• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une petite vermine

Une petite vermine

 

« Les souvenirs sont des armes secrètes que l'homme garde sur lui lorsqu'il est dépouillé. »

« Un désir comme du sang à vos pieds a coulé hors de moi, un désir que je ne connais pas et ne reconnais pas, que vous êtes seul à connaître, et que vous jugez. »

« Mais que faire de son regard ? Regarder vers le ciel me rend nostalgique et fixer le sol m’attriste, regretter quelque chose et se souvenir qu’on ne l’a pas sont tous deux également accablants. Alors il faut bien regarder devant soi, à sa hauteur, quel que soit le niveau où le pied est provisoirement posé. »

Bernard-Marie Koltès, Dans la solitude des champs de coton (Ed. de Minuit, 1987)

« Et je suis ici, en parcours, en attente, en suspension, en déplacement, hors-jeu, hors vie, provisoire, pratiquement absent, pour ainsi dire pas là (...) »

Du même B-M. Koltès, superbe dramaturge.

On notera l’usage constant du mot « braquage » sur toutes les radios et télévisions depuis la diffusion de cette nouvelle information toxique qui n’a rien de fallacieux (et l’on se félicitera de la présence interdite dans les établissements scolaires d’un téléphone portable qui aura permis de filmer et diffuser ce très sordide exploit mettant en valeur la difficulté de communiquer en marche vers un paroxysme haletant, malgré les ricanements des acteurs, entre un professeur et un élève, quelque part en France).

Beauté et magie du théâtre !

Un « braquage » n’étant jamais plus – et cela est amplement suffisant – qu’une attaque et une menace de violence à main armée (et peu importe le caractère factice ou non de l’arme utilisée introduite dans le même établissement scolaire, sans doute avec une panoplie de couteaux ou, qui sait ?de véritables armes de poing) pour se faire remettre ou obtenir la remise d’une chose indue, qu’il s’agisse de sommes d’argent ou, comme en l’espèce, d’une inscription fausse sur un registre de présence.

Sortilèges du verbe !

La faillite complète de l’éducation nationale est plus que jamais établie et il est souhaitable que cette vidéo (le caractère animé des images leur donnant une vérité accrue) fasse le tour du monde afin que chacun voie, comprenne, mesure l’étendue de cette immense vérole, de cette gangrène incroyable que représente une intégration parfaitement ratée et un vivre-ensemble qui ne sont qu’une impasse fondamentale et une tragi-comédie à laquelle il convient désormais de mettre un terme.

Sorcellerie des images en mouvement !

Que ce grand jeune homme - un criminel au comportement criminel, faut-il le préciser -, monté rejoindre son Professeur sur l'estrade (non, il n'y a plus d'estrade mais celle-ci sera bientôt remplacée par une fosse), cet Elève assoiffé de savoir et présenté comme sympathique et plein de sève et de richesse intérieure soit encore en liberté n’a donc rien de surprenant puisque désormais tout est relatif et que, faut-il le répéter, l’arme - que dis-je ? l'objet qui a rejoint sa main - n’était que factice, tout comme la mise en scène « entre les murs », sans doute, ainsi que la chorégraphie de ses petits camarades en train d’immortaliser l’événement pour diffuser la leçon professorale (une relecture de La Princesse de Clèves, sans doute) sur les réseaux sociaux.

Non. Il ne s’agissait que de la solitude d’un élève dans les champs de coton ou de canne, un élève touché par le théâtre de B-M. Koltès et sa dramaturgie, qui tirerait grand avantage d'une vie passée pour de très longues années au grand air, n'ayant plus qu'à rentrer harassé après avoir vécu une grande et belle journée au soleil à chanter « You load sixteen tons » après avoir écouté The Platters.

Bagarre et Problème sont mes prénoms,
J'ai été élevé au « Champ de canne » près d’une
vieille mine de montagne,

« Je veux surveiller chaque battement de ton cœur, chaque souffle de ta poitrine ; l'oreille collée contre toi j'entendrai le bruit des rouages de ton corps, je surveillerai ton corps comme un mécanicien surveille sa machine. Je garderai tous tes secrets, je serai ta valise à secrets ; je serai le sac où tu rangeras tes mystères. Je veillerai sur tes armes, je les protégerai de la rouille. Tu seras aussi mon agent et mon secret à moi, dans tes voyages, je serai ton bagage, ton porteur et ton amour », écrit B-M. Koltès dans Roberto Zucco, Tabataba .

Mais que l’on se rassure. Toutes les pleureuses de l’éducation nationale sont là pour donner une seconde chance à ce grand garçon rempli de mystères, bouillonnant de vie et de ressources.

Menacer un professeur est inacceptable. J’ai demandé au ministre de l’Éducation nationale et au ministre de l’Intérieur de prendre toutes les mesures pour que ces faits soient punis et définitivement proscrits de nos écoles.

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) 20 octobre 2018

Quant aux "mesures" qui devraient être prises et au plan d'action annoncé par MM. Blanquer et Castaner , http://www.leparisien.fr/societe/prof-braquee-a-creteil-blanquer-et-castaner-annoncent-un-plan-d-actions-21-10-2018-7924437.php, lesquels ont déclaré que :" « la sanctuarisation de l’espace scolaire est la base fondamentale de la vie scolaire et de tous les apprentissages », nul doute que la meilleure des sanctuarisations serait de vider l'enseignement public et les écoles des perturbateurs et voyous qui n'ont manifestement rien à y faire.

Qu'attend donc le chef de l'Etat qui est désormais ballotté de crises en crises, de faits divers successifs, victime assumée d'événements qui s'imposent à lui et de circonstances qu'il ne maîtrise plus ?

Qu'attend-il ? Que le prochain agresseur d'enseignant agisse en étant muni d'une véritable arme de poing ?

 

 

Sources :

https://youtu.be/Hngr4XarQ-k?t=11

https://journals.openedition.org/erea/1741

https://www.youtube.com/watch?v=keXcDRT7jb4

B-M. Koltès


Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • Le Panda Le Panda 22 octobre 2018 17:35

    @Renaud Bouchard

    Bonjour

    Qu’attend donc le chef de l’Etat qui est désormais ballotté de crises en crises, de faits divers successifs, victime assumée d’événements qui s’imposent à lui et de circonstances qu’il ne maîtrise plus ? Qu’attend-il ? Que le prochain agresseur d’enseignant agisse en étant muni d’une véritable arme de poing ?

    Un excellent article qui décrit une situation qui ne relève point d’un fait divers, mais de l’incompétence de L’Etat donc de Macron lui-même qui attend la révolte de la presse et rien d’autre je pense.

    Il n’y a pas à douter que quelle que soit la qualité de l’article de la véhémence que l’on puise ressentir, les morts, les enfants naissant difformes par des sols pourris pour des raisons strictement financières, le laisse indifférent alors la menace vis à vis d’un enseignant ? Je ne puis que déplorer que mon article de fond, qui pose la vie des gens en réel reste lettre morte. Je le pose à nouveau vers 19h. Nous avons reculé de deux siècles presqu’en tous domaines. Les responsables sont les électeurs et ceux qui ici aboient et la caravane passe.

    Bien à vous

    Le Panda


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 22 octobre 2018 18:12
      @Le Panda

      Bonsoir et merci tant pour votre visite que pour votre commentaire.

      Article pourtant bien intéressant que le vôtre, sur le glyphosate et le metam-sodium !


      Bien à vous,
      Renaud Bouchard

    • velosolex velosolex 22 octobre 2018 18:31

      @Renaud Bouchard

      J’avais déjà entendu l’info il y a quelques temps sur france info, le lendemain de l’intoxication, très dédramatisée, et sans qu’aucun journal ne relaie.
      Ce matin, le lien que vous indiquez était en tête de gondole des actualités environnementales, avant qu’elle ne disparaisse....

      Mais à priori d’autres journaux ont traité, si l’on peut dire ainsi, la question. 


    • Le Panda Le Panda 22 octobre 2018 20:25

      @velosolex

      Vous passez votre temps pour vos articles sur le net, une honte à la hauteur de ce que vous êtes. Voici par contre l’intégralité de votre dernier article images, texte et Cie dans ces cas veuillez vous taire. Tel est prit qui croyez prendre montre une seule phrase ou image de vous. Je vous traite de menteur, les lecteurs se feront une opinion ou plusieurs sur vos articles à venir : http://www.2012un-nouveau-paradigme.com/2018/10/nouveaux-nes-sans-membres-qui-veut-liquider-le-remera-le-lanceur-d-alerte.html. Vous ne chassez pas l’article mais l’homme qui vous dérange en ce qui me concerne j’étais aux réunions et vous ?

      Le Panda



    • velosolex velosolex 22 octobre 2018 21:22

      @Le panda


      L’article en question est visible sur agoravox. 
       ?????...Qu’est ce à dire de cette agressivité....Qu’est ce que c’est que ces réunions ??...Paranoïa ?....
      C’est la première fois que j’entend parler du « Nouveau paradigme »...A priori ils ont repris sans me prévenir le début de l’article que j’avais écrit en renvoyant ensuite sur agoravox. Très bien, l’important c’est que cette affaire soit le plus ébruité....Pour l’ensemble je ne pige pas le sens de votre délire. 

    • sylvie 22 octobre 2018 17:39

      ya pas un de vos amis qui est « parti » récemment ?


      • velosolex velosolex 22 octobre 2018 18:02

        D’abord voir toute la réalité du problème : Ce genre de fait divers est courant, dans l’école et hors l’école. Car il ne faut sanctuariser l’école particulièrement. Le même individu agira de la même façon dans la rue, ou aux urgences....

        J’ai entendu dernièrement un responsable des ressources humaines de l’hôpital de Brest proposer des stages aux soignants ( en grève) afin de faire face aux péteurs de plomb. Cela tend à déplacer le champ de la responsabilité sur les victimes, en leur disant qu’une « formation » résoudra les passages à l’acte. Voilà les éléments de langage....
        Nous payons simplement la désinvolture de quelques décennies.
         Petit à petit, l’état s’est désengagé, laissant certains agents et anonymes complètement démunis devant la sauvagerie, les relents du fachisme ( culte de la force, du chef, de la tribu identitaire) tout cela catalysé par l’inculture assumée, le chômage, ou des perspectives difficiles, des identifications factices et débiles ( foot, rap) ; Le tout centrifugé par les réseaux, porteurs d’une violence inouïe, sans aucun airbag, et qu’on a sottement identifiés comme des instruments de progrès, sans questionnement aucun....Le portable, c’est une kalash en puissance, et à la fois un outil psychotique de présence au monde !
        Ne parlons pas d’une police de proximité qu’on a supprimé, d’une justice privé de moyens, débordée, ne traitant que très rapidement les dossier, et de peines souvent assorties de suites, sans compter celles de ces ados, dans la jouissance de n’avoir pas encore l’age de la responsabilité pénale. Comment faire pour reconquérir les territoires perdus de la république ? Déjà veiller à ce que le cancer ne s’aggrave pas, et que les banlieues napolitaines ne se multiplient pas. 

        • Cadoudal Cadoudal 22 octobre 2018 18:08
          @velosolex
          Tiens, la république vient de perdre Questembert, surtout ne bougeons pas en espérant passer entre les gouttes...

          « Et il ne faut pas de récupération politique de ce drame, pas de stigmatisation. »




        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 22 octobre 2018 18:37
          @velosolex

          Bonsoir et merci pour votre commentaire.

          Comment faire pour reconquérir les territoires perdus de la république ? Déjà veiller à ce que le cancer ne s’aggrave pas, et que les banlieues napolitaines ne se multiplient pas, écrivez-vous.

          Il y aurait une véritable autorité politique, policière et judiciaire digne de ce nom, la situation serait très vite réglée.

          1- Arrestation immédiate de toute la classe, auteur et complices parfaitement désignés par le professeur, victime désormais protégée par les autorités.
          2- Mise en détention provisoire le temps de savoir qui est qui et qui a fait quoi, sachant que ces jolies têtes blondes ont une propension à se dénoncer entre eux qui facilitera le travail.
          3- Audiencement express et comparution devant le tribunal correctionnel de toute la tribu de Bandar-Log avec, à la clé, condamnation ferme et remise du petit livret qui suit avec descriptif des infractions considérées et échelle des peines pour violence aggravée, menaces et diffusion d’images, soit 5 ans de prison et 75000 € d’amende.

          Particulièrement attaché à une politique pénale pédagogique, expulsion immédiate des familles des zozos, confiscation de leurs biens et bon retour au pays avec les compliments de la France (sachant que les frais de transport seraient naturellement à la charge des parents).


          Il est bien évident que l’exécution de la peine, incompressible, ne s’effectuerait pas dans une cellule à ne rien faire, mais à empierrer les routes, nettoyer les détritus jetés des balcons, désherber, entretenir des jardinières, embellir le bien commun, se rendre utile à restaurer ce qui aura été dégradé, nettoyer en silence les graffiti sur les murs des cités de l’habitat d’origine avec comme spectateurs les « amis » venus commenter : « Ho ! Regarde ! C’est Momo, là-bas ! Y nettoie le mur, là ! Hé Momo ! FWech ! Frotte plus fort ! », tout en écoutant le diffusion par casque des Lamentations de Jérémie, des Contemplations, de l’Emile etc...

          Confiez-moi les clés du pays et vous verrez très vite quelques changements majeurs.

          Bien à vous,
          Renaud Bouchard

        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 22 octobre 2018 18:46
          @Cadoudal

          Comme d’habitude.
          Un type bien aimé de tous, rencontre sous une belle halle du XVIè siècle des gens dont l’identité demeure inconnue et qui décident de le rouer de coups et de le tuer avec une planche de skateboard. What else ? L’autopsie est formelle. Il est décédé. Condoléances aux proches et à la famille.
          https://www.letelegramme.fr/bretagne/questembert-un-homme-decede-roue-de-coups-dans-une-bagarre-21-10-2018-12113064.php

        • Cadoudal Cadoudal 22 octobre 2018 19:50
          @Renaud Bouchard

          Ça nous rappelle le bon vieux temps des colonnes républicaines...





        • Cadoudal Cadoudal 22 octobre 2018 19:53

          @Renaud Bouchard

          « des gens dont l’identité demeure inconnue »

          Juste une bande d’instigmatisables en vadrouille...

        • Le Panda Le Panda 22 octobre 2018 20:34

          @velosolex
          Le second car l’article n’était pas du tout destiné à cela, mais c’est vous et je cesse là, car vous ne valez guère plus. Puis vous insultez les autres à mots couverts, mais la réalité est là : un de vos autres articles bravo

           smiley

          http://sam-menerveovb.over-blog.com/2018/08/limitation-de-vitesse-a-80-km/h-et-manipulation-securitaire.html

          Le Panda


        • jakem jakem 22 octobre 2018 21:11

          @Renaud Bouchard

          Bonsoir ! totalement d’accord avec vos méthodes de (ré)éducation active.

          Je rajoute , en restant dans le cadre éducatif, un objectif méthodologique à acquérir : comment travailler correctement afin de gagner plus d’argent, sachant que je dois payer la totalité de l’amende plus une partie des frais de justice et de mon entretien.

          Il va de soi que la durée de détention peut-être plus longue que prévue en raison du comportement ... interrogatif de l’acteur, de son questionnement possiblement erratique à l’égard de la structure qui l’accueille et des gens qui l’entourent .... pure formalité, sans passer par le tribunal car la condamnation devrait être entièrement accomplie.

          Lorsque quelques dizaines de nuisibles auront été ainsi désignés comme acteurs de leur nouvelle vie, je pense que beaucoup d’autres pré-gibiers de potence calmeront leurs ardeurs.

          Mais pour que ceci puisse se réaliser il faut un groupe de personnes compétentes, décidées à remettre la France debout partout et soutenues par une large part de la population.



        • velosolex velosolex 22 octobre 2018 21:51

          @Renaud Bouchard

          Si je suis d’accord avec l’examen clinique, par contre le traitement me semble pas très adapté, et risquerait même s’il ferait plaisir à certains, de provoquer davantage de problème qu’il n’apporterait de solutions. Les réponses rapides, genre « coup de pied au cul », n’ayant pas grande valeur politique. Ca ne signifie par pour autant une certaine fermeté, et surtout un vrai sens. Tout est là en grande partie. Les adultes ne remplissent plus leur fonction, la société elle même apparaît sans sens,sans direction, uniquement préoccupée par le PIB, le profit vertigineux des actionnaires. Si la délinquance de petites frappes est certaine, celle des cols blancs l’est tout autant, voir bien pire, par son rôle de modèle. On apprend qu’une magouille a permis aux banques d’escroquer 150 milliards à quelques pays européens dont la France et l’Allemagne. On en apprend donc autant en lisant Piketty, sur l’augmentation vertigineuse de inégalités qu’en lisant le bouquin de salviano, dont la tête est mise à prix par la mafia. Celle ci n’étant plus maintenant qu’une hypebole du libéralisme décomplexé. Ces deux violences marchent de concert, et nous envoie à quelque chose de très inquiétant, qui s’est déjà passé plusieurs fois dans le passé, quand le sens de l’histoire se perdait et qu’il n’y avait plus d’autre projection politique autre que celle ne travaillant plus que pour une ploutocratie. Les marges traduisent à leur façon. S’attaquer au symptômes sans gérer la cause ne sert à rien 

        • Cadoudal Cadoudal 22 octobre 2018 22:06

          @velosolex

          Beaucoup de mots pour rien...

          Tout le monde connait la cause et les auteurs, pas la peine de faire un roman à l’eau de rose...

          Quand ils arriveront chez vous, pas sur que votre prose lénifiante vous protège...

          La protection de SES citoyens est le premier devoir d’un État normal.



        • velosolex velosolex 22 octobre 2018 22:16

          @Renaud Bouchard

          Quelle est le point commune entre de belles halles, un péteur de plomb armé d’un pistolet menaçant une prof, et une victime d’un lynchage, portant d’ailleurs un nom étranger ?...Ca sent à plein nez les gros cons, genre « Lacombe Lucien »....

          A priori, contrairement à ce que dites, pour se référencer à votre propre post, l’identifié des péteurs de plomb semble établi, des jeunes de la communes : « quatre personnes, un mineur et trois jeunes majeurs, originaires de Questembert et d’autres communes, ont été interpellées et placés en garde à vue pour violences aggravées ayant entraîné la mort sans intention de la donner... » 

          Quoi qu’il en soit ce genre de triste fait divers n’a pas à être utilisé dans un contexte général, car il ne signifie rien d’autre qu’une instrumentation douteuse

        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 22 octobre 2018 23:07
          @velosolex

          Bonsoir.

          Je souscris parfaitement à votre analyse :

          "Si la délinquance de petites frappes est certaine, celle des cols blancs l’est tout autant, voir bien pire, par son rôle de modèle. On apprend qu’une magouille a permis aux banques d’escroquer 150 milliards à quelques pays européens dont la France et l’Allemagne. On en apprend donc autant en lisant Piketty, sur l’augmentation vertigineuse de inégalités qu’en lisant le bouquin de Salviano, dont la tête est mise à prix par la mafia. Celle ci n’étant plus maintenant qu’une hyperbole du libéralisme décomplexé. Ces deux violences marchent de concert, et nous renvoient à quelque chose de très inquiétant, qui s’est déjà passé plusieurs fois dans le passé, quand le sens de l’histoire se perdait et qu’il n’y avait plus d’autre projection politique autre que celle ne travaillant plus que pour une ploutocratie. Les marges traduisent à leur façon. S’attaquer au symptômes sans gérer la cause ne sert à rien"

          Effectivement. Fraude à tous les étages, avec des moyens différents. Les faits que vous évoquez et qui procèdent d’un montage de professionnels tant politiques que financiers ont finalement été découverts.

          L’énorme fraude fiscale baptisée « cum ex », révélée en Allemagne, a coûté 55 milliards d’euros à une dizaine de pays européens, soit bien plus que les évaluations initiales, affirment 19 médias, dont Le Monde, jeudi dans une enquête conjointe.

          L’arnaque consistait à acheter et revendre des actions autour du jour de versement du dividende, si vite que l’administration fiscale n’identifie plus le véritable propriétaire. « Le Monde » et 18 autres médias européens ont démonté le mécanisme de cette fraude inventée par des financiers qui ont opéré en bande organisée dans 11 Etats européens qu’ils ont volés en toute impunité depuis quinze ans.

          Jusqu’à présent, circulaient uniquement les estimations des sommes extorquées au fisc allemand, allant d’environ 5,3 milliards selon le ministère allemand des Finances à 30 milliards d’euros selon la presse.

          | Lire : « CumEx Files » : l’histoire secrète du casse du siècle (in Le Monde)

          Mais les investigations de 19 médias européens, dont Le Monde, concluent que le « cum ex » a coûté la somme pharamineuse de 55,2 milliards d’euros à 11 États (l’Allemagne, la France, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Nas, le Danemark, la Belgique, l’Autriche, la Finlande, la Norvège et la Suisse).

          L’invention de ce montage litigieux est attribuée à un avocat allemand de renom, Hanno Berger.

          Un avocat de renom qui mise sur les lacunes des lois fiscales

          Dans son édition du 16 mars 2016, déjà, le quotidien allemand Handelsblatt, faisait le portrait de l’avocat, sous le titre « L’initiateur » brossant d’un trait le parcours trouble du personnage :

          "Hanno Berger a commencé sa carrière au service des impôts de la Hesse. Il s’est ensuite rendu compte que les lacunes des lois fiscales rapportaient plus que la défense [la plaidoirie]. Aujourd’hui, il se sent persécuté par l’État."

          La manipulation qu’il a élaborée consiste à acheter et revendre des actions autour du jour de versement du dividende, si vite que l’administration fiscale n’identifie plus le véritable propriétaire. La manipulation, qui nécessite l’entente de plusieurs investisseurs, permet de revendiquer plusieurs fois le remboursement du même impôt sur le dividende, lésant ainsi le fisc. (Voir l’infographie du Monde qui explique comment des investisseurs réussissent à ne pas payer d’impôts sur les dividendes.)

          Une affaire d’évasion fiscale massive qui a éclaté en 2012

          L’affaire a éclaté en 2012 en Allemagne, entraînant l’ouverture de six enquêtes pénales et la tenue prochaine d’un premier procès à Wiesbaden, dans l’ouest, visant Hanno Berger et plusieurs négociants en Bourse, notamment, expliquait Reuters en septembre dernier, cinq anciens traders de la HypoVereinsbank (HVB) accusés de fraude fiscale grave.

          Des banques françaises seraient impliquées, notamment BNP Paribas et Société Générale, qui avaient fait l’objet de perquisitions de la justice allemande en 2014, selon Le Monde.

          Les experts en fiscalité dénoncent depuis longtemps ces transactions « cum-ex » sur les dividendes comme une faille du système fiscal, mais les enquêteurs comme les procureurs (dont celui de Francfort), eux, se sont quasi tous accordés pour qualifier cette affaire comme étant de l’évasion fiscale massive.

          Sur la foi « d’informations des autorités fiscales et d’analyses des données de marchés », l’enquête conjointe des 19 médias détaille désormais le préjudice supposé par pays.

          17 milliards d’euros volés à la France

          Pour l’Allemagne, l’enquête reprend la fourchette haute des estimations, soit 31,8 milliards d’euros extorqués au fil du temps, d’après les calculs déjà connus de Christoph Spengel, spécialiste de fiscalité à l’Université de Mannheim (jusqu’alors, le ministère des Finances allemand tablait sur un vol de 5,3 milliards d’euros).

          L’escroquerie aurait aussi coûté « au moins :

          • - 17 milliards d’euros » à la France,
          • - 4,5 milliards à l’Italie,
          • - 1,7 milliard au Danemark et
          • - 201 millions d’euros à la Belgique.

          De l’argent que ces États, en période de budget en berne, n’auraient pas dédaigné avoir à disposition, n’eût été les failles de leurs systèmes fiscaux.

          https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/le-casse-du-siecle-l-enorme-fraude-fiscale-a-55-milliards-d-euros-des-cumex-devoilee-par-le-monde-794456.html


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 22 octobre 2018 23:14

          @Renaud Bouchard

          Et ça n’arrive qu’aujourd’hui a nos oreilles...misère du journalisme francaoui ...


        • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 01:24

          @Aita Pea Pea

          Ça bouge doucement, quand la pression est trop forte et que ça se passe ailleurs...
          Quand ça se passe en France, l’omerta presse, police, justice reste la règle.

          Merci Robinson...


          Tommy Robinson, ce trentenaire fondateur de l’organisation extrémiste English Defence League (Ligue de défense anglaise), a tenu un Facebook Live consacré au procès du gang d’Huddersfield en mai dernier, brisant la loi du silence. Il a été aussitôt arrêté et conduit devant un juge dans les heures qui ont suivi, avant d’être condamné à 13 mois de prison pour outrage à la justice. Pour ne rien arranger, la justice a imposé un embargo médiatique sur l’incarcération de Robinson…

          La police aurait refusé cinq fois d’ouvrir une enquête, finalement mise en oeuvre grâce aux multiples signalements de Lucy Allan, députée conservatrice élue en 2015 à Telford. La question est d’autant plus problématique que d’après l’élue tory, « l’existence des gangs [de pédophiles] est liée à la culture pakistanaise« , une assertion confirmée en mars dernier par une enquête de The Independent montrant que les agresseurs pakistanais de Rotheram étaient persuadés que leurs sévices avaient un sens religieux – ils récitaient notamment des sourates du Coran lorsqu’ils battaient leurs victimes.







        • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 01:37

          @Cadoudal

          L’une des filles, qui n’avait que 12 ans à l’époque, a été retirée de force de sa famille de placement après que ses agresseurs eurent dit au personnel : « Je veux la baiser. »

          Une autre a tenté de se suicider alors qu’une autre avait avorté après avoir été rendue enceinte par un de ses prédateurs.

          L’une des filles a été jetée d’une voiture en mouvement à l’extérieur de sa maison. Elle avait des bleus sur tout le visage et était sous l’influence de l’alcool.

          Des menaces ont été proférées à l’encontre des membres des familles des jeunes filles abusées. Les violeurs ont même menacé de bombarder des maisons.

          L’ancien chef du groupe d’extrême droite English Defence League a été emprisonné pendant 13 mois parce qu’on craignait qu’il fasse dérailler les procès.
          Tommy Robinson, sur Facebook, a diffusé en continu une diatribe d’une heure dans laquelle il a nommé les accusés et toutes les accusations auxquelles ils faisaient face.

          Cette diffusion était en violation flagrante de la sentence d’outrage au tribunal rendue contre lui par le juge de première instance, et risquait sérieusement de porter préjudice aux procès.

          Robinson (de son vrai nom Stephen Yaxley-Lennon) a été arrêté et incarcéré, mais libéré en août en appel.
          Un juge de l’Old Bailey devait décider la semaine prochaine s’il doit être condamné une seconde fois.

          https://www.yorkshirepost.co.uk/news/huddersfield-grooming-gang-girl-s-families-left-living-in-fear-as-gang-trashed-their-homes-and-threatened-to-bomb-them-1-9405192


        • velosolex velosolex 23 octobre 2018 10:17

          @Cadoudal
          C’est quand même étonnant que vous vous en preniez aux mots, en disant « beaucoup de mots pour rien »...On peut ne pas être d’accord, mais le langage, la raison, la rhétorique, c’est justement notre différence avec eux, les barbares, ceux qui veulent se contenter de violence, qui n’ont que deux neurones, des couilles, et l’usage de la force et de la bêtise catalysés, en groupe de préférence. Le principe du fascisme. 

          Je tire des rallonges, je parle, car j’aime ça, écrire, penser, tirer des bords. Tant qu’on le fait, la raison et le calme l’emportent sur la folie et l’agressivité. Il n’y a pas que de la folie à l’école...Un collège a installé un quart d’heure de lecture obligatoire ; Les enfants sont maintenant plus calme, les passages à l’acte moins nombreux. De vrais livres, contre des pistolets et des smarphones.....Un quart d’heure de lecture obligatoire pour tout le monde chaque jour ...
          La violence et la folie, je me la suis coltiné toute ma vie, aux urgences, en psychiatrie, et je suis tout, sauf un naïf ou un bleu à ce niveau. Les mots, la recherche de sens, m’ont précisément très souvent protégés contre les maux, et les décisions à l’emporte pièce. 
          Le cynisme de nos dirigeants qui renvoient le citoyen se faire pendre, sur fond de libéralisme, et la disparition des services sociaux, un rempart, un sens républicain, est l’autre front de la sauvagerie. Les deux se catalysent. Alors oui il ne faut pas avoir de mansuétude ridicule à des individus qu’on laisse en liberté, mais il ne faut pas être dupe du système qui les fabrique....le mot de liberté a été galvaudé...Là où hier il se mariait avec les notions de responsabilité et de groupe,à travers la devise républicaine, il n’est plus devenu qu’une coquille vide, voir un contresens. 
          Ainsi en psychiatrie on laisse maintenant sur le trottoir sous ce prétexte frauduleux, des individus en proie à leur souffrance, à leur distorsions. Le principe de sécurité dont on nous rabâche le 80 est à géométrie variable. On ne l’évoque pas pour stopper les poisons agricoles. Le retour à la cour des miracles dans les grandes villes, dans les marges, sur fond de messages débiles, de pornographie et de recettes de harcèlement apparaissant sur les smartphones, a catalysé la folie, l’envie, et donc la prédation. Sans réseau, sans écho, pas de passage à l’acte de ce « débile »....Il n’y a donc pas que la proximité avec les pesticides qui nous condamne, mais nous sommes tout autant victimes de la contamination des autres....Après on peut chercher un bouc émissaire, comme dans « les animaux malades de la peste ».. Le 17 siècle, de monsieur de La Fontaine, est très intéressant à étudier. La guerre de 30 ans ravagea alors l’Europe, en particulier l’Allemagne, dont elle lamina les populations civiles. Un pays parcouru par des mercenaires ivres de sang, d’argent, se payant sur le pays, ayant abandonné toute moralité. On mit très longtemps à s’en remettre, et peut être que l’Allemagne nazie fut bien l’enfant monstrueux de ces haines. 

        • jakem jakem 23 octobre 2018 11:02

          @velosolex

          Bonjour ! j’ai lu votre commentaire précédent et je partage votre avis sur la formation destinée aux soignants ( puis aux enseignants, aux garde-barrières, etc ...) afin qu’ils apprennent comment se comporter face à des ... disons des incivilités. C’est effectivement faire rejaillir sur ces employés une incurie généralisée organisée par nos responsables de toutes sortes depuis des décennies.

          Je pense que l’origine de cette déliquescence est la déréglementation généralisée et l’importation de normes étrangères amenant une relativisation des vertus et des valeurs, et un égalitarisme forcené. Sur tous les plans : commercial, industriel, sociétal, éducatif ...

          D’où les scandaleuses et intolérables différences de salaires et la quête du fric sans aucune modération qui a contribué à détruire le bon sens et la morale.

          On a laissé faire car beaucoup de gens trouvaient leur compte dans cette société-casino et y faisaient leur trou, sans devenir millionnaire, en profitant des dernières commodités matérielles et mentales devenues accessibles. Sous des avalanches de pub, de démagogie et de crétinisme.

          Et on a laissé croupir des gens, immigrés innombrables inadaptés à notre société sans les prendre en main pour en faire des citoyens.
          Désinvoltures diverses de la part des responsables politiques qui doivent en principe donner un sens et tracer une voie.
          Une route suffisamment large pour être empruntée par une « population plurielle » , avec des détours, des croisements, des boucles, des hauts et des bas, mais gardée par des rivières qui devraient rester infranchies.

          Racisme flagrant envers ces immigrés déracinés dont pourtant nos « élites » connaissaient les origines incompatibles avec notre modus vivendi.

          Le temps a passé vite, et des griefs justifiés avaient été exprimés lors de « la marche des beurs » .

          Les Pourris Socialeux et leurs affidés n’ont pas donné suite mais déversé du pognon, pas le leur ! comme on donne à un mendiant en étant gêné.

          Ils ont laissé notre société aller à la dérive ; leur chef suprême donnant des exemples multiples.

          Puis le temps s’est accéléré et des individus pétris de sens politique ont commencé à s’occuper de ceux qui étaient délaissés.
          Certains étaient honnêtes intellectuellement, mais avaient en tête les normes de « là-bas ».
          D’autres étaient plus opportunistes et distillaient un projet politique.

          C’est eux qui ont gagné et imposé une nouvelle mentalité en rupture avec la nôtre.

          Il ne s’agit pas seulement de porter un bout de tissu sur la tête et de ne pas manger de porc, mais de modifier totalement notre rapport à nous-mêmes individuellement , à autrui et à l’Etat.
          C’est un changement de civilisation.

          « Ils » ont reçu l’aide occasionnelle ou systématique de voyous, de délinquants, de criminels, de paumés, d’asociaux, d’allumés, d’exaltés ... qui se vautrent dans l’anarchisme car ils y trouvent une forme d’épanouissement personnel.

          Tous ensemble ils sont résolus à poursuivre la casse.

          Et on ne peut pas laisser faire, accepter la destruction, notre disparition.
          Même si à l’origine nous avons notre part de responsabilité.

          Tout ce long blabla pour répondre à votre avis sur « le coup de pied au cul » sans valeur politique selon vous.
          Je pense au contraire qu’il en a une, qu’il est urgent de le distribuer largement et de façon ciblée, justifiée, et alors sans modération.
          Car c’est un traitement politique devenu nécessaire.



        • popov 23 octobre 2018 11:14

          @velosolex

           
          Les « péteurs de plomb » qui agressent le personnel soignant, il faut les interdire de séjour dans les hôpitaux et, pour ne pas les laisser sans soins, les envoyer chez le vétérinaire qui a l’habitude de soigner les animaux dangereux du zoo.

        • velosolex velosolex 23 octobre 2018 11:43

          @jakem
          Je suis dans l’ensemble d’accord avec vous. La grande habilité du système est de rendre les gens responsables de la catastrophe. L’avez vous remarqué mais quand le nombre de cancers augmente, les médias pointent la responsabilité des individus responsables d’achat de cosmétiques, et de déodorant, faisant l’impasse sur les pesticides. 

          La sécurité n’est évoquée que quand il s’agit de tirer des bénéfices, a travers normes, interdits, et limitations. La politique n’est donc souvent que des éléments de langage servant le marché, alors qu’on se moque totalement du« vivre ensemble », et des lois qui garantissent la chose. 
          Le clivage insidieux du peuple, en se faisant le champion du « droit à la différence » est le dernier piège qui nous est tendu. Fragmentés en de petites revendications identitaires ( sexe, lobbys, ruraux, urbains, religions) nous en représentons plus aucune danger, ayant de plus à affronter les humeurs et l’opposition des autres. Du machiavel, sans prince, sans vision politique, si ce n’est que du marché. On en revient à cela que ça plaise ou non. C’est bien le libéralisme qui veut la peau des états. Car le marché ne veut pas de contre pouvoir. Et l’état a travers ses projections ses interdits, ses limites en est un ! inutile de dire que c’est une catastrophe par rapport aux enjeux actuels 

        • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 12:04

          @velosolex

          Vous pouvez continuer à débattre du sexe des anges si ça vous rassure, mais arrêtez de mettre nazi à chaque fin de phrase, ça devient lassant...

          Le colon malien qui braque sa prof n’a rien a foutre en France, pas plus que les violeurs en série pakistanais n’ont leur place en GB...

          Ce sont vos mercenaires à vous, pas les miens...



        • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 12:26
          @Cadoudal
          Les colons maliens et Blanquer vont porter plainte contre FDS...
          Dupond-Moretti bande déjà..

          La famille du jeune homme tente de défendre son fils en dénonçant une affaire montée en épingle. La mère du jeune homme a ainsi dénoncé à RMC un fait divers « sur-médiatisé », précisant que cette affaire n’aurait pas eu lieu sans la diffusion de la vidéo et estimant que son fils a "déjà assez subi" cette affaire.





        • velosolex velosolex 23 octobre 2018 12:47

          @Cadoudal
          Pour en revenir à votre lien sur le fait divers de Questembert, l’avez vous remarqué, les agresseurs sont des jeunes du pays, et la victime un type qui a un nom étranger....Il était je lis, fort respecté et aimé. 

          Néanmoins sa tête à priori n’a pas plus quand ils est passé devant quelques débiles. 
          Cela peut vous arrivé à vous, ou à moi. 
          La faute à pas de chance, à la connerie universelle. 
          Statistiquement il est plus probant de se faire agresser dans une cité, qu’à Questembert, ville ordinairement tranquille, que je connais bien, pour avoir habité à une dizaine de kms de là il y a 30 ans...Mais elle n’a pas beaucoup changé
          Il n’y a donc pas de frontière pour la bêtise, celle ci étant endémique, même en Bretagne.  Youen Gwernig a écrit un beau problème sur cela, il y a très longtemps. Le trou dans la porte. 

        • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 12:55

          @velosolex

          "Pour en revenir à votre lien sur le fait divers de Questembert, l’avez vous remarqué, les agresseurs sont des jeunes du pays, et la victime un type qui a un nom étrange"

          Non, justement, j’ai pas remarqué, si vous avez plus d’info que moi, je suis preneur...

          Gwernig ?

          Les bretons immigrationnistes pro muzzs, c’est pas trop mon truc...





        • velosolex velosolex 23 octobre 2018 13:12

          @Cadoudal
          Extrait du telegramme, en rapport un lien donné par l’auteur de l’article lui même.

          Selon le témoignage d’un de ses amis, la victime sortait d’un tabac presse situé sur la place des Halles. Une altercation, pour une raison inconnue, a éclaté avec un groupe de jeunes, qui se trouvaient sous les halles. Plusieurs personnes l’auraient roué de coups, dont certains auraient été portés avec un skate-board. Le groupe a pris la fuite, laissant le jeune homme à terre. Malgré l’intervention rapide des secours, prévenus par des riverains, la victime n’a pu être réanimée. Elle est décédée sur place. Il s’agit de Sami Abdelmalek, membre d’une famille très connue et estimée sur la commune.


          « Ils l’ont tabassé à coups de skate-board »

          « J’ai bu un verre avec lui, juste avant, » explique ce dimanche, les yeux rougis par les larmes et visiblement très affecté, un de ses amis. « Je venais de le quitter. Il rentrait chez lui. Je n’ai pas vu l’agression, mais je sais qu’ils l’ont tabassé à coups de skate-board. Je ne comprends pas pourquoi. C’était un gars bien. Il venait juste d’emménager dans un appartement tout près d’ici. Il ne méritait pas ça. Ils étaient à sept contre un. C’est un guet-apens. Ils l’ont tabassé et puis ils sont partis boire un coup ailleurs. C’est incompréhensible ».


          Quatre suspects en garde à vue

          Les responsables des coups auraient été interpellés par les gendarmes, deux heures après le drame. Leur identification aurait été facilitée par les images des caméras de vidéosurveillance installées sous les halles. Ce dimanche soir, Magalie Pauthier, substitut du procureur de Vannes, confirme que quatre personnes, un mineur et trois jeunes majeurs, originaires de Questembert et d’autres communes, ont été interpellées et placés en garde à vue pour violences aggravées ayant entraîné la mort sans intention de la donner.


          © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/bretagne/questembert-un-homme-decede-roue-de-coups-dans-une-bagarre-21-10-2018-12113064.php#Ogx0jj1FO5GLbTph.99


        • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 13:35
          @velosolex
          De ça :
          « quatre personnes, un mineur et trois jeunes majeurs, originaires de Questembert et d’autres communes »

          A ça :
          « les agresseurs sont des jeunes du pays »

          En se basant sur les infos du Télégramme ?

           « L’enquête a été confiée à la brigade des recherches de Vannes, » précise le substitut. »
          « Une information judiciaire a été ouverte, ce lundi soir, au pôle criminel de l’instruction à Lorient »


          Moi j’attends les noms des assassins du petit fils de harki pour savoir qui est qui...


          Le colon malien qui braque était lui aussi « originaire » de Créteil...

        • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 13:38

          @Cadoudal

          "Il y aurait 1000 agressions gratuites par jour en France. Un proche conseillé de Hollande m’a dit : "quand tu es à l’Elysée et que tu vois remonter les infos sur l’insécurité tu as l’impression d’être dans un pays en guerre"


        • pipiou 23 octobre 2018 20:21

          @Renaud Bouchard

          Ce n’est pas très réaliste et même abusif de dire que c’est un problème simple à régler.Pourquoi ne pas euthanasier tous les collégiens des banlieue tant qu’à faire.Ces territoires perdus résultent d’un mélange complexe de quartiers à l’abandon, de problématiques sociales, d’inactions politiques et de transformation de la société.Si c’était vraiment si simple tous les gouvernements successifs n’auraient éviter d’affronter la dégradation de la situation scolaire, qui d’ailleurs n’existe pas que dans ces « territoires ».

        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 22 octobre 2018 18:04

          Corrections aux questions :

          "Qu’attend donc le chef de l’État qui est désormais ballotté de crises en crises, de faits divers en faits divers successifs, victime assumée d’événements qui s’imposent à lui et de circonstances qu’il ne maîtrise plus ?

          Qu’attend-t-il ? Que le prochain agresseur d’enseignant agisse en étant muni d’une véritable arme de poing ?« 

          Je ne sais.

          Peut-être est-il en train de méditer sur ce propos de Charles Péguy ?

          « Les crises de l’enseignement ne sont pas des crises de l’enseignement, ce sont des crises de la vie. »

          Peut-être est-il en train de laisser pourrir la situation, une sorte de politique du »chien crevé" au fil de l’eau ?

          Peut-être ne sait-il tout simplement pas quoi faire.

          «  C’est arrivé dans d’autres affaires : le fait n’aurait pas eu lieu s’il n’y avait pas la motivation de le filmer et de diffuser la vidéo sur les réseaux  », a déclaré le ministre de l’Éducation, sur LCI, dimanche 21 octobre au soir, l’école, la République, et les auteurs de ce type de faits, ont quelques circonstances atténuantes.M.Blanquer, paraissant vouloir occulter toute volonté, de la part d’une délinquance qui semble toujours plus violente, d’asservir la République : «  Il n’est pas impossible que toute cette action néfaste ait eu lieu pour être filmée. Le but était peut-être de filmer. On sait que cela peut arriver  ».

          Oui, M. le Ministre ? Et cela se reproduira. Comment se fait-il d’ailleurs que les élèves n’aient pas frappé leur professeur ? Aurions-nous échappé de peu à une mise au point de ces charmants bambins expliquant à leur professeur ce qu’il pensent de l’autorité du Maître ?

          Où, alors, se situe la responsabilité des auteurs ? La justice le dira. Le ministre de l’Éducation nationale, lui, a déjà quelques pistes. « Nos enfants ont de plus en plus souvent accès à des images violentes, à des images pornographiques, à des choses qu’ils ne devraient pas voir  ».

          Vous débarquez de la Lune, M. le Ministre. Entre musique de sous-culture, délinquance de banlieue hallucinées et vidéos pornographiques, il reste peu de place pour écouter les coures d’histoire de Jacques Bainville https://www.youtube.com/watch?v=6PHq4qVwDnE

          Et face à une opposition politique qui crie à la faiblesse de l’État, l’ancien recteur d’académie s’en défend, à nouveau : « On ne peut pas dire que le lien entre l’Éducation et la Justice ne se produit pas. Là, il s’est produit de manière rigoureuse sans aucun laxisme », jure-t-il sur LCI.

          Ceci explique sans doute pourquoi l’intéressé, criminel déjà prometteur, a été laissé en liberté alors qu’il aurait dû comparaître sur citation directe ou être mis en détention provisoire sans discuter avec toute la classe, histoire de rappeler à ces « chances pour la France » que la République n’a que faire de tarés et de voyous.

          Pas de « laxisme  », dans cette affaire, parait-il. Toujours est-il que des faits de violences, commis envers tous types de représentants de l’État, surviennent régulièrement, en plein cœur de la République.

          On aura rêvé.


          • Zolko Zolko 22 octobre 2018 22:55
            @Renaud Bouchard : le président se demande comment il pourrait exploiter l’affaire pour tripatouiller le torse nu du jeune noir.

          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 22 octobre 2018 23:11
            @Zolko
            Je ne sais pas. Que font les services de « com » ?
            Je les sens plutôt hésitants sur ce coup-ci. Ils savent qu’ils sont à deux doigts de la gaffe et sont devenus prudents. A propos, quelles nouvelles de Théo ?

          • Christian Labrune Christian Labrune 23 octobre 2018 00:12
            Qu’attend-t-il ? Que le prochain agresseur d’enseignant agisse en étant muni d’une véritable arme de poing ?« 
            =====================================
            @Renaud Bouchard

            Il n’attend rien du tout. Il espère seulement que les choses puissent rester en l’état jusqu’à la fin de son mandat. « Encore une minute, monsieur le bourreau ! » C’est la prière que font actuellement tous nos politiciens à des postes de responsabilité lorsqu’ils pensent aux territoires perdus de la République. Plus averti que quiconque de ce qui s’y passe, Collomb a préféré s’esquiver avant la rencontre de l’iceberg fatal. Il est probable qu’il n’en dormait plus la nuit, le pauvre.

          • popov 23 octobre 2018 11:54

            @Christian Labrune

             
            Bonjour
             
            Les rats quittent le navire.

          • velosolex velosolex 23 octobre 2018 12:33

            @Christian Labrune
            Salviano qui était dernièrement invité à la « grande librairie » a jeté un certain froid quand il a refusé de circonscrire l’incendie à Naples et à la camora, disant à peu près que la région parisienne, ou Marseillaise avait le même potentiel de criminalité. Il est plus facile de regarder le crime ailleurs. C’est s’absoudre ainsi de tout problème, et de jouer aux bels esprits quand on habite les beaux quartiers, avec cameras et système de sécurité. 

            -Le déni du problème est la meilleure assurance de l’aggravation de l’état d’un patient ou d’un état, ou même d’une civilisation. Ce qui a été à un moment une solution, l’ouverture des frontières avec la croyance naïve aux vertus du « village people », ressemblant à un album de « Martine à l’exposition universelle » nous revient en pleine gueule. 
            -Nos valeurs sont relatives, non universelles, contrairement à l’attrait des grandes marques, qui ont pris la place dans la tête de beaucoup d’ados, aux slogans politiques mobilisateurs. Il ne suffit pas de faire un catalogue des droits de l’homme pour mettre au garde à vous la planète, quant on ouvre le poulailler pour y laisser circuler le renard, sous prétexte du droit des déplacements des individus.
            -La violence en milieu scolaire est effectivement sidérante dans certains quartiers. Mais c’est la même qu’on voit à l’hôpital, ou que rencontre le samu, les pompiers, des gens travaillant normalement dans l’aide. ...Dans ces milieux, l’écho rencontré par des affaires similaires est totalement étouffé, contrairement au milieu de l’éducation nationale, où des artifices de tabous rendent encore compte des passages à l’acte liés à la violence , mais sans s’interroger souvent sur l’origine de celle ci.
             -La fabrique des monstres sur fond d’inculture crasse, est centrifugée par l’économie, laissant sur le carreau des gens qu’il devient impossible d’intégrer, le travail et ses codes ne faisant plus son office.
            - D’autre part les médias, pas tous, portent eux aussi une part écrasante de la responsabilité de la violence, voir sa potentialisation. Cela commence quand on suit les dérives gouvernementales, et qu’on appelle « incivilité » un passage à tabac. 
            Elle se poursuit quand on transforme en tête de gondole deux rappeurs se bastonnant dans un aéroport. Les smartphones sont devenus eux aussi un outil de crime,et des armes par destination. 
            Faire donc « le buzz » comme on dit...Tweets ravageurs et débiles en disant plus sur ceux qui les émettent qu’à ceux à qui ils sont destinés. 
            Ne parlons pas d’une civilisation incapable maintenant de définir des codes, des représentations, des modèles d’identifications, bousculant même les plus anciens, qu’on pensait inamovible, et renvoyés à des individus absolument pas structurés à minima. 
            Tout s’accorde pour l’augmentation abyssale de la catastrophe. L’inondation n’est pas seulement climatique. 

          • Cadoudal Cadoudal 23 octobre 2018 12:48

            @velosolex

            Plein de phrases avec des mots, et pas une seule fois nazi dedans...

            Ben tu vois, tu progresses...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès