• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Misha Defonseca l’imposteure

Misha Defonseca l’imposteure

Je ne connaissais pas son histoire édifiante, jusqu’à hier. La RTS (télévision suisse romande) a diffusé un documentaire sur cette incroyable imposture. Elle n’est pas la première. On se souvient peut-être de Christophe Rocancourt, escroc aux mille visages dont les victimes furent parfois des célébrités.

Sauvée par des loups

Ou du faux docteur Romand qui a menti pendant 18 ans à ses proches sur sa réelle activité. Cela finira dans un bain de sang : il assassine femme, enfants et parents. Jean-Claude romand a été libéré sous condition en 2019.

Misha Defonseca (orthographe Wikipedia), Monique de Wael de son vrai nom, est une enfant catholique, de parents catholiques, ayant fait l’école dans l’agglomération de Bruxelles.

Pourtant un jour, elle s’invente une histoire d’enfant juive ayant échappé à la Shoah. Selon Wiki :

« À l’arrestation de ses parents, la petite Monique est recueillie par son grand-père, puis son oncle. On la baptise alors la « fille du traître ». Elle commence alors à se construire son propre monde et, prétendant s’être toujours sentie juive, elle finira plus tard par s’identifier aux victimes de la Shoah en s’inventant peu à peu une autre vie, celle de Misha, une petite fille juive qui aurait traversé l’Europe pour rejoindre ses parents internés en camp de concentration. En même temps, elle se passionne pour les loups. »

Des loups qui l’auraient protégée et nourrie à travers l’Europe, sur 3’000 kilomètres, dans une histoire digne d’un conte de fée.

 

Même Élie Wiesel

Elle a commencé à raconter cela à son mari, puis à sa communauté. Poussée à écrire son histoire elle a été aidée par différentes femmes qui l’ont crue. Le livre est sorti en 1997 sous le titre français : Survivre avec les loups. Le film en 2008 avait vu jouer une fillette talentueuse, qui croyait à cette histoire. Quel choc pour elle.

Elle passe à la télévision où elle écrase force larmes devant un public conquis et médusé. Les journalistes suivent tous. Sauf une seule exception : « … le journaliste allemand Henryk Marcin Broder (en) qui, après avoir rencontré Misha Defonseca, faisait part dès 1996 dans Der Spiegel de ses sérieux doutes quant à la réalité de ce récit. »

Mais la dame avait de puissants soutiens :

« Aux États-Unis, l’historienne Deborah Dwork, autrice d’un livre sur les enfants juifs dans l’Europe nazie et Lawrence L. Langer ont, dès avant la publication de l’ouvrage, exprimé leur scepticisme, mais Elie Wiesel et la présidente de la Fondation nord-américaine pour les loups ont accepté d’écrire d’élogieuses notes de jaquette pour le livre. Elie Wiesel admettra plus tard n’avoir pas lu le livre et regretter de ne pas l'avoir fait. »

 

Conjurer sa souffrance

Son éditrice Jane Daniel, attaquée en justice par l’imposteure, a fait une longue enquête, aidée par une généalogiste belge, Evelyne Haendel. Celle-ci a découvert l’imposture grâce à des registres religieux et scolaires. Tout le temps où elle disait avoir été protégée par des loups, elle était en réalité à l’école à Schaerbeeck, une des communes formant Bruxelles.

Elle publie les preuves sur son blog. L’imposteure se défend d’abord, mais de nouvelles révélations par une tante finit de démonter l’imposture.

Au final Misha Defonseca finira par déclarer :

« Je demande pardon à tous ceux qui se sentent trahis, mais je les supplie de se mettre à la place d’une petite fille de quatre ans qui a tout perdu, qui doit survivre, qui plonge dans un abîme de solitude et de comprendre que je n’ai jamais rien voulu d’autre que de conjurer ma souffrance. »

Mais la télé n’est pas le divan d’un psychanalyste. Elle n’a été condamnée « qu’à restituer les 22 millions de dollars » que son éditrice avait dû lui payer dans un premier temps.

Entretemps elle avait reçu des droits d’auteurs et avait été payée pour de nombreuses conférences.

 

La télé a ses pauvres

Qu’une telle histoire ait pu passer les filtres des médias, sans vérification, cela interroge sur elle et sur d’autres, à qui l’on donnerait le Bon Dieu sans confession. J’en ai déjà documentées, comme celle-ci, le mensonge de Virginie Madeira. 

Comment peut-on inventer une telle fable sans qu’aucun détail ne dérange les émissions pour bonnes âmes ? On peut aussi questionner l’état mental de la dame, comme pour d’autres cas très émotionnel.

Il suffit apparemment de se présenter en victime, de verser quelques larmes au bon moment dans un silence un peu long, d’avoir la voix qui tremble, de raconter des péripéties tellement extraordinaires qu’on ne peut les mettre en doute – et encore moins les vérifier. Son éditrice a mis des années pour prouver la supercherie.

La télé aime exhiber des gens dont le degré supposé de souffrance leur vaut d’être mises sur un piédestal, qu’il faut encourager et à qui montrer notre immense compassion. La télé a ses pauvres et ses malades. Comme une cour des miracles où les nantis du PAF se donnent une image bienveillante.

La dame ne voulait que conjurer sa souffrance, dit-elle. Méfions-nous des gens qui arrachent nos larmes. Tous ne sont pas des escrocs, heureusement. Mais vérifions quand-même.

Le doc est disponible ici en replay.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • sophie 30 octobre 2021 18:45

    il y a plein d’impostures et je soupçonne Tesson d’en faire en partie partie


    • sophie 30 octobre 2021 19:02

      @sophie
      et aussi Jonathan Littel
      et plusieurs autres


    • Rincevent Rincevent 30 octobre 2021 22:18

      @sophie

      Littlle, pourquoi ?


    • amiaplacidus amiaplacidus 31 octobre 2021 09:13

      @sophie : « ... il y a plein d’impostures et je soupçonne Tesson d’en faire en partie partie ... »

      Vous auriez pu commencer, c’est une question de protocole, par Macron.


    • velosolex velosolex 1er novembre 2021 14:28

      @sophie
      L’histoire est connue depuis dix ans.

      L’homme nouveau découvre une vieille lune.
      On croie une histoire parce qu’on a envie d’y croire, et l’on met son intelligence en état de veille.
      C’est ce que font ici ceux qui nient par exemple le réchauffement climatique. 


    • alinea alinea 30 octobre 2021 20:35

      Pourquoi ne pas se contenter d’écrire une fiction, même en employant le « je ». C’est la que se situe la psychose.

      Sophie : si l’histoire t’emballe, que tu verses des larmes ou que tu bailles d’admiration, quelle importance que ce soit vrai ou faux ?

      Je pense que la fille n’aurait dû rendre que onze millions ( quelle somme !!!), parce que la plupart des auteurs se les font en or avec seulement leur imaginaire, leur talent et leur travail. Si dans ce cas c’est passé juste parce que tout le monde le croyait « vrai », c’est juste pitoyable.

      J’ai toujours pensé que l’abusé était aussi coupable que l’abuseur.

      Ce remboursement m’interpelle : les livres ont-ils été remboursés ?


      • velosolex velosolex 2 novembre 2021 00:19

        @alinea
        Ecrire une fiction avec un nom d’emprunt, afin de se renouveler peut être un acte de courage, comme quand Gary décida de devenir Ajar. 
        Ca peut être aussi un coup d’édition, et de logistique commerciale, comme lorsque Vian décida de devenir Vernon Sullivan, un auteur soi disant américain.
        Un nouveau genre vient de sortir, et qui trouble un brin le lecteur
        Elena Ferrante, est cette écrivaine Italienne qui a sorti quatre romans, au cours des années, et qui raconte l’amitié persistante au delà des années, de deux fillettes, qui vont devenir des femmes, et qui seraient nées dans l’après guerre. 
        Qui a écrit vraiment « l’ami prodigieuse ». ?
        Qui se cachait derrière le pseudo ?.....
        Libération avait écrit un article en 2019, tentant de rentrer dans le mystère

        " Elena Ferrante cherche la tranquillité et ne cesse de l’affirmer, avec politesse mais fermeté. Même le Seigneur ne peut l’atteindre : « Dieu ne me fit pas bonne impression », écrit-elle dans une chronique sur sa lecture des Evangiles, à 16 ans, et son peu de goût pour le catholicisme. Dans « Le vrai, le faux », elle note : « Je n’arrive pas à tracer une ligne de séparation entre histoires vraies et histoires fictionnelles. » Lorsqu’elle tenait un journal intime, jusqu’à ses 20 ans, il « devenait une invention ». Il semble alors acquis qu’Elena Ferrante serait le pseudo d’une certains Carmen Mola

         -Mais voilà la bombe : Vendredi 22 octobre, le gratin de l’édition espagnole était réuni au musée national d’art de Catalogne à Barcelone pour la proclamation du résultat, en présence du roi Felipe VI et de la reine Laeticia. L’annonce du choix de la Bestia (« la Bêteé »), signé Carmen Mola, provoque une première surprise, qui se transforme en stupeur quand montent sur la scène non pas une enseignante de 45 ans, mais trois hommes cravatés : Jorge Díaz, Agustín Martínez et Antonio Mercero. Tous trois ont publié des romans sous leur nom et collaboré à des séries télé à succès. Inutile de dire que cela a jeté un froid. L’histoire avait été en effet mis en exergue par des féministes, et était revendiqué comme un acte de courage littéraire en ce sens.

        Non seulement ce n’est pas une femme qui est au clavier ,mais trois hommes, semblant surfer avec opportunisme sur le thème en vogue de l’écriture féminine, qui donne un plus d’intérêt à ce genre de livre. Qu’il soit trois en plus ressemble à une entreprise liée à un atelier d’écriture opportuniste, se moquant du lecteur qui se sent floué dans ses projections et dans ses processus d’identification. C’est à mon avis bien pire que les mystifications précédentes. L’auteur, les auteurs en fait, ne racontent pas une historie fausse sous le vernis affiché de l’authenticité d’une autrice voulant garder soit disant l’anonymat, mais construisent une légende romantique pour abuser le chaland, pour ne plus être chacun des trois qu’une partie d’une machine à faire du cash. 


      • velosolex velosolex 2 novembre 2021 00:30

        @velosolex
        Les extraits entre guillemets ayant été saisi dans le journal Libération. Une mystification littéraire dont a très peu parlé,, tant elle dérange. Les auteurs ont ils avoué leur identité sans doute pour pouvoir le prix très relevé de ce concours littéraire espagnol. ?
        Ou l’affaire était elle sur le point de percer ?....Reste que la fresque présentée sous le nom d’Elena Ferrante a été un mystère et un phénomène d’édition. Le récit est alerte et très bien écirt. j’ai lu les deux premiers tomes, mais n’irais sans doute pas plus loin dans ma lecture. Ce sentiment de faux et de magouille habile coupe court à la possibilité de s’identifier aux héros, qui semblent tout à coup faits de carton pâte. Je ne parviens pas à croire pourtant que « Poupée volée », autre oeuvre indépendante d’Elena Ferrante, qui est un très bon roman, très bien vu psychologiquement, ne puisse pas être de la plume d’un seul auteur, tant il est concis, clair, et habité d’un style. 
        I


      • alinea alinea 2 novembre 2021 20:33

        @velosolex
        Moi j’étais ravie qu’existât un auteur qui veuille rester secrète ; je suis très déçue pour ça ; sinon, l’homogénéité du style laisse à penser que ces trois personnes sont talentueuses... mais j’ai idée que c’est un canular avec comme morale : peu importe qui écrit, le tout est de réjouir.


      • rogal 30 octobre 2021 21:05

        À rapprocher de l’histoire de Binjamin Wilkomiski.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 30 octobre 2021 21:30

          Tain , tremble Mélusine !


          • amiaplacidus amiaplacidus 31 octobre 2021 09:14

            @Aita Pea Pea
            Elle ne risque rien, elle peut plaider, à juste titre, l’irresponsabilité.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er novembre 2021 07:35

            @Aita Pea Pea oui, sauf que ce que je raconte est vrai et pas une fiction.... Là cela devient encore plus dérangeant...


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er novembre 2021 07:39

            J’ai toutes les preuves chez moi. Ca vous ennuie je suppose...


          • velosolex velosolex 1er novembre 2021 14:37

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Y a eut des gens pour accuser Blaise Cendrars d’avoir menti, et de n’avoir jamais pris l’orient express.
            Lui qui avait écrit c’est vrai, la poésie sublime du transsibérien..
            "En ces temps là j’était en mon adolescence. J’était à mille lieux des lieus de mon enfance...ect....
            Je cite de mémoire mais je connais encore plus ou moins la moitié du récit. 

            Blaise Cendras répondit à ces cons, et ces notaires que le fait qu’il ait pris le train ou pas n’avait aucune importance.
            L’essentiel était pour lui qu’il avait permis à tant de lecteurs de voyager à l’œil. 

            C’était exactement l’avis aussi du roi Chariar, à qui tous les soirs Shéhérazade racontait des bobards somptueux. 


          • velosolex velosolex 1er novembre 2021 14:44

            @Aita Pea Pea
            «  A marche forcée » de Slamonir Rawicz
             Autre récit qui s’avale et qui a fait douter de l’authenticité de l’aventure, en 42 : Celle d’un groupe de bagnards échappé d’un camp soviétique et gagnant à pied, l’inde du nord. 
            U classique absolu de l’aventure vécue est due à l’initiative de Nicolas Bouvier - qui n’aura pas eu le temps de l’accompagner jusqu’à son terme. « Ce n’est pas de la littérature, tenait-il à préciser, c’est peut-être mieux que ça... Certains livres sont assez forts pour se passer des secours du style. » Hiver 1941. Une petite troupe de bagnards s’évade d’un camp russe situé tout près du Cercle polaire. Ils ne connaissent pas grand-chose à la géographie. Ils songent « simplement » à gagner à pied l’Inde anglaise : le soleil, pensent-ils, leur indiquera au moins la direction du sud. Aucun d’eux n’est capable, sur les milliers de kilomètres qu’il leur faut parcourir - ils y mettront deux ans -, de situer le désert de Gobi.

            « Dès sa parution en 1956, des critiques, notamment celles de l’explorateur Peter Fleming et du tibétologue Hugh Richardson, sont venues remettre en question l’authenticité du récit, criant au faux voire à l’imposture littéraire2.

            En 2006, des journalistes de la BBC établirent que Rawicz n’avait pas pu accomplir l’expédition car un document de sa propre main indiquait qu’il était sorti du goulag en 1942. D’après son dossier militaire, il rejoignit alors l’armée polonaise en Russie du général Anders3.

            Rawicz se serait inspiré en fait du récit d’un compatriote nommé Witold Gliński, qu’il aurait trouvé pendant la guerre dans des documents de l’ambassade de Pologne à Londres4. » copié collé Wikipédia. 

            Mais la polémique n’est pas clause. 


          • voxa 31 octobre 2021 07:48

            "Elie Wiesel admettra plus tard n’avoir pas lu le livre et regretter de ne pas l’avoir fait. »

            "


            Serait-ce une constante chez les philosophes de parler de livres qu’ils n’ont lu ?

            Quoique... quoique... 

            Quoique, ̶B̶H̶V̶ pardon BHL n’est pas un philosophe.

            ...


            • amiaplacidus amiaplacidus 31 octobre 2021 09:20

              @voxa

              Certes BHL n’est pas un philosophe, mais il peut parler avec autorité du philosophe Jean-Baptiste Botul.
              Cela démontre l’immense culture de BHL.


            • tonimarus45 1er novembre 2021 11:05

              @voxa bhl que l’on designe aussi par « bothul » ???????


            • xana 31 octobre 2021 17:50

              Ce type est la honte de d’humanité.

              On devrait le mettre en cage au zoo.


              • I.A. 31 octobre 2021 19:02

                Je relève juste :
                "Comment peut-on inventer une telle fable sans qu’aucun détail ne dérange [...] ?

                Plus loin :
                « Il suffit [...] d’avoir la voix qui tremble, de raconter des péripéties tellement extraordinaires qu’on ne peut les mettre en doute [...] »

                Et ici :
                « La télé aime exhiber des gens dont le degré supposé de souffrance leur vaut d’être mises sur un piédestal [...] »

                Ou là :
                « Méfions-nous des gens qui arrachent nos larmes »

                C’est drôle, que ça ne vous rappelle pas la toute dernière superproduction télévisée mondiale et "participative... Rappelez-vous, le public a été amené a faire le show lui aussi, de gré ou de force...
                C’était l’histoire d’un virus si mortel, qu’il fallait tester les gens pour savoir qu’ils étaient malades... Si mortel, que deux ans plus tard, nous sommes toujours là pour en parler et pour l’attraper... Si mortel, que 99,5% des humains sont toujours vivants aujourd’hui...


                Méfions-nous surtout de la télévision, et observons avec plus d’attention le monde autour de nous. Soyons nos propres journalistes, et allons chercher les informations ou les connaissances qui nous manquent parfois.


                • jjwaDal jjwaDal 1er novembre 2021 11:07

                  @I.A.
                  Attention à ne pas oublier les détails. Le virus du Sida est si mortel qu’il faut bien tester les gens pour savoir qu’ils sont malades et il est si mortel que deux ans après la contamination, en général personne n’est encore décédé. Avec presque deux ans de recul, on peut en effet parler de « grosse grippe » au sens où en pourcentage de la population mondiale décédée des suites de la Covid on est dans le dérisoire comparé à toutes les grandes épidémies du passé. Aucun pays n’aura vu sa population diminuer suite à cette crise virale. Faut-il rappeler que toutes les grandes pandémies passées tuaient entre 10% et 30% de la population et pas que des gens à comorbidités et âgés (très âgés même vu l’espérance de vie moyenne dans le passé). Partout à ma connaissance, le virus aura occasionné moins de décès sur une année civile que le cancer. Qui parle d’épidémie de cancer alors qu’elle dure depuis des décennies, elle ?...


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 1er novembre 2021 11:55

                  @jjwaDal
                   
                   ’’Qui parle d’épidémie de cancer alors qu’elle dure depuis des décennies, elle ?...,’’
                   
                   Personne, c’est une affaire qui roule.
                   


                • velosolex velosolex 1er novembre 2021 14:49

                  @I.A.
                  Un bobard ?
                  Juste dommage que plus de 100 000 personnes en soient mortes en France.
                  A peine plus qu’un accident de chasse me direz vous. 

                  La flagornerie et la bétise se conjuguent dans des commentaires si débiles, qu’ils laissent stupéfait


                • I.A. 1er novembre 2021 20:57

                  @velosolex

                  ...Plus de 100 000 personnes déjà très malades et très âgées, pour ne pas dire de bobard  excuse, mais je cherche toujours à connaître les antécédents des patients que je prends en charge.

                  Connais le nombre de morts dus au cancer avant d’aboyer, toutou, et connais le nombre de décès annuels par classe d’âge avant de faire du vélo dans la semoule, clébard.


                • velosolex velosolex 2 novembre 2021 00:43

                  @I.A.
                  Pas la peine de me faire le coup de doc d’une série américaine qui connait son affaire, à la façon du charlatan de L’arc. 
                  J’ai travaillé trente ans à l’hôpital,
                  Les mesures barrières, les vaccins et tutti quanti, c’est la première cohérence. Comme de se laver les mains à chaque intervention, et de faire des sas dans un service, s’il y a un staphylo, ou ne serait ce que la gale !
                  . . Si vous avez fréquenté un service de soins, c’est en psychiatrie, et du mauvais coté de la blouse, en temps que parano ou délirant, l’un n’excluant d’ailleurs pas l’autre. 


                • véronique 3 novembre 2021 07:48

                  @velosolex

                  Plus de 100000 personnes sont décédées avec le covid., suivant déclarations de décès plus ou moins précises (ou fiables).
                  Flagornerie et bêtise ? 


                • xana 1er novembre 2021 07:18

                  Il est vrai que les menteurs ont toujours le même succès auprès des gogos.

                  Je n’ai pas connu la guerre, je ne peux donc pas en parler. Les propagandistes de l’époque ont été démasqués et leur propagande a été tournée en dérision.

                  Je me souviens de récits larmoyants, comme le Journal d’Anne Frank, comme l’odyssée d’un prisonnier de guerre allemand pour s’enfuir de Sibérie (Aussi loin que mes pas me portent). Beaucoup de romans présentés comme des faits réels, et servant surtout à diaboliser l’adversaire du moment auprès d’un public facile à convaincre.

                  Je me souviens aussi du nuage de Tchernobyl, et de l’annonce rassurante de Mr Pellerin (il ne passera pas la frontière) qui m’a appris à me méfier : Les scientifiques peuvent être des menteurs comme les politiciens. Je me souviens de la fiole de Colin Powell, destinée à nous faire accepter l’attaque américaine sur l’Irak, qui m’a définitivement convaincu que les médias ne sont pas plus crédibles.

                  Alors aujourd’hui, je constate que les médias, les politiciens, les scientifiques cherchent à nous convaincre de nous faire « vacciner ». Eh bien, désolé. Quand on a autant menti à son public, il est normal qu’il ne vous croie plus.

                  Je n’ai pas de « conspiration » à opposer, simplement je ne vous crois plus. Et plus vous insisterez, moins je vous croirai.

                  Pas de vaxxin chez nous, pas de pass.

                  Et pour moi il n’y a pas de prescription. Les menteurs restent toujours des menteurs.


                  • chantecler chantecler 1er novembre 2021 08:10

                    @xana
                    Quand il y a du blé à se faire on trouve toujours des fripouilles pour s’en occuper .


                  • tonimarus45 1er novembre 2021 11:14

                    @xana. «  »«  »«  »Je me souviens de la fiole de Colin Powell, destinée à nous faire accepter l’attaque américaine sur l’Irak, qui m’a définitivement convaincu que les médias ne sont pas plus crédible«  »«  »«  » dites vous------ ’oui et le faux charnier de timissoara et le montage tout aussi faux des couveuses koweitiennes, et plus en arriere de la fausse attaque d’un bateau americain dans le golfe du tonkin ce qui avait servi de pretexte a l’entree en guerre des « usa » au vietnam, et j’en oublie surement.Et ils avaient essaye la meme chose avec un avion civil a cuba.Alors il y a des complotistes oui mais peut etre parce que il y a des complots averes


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er novembre 2021 08:04

                    En dehors du fait que la femme est manifestement très « dérangée ». La question qui se pose vraiment : des loups sont-ils capables d’élever des enfants. L’histoire de l’enfant sauvage ne prouve rien. Il aurait été abandonné pas des parents maltraitants à l’âge de six ans et aurait survécu en mangeant des graines... Il me semble (je peux me tromper) que personne n’a jamais réussi à filmer ces enfants en compagnie de loups. Bon, il y a bien une histoire où une personne âgée est tombée dans sont appartement, plusieurs jours sans boire ni manger et son chat aurait réussi à mouiller un tissu dans les toilettes pour qu’il puisse au moins s’humidifier... Moi j’ai toutes le photos de mon récit... DESOLE...


                    • Gasty Gasty 1er novembre 2021 12:15

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                       ?????? C’était vous la personne âgée, et vous aviez votre instamatic Kodak dans la poche.... smiley


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er novembre 2021 08:13

                      l’histoire de Rémus et Romulus rélève du mythe. Mais peut-être aussi d’un fait réel. Nous n’y étions pas...


                      • chantecler chantecler 1er novembre 2021 09:23

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        C’est certain !
                        Merci de faire avancer le débat !


                      • jjwaDal jjwaDal 1er novembre 2021 10:57

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        Où est le mythe dans leur l’histoire de « Rémus et Romulus » ? Ils ont profité des mamelles d’une louve pour grandir mais le latin exclu que ce soit l’animal de genre canin. Une louve en latin est une « pute » un mammifère, certes, mais pas un clébard un peu sauvage... Plus personne ne fait son latin et c’est dommage...


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er novembre 2021 11:24

                        @jjwaDal D’où LUPANAR....


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er novembre 2021 11:28

                        @jjwaDal et Rome n’était-elle pas considérée comme la grande BABYLONE. Il paraît même (on me l’a raconté, que des empreintes de pattes de loup sont imprimées dans des pavés à Rome pour indiquer la direction des lupanars. Direct en partant des églises... A l’époque existaient même des souterains du vatican pour y accéder.....


                      • jjwaDal jjwaDal 1er novembre 2021 11:53

                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                        Pendant qu’ils taquinaient les louves ils ne tripotaient pas des gosses. On a perdu le sens des valeurs :))


                      • Giordano Bruno - Non vacciné 1er novembre 2021 08:21

                        Qu’un homme libre puisse écrire un « e » à la fin du mot « imposteur » me surprend.


                        • chantecler chantecler 1er novembre 2021 09:22

                          @Giordano Bruno - Non vacciné
                          Ben pisqu’il est libre !
                          Il fait ce qu’il veut .
                          Il aurait pu écrire impostrice !


                        • Giordano Bruno - Non vacciné 1er novembre 2021 12:05

                          Il aurait aussi pu ne pas se laisser influencer.


                        • xana 1er novembre 2021 16:20

                          @Giordano Bruno - Non vacciné
                          Oui, mais comment ne pas être à la mode ?


                        • hommelibre hommelibre 1er novembre 2021 23:56

                          @chantecler

                          Ou imposteuse ! J’ai hésité. Sauteur : sauteure ou sauteuse ? Auteur, auteuse.
                          C’est un clin d’oeil. La féminisation peut réserver des surprises et permet de rigoler un moment.


                        • hommelibre hommelibre 1er novembre 2021 23:58

                          @Giordano Bruno - Non vacciné
                          Non, c’est une petite provocation.


                        • ᙅᖺ'ᗩしᓮᕮƝ Reptile 2 novembre 2021 00:10

                          @hommelibre

                          directeur directrice ca passe encore ...
                          mais auteur aut(-r)i(+st)(-c)e faut pas oublier une lettre smiley 

                          marrant finalement l’ecriture inclusive en version math smiley


                        • hommelibre hommelibre 3 novembre 2021 10:25

                          @Reptile
                          En effet, c’est original et à peine moins compréhensible...
                          Doctrice, personne n’a encore osé.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité