• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’intervention militaire de la Russie en Ukraine et l’impérialisme

L’intervention militaire de la Russie en Ukraine et l’impérialisme américain

Le 24 février 2022 l'armée de la Fédération de Russie a envahi l'Ukraine. Cette intervention militaire va à l'encontre des intérêts des peuples russe et ukrainien. La guerre de Poutine est non seulement une agression contre le peuple ukrainien, mais aussi une négation des nations à disposer d'elles-mêmes.Toutes les guerres entre les peuples sont à bannir. La seule guerre que les peuples doivent mener est la guerre de classe, la guerre contre les oppresseurs, la minorité d'exploiteurs capitalistes à l'intérieur de chaque pays. Ce sont eux qui dressent les peuples les uns contre les autres en exacerbant leurs préjugés nationaux, raciaux, ethniques et religieux afin de maximiser leurs profits et perpétuer leurs privilèges de classe.

Mais l'invasion de l'Ukraine s'inscrit dans un rapport de force mondial. L'impérialisme américain et ses alliés européens portent une lourde résponsabilité dans ce conflit armé. Les pays capitalistes ont une longue et terrible tradition dans l'oppression et l'asservissement des peuples. Leur histoire n'est en dernière analyse que pillage des richesses des nations par la violence et la cruauté.

 

Poutine n'est pas un révolutionnaire, loin s'en faut. Il est à la tête d'un Etat capitaliste qui sert les intérêts des plus riches. Il ne fait aucun mystère de ses liens et ses soutiens aux organisations et partis d'extrême droite, ennemis des peuples, à travers le monde. Son anti-communisme et son nationalisme exacerbé le poussent jusqu'à critiquer Lénine et son Droit des nations à disposer d'elles-mêmes. Dans son discours du 22 février, il a déclaré :

"Permettez-moi donc de commencer par le fait que l'Ukraine moderne a été entièrement créée
par la Russie, ou plus précisément, par la Russie bolchevique et communiste. Le processus a commencé presque immédiatement après la révolution de 1917, et Lénine et ses compagnons d'armes l'ont fait d'une manière très grossière à la Russie elle-même - par la sécession, en arrachant des parties de ses propres territoires historiques (...)
. En fait,
comme je l'ai déjà dit, la politique bolchevique a abouti à l'émergence de l'Ukraine soviétique,
qui, même aujourd'hui, peut être appelée à juste titre "Ukraine de Vladimir Lénine".
(1)

 

La guerre qu'il mène aujourd'hui en Ukraine est en quelque sorte la faute à Lénine et sa défense acharnée du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Dans cette logique nationaliste et réactionnaire, la guerre de Poutine est non seulement une agression contre le peuple ukrainien, mais aussi une négation des nations à disposer d'elles-mêmes. Le président russe dans son discours refuse à l'Ukraine ce droit fondamental. Or le peuple ukrainien, comme tous les peuples du monde, a le droit sur son territoire de disposer comme il l'entend de son destin. En 1917 Lénine écrivait déjà "Pas un démocrate, pour ne rien dire d'un socialiste, n'osera contester l'entière légitimité des revendications ukrainiennes. Pas un démocrate, de même, ne peut nier le droit de l'Ukraine à se séparer librement de la Russie. (...) Seule la reconnaissance sans réserve de ce droit peut rompre effectivement, à jamais et complètement, avec le maudit passé tsariste qui a tout fait pour rendre étrangers les uns aux autres des peuples si proches par leur langue, leur territoire, leur caractère et leur histoire" (2).

Aujourd'hui Poutine tente par cette guerre, aidé en cela par le gouvernement réactionnaire de Kiev, de rendre ennemis deux peuples qui ont vécu longtemps ensemble en paix.

 

Mais l'invasion de l'Ukraine s'inscrit dans un rapport de force mondial. L'impérialisme américain et ses alliés européens portent une lourde résponsabilité dans ce conflit armé. Les pays capitalistes ont une longue et terrible tradition dans l'oppression et l'asservissement des peuples. Poussé par la recherche effrénée du profit, l'impérialisme en tant qu'instrument de pouvoir de la bourgeoisie, tente de soumettre tous les peuples de la planète. Esclavage, colonialisme..., leur histoire n'est en dernière analyse que pillage des richesses des nations par la violence et la cruauté. Plus récemment, les Etats-Unis, l'Europe et leurs alliés locaux ont détruit l'Afghanistan, la Yougoslavie, ravagé l'Irak, la Lybie, la Syrie, Bahreïn, le Yémen, la Côte d'Ivoire, le Mali etc. etc. Ils imposent à tous les pays qui résistent à leur domination des embargos et des sanctions les plus violents et les plus inhumains (Cuba, Vénézuela, Iran, Irak, Corée du nord ...). Précisons qu'Israël qui occupe militairement des territoires palestiniens ou la Turquie qui a annexé des terres de ses voisins, ces deux pays non seulement n'ont jamais fait l'objet de sanctions, mais ils sont même soutenus par l'impérialisme américain. Les peuples opprimés du monde entier savent que les Etats-Unis et leurs alliés ont soutenu à travers la planète les dictateurs et des dictatures les plus féroces comme Augusto Pinochet au Chili, Soeharto en Indonésie, Hosni Moubarak en Egypte pour ne citer que ces trois exemples tellement la liste est longue. Tous les gouvernements à la botte de l'impérialisme américain ne peuvent survivre sans le soutien financier et militaire décisif de Washington. Partout, l'impérialisme américain est l'ennemi des peuples. C'est ce qui explique peut-être une certaine sympathie des pays du sud envers la Russie de Poutine confondue parfois avec les positions progressites de L'URSS.

 

Aujourd'hui, les Etats-Unis grâce à leur supériorité militaire et leur bras armé l'OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) vont jusquà à menacer les intérêts vitaux des puissances comme la Chine et la Russie. Rappelons que depuis la disparition de l'Union Soviétique et le Pacte de Varsovie en 1991, l'OTAN, cette machine de guerre totalement dominée par les américains et dirigée contre l'Union Soviétique, n'a cessé, contrairement aux promesses données à Gorbatchev, de s'élargir aux pays de l'Europe de l’Est désormais sous domination américaine (3).

A sa création en 1949, l'OTAN ne comptait que 12 membres. Aujourd'hui il en regroupe 30 dont 14 anciens pays membres du Pacte de Varsovie (4). La Russie se trouve ainsi encerclée.

Washington refuse obstinément de trouver un compromis avec Moscou concernant l'adhésion éventuelle de l'Ukraine à l'OTAN. Cette attitude est directement liée à la nature impérialiste des Etats-Unis.

L'échec des négociations ont conduit Poutine à reconnaître l'indépendance de Louhansk et de Donetsk tout en affirmant que les accords de Minsk sont morts avant d'intervenir militairement en Ukraine.“La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens” disait Clausewitz.

L'élargissement voulu par l'impérialisme américain de l'OTAN jusqu'aux frontières mêmes de la Fédération de Russie est une cause déterminante de la guerre en Ukraine. L'impérialisme américain et son bras armé l'OTAN sont en dernière analyse les vrais responsables de cette guerre.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ne cherchent absolument pas à trouver une solution pacifique à cette méprisable intervention militaire de la Russie en Ukraine. Bien au contraire. Ils intensifient leurs pressions économiques et militaires sur la Russie créant ainsi une situation propice à une guerre entre puissances nucléaires qui remettrait en cause l'avenir même de la société humaine.

 

En tout état de cause, cette maudite guerre entre l'OTAN et la Russie par Ukraine interposée va à l'encontre des intérêts non seulement des peuples russe et ukrainien, mais aussi de tous les peuples de la planète. Les pays pauvres sont les premières victimes de ce conflit. L'ONU parle déjà de "l'Ouragan de famines" (5). A l'intérieur de chaque pays, ce sont bien évidemment les classes populaires qui vont subir les conséquences de ce conflit. Il va aggraver encore leurs conditions misérables d'existence. Mais en même temps la guerre peut créer une situation favorable au soulèvement des masses opprimées contre leurs dirigeants fragilisés par les crises économiques et politiques.

Dans le système capitaliste, les guerres trouvent leurs racines dans la violence des rapports d'exploitation. Il y a eu dans le passé des guerres, il y a aujourd'hui des guerres, il y aura dans l'avenir des guerres tant que subsistent les classes et les antagonismes de classes. La guerre et la lutte des classes sont tellement imbriquées l'une dans l'autre que l'on ne peut supprimer l'une sans éliminer l'autre. "Abolissez l'exploitation de l'homme par l'homme, et vous abolirez l'exploitation d'une nation par une autre nation" ( Marx et Engels).

 

Mohamed Belaali

Blog M Belaali.com

 

--------------------------------------

(1)http://international.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/02/22/ce-que-poutine-a-dit-hier-soir-sur-l-ukraine-verbatim-22829.html

(2)https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1917/06/vil19170628.htm

(3)https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/russia-programs/2017-12-12/nato-expansion-what-gorbachev-heard-western-leaders-early

(4)https://www.nato.int/cps/fr/natolive/topics_52044.htm

(5)https://twitter.com/afpfr/status/1503460961830641664

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • Lynwec 18 mars 09:31

    On commence vraiment fort : « Cette intervention militaire va à l’encontre des intérêts des peuples russe et ukrainien. »

    L’intérêt des peuples russes et ukrainiens était donc d’attendre patiemment huit ans de plus, le temps de finir le bon boulot au Donbass et de livrer quelques bacilles humanitaires au voisin russe (certaines maladies sont très présentes dans cette région du monde, un peu plus un peu moins, on pourrait nier toute implication en cas de brusque flambée épidémique...)

    Pour les gens qui meurent en cas de combats, bien sur que ce n’est pas leur intérêt. Mais les 14 000 précédents ne sont pas morts de l’invasion russe, pas vrai ?

    Du coup, une fois de plus, pas vraiment envie de lire la suite. Salut à l’auteur.


    • Fergus Fergus 18 mars 09:38

      Bonjour, Mohamed

      Vous réécrivez l’histoire : si les ex-nations du Pacte de Varsovie, et même des républiques de l’ex-URSS ont adhéré à l’Otan ou postulent à y entrer, ce n’est pas le fait des Etats-Unis ni même des membres de l’Union européenne qui sont partie prenante de cette organisation atlantique, mais de leurs peuples et de leurs gouvernements qui aspirent à en rejoindre les rangs !

      La question est : pourquoi ? Et la réponse se trouve probablement dans la comparaison des modèles socioéconomique et politique en vigueur ici et là. Je ne juge pas, je constate une réalité. Et elle est implacable.

      Notez à cet égard que les Ukrainiens qui fuient leur pays dévasté par l’agression criminelle de Poutine choisissent, pour une écrasante majorité d’entre eux (un rapport de 40 à 1) d’émigrer vers l’ouest et non vers la Fédération de Russie ou la Biélorussie.


      • Lynwec 18 mars 10:14

        @Fergus

        En revanche, n’ayant plus le Pacte de Varsovie comme justification à l’existence de l’Otan, si les USA ont décidé d’y admettre des pays de l’ex-URSS, c’est bien de leur responsabilité, créant ainsi une menace existentielle pour la Fédération de Russie.

        Jolie pirouette, cher Fergus : si les Ukrainiens fuient vers l’Ouest, c’est peut-être aussi parce que les combats se déroulent plus à l’Est. Face à un incendie, vous traversez les flammes si vous avez un chemin dégagé à l’opposé de celles-ci ?

        Le problème n’est pas le système social / économique occidental et russe qui pouvaient très bien coexister pacifiquement, le problème c’est la volonté de domination militaire sur le monde, et là, il suffit de regarder l’implantation militaire pour comprendre (si on veut comprendre, mais c’est une autre histoire...)


      • vachefolle vachefolle 18 mars 10:50

        @Fergus

        Pourquoi les pays veulent rentrer dans l’OTAN ?
        La réponse est évidente : Pour ne pas se faire envahir par la Russie !

        Si l’Ukraine avait conservé ses armes nucléaires, la Russie n’aurait jamais attaqué en 2022.
        Le coté « humoristique » de cette invasion, est que l’Ukraine a redonné ses armes nucléaires a la Russie en 1994, moyennant un engagement (traité de Budapest) de la Russie de respecter ses frontieres. On en rigole encore a Moscou.

        A partir du moment ou la Russie ne respecte pas les traités internationaux et envahie sans vergogne ses voisins, ceux-ci n’ont que trois solutions :

        La soumission a la mode Belarus, cad perdre leur indépendance et devenir des provinces Russses de deuxieme zone.

        La bombe nucléaire, seule arme de disuasion qui contrebalancerait le déficit conventionnel inéluctable. Mais c’est trés couteux et complexe.

        L’adhésion a l’OTAN et a son article 5, qui coute 2% du PIB comme cotisation a l’oncle SAM avec l’achat de F35.

        Donc en pratique rentrer dans l’OTAN est la seule solution pour un pays voisin d’etre protégé contre ses ambitions d’espace vital, qui lui reviennent tous les 10 a 15 ans.


      • microf 18 mars 11:38

        @Fergus

        Bonjour cher @Fergus, voila la réponse á votre commentaire.
        Ce n´est pas @microf qui parle, c´est Nelson Mandela qui n´était pas n´importe qui.
        Bonne lecture et visionnement du lien.

        https://youtu.be/WA67pvbgDK4

        If there is a country that has commited unspeakable atrocities in the world it is the United States of America.

        They don´t care for human beings. Fifty seven years ago, when Japan was reteating on all fronts, they decided to drop an atom bomb on Hiroshima and Nagasaky, killed a lot fo innocent people, who are still suffering from the effects of those bombs.

        Those bombs were not aimed against the Japanese, they aimed against Soviet Union to say, look, this is the power that we have, if you dare oppose what we we do, this is what is going to happen to you.

        Because they are so atrrogant, the decided to kill innocent people in Japan who are still suffering from that. Who are they now to pretend that they are the policemen of the world ?

        Traduction version francaise :

        S’il y a un pays qui a commis des atrocités innommables dans le monde, ce sont les États-Unis d’Amérique. Ils ne se soucient pas des êtres humains.  Il y a cinquante-sept ans, alors que le Japon reculait sur tous les fronts, ils ont décidé de larguer une bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaky, tuant beaucoup d’innocents, qui souffrent encore des effets de ces bombes. Ces bombes n’étaient pas dirigées contre les Japonais, elles visaient l’Union soviétique pour dire, regardez, c’est le pouvoir que nous avons, si vous osez vous opposer à ce que nous faisons, c’est ce qui va vous arriver. Parce qu’ils sont si atrrogants, ils ont décidé de tuer des innocents au Japon qui souffrent encore de cela. Qui sont-ils aujourd’hui pour prétendre qu’ils sont les gendarmes du monde ?

      • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 18 mars 11:48

        @microf

        Merci pour ce recadrage tout à fait pertinent.

        Cordialement

        GJ


      • Attila Attila 18 mars 12:08

        @microf
        Passionant. Je prend note.

        .


      • leypanou 18 mars 16:20

        @tous
        les Ukrainiens qui fuient leur pays dévasté par l’agression criminelle de Poutine choisissent, pour une écrasante majorité d’entre eux (un rapport de 40 à 1) d’émigrer vers l’ouest et non vers la Fédération de Russie ou la Biélorussie  : toujours la même justification à 2 balles de l’« écrasante majorité » et ce n’est pas parce çà a été mis mis en caractères gras que çà a plus de valeur.
        Plus de 10 000 Ukrainiens ont préféré venir ici, d’autres sont allés en Pologne, d’autres en Russie : chacun a ses raisons et il n’y a rien à en conclure sauf chez les minables poutinophobes.


      • titi titi 18 mars 18:12

        @Attila

        "Passionant. Je prend note.

        "

        faites pas semblant : c’est la 10ème fois que microf poste ce même message.


      • titi titi 18 mars 18:14

        @vachefolle

        "Si l’Ukraine avait conservé ses armes nucléaires, la Russie n’aurait jamais attaqué en 2022.

        "
        Exactement.
        C’est d’ailleurs la conclusion, dont il serait bon que les gouvernements francais futurs s’inspirent : quand on a des armes nucléaires on ne les abandonne pas.


      • titi titi 18 mars 18:15

        @leypanou

        "chacun a ses raisons et il n’y a rien à en conclure sauf chez les minables poutinophobes.

        "
        Bah quand il s’agit d’un referendum en Crimée, la majorité a de l’importance, et là pour ce qui est de choisir son pays d’exile, ca n’en aurait pas ?
        Vous nous prenez pour des lapins de la semaine.


      • fummi grouchette 18 mars 20:09

        @Fergus
        dans son docu (prix albert londres)« les etats unis à la conquete de l’est »,les dessous des revolutions colorées-CIA ,manon loizeau montre comment les us infiltrent et,forment et financent les étudiants des anciennes républiques de l’urss pour provoquer les changements de régime pro us et occident toujours au nom de la soi-disante liberté ;docu incontestable d’honneteté visible sur dailymotion


      • Attila Attila 18 mars 20:17

        @titi
        « c’est la 10ème fois que microf poste ce même message. »
        Il peut poster ce message autant qu’il veut, ça instruit les internautes.
        Vous par contre, vous postez 10000 fois les mêmes conneries sans intérêt. Vous parasitez les discussions avec des âneries. Vous n’êtes qu’un branleur et un parasite.

        .


      • chantecler chantecler 18 mars 10:01

        Votre analyse est très théorique , pour ne pas dire très idéologique .

        Si la Russie était entrée en Ukraine sans raison valable , je pourrais essayer de comprendre votre point de vue , conflit entre impérialismes etc etc , mais il se trouve qu’elle l’a fait pour de bonnes raisons à mes yeux .

        Protéger une population russophone soeur de plusieurs millions en butte à l’agressions de sauvages issus du 3 ème Reich , que nous gardions bien au chaud ..

        De plus je pense qu’elle n’a aucune vue d’annexion sur l’ensemble de l’Ukraine ....

        Toute la partie ouest de cet état est à sac de noeuds , un nid d’emmerdes qui ne sent pas bien bon . Autant le laisser au loin .

        La Russie préfère simplement qu’il y ait une distance suffisante entre ces agités du bocal opportunistes , qui font de sympathiques avances à l’UE via l’otan et les US , et sa frontière .

        Eventuellement que le gratin américain cesse de se foutre de sa gueule avec son air bête , ses pieds plats , sa langue fourchue , ses $ pourris qui installe des fusées transcontinentales multitêtes nucléaires , des labos dangereux chez des gens aussi peu fiables que recommandables ...

        Mais là , c’est pas gagné .

        Le cow boy est joueur mais tricheur et quand il perd il peut sortir son revolver pour garder tout le pognon .

        Apparemment pour refiler de l’armement à des gens douteux ça pose donc pas trop de problèmes et pis c’est amusant ça fit monter la tension .

        De là à envoyer des troupes régulières en grande quantité et prendre le risque d’une baffe XXL ou d’un conflit mondial l’est pas chaud et les démocraties occidentales et leurs dirigeants se tâtent .

        Ben , qu’elles prennent leur temps.


        • vachefolle vachefolle 18 mars 10:52

          @chantecler

          Le fameux coup de l’espace Vital pour le pays qui est deja le PLUS GRAND du monde.LLLLLLLLLLOOOOOOOOOOLLLLLLLLLLL

          Au fait, vous avez pensé a l’espace vital de l’Ukraine, a lespace vital de la finlande en 39, de l’espace vital de la Pologne en 40.....

          L’espace vital ca ne marche que dans un sens, cequi qui permet a la Russie d’envahir ses voisins ;


        • Lynwec 18 mars 16:14

          @vachefolle

          Menace existentielle ne signifie pas espace vital, votre tentative de rapprocher la Russie actuelle de l’Allemagne nazie qui voulait récupérer le couloir de Dantzig est plus que maladroite et comme je ne veux pas vous accabler, je n’en dirai pas plus à ce propos.

          Mais je ne vais pas non plus vous refaire l’exposé des circonstances qui ont amené cette intervention militaire russe, ça a déjà été fait, il suffit de vouloir comprendre ce qui n’est visiblement pas le cas.


        • titi titi 18 mars 18:18

          @Lynwec
          " cette intervention militaire russe, ça a déjà été fait, il suffit de vouloir comprendre c

          "

          Il n’y a rien à comprendre : vos arguments n’en sont pas.


        • Joséphine Joséphine 19 mars 08:07

          @chantecler

          Très pertinent commentaire. Ceux qui se contentent de gober la propagande de BFM Drahi occultent bien souvent les raisons profondes de ce conflits et font les Tartuffe devant la dérussification du Donbass qui a fait des milliers de morts russophones ces huit dernières années. 


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 08:27

          @vachefolle

          Bonjour,
          C’est pire que cela. Mais je ne sais pas s’il est utile de discuter face à tant de mauvaise foi.
          Exemple : qualifier les ukrainiens de « sauvages issus du 3ème Reich » c’est passé rapidement à la fois sur la réalité de ce qui s’est passé au cours de la deuxième guerre mondiale et sur le fait que la population actuelle d’ukrainiens n’est plus du tout la même. C’est de l’insulte pure et simple et la discussion n’est pas possible dans ces conditions. Rappelons que le régime de la collaboration en France a très bien fonctionné. Qui serait satisfait aujourd’hui, en France, de se faire traiter de « sauvages issus du régime de collaboration avec les nazis » ?

          Est-il utile d’argumenter face à ceux qui ont décidé qu’il faut choisir entre USA et Russie ? L’auteur de l’article a très justement expliqué que ce n’est pas cela le choix à faire. Sur Agora Vox, ils ont choisi le dictateur-ultra-riche ailleurs ils ont choisi le camp USA/OTAN. Dans les deux cas, ils sortent les mêmes arguments en inversant simplement les rôles. Les méchants sont dans les deux cas « ses pourris qui installe des fusées transcontinentales multitêtes nucléaires , des labos dangereux... »

          Au fait, pour la France, si on arrive à la guerre nucléaire, les bombes qui vont raser Paris, elles viendront d’où ? Quelles sont les fusées qui sont les plus dangereuses pour nous ? Est-ce que le danger que nous subissons justifierait que nous nous lancions dans une action guerrière qui ne pourrait qu’envenimer les choses ? Il me semble que c’est le raisonnement de ceux qui cautionnent l’invasion de l’Ukraine.

          Pour ces derniers, tout est de la faute des américains. C’est le plus souvent un axiome idéologique. C’est le cas pour ce que j’appelle la « nouvelle extrême-droite ». J’ai résumé leur idéologie. Chez eux tout est de la faute de ce que Soral appelle l’Empire. Chez les crypto-staliniens, il en est de même. Il n’ont remarqué aucune agressivité chez Poutine. C’est sans doute de la faute des américains si les troupes de Poutine ont autant sévi en Tchétchénie, en Géorgie, en Biélorussie, en Syrie, au Kazakhstan...

          L’auteur de l’article a très bien expliqué la réalité de ce qu’est la responsabilité des USA. Elle est énorme. Ce n’est pas une raison pour en ajouter et pour gommer le fait que Poutine est dans une démarche de conquêtes impérialistes. Là encore l’auteur de l’article a justement remarqué que Poutine le dit lui-même et les faits le confirment. Tout de même, ça commence à faire beaucoup : Tchétchénie, Géorgie, Biélorussie, Syrie, Kazakhstan...


        • troletbuse troletbuse 18 mars 10:09

          leurs peuples et de leurs gouvernements qui aspirent à en rejoindre les rangs !

          Exactement comme en France avec le référendum de 2005.  smiley

          une écrasante majorité

          (un rapport de 40 à 1)

          Arretez avec votre expression « Ecrasante » Une écrasante majorité de scientifiques, de médecins, de Français, etc. Ce n’est qu"une affirmation peremptoire qui sort de votre cervelle à moins que :

          P’tain, Radio Dinan est vachement informé. smiley


          • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 18 mars 10:13

            à Mohamed

            "Cette intervention militaire va à l’encontre des intérêts des peuples russe et ukrainien. La guerre de Poutine est non seulement une agression contre le peuple ukrainien, mais aussi une négation des nations à disposer d’elles-mêmes."

            Cela fait combien de temps que le Président de la Fédération de Russie essaie de négocier avec les Occidentaux sur l’organisation de la sécurité collective dont tous les peuples ont besoin, tandis que les marionnettes de l’Otan au pouvoir à Kiev (depuis le coup d’état néo-nazi télécommandé par Washington en 2014) continuent depuis huit ans de massacrer les populations russophones du Donbass, tandis que l’Otan masse des forces militaires aux frontières de la Russie et que toutes les forces militaires de l’Occident participent activement à des provocations militaires de plus en plus nombreuses (aérienne, terrestres, maritimes) au mépris des règles du droit international ?

            Quelle était l’alternative ?

            Cordialement

            GJ


            • microf 18 mars 11:41

              @cettegrenouille-là

              Il faut pardonner á l´auteur de l´article, il vient d´être courant de ce qui se passe dans cette région, je serai comme lui, j´écrirai pareil, mais donnons lui le temps, il va se réveiller.


            • Aristide Aristide 18 mars 10:18

              Comment pouvez vous reprendre mot pou mot tout l’argumentaire de Poutine sur la dénazification, etc ... L’Otan et l’UE ont une part de responsabilité, mais il faut le faire de dédouaner la Russie de toutes ses responsabilités !!!


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 08:33

                @Aristide
                Je ne sais pas à qui s’adresse votre commentaire mais c’est effectivement ce que font la plupart des intervenants sur Agora Vox. C’est leur axiome de départ. Tout doit être de la faute des USA et Poutine ne fait que de se défendre contre des agresseurs...


              • samy Levrai samy Levrai 18 mars 10:29

                Qu’est ce que sait l’auteur des intérêts russes ? 


                • I.A. 18 mars 11:59

                  Vous dites un peu tout et son contraire, dans ce texte truffé de poncifs et de biais lénifiants.

                  Ça part d’un bon sentiment à n’en pas douter, mais parfois il vaut quand même mieux s’abstenir.

                  Au fond, ce n’est pas comme si Poutine et l’OTAN demandaient l’’approbation des peuples pour agir, ou que l’avis d’un IA ou d’un Mohamed Belaali comptaient pour quelque chose...


                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 08:34

                    @I.A.

                    Vous confondez les biais lénifiants et les biais léninistes.


                  • QAmonBra QAmonBra 18 mars 12:15

                    Merci @ l’auteur pour le partage.

                    La théorisation idéologique vous égare, le problème est beaucoup plus concret et terre à terre que cela.

                    En effet, si vous vous contentez de raisonner ou même de seulement écarter le bras, d’un agresseur enfreignant votre périmètre de sécurité

                    et menaçant votre gorge avec une lame, autant dire que votre sort est scellé à terme.

                    Personnellement, après lui avoir fait croire à ma soumission, pour mieux le surprendre, je tenterais avec toute la vitesse, la force et la violence dont je suis capable, de le désarmer quitte à lui casser le bras si il résiste et afin qu’il ne recommence plus cela avec votre serviteur, car c’est de mon intégrité physique, voire de ma vie dont il est question !

                    C’est à une échelle géopolitique et à peu de choses près ce qu’ont été obligés de faire les russes, tout le reste n’étant que détails secondaires ou/et « pipeausophie ».

                    Quant aux nazillons galiciens, leurs conseilleurs mais non payeurs, ainsi que leurs supporteurs, on peut affirmer que la clé au bras est bien placée et que, malgré les cris d’orfraies de tous ces malfaisants, leurs os craquent déjà, ceci expliquant probablement aussi cela. . .


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 mars 17:31

                      Bonjour,
                      Merci de cette intervention.
                      Vous êtes le seul parmi tous ceux qui écrivent sur Agora Vox à exprimer un point de vue internationaliste. Je résume notre point de vue en quelques mots :

                      Les internationalistes qui s’opposent à toutes les formes d’impérialistes disent : 

                      — Troupes et matériel militaire des USA et de l’OTAN : hors d’Europe !

                      — Troupes russes : hors d’Ukraine !

                      — Troupes françaises : hors d’Afrique !

                      Les travailleurs et les jeunes qui sont confrontés à des occupations militaires crient toujours le même slogan que ce soit en français, en russe ou en anglais :

                      Rentrez chez vous ! Damoï ! Go home !

                      Nombreux, au moins sur Agora Vox, sont ceux qui considèrent que seuls les USA avec l’OTAN ont des visées impérialistes et ils expliquent donc que Poutine organise une défense contre cet impérialisme. Nous voyons ainsi à nouveau la trahison des dirigeants du mouvement ouvrier. La plupart se rangent derrière le point de vue de l’OTAN mais certains comme le PRCF se rangent derrière Poutine. Le camp de Poutine est un camp impérialiste qui est dirigé par un dictateur lequel est de surcroit l’un des plus gros milliardaires de la planète. Cela, ils ne veulent pas le voir.

                      Ajoutons que l’UPR est clairement maintenant un parti de la bourgeoisie qui a abandonné toute référence au CNR. Il n’est plus question pour Asselineau de ne pas se prononcer sur des questions clivantes. Il prend fait et cause pour Poutine. Il réclame que tout le monde cède à chacune de ses demandes sans aucune exigence alors que nous savons tous que Poutine a l’intention de poursuivre ses agressions impérialistes pour conquérir d’autres territoires : il veut reconquérir la Grande Russie. Dans un moment où il y a risque de guerre nucléaire, pour Asselineau, ceux qui ne cèdent pas à toutes les volontés de Poutine seraient les seuls à faire courir un risque. S’il ose parler maintenant du CNR ce sera pour demander un CNR rangé derrière Poutine !

                      Vous voyez sur Agora Vox, le ton est donné par la presse à Poutine qui est ici largement reprise. On trouve même des traductions intégrales des articles de journaux de propagande à Poutine. Chacun vous explique que vous ne comprenez rien. Le pauvre Poutine ne peut pas faire autrement. Il doit se défendre. Il se défend en Ukraine comme il s’est défendu en Tchétchénie, en Géorgie, en Biélorussie, en Syrie, au Kazakhstan... et il a l’intention de continuer à se défendre comme ça longtemps.... en massacrant.

                      Rappelons que Poutine a déjà annexé l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie qui étaient en Géorgie. Cela ne lui suffit manifestement pas.


                      • Lynwec 18 mars 19:52

                        @Jean Dugenêt

                        Vous pourriez rappeler les raisons pour lesquelles il y a eu une intervention en Géorgie ? Ne serait-ce pas un peu comme pour l’Ukraine ? Une ingérence d’un pays lointain cherchant à se mettre à portée de tir ? Une situation où des russophones étaient ciblés et tués ?

                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Deuxi%C3%A8me_guerre_d%27Oss%C3%A9tie_du_Sud

                        S’il n’y avait pas eu le Maïdan et les bombardements sur le Donbass pendant huit ans, ainsi que les déclarations des officiels ukrainiens promettant l’école dans les caves pour les enfants au Donbass, j’aurais hurlé comme vous au vilain envahisseur russe.
                        Mais ce ne fut pas le cas. Je préfèrerais qu’il n’y ait pas la guerre, mais celle-ci était inévitable.
                        Quand en récréation, un gamin cherche la bagarre continuellement, il finit par l’obtenir sauf s’il y a un pion pas loin.
                        Le pion (communauté internationale/ONU) excite le gamin bagarreur et prétend observer la situation, mais ça se voit, à force...


                      • Attila Attila 18 mars 20:48

                        Ce type est fou à lier :
                        « Tandis que Bachar lui-même a apporté sa contribution en libérant de ses geôles les djihadistes qu’il avait emprisonnés. » Lien

                        Le coup des islamistes libérés délibérément pour affaiblir l’opposition en Syrie a été démonté :
                        Retour sur le « bon boulot d’Al-Nosra » en Syrie

                        .


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 mars 21:00

                        @Attila
                        Quand un amateur de la propagande du Kremlin cite un amateur de la propagande du Kremlin (Olivier Berruyer)

                        , le débat n’avance pas beaucoup.

                        Une petite insulte par dessus le marché pour montrer comment il faut discuter. Ce type est fou à lier.


                      • Attila Attila 18 mars 21:33

                        @Jean Dugenêt
                        Âge mental : 8 ans !
                        Vous essayez toujours misérablement de disqualifier vos contradicteurs en les traitant soit d’extrême-droite ou en suppôt de Poutine. C’est minable. Les adultes repèrent ce procédé intellectuellement malhonnête car il fait partie des sophismes élémentaires : l’attaque ad personam !
                        De plus, en soutenant systématiquement l’impérialisme Étazunien et le colonialisme occidental, vous êtes une immonde ordure !

                        .


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mars 21:38

                        @Attila
                        Bah toi comme une petite...tu réclame chez la Néant la censure des contradicteurs. .


                      • Louis Louis 18 mars 21:54

                        @Aita Pea Pea
                        Arrête de péter pipi ça sent mauvais à force
                        prouttttt


                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mars 22:02

                        @Louis
                        Vouais. D’habitude je fais ça discrètement... Mais dans l’ascenseur poutinolatre j’ai tendance a aimer et apprécier mon bruit et mon odeur.


                      • Attila Attila 18 mars 22:02

                        @Aita Pea Pea
                        Pas d’un contradicteur : d’un diffamateur.
                        Diffamateur qui en plus se prétend juriste !!!

                        .


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 08:37

                        @Lynwec

                        « Vous pourriez rappeler les raisons pour lesquelles il y a eu une intervention en Géorgie ?  »
                        Effectivement, je ne l’ai pas fait. Idem d’ailleurs pour les interventions de Poutine en Tchétchénie, en Biélorussie, en Syrie, au Kazakhstan...

                        J’ai tendance à penser que pour en faire tant il faut avoir une démarche agressive de conquêtes impérialistes.


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 18:22

                        @Attila
                        « Vous essayez toujours misérablement de disqualifier vos contradicteurs »

                         En cumulant des accusations sans aucun arguments et des insultes vous vous chargez vous-même de vous discréditer. Je suis donc dispensé de le faire.


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 mars 18:34

                        Merci à l’auteur d’avoir publié sur son blog un texte fondamental de Lénine sur la guerre. Il serait bon que tous ceux qui se croient communistes lisent ce texte et s’en inspire pour se prononcer sur ce qui se passe actuellement en Ukraine.


                        • Redistribuer 18 mars 19:29

                          Merci pour cet article, j’en partage le contenu !

                          Dans cette période, il ne faut pas oublier que c’est la politique des Etats-Unis et le coup d’état de 2014 qui sont les causes réelles de la guerre quoi qu’en disent la propagande américaine et leurs relais dans les pays occidentaux, médias unanimes qui font régner une ambiance de haine russophobe, hystérique dans les pays européens caniches de l’Amérique.

                          Toutefois il faut réfléchir aux autres causes, plus profondes et plus anciennes qui ont préparé le terrain et permis cette agression hypocrite des occidentaux qui osent se faire passer pour des petits saints. Nous ne parlerons pas d’une opération maladroite de la part de la Russie qui permet aux hypocrites occidentaux de pousser des cris d’offrais en constatant sacrilège qu’on a violé le droit international et les frontières, cela d’ailleurs comme si ils n’en avaient pas faits autant à maintes occasions et à plusieurs reprises y compris d’ailleurs, il n’y a pas très longtemps en ex Yougoslavie.

                          On peut d’ailleurs constater que l’Allemagne éternelle dans ce cas-ci comme dans le cas présent de l’Ukraine se retrouve à avoir les mêmes compromissions avec des éléments douteux comme naguère. Les oustachis croates, comme les ukro-nazis furent les complices des opérations allemandes pendant la seconde guerre mondiale, c’est un fait que les américains et les anglais qui se trouvaient dans l’autre camp ont fait semblant à chaque fois d’ignorer avec toute l’hypocrisie qui est la nature même de ces dirigeants bourgeois de toujours !

                          Mais je dis que le terrain a été préparé, oui cent fois, si on n’avait pas démantelé l’union soviétique en 1991 — 1992, jamais l’Otan n’aurait pu s’étendre dans les anciens pays du pacte de Varsovie, jamais l’Allemagne socialiste de l’est n’aurait abandonné sa constitution et son système pour rejoindre l’état capitaliste créé après 1949 par les américains, les français et les anglais.

                          La vérité est que des forces internes à l’union soviétique ont profité de la pérestroïka pour comploter contre l’état socialiste et introduire le nationalisme dans les anciennes républiques fédérées pas seulement en Russie mais aussi en Russie.

                          Dans son discours mis en lien par l’auteur Vladimir Poutine explique parfaitement bien qui a introduit ce poison, ce ne sont pas des agents occidentaux, mais des membres du PCUS !

                          Ce sont les auteurs du complot qui est la réelle cause profonde du drame actuel, comme d’ailleurs de même celui de l’ancienne fédération socialiste yougoslave, tout se tient !

                          Quoi qu’en dise Vladimir Poutine, ce n’est pas Lénine la cause de la crise qui en aurait été l’instigateur en créant l’état socialiste soviétique ukrainien !

                          Au contraire Lénine était un visionnaire, en créant l’union soviétique, il a permis aux peuples de l’ancien empire tsariste de sortir de la prison qui était la leur pour vivre en paix pendant 70 ans dans un ensemble commun d’ou on avait remplacé la graine mauvaise de la sécession et du nationalisme par l’idée magnifique de la construction du socialisme. Dès l’instant que cette idée était abolie, elle qui était le ciment de l’unité, la maison n’était plus viable et ne pouvait que s’écrouler !

                           

                          Une dernière remarque, j’ai bien lu le long discours de Vladimir Poutine cité par l’auteur. On peut constater mis à part son opinion sur l’action de Lénine que je ne partage pas, qu’il donne des éléments éminemment juste et qui vont dans le sens de ce que j’écris là

                           

                          Je le cite :

                           

                          "Au milieu des années 80, avec des problèmes socio-économiques croissants et une crise évidente de l’économie planifiée, la question nationale devenait de plus en plus aiguë, non pas en raison des attentes et des aspirations non satisfaites du peuple soviétique, mais en raison de l’appétit croissant des élites locales.
                          Cependant, au lieu d’une analyse approfondie de la situation, de l’adoption de mesures
                          adéquates, principalement dans l’économie, ainsi que d’une transformation graduelle, réfléchie et équilibrée du système politique et de la structure de l’État, les dirigeants du PCUS se sont limités à un verbiage flagrant sur la restauration du principe léniniste de l’autodétermination nationale.
                          De plus, alors que la lutte pour le pouvoir se déroulait au sein même du parti communiste, chacun des camps opposés, afin d’élargir sa base de soutien, a commencé à stimuler, encourager et jouer inconsidérément sur les sentiments nationalistes, promettant à ses partisans potentiels tout ce qu’ils voulaient. Au milieu d’une rhétorique superficielle et populiste sur la démocratie et un avenir brillant construit sur la base d’une économie de marché ou planifiée, mais dans des conditions d’appauvrissement réel et de déficit total, personne au pouvoir n’a pensé aux
                          conséquences tragiques inévitables pour le pays.
                          Ils ont ensuite suivi la voie bien tracée de la satisfaction des ambitions des élites nationalistes, nourries dans les rangs de leur propre parti, oubliant que le PCUS n’avait plus, et Dieu merci, de tels instruments pour garder le pouvoir et le pays lui-même, comme la terreur d’État et la dictature de type stalinien entre ses mains. Et que même le fameux rôle de leader du Parti, comme un brouillard matinal, disparaissait sans laisser de trace sous leurs yeux.
                          En septembre 1989, le plénum du Comité central du PCUS a adopté ce qui était essentiellement un document fatidique - la soi-disant politique nationale du Parti dans les conditions modernes, la plate-forme du PCUS. Elle contenait les dispositions suivantes, pour citer : "Les républiques de l’Union ont tous les droits correspondant à leur statut d’États socialistes souverains."
                          Autre clause : "Les organes représentatifs suprêmes du pouvoir des républiques de l’Union peuvent contester et suspendre les décrets et ordonnances du gouvernement de l’Union sur leurs territoires.
                          Et enfin : "Chaque république de l’Union aura sa propre citoyenneté, qui s’appliquera à tous ses habitants.
                          N’était-il pas évident de savoir à quoi mèneraient de telles formulations et décisions ?
                          Ce n’est ni le lieu ni le moment d’aborder les questions de droit étatique ou constitutionnel, de définir le concept même de citoyenneté. Mais la question se pose quand même : dans ces circonstances déjà difficiles, pourquoi fallait-il secouer le pays de cette manière ? Le fait demeure.
                          Même deux ans avant l’effondrement de l’URSS, son sort était pratiquement scellé. Ce sont maintenant les radicaux et les nationalistes, y compris et surtout en Ukraine, qui s’attribuent le mérite de la victoire de l’indépendance. Comme nous pouvons le constater, ce n’est pas le cas.
                          L’effondrement de notre pays uni a été causé par les erreurs historiques et stratégiques des dirigeants bolcheviques, de la direction du parti communiste, commises à différents moments de la construction de l’État, de la politique économique et nationale. L’effondrement de la Russie historique appelée URSS est sur leur conscience ".


                          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 mars 19:49

                            @Redistribuer
                            Vous trouvez que dans la partie que vous citez, Poutine donne des éléments éminemment juste. C’est loin d’être le cas. Je vous donne quelques extraits d’un article que je prépare sur le sujet. Je reprends le même passage que le votre mais il est traduit différemment et je fais les commentaires nécessaires.

                            =========

                            Il (Poutine) dit clairement que les territoires de la Grande-Russie des tsars et de Staline font partie de la Russie et qu’il est donc légitime, de son point de vue, de les récupérer. Il nous livre, par la même occasion, les fondements de son idéologie ultra-nationaliste. Il nous sert pour cela, comme bien d’autres, une version de son « histoire de la Russie » accommodée à sa sauce. Il s’agit pour lui de montrer que l’Ukraine, comme d’autres républiques indépendantes de la périphérie russe fait partie, par essence, de la Russie. Il considère que l’Ukraine est une création artificielle qui serait, de plus, gouvernée par des fascistes. De son point de vue, l’Ukraine serait, un morceau de la Russie qui en aurait été indûment détaché. Il prétend que la Grande Russie est l’héritière naturelle de la Rus’ Kiévienne.

                            Je vais donc me livrer à un exercice de lecture commentée pour que chacun puisse vérifier que ce sont bien ses explications. Je prendrai la traduction immédiate faite sur la vidéo. Elle a le mérite de l’authenticité même si elle reste discutable. De multiples autres versions existent sur internet. Ce sont le plus souvent des rédactions plus lisibles faites après-coup mais elles frisent souvent l’interprétation peu conforme à la réalité. 

                            (...)

                            Passons directement aux années 80. (11mn25s).

                            « Depuis les années 80, il y avait de plus en plus d’appétit des petites élites locales mais la direction du parti « communiste » de l’URSS, au lieu de faire une analyse globale de l’économie, au lieu de transformer le système politique et l’Etat, a continué à parler du principe de Lénine de l’autodétermination nationale. » (12 mn)

                            Voilà bien le vrai crime des staliniens ! Poutine ne parle pas des millions de morts de Staline mais du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » que, même des membres du parti « Communistes » de l’URSS, ont mis en avant dans les années 80. En effet, après la période de décolonisation, ce principe commençait à être reconnu un peu partout dans le monde. Pour Poutine, il n’y avait rien de plus abominable.

                            « Dans le parti communiste, il y avait des divergences et les différences parties ont commencé à stimuler au contraire les différentes visions et idées nationalistes. Donc, c’était des paroles populistes qui parlaient de l’économie, du passage à l’économie de marché mais personne, parmi ceux qui avaient le pouvoir, ne pensait aux conséquences tragiques de ces évènements. Ensuite, on a continué à suivre ce chemin de satisfaire les ambitions nationalistes de ces élites. Ils ont oublié qu’ils n’avaient plus les instruments pour garder le pouvoir. Les instruments comme sous Staline c’est-à-dire la terreur. Ils n’ont pas vu que le rôle du parti « communiste » n’était plus le rôle du parti leader. »

                            N’ayant plus pour maintenir l’unité de l’URSS « la terreur » comme sous Staline, ce serait donc les « ambitions nationalistes de ces élites » qui auraient causé la désagrégation de l‘URSS au moment où la question d’abandonner l’économie planifiée s’est posée. C’est ainsi que, pour Poutine, ce qui devait arriver arriva précisément en septembre 1989 (13mn07s) :

                            « En septembre 1989, lors de la plénière du parti « communiste » on a adopté la plate-forme du parti « communiste » de l’URSS. Je cite : « Les républiques de l’URSS ont tous les droits propres des états souverains socialistes ». Encore autre chose : « Les organes supérieurs de ces républiques peuvent aller à l’encontre des décisions du gouvernement de l’URSS ». Et encore : « Chaque république de l’URSS a la possibilité de donner la citoyenneté. Les citoyens de cette république ont la citoyenneté de cette république ».

                            Voilà les principes ! Donc, aujourd’hui, et maintenant, on ne va pas parler du détail du droit constitutionnel mais, je vous pose la question : Pourquoi il a fallu, dans ces conditions difficiles, démanteler, faire cette déconstruction, de l’Etat. Avant le démantèlement de l’URSS, le destin de l’URSS était déjà scellé. Aujourd’hui, les différentes personnes en Ukraine, notamment, disent que c’est grâce à eux que le pays a gagné l’indépendance. Mais, en réalité, ce n’est pas comme ça que s’est arrivé. C’est à cause des erreurs des bolchéviks et des leaders du parti « communiste » de l’URSS. Le démantèlement de l’URSS c’est de leur faute.

                            Remarquons bien que, du point de vue de Poutine, les nationalistes ukrainiens, tchéchènes ou autres ne sont pas responsables du démantèlement de l’URSS. La faute en incomberait uniquement à Lénine et aux bolchéviks. Rappelons seulement, pour souligner que c’est faux, qu’en ce qui concerne l’Ukraine, l’indépendance a été reconnue sous le gouvernement de Kérensky.


                          • Redistribuer 18 mars 19:30

                            Alors j’ai une question Vladimir Poutine dit cela maintenant, je partage ce qu’il dit, mis à part ses critiques injustifiées sur Lénine, je l’ai déjà dit, mais que faisait-il à cette époque ?

                            Vladimir Poutine n’était pas un obscur militant de base ! C’était un officier de premier plan du KGB. Quand on connait la manière dont était constituée l’armée soviétique, la minutie avec laquelle l’encadrement était recruté, il est impensable de supposer que Vladimir Poutine n’occupait pas une place importante dans le parti et qu’il n’avait pas de là ou il était les moyens de lutter contre la dérive des dirigeants du parti qu’il dénonce ? Cela est d’autant plus vrai qu’il appartenait à un service d’élite : Les services secrets !

                            Alors pourquoi n’a-t-il rien fait ? Pourquoi a-t-il accompagné le courant, préférant travailler à la mairie de St Petersburg pour se rapprocher du pouvoir et se faire finalement embaucher par Boris Eltsine et devenir son successeur.

                            A la même époque me vient à l’esprit d’autres évènements semblables qui se sont déroulés en Chine : Tien An Men !

                            Là il y a dans le parti communiste chinois une fraction qui prenant exemple sur le frère soviétique veut prendre le même chemin, mais contrairement à l’union soviétique, ou tout se passe sans problème, mis à part une tentative de coup d’état de militaire bien trop tardive et fort mal préparée qui était de ce fait vouée à l’échec, la bas à Pékin tout ne va pas si bien, le parti, l’armée populaire de libération, le pays sont coupé en deux, La Chine Populaire est au bord de la guerre civile !

                            Deng Xiaoping, l’un des héros de la révolution chinoise, le compagnon de Mao, l’acteur du miracle économique chinois hésite, quel camp va-t-il choisir ?

                            Le même que celui des apprentis sorciers et des traitres de la direction du PCUS ou celui de ceux qui tienne à la révolution et qui veulent la sauver ?

                            Deng choisit de rester fidèle à ses convictions de jeunesses.

                            Oh on lui reprochera bien sur les victimes, les hypocrites occidentaux sauteront comme des cabris sur leur chaise, mais il tiendra bon.

                            Que faire ? Des unités de l’armée chinoise s’affrontent les armes à la main !

                            Bien surmon propos n’est pas d’encensé le modèle chinois, il y a beaucoup à redire, pas plus d’ailleurs que l’union soviètique, premier état ouvrier de l’histoire n’était parfaite, mais le modèle chinois a le mérite d’exister et tant qu’il existe l’espoir est là des millions de militants réfléchissent et partagent cet idal de l’humanité, c’est sur eux que je porte tous mes espoirs !

                            Que serait la Chine aujourd’hui si les évènements avaient tourné autrement ?

                            Y compris le niveau de vie des populations chinoises serait-il ce qu’il est aujourd’hui ?

                            « Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain ! »

                            Telle a toujours été ma devise


                            • Lynwec 18 mars 19:42

                              @Redistribuer

                              "Alors pourquoi n’a-t-il rien fait ? Pourquoi a-t-il accompagné le courant, préférant travailler à la mairie de St Petersburg pour se rapprocher du pouvoir et se faire finalement embaucher par Boris Eltsine et devenir son successeur."

                              Pourquoi ? Il me semble que c’est pourtant très simple à comprendre.

                              Quand vous êtes un sous-fifre :

                              soit vous suivez le mouvement en attendant d’avoir le pouvoir de changer les choses selon vos idées
                              soit vous ruez dans les brancards et finissez au goulag (ou dans une prison secrète, y a pas que les soviétiques pour interner les opposants)
                              soit vous vous retirez et ne changerez jamais rien (en supposant que ça ne vous attire pas quelques soupçons malgré tout).

                              Poutine a choisi sa voie. L’avenir dira si c’était la bonne.


                            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 mars 20:01

                              @Lynwec
                              « Poutine a choisi sa voie. L’avenir dira si c’était la bonne. »

                              Poutine a choisi sa voie et le présent nous dit que ce n’était pas la bonne.
                              Il a choisi d’être l’un des gangsters qui se sont partagés, pour leur propre bénéfice, les morceaux de fortune qui tombaient en masse lors du démantèlement de l’économie planifiée quand tous les biens de l’Etat ont été privatisés. Des gangsters ont réussis à s’accaparer d’énormes fortunes. Poutine était l’un d’eux en profitant de sa place dans l’ancien appareil d’Etat pour trouver les filons à exploiter et en menant contre d’autres gangsters une guerre impitoyable. Poutine fut l’un de ces plus talentueux truands. Il en a gardé les caractéristiques principales.


                            • Lynwec 18 mars 20:06

                              @Jean Dugenêt

                              Votre interprétation est dans le présent. L’avenir vous ( ou me ) fera peut-être penser autrement, ne voyez pas à court terme.


                            • Redistribuer 18 mars 21:21

                              @Lynwec
                              « soit vous suivez le mouvement en attendant d’avoir le pouvoir de changer les choses selon vos idées » 

                              Non il n’a rien changé du tout et sa fuite en avant se terminera mal, en plus il s’est aventuré dans une opération qu’il n’a pas les moyens de mener à son terme ! 

                              Ses généraux qui l’ont conseillé sont des nullités en matière tactique !

                              La chine refuse de s’engager dans son aventure scabreuse et elle a raison !

                              Inutile de gacher tout ce qui a été fait depuis 1949 pour quelqu’un qui n’en vaut pas la peine !

                              Quoi qu’en disent ceux qui répètent que ce sont des vieilles lunes et que c’est le passé, l’avenir du bonheur de l’humanité est dans le communisme pas dans le capitalisme qui favorise l’égoisme et le chacun pour soi !


                            • Redistribuer 18 mars 19:36

                              Conclusion Finale

                              Le role dirigeant du parti communiste reste en tout état de cause la condition sinequanone du succès d’une révolution socialiste dans un pays !


                              • Pie 3,14 18 mars 20:30

                                Quel charabia ! Cet article c’est retour vers le futur, on se croirait dans les années 60 chez un marxiste orthodoxe.

                                J’aime beaucoup cette capacité à remettre au milieu du tapis l’impérialisme américain quel que soit le sujet.

                                La Russie ne parvient pas à devenir une démocratie, c’est la faute aux américains. Poutine ne supporte la perte des territoires soviétiques, c’est la faute aux USA. Il se pense encerclé comme le pensaient aussi Pierre le Grand et Catherine 2 de Russie, c’est la faute aux USA.

                                Quoi qu’il arrive ce sera toujours la faute à l’impérialisme américain. 

                                Ce bagage idéologique très XXème siècle n’arrive jamais à imaginer les autres impérialismes et raisonne religieusement avec un siècle de retard.


                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 18 mars 21:00

                                  @Pie 3,14
                                  A force ils vont prendre l’Amour de Xi .


                                • Jonas Jonas 19 mars 01:23

                                  «  Or le peuple ukrainien, comme tous les peuples du monde, a le droit sur son territoire de disposer comme il l’entend de son destin. »

                                  Et alors ? En Crimée en mars 2014, après la révolution orange américaine, la population a voté a 96% pour être rattachée à la Russie, pourquoi ce droit des peuples n’-a-t-il pas été respecté ?


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 09:02

                                    @Jonas

                                    Existe-il un peuple « criméen » ? Si c’est le cas alors il doit être composé essentiellement de Tatars ? Car c’était bien la culture des tatars qui a dominé sur cette région pendant des siècles.

                                    Je ne doute pas que si on faisait voter la population du rocher de Gibraltar elle voterait à 99% pour faire partie de l’Angleterre. Il me semble pourtant qu’il y aurait quelques raisons de considérer que Gibraltar fait partie de l’Espagne. On peut aussi parler de la population juive de l’actuelle Palestine. Bref ! Il ne faut pas confondre un pays et une enclave peuplée artificiellement avec des étrangers. Sur la question de la Crimée, la discussion peut donc rester ouverte.


                                  • Redistribuer 19 mars 10:27

                                    @Jean Dugenêt
                                    « Il ne faut pas confondre un pays et une enclave peuplée artificiellement avec des étrangers. »

                                    Pour une fois je ne suis pas d’accord avec cette affirmation, elle justifie à priori les errements de l’extrème-droite et leur théorie du grand remplacement !

                                    Les habitants d’un territoire ont le droit de choisir leur destin et quelle que soit leur origine ou la façon dont ils sont arrivés point !


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 18:09

                                    @Redistribuer
                                    "Les habitants d’un territoire ont le droit de choisir leur destin et quelle que soit leur origine ou la façon dont ils sont arrivés point !"

                                     A propos de la Palestine, êtes vous d’accord pour que les israéliens imposent leur loi à la population qui peuplait ce pays avant qu’ils n’arrivent.


                                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 18:14

                                    @Jean Dugenêt

                                    Petite nuance supplémentaire pour ceux qui tiennent à considérer que la Crimée pourrait être considérée comme un pays indépendant. Ce fut effectivement le cas par le passé. Car il y a à ce sujet un détail omis par tous ceux qui réécrivent l’histoire de la Russie à leur manière.

                                    Dès le lendemain de la révolution, les bolchéviks se sont intéressés à la Crimée. Le peuple tatar profite alors d’une courte période de reconnaissance de ses droits car Lénine lui octroie un statut d’autonomie. Le 18 octobre 1921, la république qui voit le jour en porte la trace dans son intitulé, puisqu’il s’agit de la « République socialiste soviétique autonome de Crimée ».

                                    Quand la Crimée a existé comme république autonome c’était la Crimée des tatars.


                                  • microf 19 mars 10:51
                                    « BANDA KANI : Le vrai chef système international »

                                    https://youtu.be/32t0-CX798g


                                    • Redistribuer 19 mars 12:03

                                      Dès l’instant qu’on entre dans le débat sur les droits des nationalités et des groupes ethniques en tant que tel sur les territoires, on ouvre la boite de Pandorre, on se plie au raisonnement petit bourgeois qui consiste à remplacer la lutte des classes par la lutte des races, de même que les féministes extrémistes essaient de remplacer la lutte des classes par la lutte des sexes !

                                      Si les bolchéviques à leur début se sont énormément intéressés au problème des nationalités parce que le tsarisme avait effectivement enfermé tous les peuples de l’empire dans un autoritarisme de type colonial, ils ont rapidement compris que l’idéologie, la lutte pour le socialisme devait primer sur tout et l’emporter sur la théorie des nationalités, la dépasser.

                                      Il est remarquable d’observer ce qui s’est passé en Ukraine en 1917, il y a d’abord un état bourgeois ukrainien qui déclare son indépendance, puis quelques jours plus tard une république soviétique dans l’est.

                                      Lénine comprend alors tout le danger que comporte cette concession au raisonnement petit bourgeois ! Il crée l’union des républiques socialistes soviétiques dont une Ukraine unifiée dans une république socialiste soviétique d’Ukraine fera partie, le rôle dirigeant du parti communiste de l’union soviétique est réaffirmé sur tout le territoire de l’union. 

                                      Poutine dénonce avec raison cette erreur funeste, mais je ne suis pas d’accord quand il accuse Lénine, ce n’est pas Staline qui a créé la république socialiste soviétique d’Ukraine en lieu et place de la république bourgeoise proclamée ! En suite S’il reproche avec raison aux dirigeants du PCUS de 1985-1990 d’avoir modifié la constitution pour réintroduire le droit de sécession des républiques, il rejoint le nationalisme en Russie et il continue de le faire !

                                      Il est responsable de cette guerre parce qu’il n’a cessé d’appuyer et de renforcer le nationalisme grand russe, sa récente prise de position sur la reconnaissance de plus de 300 nationalités dans la fédération de Russie arrive bien trop tard car elle contredit ce qui a été sa position intangible pendant des dizaines d’années !

                                       

                                      Conclusion

                                       

                                      Si on remplace le concept de lutte des classes par celui petit bourgeois de lutte des races, il ne faut pas s’étonner, que tout se brise et qu’on vienne à la guerre, c’est la logique des choses !


                                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 12:51

                                        @Redistribuer

                                        "Si les bolchéviques à leur début se sont énormément intéressés au problème des nationalités parce que le tsarisme avait effectivement enfermé tous les peuples de l’empire dans un autoritarisme de type colonial, ils ont rapidement compris que...« 

                                        Les bolchéviques n’ont pas changé d’avis. Ils n’en ont pas eu la possibilité. Après la mort de Lénine en 1924, ils se sont faits rapidement exclure du parti et dix ans plus tard ils se sont faits tous massacrer par Staline (1500 fusillés et 1600 déportés tous les jours pendant 500 jours).

                                        Il ne faut pas confondre les bolcheviques et les staliniens. La lutte pour le socialisme n’a rien à voir avec »la construction du socialisme dans un seul pays« . C’est complètement antinomique.

                                         »sa récente prise de position sur la reconnaissance de plus de 300 nationalités dans la fédération de Russie arrive bien trop tard car elle contredit ce qui a été sa position intangible pendant des dizaines d’années ! « 

                                        En fait, il n’y a pas de contradiction au contraire. Dire qu’il y a 300 nationalités c’est s’opposer au fait qu’il pourrait y en avoir un petit nombre réclamant leur indépendance. Dire qu’il y a 300 nationalités c’est affirmé qu’il y a un seul peuple indivisible.

                                        L’auteur de l’article nous livre sur son blog un article de Lénine qui apporte un bon éclairage sur les rapports entre luttes de classe et les principes de nationalité ou ce que vous appelez »lutte des races".


                                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 13:55

                                        @Jean Dugenêt
                                        J’ai oublié le lien sur l’article de Lénine.
                                        On trouve aussi l’article sur marxists.org.


                                      • Redistribuer 19 mars 15:20

                                        @Jean Dugenêt
                                        L’urss est crée le 30 Décembre 1922 deux ans avant la mort de Lénine !
                                        Si la constitution de l’urss reconnait une certaine autonomie locale des républiques fédérées, mais à coté il y a un parti unique le parti bolchèvique qui exerce le pouvoir dans l’ensemble des états de la fédération, ce qui tempére d’un coté ce qui a été donné de l’autre !
                                        En fait Lénine, tient compte des réalités et met en oeuvre des compromis, comme lorsqu’il met en oeuvre la Nep quand il s’aperçoit que l’application des théories marxistes à la lettre et d’une manière dogmatique rencontre des difficultés !
                                        Ce avec quoi Joseph Staline qui est un dogmatique est en désaccord, Staline est partisan d’une république bolchèvique unique avec un gouvernement central unique.
                                        Ceci dit Staline créera aussi de nouvelles républiques fédérées dans le Caucase, ce qui prouve qu’il a pu quelque peu modèrer aussi ses idées du début !

                                        Je suis tout à fait d’accord avec le jugement des trotskystes sur Staline, en ce qui concerne la véritable destruction du parti bolchèvique, c’est un fait historique que d’ailleurs le pcf a fini par reconnaitre !

                                        Mais tout rejeter de ce qui s’est passé pendant la période stalinienne est une erreur, Staline était un dictateur qui pratiquait le culte de la personalité qui était brutal et qui a commis d’innombrabres crimes d’état, mais il n’a jamais rétabli le capitalisme en Russie, au contraire il a collectivisé de force la paysanerie en utilisant des méthodes expéditives et en massacrant effectivement les koulaks !

                                        Il n’a jamais fait vis à vis de l’idéal socialiste ce que Boris Etsine et ses complices des républiques adulés de l’occident capitaliste ont fait !

                                        Il faut savoir faire la part des choses, ce que j’ai toujours reproché aux trotskystes c’est de ne pas savoir le faire !

                                        De même, je considère que l’existence de la Chine populaire malgré les insuffisances du régime constitue une avancée pour notre combat et que sa disparition serait un recul comme la disparition de l’union soviètique a été une tragédie pour le mouvement ouvrier et révolutionnaire dans le monde.

                                        En Chine il y a un parti communiste qui compte 80 millions de membres, le plus grand politique de la planète !

                                        Oui je fait confiance à ces militants pour améliorer et continuer à nous aider à entretenir la flemme de notre combat malgré les réserves importantes que je peux avoir sur la ligne politique des dirigeants du parti communiste chinois !

                                        Peut être cette incapacité des trotskystes à pouvoir juger et analyser le système stalinien sereinement est-il du au fait que leur inspirateur a été assassiné par Staline. Cela les empeche peut-etre de raisonner sans passion !

                                        Cela dit pour être juste Staline est mort en 1953, nul ne sait ce qu’il aurait fait en 1980-1990 pas plus d’ailleurs on ne sait quelle aurait été la politique de Trotsky s’il avait gagné par rapport à Staline et encore moins quelle aurait été son attitude lors de cette période qui vit la disparition de la perspective socialiste dans l’espace soviètique !


                                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 20 mars 09:29

                                        @Redistribuer
                                        "Peut être cette incapacité des trotskystes à pouvoir juger et analyser le système stalinien sereinement est-il du au fait que leur inspirateur a été assassiné par Staline. Cela les empeche peut-etre de raisonner sans passion !"

                                        En fait la répression conjuguée du nazisme et du stalinisme a abouti à bien pire que cela dans les deux bastions du mouvement ouvrier mondial qu’étaient l’Allemagne et la Russie.

                                        Ce fut en fait la suppression physique non seulement de l’avant garde du mouvement ouvrier mais de toute l’organisation du mouvement ouvrier : tous les partis, les syndicats, les organisations de jeunesses, de femmes, les organisations culturelles ou récréatives liées au mouvement ouvrier, tout a disparu par la liquidation physique des militants. C’était plus qu’une répression. C’était la liquidation physique de la totalité du mouvement ouvrier là où il était le plus développé : en Russie et en Allemagne. Hitler s’est chargé de la besogne en Allemagne et Staline en Russie.

                                        Le mouvement ouvrier mondial ne s’en est jamais complètement remis. Encore aujourd’hui il parait saugrenu à beaucoup de militants que nous voulions construire une internationale révolutionnaire. Avant cette liquidation physique c’était une idée admise par tous. Il aurait été alors saugrenu de prétendre lutter pour le socialisme sans se préoccuper de construire une organisation internationale. Un Mélenchon à cette époque aurait été rejeté par tous à vouloir imposer une organisation franco-française. Il en aurait été de même pour le PRCF et bien d’autres.

                                        Les trotskystes eux-mêmes ne se sont jamais complètement remis de cette répression. C’est ce qui explique cette dispersion dans des organisations centristes (qui ne sont plus trotskystes du tout) de militants qui se réclament du trotskysme. C’est ce qui explique ce relatif échec. La IVème internationale n’a jamais été réellement effective et les trotskystes n’ont jamais pu prendre le pouvoir. Les conditions existent maintenant pour que la IVème internationale revive.


                                      • Redistribuer 19 mars 12:24

                                        Il ne suffit pas d’affirmer comme il le fait dans la suite de son discours que la Russie a aidé l’Ukraine qu’elle lui a apporté une aide économique préférentielle.

                                        En 1990, les citoyens ukrainiens et russes avaient le même niveau de vie et pour cause, ils appartenaient au même ensemble. En 2022, le niveau de vie d’un ukrainien est trois fois inférieur à celui d’un russe ! Comment s’étonner dans ces conditions que une partie des ukrainiens lorgnent vers l’Europe ou la Pologne ou la Hongrie parviennent petit à petit à rattraper leur retard !

                                        Ce qui arrive à l’espace soviétique est semblable à ce qui s’est produit dans les anciens empires coloniaux européens. En fait la décolonisation a plus profité aux métropoles qu’aux anciennes colonies en leur permettant de se débarasser de leur charge handicapante ! La situation pour l’espace soviètique se complique car les anciennes colonies se trouvent à quelques kilomètres de l’ancienne métropole au lieu de se situer à des milliers de kilomètres, ce qui occasionne des problèmes de voisinages qui créent les tensions.

                                        Sur les territoires de l’Ukraine les russophones sont considérés par une partie de la population comme des colons qu’on ne verrait pas repartir en Russie avec déplaisir !

                                        L’exemple des tatars de Crimée est significatif, la propagande ukrainienne est d’expliquer qu’ils sont les véritables possessurs de la terre puisque les autres sont des intrus importés par Staline !


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 15:00

                                          @Redistribuer

                                          "Sur les territoires de l’Ukraine les russophones sont considérés par une partie de la population comme des colons qu’on ne verrait pas repartir en Russie avec déplaisir !

                                          L’exemple des tatars de Crimée est significatif, la propagande ukrainienne est d’expliquer qu’ils sont les véritables possesseurs de la terre puisque les autres sont des intrus importés par Staline !"

                                          Il serait bon que ces deux affirmations soient justifiées par des faits. Si c’est vrai cela a sans doute été écrit quelque part. Je le dis sans esprit de polémique car c’est plausible. Mais, entre être plausible et être effectif il reste un écart.


                                        • Redistribuer 19 mars 15:36

                                          @Jean Dugenêt
                                          « Il ne faut pas confondre les bolcheviques et les staliniens. La lutte pour le socialisme n’a rien à voir avec »la construction du socialisme dans un seul pays« . C’est complètement antinomique. »

                                          Je partage le point de vue des trotskystes sur la nullité de la théorie de la contruction du socialisme dans un seul pays.
                                          C’est une invention de Staline qui a d’ailleur prouvé son échec !

                                          Cela dit la théorie de la révolution permanente des trotskystes aboutit à ne pouvoir rien construire de viable là ou on l’a emporté et à ne jamais être en paix !

                                          Je m’interroge d’ailleurs sur le fait que si Trotsky l’avait emporté sur Staline il n’aurait pas renoncé en partie à cette théorie.

                                          Ce fut d’ailleurs l’origine de la controverse entre Fidel Castro et Che Guevara à Cuba qui abandonna sa tache dans le Cuba socialiste ou il était considéré comme un héros pour aller mourir dans le sombre maquis bolivien.


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 22:22

                                          @Redistribuer

                                          L’un des aspects de la théorie de la révolution permanente enseigne qu’une révolution victorieuse dans un pays ne peut pas stagner. Elle ne peut que s’étendre ou être vaincue. Si elle s’étend c’est à la fois en politique intérieure et en politique extérieure. En politique intérieure les réformes socialistes doivent être de plus en plus prononcées avec plus de libertés, de démocratie, davantage de socialisation du travail... En politique extérieure, il faut faire en sorte que la révolution s’étende à d’autres pays.

                                          Il est exact que la politique aventureuse de Guevara en Bolivie était motivée par la volonté d« étendre la révolution cubaine. Mais, Guevara a négocié avec Castro pour tenter cette »aventure« . Il ne s’est pas opposé à lui dans son alignement avec le Kremlin et la répression des trotskystes. De plus, la stratégie de Guevara était celle du guerillérisme. Elle était anti-marxiste parce qu’elle était inspirée d’une vision mystifiée de la révolution cubaine que Guevarra a contribué a créé et à laquelle il croyait.
                                          Voir à ce sujet mon article : »Les trotskystes et la révolution cubaine« . A voir aussi sur mon blog de Médiapart.

                                           »Cela dit la théorie de la révolution permanente des trotskystes aboutit à ne pouvoir rien construire de viable là ou on l’a emporté et à ne jamais être en paix !"

                                          Je comprends ce que vous voulez exprimer ainsi. Il est vrai que vouloir étendre la révolution implique de ne jamais penser qu’il faut s’arrêter. Mais existerait-il un moyen d’avoir la paix sans le socialisme ? Le capitalisme qui perdure est un générateur perpétuel de guerres. Il faut donc choisir.


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 19 mars 22:34

                                          @Jean Dugenêt
                                          En ce qui concerne Che Guevara, il faut ajouter qu’il a eu l’immense mérite de mettre ses actes en accord avec ses idées et il l’a payé de sa vie.

                                          La différence est énorme avec Mandel, Krivine, Ben Saïd et autres qui ont envoyé leurs militants d’Amérique Latine se faire tuer en masse avec la politique guérillériste qu’ils ont adopté un moment... Il se sont contentés, pour leur part de jouer aux guerilleros sur le quartier latin ce qui ne leur faisait par prendre beaucoup de risques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité