• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le programme de Mélenchon décrypté

Le programme de Mélenchon décrypté

« Pure calomnie ! Haine. Je vois que les fachos envahissent l'espace. De quoi décrédibiliser Agoravox ! »

Tel fut le commentaire sans appel d’un démocrate mélenchonien à la première mouture de l’article que vous avez sous les yeux.

L’article a été complété des analyses d'Olivier Blanchard ancien chef économiste du FMI de de Paul KRUGMAN, les deux ne sont pourtant pas des "euro béats". J’ai sur ce site dénoncé les politiques d’austérité mais je considère que s’engager sur la voie de l’explosion des dépenses et en même temps demander à l’Allemagne de les financer est débile.

Je dénonce donc les programmes de Marine Le Pen et de Jean Luc Mélenchon.

Je dénonce une fois de plus l’intolérance et le sectarisme des zélateurs de Mélenchon sur ce site et ailleurs : ceux qui ne sont pas d’accord avec eux sont des fascistes !!!

J'y ai rajouté une illustration de Johan Sfarr un dessinateur pris pour cible par d'autres trolls melenchoniens en regrettant l'époque où j'avais des débats passionnés et respectueux avec des militants communistes . Issus de la résistance ils savaient faire la différence entre les fascites et les républicains de l'autre bord 

 

 

Jean-Luc Mélenchon parie sur une relance par la demande au risque d'une dérive des finances publiques et d'un creusement marqué du déficit extérieur

Les ménages bénéficieraient directement d’une relance de la dépense publique de 4,1 points de PIB à travers le retour de l’âge légal du départ à la retraite à 60 ans (18 milliards), du RSA automatique et de son extension pour les jeunes (20 milliards), de la revalorisation des minima sociaux et des petites retraites (26 milliards), de la revalorisation de l’indice de la fonction publique (13 milliards) ou d’autres mesures (santé, contrats coopératifs, …). Enfin, la dépense publique augmenterait aussi de 2,4 points de PIB pour l’éducation-recherche (13 milliards), la justice et la culture (4 milliards) et d’autres mesures non documentées (38 milliards).

Une relance de la consommation dans le contexte d’un marché du travail rigide aura des conséquences négatives.

Le chômage ne recule pas s’il y a un coût marginal du travail supérieur à la productivité marginale, une relance peut augmenter le cout du travail et aggraver le chômage structurel. Une forte hausse du coût du travail (hausse du SMIC de 15 % et suppression du CICE et du Pacte de responsabilité) entrainera une hausse du chômage et de l’inflation. D’ailleurs, l’hypothèse d’une inflation à 4,2 % en fin de quinquennat retenue par le candidat traduit le risque de dégradation accentuée de compétitivité des entreprises si les autres pays de la zone euro ne suivent pas la même trajectoire d’inflation.

100000000000033400000305acda32b2-2-a5ffa

Une partie de ces revenus distribués grâce à la relance peut service à acheter des produits importés qui serviront bien sûr à la relance des pays voisins. La France connait déjà un déficit grave de la balance courante. L’appareil productif est incapable de répondre à une relance …

De fait, ce programme se confronterait à la question du financement d’un tel plan de relance et du risque sur le coût de la charge de la dette publique, ainsi que de la potentielle forte dégradation du déficit extérieur dans le cadre d’une relance massive et isolée de la demande

En 1981 cette politique a déjà échoué. Bien entendu un pays en récession avec un excédent commercial et un excès d’épargne peut réussir une relance, c’est ce que l’Allemagne de la fin des années 2000 a eu l’opportunité de faire.

Pour la France la comparaison à faire ,avec le programme Mélenchon , serait la politique des pays d’Europe du Sud en 2008/2009

Relance ? Déficit public mais également déficit d’épargne nationale et déficit des comptes courants.

Le déficit public ne peut pas être financé par les recettes fiscales, la faiblesse de l’appareil productif ne se traduit pas par une reprise de la production. Il reste à financer par l’impôt ce que prévoit Mélenchon et ce qui aggrave la crise de la demande effective

Il veut augmenter les prélèvements obligatoires de de 4,3 points de PIB, dont 1 point est directement dirigé vers les entreprises, et ce malgré la baisse du taux d’IS à 25 %. La fin du CICE, du Pacte de responsabilité et la contribution additionnelle sur les dividendes sont les principales mesures identifiées d’accroissement de la fiscalité sur les entreprises.

Les ménages verraient leur fiscalité augmenter de 1,6 point de PIB, d’autres mesures, comme la lutte contre la fraude fiscale, la réduction des niches et d’autres non identifiées verraient augmenter les PO de 1,4 point de PIB

Fuite des capitaux, insuffisance de l’épargne nationale … Mélenchon devra donc se tourner vers les marchés financiers pour emprunter

. Une politique budgétaire de relance se traduit en effet par des risques de hausse des taux d’intérêt une augmentation de leur dépense, le déficit public peut alors atteindre 10% du PIB. Pour le financer les Etats sont obligés de se tourner vers les marchés financiers, ces derniers mesurent la solvabilité de l’Etat et en particulier sa capacité à engranger des recettes fiscales

Les taux d’intérêt sont alors très élevés (25-30%) et le déficit public devient alors une contrainte insupportable. Quand lorsqu’il y a effet boule de neige, lorsque les taux d’intérêts réels que doit supporter l’Etat deviennent plus élevés que la progression des recettes fiscales

Le déficit public est complété par un autre déficit à savoir l’insuffisance d’épargne nationale. X-M est déficitaire ainsi que S-I

Face à ces déficits ces pays ont du se tourner vers une épargne étrangère, ils ont emprunté dans une monnaie étrangère et ont donc été soumis à des taux d’intérêts très élevés. C’est la crise de la dette et le scénario d’intervention du FMI qui oblige à la rigueur budgétaire, qui met en place des plans d’ajustement structurel avec comme porte de sortie une dévaluation de la monnaie et une renégociation de la dette.

Or, à partir de 2010, les Etats des pays périphériques ont au contraire cherché à consolider leurs finances publiques, sous la pression des marchés obligataires et surtout des autres Etats-membres de la zone euro ; ils ont réduit leurs dépenses à l'instant même où les ménages et les entreprises baissaient les leurs. Les autorités publiques ont alors aggravé la récession au lieu de l’atténuer, au point que certains pays ont connu une contraction de l’activité aussi ample que celle de la Grande Dépression.

De 2008 à 2012 la dette explosera en Grèce et au sud pas en Allemagne car les premiers emprunteront sur les marchés à 30% la seconde à 1%

Si la France Mélenchonienne doit financer par l’emprunt sur les marchés elle se retrouvera dans une situation comparable à celle de la Grèce et des pays en développement. Mélenchon deviendra alors le champion de l’austérité, le serviteur du FMI ….

cartel

COMMENT MELENCHON POURRA-T-IL EMPRUNTER A DES TAUX SUPPORTABLES ?

Mélenchon a tout à fait confiance de l’impasse dans laquelle il se trouvera, et pour lui la seule issue sera la planche à billets, le financement de la dette par la banque centrale et donc la création monétaire

Dans une économie ou les capitaux circulent et ou le système de change flottant s’est généralisé seule la politique monétaire est efficace

Les US peuvent financer leur déficit à travers la création monétaire, c’est-à-dire sans pleurs, ils bénéficient du droit de seigneuriage, ils utilisent leur monnaie qui est la monnaie internationale. Ainsi l’Amérique est-elle à l’origine d’une explosion des liquidités de par le monde. L’abondance de dollar peut même leur permettre d’obtenir une dépréciation du dollar favorable à leur exportation

Un autre pays qui connaitrait de tels déficits verrait sa monnaie attaquée, devrait augmenter ses taux d’intérêts attirer des capitaux ses déficits et dans ces conditions la hausse des taux d’intérêts tuerait la croissance Le Japon a fait tourner la planche à billets pour prêter à l’Etat mais les risques sont limités compte tenu de l’énorme masse d’épargne privée dont ne dispose pas la France

La zone euro a massivement bénéficié de la politique monétaire menée par Mario DRAGHI, La BCE a financé les banques à 0% et celles-ci ont prêté aux Etats à des taux très faibles (entre 0,2 et 0, 5% la France ou l’Allemagne). Super Mario Draghi fait ce qu’il peut pour empêcher la déflation et la crise. La Bce mène une politique intelligente qui a mis fin à la surévaluation de l’Euro Profitant de l’indépendance de la Bce il a tenu tête aux Allemands et à l’irascible Schauble

N‘imaginez pas que Mario Draghi puisse financer le déficit de Mélenchon, la politique accommodante n’était possible qu’avec des taux c’inflations nus ce qui n’est déjà plus le cas.
Avec un renchérissement des biens et des services de 2,2 %, l’Allemagne connaît son plus fort taux d’inflation depuis août 2012. La coupe est pleine, estiment de nombreux politiques et économistes qui exigent la fin de la politique monétaire conciliante actuellement menée par la Banque centrale européenne (BCE). Les Taux vont donc remonter.

Mélenchon n’entend d’ailleurs pas soutenir Draghi, il entend remettre en question les traités et fait le choix de l’affrontement avec l’Allemagne.

Dans son programme, M. Mélenchon défend l’idée d’un « plan A » – « sortie concertée des traités européens » et « négociation d’autres règles » – et d’un « plan B » – « sortie des traités européens unilatérale par la France » – en cas d’échec de la première méthode.

Le premier comporte la fin de l’indépendance de la Banque centrale européenne, la mise en place d’un « protectionnisme solidaire » ou encore une harmonisation fiscale et sociale.

L’Allemagne acceptera telle une politique économique mélenchonienne ? Et avec elle le reste de l’Europe ? Si oui alors le programme de Mélenchon est cohérent

On se souvient du tonitruant « Ta gueule, la France est libre » lancé à Merkel.

Merkel sera inflexible… Schultz est sur la même ligne

Il appartient depuis les années 1990 à un cercle de réflexion politique qui se situe à la droite du SPD et a toujours soutenu les lois Hartz IV. Au Parlement européen, ses collègues socialistes l’ont souvent vu défendre les positions du. Il est aussi un partisan des accords de libre-échange avec le Canada et les États-Unis. Martin Schulz risque d’apparaître comme une Angela Merkel à barbe.

Wolfgang Schaüble, et le candidat du SPD à la chancellerie adressent le même message à destination de la Grèce : il faut continuer les reformes· la question épineuse de l’allègement de la dette sera abordée à un moment ultérieur. Parmi les mesures réclamées à la Grèce visant à rendre son économie plus compétitive : des coupes supplémentaires dans les retraites, un abaissement du seuil d’exonération fiscale et de nouvelles déréglementations des marchés de l’énergie et du travail.

Pire, face à une France inflexible c’est l’Allemagne qui partirait. Angela Merkel voit dans cette occasion, la possibilité du retour au mark. L'économie allemande est florissante ,les exportations battent record sur record grâce à une compétitivité hors-coût. Quant à la banque centrale allemande et au ministre de l'économie W.Schäuble, ils seront trop contents de ne plus avoir à faire face aux demandes de mutualisation de la dette des Etats et à la politique menée par la Banque Centrale européenne. Celle de l'assouplissement quantitatif qui permet d'actionner la planche à billets pour faire baisser les taux longs.

Dans ce contexte, la fin de l'Euro et l'éclatement de l'UE sont-ils des arguments suffisants pour faire plier l'Allemagne ? Le poker menteur est-il le jeu qui permettra à la France de remporter la mise .MELENCHON RECONNAIT QUE L’ISSUE SERA LA SORTIE DE L’EURO par la France

« L’Europe, on la change ou on la quitte 

En cas d’accord, les Français seront consultés par référendum pour décider « souverainement de [leur] participation à l’Union européenne [UE] refondée ou de la sortie 
C’est pourquoi nous devons sortir des traités européens qui nous font obligation de mener des politiques d’austérité, sans action de l’État ni investissements publics. Tout cela au prétexte d’une dette dont tout le monde sait qu’elle ne peut être payée dans aucun pays. Notre indépendance d’action, la souveraineté de nos décisions ne doivent donc plus être abandonnées aux obsessions idéologiques de la Commission européenne ni à la superbe du gouvernement de grande coalition de la droite et du PS en Allemagne.

 Si les autres pays ne veulent pas discuter, cela voudra dire que l’union est morte, et la France en sortira  »

La suite relève d’un scénario catastrophe. Flottement assuré mais des certitudes : inflation galopante avec la nouvelle monnaie, hausse des taux d'intérêts car les spéculateurs exigeront des taux élevés pour leur prise de risque. Inflation donc baisse du pouvoir d'achat pour les travailleurs et les retraités ; dévaluation, renchérissement des importations par exemple pour les produits énergétiques. Contrôle des changes, files d’attente devant les banques. Mélenchon lève le voile :

 

« Nous prendrions d'abord des mesures conservatoires pour éviter un nouveau mur de l'argent, des attaques spécifiques spéculatives contre l'économie française. Réquisitionner la Banque de France pour transformer l’euro en monnaie commune et non pas en monnaie unique

Mettre en place un contrôle des capitaux et des marchandises nationales pour éviter l’évasion fiscale des plus riches et des plus grands groupes, et se protéger des attaques spéculatives et du dumping social, fiscal et écologique »

Mélenchon nous décrit l’Argentine de ses amis populistes.

Je suis eurosceptique et keynésien, le programme économique de Mélenchon ou celui de Le Pen devraient me plaire. Il n’en est rien car un keynésien doit tenir compte des données internes et de la contrainte externe avant de se lancer dans une relance isolée condamnée à l’échec. Changer la nature de l’Union européenne n’est possible que pour les Puissants et le préalable pour notre pays sera une réforme structurelle comparable à celle de 1958. L’Allemagne pourrait quitter l’Euro, pas la France dans la situation actuelle.

PAUL KRUGMAN , plus que critique sur l’Euro , analyse une sortie dans la situation actuelle et s’en prend àMarine Le Pen qui a le même programme dans ce domaine que Melenchon : « le coût de la sortie de l’euro et de la réintroduction d’une monnaie nationale serait immense ». L’économiste évoque une fuite massive des capitaux qui provoquerait une crise bancaire, un contrôle des mouvements de capitaux et des fermetures temporaires de banques. « Des problèmes de valorisation des contrats créeraient un bourbier juridique, les entreprises seraient perturbées pendant une longue période de confusion et d’incertitude », poursuit-il.
Si l’économiste américain considère que l’euro est un « projet imparfait », il juge cependant qu’il y a une énorme différence entre le fait de ne pas adhérer à la monnaie unique – comme ce fut par exemple le cas de la Suède, du Royaume-Uni ou de l’Islande qu’il cite – et d’en partir après y avoir adhéré. Paul Krugman estime aussi qu’une sortie de l’euro aurait pu être profitable à la Grèce mais pas à la France qui n’est, selon lui, absolument pas dans la même situation économique. « Pour la France, sortir de l’euro entraînerait tous les coûts que la Grèce aurait eu à supporter sans aucun des bénéfices », écrit-il

Olivier Blanchard ancien chef économique du FMI , lui aussi critique àl’égard des politique d’austérité imagine les 100jours de Mélenchon au pouvoir

Augmentation du smic de 20%

Il ne lui a pas fallu plus d’une semaine pour annoncer une augmentation du smic de 20% ; une baisse de l’âge du départ à la retraite à taux plein à 60 ans ; une augmentation des salaires des fonctionnaires et des aides sociales (chômeurs, retraités, minima sociaux). Une fois ces annonces faites, il est allé voir la chancelière Merkel pour lui proposer de refonder l’union monétaire.

Hollande, lui aussi, avait fait le voyage de Berlin après son élection pour mettre fin à l’austérité budgétaire, mais il en était revenu transfiguré. Mélenchon n’est pas de ce bois-là, et il l’a fait savoir. Dans l’interview qu’il a accordée à « Libération » avant de s’envoler pour Berlin, il a expliqué qu’il voulait donner une chance à l’Europe et qu’il allait proposer à Merkel d’adapter le fonctionnement de la zone euro pour servir le peuple, pas les banques et les grandes sociétés cotées en bourse. Dire que la rencontre s’est mal passée est un euphémisme. La traditionnelle conférence de presse commune a été annulée. La chancelière a déclaré de son côté :

« Il y a deux manières de détruire l’Europe, de l’intérieur ou de l’extérieur. Le président Mélenchon m’a demandé de l’aider à la détruire de l’intérieur, maintenant il va essayer de le faire de l’extérieur. »

Sur les marchés financiers, le voyage à Berlin a déclenché une panique, bien plus violente que celle du 8 mai. Le taux d’intérêt sur la dette de la France est monté à 12%. Pour les particuliers et les entreprises, le crédit a grimpé à 15% ou plus. Evidemment personne n’est prêt à emprunter à de tels taux. Le président n’a pas tardé à réagir. Fin mai, il a dénoncé la guerre ouverte menée contre la France par « la finance qui pratique des taux usuriers » et il a commencé à parler de nationaliser les banques « comme Mitterrand ». Il n’en fallait pas plus pour que particuliers et entreprises commencent à retirer leur argent des banques, soit pour stocker des billets, soit pour les mettre en sécurité à l’étranger.

Le plan de relance de Mélenchon tient-il la route ?

Nationalisation des banques

Le projet de nationalisation des banques s’est retrouvé au cœur de la campagne des législatives. Marion Maréchal-Le Pen, qui a remplacé sa tante à la tête du FN, s’est dite favorable. Chevènement aussi. Le PS-HAM (Hamon, Aubry, Montebourg), désespéré de se voir laminé, n’a pas exclu l’idée. Le président avait promis la mise en place d’une Assemblée constituante pour mettre en place la VIe République. Les résultats des législatives, et l’absence d’une majorité de gouvernement, ont sérieusement remis en cause tous ces projets. Entre projets initiaux et paralysie, personne ne peut vraiment prévoir ce que ce gouvernement pourra accomplir.

Poutou, secrétaire général adjoint de l’Elysée

Avec l’arrivée des vacances, le secrétaire général adjoint de l’Elysée, Philippe Poutou, a lancé un appel au nationalisme ouvrier, mais ça n’a pas empêché de nombreux juillettistes de changer leurs projets pour partir dans les pays voisins, les voitures pleines de billets. On a vu de longues files de vacanciers devant les banques anglaises, espagnoles et italiennes. Face à cette hémorragie de retraits, environ 2% des dépôts par jour, les banques se sont rapidement retrouvées en pénurie de grosses coupures.

La Banque de France a demandé à la BCE des livraisons d’urgence, mais la demande a été refusée. Les banques ont alors commencé à rationner les retraits. Dans son discours à la garden-party du 14-Juillet, le président a annoncé qu’il instaurait un contrôle des changes, limitant à 1.000 euros par personne les sorties d’argent. Les files d’attente aux frontières se sont inexorablement allongées, suscitant des mouvements de colère.

Interdiction des licenciements

Privés d’argent, les consommateurs ont coupé dans leurs dépenses. Incapables d’emprunter, les entreprises ont suspendu leurs projets d’investissements productifs et ont commencé à licencier. Rares sont les CDD qui ont été renouvelés. A l’Elysée, on envisage d’interdire les licenciements et de transformer tous les CDD en CDI, mais pour cela il faut une loi et donc une majorité au Parlement.

Et en cette fin juillet, la crise s’est déplacée. Le Trésor doit emprunter, même à des taux punitifs, mais les prêteurs se font rares. Le président Mélenchon a demandé aux banques d’acheter les bons du Trésor, mais elles luttent pour leur survie. Il a exigé que la Banque de France prenne le relais, mais elle ne peut pas le faire tant que la France est dans la zone euro. Il a envoyé son ministre des Finances voir Wolfgang Schäuble à Berlin. Son conseil ? Demander un programme d’aide, comme la Grèce. Discrètement sollicitée, Christine Lagarde a donné la même réponse : il faut d’abord mettre en place un programme. Le président fera-t-il volte-face, comme Tsipras avant lui ?

Une sortie de la zone euro

Une solution, bien sûr, c’est de sortir de l’euro, au plus vite, pour retrouver le droit de faire tourner la planche à billets de la Banque de France. Mais sortir de l’euro est compliqué, beaucoup plus compliqué que prévu. Il faut du temps pour imprimer des billets et des pièces. Il faut une décision du Parlement, sauf à organiser un référendum mais les sondages ne sont pas rassurants. L’autre solution, c’est de répudier la dette publique, mais cela finirait de couler les banques françaises et l’Etat ne pourrait plus rien emprunter, même à des taux stratosphériques. Le candidat Mélenchon avait considéré que la dette publique n’est pas un problème. Il s’aperçoit maintenant que c’en est un. L’été sera long. La rentrée sera dure.


Moyenne des avis sur cet article :  1.91/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • antiireac 19 avril 18:22

    Son programme c’est le désastre annoncé,

    bref le jour de l’élection un personnage à éviter à tout prix

    • Pere Plexe Pere Plexe 20 avril 15:25

      @antiireac
      Continuez à prier TINA avec l’auteur si bon vous semble.
      Mais soufrer que d’autre commence à douter...
      Par exemple
      "Jean-Luc Mélenchon parie sur une relance par la demande au risque d’une dérive des finances publiques et d’un creusement marqué du déficit extérieur"
      Heu...
      Comment dire...
      Ce risque existe surement avec JLM.
      Mais avec Macron/Fillon ce n’est pas un risque c’est une certitude !
      Leurs recettes sont appliquées depuis longtemps...et on en connait les résultats.


    • Alren Alren 19 avril 19:07

      Comme vous devez souffrir mon pauvre Gibertie de constater l’incroyable supériorité intellectuelle et programmatique de Jean-Luc Mélenchon sur ses rivaux !

      Et vos pitoyables arguments sur la faillite économique du programme de la France Insoumise, approuvée par plus de cent économistes du monde entier, dont le chiffrage a été décortiqué durant cinq heures sur Youtube ressemblent à un soliloque paranoïaque. Ou un baroud d’honneur de vaincu ...

      Ce qui n’a pas été chiffré c’est le coût des programmes économiques de Fillon, Macron et Le Pen et pour cause : ils aboutissent tous les trois à un recul de la qualité de la vie de 99% des Français. Ils vaut mieux qu’ils ne le sachent pas !!!


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 avril 19:47

        @Alren
        Quelle supériorité ?
        Une flopée d’économistes incapables de parler de la sortie de l’ euro indispensable ? Il y a un lien direct entre l’euro et le chômage. Pour faire baisser le chômage, la 1ere chose à faire, est de revenir à la monnaie nationale. Il y a 4 points de chômage en moins dans les pays de l’ UE qui ont gardé leur monnaie nationale.


        « La tragédie de l’ euro », vous ne saurez plus que tous les experts de la télé, et tous ces économistes incultes qui soutiennent Mélenchon !

      • LE CHAT LE CHAT 19 avril 21:06

        @Alren

        Vous avez au Venezuela ce qui nous attend avec Meluche ,un pays en ruine et un populiste de gauche megalo qui se cramponne au pouvoir contre son peuple qui le vomit !!


      • eric 20 avril 11:40

        @Alren

        L’art du chiffre Mélaenchonique ! 100 économistes dans le monde, et même en s’en tenant à 197 pays comme l’ONU, on en arrive à un gros un demi économiste par pays. C’est sur qu’avec une caution pareil, on peut passer directement au plan B....

        C’est vraiment le provincialisme gauche de gauche...

        On rassemble trois intermittent, un fonctionnaire territorial catégorie C recruté par parenté, deux touristes vénézuéliens qui n’ont pas compris ce qu’on leur faisait signer, un universitaire à la retraite et ses arrières petits enfants pleins de compassion et on annonce que les français réunis en collectif on décidé de s’asseoir debout et de quitter l’Europe.

        On cautionne un génocide d’abribus et un autodafé de flic contre un pouvoir fort façon Hollande pour interdire l’ouverture du BHV le dimanche aux touristes chinois, et on s’imagine créer un rapport de force avec Madame Merkel...

        Mais mon pauvre ami, elle agrandi dans le communisme.. ;Si elle ne se laisse pas impressionner comme un vulgaire cadre A de la fonction publique PS, qu’est ce que vous allez faire ? Casser des distributeurs à Berlin ?


      • capobianco 20 avril 11:52

        @eric
        Vous savez lire ? Allez sur le site de JLM2017 vous pourrez avoir les réponses à vos affirmations pour le moins déconnectées. Communisme ...ouah, troubles de la vue ou problèmes intellectuels ?


      • capobianco 20 avril 12:04

        @LE CHAT
        Le Venezuela ? Comme vous y allez ! Vous préférez sans doute le katar ou l’arabie saoudite.

        Pour être sérieux, trouvez autre chose pour faire peur, cette campagne bien réglée par nos médias si honnêtes tout comme les innombrables tentatives contre JLM et la FI de la part des nombreux des apeurés ou dépités sur AVOX ne changent pas que le seul programme crédible qui mettra fin à 40 ans de pillage de la France est celui de la FI. Plutôt que d’affirmer des inepties vous devriez aller vous informer sur le site JLM 2017, mais vous ne voulez pas voir, seulement trouver de vulgaires ragots pour satisfaire votre propagande de peur.


      • HELIOS HELIOS 20 avril 12:05

        @Alren


        votre message de 19:07

        ***** ils aboutissent tous les trois à un recul de la qualité de la vie de 99% des Français. Ils vaut mieux qu’ils ne le sachent pas !!! *****


        Vous le savez comment que l’élection d’un de ces candidats va entrainer un recul de la qualité de vie ??
        vous avez une métrique pour mesurer cela ? des unités de mesure de 1 a 20 par exemple ?

        Votre propos n’est fondé sur rien de mesurable, mais pire sur rien de rationnel. Juste un propos, une opinion qui est a évaluer face aux autres opinions qui ne vont pas dans la même direction que vous.
        Si au moins vous etiez une autorité reconnue pour vos travaux contextuellement liés a la qualité de vie... mais rien de tout cela....

        Bonne journée -fraiche- quand même...


      • eric 20 avril 13:09

        @capobianco

        Ce programme n’est pas crédible car il ne s’appuie pas sur les aspirations populaires.

        Il exclu les travailleurs et les plus défavorisés.

        Le choix de la veste pour « avoir l’air de », aux yeux d’électeurs qui méprisent les bac moins 3 au moins autant que Hollande, son comparse historique, les sans dents. (vous connaissez des travailleurs qui se déguisent comme cela après le boulot ? Plus exactement, si vous êtes électeur Mélenchon, vous connaissez le monde du travail ?)

        Le choix d’un lettre grecque pour faire un habile jeu de mot accessible aux seuls à partir de bac plus deux option math, caractérise assez sa cible électorale...

        Il parait que Mélenchon fait un tabac à science po. L’école des futurs pilleurs comme vous dites.
        Dans le professionnel et le technique, l’école du peuple, là ou madame Le Pen a son fils, quand Madame Belkacem, dit que c’est de la merde pour les prolos, curieusement, ils ne votent pas pareil.

        Une des raison de l’échec total de Hollande, c’est la résistance passive des forces vives de la nation. Il en irait de même avec le candidat bio-bolivarien. Ce ne sont pas les nuits debout qui redresserons notre industrie.


      • Gieller Gieller 20 avril 14:17

        @LE CHAT
        Votre remarque est absolument idiote, ne serait ce que pour une seule raison, l’économie Vénézuélienne est basée quasi entièrement sur les revenus issus du pétrole, ce qui n’est pas le cas de la France. la chute des cours du pétrole et l’effondrement de l’économie du Venezuela n’a rien à voir avec la politique de Maduro.
        D’autres pays sud américain à tendance « bolivarienne » se portent très bien parce que non dépendants du pétrole et surtout à l’abri des déstabilisations US.


      • périscope 20 avril 16:13

        @capobianco

        Vous qui savez tout QU’EST DEVENUE LA GUILLOTINE ?

        Avec un admirateur de Robespierre aux manettes, on va en avoir bien besoin !

         Et malheur aux nouveaux « Chouans »


      • Alren Alren 20 avril 17:37

        @LE CHAT

        Ah ! parce que pour vous le peuple ce sont les petits merdeux des beaux quartiers qui lancent des cocktails molotov à la police ?
        En France, vous jugeriez cela scandaleux, surtout si c’était les pauvres qui se livraient à de tels agissements. Quelle bonne foi !

        Si le peuple, le peuple des quartiers populaires ne soutenaient pas Maduro qui lutte contre les dollars de la CIA, il y a longtemps qu’il aurait été destitué, comme Dilma Roussef au Brésil.
        Pays qui connaît avec le retour de la droite corrompue, une régression sociale sans précédent.


      • Alren Alren 20 avril 17:44

        @eric

        Mon pauvre ami, savez-vous que la France Insoumise c’est près de 400 000 personnes ( en base dix) qui ont donné leur identité avec leur soutien au programme L’Avenir en commun ?

        Quel mépris par ailleurs pour « le fonctionnaire territorial de catégorie C » ! Quel mépris pour le peuple ! Il vous le rend bien volontiers.


      • Alren Alren 20 avril 17:53

        @Fifi Brind_acier

        Vous aurez comme président ou Mélenchon ou Fillon ou Macron, que cela vous plaise ou non.

        Je comprends qu’aucun ne vous convienne mais il faut choisir entre ces trois-là ou laisser les autres choisir pour vous. Et le reste est ratiocinages de vaincu aigri.

        Votre attaque privilégiée contre Mélenchon me fait subodorer que vous lui préférez un européiste otanesque. Avouez-le ! Faites votre « coming out » politique, il n’y a pas de honte !


      • eric 20 avril 18:48

        @Alren
        Mon pauvre ami, c’est pour cela que c’est plié, Filllon, c’est 2 919 874 qui ont payé pour lui...
        Et je ne vous parle pas du million et demi qui a rejoint ensuite.
        Le fonctionnaire territorial de catégorie C n’est pas un, ni le, peuple, c’est une caste dès lors qu’elle s’engage pour un programme entièrement à son propre service et au détriment de l’intérêt collectif et national comme celui de Mélenchon.
        SI il est plus présent aux manifs des fifi, c’est parce que les collectivités de gauche les mettent en congé pour cela.
        L’engagement politique au frais du contribuable...moi...


      • eric 20 avril 18:54

        @capobianco
        Article 62 Alba, socialisme héroïque donnant priorité aux projets portés par les indiens. Soutine du PCF et même du prcf. Merkel va être sensible, c’est sur...
        Peu importe dans l’hypothèse hautement improbable, ou la caste des petits prébendiers parvenait à faire passer son candidat au second tout, interrogez, vous.. ;la gauche Hollandienno macroniste, va-t-elle renvoyer l’ascenseur à Mélench pour ses appels à voter sans conditions en 2012 ?
        Qui plus est avec les législatives derrière et tellement de formages à remplacer ?


      • quid damned quid damned 21 avril 08:51

        @Alren
        l’incroyable supériorité en couardise oui. Refus du débat face aux autres candidats.
        Il sait très bien qu’un vrai débat lui aurait fait perdre toute crédibilité. Il a encore l’oreille toute chaude de la gifle qu’il s’est pris lors du débat à 11 par FA. Pas que lui d’ailleurs. Et après il dit qu’il va renégocier face aux 26 autres états membres. Alors là peut-être que Monsieur aura ses exigences et qu’il demandera à exclure les pays membres qui iront contre sa volonté ?
        Plus en contradiction avec son « idéologie ».


      • quid damned quid damned 21 avril 08:56

        @capobianco
        Et vous vous feriez mieux de vous renseigner sur les règles du jeu.
        On a beau vous expliquer, vous n’avez toujours pas compris que les traités n’étaient pas re-négociables et que désobéir à part se manger de sévères amendes dans les dents ça ne sert à rien sinon faire rigoler les commissaires européens.


      • Etbendidon 19 avril 19:19

        Merci pour cet article antimélanchonien
        Agoravosse a besoin d’être boosté dur parceque avec Fergousse, cabanou, grouni, verdi et Pandaaa on s’ennuie un peu
        Autrement moi j’aimerais bien voir Méluche élu président histoire de voir la tronche des bourges conservateurs
        Oh la déroute ....
        ensuite si faut pleurer, du moment qu’on a bien rigolé un peu, j’suis preneur
         smiley


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 avril 19:38

          @Etbendidon
          Mélenchon ne fait peur à personne, il veut rester dans l’ UE et dans l’euro !
          Du moment qu’il ne parle pas de sortir par l’article 50, tout va bien !
          Il y a bientôt 40 ans, que tous les candidats nous prommettent une Autre Europe, à chaque élection. Rien de nouveau sous le soleil !


        • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 20 avril 02:12

          @Fifi Brind_acier
           S’il y en a un qui ne fait peur à personne, c’est bien Monsieur Asselineau. Voici un spécialiste des cachotteries sur les Young Leaders, comme Macron ou Hollande, qui connaît très bien l’Alliance germano-américaine pour le 21ème siècle. Il connaît tout cela à fond. Quand j’ai vu que l’UPR le présentait comme candidat, j’ai pensé qu’il serait en mesure d’éclairer enfin les citoyens. Ils ne sont pas nombreux à pouvoir dévoiler ces secrets qui détruisent notre pays et je trouve que c’est une grosse responsabilité pour lui de refuser de le faire. Allez, courage, Monsieur Asselineau.



        • arthes arthes 20 avril 11:55

          @Etbendidon


          Les bourges conservateurs s en remettront ..

          Ceux qui vont pleurer , ce ne seront pas les bourges conservateurs, mais les plus pauvres rendus encore plus pauvres...Parcr qu ils l auront voulu.

          C esr cher payer le plaisir fugace de voir la mine deconfite d un bourge conservateur.

          Mais comme l electorat de Melenchon vit dans une bulle ideologiqu e, ne voit qu a tres court terme son petit interet immediat et se fiche de la viabilite du programme et de ses consequences, c est la fete !!!

        • Gieller Gieller 20 avril 14:21

          @Fifi Brind_acier
          Vous avez beau être une supportrice acharnée de la première heure, vous n’empêcherez pas le fait qu’Asselineau ne dépassera pas les 5% de vote au premier tour. smiley
          Il est bien trop technocratique pour parler à une majorité d’électeurs.
          Et je vous rappelle que le fameux sondage qui tourne permet de voter une fois par jour, ce qui bien entendu ne peut pas permettre d’avoir une idée juste des intentions de vote.
           


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 19 avril 19:34

          Merci à l’auteur de faire remarquer qu’il n’est pas possible de faire une politique en faveur de l’ intérêt général tout en restant dans l’ UE !


          Le programme d’Asselineau est lui, parfaitement cohérent, pour faire une autre politique, il faut sortir de l’ UE et de l’euro au plus vite !

          - On peut immédiatement remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux.
          - Utiliser les billets en euros avec un tampon en Francs, en attendant les nouveaux billets.
          - Laisser le Franc se dévaluer de 10 %, ce qui va booster les exportations, créer 1 à 2 millions d’emplois et remplir les caisses de l’ Etat avec des impôts.

          Le programme de Mélenchon ne verra jamais le jour, dès que les désobéissances commenceront, la BCE fermera le robinet bancaire, comme en Grèce !

          L’UE est une dictature qui ne dit pas son nom, le seul salut, c’est la fuite !

          • BA 19 avril 21:23

            Jean-Luc Mélenchon assure qu’il ne veut sortir ni de l’Europe ni de l’euro.

            Mardi 18 avril 2017 :

            Jean-Luc Mélenchon assure qu’il ne veut sortir ni de l’Europe ni de l’euro.

            En meeting ce mardi à Dijon, Jean-Luc Mélenchon était également présent dans six autres villes grâce à des hologrammes. Et a assuré qu’il ne souhaitait pas sortir de l’Union européenne.

            Même si sa spectaculaire dynamique semble avoir atteint un palier ces derniers jours, le candidat de La France insoumise est de nouveau devancé par François Fillon selon notre sondage, l’ancien leader du Front de gauche a refusé de renoncer à cinq jours du premier tour de la présidentielle. Et a tenté de se montrer rassurant, notamment sur la question européenne. "Ne croyez pas ce qu’ils vous disent : « il veut sortir de l’Europe, de l’euro », allons, un peu de sérieux", a ainsi déclaré Jean-Luc Mélenchon.

            http://www.rtl.fr/actu/politique/direct-video-meeting-melenchon-ses-6-hologrammes-7788190620

            Le programme de Mélenchon est nul.

            Il faut sortir de l’Union européenne.

            Il faut sortir de l’euro.

            Votez Asselineau.

            https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2011/01/Programme-Francois-Asselineau-legislatif-2017.pdf


            • alinea alinea 19 avril 21:28

              @BA
              Vous n’avez honte de rien, à l’UPR, c’est à ça qu’on vous reconnaît. Vous ignorez que les lecteurs d’Agoravox passent d’un article à l’autre ? Et ne sont pas dépourvu d’attention ni de mémoire ?


            • Attilax Attilax 20 avril 01:56

              @alinea
              Ben ça se voit pas !
              Qui a voté Maastricht ?
              Qui a fait 27 ans au PS ?
              Qui est député européen depuis 8 ans ? (1440000€ net, quand même, merci l’UE)
              Qui a un double discours sur l’UE ?
              Qui veut imposer par la désobéissance son plan à tous les autres pays ? En se targuant de la puissance de la France, qui ne serait pas la Grèce ? Imposer la loi du plus fort, c’est un argument de gauche, ça ?
              Venez pas parler d’attention ou de mémoire, svp. Apparemment, vous non plus vous n’avez honte de rien.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 avril 11:17

              @alinea
              « L’Europe n’est pas réformable » par Stathis Kouvelakis ancien membre du comité central de Syriza


              " Jeremy Corbyn, dont personne n’envisageait alors qu’il puisse prendre la direction du parti travailliste, était venu me parler en marge de la réunion, en me disant : « Est-ce que vous avez un plan B ? Parce que l’UE va vous écraser, en commençant par attaquer votre système bancaire.  »

              "(...) De plus en plus de forces de gauche comprennent que l’UE n’est pas réformable dans un sens progressiste, avec un fonctionnement plus démocratique, parce qu’elle est conçue, dans son architecture intrinsèque, pour ne pas être réformable. Tout est verrouillé et, pour enseigner dans un département d’études européennes, je peux vous assurer que mes collègues spécialistes le savent. L’UE n’a pas été conçue pour fonctionner avec les règles de la démocratie parlementaire, dont on craint toujours la tentation « populiste ».

              (...)


            • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 20 avril 02:23

              En lisant les commentaires, on comprend parfaitement que l’auteur est un fervent de l’UPR qui a rameuté les membres de son parti pour qu’ils viennent le soutenir par leurs commentaires.

              Voilà un auteur qui, en plus, se permet de se croire supérieur à plus de 100 économistes de plus de 17 pays qui ont trouvé que le programme de Mélenchon est excellent. Il avait bien raison d’appeler ses copains à la rescousse, car son propre orgueil l’écrase complètement.

              @Attilax : trouvez d’autres arguments que cette bouillie de mensonges ou fausses vérités tronquées qui reviennent sur la table de l’UPR chaque fois qu’on parle de Mélenchon.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 avril 07:22

                @Danièle Dugelay
                Je ne crois pas que l’auteur soit à l’ UPR ! Vous devenez parano, ma parole !
                Et en plus, vous interdisez de critiquer le programme de Mélenchon ?
                Vous vous prenez pour qui, pour interdire quoi que ce soit ?!


                Vous voulez que je vous rappelle le merveilleux programme de Tessalonnique de votre copain Tsipras  ? Aucune mesure n’a vu le jour, car il est impossible de faire un programme dans l’ intérêt général tout en restant dans l’ UE et l’euro !

              • armand 20 avril 11:44

                @Fifi Brind_acier effectivement, il est plutôt fhaine


              • raymond 2 20 avril 06:32

                Asselineau, Asselineau, Asselineau.........Un, bon tiers des posts c’est du lourd heureusement qu’il va faire 1% et j’espère qu’il fermeront un peu leur gueule. Franchement je préférerait que des pro fillon ou Macron viennent plus souvent cela nous changerai un peu de cette bande trolls puants.



                • raymond 2 20 avril 09:04

                  @Fifi Brind_acier
                  sondage :
                  Le candidat de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan se maintient à 4%, devant Philippe Poutou (1,5%) et Jean Lassalle (1%). Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade et François Asselineau sont crédités de 0,5%.
                  Après les sondages...


                • Deepnofin Deepnofin 20 avril 11:25

                  @raymond 2 Les sondages sont orientés pour plaire aux commanditaires... Quand des gens témoignent que lors de leur sondage, pour la question « pour qui voterez-vous ? », le choix Asselineau n’était pas possible, on comprends les 0,5%... Pourquoi ne pas les croire, quand on voit comment les médias de masse ont blacklisté et méprisé l’UPR pendant des années, on devine bien que les sondages sont forcément orientés en sa défaveur...

                  Quand on voit l’engouement sur Internet, on sait très bien que 0,5% c’est tout sauf crédible. Alors ça indique une certaine peur de la part de nos dirigeants. Et cette peur, qui de mieux que Mélenchon pour l’illustrer, lui qui a fait sa capricieuse pour le débat du 20 en menaçant de l’annuler pour motif de timing, mais qui va finalement probablement accepter d’y participer, maintenant que la formule est changée ? (plus un débat, mais un monologue de 15 min... super, alors que les électeurs ont globalement aimé le débat du 4, et les cafouillages venaient surtout de Ruth).

                  Bref depuis 2 sem environ j’observe un revirement médiatique un peu suspect pour JLM...
                  Et Flamby et BHL qu’appellent à ne pas voter JLM (et donc au vote de réactance=JLM)
                  Et la FM qui appelle à ne pas voter MLP (donc double réactance pro FN et pro Mélenchon)
                  Et la Finance qui prédit un séisme si JLM passe (ce qui conforte le vote des Insoumis)
                  Et les 100 Experts-Miami qui soutiennent JLM à la dernière minute (ce qui rappelle étrangement la même pour Hollande en 2012 http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/17/nous-economistes-soutenons-hollande_1686249_3232.html)

                  .... Breeeef. Drôle de mascarade que tout ça. J’ai du mal à comprendre qu’autant d’Insoumis et de Frontistes ne voient pas l’arnaque évidente de leurs candidats et de la situation... Jdois être fou, ou faire de la dissonance cognitive, c’est sûrement ça. Renégocions une autre Europe, oui oui.


                • Deepnofin Deepnofin 20 avril 11:28

                  @Deepnofin Désolé, j’m’emporte. C’est l’festival, toute cette pression...


                • aliante 20 avril 06:32

                  Personne ne prêtera 100 milliards à J L Melenchon mais peut être une dizaine si il engage les mesures GOPé décrétés par l’UE,On a vu Tsipras manger son chapeau et appliquer les mesures d’austérités voulu par la troika
                  Le traité dans sa forme le Tue est le seul outil de l’Ue pour fonctionner ,les discours de J L lMelenchon anti germanique sont du même acabit que les discours de Marine Lepen sur l’immigration on cherche un bouc émissaire pour engranger des voix ,L’UE a été fabriquée en partie par les élites françaises il ne faut pas l’oublier ,les J Monnet,F Mitterrand,Giscard et J Delors
                  sans être économiste la politique de relance n’est pas une mauvaise chose
                  mais elle est inapplicable dans la forme des traités aujourd’hui si Jl Melenchon reste dans l’Ue
                  il ne pourra pas faire ce qu’il a promis
                  soit il sort de l’Ue et il fait ce qu’il veut ,soit il y reste et qu’il arrête de raconter ses bobards
                  pour modifier les fameux traités plan B il faut l’unanimité des états et c’est pareille Pour M Lepen
                  le Luxembourg ne va pas s’asseoir sur le cœur et le poumon de son économie :
                  :La finance,comme l’Irlande d’ailleurs
                  Les Polonais ne vont pas soutenir un Jl Melenchon qui veut leur ôter le pain de la bouche


                  • philippe baron-abrioux 20 avril 08:24


                     Bonjour à tous ,

                     cela fait plusieurs jours que la campagne s’accélère ce qui devrait permettre à chaque électeur potentiel de se déterminer et de fixer son choix de façon plus précise sur un candidat .

                    tous les moyens sont mobilisés, parait il, pour nous apporter les éléments qui devraient nous permettre de nous déterminer , tous ?

                     NON , nous sommes le 20 avril et dans trois jours , comme j’espère une majorité de Français , j’irai au bureau de vote déposer le bulletin de mon choix dans l’urne républicaine .

                      a t on encore en France le droit de réfléchir à nos choix pour l’avenir en ayant en mains les documents qui pourraient nous aider à faire les choix pour nos enfants et nous pour les 5 années à venir ou doit on gober ce qui est servi sur écrans de tous ordres ?

                     curieusement , je n’ai encore reçu qu’une seule « profession de foi » , ce document papier sur lequel chaque candidat , grand comme « petit » , invite à prendre connaissance des points les plus saillants de son programme , chaque point ayant été reconnu comme sien dans sa diversité et ,LE PLUS SOUVENT authentifié par sa signature au bas de ce document .

                     « verba volant , scripta manent » , les paroles s’envolent , les écrits restent ; c’est parfois bien utile de rappeler ce qui a été avancé , promis et si souvent oublié voire trahi .

                     quelle étrange semaine que celle que nous vivons qui ne laisse que 3 jours à 45 millions d’électeurs potentiels de se déterminer pour les 5 années à venir sans aucun écrit , en oubliant tous ceux qui n’ont aucun poste , ni aucun ordinateur pour s’informer des différents programmes des candidats !

                     et ne me parlez pas , je vous prie , du souci écologique ou d’économies quand on sait les sommes de plus en plus énormes investies en sondages quotidiens et autres études politiques !

                     bonne fin de journée à tous !

                     P.B.A

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès