à bloquer la résolution du fait de la position de la Ligue Arabe et de l’Union africaine »( Cinq pays se sont abstenus , Allemagne, Brésil, Chine, Russie et Inde)

              Pour la Syrie , contrairement a ce que vous avancez. Le départ de la révolte était pacifique et aucun pays étranger ne s’est immiscé. La preuve pour calmer , les jeunes , le gouvernement de Bachar Al-Assad, met fin à l’état d’urgence en place depuis 1963 ( Ahmed depuis 1963 !) et libère 260 prisonnier politiques. Mais tout cela n’a pas apaisé les manifestants , puisque dans la ville de Deraa, ils ont balancé la statue de Hafez-Al-Assad. Ce qui a augmenté la révolte , c’est la torture , suivi de la mort du petit Hamza , un enfant de 13 ans. Relisez , ce que le druze Joumbatt a déclaré après sa visite a Bachar Al-Assad au sujet du petit Hamza. 

               Avant que la guerre civile syrienne ne tourne en cette terrible tragédie, et que les djihadistes ces assassins criminels ne rentrent en jeu. Madame Bousseïna Chaabane , porte -parole et conseillère de Bachar Al-Assad , accuse : « Certains réfugiés palestiniens du camp de Ramel ( proche de Lattaqié) d’avoir voulu créer la fitna en tirant sur les manifestants afin de faire monter la tension entre eux . » ( 28 mars 2011). Après, bien après , les massacres du dictateur à l’encontre de son peuple , les pays occidentaux viennent avec le grigri des droits de l’homme , le respect de la vie humaine etc vouloir imposer a coups de discours ces concepts qui n ’ont aucune valeur dans cette région.

              Je vous rappelle , que c’est votre compatriote LAKHDAR BRAHIMI, envoyé spécial de l’ONU et de la Ligue Arabe , devant les horreurs de la guerre civile, qui a réclamé plus de pression de l’ONU, sur la Syrie et que Bachar Al-Assad a perdu sa légitimé. ( mardi 29 janvier 2013 , devant le Conseil de sécurité). 

               


              • Hamed 17 janvier 01:30

                @Jonas

                Bonjour Jonas,

                Il ne faut pas tirer des plans sur la comète. Je crois que vous n’avez pas compris mon analyse. Moi, je me projette sur le futur du monde, et vous Jonas, vous tournez sur place ou sur l’histoire passée. Ce qui est différent, one peut comprendre le monde, a fortiori Israël, et je crois c’est le pays que vous avez le plus à cœur, et c’est légitime, je suppose, par votre appartenance.

                Donc tout ce que vous m’écrivez est déjà, si vous voulez, « historicisé » dans mon approche holistique, car seule une vision historique globale, découpée et reliée aux événements les uns aux autres, permet de comprendre la marche verticale de l’histoire.

                L’horizontalité de l’histoire, ce sont tous ces événements que vous invoquez mais exhaustivement ils sont loin de suffire parce qu’il faut encore les lier à d’autres facteurs et aux intentions des puissances, parties prenantes dans les conflits au Moyen-Orient.

                Précisément, je ne sais si vous allez comprendre ma pensée, c’est qu’au-dessus de cette horizontalité de l’histoire ressort la verticalité de la marche temporelle du monde. Pour comprendre, prenez, par exemple, l’Arabie saoudite et Israël, les événements qui les touchent, y compris leurs adversaires, l’Iran, la Syrie, et autres pays concernés et les guerres civiles ou non, passées et présentes, ont un sens dans cette verticalité.

                 En clair, elles travaillent pour une finalité que vous Jonas ne voyez pas. Comme l’exemple que j’ai donné, les confits et les guerres qui ont opposé la France à l’Allemagne depuis 1850 jusqu’au Deuxième Conflit mondial devaient avoir à la fin, une finalité qui est la « construction de l’Union européenne ». Tout a été fait pour cela. La même chose au Proche et au Moyen-Orient, viendra le temps où cette région perdra son caractère géostratégique. Et ce caractère est le « pétrole ».

                Si le pétrole perd son importance pour les grandes puissances, cette région perdra son importance. Conjugué à une baisse de la natalité, par exemple, Israël sera obligé d’entrer dans les rangs. Comme un simple pays du Moyen-Orient musulman. La guerre n’aura plus de sens. Israël sera un pays comme les autres, « une petite population qui devra obligatoirement intégrée le monde musulman ou disparaître.  » Non pas le peuple israélien, ce peuple sera absorbé par le monde proche et moyen-oriental.

                Il n’y a pas d’autre avenir. Israël n’intéresse le monde occidental que tant que le pétrole continue de peser dans les relations entre les grandes puissances. Donc Israël doit aujourd’hui intégré cette donne qui est aléatoire et risque de n’être plus durable. Auquel il faut ajouter la donne démographique qui lui est négative. 

                Donc vous voyez Jonas, la verticalité qui ressort n’est pas du tout ce qu’il faut attendre pour Israël, dans une ou deux voire trois décennies. Le monde va changer pour Israël, ce sera néanmoins une « négation positive ». Israël terminera pour de bon avec les conflits et les guerres. N’est-ce pas mieux la « paix » que vivre dans un état de guerre permanent et stressant pour Israël. Et c’est ce que j’appelle aussi la « verticalité » ou la « finalité de l’histoire » dans cette région complexe.

                Donc le problème n’est pas seulement démographique mais aussi géostratégique et géoéconomique. Et c’est ce qui va amener la paix à la région pour la simple raison que les rivalités vont cesser et probablement les peuples vont se rapprocher pour créer une complémentarité économique.

                En clair, la région après les changements opérés sera méconnaissable. Et pourquoi pas Créer une Union proche et moyen-orientale avec une monnaie commune et une banque centrale commune. Et Israël est très avancé sur ce plan. Que demanderont les peuples ? Le travail, la sécurité et la dignité dans la réussite de leurs vies.

                J’espère, Jonas, vous avoir fait entrevoir le monde demain pour cette partie du monde. enfin, ça vaut le coup de faire une étude anticipative de cette région. A voir ?


              • Jonas 17 janvier 08:51

                @Ahmed. 

                Que votre journée soit douce. 

                Je vous lis avec attention, et je trouve que vous êtes un peu rêveur. Moi aussi, il m’arrive de rêver , mais je le fais les yeux ouverts, afin que mon réveil ne me soit pas pénible. . 

                Je ne suis ni un futurologue ni un propectiviste , mais un simple quidam qui a les pieds sur terre , par ma profession , j’ai la chance , car c’est une grande chance de mettre rendu dans beaucoup de pays et je continue à le faire , notamment dans les pays arabo-musulmans et musulmans non arabes. Si, je parle de ces pays , ce n’est nullement , à travers les livres , ni les sites informatiques ni les réseaux sociaux. Je vois, la misère physique et morale, des femmes et des hommes , leurs souffrances et leurs espoirs comme leurs cochemars que sont leurs dirigeants. 

                Oui, j’ai une grande admiration pour les pays , qui ont recouvré , leur dignité souvent dans la douleur, et dans des territoires sans ressources naturelles, mais qui arrivent quant même à s’en sortir , grâce à la valeur de leurs femmes et hommes, leur savoir , le savoir-faire et leur éducation sans rechigner sur les efforts à accomplir. La Chine, l’Inde, la Corée du sud, HongKong, Singapour , Taïwan et bien sûr israël. Parce que ce petit pays malgré un entourage hostile qui lui livre une guerre permanente , avance et se place parmi les grandes nations dans la technologie NBIC ( nanotechnologie, biotechnologies, et sciences cognitives, l’augmentation des capacités humaines , la fusion de l’IA et les cerveaux. etc. ) Dès sa création, des pays , ayant de l’espace , des ressources naturelles , le nombre , cherchent à le détruire , pour des raisons d’abord religieuses et comme il n’ont pas réussi par ce biais , ils se sont jetés sur le soi-disant Etat palestinien. Alors qu’aucun pays arabo-musulmans de la région ne veut d’un Etat palestinien. 

                << 1948, depuis son exil au Caire , le grand mufti de Jérusalem ( nommé mufti par les britanniques NDLR) Amin al-Husayni propose la création d’un gouvernement Arabe en Palestine . L’Irak et la Transjordanie critiquent la proposition, et la Ligue Arabe refuse la constitution d’un gouvernement Palestinien en septembre 1947.Car les Etats Arabes ne souhaitent pas l’émergence d’un nouvel acteur qui contrecarrerait leurs stratégies divergentes. L’Egypte relance le projet en septembre 1948, avec le soutien de l’Arabie saoudite ( eh Ahmed , l’Arabie saoudite n’a jamais été l’amie d’Israël , c’est un Etat arabo-musulman wahhabite NDLR) à l’exception de la Transjordanie , décidée à s’imposée dans la région de Gaza . La personnalité trop clivante d’Amin al-Husayni , en raison de sa proximité avec Hitler est écartée.>> Jean-Claude Lescure , le conflit Israélo palestinien ,ed. Taillandier , 2018.

                Vous écrivez « Israël n’intéresse le monde occidental que tant que le pétrole continue de peser dans les relations internationales . » Mais Ahmed ce n’est pas Israël qui exporte 95% de pétrole , mais les pays Arabes dont l’Algérie votre pays. Que sont les pays Arabes sans le pétrole ? Dans quels domaines brillent-ils. Avec le pétrole de schiste , ce sont les américains qui sont aujourd’hui les plus gros producteurs, et les pays arabo-musulmans sont en difficultés économiques, sociales et politique ( a l’exception des confetti du Golfe) 

                Ahmed , vous êtes un intellectuel , un homme qui réfléchi , un homme intelligent . Vous parlez de la Palestine comme s’il n’y a pas 2 territoires, une crise du projet palestinien , comme s’il n’y a pas d’affrontements entre le Hamas et le Fatah, pour le contrôle de Gaza. Comme si la dislocation entre les deux factions ne s’accélère pas. Comme si le Hamas et le Fatah , ne divergent pas dans la définition de leurs politique. Comme si Mahmoud Abbas ,peut visiter Gaza , ou les dirigeants du Hama Ramallah.

                Si vous voyez le futur Moyen-Orient comme vous voyez un Etat palestinien , le pauvre Moyen-Orient à pour des siècles. Les difficultés que rencontre l’UE, malgré les avancés dans tous les domaines , doit normalement doucher votre optimisme. 

                On ne sera pas d’accord sur Israël , vous parler de ce pays comme le font les pays arabo-musulmans depuis sa création , en quoi cela a été un obstacle au développement d’Israël , dans divers domaines et en quoi cela a fait avancer les pays arabo-musulmans et la cause palestinienne ? Certains amis palestiniens reconnaissent sans le dire à visage découvert , que le refus du partage de la Palestine en 1947 , a été une erreur monstrueuse , que paye le peuple palestinien.  Voulez-vous que l’on aborde la situation de l’Algérie avant le 26 janvier 2019, sur le plan économique , social , politique, financier , développement et recherche etc. ? 

                 


                • Hamed 17 janvier 09:59

                  @Jonas

                  Je vous l’ai dit, vous e comprenez pas ma pensée. Vous êtes trop sur Ramallah, Gaza, la Cisjordanie, Tel-Aviv, etc. Vous êtes sur une histoire locale sans penser aux problèmes mondiaux qui vont inévitablement influer sur le onde arabe, et donc sur Israël. 

                  C’est une région très instable non pas depuis l’implantation d’Israël en Palestine, mais par les richesses pétrolières et l’impact qu’a le pétrole sur l’économie américaine, européenne et mondiale. La santé intrinsèque du dollar US dépend du pétrodollar.

                  Combien même n’aurait pas existé Israël dans cette région, la même situation aurait existé au Proche et Moyen-Orient. Israël n’est qu’un accident nécessaire de l’histoire. Aujourd’hui, la situation est négative certes, mais dans une décennie, deux peut-être, la situation sera meilleure dans cette région stratégique pour le monde.

                  Regardez le Brexit, les Européens n’arrivent pas à s’entendre. Pourquoi ? Problèmes économiques et financiers qui viennent en partie de cette région du monde. Le protectionnisme par Donald Trump contre la Chine également. Janet Yellen ou Mario Draghi, deux gouverneurs centraux qui mènent des quantitative easing depuis une décennie, depuis la crise de 2008, a été permis par la situation géostratégique du Moyen-Orient qui a un impact sur l’évolution économique mondiale. Toute la finance est liée indirectement à cette région du monde.

                  Vous e pourrez pas comprendre, je dirais même impossible si vous n’avez pas les données herméneutiques du problème économique, financier et monétaire mondiale.

                  Je ne suis pas un futurologue, un prospectiviste rêveur, je suis un prospectiviste froid prenant en compte toutes les données mondiales dans l’équation de l’avenir du monde de cette région centrale du monde, le P et M-O.

                  Pourquoi veut-on créer un GMO, c’est pour l’Occident d’avoir une mainmise sur ce monde qui est vitale non pour la domination occidentale mais pour s’éviter des Brexit, des scissions comme en Catalogne, ou simplement une diminution de la voilure de l’Occident avec la montée des émergents comme la Chine, l’Inde, la Russie, etc.

                  Voilà, Jonas, je ne eux vous faire comprendre l’évolution, elle n’a rien à voir avec ce que vous pensez. merci pour l’attention.


                • Jonas 17 janvier 12:51

                  @Hamed
                  J’aborde , Israël parce que , vous ne pouvez pas faire un article sans que ce pays ne soit mentionné ni rendu responsable de tous les maux de la situation des pays arabo-musulmans. Or ce pauvre pays , a déjà du mal à régler son conflit avec les palestiniens ? Comment peut-il aller s’occuper encore du Soudan, Somalie , Yemen, Irak, Syrie, Bahrein , Algérie, Maroc, Tunisie , Libye Iran, Turquie et autres ? 

                  Même les Etats-Unis , malgré leur puissance dans tous les domaines n’arrivent pas à imposer leurs politiques, ni la Chine, ni la Russie ni aucun pays au monde. Je suis d’accord avec vous le temps de la canonnière est révolu à jamais. 

                  Vous avez le droit de critiquez la politique d’Israël , parce que ce pays doit être soumis aux critiques comme toutes les démocraties mais il faut cessez de lui attribuer tous les maux et de le mettre à toutes les sauces. 

                  J’ai toujours , toujours désapprouvé , les interventions occidentales dans les pays arabo-musulmans et Africains. J’ai toujours condamné cet hubris, de vouloir transformer une région et de lui imposer la démocratie, sans tenir compte des peuples de leurs valeurs et leurs traditions. 

                  Je pense , que les pays du Maghreb et du Machrek, doivent s’occuper en premier lieu de leur pays et de leurs compatriotes, avant qu’ils ne rentrent dans des secousses beaucoup plus violentes. Que vous l’admettiez ou pas ?. Que vous le contestiez violemment, il reste que pour ces pays , l’armée reste un contre -pouvoir légitime, en attendant que l’éducation , la formation et la transformation fassent leurs effets. Il y a certains occidentaux et surtout parmi les intellectuels en chaise longue (G. Suffert) qui veulent mettre la charrue devant les boeufs et passer ainsi pour des grands progressistes. C’est la mode ! 
                   
                  Sans être Paco Rabane , vous écrivez , que l’Algérie deviendra l’équivalent de l’Allemagne. Bravo ! Comment l’Algérie , avec le FLN, peut sortir de la malédiction du pétrole ? Comment , vous qui croyez en Dieu, dont la bénédiction à doter l’Algérie d’un sous-sol riche en ressources , peut diversifier son économie ? Comment ce pays qui a été le grenier de l’empire romain peut devenir un pays de grandes capacités agricoles ? Comment l’Algérie ,peut conduire des réformes structurelles ? Comment lutter contre la corruption et le népotisme ? Comment peut -elle assainir ses finances ? Comment mettra -t-elle la remise en cause de tant de subventions qui bouffent une grande partie du budget sans créer des troubles etc. Et ce qui est valable pour l’Algérie l’ait pour beaucoup d’autres . 


                • Hamed 17 janvier 19:24

                  @Jonas

                  Vous n’êtes pas sérieux, Jonas. Ou vous faîtes le niais ou vous êtes réellement niais ? A moins que c’est de la « niaiserie qui veut tromper ». Allons avec votre « J’ai toujours, toujours désapprouvé, les interventions occidentales dans les pays arabo-musulmans et Africains. J’ai toujours condamné cet hubris, de vouloir transformer une région et de lui imposer la démocratie, sans tenir compte des peuples de leurs valeurs et leurs traditions. »

                  Comment pouvez-vous dire que les Occidentaux veulent imposer la démocratie au monde arabe ? Alors que ce n’est qu’une stratégie-prétexte de mettre la démocratie en avant pour mettre la main sur les gisements de pétrole. Les Occidentaux jouent-ils les samaritains pour démocratiser les Arabes ? Niaiserie pour ne pas dire stupidité.

                  Pour les pays du Maghreb et du Machrek, la crise qui va venir sera une secousse de grande ampleur. Je pense qu’elle rebattra les cartes de ces pays, et je pense dans le bon sens. Mais le monde entier ressentira la secousse. Ce sera une nouvelle distribution dans la carte économique mondiale, et « 

                  elle se fera dans la douleur.  »

                  Il y aura des changements incroyables. De toute façon, ce sera positif pour le monde musulman, et un réajustement réaliste pour l’Occident et bien sûr, l’accident de l’histoire, Israël. Et il y a de grandes chances que la question palestinienne sera en voie d’un accord avec Israël. D’autant plus que le temps de la canonnière est terminé pour de bon. Dès lors qu’il n’y a plus de guerre chaude et que de guerre économique tout azimut, le seul moyen de sortie est l’accord avec son adversaire pour économiser des forces dont le pays a besoin.

                  Les dépenses militaires seront certainement réduites au minimum. De même, pour les autres pays arabes. Le tout répressif sera improductif, et c’est pourquoi cette partie du monde qui a été très instable va se stabiliser par le progrès issu de la crise. C’est forcé, ce sont les problèmes économiques qui dicteront la marche pour ces pays. Et bien sûr le multilatéralisme économique.

                  La lutte contre la corruption, le clientélisme, etc., l’assainissement des finances et tant de mesures seront inscrites dans ce tournant de l’histoire qui est planétaire.

                  De même, les aides financières américaines pour Israël et l’Égypte risquent de n’être plus d’actualité. Les États-Unis auront de moins en moins d’intérêt pour cette région. Compte tenu d’une crise économique mondiale qui va venir et va durer.

                  Le monde va changer, l’ordre de puissance mondiale aussi. Et c’est sérieux ces prédictions. Israël changera par la force des choses, il n’aura plus la béquille américaine pour s’appuyer. Une seule sortie : « entrer dans les rangs des pays arabes ». Les Juifs ont voulu un État, et c’est naturel même s’ils l’ont pris par la force au détriment des Palestiniens. Cependant, ils doivent réparer leur erreur non pas en quittant la Palestine, c’est trop tard, mais de faire en sorte de changer de comportement et de s’associer sérieusement à résoudre sainement la crise israélo-palestinienne.

                  Évidemment, pour cela, il faut la secousse mondiale qui est en train de monter doucement mais sûrement.

                  Voilà, Jonas, le temps à venir dans quelques années, une décennie, ou plus.


                • Jonas 18 janvier 13:14

                  @Hamed
                  Pouvez-vous avoir la courtoisie de répondre a mon mail du 17 janvier de 12:51, concernant l’Algérie à la veille du 26 janvier , date qui clotûra , la liste des candidats de l’élection présidentielle, avec peut-être la candidature de monsieur Boutéflika , pour un cinquième mandat. 

                  Mes questions sont terre-à-terre et se rapportent à la politique économique sociale, et financière de votre pays. Je répondrai à votre dernier e-mail immédiatement après celui-ci. 

                  PS : Je suis un grand admirateur d’Israël. Et un passionné de la grande civilisation, et du peuple iranien. Je n’apprécie pas le régime des mollahs. 


                • Jonas 18 janvier 17:41

                  @Hamed
                  Rebonjour
                  Comme je vous l’ai écrit dans un de mes mails , je reconnais, ne pas avoir votre intelligence , ni votre puissance d’imagination dans la science-fiction concernant le monde arabo-musulman et musulman non-arabe futur.

                  Prenant seulement le Maghreb , faites fonctionnez en premier lieu , l’UMA ( Union Maghreb Arabe ), que la frontière entre le Maroc et l’Algérie soit ouverte que le problème du Sahara occidental trouve sa solution. Sans parler , , de la Libye qui est éclatée comme une grenade, de la situation économique de la Tunisie , du conflit au Mali, Niger, Tchad .( pour ne parler que des frontières autour de l’Algérie )

                  Le monde arabo-musulman ne trouvera un avenir de liberté , que s’il accepte , de déconstruire ses légendes , et ses mythes , et d’avoir le courage de regarder son passé en face. Ce monde a été colonialiste, esclavagiste . comme il doit reconnaître qu’il a été colonisé par les ottomans pendant 4 siècles sans rien tirer de bien de cette colonisation. Combien d’Algériens parlent et écrivent le turc ? Combien d’ingénieurs , de professeurs de médecine, de philosophes , d’écrivains etc issus de la colonisation ottomane ? 

                  Aucun pays ne joue les samaritains , sauf peut-être la Chine en Algérie , qui est le premier partenaire de ce pays. A part vendre du pétrole , je ne vois pas ce que l’Algérie , peut vendre de plus. Puisque les exportations de ce pays représentent 94,54 % il importe tout . En Algérie , ce sont les cours du pétrole dont dépend la stabilité sociale , ce sont les prix de ce produit qui permettent les subventions. Ce sont les prix du pétrole , qui placent l’Algérie comme acheteur important d’armement. Les Etats-Unis sont devenus , les premiers producteurs de pétrole et le monde arabo-musulman n’a plus le même intérêt qu’autrefois. Les pays qui ont encore besoin du monde du baril de pétrole sont la Chine et l’Inde . 

                  Comment , un homme , placez sur Sirius , qui voit tout qui , prévoit tout , ne jette pas un petit coup d’oeil discret , sur les classements mondiaux de l’Algérie ( cette Algérie , a qui vous prévoyez un destin égal a celui de l’Allemagne , un phare ) : Etat de droit, 111eme Facilité de démarrer une entreprise , 106 eme Indice global d’innovation ,108eme Transmission du savoir ,124eme -Stabilité et sécurité politique ,111eme, , T.I.C ( Technologies Information et Communication ) 113eme , je ne parle pas de la situation des universités etc. En plus l’Algérie est mieux placée , que certains pays arabo-musulmans ! 

                  Vous parlez beaucoup des palestiniens , qui n’ont jamais eu d’Etat , mais des Kurdes qui représentent plus de 35 millions de personnes , vous les oubliez , parce que ce sont 2 pays arabo-musulmans et 2 musulmans refusent de reconnaître leur existence en tant que peuple et leur autonomie. Que voyez pour les Kurdes de votre position de sphinx ? 

                  C’est tout a fait exacte, l’exil fut un accident historique pour les juifs , chassés de leur patrie. De cette terre , ( dont le Coran , votre livre saint parle , Sourate ,2, v,47-Ô fils d’Israël etc ) terre où est née leur langue , terre qu’ont foulée , leurs prophètes, des noms de ville , comme Jérusalem , Hébron, Bethléhem, etc y sont inscrits depuis des temps immémoriaux. Les palestiniens existent comme hommes et femmes , mais il n’y a jamais eu d’Etat Palestinien , jamais. Malgré votre capacité de voyance , vous serez incapable de me donner , l’époque,l’année et les noms des dirigeants palestiniens, a part le mufti nazi, Husseini, puis la ,nomination par Nasser ,Choukeyri, Arafat, et Mahmoud Abbas. La seule solution pour les Palestiniens est de créer une fédération , avec la Jordanie, dont la population est ente 65 à 70 % issue des palestiniens que leurs frères arabo-musulmans ont poussé a fuir. Quand vous parlez de l’Etat palestinien , je pense au Gondwana. Mais de quelle Palestine parlez vous, ? Celle des Frères musulmans du Hamas ? Celle de Ramallah ? 

                  La Palestine est un lieu géographique dont le Coran , votre livre saint ,ne parle pas ,comme il ne cite pas les noms des villes suivantes : Alger , Le Caire , Tunis, Rabat, Ryad, Manama,Amman, Ankara etc Pourquoi ? Parce que ces villes n’existent que depuis l’expansion des armées Arabes venues du désert lointain , avec le sabre d’une main et le Coran de l’autre. Rappelez-vous l’histoire des Amazighes , de la Kahina, qui s’est battue contre les troupes Arabes. Avant s’était le roi amazighe Massisina , étaient-ils des Arabes ? Etaient-ils des musulmans ? Non bien sur. 

                  @Ahmed , 900 000 juifs , installés dans les pays arabo-musulmans, bien avant l’expansion de l’islam ont été chassées pour la plupart par les régimes de ces pays et l’intolérance de leurs compatriotes. 50% sont en Israël , le restant ailleurs tous ont refait leur vie. Vous arabo-musulmans , vous parler beaucoup des palestiniens ,mais vous les parquez dans des camps insalubres, et vous êtes tellement généreux, que vous comptez sur les secours de l’ONU, et les discours dans les forums internationaux.

                  Ahmed , priez , pour que votre pays l’Algérie , ne subisse pas de secousses , lors de ces élections présidentielles, elle connaît dans sa chair , le prix des secousses
                   
                    


                • Hamed 18 janvier 20:48

                  @Jonas

                  Que vous dire Jonas ? Vous cherchez à apprendre de l’Algérie. Il n’y a pas de problème. 

                  Mais vous avez déjà une idée puisque vous me dîtes : «  Comment l’Algérie , avec le FLN, peut sortir de la malédiction du pétrole ? Comment , vous qui croyez en Dieu, dont la bénédiction à doter l’Algérie d’un sous-sol riche en ressources , peut diversifier son économie ? Comment ce pays qui a été le grenier de l’empire romain peut devenir un pays de grandes capacités agricoles ? Comment l’Algérie ,peut conduire des réformes structurelles ? Comment lutter contre la corruption et le népotisme ? Comment peut -elle assainir ses finances ? Comment mettra -t-elle la remise en cause de tant de subventions qui bouffent une grande partie du budget sans créer des troubles etc. Et ce qui est valable pour l’Algérie l’ait pour beaucoup d’autres . » 

                  Eh bien, dans toutes vos remarques qui sont très pertinentes, et il y a beaucoup d’interrogation, beaucoup de comment faire pour sortir de la dépendance du pétrole, comment diversifier l’économie algérienne, comment conduire les réformes structurelles, et tant d’autres questions, comment opérer le transfert technologique, etc.

                  Oui ce sont des questions très importantes, extrêmement sensibles.

                  Mais avant de vous répondre, interrogez-vous comment la Corée du Sud qui était un pays colonisée, il y a environ 70 ans, devenue indépendante en 1948, s’est trouvée propulsé au rang de 11ème puissance économique du monde, dépassant la Russie (ex-2ème puissance mondiale), l’Australie, l’Espagne, le Mexique, la Turquie et beaucoup d’autres. 

                  De même Israël, un Etat, parti de rien, d’un minuscule territoire prélevé sur des autochtones, peuplé de 9 millions d’habitants dont une partie importante arabe, une superficie d’environ 20 000 km2, se trouve propulsé 32ème puissance économique du monde, dépassant l’Afrique du Sud, le Pakistan, le Danemark, la Finlande, l’Egypte, et d’autres. 

                  La seule réponse que l’on peut donner à cette évolution qui surprend relève des « universaux » qui régissent le destin des peuples. Qui sont ces universaux ? Ils sont simplement ce qui les définit historiquement et géographiquement. En clair, c’est leur histoire et leur géographie qui parlent pour eux. On les devine 

                  Sur le plan de la réalité intrinsèque, c’est-à-dire physique, biologique, humaine, on peut dire que ce sont pas les peuples qui décident de leur ascension. Que ce soit sur le plan de la puissance économique mondiale ou autre. Il n’y a pas de peuple supérieur et de peuple inférieure, il n’y a que des peuples égaux, créés égaux. Si un peuple est plus avancé qu’un autre, cela relève de l’histoire et de la géographie.

                  On peut se poser des questions. Pourquoi la Corée du Nord n’a pas suivi sa moitié ? La réponse se trouve dans les deux universaux. Si le monde n’était pas bipolaire au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, si la Chine n’était pas communiste, il ne se serait rien passé de tel. La Corée serait restée une et indivisible. Sauf qu’il y avait au Sud de la Corée les USA, et au Nord de la Corée l’URSS et la Chine avec qui il y a avait des frontières. On comprend alors l’évolution qui a suivi. Il était impératif pour les USA de construire une Corée du Sud forte sur tous les plans pour éviter que le peuple sud-coréen penche pour la Chine et l’URSS. Ce qui explique l’ascension fulgurante de la Corée du Sud, qui était en réalité un rempart pour les Etats-Unis face aux deux grandes puissances adverses. 

                  On peut penser ce qui aurait pu arriver si la Corée du Sud serait restée solidaire avec la Corée du Nord. Perdant la Corée du Sud, le Japon suivra, et les USA n’auront de choix que de quitter l’Asie. Et pire encore une Asie communiste va s’étendre à l’Afrique, l’Europe....

                  Même situation pour Israël. si elle n’avait pas les Etats-Unis à ses côtés, il n’y aurait pas eu d’Etat d’Israël. S’il n’y avait pas eu de pétrole dans le monde arabe, une région comparable à l’Afrique subsaharienne, que le désert et la steppe, de rares zones rurales, qui va s’intéresser à la Palestine ? La diaspora juive n’aurait certainement pas opté de créer un Etat dans cette région, et aurait moyenné un accord vers un autre continent. 

                  Donc, Jonas, tout est lié à l’histoire et la géographie, ce sont ces universaux qui décident du destin des peuples. 

                  Ceci étant, revenons à l’Algérie. Tout d’abord, c’est un grand pays et qui a une longue histoire.Si on compare sa superficie et sa population avec celle d’Israël, c’est tout simplement incomparable. 20 000 km2, la superficie d’Israël représente une goutte d’eau pour l’Algérie. Le rang sur le plan mondial a très peu de signification. Israël avec toute sa puissance économique peut-il faire vivre plus de 40 millions d’êtres humains. Avec toute sa puissance militaire, Israël peut-il sécuriser 2,4 millions de km2 ? Alors qu’il a toutes les peines pour sécuriser 1/120ème du territoire algérien. 

                  L’Algérie a devant elle l’avenir. C’est un pays jeune et il est appelé à compter dans le concert des nations. Il n’a pas besoin d’une grande puissance pour le protéger. Certes, il a des problèmes économiques, il est dépendant du pétrole, mais il les dépassera inévitablement. Certes il y a de la corruption, là aussi cela relève d’un stade de l’histoire. Même en Europe, il y a la corruption, elle n’est pas voyante. De toutes les façons, l’Algérie, par ses capacités, sa jeunesse, il avancera. Les crises que l’Algérie affrontera auront un impact positif puisqu’elles l’orienteront, l’obligeront à opérer des réformes, des réformes et des réformes. 

                  Voilà, Jonas, j’espère vous avoir répondu, vous avoir éclairé sur la vraie réalité du monde.


                • Jonas 19 janvier 08:58

                  @Ahmed(1) 
                  Bonjour , 
                  Pourquoi , vous, lancez -vous , dans un discours sur la réalité du monde , que j’ai du mal à comprendre , alors , que mes questions concernent simplement la situation catastrophique de l’Algérie. ? 

                   Vous dites pour vous rassurer que « L’Algérie a devant elle l’avenir » mais , moi, je vous réponds que chaque fois qu’elle se retourne , il est derrière. 

                  Pourquoi , l’Algérie , malgré sa riche due aux hydrocarbures ( découverts lors de la colonisation) a un PIB de 4123 dollars et le Maroc sans hydrocarbures 3007 dollars ? Les Algériens souffrent de plus en plus malgré les subventions du régime , en faveur de sa clientèle. Non , mon cher , Ahmed , l’Algérie n’a pas besoin de liseurs d’aventures , comme vous , mais des femmes et des hommes pour réformer tous le système sclérosé depuis 1962, Financier, industriel. L’Algérie a besoin de diversifier ses exportations , attirer des investissements étrangers de lutter contre la corruption qui mine contre le népotisme ces deux fléaux auxquels il faut ajouter la Hogra , désespèrent les Algériens et les poussent soit à fuir , soit à rejoindre les islamistes.

                  Quant à Israël, qui est votre obsession , il se trouve à plus de 4 000 kilomètres de votre pays, ce n’est pas lui , qui est responsable de vos mauvais classements mondiaux. Ce n’est pas a cause d’Israël que l’Algérie est 108eme , pour l’indice global de l’innovation. Ce n’est pas a cause d’Israël , que votre pays est 124eme pour la Transmission du savoir. Non, tout cela est dû à la mauvaise politique de vos dirigeants que vous n’osez pas mettre en cause , par manque de courage. 


                • Jonas 19 janvier 10:07

                  @Hamed (2)
                  Avant de virevolter sur l’Etat du monde , contentez-vous de bien connaître la situation de votre pays , et de celles des autre pays que vous abordez, grâce à Wikipédia.
                  Aucun pays ne décide par les discours et la propagande , qu’il est puissant, qu’il est en avance, qu’il a réussi telle ou telle chose , que son avenir sera radieux etc sans la reconnaissance des faits dont ils se vante par les autres pays. 
                   
                  Israël , votre obsession. PIB : 40 270 dollars  IDH, 28eme
                  Algérie : PIB : 4123 dollars  IDH, 98eme. 
                  Corée du sud : PIB—29 743 dollars  IDH, 27eme

                  L’éducation et le savoir , sont plus importants que les masses peu éduquées , au savoir étriqué et aux étendus désertiques. 
                  Pour les autres classements , rendez-vous sur le site de l’ONU. 

                  Quant à l’Etat d’Israël , depuis 2 000 ( avant la naissance du fondateur de l’islam , Mohammad ) malgré l’exil et les avatars de l’histoire , les yeux comme le coeur des juifs n’ont jamais quitté la terre de leurs ancêtres 
                   
                  Il y a deux siècles , le grand écrivain Français , François de Chateaubriand dans son « Itinéraire de Paris à Jérusalem » ( 1811) ( Il n y avait pas d’Etat palestinien, ni de capitale Palestinienne , pourtant ce sont des musulmans Ottomans , qui colonisés cette région , comme tous les pays arabo-musulmans a l’exception du Maroc NDLR) il écrit :

                  << Ce qu’il faisait il y a cinq mille ans, ce peuple le fait encore.Il a assisté dix-sept fois à la ruine de Jérusalem et rien ne peut l’empêcher de tourner ses regards vers Sion. Quand on voit les juifs dispersés sur la terre , selon la parole de Dieu, on est surpris sans doute ; mais pour être frappé d’un étonnement surnaturel , il faut les retrouver à Jérusalem ; il faut voir ces légitimes maîtres de la Judée ,esclaves et étrangers dans leur propre pays ; il faut les voir attendant , sous toutes les oppressions , un roi qui doit les délivrer . Les Perses, les Grecs , les Romains, ont disparus de la terre, et un petit peuple , dont l’origine précéda celle de ces grands peuples ,existe encore sans mélange dans les décombres de sa patrie. Si quelque chose , parmi les nations , porte le caractère de miracle , nous pensons que ce caractère est ici. >>  C’était en 1811 , où était l’Algérie ? Sous quel colonisation ? 
                  Rien ne sortira du monde arabo-musulman, tant, qu’il n’accepte pas de déconstruire ses mythes et ses légendes, en regardons le monde , non , comme il veut qu’il soit mais tel qu’il est. Le monde avance dites -vous, certes , sauf pour vous , avec tous les échecs , vous persister dans l’erreur. La fin du pétrole approche à grands pas, avec elle la fin des radars braqués , sur vous.
                   


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 11:14
                  @Hamed«  »L’Algérie, le Monde arabe et l’Occident vers la fin d’un cycle historique ?«  »

                  Est-ce que ces trois « choses » : « Algérie », « Monde arabe » et « Occident » sont claires dans votre esprit et quel est le lien qui justifierait votre discours ?

                  Réflechisssez à ces questions fondamentales : Le monde arabe a t-il vraiment une réalité, l’Algérie est-elle vraiment dans le Monde arabe et l’Amérique peut-elle vraiment être ce qu’est l’Occident ? Je vous propose de relire mes artciles sur Agoravox mais aussi sur Facebook, car une prmière lecture ne permet pas toujours une meilleure compréhension.



                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 12:07

                    Pour parler des pays, des régions, des Blocs qui existent et de ceux qui sont des fantômes ; pour expliquer les interactions ou l’influence, la domination et même l’exploitation des pays qui n’arrivent pas à exister par ceux qui font tout pour les en empêcher...

                    Pour comprendre la héritage géostratégie d’aujourd’hui : comment était-ce possible, comment en est-on arrivé à cette situation mondiale des plus insolites, où ira ce monde s’il veut bien se réformer ou s’il refuse de le faire : IL FAUT COMPRENDRE D’ABORD LA VÉRITÉ HISTORIQUE ! 

                    Les histoires qui font l’histoire sélective et imposent la promotion des pays qui la rédigent et la véhiculent à travers les siècles EST FINIE, c’est ce que j’ai expliqué dans l’ensemble de mes articles et c’est ce qui vous échappe, monsieur Hamed.

                    Lisez mon dernier article,le quatrième que j’écris pour éclairer honnêtement les Sorciers de l’Elysée afin des les empêcher de s’engouffrer dans le gouffre qu’ils avaient eux-mêmes creusé ! 

                    Les « Gilets jaunes », la « lettre de Macron » : Le dialogue n’aura pas lieu

                    https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-gilets-jaunes-la-lettre-de-211720


                    • Hamed 17 janvier 17:43

                      @Mohammed MADJOUR

                      Bonjour Mohammed,

                      J’ai lu votre article. Que vous dire ? Le monde est complexe, l’existence humaine et l’ordre naturel des hommes sont ce qu’il sont. L’histoire continuera de fonctionner combien même il y a des entraves, et celles-ci sont nécessaires pour sentir le monde exister, le monde devenir, le monde progresser. Comme l’écrit Marx : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes. »

                      S’il n’y avait pas cette lutte des classes, seriez-vous là à écrire et lutter pour vous et pour les autres pour vous sentir heureux dans votre peau ? Vous voyez, votre combat pour la véritable démocratie, pour le bonheur des peuples et vous vous sentez au sein de ces peuples, c’est parce qu’il vous donne sens à la vie.

                      Et c’est valable pour tous ceux qui pensent, participent, selon leurs possibilités, à cette révolution silencieuse de tous les jours. Le monde est toujours à parfaire. De développements en développements, de progrès en progrès, le monde est en perpétuelle mutation. Ainsi va le monde. 


                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 18:20

                      @Hamed

                      « De développements en développements, de progrès en progrès, le monde est en perpétuelle mutation... » 

                      Mais vous parlez de « cycles » dans votre article ce qui implique nécessairement un début et une fin de cycle : Où en sommes nous alors avec une si insolite situation mondiale ?


                    • Hamed 17 janvier 20:07

                      @Mohammed MADJOUR

                      Précisément, et vous avez raison de le dire « Où en sommes-nous alors avec une si insolite situation mondiale ?  » C’est très juste votre remarque. Il y a des cycles longs et des cycles courts. Souvent  on trouve une succession de cycles courts dans un cycle long. Donc il faut situer le début et la fin d’un cycle long. D’autre part, il y a des cycles économiques et des cycles historiques. Et vous pouvez trouver plusieurs cycles économiques dans un cycle historique.

                       

                      Évidemment, cela demande toute une analyse pour l’expliquer. Une chose est certaine, nous sommes dans un cycle long. Le début du cycle, on peut le situer avec la première guerre du Golfe qui a vu les États-Unis à la tête d’une coalition internationale entrer en guerre contre l’Irak. Une année après, l’URSS a éclaté, elle a cessé d’exister. 19 ans sont passés et furent jalonnés de guerres et de crises économiques incessantes depuis.

                       

                      Un rappel des crises (sans les guerres). La récession1991-1992 aux États-Unis, la récession qui a suivi en Europe 1992-1993, la cris téquila au Mexique en 1994, la crise asiatique en 1997, la crise russe et brésilienne en 1998, la crise des valeurs technologiques en 2000, les crises boursières en cascades entre 2001 et 2002, la crise immobilière aux États-Unis en 2007, la crise financière mondiale en 2008, la récession en Europe et aux Etats-Unis en 2009 et la crise pétrolière depuis 2014.

                       

                      Le monde attend la nouvelle crise économique ???? Quand difficile à dire.

                       

                      D’autre part, au-dessus des crises, la crise historique du monde unipolaire depuis 1990. Elle va encore courir plusieurs années, 2025 ? 2030 ? Je ne peux pas vous le dire. Mais c’est une crise comparable à la crise du monde bipolaire 1945-1991 avec l’extinction de l’Union soviétique. Dans la crise en cours, les mêmes enjeux sont posés, le monde est aussi en attente d’une nouvelle configuration à venir du monde. Mais elle sera plus complexe que l’extinction de l’URSS, de la transformation des pays d’Europe centrale et orientale, de l’éclatement de la Yougoslavie, du processus de paix au Proche-Orient à Madrid qui a abouti aux accords d’Oslo en 1993.

                       

                      En clair, on peut dire que la suprématie occidentale a vécue, ou est en train de l’être. Et que le monde doit être réajusté, donc en cours d’« évolution ».

                       

                      Voilà, ce que je peux vous dire. Évidemment, tout ne sera pas simple dans les événements à venir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès