• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand le député-mathématicien Villani est chargé de promouvoir (...)

Quand le député-mathématicien Villani est chargé de promouvoir l’intelligence artificielle et accessoirement le transhumanisme

En 2015 déjà, 700 spécialistes mondiaux de l'intelligence artificielle, scientifiques et entrepreneurs ont signé une lettre ouverte pour attirer l'attention de tous les décideurs et de tous les citoyens sur le fait qu'elle représentait selon Ellon Musk le plus grand danger que l'humanité ait eu à affronter à ce jour. Ce fut l'appel des 700.

Parallèlement, se développe dans de nombreux laboratoires des pays technologiquement avancés une course folle pour développer l'homme-augmenté, l'homme-machine. Certains, aussi en France et en Europe, font la promotion du transhumanisme et envisagent le posthumain.

Le mathématicien et député Cédric Villani a été chargé d'une mission sur l'intelligence artificielle dans le but de développer autant que faire se peut ce pôle technologique jugé comme l'avenir de nos sociétés.

Je ne partage pas cette orientation majeure de notre société qui fera du plus grand nombre des esclaves de l'intelligence artificielle ou, pour y échapper, des hommes-machines. J'ai donc adressé en ce sens une lettre ouverte au député Villani dans le but de démarrer un grand débat de société qui doit aussi se dérouler et se prolonger au Parlement.

Les citoyens ne peuvent accepter de passer de l'homo sapiens à l'homo mécanicus sans être consultés, par simples glissements successifs, de colloques en colloques de sachants scientifiques ... ou alors que reste -t-il de la démocratie ?

http://www.cielterrefc.fr/lettre-ouverte-a-monsieur-cedric-villani-charge-dune-mission-sur-lintelligence-artificielle/

 :

A Monsieur Cedric Villani, député LREM de la 5ième circonscription de l’Essonne,

Bonjour Monsieur le député,

Par un article du journal le Monde paru ce jour je lis que vous avez été chargé par le gouvernement d’une mission sur l’Intelligence artificielle – IA dans la suite du propos-et qu’un rapport doit être remis avant la fin de l’année.

Cet article rappelle qu’un précédent rapport a été remis sur ce sujet il y a

moins de 6 mois à François Hollande.

Le passage suivant de cet article résume votre mission :

« Elle consiste à dresser une feuille de route sur l’intelligence artificielle pour le gouvernement dans les années à venir. Quels axes actionner du point de vue économique, politique, culturel, éthique, dans l’éducation… ? Bref, tout. Avec l’idée que l’IA ne doit pas être vue comme un domaine spécialisé, mais comme l’affaire de tout le monde. »
« ici la vocation est d’aller plus sur le terrain des recommandations très concrètes sur les actions à prendre par les uns et les autres. Et cela à l’échelle française, mais aussi européenne. »

Je lis avec satisfaction mais permettez, une certaine défiance, que vous vous interrogerez aussi sur les aspects potentiellement négatifs de l’IA et vous dites notamment : « Un certain nombre d’exemples montrent que dans certains cas l’utilisation de l’IA peut avoir des effets ravageurs sur les questions économiques et le tissu démocratique. »

Ces propos semblent presque rassurants même si les effets ravageurs dépassent l’aspect économique – vous avez sans doute pensé aussi par là social- et démocratique.

La volonté de réfléchir au plus haut niveau sur les moyens à mettre en oeuvre pour faire face au géant américain puis chinois est sans doute, dans cette stratégie de lutte économique mondialisée l’axe principal. Nous sommes donc bien dans une logique où vous allez chercher les meilleurs moyens de renforcer l’IA qui, sous-entendu serait l’avenir de l’homme et du rang de nos sociétés. Je doute que dans une telle orientation les aspects négatifs soient réellement appréciés à leur exacte valeur et pourtant je vous fais à priori confiance car vous avez en tête, comme moi, l’avenir de l’homme.

Mais de quel homme parlons-nous ? Je pense à l’Homme en tant que transcendance de l’homme actuel, et non à l’homme-machine qui va renforcer son propre mental, et devenir ainsi l’Homme-Dieu qui, de fait, deviendra tout simplement l’esclave du système-machine qu’il aura mis en place. Je pense à un humanisme spirituel tel que l’expose Wu Weiming, directeur de l’Institut supérieur humaniste à l’Université de Pékin – cf ici

Vous avez semble-t-il des réserves par rapport aux déclarations d’Elon Musk mais vous dites « admirer son intelligence visionnaire ».

Permettez- moi de vous rappeler cette lettre signée le 10 janvier 2015 par 700 personnalités – l’appel des 700- dont Elon Musk et Stephen Hawkinget que j’avais publiée sur mon site ici . Il y a effectivement là une vision que j’aimerais vous voir partager.

 

« Les progrès de l’intelligence artificielle sont fulgurants, mais peu de recherches sont effectuées sur les conséquences de cette révolution technologique. C’est l’avertissement émis dans une lettre ouverte par un groupe de chercheurs et d’entrepreneurs. Parmi eux, Stephen Hawking et Elon Musk. »

Enfin j’attire votre attention sur la conférence d’Elon Musk devant l’Assemblée des gouverneurs des Etats-Unis le week-end du 15 juillet 2017 relatée ici par exemple. Selon lui, l’intelligence artificielle est désormais « le plus grand risque auquel notre civilisation sera confrontée ».

Pour y faire face aujourd’hui et en transhumaniste convaincu, il ne voit guère que le développement d’un de ses projets homme-machine avec l’aide d’implants cérébraux ce qui n’est pas pour nous rassurer.

Pour terminer je voudrais vous dire que je procède actuellement au regroupement des ouvrages de langue française qui nous alertent de diverses manières sur la religion du Progrès, les méfaits ravageurs qu’elle entraîne sur nos sociétés et la direction toute tracée où elle conduit l’homme.

Sous ce lien vous avez plus de 80 ouvrages d’auteurs différents qui alertent sur les aspects divers de cette dérive de nos sociétés. Je ne citerai que le premier, Lewis Mumford et je vous renvoie à l’article d’avril 1974 du Monde diplomatique à propos de son livre : « le mythe de la machine« .

 

S’agissant de l’IA je ne peux conclure sans évoquer le transhumanisme vers lequel nous entraîne les dérives d’un monde scientifique, industriel et technologique pour partie devenu fou et si peu contrôlé par le pouvoir politique de nos démocraties. J’ai regroupé là près de 40 ouvrages qui traitent du sujet et j’ai posté là un article sur le transhumanisme.

 

Je termine en espérant que cette lettre retiendra toute votre attention et celle de votre équipe. Je précise enfin que j’agis en simple citoyen intéressé entre autre par la chose publique et le devenir de l’homme mais non engagé politiquement. J’estime aussi que cette affaire est l’affaire de tout le monde et qu’en rédigeant cette lettre appuyée de ses renvois hyper-textes j’ai ainsi, à ma manière et suffisamment contribué à votre mission.

 

 

Je vous prie de croire en mes respectueuses et cordiales salutations.

 

Denis Brossier


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Elixir Elixir 13 octobre 17:05
    Sujet important, c’est toute la question du progrès qui est en jeu.

    Je pense qu’il ne faut rien attendre de ce gouvernement concernant les questions d’éthique, comme tous les autres auparavant d’ailleurs. cette lettre finira probablement au recyclage ou dans un hachoir à papier.

    L’intelligence artificielle est du domaine militaire, comme tout ce qui ressort de l’industrie d’ailleurs. 
    C’est la loi du plus fort, la compétition. 

    La démocratie, c’était simplement l’emballage.


    • gogoRat gogoRat 13 octobre 19:08

       ’vous allez chercher les meilleurs moyens de renforcer l’IA’
       
       Souhaiter une « intelligence visionaire’ est une extravagance bien nigaude lorsqu’on prétend servir une démocratie : un lapsus révélateur d’un parfaite incapacité à comprendre le puissant ressort et le paradoxe de cet idéal, qui tire sa force d’une ... humilité bien comprise !

      L’expression »renforcer l’IA«  laisse entendre la seule perspective d’un paradigme uniquement utilitariste !
       ( du genre  : ... pour produire des produits ’clé en main’ basé sur cette IA )
       
       Alors qu’en ce qui concerne le développement Humain, l’éthique d’une aspiration au dépassement de soi, et au partage culturel, ce ne sont pas des ’produits’ de l’informatique qu sont intéressants, mais plutôt les disciplines de l’esprit inspirés par ce nouvel art de l’Humanité !
       
       Même les mathématiques dites »appliquées" inspirent certainement plus des motivations nobles par cette discipline de l’esprit qu’elles nécessitent, que ce genre de basses motivations mercantiles et utilitaristes 


    • pallas 13 octobre 17:37

      Monsieur Denis Brossier

      Le Transhumanisme est un echec, tout comme la conquête spatial, enfin tout n’est qu’échec en vérité et tant mieux.

      J’en reviens au sujet initial.

      Le corps n’accepte pas d’éléments étrangers, sauf ses propres bactéries, virus, qui représente une masse considérable.

      L’idée même de surpassé l’humain est d’une idiotie total, surtout que notre espèce régresse rapidement en la matiere de la génétique, avec la dégradation de l’adn, ainsi que son messager par conséquent l’arn.

      L’Humain n’a aucunes possibilités dans quoi que ce soit, la partie est terminée.

      Il y a nul échappatoire, qu’on l’accepte ou non, le trépas est le destin de toutes formes de vies, ainsi que des espèces, la transcendance n’est que dans l’esprit des faibles, des êtres inférieurs, ayant peur de la mort, ne l’acceptant pas.

      Salut


      • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 13 octobre 18:28

        @pallas

        D’accord avec vous.

        Depuis quinze ans, le marché de l’informatique se dope à coup de buzzwords, de nouvelles technologies hypothétiques qui cachent un progrès, certes, mais un progrès très linéaire à un rythme poussif.

        Rappelez-vous (de mémoire et dans un ordre imparfait)

        Ajax
        Mashup
        Web 2.0
        Data mining
        E-Learning
        SAAS
        Cloud
        Internet Of Things
        Big Data
        Réalité virtuelle
        Deep Learning
        Blockchain

        ...et un imbécile a eu l’idée de surenchérir avec l’Intelligence Artificielle sans se douter des répercutions sur les fans de science fiction.
        - Le premier frigo connecté date de 1998
        - Les réseaux neuronaux datent qui ont battu le champion de GO, datent... des années 60. Minsky les a radicalement critiqués avant sa mort.
        - Kurtzweil a décalé sa singularité de 2029 à 2045

        J’attends toujours ma bagnole volante et la Pamela Anderson virtuelle dans mon lit...


      • pallas 13 octobre 18:43

        @La Voix De Ton Maître

        Nos ancêtres, il y a 2000 à 3000 ans, ne disposaient pas de notre technologie, pas d’informatique, ils utilisaient leurs cerveaux et bras.

        Ils ont construit des merveilles, ce que nous sommes incapables de faire à l’heure actuel malgré la toute puissance de la science.

        Les architectes le reconnaissent.

        Il y a un probleme quelque part.

        Dans l’art de la guerre et la diplomatie, c’était stratégique.
        En terme philosophique aussi.

        Le Cerveau, donc l’essence même de l’âme, oublié, le seul organe qui est mis à la poubelle finalement.

        Les Grecs dans l’age d’or, étaient capable de crée des pantins mécanique, dont l’essence était le sable, et le moteur la gravité, et faisait merveille dans les théatres à ciel ouvert, les voix off étaient des humains évidement.

        En vérité nous sommes en régressions.
         
        L’Homme et Femme idéal est celui de nos ancêtres, il faut juste remonter le temps smiley, tel Les Étrusques à leurs ages d’or qui ce savaient condamnée.

        Salut


      • philippe913 16 octobre 09:54

        @pallas

        Le problème est que tu racontes n’importe quoi. On est tout à fait capable de construire ce qu’ils ont fabriqué.
        Ce dont on est pas capable, c’est de le construire avec leurs moyens à eux, et ce pour plusieurs raisons que je ne vais pas étaler ici.

        tu parles d’architecture, de science etc, où exactement se trouve la régression ? Quels savoirs antiques et précieux qui nous permettraient de faire plus en la matière a t-on perdus ?

        Perso, je cherche encore les gratte-ciels de 800 mètres de haut construits par les étrusques ou les égyptiens...


      • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 13 octobre 18:43

        @ l’auteur

        Merci pour cet article.
        Votre courrier a bien quelques défauts mais il a surtout le mérite d’exister. Ce n’est jamais une mauvaise chose que d’inciter au respect du principe de précaution.
         
        Ceci étant, les précédents commentateurs ont chacun à leur manière bien raison : il serait vain ici de compter sur un quelconque impact démocratique dès lors que nous vivons dans l’état d’urgence permanent avec la nouvelle loi destinée à... sortir de l’état d’urgence. L’IA bas de gamme, (cad, les petits mécanismes calculateurs qu’on pourra mettre un peu partout), servira à nous espionner tous azimuts sans coup frérir vu que les citoyens avalent toutes les couleuvres sous couvert de lutter contre le terrrorisme.
         
        Pour le reste, cad, concernant l’IA haut de gamme, celle qui ne se réduit pas à la puissance de calcul et à de l’optimisation algorithimique de fonctions bien identifiées, elle est encore dans les limbes. Nous ne savons pas faire un animat qui aurait l’intelligence d’un cafard. Alors il fera chaud avant que nous soyons mis en danger par une « conscience artificielle ».
        Par contre, l’exploitation maximale que les militaires tenteront de faire de l’IA bas de gamme pourra mener à des dérives dangereuses qui sans atteindre le niveau de « skynet » ou de « eagle eyes », pourraient quand même nous mettre dans un sacré pétrin. Mais là encore, il n’y a plus de démocratie, alors il nous faudra subir la bêtise de l’homme et rien que de l’homme.
         
        Fondamentalement, pallas a raison : tous ces gugus du transhumanisme vont nous bassiner durant des décennies avant qu’on ait sérieusement à s’inquiéter de leurs délires. Le dépassement du corps humain se paiera au prix fort, comme cette fille qui n’a plus de pieds et jouit (le mot juste) de la possibilité qu’elle a de se choisir des jambes plus ou moins longues (avec ses prothèses). C’est juste une manière ultra-idéologique de positiver la prothèse mais nous n’aurons jamais que des prothèses, cad, rien qui puisse être mieux qu’un corps en parfaite santé.
         
        Bref, mon sentiment est qu’on peut dormir sur nos deux oreilles. L’humain a surtout à se préoccuper de l’humain, qui est un loup pour l’homme. L’IA n’est qu’un outil dans les mains de l’homme. Elle ne prendra pas son autonomie durant ce siècle.
         
        Après, je ne dis pas. C’est au-delà de mon horizon.


        • pallas 13 octobre 19:02

          @Luc-Laurent Salvador

          Les humains vont disparaitre de la surface de la planète, nous sommes en 6 emes extinctions massive d’espèce, c’est dans l’ordre de la nature.

          La dégradation génétique est tel que notre espèce est pratiquement stérile et fragile ceux sur tous les plans.

          Il faut aussi compter sur le changement du climat et la chimie de l’atmosphère, la détérioration massive de la ceinture de radiation magnétique Van Halen et la couche d’ozone, acidification des océans, etc etc.

          Avec ça, je ne vois pas comment par tel miracle l’humain pourrait survivre, attaqué de l’intérieur et à l’extérieur tout cela en même temps.

          Échec et Mat et pas de revanche possible.

          Salut


        • Denis Brossier Denis Brossier 13 octobre 20:20

          @Luc-Laurent Salvador
          Vous avez peut-être raison que la « singularité » n’est pas encore pour demain mais les choses vont vite et je souhaite que le débat soit posé en terme politique pour réfléchir avec des spécialistes de l’IA aux moyens de contrôle à mettre en place. La lettre signée en 2015 par 700 spécialistes, physiciens entrepreneurs de ces domaines ne vous alerte pas et vous pensez qu’ils bluffent ?


          Certes, elle est sans doute de la part de certains de ses initiateurs,là aussi pour faire admettre « l’homo mecanicus » comme moyen d’y faire échec. Alors là ça n’est pas pour moi une question de délai, c’est simplement un non frontal de principe. Là encore, un système législatif, des organes de contrôle, devraient être mis en place pour veiller au respect de ce « non » de principe.

          Qu’il soit difficile d’y parvenir c’est évident, surtout si les citoyens s’en moquent ... du moins ceux qui se sentent encore citoyens.

          Seuls les combats non engagés sont sûrs d’être perdus d’avance...

        • Pauline pas Bismutée 13 octobre 19:13

          J’ attends la lessive qui repasse le linge. Le reste, poubelle.

          Blague a part, je ne suis pas sure qu’on puisse dormir sur nos deux oreilles, vu que les crédits pour ce genre de recherches vont d’abord a l’ armée.

          Bien sur l’intelligence artificielle est un outil sans autonomie pour l’instant. Comme les tronçonneuses et les bombes.

          Oh que oui, craindre les dérives !


          • pallas 13 octobre 19:30

            @Pauline pas Bismutée

            Là je m’écoute une chanson de Rolling Stones : Times is on my side.

            Liens :

            https://www.youtube.com/watch?v=muF73GiqXoE

            C’est un article qui mérite cette chanson.

            Il est doux à mes oreilles de voir les humains disparaitre et geindre de leurs insuffisances et finalement disparaitre smiley

            Salut


          • Pauline pas Bismutée 13 octobre 20:04

            @pallas

            Yep, je connaissais déjà, un de mes regrets, ne pas les avoir vus sur scène...


          • pallas 13 octobre 20:22

            @Pauline pas Bismutée

            Votre commentaire aurai fait plaisir à mon maitre d’arme smiley.

            Salut


          • Christian Labrune Christian Labrune 13 octobre 20:35

            Je ne partage pas cette orientation majeure de notre société qui fera du plus grand nombre des esclaves de l’intelligence artificielle ou, pour y échapper, des hommes-machines.

            à l’auteur,
            ce que vous écrivez là est totalement absurde. Le grand défaut d’homo sapiens, c’est précisément de n’être pas une machine.
            Il est le résultat d’une évolution qui aura pris des millions d’années, mais qui aura été nécessairement très lente parce que les lois de l’évolution s’exercent dans le domaine du biologique. Certaines mutations ont permis de s’élever au-dessus du tronc que nous avons en commun avec les singes, mais cela aura pris des dizaines de milliers de générations.
            Les machines cybernétiques, en revanche, sont apparues il n’y a pas un siècle, mais les meilleurs spécialistes considèrent que la parité avec l’intelligence humaine devrait être atteinte dans moins de vingt ans. Il y a là deux vitesses d’évolution qui ne sont en rien comparables.

            On pourra, dans un premier temps, essayer de doper l’intelligence humaine en interfaçant le système nerveux central avec les machines. Quand le téléphone ne sera plus dans la poche mais greffé dans l’oreille interne, que la plupart des organes seront contrôlés par des processeurs qui afficheront les paramètres biologiques sur une espèce de tableau de bord (c’est faisable et on en est presque déjà là) on aura des cyborgs, mais le cerveau biologique est infiniment plus lent que les machines actuelles, et il n’a pas la même plasticité sur le plan de l’évolution.

            Autrement dit, dès que la parité homme / machine est atteinte, les machines continuent à se complexifier à très grande vitesse quand l’intelligence biologique, elle, reste condamnée à stagner : nous ne sommes pas sensiblement plus intelligents que les contemporains de Socrate !
            Cela signifie que dans quelques dizaines d’années, la différence qui séparera les enfants qui viennent de naître de l’intelligence artificielle sera déjà bien plus considérable que la distance qui nous sépare des grands singes, lesquels n’ont jamais vraiment eu leur mot à dire dans les décisions qui concernent l’avenir du monde.

            L’espèce humaine, fatalement, va donc être supplantée par les machines, et disparaître assez vite. Mais comme le disait Pascal : « toute notre dignité consiste en la pensée ». Pourvu que ça pense, c’est bien l’essentiel. Que ce soit l’homme actuel avec ses pauvres et bien fragiles viscères qui le rendent fatalement mortel ou un réseau pensant couvrant l’ensemble de la terre devenue un cerveau-planète, je ne vois pas trop la différence.


            • pallas 13 octobre 20:54

              @Christian Labrune

              La technologie et la science viens de l’ange déchu « Azazel » et non de Lucifer.

              Dieu Jugea alors Azazel vivant parmi les humains et subir sa propre faute, dans ça chair, dans son âme, de sa générosité qu’il pensait être, entrainant la souffrance il le compris trop tard.

              Donc Azazel traine en ce monde, de pares et inconnu, un vulgaire clochard,loin des anges et des diables ou démons, l’ange le plus perdu et oublier de tous, dieu la peut être oublier certainement..

              Subissant la pire des tortures possibles.

              Me voila racontant une quelconque histoire, je m’amuse beaucoup smiley

              Salut


            • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 10:39

              @pallas
              Si vous aviez un minimum d’expérience de l’informatique, vous auriez une certaine familiarité avec plusieurs concepts fort heuristiques, mais parmi lesquels ne figurent ni Dieu ni les anges. Maintenant, si ça vous amuse de parler pour ne rien dire, pourquoi pas ? On passe le temps comme on peut.


            • mmbbb 14 octobre 10:59

              @Christian Labrune « HAL  » Heuristique algorithmique 2001 odyssée de l espace L ordinateur fut debranché . Un coup d ondes electromagnetique haute frequence et votre microproceseur trepasse Le berceau de IA , la californie Cette region est en proie au feu . Je me bidonne, tant d ’ingenieurs au metres carres , tant de micropresseurs etc et ces cons d ’ amercains n ont meme pas un drone de surveillance alors qu ils ne genent pas avec ce type de machine pour ecrabouiller des populations civiles a des milliers de KM de leur pays , pas de pompiers en nombre suffisant pas de plan en cas de catastrophe majeur alors comme en France ou d autres pays les feux se declanchent chaque annee . Je me bidonne devant l ineptie humaine ! Certes l homme peut creer de belles machines mais il est toujours aussi con. 


            • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 11:05

              ! Certes l homme peut creer de belles machines mais il est toujours aussi con.
              =========================================
              @mmbbb

              Les moins cons des hommes savent bien mieux que les plus cons qu’ils sont vraiment des cons. C’est pour cette raison qu’ils s’emploient, pour échapper au désastre, à créer des machines beaucoup plus intelligentes qu’ils ne peuvent espérer de l’être jamais.


            • pemile pemile 14 octobre 11:35

              @Christian Labrune « à créer des machines beaucoup plus intelligentes qu’ils ne peuvent espérer de l’être jamais »

              Sans auto-apprentissage du monde ?


            • mmbbb 14 octobre 11:37

              @Christian Labrune les gens d ’en bas raisonnaient souvent par empirisme . Par exemple ils construisaient leurs maisons hors des caprices et des soubresauts naturels Par ailleurs ils connaissaient leur environnement sans l aide de modelisation Si vous prenez l exemple de Maison la romaine ces ingenieurs ces urbanistes n ont eu qu une idee ; rectiligne les zones humides ont ete assechees resultat catastrophe . Idem pour la Californie, il y a des feux a repetition alors a quoi sert cette intelligence ? a pas grand chose . Du reste ils sont sur une faille sismique . Un jour ou l autre ils disparaitront corps et ame dans les entrailles de la terre


            • Jao Aliber 13 octobre 21:10

              La simple plante verte est plus complexe que le plus rapide de touts les supercalculateurs.


              Si un ordinateur bat un joueur en échec, est ce l’ordinateur qui a gagné ? Non ! Puisque cet ordinateur ne sait même pas qu’il existe ! Cet ordinateur ne dépasse même pas la complexité d’une pierre.C’est plutôt ceux qui ont programmé l’ordinateur qui ont gagné.

              On a l’illusion que le joueur se bat avec un ordinateur(conscient) alors qu’il est entrain de se battre avec ceux qui ont programmé l’ordinateur.

              On est habitué à entrer en relation avec d’autre personne dans le même espace de temps.Avec les programmes informatiques, on entre en contact avec le programmer sans que celui-ci soit là.

              L’intelligence artificielle n’est pas conscience artificielle.

               

              • pallas 13 octobre 21:26

                @Jao Aliber

                Un peut plus loin de votre recherche, les interactions inter espèces vivantes, vous comprendre surement.

                Il faut aller à l’échelle moléculaire, c’est phénoménale une belle expérience sans intérêt et d’un ennui mortel je joue avec les mots (rire).

                Je m’ennuie.

                Salut


              • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 10:32

                @Jao Aliber
                Vous écrivez n’importe quoi et il est visible que vous n’avez pas la moindre connaissance de l’état des choses dans un tel domaine.
                Vous n’avez même pas réfléchi sur la notion de conscience et vous paraissez croire, comme les spiritualistes d’il y a trois siècles, que celle-ci serait d’une tout autre nature que l’intelligence.

                Je vous propose de réfléchir sur un type de machine dont il existe déjà bien des prototypes : l’automobile autonome. On lui dit où on veut aller et elle y va, connaissant sa position par GPS, consultant les banques de données du Web et empruntant des routes où elle n’est jamais passée, qui changent d’aspect en permanence. Il faut bien que cette machine « comprenne » en temps réel ce que voient les caméras qui lui servent d’yeux et les différents capteurs qui lui permettent de connaître avec beaucoup plus de précision que vous, un certain nombre de paramètres : température, humididé, etc. Et grâce à un radar, elle voit bien mieux que vous par temps de brouillard ! On peut donc bien parler, déjà, d’une forme de conscience appliquée à un objet constamment changeant. Si elle « voit » un platane, en particulier, il vaut mieux qu’elle« sache » l’identifier avec beaucoup de précision, qu’elle n’ignore pas ce que peuvent être les effets d’une rencontre avec un tel objet au-delà d’une certaine vitesse...

                Apparemment, vous ne connaissez même pas la notion d’EMERGENCE, si centrale en informatique lorsqu’on touche aux questions relatives à l’IA. Vous écrivez. "On a l’illusion que le joueur se bat avec un ordinateur(conscient) alors qu’il est entrain de se battre avec ceux qui ont programmé l’ordinateur.« . C’est archi-faux : les comportements de systèmes complexes sont auto-adaptatifs. C’est-à-dire que dans une colonie de robots en interaction, par exemple, des comportements efficaces apparaissent , qui n’ont jamais été programmés. Les informaticiens connaissent les règles des échecs, qui sont peu nombreuses, mais ceux qui ont programmé des machines capables de battre les meilleurs champions seraient pour la plupart immédiatement battus par ces spécialistes. La capacité de battre le champion du monde n’a pas été programmée,
                Pas plus que la »conscience" qu’une voiture autonome peut avoir des dangers sur une route mal entretenue. Celle-ci, en tout cas, sera plus vigilante que vous ne le serez jamais, parce que vous êtes tout à fait capable, comme moi, malgré votre conscience très supérieure ; de vous endormir si vous êtes fatigué, ou de penser à autre chose qu’à la route. C’est de cette manière-là qu’on se retrouve quelquefois à l’hôpital... ou à la morgue !
                 


              • pemile pemile 14 octobre 10:56

                @Christian Labrune "Si elle « voit » un platane, en particulier, il vaut mieux qu’elle« sache » l’identifier avec beaucoup de précision, qu’elle n’ignore pas ce que peuvent être les effets d’une rencontre avec un tel objet au-delà d’une certaine vitesse."

                Là, c’est bien le programmeur qui lui a appris à faire des calculs de résistance par rapport au diamètre, ce n’est pas la machine qui a expérimenter elle même divers chocs ou qui a ralenti au passage d’un accident pour constater les dégats.

                Votre machine n’ayant pas une expérience du réel ne sera pas capable (sans patch du programmeur) de comprendre qu’un sapin de noel posé au milieu de la route et non enraciné ne va pas offrir la même résistance au choc.


              • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 12:45

                @pemile
                Simplifions le problème ;
                Vous avez un appareil photo ou une caméra. Vous braquez la chose sur un enfant . L’appareil vous restitue fort exactement l’image, mais il est incapable de vous dire s’il a photographié un enfant ou une locomotive. Une caméra intelligente connectée à d’immenses banques de données le pourra. Elle vous dira, éventuellement en langage naturel : je vois un enfant, de tel ou tel âge, il a les yeux de telle ou telle couleur, etc.
                On ne l’a pas programmée pour reconnaître particulièrement des enfants, mais à partir de l’analyse des formes, elle sait identifier des objets, et si vous avez plusieurs vues du même objet, elle peut même vous en donner une représentation numérique en 3D. Mon appareil photographique, par exemple, qui n’a rien d’exceptionnel, reconnaît les visages et on peut même lui demander - je n’ai jamais essayé - de se déclencher au moment où je sujet sourit. C’est vous dire que connectée au Web, une caméra intelligente peut reconnaître n’importe quoi pourvu qu’elle trouve dans cette mémoire la définition précise de l’objet auquel elle se trouve confrontée. Elle vous dira par exemple : c’est une brosse à dents, ou bien, c’est une plante qui est en train de fleurir, et vous en donnera le nom exact alors même que ceux qui ont programmé le système étaient peut-être aussi nuls que je puis l’être en botanique.

                La mémoire de la machine intelligente de demain existe déjà, c’est l’Internet, qui contient déjà plus d’informations sur le monde que n’importe quelle bibliothèque existante. Vous parlez de l’expérience du monde : il faut des années à un enfant pour parvenir à une connaissance élémentaire des choses. Une machine intelligente, pourvu qu’elle soit capable de lire et de comprendre le langage naturel, dès sa première minute de fonctionnement, disposerait déjà de toute la mémoire du monde et cette mise en mémoire de l’ensemble des connaissances, qui est déjà largement réalisée, aura été une tâche immense. Dans le cas qui nous occupe, la mémoire aura précédé l’intelligence, et c’est l’inverse de ce qui se passe dans l’espèce humaine, encore qu’on puisse difficilement dissocier ces deux aspects : il n’y a pas d’intelligence sans mémoire, et une mémoire sans les moyens de la traiter ne sert à rien.

                Actuellement, il s’agit de faire en sorte que les machines puissent comprendre des documents écrits et utiliser le langage pour en rendre compte. Dans moins de vingt ans, vous pourrez obtenir de Google autre chose que des suites d’articles : des explications synthétiques inexistantes en mémoire avant votre questionnement, et répondant très exactement à la question que vous aurez posée, un peu comme si vous interrogiez le meilleur spécialiste. Si je demande à mon voisin de palier de me renseigner sur le pharaon Amenemhat III de la 12e dynastie, il y a fort à parier que je n’obtiendrai pas grand chose, et je trouverai nécessairement qu’une machine qui m’en aura parlé pendant plus d’une demi-heure, synthétisant quasi instantanément des milliers d’articles et de bouquins avec une parfaite compétence, est quand même un peu plus intelligente que cet ignorant.

                 


              • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 13:08

                ADDENDUM

                Essayez d’imaginer la réaction que vous auriez eue, en 1982, si quelqu’un vous avait dit :

                On commence à voir apparaître des micro-ordinateurs qui rendent bien des services, mais on peut déjà imaginer que dans vingt ans, ils pourront se connecter entre eux à distance par les câbles du téléphone, et même, peut-être, à un système central qui contiendrait d’immenses quantités d’informations, l’équivalent de plusieurs de nos plus grosses encyclopédies. On pourrait interroger ces banques de données ; Il ne faudrait que quelques minutes pour qu’un article quelconque apparaisse sur votre écran. En moins d’une heure, on pourrait même recevoir un livre complet de plus d’une centaine de pages. Non seulement un livre, mais même des photogrpahies. Et beaucoup plus tard, des enregistrements video. Il faudra plusieurs heures pour les charger parce que la quantité d’information est énorme, mais on pourra ensuite les voir et les revoir si on a un support pour les enregistrer. Nos plus gros disques durs actuels ne dépassent guère le million d’octets et c’est insuffisant, mais on prévoit déjà des disques durs qui pourraient dépasser la dizaine de megaoctets, ce qui est une capacité gigantesque.

                Il est probable aussi que le téléphone va se développer. On parle déjà de téléphones qui pourraient être reliés au réseau par radio et qu’on pourrait emporter à l’extérieur dans une sacoche.Ce sera bien encombrant mais quand même assez pratique. C’est encore du domaine du rêve, parce qu’il faudrait partout des bornes de réception-émission capables de servir de relais pour se connecter au réseau, mais peut-être qu’un jour le vieux rêve de la science-fiction des années cinquante deviendra possible : on pourra voir son correspondant sur un petit écran.

                Je suppose que vous auriez répondu qu’il ne fallait pas délirer.


              • pemile pemile 14 octobre 13:10

                @Christian Labrune « On ne l’a pas programmée pour reconnaître particulièrement »

                Si, par le biais d’un deep learning supervisé


              • mmbbb 14 octobre 13:47

                @Christian Labrune «  le probleme est que nous serons de en plus assujetti a IA . D ici quelques années les RH les bureaux d ’avocats que sais je, disparaitront. puisque la resolution de ces problemes juridiques se feront pas l IA . Nous vivrons dans un monde d interface, je ne trouve pas cela tres existant Quant a votre exemple sur la voiture, n oubliez pas que les morts par accidents domestiques sont plus nombreux et que vous avez toutes les chances de mourir dans votre lit . Bourrez votre lit de capteurs je vous le conseille quoique la mort finira par vous emporte IA ou pas Quant aux accidents du travail et leur consequences , ils sont peu medaitises et dans d’autres pays comme aux Emirats arabes les ouvriers morts sont coules dans le beton ou presque .  » C’est-à-dire que dans une colonie de robots en interaction, par exemple, des comportements efficaces apparaissent , qui n’ont jamais été programmés." Ils ont repris l exemple des fourmis !


              • Le Comtois 14 octobre 21:41

                @pemile


                le petit d’homme si on ne lui apprend rien reste proche de l’animal... Finalement il n’y a pas de grande différence entre l’homme et la machine, pour progresser ils ont besoin d’apprendre des autres... Hommes ou machines... 

              • pemile pemile 14 octobre 23:12

                @Le Comtois « le petit d’homme si on ne lui apprend rien reste proche de l’animal. »

                Oui, mais son inter-action avec le monde lui permettra de comprendre le monde de façon autonome bien mieux que n’importe quelle IA actuelle.


              • Le Comtois 22 octobre 21:39

                @pemile
                 Actuelle... Et demain ?


              • Massada Massada 14 octobre 08:48

                Je ne partage pas, mais pas du tout l’avis de l’auteur.

                 
                Le transhumanisme préconise l’utilisation des sciences et de la technologie afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des humains.
                Améliorer ! qu’est-ce qui vous gêne dans ce mot ?
                 
                Ce courant ne considère pas les handicaps, la souffrance, la maladie, le vieillissement et la mort comme étant des aspects désirables à la condition humaine. Il faut donc compter sur les biotechnologies et autres techniques pour les combattre. L’auteur aime t’il tellement la souffrance ?
                 
                Quand à l’IA, les robots vont libérer les hommes des tâches répétitives pour leur permettre d’exercer des travaux plus intéressants et aussi avoir plus de temps pour les loisirs.


                • mmbbb 14 octobre 11:01

                  @Massada et oui lorsqu un ouvrier emboutissait de la tole pendant 8 heures au marteau pilon chez Renault durant les annees 60 c ’etait beau en effet . 


                • jmdest62 jmdest62 14 octobre 15:36

                  @mmbbb
                  c’est vrai que maintenant il en est réduit à espérer qu’on ne lui sucre pas ses allocations chômage ...c’est Vachement mieux
                  @+


                • bob14 bob14 14 octobre 08:51

                  A ma connaissance, l’humain est déjà une machine ne répondant qu’au système qui l’entoure...Métro..Boulot..Dodo... !


                  • philippe baron-abrioux 14 octobre 12:04

                    à l’auteur ,

                     Bonjour ,

                     « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » , nous dit Rabelais .
                     
                    sortons nous allégrement de ces paroles ou en sommes nous déjà sortis depuis si longtemps que nous en avons perdu non seulement la trace dans nos mémoires (les ordinateurs y suppléent parait il ) mais que nos consciences ne trouvent plus un seul terrain pour s’exercer ?

                     l’intelligence artificielle , qu’est ce donc de si différent qu’ un leurre supplémentaire destiné à rétrécir encore davantage si possible les champs de notre conscience ?

                     celui qui dirige son drône pour larguer une bombe n’importe où sur une cible désignée dans un bureau quelconque dans un lieu tenu secret , a t conscience qu’il s’apprête à tuer ou a il été convaincu par ses commanditaires à la manoeuvre que l’Autre n’est « RIEN comme le nomme notre » hue- maniste« de président  » ?

                     il faudra d’abord trouver les méthodes les plus efficaces pour « stériliser » toute forme de conscience Humaine pour appliquer l’I.A à ce qui fait qu’un Homme est encore digne de s’appeler ainsi

                     bonne fin de journée !

                     P.B.A.


                    • baldis30 14 octobre 22:22

                      bonsoir,

                      Que des politiques s’intéressent à l’intelligence artificielle c’est tout à fait normal !

                      Vu que l’intelligence politicienne régresse à toute vapeur , le seul rétablissement possible d’un peu de logique réside bien dans l’intelligence artificielle.

                      Reste à savoir si le trou de la bêtise politicienne pourra être comblé par la récolte de l’intelligence artificielle.  smiley

                      L’IA est une étape politicienne, comme il y en eut bien d’autres qui finirent dans des impasses ou les oubliettes de l’Histoire. Tout au plus permet-elle de traiter un grand nombre de paramètres à la fois dans des problèmes complexes mais ne dira jamais si l’on n’a pas oublié une donnée importante : un bon exemple est donnée par la météorologie qui fait autant appel à des calculs complexes mais répétitifs autant qu’à des règles de production des faits qui elles sont bien plus difficiles à maîtriser.... quelle est sa fiabilité à cinq jours ..... ?

                      Un pouvoir a réussi à associer les deux mots .... « intelligence artificielle » , comme il aurait pu proclamer « maison auto-construite » . Cela fait du bien dans l’opinion publique .... et de gentils toutous journalistes emboitent le pas ....

                      Je prends l’annonce politicienne comme un effet d’annonce, on devrait y être habitué vu le nombre d’annonces tonitruantes dont on nous a abreuvés depuis des lustres .... et qui se sont révélées de simples leurres en période de grandes difficultés politiques... La méthode revient périodiquement sous la forme bien connue des « marronniers journalistiques ».


                      • Djam Djam 14 octobre 23:53

                        @ l’auteur

                        N’avez-vous pas encore compris que régulièrement notre chouette société du progrès obsessionnel, perpétuel et sans limite passe son temps (si l’on parler de temps) à lessiver les cerveaux ?
                        La dernière lubie jetée en pâture aux masses crédules, c’est l’AI ou Artificiel Intelligence... oui parce qu’en anglais ça sonne mieux smiley

                        Et le vulgum pecus qui n’y connait pas grand chose pour ne pas dire rien, de gober comme toujours ces nouvelles toujours plus spectaculaires, superlatives, extravagantes. Ben oui, le progrès, mon bon monsieur, de nos jours, fera que tous les humains seront remplacés par des robots, oui oui !
                        Oui, parce que l’AI va même jusqu’à fabriquer un robot tout comme un humain, même que tous ses organes seront de la mécanique et des circuits imprimés avec un peu de truc organique dans les coins, comme ça on peut parler de robot humanoïde ! Ouuuaaaahhhhh trop fort les scientifiques du 21ème siècle ! Mieux que Dieu himself ! C’est vrai quoi, flûte alors, fabriquer un humain agrémenté, augmenté, accessoirisé avec tout ce qu’il faut des arpions jusqu’à la pointe de la perruque.... pfffff fastoche !!! Oui, oui, et c’est pour demain... jjjooooo la la ! y sont achement balaizes les hommes modernes !!

                        Les hommes de cette pathétique époque adorent qu’on leur conte des histoires...


                        • Jean Keim Jean Keim 15 octobre 10:00

                          Dans intelligence artificielle, il y a artificielle, cela me dérange et m’inquiéte un peu, un artifice étant un procédé astucieux destiné à tromper.

                          Quand à l’intelligence, personne ne sait réellement ce qu’elle est, sinon cela se saurait, pour certains elle siège dans le cerveau, ainsi le savant étudie cet organe avec... son propre cerveau, pour étudier une chose, il faut s’en distancier, l’intelligence serait-elle hors les murs, en dehors de notre corps ?

                          Quel est cela qui agit en nous ?

                          Pourquoi sonnes-nous vivants, qu’est-ce que la vie attend de nous ?
                          Quand nous disons « je pense que ... » ou encore j’ai fait telle ou telle chose", ou bien encore j’ai inventé une chose, qui ou quoi agit réellement ? 
                          Si des machines nous exemptent de toutes les tâches qui nous rebutent, si nous vivons dans une maison équipée de gadgets domotiques, alors depuis notre fauteuil connecté, nous commenderons toutes les tâches domestiques et ménagères, nous ne connaîtrons plus le petit moment de bonheur qui parfois s’invite quand nous ouvrons les volets sur le spectacle de la vie, alors nous deviendrons semblables à des machines, et inexorablement nous dégénèrerons jusqu’à ce que la vie nous rejette comme une espèce inutile, comme le figuier que l’on coupe quand il ne produit plus de fruits.

                          • Jean Keim Jean Keim 15 octobre 10:08

                            L’I.A. proposée comme loisirs ou comme moyen d’appréhender le monde nous isole de la réalité, fut-elle augmentée.

                            C’est un peu comme les gens qui admirent un paysage magnifique depuis l’écran de leur salon mais qui n’iront pas le voir en réel, de peur de rencontrer d’inquiétants animaux, de redouter de marcher sur la terre et de salir leurs chaussures ou tout simplement de s’ennuyer.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Denis Brossier

Denis Brossier
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires