• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Par identification au personnage ou par simple fatalité, Emmanuel Macron (...)

Par identification au personnage ou par simple fatalité, Emmanuel Macron s’exposerait-il au sort de John-Fitzgerald Kennedy ?

  Qui connait précisément les commanditaires et les buts de l’assassinat de John Kennedy, le plus jeune président des Etats-Unis (comme l’est en France Emmanuel Macron) ? Peu de personnes assurément. Le Général de Gaulle, complotiste avant l’heure, avait une opinion tranchée. A son retour des funérailles, il résume ainsi ses impressions à Alain Peyrefitte : Lee Harvey Oswald n'est qu'un « faux assassin », Jack Ruby un « indicateur  » agissant pour le compte de responsables de la police « de mèche avec les ultras ». Et il conclut : « On ne saura jamais la vérité. Car elle est trop terrible, trop explosive : c'est un secret d'État. Ils feront tout pour le cacher : c'est un devoir d'État. Sinon, il n'y aurait plus d'États-Unis  ». (Wikipédia)

John Kennedy n’avait apparemment aucune connaissance du complot qui se tramait contre sa personne, sans quoi il n’aurait certainement pas circulé dans les rues de Dallas accompagné de sa femme dans une décapotable et à vitesse réduite. A moins bien sûr d’une incrédulité forgée à force d’éventuelles mises en garde répétées et abusives dans les suites de la crise de la baie des Cochons et des missiles de Cuba, ou d’une témérité insensée lui faisant braver le danger.

Si un tel contexte international est absent en France, la situation y est néanmoins exceptionnellement tendue. Et malgré cela Emmanuel Macron s’est montré tout aussi confiant quand il s’est précipité, en courant, sans en avertir ses gardes du corps, vers le public restreint qui l’acclamait, avant de recevoir sa gifle. Gifle que l’extravagant et téméraire Francis Lalanne ne pouvait forcément qualifier que de « petite caresse un peu appuyée sur la joue du Président » en comparaison du coup d’Etat qu’il avait appelé de ses vœux en janvier 2021. Un appel à une insurrection militaire indifférenciée exhortant - sans préciser s’il s’adressait aux Alexandre Langlois et autres Noam Anouar de l’armée - les « plus hauts dignitaires de l’armée à venir au secours du peuple » gravement mis en danger par la gestion délirante de la covid-19, et « par voie de conséquence, de mettre fin à l’exercice du mandat de l’actuel président de la République ».

L’auteur de la gifle a été condamné en comparution immédiate à 4 mois de prison ferme et 14 mois avec sursis, de privation des droits civiques durant 3 ans, et à une obligation de soins psychologiques, lesquels constituent un véritable paradoxe dans la mesure où l’existence de troubles psychologiques au moment des faits bénéficie en temps normal d’une atténuation, voire d’une absence de peine. Je rappelle que l’agresseur plus énergique de Nicolas Sarkozy fut condamné à 6 mois de prison avec sursis.

 

Cette course insensée vers le danger ne relève-t-elle pas chez Emmanuel Macron d’un mouvement impulsif quasi-suicidaire de la part d’un chef d’Etat qui n’est pas sans ignorer que de nombreux signaux sont au rouge ? A commencer par l’appel inédit lancé par des militaires en retraite, à ce point menaçant qu’il laissa le pouvoir et les médias sans voix jusqu’au retour de JL Mélenchon de Bolivie, et publié dans Valeurs Actuelles le jour du soixantième anniversaire du putsch d’Alger [1]. Un appel qualifié de séditieux suivi d’un contre appel à peine moins problématique par d’autres officiers [2],[3], et enfin d’un dernier appel de militaires, d’active cette fois et anonymes, en date du 9 mai, soutenant sans aucune réserve leurs ainés [4]. Pas plus il n’ignorait la cavale du militaire belge Jürgen Conings, un tireur d’élite dénonçant, lui, la gestion de la covid-19 contrairement à ses collègues français. Ses cibles étaient les représentants de l’Etat et les spécialistes alarmistes du coronavirus, en particulier le très médiatique virologue Marc Van Ranst. Il a échappé pendant plus d’un mois à la traque de plusieurs centaines de militaires européens. A son sujet Ouest-France titrait le 2 juin : Militaire en fuite : il « va frapper à un endroit où on ne l’attendra pas ». Il se serait finalement suicidé [5].

L’ensemble de ces éléments constitue à l’évidence un climat pour le moins menaçant. Pourquoi le Président n’en a-t-il tenu aucun compte ? Ignore-t-il la haine profonde et étendue dont il est l’objet ? Continuerait-il à penser que son éloquence et sa capacité à charmer suffisent à faire de lui un être adulé par l’ensemble d’un peuple, à l'image de sa cour fascinée ? En serait-il venu à se convaincre qu’en politique les faits et les actes sont finalement très secondaires, que définitivement la politique est avant tout une affaire de discours ? N’a-t-il pas mesuré qu’il n’a guère apporté de satisfactions aux Français hormis aux plus riches et qu’il détruit le patrimoine social, économique et idéologique de la France au bénéfice de transnationales rendues ivres par l’hubris ? Lui le Président de la France aurait-il oublié que la devise du pays dont il a la charge est Liberté, Egalité, Fraternité actualisée depuis quelques décennies en Solidarité ? Souffrirait-il d’un déni généralisé le mettant gravement en danger ?

D‘autant que ce climat hostile s’était trouvé accentué par des personnalités médiatiques exaspérées. Jean-Marie Bigard, l’humoriste vulgaire comme il se dénomme lui-même et populaire au point d’avoir déjà rempli un stade de France, a ainsi pu exprimer publiquement et très calmement son souhait de voir « crever » Agnès Buzin et Olivier Véran, sans pour autant, lui, faire l’objet d’une procédure judiciaire d’urgence. Pareillement à Francis Lalanne, Gilet Jaune lui aussi, sa poursuite judiciaire semble impossible, bien trop redoutée par un Pouvoir pris au piège de sa propre violence déployée contre ce mouvement populaire. Invité dans une émission d’Hanouna à commenter les propos de Bigard, le journaliste Richard Boutry, hors de lui, qualifia le très inquiétant et méprisant Laurent Alexandre, créateur de Doctissimo et fervent transhumaniste, d’assassin. (Débat autour des propos polémiques de Jean-Marie Bigard sur la crise sanitaire et le gouvernement - YouTube). Tandis que sur un autre plateau la vénérable historienne et philosophe Mona Ozouf traitait Didier Raoult de criminel. Une atmosphère empoisonnée ignorée même du temps du détestable Sarkozy.

Et malgré ce climat d’une hostilité sans précédent depuis de Gaulle, Emmanuel Macron s’empresse d’aller au contact d’un public inconnu. A-t-il encore toute sa raison ?

N'avait-il pas préalablement déclenché une bouffée délirante collective par l’instrumentalisation de la peur épidémique, un acte relevant véritablement du tabou politique ? N’a-t-il pas usé d’un confinement général inédit et parfaitement insensé à des fins, entre autres, de neutralisation de la contestation sociale ? Et finalement n’est-il pas atteint lui aussi par la contagion délirante dont il porterait une responsabilité écrasante ? Il relève de la plus élémentaire exigence politique d'interroger de tels comportements.

D’autant qu’il a répété le 3 juin ces propos mystérieux et menaçants avancés pour la première fois en décembre dernier lors de sa longue interview au média en ligne Brut : "Peut-être que je devrais faire des choses dans la dernière année, dans les derniers mois. Dures, parce que les circonstances l’exigeront, et qui rendront impossible le fait que je puisse être candidat". Répétition sur lesquelles s’interroge longuement et non sans inquiétude Florian Philippot dans une de ses vidéos quotidiennes : « Des décisions dures cet été qui empêcheront ma candidature » : l’énigmatique phrase de Macron.

Des propos qu’il faut mettre en miroir avec ceux tenus par les divers parlementaires s’exprimant dans la chronique vidéo de Serge Faubert : « Hystérisation de la politique : ça suffit ! », et qui émettent des prévisions de violence armée. En miroir également avec les convictions formulées par Jean-Luc Mélenchon, que l’on retrouve également dans cette chronique, lourdes de sens implicite, que ce soit sur l’affaire Mehra (serait-il devenu « complotiste », c’est-à-dire légitimement suspicieux, ou détenteur d’informations ignorées ?), ou sur la survenue d’un hypothétique meurtre dans la semaine précédant l’élection présidentielle. Ces insinuations sans lien chronologique avec l’agenda politique défini par les sombres menaces du Président de la République, témoignent de la part d’un vieux routier de la politique de la perception d’un état d’esprit inquiétant chez Emmanuel Macron. Il faut noter que, très curieusement, aucun journaliste, enclins comme à leur habitude à brocarder JL Mélenchon, n’a interrogé le sens profond de ces assertions pourtant explosives.

Emmanuel Macron s’affiche de plus en plus comme un homme politique à l’équilibre psychologique et aux projets violents pour le moins inquiétants. Sont-ils appréhendés à leur juste mesure par une classe politique soucieuse de démocratie ? Quels peuvent bien être ces graves évènements connus de lui, dont il connait la date de survenue et qui nécessiteraient des réponses exceptionnellement « dures » ? Pourquoi les parlementaires n’exigent-ils pas des éclaircissements ? De quels nouveaux drames, venant se surajouter aux innombrables dégâts causés par sa gestion politique délirante de la covid-19, attendront-ils la survenue, au lieu de se saisir dès à présent de leur pouvoir ? N’est-il pas de leur devoir élémentaire d’obtenir à tout prix une réponse claire de ce que cachent les menaces proférées par un président de la République manifestement dépassé par les évènements qu’il s’est ingénié à créer depuis quatre ans, et auxquels il tente de répondre de manière très inquiétante. Ne mesurent-ils pas que de telles menaces sont possiblement insensées, ou des leurres, puisque contre toute logique il persiste à les maintenir sous le sceau du secret, et qu’elles sont de toute façon profondément anxiogènes, et à ce titre ne pouvant qu’aggraver une situation générale déjà intenable ? S’ils devaient s’interdire d’user de leur pouvoir constitutionnel, il ne leur faudra pas s’étonner et s’indigner avec une absolue hypocrisie d’une issue violente déjà pronostiquée par eux, quand elle n’est pas clairement annoncée par le Président lui-même. Que cette violence soit celle d’un individu isolé (des Brutus, des Georg Elser ou autres Claus von Stauffenberg ont parsemé l’Histoire), celle d’une frange fasciste ou fascisante de l’armée et de la police (les militaires démocrates eux ne se sont pas exprimés), ou à l’inverse d’une violence d’Etat déclenchée par Emmanuel Macron.

Et apparemment une toute autre violence que celle à laquelle est soumise la population depuis plus d'un an au travers d'une gestion délirante de la covid-19. Depuis le 15 juin, contre toute logique sanitaire, les jeunes de 12 à 18 ans chez qui la létalité de l'infection respiratoire est quasi-nulle sont la cible d'une vaccination expérimentale dont le risque mortel est pourtant loin d'être nul. Ne peut-on pas la qualifier objectivement chez eux de criminelle ? Et il est question désormais de s'en prendre aussi aux enfants en bas âge. Quand s'arrêtera ce délire, qu'il faut manifestement appréhender au sens authentiquement pathologique du terme ?

Parlementaires, votre responsabilité pleine et entière est très sérieusement sollicitée par les évènements : REVEILLEZ-VOUS !

 

 

Informations sur la bouffée délirante collective :

1- La bouffée délirante collective de la covid-19 (ou "Le délire collectif de la covid-19" - Anthropo-logiques)

2- Covid-19 : l’exemple de la rumeur délirante, dite d’Orléans, de mai 1969

3- Covid-19 : de la difficulté à admettre l’existence d’une bouffée délirante collective (1)

4- Covid-19 : les difficultés à admettre l’existence d’une bouffée délirante collective (2)

5- Etat des lieux du délire covidéen

 

- Coronavirus : un délire collectif ? | Mondialisation

- Folie dansante, hilarité irrépressible et nonnes possédées : histoires d'hystéries collectives – France Culture 

- Sorcières, juifs, communistes, covidés. A propos des épidémies de déraison dans l’Histoire

- L'épidémie de danse à Strasbourg (1518) - YouTube

- La très questionnante saga de l'Escherichia Coli Entéro-Hémorragique

- JGciKCzrNqJ_La-rumeur-délirante.pdf

 

Quand la psychose fait dérailler le monde - Tracts - GALLIMARD

Le virus de la peur ; ou comment le monde entier est devenu fou - Olivier Chailley 

Ce virus qui rend fou, de Bernard-Henri Lévy | Éditions Grasset

 

- Bouffée délirante de l’Etat -Darius - Raoult 16.09.2020 - YouTube

- Appel à la résistance civile et au réveil des consciences | Nouvelle version


Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 30 juin 11:26

    Rappelons qu’il y a encore 25% de tarés lobotomisés qui jouent avec le système qui met ce genre de cintrés au pouvoir.

    Huit ou neuf générations, deux guerres mondiales, des inégalités stratosphériques, un cadre de vie dévasté, n’ont pas réussi à réveiller Dupont Lajoie, il continue à cotiser vaille que vaille à cette aliénation...

    Il faut acter, on n’est pas viable.


    • JC_Lavau JC_Lavau 30 juin 11:27

      Non, le petit éborgneur à son Rothschild ne contrarie israël en rien, et ne lui désobéit en rien.

      Aucun mobile donc pour le traîner « en voiture découverte du côté de Dallas », sort qu’ils avaient promis à Donald Trump, s’il osait désobéir.


      • JPCiron JPCiron 1er juillet 21:41

        @JC_Lavau

        Très juste !
        JFK était un danger car il prétendait prendre le pouvoir, alors qu’il n’était que simple Président des USA ! 
        Le notre est bien obéissant : il récite même les slogans sionistes dès qu’on le lui demande. Parfois, il donne de la voix pour son public français, mais il ne fait rien qui suggère qu’il pense ce qu’il dit. Il n’est donc pas une menace pour ceux qui comptent.


      • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 30 juin 11:30

        Appel citoyen contre la « vaccination » des enfants et adolescents – Paris Pour La Liberté :

        aujourd’hui mercredi 30 juin à 19H devant le ministère de la santé, place Pierre Laroque 


        • Trelawney Trelawney 30 juin 11:44

          @Thierry Gourvénec
          Actualité - Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19 - ANSM (sante.fr)

          C’est tout ce que j’ai trouve sur ASN, aussi je vous demande de justifier vos « Selon l’Agence Nationale de Santé et du Médicament (ANSM) en France, le 4 juin 2021, ce sont 817 personnes qui sont mortes post injections « vaccins » déclarés en France. »

          Et arrêtez de mettre des « citoyens » à tout bout de champ. Vous ne représentez que vous même et certainement pas les citoyens


        • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 30 juin 14:44

          @Trelawney

           ???!!

          « Et arrêtez de mettre des « citoyens » à tout bout de champ. Vous ne représentez que vous même et certainement pas les citoyens » :  ???!!

          « je vous demande de justifier vos « Selon... etc... » :  ????!!


        • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 30 juin 15:41

          J’encourage à voter en modération pour l’article de Frédéric Gobert : « 16.500 décès susceptibles d’être causés par les «  vaccins  » anti-covid dans l’UE (au 26 juin 2021) ». Exclusivement factuel il subit une censure importante : +6 -5 = +1 quand je l’ai voté.


        • armand 30 juin 15:57

          @Thierry Gourvénec
          ce n’est pas de la censure, c’est de la modération.


        • Trelawney Trelawney 30 juin 17:22

          @Thierry Gourvénec
          Je ne modère que très rarement et les moins que je mets sont des articles de publicité.
          Sinon j’attends de voir ce qu’il dit sur les 16500 et si c’est vraiment étayé. Jamais et je dis bien jamais un vaccin n’a fait autant de victimes.


        • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 30 juin 17:30

          @Thierry Gourvénec

          « Sinon j’attends de voir ce qu’il dit sur les 16500 et si c’est vraiment étayé » :  ???  Vous êtes modérateur, allez voir !!!
          C’est là !! Article : 16.500 décès susceptibles d’être causés par les «  vaccins  » anti-covid dans l’UE (au 26 juin 2021) - AgoraVox


        • Adèle Coupechoux 30 juin 18:15

          @Thierry Gourvénec

          A 18h14, l’article de Frédéric Gobert est à +8 -5 = 3.


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 19:04

          @Thierry Gourvénec


          Votes : +10 - 6 = +4

          Vous avez donné votre avis pour cet article :
          2021-06-30 19:03:47 Renaud Bouchard Cet excellent papier doit être publié pour être discuté. Renaud Bouchard

        • reptile cyrus 30 juin 19:15

          @Renaud Bouchard

          merci pour lui monsieur bouchard .

          Et encore merci d’ avoir tenter de me soutenir la derniere fois , 
          ce n’ etait alheureusment pas assez mur pour passer ...

          je vais bientot retenter sur un autre sujet smiley


        • quid damned quid damned 30 juin 22:56

          @Thierry Gourvénec

          Votes : +11 - 7 = +4

          22:54


        • roby roby 1er juillet 08:35

          @Thierry Gourvénec
          Comparaison n’est pas raison bien entendu nombre de morts sur les routes dans l’UE en 2020 = 18.800 décès ont été enregistrés sur les routes européennes l’an dernier


        • Trelawney Trelawney 30 juin 11:34

          Les attentats sur la personne d’un chef d’état sont soit politiques, soit triviaux. C’est soit une opposition extrémiste qui commandite ou soit un fou ou soit un groupe financiers dissidents.

          Pour Kennedy c’était Johnson qui avait trafiqué avec la caisse de retraite des agriculteurs et dont le frère de Kennedy ministre de la justice se rapprochait dangereusement. Il s’est organisé autour d’un quarteron de texans pour faire la chose et prendre la présidence.

          On n’attente pas à la vie d’un président pour se débarrasser de sa politique car il est remplacé par un autre qui fera la même chose. Donc soit un fou, soit un extrémiste attentera à la vie de Macron. Depuis Kennedy ce sont les services secrets qui commandent et qui disent au président la marche à suivre. Ce dernier ne fait que les suivre. Macron veut garder la main mise sur ces sorties, on peut peser que la baffe lui fera changer d’avis


          • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 30 juin 12:34

            ENFIN un article complotiste parce que les articles « crottes de mouches » ça commençait à bien faire

             smiley

            Sinon mettre sur le même pied JFK et le poudré, faut pas déconner

            JFK était un type intègre et honnête qui oeuvrait pour son pays tandis que le poudré bosse pour le NWO

            Ses patrons sont BLACKROCK (dont il a reçu le PDG à l’élysée) et VANGUARD

             smiley


            • roby roby 1er juillet 08:38

              @Bendidon
              J’ajoute que l’un des 2 aimaient beaucoup les femmes l’autre......


            • McGurk McGurk 30 juin 14:51

              JFK était un type intègre et honnête qui oeuvrait pour son pays

              Rappelez-moi par quel moyen il a été élu ?


              • I.A. 30 juin 15:22

                Bon, c’est très bien, tout ça, vous avez parfaitement raison - et sans doute, oui, qu’il est légèrement inconscient, étant de toute façon complètement dépassé en même temps que légèrement idiot...

                Il n’est toutefois pas tout seul : je suis désolé de devoir vous rappeler le rôle du Conseil Scientifique et des innombrables médecins exerçant sur les plateaux télévisés, dans cette affaire ! 

                Ces charlatans sont fous à lier ! Lacombe est à nouveau en train de menacer la France entière ! Ces gens sont terriblement dangereux, pour les populations, mais encore pour la profession, qu’ils discréditent, avec tous les scientifiques !!

                Et, oui, bien entendu vous avez raison, députés (hormis Wonner) et sénateurs devront rendre des comptes...

                Tout ce petit monde-là n’est-il pas trop vieux ? Trop incompétent ? Trop postural ?


                • McGurk McGurk 30 juin 15:46

                  @I.A.

                  Et, oui, bien entendu vous avez raison, députés (hormis Wonner) et sénateurs devront rendre des comptes...


                  Non, elle ne devrait pas y échapper.

                  Signer pour LREM c’est souscrire à cette entreprise de destruction, de spoliation et d’élitisme poussé (réactionnaire en fait) qui bousille notre pays qui est un bien commun.


                • Adèle Coupechoux 30 juin 18:19

                  @McGurk

                  Elle a fini par quitter LREM. 

                  Ce n’est pas le moment de nous diviser.
                  Elle est seule à s’opposer en tant que députée à tous ces fous. Elle accorde désormais beaucoup moins de crédit à ces « élites » qui nous gouvernent.


                • McGurk McGurk 30 juin 18:44

                  @Adèle Coupechoux

                  Elle a fini par quitter LREM. 

                  Ce n’est pas le moment de nous diviser.


                  Oui, mais elle était d’accord avec l’idée de base. C’est pourquoi je ne ferai jamais confiance à ce genre de personne.

                  Elle est seule à s’opposer en tant que députée à tous ces fous.

                  Avec lesquels elle était parfaitement d’accord auparavant. Bizarre, pas vrai ?

                  Elle accorde désormais beaucoup moins de crédit à ces « élites » qui nous gouvernent.

                  C’était avant qu’il fallait se réveiller. Pas lorsque le pays est à feu et à sang.


                • Adèle Coupechoux 30 juin 18:56

                  @McGurk

                  Il faut parfois l’inacceptable pour accepter de changer d’avis ! Autour de moi, l’inacceptable est la norme. Et ce n’est pas prêt de changer. 

                   


                • leypanou 30 juin 19:44

                  @Adèle Coupechoux @McGurk
                  Martine Wonner est co-créatrice de Laissons les médecins prescrire : çà seulement suffit à mon avis à la mettre au-dessus de tous les béni-oui-oui qui pullulent dans Larem ou ailleurs.
                  Si on commence par chercher une personne irréprochable, on risque de rester ad vitam eternam tout seul.
                  Parmi les députés, N Dupont-Aignan aussi a dit des choses qui sortent de l’ordinaire sur la gestion du covid, en particulier sur les traitements.


                • McGurk McGurk 30 juin 21:01

                  @Adèle Coupechoux

                  Changer d’avis implique, dans cette situation, de faire confiance à quelqu’un qui adhérait pleinement à l’anéantissement du pays. Je ne peux accepter cette idée et encore moins changer d’avis sur ce point.

                  Toutes ses actions hors parti n’effaceront pas l’ardoise. Les conséquences de cette politique ont eu des effets catastrophiques et probablement irréversibles du moins sur plusieurs générations qui devront payer ces conneries.

                  Je refuse également même si c’est déjà le cas de faire partie des générations « sacrifiées » pour ce qu’ils osent appeler « l’intérêt général ». Parce que accepter ça c’est être complice de Macron et de son parti, parce que ça revient à tuer des gens virtuellement certes mais c’est un meurtre.

                  Annihiler l’avenir des gens et leur demander, comme les Grecs, de payer l’addition qu’ils n’ont jamais contractée, voilà le non-sens de notre époque et ça je ne l’accepte pas non plus. Jamais.


                • McGurk McGurk 30 juin 21:05

                  @leypanou

                  Passer de la pommade après coup est plus simple que de faire face à ce qu’on a fait.

                  Dupon-Fainéant n’est qu’un hypocrite. Il fait de grands sourires, se cache dans l’ « opposition » mais ses idées sont clairement de droite destruction du service public et toute la panoplie.


                • Adèle Coupechoux 1er juillet 08:12

                  @leypanou

                  D’accord avec votre commentaire. Surtout que la situation perdure. Le gouvernement songe à adresser la liste des non-vaccinés aux médecins traitants !

                  Il faut vraiment que ceux qui nous gouvernent ne soient pas réélu. 
                  Le problème c’est que la bulletin blanc ne sera jamais pris en compte par ce gouvernement, pas plus que l’abstention d’ailleurs... 
                  Cela remettrait trop en cause les élections.


                • Adèle Coupechoux 1er juillet 08:21

                  @McGurk

                  J’ai voté au 1er tour. Pour que la liste LREM ne l’emporte surtout pas. Au 2ème tour, je me suis abstenue.
                  Il faudrait que l’abstention et le votre blanc soient pris en compte. Que cette idée fasse son chemin. Je sais ce n’est pas gagné vu l’absence de débat et la censure…

                  Si la politique de Macron est toxique, je continue à ne pas pouvoir expliquer comment sa majorité a pu être élue ! Comment des votants qui ont élu Macron par défaut, ont pu ne pas se prémunir de contre pouvoir.
                  Cela me rend perplexe.
                  Enfin, ce qui me rend tout aussi perplexe c’est la volonté des certains médecins qui nous veulent du mal ouvertement, et surtout de l’opposition qui surenchérit à chaque nouvelle mesure liberticide…


                • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 1er juillet 09:20

                  @Adèle Coupechoux
                  "ce qui me rend tout aussi perplexe c’est la volonté des certains médecins qui nous veulent du mal ouvertement, et surtout de l’opposition..."
                  Moi, chère Adèle que je trouve en général bien lucide, et courageuse dans votre cadre professionnel, ce que je trouve étrange chez vous c’est la difficulté à appliquer dans la réalité et dans vos analyses le principe du délire collectif dont vous êtes une des minoritaires sur ce site à avoir pleinement admis la pertinence et que vous introduisez pourtant régulièrement dans vos propos.


                • Adèle Coupechoux 1er juillet 09:54

                  @Thierry Gourvénec

                  Bonjour Thierry,

                  Le problème de ce délire collectif c’est qu’il est très construit même dans son hypocrisie et/ou mensonge. Et son contenu est varié.
                  S’en prendre à l’Ivermectine comme à l’Hydroxycloroquine, interdire aux médecins de prescrire des traitements à des malades, interdire de prendre l’air, de voir du monde, nous réduire à un virus, c’est très déroutant et tellement malveillant.
                  Du côté des médecins qui sont pour ces mesures et le font savoir, comme du côté des médias, le délire est entretenu dans la population. Ces médecins comme ces médias ne subissent pas le délire mais le prolongent et en profitent pour être en haut de l’affiche.
                  Les dîners des « élites » montrent bien que ce n’était pas pour eux du délire, mais de la franche rigolade. Pas si fous que ça, en revache, ils ont maintenu le délire avec des moyens hors norme. Les Lescure, Duhamel, et autres lascars, jamais confinés et en intérieur jamais masqués.
                  Pas le moins du monde impactés par ce délire.

                  D’un autre côté, le délire est visible dans la rue, dans les grandes surfaces, je ne peux le nier quand je vois des personnes se tartiner de gel, s’écarter de vous, vous interpeller dans la rue quand le masque était obligatoire, dans les magasins pour que vous le mettiez « correctement », dans le train avec des menaces récurrentes d’expulsion si vous ne respectez pas les consignes.
                  Au travail, c’est la course à la seconde dose vaccinale…Je reconnais le délire puisque le vaccin et ils en sont d’accord n’empêcherait pas la contamination.
                  En tout cas, l’agressivité monte contre les non-vaccinés dont je fais partie en étant j’ai bien l’impression la seule désormais. C’est très anxiogène.


                • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 1er juillet 10:22

                  @Adèle Coupechoux
                  "Le problème de ce délire collectif c’est qu’il est très construit même dans son hypocrisie et/ou mensonge«  :
                  désolé d’être très affirmatif, mais l’essence même du délire c’est de ne pas être construit, justement. Il s’est déclenché comme la flamme au bout d’une allumette et il se déploie selon sa propre dynamique qu’on ne peut arrêter sauf si on s’appelle Macron et qu’on décide que tout ce bordel doit être stoppé si on est un être responsable, ce qu’il n’est pas.

                  Mais je vous l’accorde, il est très difficile de savoir qui délire et qui ment consciemment. Tout est entremêlé. Si vous aviez travaillé en psychiatrie, et aviez été confronté à des délirants vous comprendriez mieux cette complexité qui fait la difficulté du quotidien des soignants.
                  Mais franchement à part Macron, Philippe, Buzin, Attali, Schwab (mais ils »déliraient« bien avant avec leur hubris politique et de richesse) et la clique du début, je crains que tous les autres, y compris même peut-être Véran, délirent au sens psychopathologique du terme.

                   »Et son contenu est varié" :
                  c’est la spécificité de la bouffée délirante, c’est pourquoi je m’attache à employer ce terme.

                  Personnellement c’est le constat de la montée inquiétante de l’agressivité des vaccinés contre les non-vaccinés qui m’a fait écrire cet article. On est mal barré.


                • McGurk McGurk 1er juillet 11:20

                  @Adèle Coupechoux

                  Jamais cette idée ne sera admise par la classe politique ni la caste « supérieure ». Ce serait valider que la démocratie ne fonctionne plus et qu’il faut tout remettre à plat, revoir/réinventer les règles du jeu.

                  Comment des votants qui ont élu Macron par défaut, ont pu ne pas se prémunir de contre pouvoir. Cela me rend perplexe.

                  L’absence de personnel politique comprenant la détresse du peuple, l’absence d’offre politique adéquate, le mépris total de la classe politique et sa mainmise sur l’avenir du pays et donc des électeurs qui ne peuvent rien y changer , le cycle infini « Le Pen contre [nom du candidat] ».

                  En d’autres termes, la lassitude des Français à être gouverné par des connards dont le seul but est de s’accaparer tous les pouvoirs et de régner sans partage, de ne pas pouvoir décider de son avenir.

                  Le terrain était donc préparé pour sortir du chapeau une sorte d’ovni pour lequel les gens ont voté par défaut. Un ovni sponsorisé par l’argent de ceux qui contrôlent le pays et qui a donc écrasé, via les médias et ses campagnes, tous les autres compte tenu de l’audience qu’il a obtenu.

                  Le réflexe de « voter pour le moins pire » professé par tout mon entourage et le pire c’est qu’on m’a engueulé lorsque j’ai refusé de voter a coûté très cher aux électeurs qui pensaient que balader la classe politique en votant n’importe quoi était une tactique durable et qu’elle finirait par amener une solution en provoquant une crise de légitimité (et donc de la démocratie).

                  En fait, nous avons largement sous-estimé les gouvernants qui ont toujours eu trois coups d’avance et qui, pour la prochaine farce électorale nationale, vont présenter un individu « hors normes » sous toutes les coutures, disant qu’il est beau, bien, seul avenir de ce pays depuis longtemps déchu.

                  Je sais ce n’est pas gagné vu l’absence de débat et la censure…

                  La censure à tout niveau est le dernier cran de sûreté de cette caste pour continuer à régner. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

                  ce qui me rend tout aussi perplexe c’est la volonté des certains médecins qui nous veulent du mal ouvertement, et surtout de l’opposition qui surenchérit à chaque nouvelle mesure liberticide…

                  Qui croyez-vous qui vote pour les types du genre Sarkozy ou Macron ?

                  Qui profite du système et de la « démocratie » ? Certainement pas les pauvres et publics exclus de cette réalité depuis longtemps.

                  La politique libérale s’est transformée en politique autoritaire car le système mis en place est sur le point de disparaître menaçant, de fait, l’existence-même de ces classes et c’est pour ça qu’ils sont de plus en plus agressifs, autoritaires et sourds.

                  La censure est un filtre qui leur permet d’évacuer tout ce qui les dérange. Sinon leur réalité prendrait très vite fin.


                • McGurk McGurk 1er juillet 11:24

                  @Adèle Coupechoux

                  Au travail, c’est la course à la seconde dose vaccinale…Je reconnais le délire puisque le vaccin et ils en sont d’accord n’empêcherait pas la contamination.
                  En tout cas, l’agressivité monte contre les non-vaccinés dont je fais partie en étant j’ai bien l’impression la seule désormais. C’est très anxiogène.

                  Oui d’ailleurs un type assez connu a sorti sur les plateaux télé qu’ils iraient chercher les non vaccinés, encadrés par la police, pour les piquer de force. Et d’autres trucs horribles dont je ne me souviens plus tellement c’était insoutenable.

                  Le nazisme est toujours là où on s’y attend le moins.


                • Adèle Coupechoux 1er juillet 17:49

                  @McGurk

                  Ce ne serait pas ce petit fumier de Barbier ?

                  Le gouvernement veut adresser la liste des non vaccinés aux médecins traitants pour qu’ils puissent faire pression sur leur client (nous ne sommes plus des patients).
                  Là, je reconnais le délire collectif, la démence. Toute cela donne la nausée.


                • Xenozoid Xenozoid 1er juillet 17:57

                  @Adèle Coupechoux

                  Le gouvernement veut adresser la liste des non vaccinés aux

                  ce qui devrais sauter aux yeux c’est, gouvernement ?(data) , liste, adressé , et pour ceux qui pensait qu’on est du bétail, c’est pas nouveau


                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 1er juillet 18:36

                  @Adèle Coupechoux
                   
                   perso je n’ai pas caché à mon médecin traitant que je ne me ferai pas vacciner.
                   
                  Et je pense que c’est un truc qu’il doit savoir.


                • Adèle Coupechoux 1er juillet 20:35

                  @Francis, agnotologue

                  C’est différent quand c’est le gouvernement qui liste ceux qui ne sont pas vaccinés pour que les médecins traitants soient au courant et incitent à la vaccination.

                  La propagande en faveur du vaccin est insupportable. Perso, si pour conserver mon travail et accéder à mon poste de travail, je dois me faire vacciner, ce sera la HAINE ! 
                  Etre en activité en Absurdistan est devenu très pénible. Je considère que je n’ai pas à parler de ma santé à mes collègues. Cela me fait penser à l’époque ou le SIDA rendait les imbéciles parano et ou les malades étaient stigmatisés par ces mêmes crétins.


                • McGurk McGurk 1er juillet 20:45

                  @Adèle Coupechoux

                  Non il y a bien pire que lui (en dehors du Dr. Cohen qui est déjà assez horrible comme ça à agresser les gens) :

                  https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/covid-19-et-vaccination-90022

                  Le gouvernement pourra attendre. Je fuis les médecins comme la peste.

                  De toute manière, même si celui-ci essayait, je lui ferais comprendre très vite.


                • Adèle Coupechoux 1er juillet 20:54

                  @McGurk

                  Il nous faut garder notre sang-froid. Ce n’est pas encore obligatoire.
                  Cela fait bien maintenant plus de quatre ans que je n’ai revu mon médecin traitant. Quant à la médecine de prévention, la dernière fois, c’était en décembre 2019...
                  Pour l’instant, j’ai juste la pression odieuse de certains collègues...qui sont pour certains des médecins. Tant que ce n’est pas obligatoire, je les recadre.


                • McGurk McGurk 1er juillet 21:06

                  @Adèle Coupechoux

                  La vie privée doit être respectée et le choix individuel également. Vous devriez peut-être le leur rappeler plus vivement.

                  L’ « obligation » en France n’est pas une véritable obligation. C’est un « vif conseil » mais rien d’autre.

                  Passer outre l’avis de la personne est une très grave violation des principes généraux de la médecine et des soins.


                • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 1er juillet 21:22

                  @Adèle Coupechoux
                  « Tant que ce n’est pas obligatoire... » : il vaudrait mieux ne pas s’habituer à l’idée que ça puisse le devenir, sinon notre esprit de résistance flanchera.
                  D’autant que les coups de butoir ont commencé à pleuvoir.
                  Il a été évoqué les journalistes. Outre Barbier que vous avez cité, il y a aussi Emmanuel Lechypre auquel McGurk pensait. Mais aussi l’édito cinglé de Caroline Fourest :« Non-vaccinés récalcitrants  : la patience a ses limites ».

                  Et puis désormais il y a des sénateurs... Covid : le Sénat veut débattre de l’obligation de vaccination pour les adultes | Les Echos


                • McGurk McGurk 1er juillet 22:51

                  @Thierry Gourvénec

                  N’oubliez surtout pas le Dr. Cohen.

                  Aussi fou à lier, autoritaire et incompétent, brillant par son statut sur les plateaux télé.


                • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 1er juillet 23:00

                  @McGurk
                  Philippot en dresse la liste, et s’adresse au Président du CSA : 4ème Vague sous forme de Guerre civile : le piège vicieux des covidistes ! - YouTube


                • Adèle Coupechoux 2 juillet 07:31

                  @Thierry Gourvénec
                  @McGurk

                  Je n’ai jamais adhéré à leurs idées, mais du côté des politiques, il n’y a que Philippot et Asselineau qui défendent nos libertés.
                  Ce que dit Philippot dans cette vidéo donne la nausée mais malheureusement, il a raison. 

                  La propagande bat son plein. J’ai beau dire aux vaccinés que même si nous nous faisions tous vaccinés, nous continuerions à subir ces mesures. Je leur rappelle ce qui est arrivé aux gilets jaunes avec la répression condamnée unanimement dans le monde , les assignations à résidence qui existent depuis au moins 2015, comme pour les activistes zadistes. Et surtout, je leur dis qu’il n’y a qu’en France que nous avons eu autant de mesures aussi débiles et délétères.
                  La réponse autour de moi est unanime, c’est à cause des ces « gros cons de non vaccinés qu’on est emmerdé »...Le climat est très menaçant. 

                  Tous ne nous promettent que des « inter pandémies » avec des assignations à résidence et des abonnements vaccinaux plusieurs fois par an. Vaccination anti-Covid ou pas.

                  En fait, nous sommes menacés en permanence depuis le 16 mars 2020.
                  Oui, nous sommes en plein délire ! La population devient très très dangereuse, car elle s’empare de la propagande pro-vaccin comme elle s’emparait de la propagande du Covid avec son lot de morts, puis de contaminés.

                  Oui nous sommes mal barrés. Surtout que les barnums pour se faire tester continuent de recevoir des adeptes…


                • Nicolas36 30 juin 18:54

                  Tout cela est très excessif !!! 

                  Je n’admire pas du tout l’exécutif Français et ses manières mais : 

                  En ce qui concerne la « gestion délirante de la pandémie » , il serait souhaitable de quitter la zone de son nombril pour réaliser que l’exécutif Français n’a fait ni mieux ni moins bien que la plupart des Etats voisins. Les autorités ont tous sous estimés la situation au début et l’impréparation était quasi générale. 

                  Les péroraisons des professeurs en médecine des plateaux de télé ont surtout révélés qu’ils ne savaient rien du virus (et ils en découvrent tout les jours). 

                  Cela a aussi révélé la corruption et les haines recuites entre gros mandarins. 

                  La gestion délirante est à relativiser face à des populations qui n’ont pas connus de crises du type « guerre » dans leurs jardins depuis 1945. La guerre vue à la téloche c’est pas pareil. 

                  En résumé les responsabilités sont un peu générales si on veut rester objectif.

                  Pour le sujet des risques que prendrait Macron sur sa vie : l’idée que Macron serait un JFK est assez emphatique. C’est à la limite de la flagornerie. 

                  La vie d’un gouvernant est toujours en danger depuis que le monde existe. Ceci étant l’Etat profond des USA a été pris de face par JFK durant la crise des missiles russes à Cuba. On peut penser que c’est ce qui a tué JFK. On doit aussi considérer que le clan Kennedy avait des rapports interlope avec la mafia. Tout ce petit monde c’est peut être entendu sur le sujet. 

                  Macron est en phase avec l’oligarchie financière et celle de la haute administration. Il a le soutien des médias et celle des institutions Européennes qui voient en lui le messie de l’Europe fédérale. Macron est dévoué à l’Etat profond des USA. Il n’a aucun ennemi mortel car il ne gène pas les puissants bien au contraire. Il empoisonne le peuple français mais celui là est long à réagir car il ne le fait que collectivement. 

                  A par une claquette ou un entartage , il ne risque rien et il le sait. D’ou sa facilité de contact. 

                  Pas d’inquiétude pour lui. Dormez tranquille. 


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 18:56

                    A l’Auteur.

                    Bravo et félicitations pour cet excellente analyse dont je m’étonne qu’elle puisse être aujourd’hui publiée.

                    L’hypothèse,avant que de devenir prophétie autoréalisatrice, est plus que plausible.

                    Du coup d’Etat qui ne préviendra pas (comme tous les coups d’Etat) à l’assassinat pur et simple, il n’est qu’à écouter et sentir l’opinion profonde du pays pour comprendre que la population est fatiguée et plus qu’inquiète des agissements d’un mirliflore inconséquent auquel il ne manque chaque jour que la légitimité pour continuer d’exercer ses fonctions avec toute la camarilla et les séides politiques quu l’entourent.

                    Parfaitement renseigné - car nous avons affaire à un personnage qui dispose d’une forme d’intelligence spécifique qui ne peut peut que rendre très sensibles les multiples antennes dont il dispose le chef de l’Etat ne peut pas ne pas se rendre compte de l’ampleur des décombres qu’aura que son quinquennat désastreux aura laissés, pas plus qu’il ne peut plus voir la lame de fond de haine et d’hostilité que tout son être suscite. Singulière attitude que celle d’un inconscient qui aurait pu tout aussi bien se faire trucider lors de la scène du soufflet qui aura définitivement détruit son image personnelle (ce dont nous n’avons cure) mais surtout celle de la fonction présidentielle littéralement souffletée, ce qui symboliquement est beaucoup plus grave.

                    Disons les choses clairement en lui prodiguant un conseil que, si j’étais à sa place, je m’empresserais de suivre à la lettre : « Retirez-vous au plus vite, Monsieur le Président. Mettez un coup d’arrêt à la destruction scientifiquement perverse de votre pays car celui-ci, comme il l’a déjà montré à de nombreuses reprises au cours d’une histoire politique et sociale plutôt mouvementée, n’acceptera pas de se faire assujettir plus longtemps encore aux caprices désordonnés comme aux dessins cachés d’un homme qui a amplement démontré son insuffisance autant professionnelle que morale et humaine ». Les révolutions de palais existent, savez-vous ?Tout comme les rebellions qui font partie de l’ADN vigoureux de ces « Gaulois réfractaires, récalcitrants, qui ne sont rien » à vos yeux, que vous méprisez et qui, au plaisir pour certains de vous avoir élu à la suite d’un scandaleux coup d’Etat judiciaire y ajouteront le plaisir de vous renvoyer dans le meilleur des cas en détention.

                    Relisons-bien ce lumineux paragraphe de l’auteur de cet article :

                    "Emmanuel Macron s’affiche de plus en plus comme un homme politique à l’équilibre psychologique et aux projets violents pour le moins inquiétants. Sont-ils appréhendés à leur juste mesure par une classe politique soucieuse de démocratie ? Quels peuvent bien être ces graves évènements connus de lui, dont il connait la date de survenue et qui nécessiteraient des réponses exceptionnellement « dures » ? Pourquoi les parlementaires n’exigent-ils pas des éclaircissements ? De quels nouveaux drames, venant se surajouter aux innombrables dégâts causés par sa gestion politique délirante de la covid-19, attendront-ils la survenue, au lieu de se saisir dès à présent de leur pouvoir ? N’est-il pas de leur devoir élémentaire d’obtenir à tout prix une réponse claire de ce que cachent les menaces proférées par un président de la République manifestement dépassé par les évènements qu’il s’est ingénié à créer depuis quatre ans, et auxquels il tente de répondre de manière très inquiétante. Ne mesurent-ils pas que de telles menaces sont possiblement insensées, ou des leurres, puisque contre toute logique il persiste à les maintenir sous le sceau du secret, et qu’elles sont de toute façon profondément anxiogènes, et à ce titre ne pouvant qu’aggraver une situation générale déjà intenable ? S’ils devaient s’interdire d’user de leur pouvoir constitutionnel, il ne leur faudra pas s’étonner et s’indigner avec une absolue hypocrisie d’une issue violente déjà pronostiquée par eux, quand elle n’est pas clairement annoncée par le Président lui-même. Que cette violence soit celle d’un individu isolé (des Brutus, des Georg Elser ou autres Claus von Stauffenberg ont parsemé l’Histoire), celle d’une frange fasciste ou fascisante de l’armée et de la police (les militaires démocrates eux ne se sont pas exprimés), ou à l’inverse d’une violence d’Etat déclenchée par Emmanuel Macron.

                    "

                    Renaud Bouchard


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 30 juin 19:01

                      A l’Auteur comme aux Lecteurs.

                      Corrections apportées au texte précédent, avec toutes mes excuses.

                      L’hypothèse,avant que de devenir prophétie autoréalisatrice, est plus que plausible.

                      Du coup d’État qui ne préviendra pas (comme tous les coups d’État) à l’assassinat pur et simple, il n’est qu’à écouter et sentir l’opinion profonde du pays pour comprendre que la population est fatiguée et plus qu’inquiète des agissements d’un mirliflore inconséquent auquel il ne manque chaque jour que la légitimité pour continuer d’exercer ses fonctions avec toute la camarilla et les séides politiques qui l’entourent.

                      Parfaitement renseigné - car nous avons affaire à un personnage qui dispose d’une forme d’intelligence spécifique qui ne peut peut que rendre très sensibles les multiples antennes dont il dispose — le chef de l’État ne peut pas ne pas se rendre compte de l’ampleur des décombres que son quinquennat désastreux aura laissés, pas plus qu’il ne peut pas ne pas voir la lame de fond de haine et d’hostilité que tout son être suscite.

                      Singulière attitude que celle d’un inconscient qui aurait pu tout aussi bien se faire trucider lors de la scène du soufflet, laquelle aura définitivement détruit son image personnelle (ce dont nous n’avons cure) mais surtout celle de la fonction présidentielle littéralement souffletée, ce qui symboliquement est beaucoup plus grave.

                      Disons les choses clairement en lui prodiguant un conseil que, si j’étais à sa place, je m’empresserais de suivre à la lettre : « Retirez-vous au plus vite, Monsieur le Président. Mettez un coup d’arrêt à la destruction scientifiquement perverse de votre pays car celui-ci, comme il l’a déjà montré à de nombreuses reprises au cours d’une histoire politique et sociale plutôt mouvementée, n’acceptera pas de se faire assujettir plus longtemps encore aux caprices désordonnés comme aux desseins cachés d’un homme qui a amplement démontré son insuffisance autant professionnelle que morale et humaine ». Les révolutions de palais existent, savez-vous ?Tout comme les rebellions qui font partie de l’ADN vigoureux de ces « Gaulois réfractaires, récalcitrants, qui ne sont rien » à vos yeux, que vous méprisez et qui, au plaisir pour certains de vous avoir élu à la suite d’un scandaleux coup d’État judiciaire y ajouteront le plaisir de vous renvoyer dans le meilleur des cas en détention.

                      Relisons-bien ce lumineux paragraphe de l’auteur de cet article :

                      "Emmanuel Macron s’affiche de plus en plus comme un homme politique à l’équilibre psychologique et aux projets violents pour le moins inquiétants. Sont-ils appréhendés à leur juste mesure par une classe politique soucieuse de démocratie ? Quels peuvent bien être ces graves évènements connus de lui, dont il connait la date de survenue et qui nécessiteraient des réponses exceptionnellement « dures » ? Pourquoi les parlementaires n’exigent-ils pas des éclaircissements ? De quels nouveaux drames, venant se surajouter aux innombrables dégâts causés par sa gestion politique délirante de la covid-19, attendront-ils la survenue, au lieu de se saisir dès à présent de leur pouvoir ? N’est-il pas de leur devoir élémentaire d’obtenir à tout prix une réponse claire de ce que cachent les menaces proférées par un président de la République manifestement dépassé par les évènements qu’il s’est ingénié à créer depuis quatre ans, et auxquels il tente de répondre de manière très inquiétante. Ne mesurent-ils pas que de telles menaces sont possiblement insensées, ou des leurres, puisque contre toute logique il persiste à les maintenir sous le sceau du secret, et qu’elles sont de toute façon profondément anxiogènes, et à ce titre ne pouvant qu’aggraver une situation générale déjà intenable ? S’ils devaient s’interdire d’user de leur pouvoir constitutionnel, il ne leur faudra pas s’étonner et s’indigner avec une absolue hypocrisie d’une issue violente déjà pronostiquée par eux, quand elle n’est pas clairement annoncée par le Président lui-même. Que cette violence soit celle d’un individu isolé (des Brutus, des Georg Elser ou autres Claus von Stauffenberg ont parsemé l’Histoire), celle d’une frange fasciste ou fascisante de l’armée et de la police (les militaires démocrates eux ne se sont pas exprimés), ou à l’inverse d’une violence d’État déclenchée par Emmanuel Macron."

                      Renaud Bouchard


                      • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 1er juillet 21:09

                        @Renaud Bouchard
                        Merci pour tous ces compliments.
                        J’espère qu’il suivra votre conseil, mais à condition avant de partir qu’il remette l’ordre qu’il a détruit : annoncer solennellement que le virus exceptionnellement dangereux a disparu, et abroger toutes les lois sécuritaires.

                        Malheureusement comme le délire collectif a empoisonné bien des esprits, celui ou celle qui le remplacerait serait bien capable de revenir aux mêmes mesures.
                        Il ne nous reste plus que l’espoir d’un personnage exceptionnel sortant de l’anonymat. J’avais tablé sur Jean-Dominique Michel, l’anthropologue suisse. Malheureusement il n’a pas eu le courage nécessaire bien qu’il en ait eu beaucoup. Il est allé jusqu’à dire publiquement qu’il prendrait les armes si le référendum du 13 juin ne repoussait pas la loi sur la covid. On verra.

                        Sinon il faudra se replier sur Philippot. Avec lui on est sûr que le délire collectif ne pourra plus agir. Mais on connait aussi les contreparties... On pourrait bien s’attendre à une guerre civile : il a donné son soutien aux militaires ayant lancé les appels...


                      • ETTORE ETTORE 30 juin 22:05

                        Concernant cette irruption « intempestive » du mirliton, hors de sa limousine....

                        Quand on se trimballe une grosse tête comme la sienne, et que tout ce qui est extérieur à lui même, ne peut être que « ignorant et réfractaire à sa bonne parole », le désespoir vous guette, à force de ventiler en bras de chemise, la réalité crasseuse d’un peuple, avec lequel, ils ne se commet que très rarement, protégé par une ligne bleue casquée et caparaçonnée

                        Et voilà, tel César qui niqua Pompée, il franchit ce RubiCON sécuritaire, seul, et sans armée, pour se prendre une mandale..... Mémorable.

                        Quel bel épitaphe que celui de la place de la Mairie....

                        « A Tain, il fut atteint, comme une tarte, du même nom  »

                        Alors quoi ? Geste irréfléchi ? Geste préprogrammé ? Hallucinations, avec difficultés à faire la part de Macron Revient/Macron fout le camp ?

                        Ou.....Ou....Petite réserve de schnouff de campagne, pour des moments un peu sur le fil . ( le petit vide poche, en option constructeur, personnalisable à souhait pour plus de confidentialité. LUI à choisi de faire graver dessus « poudre à perlimpinpin »)

                        Ces moments où sa raison, devient funambule, et, ou son réflexe est de courir le plus vite possible, vers ces tiges fleuries, qui le réclament, tellement l’aube est radieuse à les butiner .

                        Et vlan ! Ma-ya partir avec un gros bourdon, moins tonitruant que celui de Notre Dame, mais au combien .....Résonant !


                        • saint louis 30 juin 22:22

                          Et nous dans le sud, ce « cher » Renaud Muselier (LR) président de région se prostituer avec LREM pour être réélu.

                          Comment faire confiance à ces véreux de politique.

                          Pourtant ça a marché pour le coup.


                          • razoumikhine razoumikhine 30 juin 23:27

                            Macron ne vit plus que dans les mots, il est déconnecté de la réalité, il s’écoute parler ou n’écoute plus que les mots de sa dulcinée enamourée. Il parle, parle, se parle des heures durant, pour ne rien dire. C’est une machine à paroles vides. Un moulin qui tourne, tourne et qui ne fait que du vent.

                            Un banquier amoureux des mots et de la langue, voilà le paradoxe.

                            Finalement, il aurait dû être comédien. Il aurait pu, étant dans sa toute jeunesse coatché par sa dulcinée. Mais voilà, il est dur de réaliser ses rêves. Au moins l’aurions-nous évité en tant que Président.

                            Non je ne pense pas qu’il se prenne une balle perdue mais j’ai vu de loin arriver la baffe. Ne la cherchait-il pas d’ailleurs ? En tant que Jupiter, il pourrait faire exercice de sa grâce à l’encontre de ce jeune chevalier embastillé.

                            A une certaine époque, quand on voulait provoquer quelqu’un en duel, on lui jetait son gant. Mais c’était une autre époque.


                            • Adèle Coupechoux 1er juillet 08:33

                              @razoumikhine

                              « Un banquier amoureux des mots et de la langue »
                              Ses propos sont plutôt triviaux. 
                              A mon avis, ce genre de type ne risque rien d’autre qu’un camouflet et j’espère bien qu’aux présidentielles, il s’en prenne un bon de camouflet.


                            • chantecler chantecler 1er juillet 09:09

                              @Adèle Coupechoux
                              Ben si c’est pour être remplacé par une « pointure » LR je ne vois pas le gain, sauf repartir pour 5 ans de misère .


                            • Adèle Coupechoux 1er juillet 10:01

                              @chantecler

                              Absolument, il ne faut plus être représenté mais participer désormais.


                            • chantecler chantecler 1er juillet 17:56

                              @Adèle Coupechoux
                              Il paraît que la véritable raison de la mise à l’écart de De Gaulle a été justement la participation .
                              Le patronat n’en voulait pas .
                              Il avait repris du poil de la bête .
                              Et cela je veux bien le croire.


                            • Adèle Coupechoux 1er juillet 18:07

                              @chantecler

                              Intéressant. Cependant le parrainage des candidats pour les élections datent de la cinquième constitution.
                              En tout cas, nous devrions tous davantage participer à la vie du pays. Déjà dans les entreprises, les décisions sont la plupart du temps arbitraires et autoritaires.
                              C’est pas gagné...


                            • zygzornifle zygzornifle 1er juillet 08:03

                              Assassiner Macron ?

                              Pourquoi faire LaREM LR et Modem sont remplis de Macrons tout fringants qui prendraient de suite sa place ....


                              • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 1er juillet 09:59

                                @zygzornifle
                                Pour se faire eux aussi assassiner ?

                                Ce qui est sûr c’est que les menaces de Jürgen Conings

                                ont été prises à ce point très au sérieux que les moyens déployés pour le neutraliser ont été très impressionnants.
                                Un des effets de telles menaces c’est que des corrompus comme Martin Blachier (qui bien que médecin n’indique jamais ses conflits d’intérêt et n’est jamais poursuivi par l’Ordre contrairement aux médecins prescrivant de l’hydroxychloroquine) ont aussitôt modifier leur discours.
                                Ça devrait faire réfléchir Louis Fouché qui ne cesse de promouvoir la non-violence...


                              • zygzornifle zygzornifle 1er juillet 08:13

                                Emmanuel Macron s’affiche de plus en plus comme un homme politique à l’équilibre psychologique et aux projets violents pour le moins inquiétants.

                                Il est soigné pour cela , régulièrement il va prendre des bains dans les coffres de la banque de France comme le faisait Onc’ Picsou, il respire des vapeurs de lingots et se fait éventer avec des billets de 500€, ensuite il consulte la liste de ceux qui vivent avec le RMI et de ceux qui sont a découvert a la banque, de ceux qui se font licencier, expulser, couper l’eau et l’électricité, des vieux miséreux et ensuite il repart complètement requinqué a l’Elysée car la misère le fait ba.... plus fort que le Viagra ......


                                • véronique 1er juillet 11:48

                                  Bonjour Thierry Gourvenec,

                                  J’ai juste un petit bémol à apporter à votre analyse très intéressante.

                                  Je ne pense pas que le président prenne des risques.

                                  Il est très très protégé ;

                                  Pour la gifle par exemple, j’ai pu voir une vidéo de la scène sous un autre angle que celui que les médias montrent le plus, et on voit très facilement que le nombre de personnes présentes dans le public tournait autour d’une douzaine tout au plus, principalement des femmes d’un certain âge (qui s’indignent et appellent le président en lui disant qu’elles ne lui veulent pas de mal, elles).


                                  • babelouest babelouest 1er juillet 14:09

                                    Comment peut-on un quart de seconde comparer EM à John F Kernnedy ? Ce serait insulter très gravement la mémoire du second. Kennedy était un homme droit, intelligent, avec une grande éthique, une grande culture. Mettre sur la balance un jeune garçon particulièrement immature, violemment inculte, avec des réactions de garçonnet, non, non ! On a tendance à chercher, dans le dos, l’emplacement de la clé pour le remonter.


                                    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 1er juillet 18:39

                                      Assassiner un président de la république n’est pas à la portée du premier venu.

                                      Qui aurait intérêt à assassiner Macron, vu qu’il mène une politique qui convient à ceux qui auraient les moyens de le faire ?


                                      • Thierry Gourvénec Thierry Gourvénec 1er juillet 20:49

                                        @Francis, agnotologue
                                        Détrompez-vous, même les coups d’Etat militaires sont à la portée de bas du front (national). De là à ce qu’ils réussissent à se maintenir longtemps au pouvoir, c’est une autre histoire.

                                        Mais une action individuelle sans portée politique majeure, contrairement au cas de Kennedy, peut survenir de manière imprévisible. La preuve : l’agresseur de Macron l’a souffleté. Il aurait très bien pu avoir un couteau dans sa poche.

                                        Et puis il y a des exemples historiques spectaculaires. Celui de Georg Elser est de ce point de vue emblématique. Et il interroge sur le sens de la vie. Sur le destin. Sans une tempête de neige inopportune Hitler aurait certainement consacré le même temps à son traditionnel discours annuel dans cette brasserie de Munich où eu lieu l’attentat. Et quel extraordinaire travail de préparation fut celui de son auteur !


                                      • ETTORE ETTORE 1er juillet 22:43

                                        @Francis, agnotologue

                                        Il y en a qui assassinent par amour !
                                        C’est John Lennon qui aurait pu le dire.
                                        Des Mark David Chapman, il peut y en avoir à toutes les sorties ubuesque de voiture, du Marquis Baffé mais toujours Poudré.
                                        Donc, voyez, « CEUX qui aurait moyen de le faire », sont une catégorie comme une autre.
                                        Les haineux, les amoureux, les intéressés.....Tout cela, avec des sous groupes authentiques, ou formatés....Un peu comme le serpent qui se mord la queue !


                                      • fcpgismo fcpgismo 1er juillet 18:49

                                        Tuer Macron ne sert a rien l’oligarchie en a dix en réserve, c’est juste un guignol, une marionnette.


                                        • beo111 beo111 1er juillet 21:49

                                          Entièrement d’accord avec votre conclusion concernant la responsabilité des parlementaires.

                                          Qu’elle ne nous fasse pas oublier celle de ceux qui les élisent.


                                          • Patrick Huet 2 juillet 23:27

                                            Le même sort que John F Kennedy ?

                                            Je ne pense pas. Ceux qui l’ont mis en place n’ont aucune raison de s’en défaire. A l’inverse de Kennedy qui voulait redonner l’Amérique aux Américains et non à des firmes multimilliardaires.

                                            En revanche, il n’est pas exclu qu’une révolte enflamme le peuple, s’il ne rend pas leurs libertés aux Français.

                                            La raison voudrait que les politiques cessent d’obéir aux financiers et comprennent qu’ils sont là pour servir le peuple, pas pour le dominer, ni pour servir leur parti.

                                            Et qu’ils cessent désormais leurs manoeuvres pour rétablir toutes les libertés. Sans aucune exception.

                                            Pour ma part, j’attends cela des politiques et de tous ceux qui détiennent un poste de commandement en notre pays.


                                            • Transformer Macron en Martyr, par son exécution, serait une décision trop simple pour y voir une solution à long terme .

                                              L’humilier et le plonger dans l’isolement sans aucun soutien de nul part , le rendre Nu, impropre à la France et à l’Europe . Là ça devient intéressant .

                                              Par contre cela demanderait un plan , une stratégie importante et le fait de se débarrasser des gens et organisations qui l’approvisionnent .

                                              Seul, les Nazis(actuels) aux manettes peuvent se le permettre tant dans les moyens que dans la volonté de réussir .

                                              Quant aux services français autant dire que le corona virus est une entité extra -terrestre .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité