• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mais que devient la philosophie avec la réforme du Bac ?

Mais que devient la philosophie avec la réforme du Bac ?

 

Les professeurs de philo sont inquiets : la réforme du baccalauréat qui s'annonce laisse peu de place à cette discipline essentielle qu'est la philosophie.

Voudrait-on supprimer une certaine faculté de penser ? Voudrait-on amoindrir la réflexion ?

C'est préoccupant...

Il est utile de le rappeler : les élèves n'ont qu'une seule année pour se familiariser avec cet enseignement, l'année de terminale.

 

 Jusqu’à présent, les élèves de terminale S avaient trois heures de philosophie, ceux de ES quatre heures et ceux de L huit heures par semaine. Désormais, ce sera quatre heures pour tout le monde.

 

On imagine le désarroi des professeurs de philo : ils pouvaient dans les sections littéraires approfondir l'enseignement de leur discipline pour des élèves qui se destinent à des études littéraires.

Ils pouvaient aussi susciter des vocations et inciter ces élèves à entrer dans la carrière de l'enseignement, afin d'alimenter le vivier des professeurs de philo.

C'est terminé avec cette nouvelle réforme.

 

De plus, le programme a été amputé de plusieurs notions fondamentales : d’abord, la notion de "bonheur", qui avait l’avantage de capter l’attention des élèves tout en posant les problèmes fondamentaux du sens de la vie et de la condition humaine. 

Pourquoi donc évincer cette notion ? Certains y voient une façon de laisser libre cours au totalitarisme de la consommation... Ne pas réfléchir au vrai bonheur, n'est-ce pas la possibilité de se laisser entraîner dans une frénésie de consommation ?

 

Disparue aussi la notion de travail... Pourtant, on a tendance à vouloir faire de plus en plus travailler les gens : nombre d'heures, recul de l'âge de la retraite...

Suicides, burn out, flexibilité, on en demande toujours plus aux salariés.

Voudrait-on éviter un sujet qui fâche ? Le travail est un sujet qui concerne chacun d'entre nous : pourquoi refuser de l'évoquer ?

 

Enfin, "conscience et inconscient", "autrui", "la perception" disparaissent également... des sujets pourtant essentiels à notre époque.

La philosophie a pour but de développer l'esprit critique et la réflexion et elle devient presque accessoire dans cette nouvelle réforme : voilà qui est très inquiétant...

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/04/mais-que-devient-la-philosophie-avec-la-reforme-du-bac.html

 

Source :

https://www.lemonde.fr/campus/article/2019/04/17/reforme-du-bac-la-philosophie-est-en-peril_5451330_4401467.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • Jean De Songy Jean De Songy 24 avril 13:03

    Prusse, début 19ème, classe de 60 (sous Bismarckj qui donnera tous les Nobels allemands aussi...)

    Pas de dédoublement nécessaire pour les « chances » coloniales...

     

    Cours de philo de 2nd (si...si) de gymnasium, (lycée)

    Avant Naïade Vagino Bécassine, la chute du PISA, la chute du QI en Occident...

     

    Petit extrait :

    Gogocho c’est même pas la peine d’essayer de lire, si vous savez... c’est pas de la grande pensée Natte-et-Touffa Diahlo où de grande poésie De-Bouse... au programme du Boobaland...

     

    « La conscience, dans la dialectique de la certitude sensible, a perdu l’usage de la vue, de l’ouïe etc., et, en tant que perception, elle est parvenue à des pensées, mais des pensées qu’elle ne rassemble pour la première fois que dans l’universel tel de façon inconditionnée. Or cet inconditionné ne serait lui-même, à son tour, rien d’autre que l’extrême — venant se placer d’un coté — de l’être-pour-soi, s’il était pris comme une essence simple en repos, car, de la sorte, viendrait lui faire face l’entité sans essence ; mais, mis en rapport avec celle-ci, il serait lui-même inessentiel, et la conscience ne serait pas sortie de l’illusion de la perception ; seulement il s’est produit comme un inconditionné, qui, se dégageant d’un tel être-pour-soi conditionné, a fait retour en lui-même. » 
    Début du Chap. Force et entendement, PhG, Hegel prof... smiley


    • Fergus Fergus 24 avril 13:05

      Bonjour, Rosemar

      Bof ! « La philosophie, c’est l’art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité » (Frédéric Dard).

      Plus sérieusement, 4 heures pour tous, ce n’est pas si mal car cela augmente  utilement  le temps de philo des scientifiques, et si cela diminue celui des littéraires, c’est partie remise d’un an s’ils poursuivent dans cette filière en faculté.

      Foi de Fergus, bac-2 mais intéressé par les problématiques éducatives. smiley


      • Chantecler Chantecler 24 avril 13:12

        @Fergus

        sauf qu’à la fac, pour faire de la philo, il faut ne faire que ça !

        et les titulaires d’un diplôme de philo n’ayant comme débouché que le professorat, cette filière n’aura plus de débouchés, donc plus de raison d’être.

        restera aux irréductibles la formule autodidacte

        on peut tuer Socrate, qui n’était qu’un homme, une énième fois, on ne tuera pas des idées, même l’inquisition et les autodafés partout sur le globe et régulièrement depuis 2000 ans n’ont pas réussi


      • Fergus Fergus 24 avril 13:25

        Bonjour, Chantecler

        « les titulaires d’un diplôme de philo n’ayant comme débouché que le professorat »

        Ce n’est pas tout à fait exact : on en trouve également dans le journalisme, dans l’édition, dans la conservation et même dans la recherche. Mais je vous concède que cela ne représente pas de nombreux emplois. 


      • Chantecler Chantecler 24 avril 14:52

        @Fergus

        « on en trouve » sans que ce diplôme non qualifiant soir exigé dans ces milieux et ces fonctions où les réseaux jouent davantage que les bagages universitaires.


      • Fergus Fergus 24 avril 15:45

        @ Chantecler

        « ces fonctions où les réseaux jouent davantage que les bagages universitaires »

        Exact !


      • rosemar rosemar 24 avril 17:08

        @Fergus

        Il est aussi plus facile de gouverner des gens incultes qui ne réfléchissent pas...
        La philo est tout de même une ouverture sur toutes sortes de sujet de réflexion...


      • Fergus Fergus 24 avril 19:19

        @ rosemar

        « La philo est tout de même une ouverture sur toutes sortes de sujet de réflexion »

        Nous sommes d’accord. Mais ce ne sont pas les élèves de L qui en ont le plus besoin, eux qui, par leur parcours, sont en contact étroit avec les écrits des plus grands noms de la littérature française et étrangère, et donc en prise directe avec lesdites réflexions, certes pas formalisées de la même manière, mais bien présentes dans les oeuvres étudiées. 


      • rosemar rosemar 24 avril 22:54

        @Fergus

        Il faudrait tout de même ne pas confondre littérature et philosophie ! ce n’est pas pour rien que ces deux disciplines sont distinctes et enseignées par des professeurs spécialistes...


      • Fergus Fergus 25 avril 10:58

        Bonjour, rosemar

        Certes ! Il n’empêche que des sujets comme le sens de la vie, la mort, le bonheur, les richesses matérielles, le besoin de spiritualité  pour ne citer que ces thèmes-là  sont de facto abordés dans de nombreuses oeuvres littéraires, romanesques ou pas. Et les réflexions qu’induisent ces lectures et l’analyse de ces textes est probablement aussi enrichissante pour les esprits en voie de maturation que des cours de philosophie. Cela dit sans nier l’intérêt de ces derniers. 


      • Julien S 25 avril 12:06

        @rosemar
        .
        il est aussi plus facile de gouverner des gens incultes qui ne réfléchissent pas
        .
        Certes, mais nous voyons deux à trois cents fois par an le niveau de votre réflexion. 


      • rosemar rosemar 25 avril 12:17

        @Julien S

        Les insultes ne sont pas des arguments : vous devriez le savoir, à votre âge...


      • Julien S 25 avril 12:24

        @rosemar
        .
        Ce n’est pas une insulte de constater la platitude et la banalité extrêmes de vos « indignations » perpétuelles à tout propos. On ne sait même pas si vous ne vous amusez pas à rire sous cape en nous administrant continuellement vos pensées d’élève de quatrième. 


      • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 13:01

        @Fergus. Un cas atypique : Ruth Kastner, qui émarge au département de philosophy de l’Université du Maryland.
        Ce qui lui permet d’échapper à la censure et au tir de barrage de la secte hégémonique, les Göttingen-København. Elle suit à la lettre le roman de John G. Cramer, et a parfois cosigné avec lui. Elle n’en a jamais vu les défauts. Elle a bien voulu me donner le lien Arxiv sur quatre de ses publications.
        Mais jamais elle n’a été capable d’inventorier de nouveaux faits expérimentaux, jamais elle ne va les chercher dans d’autres disciplines ni scientifiques ni technologiques. Elle ne s’occupe que de l’interaction entre théories, comme si de sa vie, elle n’avait jamais manipé.
         
        Or des faits expérimentaux, j’en ai donné quelques uns, ici même :

        Une preuve définitive par l’astigmatisme ou la myopie

         

        Coluche nous avait expliqué pourquoi l’expérience de Gouanère & al. ne sera jamais refaite

         

        Les Nobels de Physique 1933 : P.A.M. Dirac et E. Schrödinger

         

        Contrafactualité, Penrose, Elitzur et Vaidman

         

        Etc.


        Un géographe en sait bien davantage que ces « philosophes » en discipline de l’interdisciplinarité. Un géographe est un généraliste, qui n’est pas géologue ni tectonicien, ni pétrographe ni pédologue, ni climatologue ni hydraulicien, ni agronome ni expert en écologie végétale, mais il sait dialoguer avec tous ces experts, et coordonner leurs travaux. Et l’Atlas mondial des sols, par la FAO et l’UNESCO est bien sorti, il rend bien les services attendus.
         
        L’ingénieur qui construit une usine là où auparavant il n’y avait rien, lui aussi coordonne avec soin les apports de nombreuses disciplines. S’il construit sur sous-sols compressibles, ou sur le trajet d’une faille comme à el Asnam, les graves ennuis ne tarderont guère. Et pourtant il n’est pas géologue lui-même. Etc. On peut recommencer une histoire d’horreur potentielle pour tous les corps de métier intervenants. Inclusivement sociologue, ethnologue, etc.
         
        La curiosité et le respect des clients et fournisseurs ne font pas partie du cursus académique des « philosophes ».


      • MagicBuster 24 avril 13:38

        On imagine le désarroi des professeurs de philo.

        Oui pourquoi avoir choisi cette voie de garage ?

        Fallait choisir prof de musique ou de dessin au collège.

        Ma matière préférée : math & dessin ( matter des seins )


        • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 13:57

          @MagicBuster. En musique, les voix de garage, c’est pas fameux.


        • Fergus Fergus 24 avril 15:47

          Bonjour, MagicBuster

          « math & dessin » au plan scolaire, et en ski de fond « faire Lamoura-Mouthe » (Transjurassienne)


        • blablablietblabla blablablietblabla 24 avril 18:02

          @MagicBuster
          Ha ha ha pas mal tiens , je la retiendrais celle là.


        • tashrin 24 avril 13:54

          Perso j’ai toujours été assez perplexe par rapport aux enseignements de philo. Pour avoir suivi un cursus litteraire, je m’en suis tapé 8h par semaine avec un coef 8 pendant l’année de terminale

          D’un coté, apporter un peu d’esprit critique et de recul aux jeunes esprits est une bonne chose

          De l’autre, n’aborder cela que pendant une année, rien avant, rien après, ca sert pas à grand chose. Et pour être honnete, les cours de philo s’apparentaient plutot à du bachotage qu’à de la veritable reflexion... A 18 ans on est très jeune pour avoir une reflexion construite et autonome...


          • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 14:48

            @tashrin. La faute à pas de chance ? Je ne sais que deux « philosophes » qui ne se conduisent en imposteurs : Gaston Bachelard, pour autant que j’en puisse juger quand j’étais fort jeune homme, et surtout Mario Bunge.
            Bunge : simultanément docteur en philo et en physique, créateur de l’Université Populaire de Buenos Ayres. Il est particulièrement redouté et haï par Franck Laloë : il a osé écrire que les théories physiques doivent expliciter des axiomes sémantiques et des axiomes physiques. Exactement ce dont est incapable la pseudo-science qui est hégémonique sur la partie quantique de la microphysique (depuis 1927), et dont Laloë est un grand-prêtre.

            A domicile ici, nous avons le spécimen BD, imposteur institutionnel qui n’en finit pas de se proclamer surdoué, génie, et à eau potentielle quand on ne tire pas la chasse..


          • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 12:16

            @JC_Lavau. OK, oublié Karl Popper.


          • Sozenz 24 avril 14:30

            que voulez vous que les gens fassent de la philosophie . y a la macronie qui nous guide .

            plus de philo , plus de theologie , plus de psychologie .

            un bon cacheton, notre gourou macron , un boulot , et dodo .

            arrêtez de nous embêter , faut pas se prendre la tete . il y a des gens qui pensent pour nous .


            • rosemar rosemar 24 avril 17:22

              @Sozenz

              Triste constat, en effet : je pense, pour ma part, qu’il faudrait commencer la philo plus tôt, en seconde, en première...



            • Sozenz 25 avril 11:26

              @rosemar

              En outre, la spécialité « 
              Humanités, littérature, philosophie
               », correspondant à
              l’actuelle filière L serait
              sans doute très peu choisie par les élèves,
              sauf dans certains quartiers ou établissements, car cette spécialité se
              trouverait dans peu d’« 
              attendus
               » pour s’inscrire en licence
               ; en ce sens,
              cela impliquerait assez rapidement
              l
              a
              mise à mort de l’actuelle filière L
              , qui compte environ 2500
              1
              classes en France aujourd’hui et qui se réduirait
              alors très vite au mieux à quelques centaines, concentrées dans les meilleurs lycées.

              cela a toujours ete la cas . sauf rares exceptions
              combien d enfants peuvent prendre le temps de se pencher sur la philo alors qu’ à la maison les conditions sont difficiles , qu on leur parle plus d avenir professionnelle que du sens de la vie . Un enfant car même ado , ce sont encore des enfants l imporetant est le moment présent , et celui des jeux alors quand dehors ou à l ecole c’ est un peu l enfer qu’ allez vous parler de philosophie , car qui met en pratique veritablement ce que l on tente de nous faire comprendre depuis des siècles ?
              je peux vous promettre que chaque jour que Dieu fait , je « pleure » sur l Humain .chaque jour est un combat pour ne pas tomber dans le desespoir non de la Vie car chaque jour est un miracle mais ce desespoire en voyant toute cette humanité errer dans les abimes de l enfer qu’ il se crée lui même.

              Ce qu il y aurait de plus beau en l humain est effacé par les impératifs absurdes . la cupidité , l orgueil.

              quelle philosophie y a t il , quand tous les jours nous rencontrons des faiseurs de cages ?
              Dès l enfance hormis pour certaines classes on casse les reves des enfants pour qu’ ils « trouvent » leur place dans la société . et on continue à le faire plus tard .
               il me vient en ce moment une chanson toute simple :


            • Sozenz 25 avril 11:53

              @Sozenz

              3/ Un lycée soumis à la seule logique de l’employabilité et du marché
              Le lycée deviendrait m
              odulaire et serait organisé de plus en plus exclusivement à des fins d’employabilité et d’insertion professionnelle
              ,
              comme en témoigne l’horaire dédié qui y serait consacré dès la classe de Second

              cela a toujours été cela , plus ou moins affiché ou conscient. que cela soit dans le fonctionnement societal ou familiale . combien de parents cherchent le bonheur de leur enfant veritablement en les aidant à trouver ce qu’ ils sont et les appuient dans leur aspirations profondes ? combien poussent leur enfant non pour avoir des enfants qui se passionnent pour ce qu ils font , mais pour avoir de bons resultats qui vont peut etre leur ouvrir les portes a une vie professionnelles « riche » .

              Vous parlez souvent d effort . ce n’ est pas de l effort dont il faut parler . mais de passion et de patience ; de cet apprentissage d une construction lente telle une batisse où l on donnerait pas uniquement quelques planches et des clous sur un terrain marécageux 

              on construit actuellement du vite . on nous dit qu’ il y a la technologie , mais a quoi sert la technologie si ce n est pour contruire que de la quincaille et du tape à l oeil ? 

              nous construisons des ames errantes , sans racines, « kleenexables »,
              l objectif n est pas de créer une humanité complète harmonieuse mais de trouver les quelques exceptions et de les presser le mieux possible pour des projets où une poignée de personnes tenteront d égaler Dieu .


            • foufouille foufouille 24 avril 15:15

              le vrai bonheur n’existe pas. aucune réflexion de l’auteur toujours aussi nulle.


              • Fergus Fergus 24 avril 15:55

                Bonjour, foufouille

                Il y a lieu de rassurer Rosemar : sans prétendre atteindre des sommets intellectuels, on peut parfaitement réfléchir au « bonheur » sans avoir étudié la philosophie. A cet égard, j’ai  dans mon enfance connu des modestes paysans d’Auvergne qui étaient dotés d’une belle capacité à relativiser heurts et malheurs de l’existence.


              • rosemar rosemar 24 avril 16:59

                @Fergus

                Et ne pensez-vous pas que les jeunes ont besoin d’avoir d’autres perspectives que la société de consommation dans laquelle ils baignent ?
                C’est là le bonheur qu’on nous propose, et ça marche ! 


              • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 18:00

                @rosemar. Certes il y a un jargon propre à la corporation des profs de philo. Quant à ce que ce jargon serve un jour à résoudre le moindre problème réel, je n’ai jamais vu ça, et tout indique que je ne le verrai jamais.


              • mmbbb 24 avril 18:55

                @Fergus un grand philosopha Lao Colucci a dit « l argent ne rend pas les pauvres heureux » 


              • Fergus Fergus 24 avril 19:22

                Oups ! Je m’aperçois en relisant ce fil que j’ai écrit « heurts » en lieu et place de « heurs ». Toutes mes excuses pour cette faute d’inattention !


              • Fergus Fergus 24 avril 19:23

                Bonsoir, mmbbb

                 smiley


              • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 19:58

                @rosemar. Verra-t-on un jour un prof de philo aller voir ses clients, et apprendre comment ils se servent de ce qu’il leur a vendu ?


              • JC_Lavau JC_Lavau 24 avril 20:20

                @JC_Lavau. Je t’encourage à apprendre à lire. Cela te rendra de grands services.


              • rosemar rosemar 24 avril 17:10

                C’est aussi une manière de faire des économies... en supprimant des heures, on supprime des postes...


                • ZenZoe ZenZoe 24 avril 18:11

                  Déjà la philosophie n’est pas une discipline « essentielle ». Je connais des tas de gens qui n’en ont jamais fait au lycée et s’en sortent très bien. Et rien n’empêche les curieux de découvrir la philo à tout âge de la vie. Entre les bibliothèques et les librairies, les cafés-philo, les universités ouvertes et les MOOC, il n’y a qu’à se servir.

                  Tout dépend bien entendu de ce que l’on attend de l’école. Former à un métier, apprendre le bonheur ? Sauf qu’en en France, l’EN ne fait efficacement ni l’un ni l’autre : un taux de dépressifs parmi les plus hauts au monde, et des milliers de jeunes qui sortent de l’école chaque année déjà sur le carreau.

                  Alors, les préoccupations sur les heures de philo en terminale, vous m’excuserez, mais elles me semblent très secondaires par rapport aux enjeux.


                  • rosemar rosemar 24 avril 19:21

                    @ZenZoe

                    Et apprendre à réfléchir, cultiver l’esprit critique, cela ne vous paraît pas indispensable ??

                    Mais il est vrai que notre époque a tendance à mépriser la culture et la réflexion...


                  • ZenZoe ZenZoe 24 avril 21:04

                    @rosemar
                    Et apprendre à réfléchir, cultiver l’esprit critique, cela ne vous paraît pas indispensable ??

                    Oui, bon, sans vouloir vous vexer ce ne sont pas des qualités qui sautent aux yeux chez vous. Donc, soit vous n’avez en fait jamais fait de philo, soit la philo n’a pas ce pouvoir-là, ce que je pense. On peut très bien apprendre à réfléchir autrement qu’en étudiant la philo. Ca vous scie cette idée pas vrai ?


                  • rosemar rosemar 24 avril 23:01

                    @ZenZoe

                    Enfin, vous devriez savoir, vous qui savez tout, que la philo plus que toute autre discipline, aborde toutes sortes de sujets, incite à se poser des questions, à exercer sa pensée pour saisir le réel : dans un monde d’illusions, c’est une discipline essentielle...


                  • rosemar rosemar 24 avril 23:01

                    @ZenZoe

                    Je vous invite à lire : Et si Platon revenait...


                  • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 09:31

                    @rosemar. Commence par exhiber un « philosophe » estampillé qui ne se conduise en imposteur.
                    J’ai bien cité Mario Bunge, mais il est argentin, et aux dernières nouvelles exerçait à McGill, à Montréal. Et il s’occupe de choses dont tu ne connais rien et n’y comprends rien, de physique et de sciences.

                    Il y a eu Karl Popper qui a fait des choses importantes, mais il est mort.


                  • ZenZoe ZenZoe 25 avril 10:04

                    @rosemar
                    c’est une discipline essentielle...

                    NON, encore une fois, ce n’est pas une discipline essentielle.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 12:14

                    @rosemar.
                    Ont-ils par leur conseil, sauvé quelque province ?


                  • rosemar rosemar 25 avril 12:19

                    @ZenZoe

                    On aimerait des arguments ! Vous ne savez pas philosopher...


                  • ZenZoe ZenZoe 25 avril 14:20

                    @rosemar
                    Argumenter ? On peut vivre sa vie sans étudier la philosophie, on peut tout à fait réfléchir et appréhender le monde sans étudier la philisophie, on peut atteindre une forme de bonheur sans étudier la philosophie, et donc la philosophie n’est pas une discipline essentielle.
                    Je ne sais peut-être pas philosopher, mais ça ne me gêne aucunement. En revanche, je réfléchis un peu à ce que je dis, ce qui n’est pas votre cas.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 25 avril 19:52

                    @rosemar. On pourrait ajouter la variante : il faut combien de philosophes pour changer une ampoule ?


                  • JC_Lavau JC_Lavau 27 avril 19:28

                    @rosemar. Voir la finesse d’analyse d’une « philosophe » professionnelle, Elizabeth Badinter : « Et qu’est-ce qu’un instinct qui se manifeste chez les unes et pas chez les autres ? ». Ravissant !


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 avril 18:17

                    Comme dirait une communicante de l’UNEF : « on s’en balek » .


                    • rosemar rosemar 24 avril 19:21

                      @Aita Pea Pea

                      De la même façon qu’on l’a fait pour l’orthographe et la grammaire !


                    • rosemar rosemar 24 avril 23:02

                      @Aita Pea Pea

                      Et on connaît le résultat !


                    • marmor 24 avril 19:15

                      C’est pas toi qui fi lo zof, c’est la poule ! 

                      C’est de mon ami Mouloud. Il disait aussi qu’il allait place du troisquatzero, et en passant, voyait la tour fel fel. Mon ami Lao Tseu, Marcel Lao Tseu, serveur au Dragon qui fume, était pas mal non plus sur la philosophie existentielle de la consommation de la cuisse de chien grillée avec ou sans les poils


                      • Fergus Fergus 24 avril 19:27

                        @ marmor

                        « serveur au Dragon qui fume »

                        Sans rire, il y a eu naguère près des thermes de Cluny à Paris un restaurant chinois très prisé et qui a aujourd’hui disparu. Il s’appelait  c’est véridique  « Chou Chen ».

                        L’asiatique préféré des Bretons de Paris. smiley


                      • Julien S 25 avril 12:01

                        De mémoire, je n’ai pas la moindre idée d’en quoi la philosophie en terminale a bien pu faire mieux raisonner les élèves. 

                        On ne faisait pas de différence entre les dissertations rendues et celles qu’on rendait en français les années précédentes (où en fait on nous demandait de philosopher). 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès