• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une « Police des moutons » en Lozère

Une « Police des moutons » en Lozère

Au mois de juin 2015, une « Police des moutons » verra le jour sur les grands Causses. Calqué sur la « Police des rennes » norvégienne, ce nouveau corps de police sera principalement en charge de faciliter les mouvements de troupeaux et d’intervenir lorsque des problèmes surviendront entre les éleveurs...

On le sait peu en France, mais la Norvège dispose d’une « Police des rennes » composée de différentes patrouilles qui sillonnent les immenses toundras du Finnmark, aux confins de la mer de Barents. Créé en 1949 pour lutter contre les vols suscités par la famine qui régnait alors au-delà du cercle polaire, ce corps spécifique a pour mission principale de veiller à la sûreté des rennes, notamment lors des transhumances qui, à la fin du long hiver arctique, amènent les troupeaux de rennes sur leurs lieux de pâturage d’estive, le long de la côte ou sur les îles proches du rivage. Un moment d’autant plus délicat que les mères ne mettent bas qu’une fois le but atteint, les jeunes faons étant incapables de parcourir de longues distances et surtout de traverser les bras de fjord et les détroits maritimes. Les attributions des patrouilles de la Police des rennes ne se bornent toutefois pas à un rôle de supervision des transhumances : il appartient également à ces policiers de régler les différends entre les éleveurs Samis (les Lapons), de faire respecter les règles d’usage des pâturages collectifs, de protéger les localités des intrusions de rennes, et bien entendu d’enquêter sur les vols d’animaux.

Les problèmes liés à l’élevage des moutons dans les Causses ne sont évidemment pas de même nature : ni le territoire, ni le climat, ni les animaux ne sont les mêmes. Les étendues quasi-désertiques des grands Causses n’en connaissent pas moins des évènements présentant d’évidentes analogies avec l’élevage des rennes dans les toundras du Finnmark. Or, il est apparu depuis plusieurs années que les brigades de gendarmerie lozériennes n’étaient pas formées à évaluer avec la précision nécessaire la nature de la réponse à apporter aux problèmes posés, tant sur le plan judiciaire que sur le plan humain. C’est la raison pour laquelle, avec en avoir débattu avec le ministre de l’Agriculture, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, a mis en place un groupe d’études au printemps 2014. Sa mission : trouver une solution de police adaptée à ce terroir si particulier, confronté à des vols de bétail, à des errances intempestives d’animaux sur les routes, à des aberrations comportementales d’ovins, à des chutes de moutons dans des avens insuffisamment protégés, et à des attaques de vautours, notamment dans le secteur de la vallée de la Jonte. 

Quelques semaines plus tard, un trio d’experts du ministère, emmené par Mme Salomé Besch-Hamel, débarquait à l’aéroport d’Alta en Norvège où il était accueilli par le responsable de la Police des rennes, M. Thorvald Hvitrein. Au retour de la mission, après avoir vu à l’œuvre in situ les binômes de plusieurs patrouilles, en particulier dans le secteur d’Hammerfest, un rapport était rédigé par les experts puis remis au nouveau ministre de l’Intérieur, M. Bernard Cazeneuve.

C’est au cours de l’automne 2014 qu’a été prise la décision de créer la Police des moutons, comme le confirme une lettre adressée le 17 septembre par M. Bernard Cazeneuve au préfet de Lozère, M. Guillaume Lambert. À charge pour ce dernier de mettre des locaux à disposition du futur corps de police : d’une part, un bureau central doté d’un secrétariat ; d’autre part, un local relais sur chacun des grands Causses. Selon nos informations, c’est dans le bourg de Meyrueis que devraient être installés les bureaux de la Police des moutons ; les relais seront, quant à eux, situés à Hures-la-Parade sur le Causse Méjean, à Saint-André-de-Vézines sur le Causse Noir, et à La Cavalerie sur le Causse du Larzac, le Causse de Sauveterre ayant été jugé moins concerné.

Les binômes, au nombre de 6, sont actuellement en cours de constitution. Ils seront opérationnels dès le lundi 1er juin 2015 sous la responsabilité d’un officier actuellement en poste à Mende, le capitaine Jérôme Visna-Maëdi. Le détail des missions qui seront confiées à la Police des moutons fera, le mardi 14 avril à l’Hôtel-de-Police de Mende, l’objet d’une conférence de presse donnée conjointement par le Préfet de Lozère et le Commissaire principal dont dépendra la Police des moutons. Le capitaine Visna-Maëdi sera également présent ce jour-là. Nul doute qu’il sera amené à répondre à cette question : « Dans Le dernier Lapon et Le détroit du Loup, le romancier Olivier Truc met en scène deux héros de la Police des rennes, un enquêteur d’origine Sami et une jeune coéquipière venue du sud de la Norvège. Calquerez-vous votre organisation de travail sur celle de ces policiers du Grand Nord ? »

 

Concernant la Lozère, à lire également :

Une cloche dans la tourmente (juillet 2014)

Le « bouldras », roi du Causse (août 2014)

Aux sources du Tarn : noces d’or lozériennes (juin 2014)

Aubrac : du granit, des vaches, et une incomparable sérénité (août 2012)

Sous le regard des vautours : bienvenue sur le Causse Méjean (août 2012)

Pierrounet, rebouteux de l’Aubrac (avril 2010          


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • cevennevive cevennevive 1er avril 2015 09:06

    Ah ! Ah ! Ah ! Fergus, c’est le 1er avril !


    Bonjour l’amoureux de la Lozère,

    Voyons, c’est un truc à rendre « les moutons enragés » !

    On pourrait aussi mettre des radars pour voir si les transhumances ne vont pas trop vite, des contrôles d’alcoolémie ou de drogue pour les bergers, des analyses pour les toutous gardiens, et surtout, surtout, une éradication des éventuels loups qui risquent de mordre tous ces flics disséminés sur les Causses.

    Belle initiative !

    Mais Fergus, nous sommes très bien entre nous, les moutons, les bergers, les chiens, les loups, etc. Point n’est besoin d’uniformes règlementaires.

    Allez, je vous embrasse !


    • Fergus Fergus 1er avril 2015 09:35

      Bonjour, cevennevive

      Amoureux indéfectible de la Lozère.

      Très franchement, je ne sais pas si cette initiative est de nature à enrager les moutons, mais l’arrivée sur les Causses de « Visna-Maëvi » risque de faire tousser très fortement les brebis.

      Cela dit, il était temps de mettre un coup d’arrêt aux dérives comportementales de certains moutons, à l’image de la brebis punk en photo. Il y a même des bergeries où la lactation ne se fait plus qu’à l’écoute des Sex Pistols ! Trop, c’est trop !

      Je vous embrasse également !


    • cevennevive cevennevive 1er avril 2015 09:44

      @Fergus


      Tiens, hier soir sur Canal, j’ai vu les moustaches frétillantes de José Bové, mais surtout le beau visage et les belles opinions de Naomi Klein...

      Je n’ai pas regretté de regarder « le Grand Journal » que je fuis d’habitude.

      Notre José vieilli bien, il est moins truculent et plus modéré.

      Je me souviens avec nostalgie de « gardarem lou Larzac », mais c’était ma jeunesse.

      Les moutons, à ce moment-là étaient décorés de fleurs. Ils en avaient dans la toison, dans la gueule et dans les oreilles.

      J’ai gardé deux ou trois grands sacs de laine de moutons, lavée, cardée, souple et sentant encore le suint. De temps en temps, j’y fourre le nez et je respire toutes les fleurs des Causses.


    • Fergus Fergus 1er avril 2015 10:03

      @ cevennevive

      Le fait est que José Bové a moins d’allant que naguère. Il n’en reste pas moins une figure importante d’une Confédération paysanne très méritoire dans le contexte d’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage. 

      Quant à moi, je garde la nostalgie du troupeau de moutons de mon enfance, quand j’accompagnais le berger, un dénommé Merle, sur les lieux de pâturage pour l’aider à déplacer le parc. Il m’arrivait parfois de m’abriter dans la « tsabone » mobile lorsque le temps était à l’orage. L’odeur du suint, je l’ai encore dans les narines en abordant ces souvenirs.

      A propos du Larzac, mais aussi des autres causses, c’est toujours avec un immense plaisir que je retrouve, à la belle saison, les dolines envahies de coquelicots et de pieds de lin, le tout constituant un magnifique tableau, tout de rouge vif et de bleu pastel.


    • marmor 1er avril 2015 09:24

      Les deux autres experts, en plus de mdme Besh-Hamel, seront Ludivin De palme et Bernard Invino-Veritas


      • Fergus Fergus 1er avril 2015 09:49

        Bonjour, marmor

        Un grand merci pour ce complément d’information.


      • Céline Ertalif Céline Ertalif 1er avril 2015 10:00

        Olivier Truc a été distingué par un prix Mystère ! Tout est cohérent dans cette affaire policière.


        • Fergus Fergus 1er avril 2015 10:07

          Bonjour, Céline Ertalif

          Olivier Truc a multiplié les prix avec Le dernier Lapon. Non seulement ses bouquins sont cohérents, mais surtout très instructifs sur la police des rennes, et plus largement sur l’évolution du mode de vie des Samis depuis que la Norvège a entrepris de normaliser leur communauté et engagé la recherche pétrolière en mer de Barents, souvent au détriment des éleveurs lapons que les investisseurs cherchent à repousser au loin dans la toundra.


        • cevennevive cevennevive 1er avril 2015 10:20

          Fergus,


          J’ai eu la chance d’avoir deux oncles bergers. 

          Petite fille, j’allais parfois les rejoindre avec mes tantes sur les hauts du Pompidou. Et nous dormions dans une cabane au milieu des moutons parqués avec les chiens pour la nuit.

          Pas de loup, pas de « police des moutons », juste le firmament et quelques pleurs d’agneaux cherchant leur maman.

          Une vie pas très éloignée de ces éleveurs de rennes, qui désormais doivent lutter contre l’envahissement du béton et des impératifs pétroliers ou autres, hélas.

          Tout fout le camp.


          • Fergus Fergus 1er avril 2015 10:33

            @ cevennevive

            J’ai connu cela aussi dans mon enfance, et c’était une expérience formidable, comme de dormir dans un vieux lit clos en chêne au fond de l’étable en compagnie des vaches, avec en fond sonore les bruits des chaînes et quelques gloussements de poules rêveuses.

            La vie des bergers était en effet assez proche de celle des éleveurs samis. Un monde semi-nomade assez largement disparu chez nous, du fait de la sédentarisation croissante des animaux, et en voie de régression dans le Finnmark, du fait de l’invasion des exploitants, de leurs familles et des infrastructures citadines très éloignées des traditions ancestrales.

            « Tout fout le camp » Peut-être pas encore tout à fait, mais on en prend le chemin.


          • paco 1er avril 2015 13:46

             Bonjour, Fergus,

             Cela me souviens de la Police de l’Eau dans mon Andalousie d’enfance, une vallée oasis au milieux de hauts plateaux désertiques, ou d’impitoyables et incorruptibles gardes surveillaient l’ouverture de chaque petite écluse à des horaires et des débits prédéfinis, pour l’irrigation de chaque lopin cultivé selon des techniques ancestrales issues d’une vieille invasion. Ils n’étaient ni gardes peche, pourtant la rivière était poissonneuse, ni gardes chasse, car on braconnait tous, simplement des gardes d’eau, pour éviter ces histoires-là.

             Depuis, la généralisation de touristes du nord venus fort heureusement sans leurs rennes, mais très moutonniers chaque saison, n’usant d’eau que pour diluer l’anis étoilé ou cultiver un curieux gazon à la touffe rase parsemé de petits trous à combler coute que coute, a eu raison de cette noble caste. L’eau ne vaut plus rien. Le Professeur Fulgencio Panurgio de l’université de Salagosse en a fait une thèse trés pro. Je vous retrouverai le lien...

             Désormais les forces de l’ordre ne controlent plus que la laine, il faut bien tondre les moutons, et seul les anciens se souviennent que l’eau sert, comme en Lozère...

             Cordialement déhanché de la machoire, Merci... 

            • Fergus Fergus 1er avril 2015 13:55

              Bonjour, Paco

              Merci pour ce témoignage, et pour ce regard porté sur l’évolution des choses au fil du temps. Pas sûr que l’on ait gagné au change, comme vous le soulignez en creux.


            • subliminette subliminette 1er avril 2015 14:04

              Cher Fergus,
              Lorsque vous avez écrit que Valls allait s’occuper des« pauvres moutons victimes d’attaques de vautours », j’ai eu un p...in d’espoir.

              Ca devrait pas exister le 1er avril !


              • Fergus Fergus 1er avril 2015 14:13

                Bonjour, subliminette

                Désolé d’avoir suscité de faux espoirs !

                Cela dit, les moutons n’ont pas grand chose à craindre des vautours ailés, sans doute plus des vautours à deux jambes qui sévissent des les instances politiques. et chez les industriels de l’agroalimentaire.


              • subliminette subliminette 1er avril 2015 14:43

                @Fergus

                C’est bien de ceux-là que je parlais, Fergus, et je trouve votre liste un peu courte. Ajoutez-y quelques soi-disants journalistes-laquais, quelques hauts ou bas fonctionnaires mal b.... et surtout les plus nuisibles : le baron Seillière, Gattaz, et leurs sbires, les vampires de nos ex industries prospères. Sûr que j’en oublie plein, à qui on volerait bien dans les plumes !


              • Fergus Fergus 1er avril 2015 16:04

                @ subliminette

                Désolé de n’avoir pas immédiatement compris. Pour ce qui est personnages évoqués, dommage finalement de les amalgamer à des vautours car ces oiseaux magnifiques ne s’en prennent qu’aux carcasses et sont des nettoyeurs des espaces naturels tandis que nos prédateurs humains s’attaquent au vif sans le moindre scrupule et laissent derrière eux des débris durablement pollués. Ceux-là sont souvent de vrais nuisibles !


              • alinea alinea 1er avril 2015 15:05

                Mince, ils n’en n’ont pas mis à Rousses, pourtant bien placé en dessous du Perjuret et du Salides ; les sagouins, c’est un coup des gavots qui blairent pas les caussenards qui se foutent du cévenol comme de leur première brebis !!
                Bravo Fergus, les deux ou trois pépites comme des indices sur un jeu de piste noire - comprends moi bien, noire comme la piste de ski, ou comme la ceinture de karaté !!


                • Fergus Fergus 1er avril 2015 16:13

                  Bonjour, Alinea

                  Bah ! Rousses n’est qu’à une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau de Meyrueis. Et les rivalités locales n’y sont pour rien, semble-t-il.

                  Côté indices, je constate que personne n’a réagi au nom du chef de la Police des rennes. Normal, c’est du norvégien...


                • Fergus Fergus 2 avril 2015 17:00

                  Allez, le 1er avril étant derrière nous, je traduis le nom (inventé) de ce chef de la « Police des rennes » : Renne blanc !


                • Pelletier Jean Pelletier Jean 1er avril 2015 17:18

                  Merci Fergus pour ce moment de lecture absolument délicieux, quel talent !

                  bien à toi

                  • Fergus Fergus 1er avril 2015 17:42

                    Bonjour, Jean

                    Houla ! tu vas me faire rougir : ce n’est qu’un simple divertissement.

                    Quoi qu’il en soit, merci de ta visite.


                  • Xenozoid 2 avril 2015 17:07

                    un chat m’a trouver


                    • Fergus Fergus 2 avril 2015 17:17

                      Bonjour, Xenozoid

                      J’avoue humblement ne pas bien comprendre le sens de ce commentaire...


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er avril 2018 13:37

                      Merci Fergus. Lien avec les Nyssen. Acte Sud est spécialisé dans le polar nordique. Dit en passant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité