• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’obsession de l’islamisme : un nouveau maccarthysme

L’obsession de l’islamisme : un nouveau maccarthysme

 

Pendant quarante-six ans, entre la fin de la seconde guerre mondiale (1945) et l’implosion de l’URSS (1991), l’épouvantail du communisme fournissait une justification idéologique à la poussée hégémonique des Etats-Unis et la religion, ciment social, figurait en bonne place comme thème de la politique étrangère américaine. 

L'antagonisme entre communisme et religion avait contribué à établir durablement un consensus de la politique étrangère de la guerre froide dans tous le pays membres de l’OTAN qui aiment à se présenter comme la « communauté internationale ». L’athéisme d’état soviétique fournissait à la guerre froide son fondement moral : il s'agissait d'un combat opposant la crainte de Dieu à la négation de Dieu, et il était clair pour les occidentaux que Dieu reconnaitrait les siens. 

Pendant cette période, les stratèges occidentaux (qui n’étaient d’ailleurs pas forcément croyants eux-mêmes) s'appuyaient sur l’idée que les chrétiens, les juifs et les musulmans avaient le même Dieu pour enrôler des musulmans dans le combat contre les athées communistes, comme dans la guerre soviéto-afghane de 1979-1989 : pour contrer l’avancée de l’armée soviétique, les États-Unis s’étaient associés à la résistance afghane dont ils avaient baptisé les membres « combattants de la liberté », et ils leur avaient fourni une l'aide logistique importante par l'intermédiaire des Saoudiens et des Pakistanais. Pourtant, peu de temps après la calamiteuse défaite soviétique, les « combattants de la liberté » se sont transformés en « talibans » farouchement antioccidentaux, ce qui a été perçu comme un sacrilège, un manque de respect pour le plan de Dieu.

Puis, après le 11 septembre 2001, avec le lancement par George W. Bush de la « guerre contre le terrorisme », l' « islamisme » a succédé au « communisme » (entendre par là l’incarnation du mal sur terre) en tant qu’idéologie dangereuse qui, si rien n'était fait, menacerait de balayer le globe avec des conséquences désastreuses pour la liberté. Ceux que Washington avait armés en tant que « combattants de la liberté » sont devenus les ennemis les plus dangereux de l’Amérique et de ses alliés. C’est du moins la position qu’affichaient les gouvernements occidentaux pour inhiber tout débat sur la question de savoir si les interventions militaires étaient la meilleure approche pour servir les intérêts américains sous le prétexte de promouvoir les valeurs libérales au niveau mondial.

Mais ce cri de guerre contre l'islamisme s’est révélé difficile à expliquer : dans les esprits, l’islamisme a fusionné spontanément avec l’Islam. Tout s’est passé comme si le suffixe en « isme » était une subtilité d’intellectuels inaccessible au commun des mortels. Les médias auxquels a été attribuée la mission de transmettre la vérité officielle se sont révélés d’autant plus incapables de clarifier la confusion sémantique entre islam et islamisme, musulmans et islamistes que leurs rédacteurs étaient eux-mêmes soit imperméables à ces subtilités, soit émoustillés par les perspectives de manipulation que permettait cet embrouillement linguistique. L'administration Bush avait bien tenté de contourner cette dérive en créant la rubrique « terrorisme », mais le coup était parti et, ce terme générique n'offrant aucune explication sur les motifs qui animaient le nouvel ennemi, l’opinion publique a retenu qu’il s’agissait de questions de religion, poincétou !

Le levier qui devait faire basculer cet fragile agencement est arrivé sans crier gare, de la société civile eet non pas des autorités. Un essai d'analyse politique paru en 1996, rédigé par l'Américain Samuel Huntington, professeur à Harvard, "Le Choc des civilisations" (en anglais "The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order"), a fourni à la guerre contre le « terrorisme » un fondement idéologique que l'establishment tardait à mettre au point. Comme s’il s’agissait d’une révélation, tout devenait plus clair pour les acteurs de terrain

Alors que George W. Bush puis Barack Obama insistaient pour expliquer que les Etats-Unis n’étaient pas en guerre contre l'Islam en soi, des officiers comme le Général Boykin voyaient les choses sous un autre angle. Après une rencontre avec un chef de guerre somalien qui prétendait bénéficier de la protection d'Allah, le général américain avait expliqué que son adversaire se faisait des illusions : « Je savais que mon Dieu était plus grand que le sien. Je savais que mon Dieu était un vrai Dieu et que le sien était une idole. Nous vaincrons car nous les combattons au nom de Jésus ».

Même si le secrétariat d’état s’est empressé de déclarer que le général avait exprimé des idées personnelles qui n’étaient pas celles du gouvernement, il était clair qu’il ne s’agissait pas d’un cas isolé. D’ailleurs, le général a gardé son poste de sous-secrétaire adjoint à la défense des renseignements au Pentagone, ce qui montre que l'administration considérait sa transgression comme mineure. En fait, Boykin avait eu le même type de comportement que celui des partisans de MacCarthy au débute de la guerre froide : il avait dit tout haut ce que ses collègues pensaient tout bas. Ce que les Américains des années 1950 ont connu sous le nom de maccarthysme est réapparu sous la forme du « boykinisme ».

Les historiens débattent pour savoir si le maccarthysme représentait une perversion de l'anticommunisme ou son expression spontanée. Aujourd’hui, les observateurs se demandent si le « boykinisme » (appellation non homologuée) représente une réponse simplement enthousiaste ou totalement fanatique à la menace islamiste. Les similitudes sont frappantes. Comme McCarthy, Boykin croyait que, si les ennemis au-delà des frontières étaient un danger réel, l'ennemi de l'intérieur représentait une menace encore plus grande. "J'ai étudié l'insurrection marxiste", avait-il déclaré dans une vidéo en 2010. "Cela faisait partie de ma formation. Et les choses qui ont été faites dans chaque insurrection marxiste se font aujourd'hui en Amérique. », en comparant explicitement les États-Unis gouvernés alors par Barack Obama à l'Union soviétique de Staline, la Chine de Mao Zedong et le Cuba de Fidel Castro.

Dans les débats politiques de la société américaine depuis la dernière élection présidentielle, le « Boykinisme », informel et non théorisé mais imprégné dans bien des esprits occidentaux sur plusieurs continents, fournit le carburant qui sert à maintenir au chaud le sentiment anti-américain dans le monde islamique. L’effet pervers est que le leitmotiv a fini par convaincre le monde musulman que la guerre mondiale contre la terreur était une guerre contre eux.

Avec l’entrée en scène de l’ « Etat Islamique », l’obsession de l’islamisme est passée du rôle de figurant à celui de « star ». Le fait de qualifier les combattants de l'Etat Islamique de "terroristes islamiques radicaux" n'était pas seulement une dénomination permettant de les identifier, mais un élément stratégique justifiant la présence et les interventions de l’armée américaine dans ces contrées. En utilisant une formulation qui implique un lien dogmatique entre l'islam et l'extrémisme violent, ils jouaient sur l'antipathie de l'opinion publique américaine à l'égard de l'Islam.

De même qu’il existe un consensus pour jeter l’anathème sur le racisme ouvert, l’obsession islamiste sert de ciment social aux nations occidentales au même titre que l’anticommunisme à l’époque du Maccarthysme, même si quelques signes récents laissent penser que le l’état profond a compris qu’une guerre avec "l'Islam radical" est en réalité contre-productive. Mais comment sortir de ce guépier sans perdre la face ? C’est là la nouvelle mission de Donal Trump.


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

154 réactions à cet article    


  • NEMO Clark Joseph Kent 10 janvier 11:35

    Je n’ai pas mentionné dans l’article la réalisation d’un film de propagande réalisé en 2005 intitulé : « Obsession : Radical Islam’s War Against the West ». Ce document compare notamment la menace de l’islamisme radical avec la montée du nazisme avant la Seconde Guerre mondiale. Il a été projeté à la Chambre des Représentants des États-Unis et dans de nombreux campus américains. Même si elle a été vivement critiquée, cette réalisation a connu son heure de gloire et a servi d’argument pour justifier la politique internationale des Etats-Unis pendant plusieurs années.


    • mmbbb 10 janvier 20:46

      @Clark Joseph Kent un peu facile D une part vous ne mentionnez pas l origine du maccarthysme Les amerloques se sont fait torpilles les plans de la bombe par un certain Klaus Fuchs qui donna les plans a la Russie. Les services de contre espionnage americains etaient défaillant pas etonnant qu ils voyaient rouge Par ailleurs selon vous l URSS d alors ne representait aucune menace ? Quant a l islamiste, les attentats de Londre Belgique France Espagne ont eu lieu puisqu une communaute a pu installer une base arrière Lorsque je vois une femme voilée a Lyon ( phénomène récent ) je ressens ceci comme le reniement de ma propre histoire Je sais que le relativisme culturel est desormais la ligne directrice de la pensée mais il y a une lame de fond d un certain radicalisme que l on peut ignorer . A moins de ne pas vouloir voir



    • Jonas 10 janvier 22:01

      @Clark Joseph Kent "Je n’ai pas mentionné dans l’article la réalisation d’un film de propagande réalisé en 2005 intitulé : « Obsession : Radical Islam’s War Against the West »."

      Vous voulez réellement connaître la vérité sur l’Islam ?
      Alors regardez et écoutez les prédicateurs et imams dans les plus grandes mosquées de France endoctriner des centaines de milliers de musulmans au fondamentalisme islamique misogyne, antioccidental, antichrétien et antisémite :
      http://islamineurope.unblog.fr/
      https://vimeo.com/user75660018


    • HELIOS HELIOS 11 janvier 03:12

      @Clark Joseph Kent

      L’islamisme, c’est comme le cancer ... il faut le vaincre ou en mourir !... et je vous passe toutes les comparaisons qui vont avec...

    • velosolex velosolex 11 janvier 22:31

      @HELIOS
      Le mac carthysme était une horreur, l’islamisme encore plus. 


      Le premier sanctionnait l’appartenance communiste, le second vous met des œillères sur la vie, à droite à gauche et au milieu, et habille les femmes d’une cage d’ascenseur. 

      Une machine à rétrécir les idées qu’il est impossible de caricaturer, tant ses valeurs et ses convictions sont la négation de toute intelligence, de toute beauté, de toute vie, de toute philosophie...Plus con tu meurs. Ben justement, voilà le projet. 

      Et pour le profit de qui je vous le demande ?
      De quelques gros cons enturbannés, poussant les foules de crétins devant eux, poussant leur bombe comme un chariot de supermarché, pressé de passer à la caisse, rejoindre les 72 vierges....

      72 : Vive le département de la sarthe, et ses rillettes du Mans !. 


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 janvier 12:23

      @Clark Joseph Kent


      Sauf pour un auteur écrivant comme vous d’une autre planète, je ne vois pas de quoi s’indigner quand on « compare notamment la menace de l’islamisme radical avec la montée du nazisme avant la seconde guerre mondiale »

      Sans la quotidienne propagande islamophile installée dans notre pays depuis des années, on verrait qu’il y a, de toute évidence, bien des points de comparaison très justifiés.

    • Diogène diogène 10 janvier 11:48

      Que se passerait-il si un général américain disait aujourd’hui en parlant d’une rencontre avec Netanyahu :  « Je savais que mon Dieu était un vrai Dieu et que le sien était une idole. » ?


      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 10 janvier 12:14

        Bien sûr, les multiples attentats dans le monde entier sous bannière islamiste ne sont que des délires paranoïaques et les vidéos d’égorgement de l’EI ne sont que des « fake news » destinées à alimenter cette phobie irrationnelle.

        Que ce site est fatigant avec de tels auteurs.


        • NEMO Clark Joseph Kent 10 janvier 12:27

          @Gilles Mérivac

          si vous aviez lu l’article, vous auriez découvert que les propos n’étaient pas de disculper les groupes radicaux islamistes instrumentalisés ou pas, mais d’analyser les conséquences d’une manipulation trop subtile qui voualit utiliser un mouvement fanatique plus ou moins fabriqué sans s’en prendre à toute une population. 
          Le rétropédalage actuel a du mal à s’extirper de ce bourbier, même en essayant de s’en prendre à un nouveau repoussoir avec Kim-ong-un !

          Si mes articles vous fatiguent, ne les lisez pas, ça vous fera des vacances.

        • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 10 janvier 14:28

          @Clark Joseph Kent
          Il n’y a pas plus de subtilité dans l’islam conquérant qu’il n’y en avait dans l’Allemagne nazie, le principe est exactement le même, pousse toi de là que je m’y mette. Les islamistes utilisent la violence brute, les autres le noyautage et la propagande.


        • Claudec Claudec 10 janvier 16:28

          @Gilles Mérivac

          Pire que le nazisme et le communisme, car c’est une religion qui coiffe le politique et pas seulement une idéologie. Et ceci implique que la totalité de ses fidèles soit concernée du plus au moins fanatique.

        • mmbbb 10 janvier 20:31

          @Claudec pire que la nazimes parce qu il n y a pas d unite de lieu ni unite de temps C ’est la force des islamistes ils le savent .


        • pipiou 10 janvier 22:05

          @mmbbb
          Pire que le nazisme ... les nazis avaient quelle religion déjà ????

          Qu’ont fait les institutions religieuses chrétiennes face au nazisme ? ..........


        • bob de lyon 11 janvier 10:46
          @pipiou

          Bonjour,

          Pour alimenter conjointement notre réflexion :

          Mon beau-père participa à de joyeuses vacances en Germanie de 1940 à 1945 comme Kriegsgefangene.

          En mai 1945, sur le chemin du retour effectué à pied à partir de la Prusse jusqu’à Strasbourg, dans les décombres d’un village allemand il trouva un objet.

          C’était une dotation de travail offert pas le régime et porté fièrement par un de ces boute-en-train formé dans cet efficace drill académique allemand.

          Ce bidule lui servit parfois à éloigner les importuns mais le plus souvent d’ouvre-boîte, d’épluche –légumes ou de piochon pour déterrer les pommes de terre, voire de clef pour décoincer des serrures.

          Sur la lame de ce poignard, j’ai bien lu, lorsqu’il me racontait ses histoires, qu’il y était écrit, en caractères gothiques, le traditionnel Gott mit Uns qui, depuis le XVIIIe siècle, était la devise militaire allemande.

          S’ensuivit des discussions philosophiques sur ce que pouvait penser Dieu quand un fer à sa dédicace et long de 30 cm pénétrait dans votre abdomen et vous fouaillait les intestins…


        • velosolex velosolex 11 janvier 22:57

           Le titre bien que correct en lui même, est peut être malhabile, car il amène un rejet, qui rejaillit sur l’analyse de l’article, que beaucoup n’ont pas du lire en fait, vous prenant vous même pour un fondamentaliste. 

          Tout cela fait référence à ce fameux chat qu’on déclare atteint de la rage pour le noyer. 

          A ce titre, je le reconnais, la comparaison avec le mac carthysme est assez bien choisi.
           Peut être auriez du davantage parler des mécanisme de manipulation, ceux qui ont permis l’invraisemblable, l’élection d’un fou à la tête des usa, qui partage avec les fondamentalistes musulmans une vision binaire du monde,« Un monde de préjugés et d’élucubrations qui rejettent Darwin des deux cotés. » . 
          Ces soit disant contraires se ressemblent étrangement. Ce sont des cyclopes qui se gavent des victimes sans cesse renouvelées et qui nous emmènent tous en enfer. 

        • Hurricane Hurricane 12 janvier 09:27

          @pipiou


          fastoch d accuser les religions , moins fastoch de contester ou résister quand l autre en face a un gros pétard dans sa main 
          Et qui avait le plus gros arsenal dans sa pogne ? Hitler ou le pape ? 
          Fastoch de dire bien au chaud devant un ordi que nous aurions résisté et désobéi 

        • Pascal L 12 janvier 11:25

          @pipiou
          « les nazis avaient quelle religion déjà ???? » 

          Expliquez donc le fond de votre pensée aux nombreux prêtres et pasteurs allemands morts dans les camps...
          On a jamais vu Hitler assister à un office religieux, sinon à ses propres grands messes dans les stades. Les nazis n’avaient que la religion d’eux-même : tous des Dieux, semblables aux Dieux des religions pré-chrétiennes en Allemagne. C’était la seule manière de pouvoir écrire « Gott mit uns » sur les ceinturons. C’est plus facile à démontrer lorsqu’on se prend soi-même pour Dieu.

        • Eric F Eric F 12 janvier 18:11

          @Pascal L
          En effet, l’idéologie nazie renouait avec les mythes germaniques, et si Hitler a, par opportunisme, évité d’attaquer frontalement les religions et même s’il s’en est parfois recommandé dans ses premiers texte, une fois au pouvoir il a cherché à les confiner et a tenu en privé des propos totalement hostiles (avec des arguments scientistes et nietzschéens).


        • Cateaufoncel 10 janvier 12:19

          Quoi qu’on fasse, quoi qu’on dise, l’Islam est un corps étranger dans la France actuelle.

          Il est contraire à la Déclaration des droits de l’homme, dans la mesure où il ne reconnaît pas la liberté religieuse.

          Il est contraire à la République, dans le mesure où le Coran établit l’inégalité hommes/femmes.

          Il est contraire à la Constitution, dans la mesure où il place le Coran, la Charia et les hadiths au-dessus des lois des hommes.

          Ceux qui l’ont laissé se développer sans frein ni garde-fou, ont commis un crime contre la Nation.


          • NEMO Clark Joseph Kent 10 janvier 12:32

            @Cateaufoncel

            votre commentaire confirme le caractère contagieux de l’épidémie qui a franchi l’Atlantique dans les caisses de Coca-Cola et de smartphones !

          • popov 10 janvier 12:45

            @Clark Joseph Kent

             
            À vous qui semblez être un expert en subtilités, je pose la question toute simple : 
             
            Quelle est donc la différence entre l’islam et l’islamisme ? À quels textes se réfèrent l’un et l’autre. Lequel ne considère-t-il pas Mahomet comme un exemple à suivre ? Lequel des deux permet l’apostasie ? 

          • popov 10 janvier 13:04

            @Clark Joseph Kent 

             
            Les historiens débattent pour savoir si le maccarthysme représentait une perversion de l’anticommunisme ou son expression spontanée.
             
            Et aujourd’hui, les bonzes de la bien pensance essayent de se convaincre que l’islamisme est une perversion de l’islam et non son expression spontanée.

          • Diogène diogène 10 janvier 13:08

            @popov

            votre premier commentaire pose une question à laquelle vous donnez la réponse dans le second

          • popov 10 janvier 13:19

            @diogène

             
            C’est ma réponse. J’attends celle de l’auteur.
             
            Et à en juger par le genre de réponse qu’il fait à Cateaufoncel, je ne me fais guère d’illusions.

          • NEMO Clark Joseph Kent 10 janvier 13:24

            @popov

            je partage l commentaire de Diogène.

            un de vos commentaires dans la suite des échanges montre que vous connaissez très bien le distingo
            vous faites l’âne pour avoir du son

          • popov 10 janvier 13:42

            @Clark Joseph Kent

             
            L’islamisme est congénital à l’islam. Disons qu’il y a des mahométans moins atteints que d’autres ou des époques où ils se tiennent plus tranquilles.
             
            Un penseur soudanais a proposé de retirer du coran ce qui lui semble avoir été ajouté pour justifier les conquêtes, razzias, prises de butin et d’esclaves. Ils l’ont pendu.
             
            Si sa proposition avait été mise en pratique, alors on aurait pu voir clairement la différence entre l’islam et l’islamisme.

          • NEMO Clark Joseph Kent 10 janvier 13:56

            @popov

            Ecoutez, je vais vous dire : personnellement, je n’en ai rien à carer de ces digressions théologiques !
            La seule chose qui m’intéresse, c’est d’observer comment des dirigeants canalisent et manipulent l’opinion en utilisant un bouc émissaire comme le moyen-age utilisait les sorcières.

            Ce qu’est ou n’est pas l’Islam, ne me fait ni chaud ni froid. Je souhaite simplement aux peuples qui pratiquent cette religion, comme à toutes les populations qui sont encore sous l’emprise de gourous portant des robes, d’être débarrassés de ces croyances et de ces imposteurs.

          • popov 10 janvier 14:33

            @Clark Joseph Kent

             
            Sur le dernier paragraphe, je vous rejoins.
             
            Sur l’utilisation des mahométans comme bouc émissaire, je serais plus nuancé. Aujourd’hui, en France, on peut facilement se retrouver devant un tribunal, accusé de racisme pour une simple remarque sur l’islam. Cela se rapproche plus au retour à l’interdit de blasphème qu’à la recherche d’un bouc émissaire.

          • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 10 janvier 14:36

            @Clark Joseph Kent
            « c’est d’observer comment des dirigeants canalisent et manipulent l’opinion en utilisant un bouc émissaire »
            Non seulement ce n’est pas vrai, sinon ils ne chouchouteraient pas tous les jours les instances islamiques, mais vous mettez la tête dans le sable en disant que l’Islam ne vous fait ni chaud ni froid, alors qu’il est en train de changer la nature de notre société.

            Comme tous ceux qui sont dans le déni, vous inversez les valeurs, en qualifiant de boucs émissaires des gens qui posent un vrai problème.


          • Cateaufoncel 10 janvier 15:59

            @popov

            « Et à en juger par le genre de réponse qu’il fait à Cateaufoncel... »

            C’est la raison pour laquelle je n’insiste pas.

            Il n’est même pas bon comme voyant : je ne bois jamais de Coca, je n’ai pas de Smartphone, et je suis entré une fois dans un MacDo, d’où je suis ressorti deux minutes plus tard, quand, après que j’ai commandé une bière, on m’a appris que c’était sans alcool...


          • NEMO Clark Joseph Kent 10 janvier 16:30

            @Christian Labrune

            Voilà, c’est bien, vous avez fait le numéro qu’on attendait de vous et vous pouvez être fier d’être un bon toutou.

            Mais :

            1. contrairement à ce que vous dîtes, j’ai répondu à la question de Popov en lui disant que je partageais le commentaire de Diogène qui avait fait remarquer au dit Popov qu’il donnait la réponse à la question du premier commentaire dans le second commentaire.

            2. la question traitée dans l’article n’est pas de savoir si la distinction entre « islam » et « islamisme » est pertinente, mais de constater que cette distinction a été faite par les idéologues stratèges américains qui ont été dépassés par le succès de leur stratagème intellectuel.

            3. les considérations sur le grand remplacement sont un sujet européen qui s’est greffé sur cette frénésie à coloration religieuse parce que l’outil semblait efficace pour déclencher des batailles rangées utiles pour détourner les chiens de la piste du gros gibier en leur jetant les abats. Et ça marche ! 


          • Christian Labrune Christian Labrune 10 janvier 17:46

            @Clark Joseph Kent

            Les deux cent cinquante citoyens français qui ont un jour entendu crier Allah akbar ! et qui, ensuite, n’ont plus jamais rien entendu, et les quelques centaines d’autres qui ont entendu aussi mais qui furent seulement estropiés et ne voudraient plus jamais, pour rien au monde, entendre ça, seraient donc victimes d’idéologues américains ? C’est un aspect des choses auquel je dois avouer que je avais pas encore pensé. En tout cas, c’est très ingénieux.

            j’espère que vous aurez un peu de patience avec un infirme : je comprends très lentement parce que je ne suis pas bien malin, mais ce que je crois avoir compris, c’est qu’à cause de cette distinction que des idéologues ont faite d’une manière probablement irresponsable et intempestive entre islam et islamisme, beaucoup sont morts et d’autres ont tâté des hôpitaux ? C’est bien ça ?

            Par conséquent, si ces salauds d’idéologues américains s’étaient abstenus de si ridicules distinctions entre islam et islamisme, je suppose qu’il ne se serait rien passé du tout. On accuse de pauvres musulmans quand ces parfaits salauds sont les seuls coupables ? C’est monstrueux. Et qui sont-ils, ces idéologues ? Où sont-ils ? J’espère qu’on les aura mis à l’ombre, et pour longtemps !

            Merci infiniment pour cette explication qui me permettra de mourir un peu moins idiot que je ne l’aurais fait si je ne vous avais jamais lu.


          • OMAR 10 janvier 17:57

            Omar9

            @Christian Labrune : « un VRAI musulman, ne peut être qu’un assassin. » ;

            Voila où mène le laxisme et le parti-pris d’Agora : un nazisioniste qui insulte et méprise impunément les musulmans.

            Imaginez une seconde que j’écrive que les juifs, les chrétiens ou les athées sont des assassins ;; ;

            Hier, il écrivait qu’il fallait exterminer les peuples iraniens, palestiniens et pa²kistanais, sans que cela indispose les modérateurs d’Agora.

            Si le site de Agora se déclare anti-Islam, qu’il le dise ;

            Nous laisserons volontiers la place aux seuls barbares de ce sites...


          • Claudec Claudec 10 janvier 18:29

            @Clark Joseph Kent

            Et vous, vous bottez en touche pour éviter de répondre à une question qui vous embarrasse.

          • NEMO Clark Joseph Kent 10 janvier 18:53

            @Christian Labrune

            pourquoi prenez-vous ce ton cauteleux ?

            on dirait Jean Marais dans le rôle du « Bossu » :
            « touchez ma bosse, Monseigneur ».

          • Christian Labrune Christian Labrune 10 janvier 21:05

            pourquoi prenez-vous ce ton cauteleux ?

            @Clark Joseph Kent

            Vous devriez relire la fin du Dom Juan de Molière, qui vous rappellerait cette belle maxime :
            l’hypocrisie est un vice à la mode, et tous les vices à la mode passent pour vertus.
            Ce n’est certes pas que je veuille paraître vertueux, pas même poli : je m’amuse seulement un peu, pour passer le temps.

            Il n’importe, c’est parce que vous êtes nouveau sur AgoraVox que vous ne voyez pas ce qu’il entre d’ironie dans ma cautèle. Ceux qui me lisent depuis un peu plus longtemps ne sauraient être dupes. Et vous-même, du reste, tout nouveau que vous soyez, vous sentez bien qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas tout à fait rond, quelque chose comme une dissonance.

            Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes fêlés.


          • Christian Labrune Christian Labrune 10 janvier 21:29

            Imaginez une seconde que j’écrive que les juifs, les chrétiens ou les athées sont des assassins.
            ----------------------------------------------------------------------
            @OMAR
            C’est donc le triste personnage qui change systématiquement en « massacrada » le nom d’un intervenant qui s’appelle ici Massada, qui ose écrire une pareille énormité ! Et il ose encore une fois traiter Labrune, l’ennemi juré de tous les totalitarismes - dont l’islamique -, de nazi ! Faut quand même un sacré culot !

            Il écrit encore, ce triste personnage :
            "Hier, il écrivait qu’il fallait exterminer les peuples iraniens, palestiniens et pakistanais, sans que cela indispose les modérateurs d’Agora.« 

            Voici en effet ce que j’écrivais :
             »L’Europe, pour des intérêts économiques sordides, à cause de contrats passés avec un régime néo-nazi, préfère se taire. La France, pays des droits de l’homme, aura encore préféré fermer sa gueule quand le Mussolini des Turcs est arrivé à Paris. On signe d’abord les contrats de vente d’armes qui pourront éventuellement être utilisées contre les Kurdes ; ensuite, le faux-cul élyséen dira deux mots des droits de l’homme, mais cela vient après, c’est bien secondaire. Les Turcs, les Iraniens, les Palestiniens(*), qu’ils crèvent. On s’en fout si cela fait bon ménage, dans le cadre d’une politique de gribouille particulièrement imbécile, avec nos petits intérêts immédiats."

            C’est ici :

            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/vers-des-solutions-creatives-a-la-200288#forum5099798

            J’avais demandé et immédiatement obtenu, par charité, la suppression de l’intervention du même Omar qui, apparemment, ne sait toujours pas bien lire.

            Qui n’a pas compris non plus qu’un VRAI musulman, c’est un musulman qui obéit scrupuleusement aux sourates du Coran qui prescrivent de tuer - et qui tue ! Les autres, ceux qui, dans le Coran, en laissent autant qu’ils en prennent, ceux-là ne sont peut-être pas de VRAIS musulmans aux yeux des jihadistes, ne sont peut-être même pas du tout des musulmans puisqu’ils ne sont pas SOUMIS au Coran, mais nous les acceptons volontiers tels qu’ils sont, nous autres, puisqu’ils savent être aussi tolérants et civilisés que nous le sommes.

            (*) Pour une fois, je prenais la défense des Palestiniens. C’est rare ! mais c’est parce que j’approuvais un autre intervenant qui venait de dire que laisser les Palestiniens dans leurs illusions au lieu de les forcer à avoir les yeux en face des trous, comme le fait Trump, ce n’est vraiment pas un service à leur rendre.


          • pipiou 10 janvier 21:52

            @Christian Labrune
            Laburne est « en mission » contre l’Islam, attention ça envoie du lourd !

            Et le mec nous joue le dernier rempart contre le totalitarisme !
            Il tient un discours de nazi et n’aime pas se faire traiter de nazi, le pauvre !


          • Cateaufoncel 10 janvier 22:20

            @pipiou

            « Il tient un discours de nazi...
             »

            Quel genre de nazi ?

            Celui de droite  ? Ou son interlocuteur ?


          • pipiou 10 janvier 23:43

            @Cateaufoncel
            Vous trouverez la même photo montrant une relation complice entre Pétain et Hitler, ou Laval avec Goebbels.
            Il faut que je vous en sorte combien pour que vous ayez honte d’être français et chrétien ?

            Le coup des musulmans nazis faut arrêter ce gag grotesque.
            Est-ce que ce sont les musulmans qui ont inventé le Nazisme ?
            Est-ce que ce sont les musulmans qui ont voulu pendre Dreyfus ? qui ont rempli le Vel d’hiv ?

            Quelqu’un d’un peu honnête reconnaitra que dans l’Histoire, même récente, ce sont les chrétiens qui détiennent la palme de l’antisémitisme.
            Ce même honnête homme reconnaitra qu’il y a eu de longues périodes de cohabitation entre juifs et musulmans et que si on est loin d’une idylle entre juifs et musulmans on est également loin des persécutions des Juifs par le monde chrétien.

            Il est difficile de nier que ce sont les occidentaux qui ont foutu le bordel en Afrique et difficile de nier que c’est la création d’Israel, par la volonté américaine, qui est à l’origine de l’instabilité actuelle du monde musulman.

            ça ne justifie pas les dérives de l’Islamisme, ni les tueries ni la haine. Mais quand a un peu de bon sens on doit reconnaitre que personne n’a les fesses propres et on ne sort pas ce genre de photo à la con qui n’explique rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès