• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La sorcière s’est rétractée

La sorcière s’est rétractée

La « sorcière » Judith Bernard a finalement cédé au supplice de la question. Elle s’est rétractée et a dénoncé l’hérétique vis-à-vis duquel elle dit maintenant n’avoir « aucune proximité idéologique ». Dans sa confession, elle se libère de ses péchés en accusant le vil Étienne Chouard – comme cela lui avait été fortement recommandé par la docte Inquisition – de « complicité avérée avec des thèses délirantes » (complicité avec le démon).

On le sait, les affaires de sorcellerie sont fondées sur la méfiance, la jalousie, la rancune, et une panique morale d’origine religieuse, souvent aussi pour des griefs personnels : c’est en réalité la « bonne » société qui se donne l’impression de défendre sa propre intégrité. Ici, la « bonne » société est constituée de zélotes de la secte du Parti de Gauche, de démophobes hystériques mais aussi d’un membre de l’intelligentsia parisienne agissant dans l’ombre. Ce penseur qui se dit hétérodoxe (et dans le petit cadre choisit dans lequel il pense, il l’est certainement) n’en apparait pas moins comme un sournois inquisiteur d’une pensée politiquement très orthodoxe, celle qui s’arroge d’autorité le droit de décerner des brevets de « fréquentabilité » et des sceaux d’infamie.

Peut-on en vouloir à Judith Bernard pour cette confession forcée ? Dans sa situation, qui aurait résisté ? Il y va, après tout, de tout ce qui constitue sa vie aujourd’hui : le journalisme et le théâtre au sein du sérail médiatique parisien. Après son engagement au sein du « mouvement » du m6r – que l’on sait initié, mais également piloté (quoi qu’elle en dise) par la secte du Parti de Gauche – mais surtout pour avoir eu le culot de défendre la thèse sulfureuse du tirage au sort de l’assemblée constituante, il fallait ramener à la raison la brebis égarée qui s’était engagée sur une pente dangereuse.

C’était une aubaine pour l’Inquisition ! Elle n’était pas parvenue, jusqu’ici, à contraindre l’hérétique à dénoncer le démon, malgré des coups forts rudes et déloyaux qui lui avaient été asséné pour le faire céder. La sorcière Judith était le maillon faible à exploiter pour lui asséner le coup fatal. Agissant sous l’influence du penseur de l’ombre qui la manipulait (et dont je tairai le nom pour l’instant, mais les plus futés devineront de qui il s’agit), l’hérétique avait craqué, il avait lâché le démon. Mais au lendemain de cette victoire de l’inquisition, voila qu’il abjurait et revenait sur ses aveux ! Il n’en fallut pas plus pour que Judith cède aux tourments et désigne alors Étienne Chouard comme hérétique « avéré ».

La Sainte Inquisition a finalement triomphé. Ou presque. L’hérétique est isolé de la plupart de ses soutiens médiatiques connus. Il lui reste encore le soutiens des gueux, des anonymes, mais chaque chose en son temps : l’Inquisition n’en a pas finit avec lui… Évidemment, avec le peuple, c’est parfois plus difficile : ce dernier sait souvent reconnaître les gens réellement bons et intègres et dès lors se laisse moins facilement qu’on ne le pense entraîner dans des accusations diffamatoires. Voilà maintenant près de dix ans que l’hérétique dénonce les tromperies des princes, des seigneurs, des cardinaux, des évêques, leur veulerie et leurs corruptions, tel un Savonarole de notre temps, ou plus près de nous, tel Jean-Jacques Rousseau, que la secte des philosophes harcela sans cesse jusqu’à le faire devenir fou (dit-on).

Un Empereur romain imaginaire à dit un jour à un Arthur pas encore Roi un secret :

« Des chefs de guerre, il y en a de toute sorte : des bons, des mauvais, … des pleines cagettes il y en a. Mais une fois de temps-en-temps il en sort un exceptionnel, un héros de légende. Des chefs comme ça, il n’y en a presque jamais, mais tu sais ce qu’ils ont tous en commun ? Tu sais ce que c’est, leur pouvoir secret ? … ils ne se battent que pour la dignité des faibles. »

Ces paroles, c’est le cinéaste Alexandre Astier qui les a écrite pour la saison 6 de la série Kaamelott. Dans un petit documentaire de Jean-Yves Robin où il parle des deux dernières saisons de la série, Astier explique à propos de son personnage, le Roi Arthur :

« J’aime les héros qui se découragent, peut-être par antagonisme avec les héros de films épiques – même les héros de la quête arthurienne – qui eux peuvent échouer sur des choses nobles mais n’échouent jamais sur leur volontarisme ou sur leurs convictions. Je trouve que c’est fantasmé, ça, c’est pas humain d’avoir une conviction inébranlable. Je pense que c’est ne pas connaître la psychologie humaine que de penser qu’un héros c’est quelqu’un qui ne douterait jamais de devoir faire ce qu’il a à faire. Kaamelott étant en grande partie sur des gens qui, contrairement aux films épiques, n’ont pas tout compris (de) ce qu’il fallait faire. »

Étienne Chouard est comme le Arthur d’Alexandre Astier, sauf qu’il n’est pas chef de guerre, il n’est pas roi, et il n’aspire d’ailleurs pas à l’être (mais Arthur non plus n’aspirait pas à être ni chef de guerre ni roi). Mais incontestablement, sans le moindre doute possible, il ne se bat que pour la dignité des faibles. Et face à l’adversité et les coups méchants qui lui sont assénés, il se décourage, comme Arthur.

Mais la comparaison ne s’arrête pas là. Plus loin dans le documentaire, Alexandre Astier explique que la particularité d’Arthur est de s’entourer coûte que coûte de gens faibles, de faire avec ce qu’il a. Ce qui importe à Arthur, c’est de faire avec eux (les gens du peuple), même si ça foire, et il se distingue de son antagoniste Lancelot qui, pour y arriver, veut se débarrasser des faibles pour ne garder que l’élite.

« Arthur – dit-il – effectivement, sa quête c’est de rester avec les gens qui n’y arrivent pas, mais ça demande de la conviction, ça demande du courage, ça demande de faire tous les jours l’effort d’y croire. Et la saison 5 (de la série), c’est la démonstration de ça, c’est la saison où, si le pouvoir est un sac à dos, il le pose. »

Étienne se bat contre le système du régime oligarchique, contre l’élite, pour rendre son pouvoir au peuple. Exactement comme Arthur dans Kaamelott tel que nous en parle son auteur. Et dans son combat quotidien contre Léviathan, Étienne est devenu, malgré lui, plus qu’un simple héraut, une sorte de héros moderne aux yeux du peuple, parce qu’il se bat, sincèrement, continuellement, non pour prendre le pouvoir pour lui-même (il n’est candidat à rien), non pour inciter le peuple à donner le pouvoir à tel ou tel chef de parti, mais pour les aider, si faibles, si fragiles, si inconstants soient-ils, pour les inciter à reprendre leur pouvoir et devenir des adultes politiques.

Dans tout ce qu’il fait et tout ce qu’il dit, Étienne Chouard incarne véritablement cet idéal mythique de la République tel qu’il fut fabriqué par les pères fondateurs pour conduire le peuple dans ses voies : la liberté, l’égalité et la fraternité. Ces valeurs, il ne se contente pas d’en parler : il les vit et il les met en pratique. Il persiste, en dépit des injonctions de l’Inquisition, à refuser de conspuer des personnes qui, même si elles ont prononcés de mauvaises paroles, même si elles se trompent dans leurs raisonnements et leurs idées, peuvent encore changer. Il applique, dans son esprit, l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948, qui consacre la liberté d’expression et d’opinion. Lui qui est pourtant non croyant, qui se méfie des sectes, aussi bien religieuses que politiques, met pourtant en pratique les enseignements les plus nobles du Christ. Et oui, comme le Roi Arthur créé par Alexandre Astier, Étienne Chouard nous invite à la quête du Graal : un Graal appelé Démocratie Véritable.

Étienne n’a pas trahis Judith. Il a failli se trahir lui-même, mais il s’est ravisé. Se trahir soi-même pour ne pas trahir quelqu’un d’autre, a écrit un autre fou, cela reste une trahison : c’est la plus haute trahison. Étienne est découragé, oui, il n’a plus le moral. Il pose le sac à dos des procès en sorcellerie et des diffamations. Il parle d’abandonner la quête. Mais nous, les gueux, les faibles, ceux qui ne comprennent pas toujours tout, nous n’abandonnerons pas la quête, nous ne l’abandonnerons pas, lui.

Et nous n’oublierons pas.


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • logan 4 décembre 2014 11:36

    Bonjour, cet article est de la désinformation.

    Ici, on peut observer que dès 2009 Etienne Chouard avait déjà des soucis pour définir qui était fasciste ou pas, et qu’en particulier il avait beaucoup de mal à comprendre qui était Alain Soral :
    http://etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?id=81&p=27

    Problème qui ne s’était pas arrangé malheureusement en 2014 lorsque fut prise cette vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=P835JQmtKOk

    Et pourtant cette vidéo a prouvé qu’il l’était bien, fasciste, Alain Soral :
    http://www.dailymotion.com/video/x1zst4f_du-national-soralisme-ou-alain-soral-se-lache_webcam#from=embediframe
    Car bon quand il dit que l’ordre normal du monde c’est la race aryenne qui domine et les juifs qui obéissent, c’est devenu difficile de le nier.

    Les reproches faits à Etienne Chouard ont évidemment toujours été fondés, ce n’est pas sans raison que même ses amis comme Franck Lepage et Bernard Friot ont essayé de le raisonner.

    Et cet article est d’autant plus infamant qu’il ne se contente pas de désinformer, mais qu’il s’en prend à la dignité et à la probité de personnes qui ont toujours été de bonne foi.


    • beo111 beo111 4 décembre 2014 11:56

      « Et cet article est d’autant plus infamant qu’il ne se contente pas de désinformer, mais qu’il s’en prend à la dignité et à la probité de personnes qui ont toujours été de bonne foi. »


      Qu’il est bon de rire parfois.


    • Baasiste 2 4 décembre 2014 12:26

      logan le facho c’est les gens comme toi qui refusent la démocratie à ce qui ne leur plait pas en traitant de facho, c’est le nouvel ordre mondial que tu soutiens et soutenant ce génocide des blancs : http://la-dissidence.org/2014/05/24...


    • Baasiste 2 4 décembre 2014 12:28

      * les fachos c’est les gens comme toi


      pour ça que chouard veut pas traiter de facho soral surtout quand c’est des fachos modernes du système qui le veulent. chouard est un démocrate il s’ouvre à tous le monde ce que tu ne peux pas capter facho la démocratie c’est pas égal gauchisme.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 13:41

      Baasiste,
      Chouard s’intéresse aux analyses du capitalisme par Soral, qui n’a rien inventé, même pas l’eau tiède ! Chouard a bien tort de croire que tout le monde il est beau et il est gentil, et qu’il peut apprendre quelque chose de Soral.


      Le fascisme, c’est quand les 1% ne peuvent plus empêcher le prix du travail de monter, et de grignoter leurs profits. Pour faire court, c’est la militarisation du capital.

      L’UE a inventé un autre truc, c’est NAIRU, un indice du taux de chômage compatible avec les profits de la rente.


      Le premier à avoir été adoubé par les 1%, pour faire le sale travail, c’est Mussolini, pour neutraliser les travailleurs italiens, et pas dans les années 30, mais dès les années 20.
      •  
      Au lieu de discuter sans fin de religions dont tout le monde se fout, vous feriez mieux de comprendre que l’éternel sujet de conflit entre les 1% et les 99% , c’est le prix du travail.

    • Morpheus Morpheus 4 décembre 2014 14:45

      Tiens, mais c’est le Sandy, le troll qui a pourris le blog d’Etienne pendant une éternité ? smiley

      Les gens, un conseil : ne lui donnez pas à manger, c’est un VRAI troll.


    • Baasiste 2 4 décembre 2014 15:43

      politique socialiste de mussolini : « Le programme économique du fascisme à son origine est très social. Si la volonté de Mussolini de transformer le fascisme en parti politique et d’accéder au pouvoir le conduit à rassurer les milieux patronaux, il parvient néanmoins dans les années vingt à mettre en place une politique sociale avancée : la journée de travail de huit heures et la semaine de quarante heures sont adoptées en 1923, le travail de nuit est interdit aux femmes et aux mineurs. En 1927, l’État fasciste contraint les entreprises à des mesures d’hygiène beaucoup plus strictes. Avec l’INFIL, Institut national fasciste pour les accidents du travail, chargé de la prévoyance et de l’assistance sociale, le régime met en place un vaste programme de santé publique. Enfin, la multiplication des colonies de vacances et des centres sportifs sont des éléments clés d’un ambitieux programme de loisirs, notamment pour la jeunesse, existant bien avant les réformes sociales apportées par le Front populaire en France. Toutes ces avancées ont pour conséquence une amélioration réelle du quotidien des couches sociales urbaines1. »

      travail de nuit interdit aux enfants et femmes, 40h, couverture maladie universelle, assurance pour les accidents de travail, colonies de vacances et centres sportifs et programmes de loisirs pour les pauvres, mesures d’hygiène dans les entreprises...

      « Mussolini décide de rompre avec les idées de la classe dirigeante traditionnelle, qui l’a trahi, afin de revenir aux idéaux révolutionnaires de la naissance du fascisme15. Le manifeste anti-bourgeois en 18 points adopté par le Parti fasciste républicain en novembre 1943 fonde sa politique15. Le régime décide notamment :

      • la politique économique est la « socialisation » sur la base de l’abolition du travail employé ;

      • la propriété n’est garantie qu’assortie de réserves15 ;

      • la nationalisation de secteurs clés de l’économie15 ; la nationalisation des entreprises de plus de 100 employés16 ;

      • l’expropriation partielle des terres15.

      Au terme de l’application de son programme, la République ne laisse que le fruit des efforts du travail aux propriétaires : il est ainsi prévu la reprise par les ouvriers agricoles des terres laissées à l’abandon17.

      La politique de socialisation et la propagande sociale de la RSI ont particulièrement été incarnées par la personnalité de Nicola Bombacci, ancien cofondateur du Parti communiste italien, qui avait rompu avec le Parti communiste entre 1927 et 1930 avant de rejoindre progressivement le fascisme à partir de 1933. En 1945, La République Sociale nationalise un certain nombre d’entreprises lombardes, dont la Fiat18. »


      en gras : nationalisation de toutes les entreprises dans un secteur important pour mussolini et des entreprises de plus de 100 salariés, les gros bourgeois ont leur entreprises prises par l’Etat.

      expropriation partielle de certaines terres, rien de bien pour les proprios fonciers.

      les gens n’ont même plus leur propriété garantie. du quasi-bolchevisme.

      mussolini refuse de rembourser la dette publique : http://www.dailymotion.com/video/x1...

      http://www.les-annees-noires.fr/persos-axe/mussolini-pouvoir.html

      mussolini a fait les allocs familiales, les allocs chômage et la retraite par répartition(http://italie.blog.lemonde.fr/2013/...).

       »Benito Mussolini, en partie fidèle à son passé socialiste, entreprend d’importantes réformes sociales en faveur des classes défavorisées. La journée de travail est limitée à huit heures et la semaine à quarante heures. Le travail de nuit est interdit à toutes les femmes et aux garçons de moins de 18 ans. De nombreuses dispositions sont prises concernant l’hygiène du travail dans toutes les entreprises. L’assurance contre les risques du travail est mise en place, ainsi que les allocations familiales, celles du chômage et l’assurance contre les maladies. Dans le cadre de la Santé publique, Mussolini crée les premières colonies de vacances pour les enfants pauvres, les terrains de camping et de jeux, les vacances populaires. La dépense annuelle des allocations familiales est fixée à 344 millions de lires, dont 215 millions sont à la charge des patrons. Cette politique sociale très avancée est appréciée par toute la population.« 

      avec tous ça mussolini est un ultra libéral capitaliste peut être, tu rigoles ? sinon le capitalisme est de gauche à la base, il n’est pas de droite.

      mussolini est plus social que le cnr et le front populaire.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 18:20

      Baasiste,
      Vous avez raison, le fascisme avance toujours masqué derrière un programme social, c’est une constante. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre.... !


    • Baasiste 2 4 décembre 2014 23:41

      c’est pas le programme mais la politique faite par mussolini.


    • Layly Victor Layly Victor 5 décembre 2014 11:11

      Fifi

      Dans le monde réel, il y a des nuances, que récusent les idéologues qui ne peuvent comprendre et intégrer dans leurs concepts que le clivage (bons-méchants, gauche-droite, etc). Ainsi, des amis Italiens m’ont toujours dit que le fascisme est resté populaire dans le Sud de l’Italie, parce que les fascistes ont été les seuls qui se sont opposés réellement et radicalement à la mafia. Il y a le fameux préfet, dont j’ai oublié le nom (on a fait un film sur lui) qui, dès son arrivée en Sicile, a mis rudement la mafia au pas, et il ne faisait pas semblant. Ecrire ceci, ce n’est pas faire l’apologie du fascisme, c’est simplement attirer l’attention sur une nuance de la réalité, soigneusement rabotée et gommée par la dameuse de l’idéologie « de gauche ».
      Je sais que vous avez la réponse toute prête « le fascisme avance masqué derrière la lutte contre la mafia ». Ce n’est pas la réalité profonde et complexe (pourquoi un fasciste, par ailleurs condamnable sur bien des points, ressent-il une aversion profonde envers les système mafieux ?), mais ça vous fait plaisir.
      De même, nos idéologues des médias sont dans l’incapacité totale de comprendre pourquoi tant de gens en Italie ont encore de l’affection pour Berlusconi, ou pourquoi tant de gens du peuple (pas le « peuple de gauche ») en France et ailleurs ont de l’affection pour Poutine.
      Je crois, c’est une hypothèse, que c’est parce que, pour beaucoup de gens « de gauche », la bonne image qu’ils se présentent à eux mêmes est plus importante que la réalité


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2014 12:04

      Layly,
      J’ai ajouté : « On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre », il faut bien lâcher sur quelque chose pour imposer l’essentiel... C’est une technique de manipulation des masses.


      C’est la même méthode qu’emploie Médiapart, quand il fait des enquêtes sur la vie politique française qui enchantent ses lecteurs, pour en profiter pour leur fourguer la pub du Pentagone dans ses pages de politique étrangère... On lâche sur les détails pour faire passer ce qui est important.
      Et ce qui est important pour Mediapart, ce n’est pas la politique française.

      Quant à Poutine, je ne vois pas ce qu’il vient faire dans cette galère ?
      Poutine a été chargé par Eltsine de « sauver la Russie »

      Les oligarques ne se sont pas méfiés de ce premier Ministre et l’ont fait élire.
      Grave erreur ! Pour eux, s’entend.

      La suite est dans le petit livre du français Xavier Moreau :
       « La nouvelle Grande Russie- anatomie d’une résurrection »

    • trobador 5 décembre 2014 13:43

      « Bonjour, cet article est de la désinformation. »

      Ce, qui traduit du novlangue signifie :

      Bonjour, cet article est de la dé-propagande...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 11:56

      Chouard est honnête, intègre, il veut discuter avec tout le monde, mais il ne regarde pas bien où il met les pieds... Il soutient Soral sous prétexte qu’il a quelques analyses marxistes justes.
      Comme si Soral avait inventé quelque chose...


      S’il voulait des références historiques et des analyses marxistes de l’ histoire, il aurait mieux fait de se tourner vers une vraie historienne, Annie Lacroix Riz, qui va chercher dans les archives.
      «  Les origines de la construction européenne » par exemple.

      ou bien «  Industriels et patrons pendant l’occupation »

      Et pas par un mec obsédé par les religions.

      • Morpheus Morpheus 18 mars 2015 13:55

        @Fifi Brind_acier
        Non seulement Chouard connait et cite Annie Lacroix-Riz, mais en plus, comme le veut l’inquisition antifa, vous gonflez dans vos propos l’importance que Chouard accorde à Soral et ses analyses. C’est le but recherché par les diffamateurs. Ne vous laissez pas avoir.


      • alinea alinea 4 décembre 2014 11:58

        Je n’ai pas vu de lien sur la position de Mélenchon ?
        Dans son tête à tête avec Guaino, il dit à un moment ; certains sont pour le triage au sort, ce n’est pas mon avis, mais...
        Je vais me renseigner de mon côté sur cette « cabale » !!( son contenu exact, un peu comme avec Balme je suppose) mais si vous avez un texte, un lien, cela m’aiderait bien.
        C’est étonnant cette confusion qui règne aujourd’hui à cause des ces « fascisants » qui mélangent tout et ne pensent rien ; c’est juste,( la position de PG) je le suppose, un désir de faire situation nette, sans ambiguïté.Une secte ? La secte, je la vois plutôt de l’autre côté !!
        Si la « religion » ( la nôtre) nous revient sous cette forme d’inquisition, de sorcière, comme on l’a vu récemment sur plusieurs articles, ça craint !!!


        • Ariane Walter Ariane Walter 4 décembre 2014 12:12

          Excellent article, Morpheus, sur l’obligation de se dédire, de se trahir soi-même quand on veut continuer à appartenir à un clan. Il est vrai que , professionnellement, Bernard risquait gros. c’est un peu le Maccarthysme américain.

          Quoiqu’il en soit, et je peux en témoigner, il y a un clan au PG qui ne supporte pas les interrogations sur le 11 septembre. 
          A partir de là ,je les remets dans leur carton à chaussures. ils signent eux-mêmes leur condamnation. Ils ne sont pas de leur temps. 
          Mais je veux aller au-delà : -quel est l’intérêt du M6R ? On le voit : de créer de nouvelles scissions. car le dirigisme stalinien de certains à gauche est une sacrée purge. 
          Pour ma part je m’intéresse à tout ce qui se dit sur l’arc en ciel de la pensée et qui m’indique mes lectures est à la porte de ma bibliothèque.

          • Agor&Acri Agor&Acri 4 décembre 2014 18:01

            @Morpheus,

            merci pour votre article.

             

            @Ariane,

            merci pour votre commentaire.

            La métaphore du Maccarthysme me semble très appropriée.

             

            Quel est le coeur de la démarche d’Etienne Chouard, indiscutable, incontestable,

            sinon de vouloir contribuer à l’émergence d’un système véritablement démocratique, non vérolé par des groupes d’intérêts ?

             

            Alors, une interrogation me trotte dans la tête :

            Qui peuvent bien être les perfides manipulateurs qui, sournoisement, cherchent à imposer l’idée que la démocratie c’est le fascisme ?

             

            Et qu’ont dans la tête les braves gugusses qui, sans rien capter à la manip (?), en viennent à prendre le parti de ceux qui usent de ce procédé orwellien ?

             

            Je ne parle même pas du simple principe de liberté d’opinion.


          • logan 4 décembre 2014 21:37

            Arianne quel retournement de veste.


          • beo111 beo111 5 décembre 2014 11:57

            La prochaine sur la liste ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 13:06

            Ariane, bonjour,
            L’intérêt du M6R, c’est sans doute d’occuper la place « de l’ Europe sociale à la Saint Glinglin » à laquelle plus personne ne croit, mais qui a occupé les esprits de longues années...


            Pendant qu’on discute de « la 6e République à la Saint Glinglin », on évite d’ouvrir le débat sur la sortie de l’ UE... , c’est toujours du temps de gagné.

            Cartes comparatives de l’emploi industriel en 1968 et 2008.

            Quand on superpose les cartes de la désindustrialisation et du vote FN, on s’aperçoit que c’est la même. Le FDG et l’extrême-droite seraient -ils, comme disent les marketinges, en concurrence « sur le même segment électoral » ?


            Le fait que Chouard s’intéresse aux analyses du capitalisme de Soral est quand même anecdotique par rapport à toutes les références qu’il utilise par ailleurs...
            Pourquoi les antifas et le FDG en font -ils une montagne ? 

            Je n’ai pas encore bien compris ce qu’il ya sous cet imbroglio, mais sans doute bien autre chose que le tirage au sort...

            • Ariane Walter Ariane Walter 4 décembre 2014 14:49

              Bonjour, 

              Tu sais, le tirage au sort, c’est énorme pour eux car ça les met au chômage !!

            • alinea alinea 4 décembre 2014 16:11

              ? ??
              Pas en ce qui concerne la constituante, puisqu’il est question d’élire des volontaires qui n’ont jamais été élus et qui ne le seront plus après !!!
              Or il est bien question, et chez Chouard aussi, d’écrire la constitution avec des plumes populaires et, ni professionnelles de la politique, ni au pouvoir d’aucune manière !
              Je suis pour ma part tout à fait étonnée de ce qui se passe en ce moment, mais bon, c’est vrai qu’une période à ce point perturbée perturbe les esprits.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 18:35

              Ariane,
              Il n’y a aucun risque, les Français ne se laisseront jamais dépouiller du suffrage universel.
              Le tirage au sort, cela signifie que le hasard, c’est mieux que de leur demander leur avis.
              Tu réalises ce que cela veut dire ?

              Tu imagines, si ta ville a toujours voté à Gauche, ou écolos, et le tirage au sort leur donne une majorité de représentants FN, mais c’est la guerre civile assurée.
               


            • ablikan 9 décembre 2014 15:50

              Le tirage au sort c’est pas que le hasard, c’est une representativité statistique qu’aucun autre systeme n’offre, et la representativité statistique est une condition democratique, sinon c’est pas le peuple qui est au pouvoir.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 13:25

              alinea,
              Regardez un peu le programme de Soral, ça vient de sortir, il vient de créer un Parti :
               « Il faut refaire du catholicisme une religion d’ Etat en France »...
              C’est vrai, l’ancien régime, les rois de droit divin, ça nous manquait dans le paysage...


              Son programme économique, « serait celui du FN ou d’ Asselineau », ce qui prouve qu’il parle de ce qu’il ne connaît pas.

              Il n’y a pas plus opposés que leurs programmes et plus anti- FN que l’UPR !
              C’est le FN qui fait élire n’importe quelle chèvre, bloque et pourrit toute la vie politique en France.


              Bon courage pour vous y retrouver dans tous ces amalgames... !!
              Toutes ces histoires de religions me gonflent, et je suis polie.

              • Layly Victor Layly Victor 5 décembre 2014 11:40

                Fifi

                Regardez bien une carte de France, ce pays magnifique : c’est l’oeuvre des rois. Avec un complément apporté par Napoléon III : la Savoie et le compté de Nice. Depuis l’avènement de la République, la France n’a jamais cessé de décliner, malgré quelques sursauts dus à la résistance et au CNR. Même sur le plan social, ce n’est pas évident. Vous savez par exemple que le droit de grève, le droit d’association, la citoyenneté des juifs, ont été promulgués par Napoléon III.
                L’idée que le cirque électoral et l’infâmie de la soit disant démocratie actuelle pourraient être avantageusement remplacés en mettant à l’Elysée un homme ou une femme qui serait réellement responsable de l’avenir de la nation, appelons le un roi ou une reine, est une idée qui mérite d’être envisagée sans tabou. Ce serait une économie gigantesque pour la nation, et on aurait enfin quelqu’un de responsable.
                L’idée que la France a un besoin urgent de retrouver ses racines chrétiennes si elle veut survivre me paraît aussi évidente, ce qui en aucun cas ne saurait s’opposer à la liberté de pensée.
                Ce qui rejoint l’article : je ne vois pas en quoi le diktat de la pensée unique athée, franc-mac, anti chrétienne et inquisitoriale peut être assimilé à la liberté de pensée. 


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2014 12:15

                Layly,
                Revoyez plutôt l’histoire de la 3e République !
                La République s’est construite contre la Monarchie et contre l’ Eglise catholique.
                Nous avons mis 1000 ans pour nous débarrasser des deux, et imposer la laïcité, on ne va revenir en arrière. On voit où mène les religions quand elles sont au pouvoir.

                Il n’y a aucune loi actuellement qui interdise le libre culte catholique, ni aucune religion. Pas la peine de jouer les martyres !


                Quant à la liberté d’expression bafouée, merci, l’ UPR en connaît un rayon sur la question !
                Elle vient du fait que l’ UE est une colonie de l’ Empire américain, qui impose depuis le plan Marshall , sa culture, sa langue, ses valeurs etc La CIA est intervenue dans le domaine culturel.

                L’UPR est un Mouvement démocratique et républicain.
                Mais vous avez parfaitement le droit de préférer un modèle monarchiste et catholique...

              • hrdrck 4 décembre 2014 14:01

                Je comprend tout à fait que Chouard s’entête vu comment il est traité, même si je pense qu’il a eu tort en soutenant Soral. Moi aussi je me braquerais si on me demandait de me flageller pour recevoir l’absolution. Et franchement je vois pas l’intérêt pour combattre l’extrême droite de faire de jolis diagrammes reliant des gens. 

                On en revient sur la liberté d’expression, et avec Chomsky défendant Faurisson pour un principe. C’est pas parce que j’échange avec quelqu’un de droite que je vais être contaminé par ses idées.
                Sans faire d’angélisme, on peut trouver des positions communes avec de nombreux courants politiques (même si la vision de la société est parfois radicalement différente) et je suis pas sûr que lancer des anathèmes « facho », « bolchevik » etc participe à un débat constructif.
                Et c’est pas la 1ère fois que le PG adopte une position incompréhensible pour les gens (toujours pas compris pour Balme) et sans prendre un problème à bras le corps.

                • Ariane Walter Ariane Walter 4 décembre 2014 14:51

                  oui, l’affaire balme où le PG s’est mis à genou devant rue 89, donc devant le nouvel obs, donc devant l’establishment est une tache qui les déconsidère.

                  mais ils veulent faire de la politique...
                  on voit...

                • izarn izarn 4 décembre 2014 18:45

                  Ce qu’il y a de remarquable avec Soral et Mélenchon, c’est leur art commun de la pataphysique, soit l’art des clowns !
                  Votez biquette ! Car son intelligence métaphysique du Rien n’a n’égal que notre maitre à tous : Lao Tseu.
                  « Dans le rien, du Tao, né l’infini »
                  Amen !


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 20:43

                  ou cela veut dire que les ordres viennent d’ailleurs...


                • bernard29 bernard29 4 décembre 2014 14:14

                  Petite guéguerre picrocholine entre argousins , qui se montent le bourrichon au sujet de la quête de leur Graal.

                  Redescendez de vos canassons.... .


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 décembre 2014 19:16

                    bernard29,
                    Je ne crois pas, il est toujours sain que des citoyens se rassemblent pour réfléchir sur la démocratie.
                    C’est même tout à fait d’actualité.
                    Je défends la démarche, même si je ne suis pas d’accord avec leurs analyses.


                    Mais les critiques de ces analyses, au lieu d’être argumentées, sont souvent expéditives et se résument à des amalgames :
                    Chouard discute avec Y qui fréquente Z, donc Chouard soutient Z.
                    C’est de ce niveau là...

                  • bernard29 bernard29 5 décembre 2014 00:13

                    « il est toujours sain que des citoyens se rassemblent pour réfléchir sur la démocratie. » 

                    qui dit le contraire !! si au lieu de parler de leurs fréquentations réciproques , ils travaillaient à l’établissement d’un programme politique de propositions de rénovation démocratique ce serait une très bonne idée. mais comme vous le dites ; « les critiques de ces analyses, au lieu d’être argumentées, sont souvent expéditives et se résument à des amalgames  »..


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 décembre 2014 08:44

                    bernard,
                    Ils ne veulent plus de Partis politiques ! Ils ne sont même par organisés dans une Association, comment voulez vous qu’ils fassent un programme ?


                    Quand je leur parle des propositions de l’ UPR pour en finir avec la politique professionnelle, ça ne les intéresse pas, puisque cela vient d’un Parti Politique...

                    Ils feraient mieux de demander aux Français s’ils sont d’accord pour supprimer le suffrage universel et les Partis politiques...

                  • Serge ULESKI Serge ULESKI 4 décembre 2014 15:20

                    A l’heure où Marine le Pen, Zemmour et Finkielkraut sont reçus partout dans les médias, on reproche à Etienne Chouard d’entretenir des relations avec différents acteurs de la dissidence, lesquels acteurs partagent en commun deux défauts majeurs à leurs yeux à tous : ils ne sont ni islamophobes ni complaisants à l’égard d’une idéologie, le sionisme, telle que la politique d’Israël et la soumission de toute la classe politique et médiatique ainsi que de l’Etat français et des institutions européennes peuvent nous en donner chaque jour une représentation  : colonisation, bombardements civils, assassinats et chantage à l’antisémitisme.

                     

                    ***

                     

                     Après le Musulman, un autre procès en sorcellerie nous est donc proposé : Etienne Chouard ; procès symptomatique d’une société au bord de l’asphyxie et d’une gauche qui s’agite dans un bocal et tourne en rond faute d’être capable de nouer des liens véritables avec un électorat qui n’a de cesse de lui tourner le dos ; à l’occasion de ce procès conduit par de pauvres hères aussi dogmatiques qu’ignorants et obtus, égarés quelque part dans les années 30 (1), une Judith Bernard, membre de M6r, sera sommée de se désolidariser d’un Etienne Chouard maintenant jugé infréquentable ; ce qu’elle fera après avoir résisté une semaine dans un climat qui, aujourd’hui, n’a plus rien à envier au Maccarthisme, à la suite de pressions exercées par des apprentis commissaires politiques au service d’une gauche déjà perdante avant d’avoir livré le moindre combat car, à la tête d’un projet - une 6e République  -, sans véritable assise populaire parmi un électorat de plusieurs dizaines de millions d’électeurs potentiels dont près de 45 millions d’inscrits (2).

                    La volte-face de Madame Bernard a pour titre « Je n’ai pas de proximité idéologique avec Etienne Chouard - retour sur ma coupable naïveté  »  : contrition, repentir... là où le courage et la cohérence s’effondrent... Judith Bernard n’est pas la première à se soumettre, elle ne sera pas la dernière non plus !

                    Charger Chouard pour préserver sa place dans un mouvement fantôme appelé M6r, c’est un peu comme lâcher la proie pour l’ombre. On souhaitera donc un bon retour à l’oubli à Judith. Quant à sa déclaration « sur l’honneur » à propos de sa proximité avec Chouard qui se lit comme ces confessions des procès staliniens et du Maccarthysme, que Judith Bernard ne se fasse aucune illusion : le système ne la lâchera pas pour autant ! Il lui faudra dénoncer encore et encore, un ou deux acolytes supplémentaires, pour sûr !


                     Aussi, qu’il soit permis ici d’adresser à Etienne Chouard, infatigable démocrate, un soutien sans réserves.

                     


                    1 - Et une définition du "péril fasciste" qui a près d’un siècle de retard car le fascisme aujourd’hui, c’est à Wallstreet qu’on le trouve et dans un mondialisme qui n’est qu’une guerre contre l’Etat providence, les corps intermédiaires et représentatifs, les Parlements, les Assemblées - le législatif et l’exécutif -, contre les Nations, les frontières et la démocratie in fine ! Le fascisme, on le trouvera auprès des agences de notation, dans une Europe dictatoriale et dans la privatisation de la politique ; et pour cause : tous savent qu’il n’y a pas de carrière possible pour quiconque souhaite disons... prendre l’argent là où il est !


                    2 - Une 6e République tout en restant dans l’U.E, et avec l’Euro, contre la Russie, demain la Chine, avec les Atlantistes-sionistes et une abstention de 40% à 60% parmi les classes populaires : une grosse blague de gauchistes - maladie infantile -  désoeuvrés, cette 6e République !


                    • alinea alinea 4 décembre 2014 16:15

                      Il semble, à lire l’article, que ce soit Mélenchon le grand inquisiteur ( je rappelle au passage qu’il n’a plus de fonction au PG) ; or Mélenchon, comme chacun sait est un islamophobe notoire et de plus est affilié au CRIF !! smiley


                    • lucien lucien 4 décembre 2014 17:08

                      Merci Uleski pour ces éclairages. C’est toujours un plaisir de vous lire. Je ne connaissais pas madame Bernard. Je ne lui jette pas la pierre : c’est très sacrificiel d’être un résistant, et il me semble qu’elle cherche plutôt à faire carrière. Il faut reconnaître que Etienne, c’est du lourd : il indique un des piliers de la fabrication du Système. Les gardiens ne peuvent laisser passer une telle lucidité.


                    • hrdrck 4 décembre 2014 17:49

                      Même s’il n’a plus de fonctions au PG, il est en une figure, mais c’est vrai qu’on comprend mal le rapport de la photo avec cet article. Par contre, concernant le PG et ce, même quand Mélenchon y avait des fonctions, ils suivent parfois le mouvement des médias qui nous disent « Telle personne est infréquentable, on ne doit pas l’écouter ».

                      Par exemple, sur Dieudonné, il avait dit je crois que s’il n’était pas condamné, au moins on pouvait lui couper les vivres en l’empêchant de se produire. C’était un peu contraire à ses convictions légalistes. Il aurait dû se contenter de dire que s’il y avait matière à juger Dieudonné sur des propos antisémites, la justice ferait son travail et que dans le cas contraire il avait aussi le droit de s’exprimer.
                      Idem pour les théories du complot, peu d’explications à part, je crois, une vidéo de Martine Billard pour nous dire que c’est pas bien. Alors qu’il suffirait de dire que oui, les complots ça existe, mais qu’analyser le monde uniquement à travers ce prisme ne tend qu’à accuser des personnes qui ne seraient pas « vertueuses », alors qu’il faut revoir le système et les structure (cf les propos de Lordon). Ce faisant, ces théories ont l’effet inverse que celui voulu, en permettant à la majorité des acteurs de ce système de passer entre les gouttes.
                      Je pense que tenir ce genre de propos serait plus instructif et courageux, bien sûr il faut actualiser son logiciel politique.
                      On connait évidemment les charmantes relations qu’entretiennent le C« R »IF et Mélenchon smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



-->