Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Cent après la réhabilitation d’Alfred Dreyfus, que sait-on de « (...)

Cent après la réhabilitation d’Alfred Dreyfus, que sait-on de « l’affaire Dreyfus » ?

Un colloque célébrant le centième anniversaire de l’arrêt qui a réhabilité, le 12 juillet 1906, le capitaine Dreyfus, s’est tenu, lundi 19 juin 2006, à la Cour de cassation à Paris. La radio France-Culture s’est déplacée sur les lieux. L’affaire Dreyfus reste, en effet, une référence constante, chaque fois qu’un innocent est accusé ou condamné à tort, que les droits de la défense ne sont pas respectés, ou encore que la raison d’État bloque le déroulement normal d’une procédure.

Chacun est à même d’illustrer d’exemples récents ces trois cas de figure. Cette initiative, dans les locaux même de la Cour suprême française, vise sans doute à inviter les citoyens qui auraient quelques raisons de désespérer de la Justice de leur pays, à lui garder toute leur confiance, puisque, vous le voyez, douze ans après sa condamnation au bagne à perpétuité, Alfred Dreyfus a fini par voir son innocence reconnue par la Cour de Cassation elle-même... Toutefois dans cette terrible affaire, seule - et ce n’est pas rien évidemment - l’innocence de Dreyfus est clairement établie. Car pour ce qui est des motivations et des instigateurs de cette machination dont il a été la victime, on en reste, cent ans après, aux conjectures, plus ou moins fondées. L’une d’elles, défendue par Jean Doise dans un ouvrage paru au Seuil en 1994, Un secret bien gardé, histoire militaire de l’affaire Dreyfus, serait passionnante pour qui s’intéresse à « la relation d’information ».

Lancer l’ennemi sur une fausse piste.

Car si l’on suit la thèse de l’auteur, ce n’est plus d’affaire Dreyfus qu’il faut parler, mais de l’opération Dreyfus. L’erreur judiciaire qui a seulement retenu l’attention et soulevé l’indignation de certains intellectuels d’alors ne devient qu’un élément technique de « l’opération d’influence » engagée contre l’Allemagne. Il fallait, dans le contexte de la préparation de la revanche de 1870-1871, tromper l’ennemi sur les recherches menées en matière d’artillerie : la mise au point du canon de 75 mm à tir rapide, grâce au frein long qui évitait qu’il ne se dépointât et augmentait donc la cadence des tirs, était en passe d’aboutir. Il fallait donc livrer à l’ennemi de fausses informations sur le canon de 120 mm beaucoup plus difficile à maîtriser. Un agent de renseignement, Esterhazy, aurait servi d’intermédiaire pour transmettre le fameux bordereau retrouvé, dit-on, par une femme de ménage dans la corbeille à papier de l’attaché militaire Schwartzkoppen à l’Ambassade d’Allemagne. Mais c’est le capitaine Dreyfus qu’on s’empresse d’accuser à dessein faussement. C’est peu de dire que la foudre s’abat sur lui et sur son entourage, tant il est le dernier à pouvoir être soupçonné d’une pareille conduite. N’importe ! On le traîne de façon expéditive devant le Tribunal militaire en décembre 1894 pour y être puni du châtiment le plus rigoureux, après la peine de mort : le bagne à perpétuité. Et là, les droits de la défense, comme celui pour l’accusé de connaître les pièces falsifiées de l’accusation, importent peu.

Rendre crédible une information fausse.

Mais ce faisant, on livrait à l’ennemi deux informations fiables : la première était que les révélations sur le canon de 120 mm étaient de la plus haute importance, conformément à l’ hypothèse autovalidante selon laquelle une peine est proportionnelle à la faute commise ; et la seconde devait conduire l’ennemi à déduire que l’agent de transmission, Esterhazy, était d’une grande fiabilité, puisqu’il restait ignoré des autorités françaises, conformément à une autre hypothèse autovalidante qui veut qu’on ne punit que celui qu’on reconnaît coupable. La fiabilité des documents transmis ne pouvait être acquise qu’à ce prix, le sacrifice d’un innocent. C’était une application du leurre de l’information donnée déguisée en information extorquée. L’information qu’une personne donne volontairement n’est jamais fiable ; en revanche, celle qu’on extorque à son insu ou contre son gré par enquête, par exemple, ou par tout moyen même illégal (chantage, écoutes téléphoniques, indicateurs), l’est davantage. L’astuce consiste donc à déguiser « l’information donnée » en « information extorquée », pour la rendre crédible.

Susciter l’adhésion de « l’opinion publique ».

Cette fiabilité de l’information devait être en outre confirmée par une adhésion massive de l’opinion publique française à la condamnation du traître supposé. On avait donc pris soin d’offrir en pâture au bon peuple, pour que s’y ajoutât l’emportement de la passion des foules et la pression du groupe sur l’individu, un "coupable vraisemblable" qui correspondît au cadre de référence du plus grand nombre : passe encore que le traître, en tant que stagiaire, eût pu avoir accès aux secrets de l’état-major ; on l’avait choisi d’origine alsacienne, dont la loyauté patriotique était forcément suspecte aux yeux d’un patriotisme blessé, depuis que l’Alsace était sous occupation allemande ; et surtout, on l’avait voulu juif, ce qui, pour un pays catholique bien élevé depuis des siècles, par catéchisme, dans un antisémitisme virulent - si on se souvient de la prière catholique récitée alors dans les églises, le Vendredi saint, pour « le peuple déicide » - valait « présomption de cupidité et de traîtrise » à la fois. « Cette opération d’influence », si on s’en tient à l’hypothèse de Doise, a fonctionné au-delà de toute espérance.

Des présomptions troublantes.

La meilleure présomption que Jean Doise apporte pour fonder son hypothèse est précisément le décompte des pièces d’artillerie dont l’Armée française disposera en août 1914 : ce sont pour l’essentiel des canons de 75 à tir rapide, qui vont "faire merveille" lors de la Bataille de la Marne ; quant aux canons de 120, que le bordereau accusateur dévoilait aux Allemands en 1894, ils ne représenteront que 0,6 % du parc d’artillerie. "Qu’on ait fait, écrit-il, un tel tapage en 1894 autour de [...] 0,6% de toutes les pièces d’artillerie existantes montre, mieux que tous les discours, qu’il s’est agi d’un coup monté pour berner l’équipe d’en face." Quand bien même Dreyfus aurait été l’auteur de ce bordereau, c’était la légion d’honneur qu’il fallait lui donner pour avoir si habilement jeté l’ennemi sur une fausse piste et protéger le révolutionnaire canon de 75 à tir rapide, destiné à être l’instrument privilégié de l’Armée française.

Il ne s’agirait donc plus de l’affaire Dreyfus mais de l’opération Dreyfus, inscrite dans la préparation de la revanche de 1914-1918, dont on sait à quel désastre humain, économique et géopolitique elle a conduit. Du coup, "l’opération Dreyfus" deviendrait ainsi le symbole de "l’opération d’influence" (appelée aussi "Intoxication " par les services de renseignements ), qui permet, sans état d’âme particulier, de sacrifier un innocent et de faire adhérer à leur insu des citoyens à une idée erronée pour leur faire jouer le rôle de comédie indispensable qui contribue à rendre encore plus crédibles un faux traître et donc les informations qu’il est censé avoir transmises à l’ennemi. Paul VILLACH


Moyenne des avis sur cet article :  3.23/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Le Du (---.---.1.120) 19 juin 2006 12:48

    Article décevant et superficiel ; il existe d’excellents ouvrages sur cette affaire.


    • Adolphos (---.---.59.170) 19 juin 2006 14:33

      Mais dreyfus était-il vraiment innocent ?

      On pourrait facilement le prouver, si on demandé aux Boch, maintenant qu’on est copain. Evidement, personne ne va le leur demander, parce que si dans leurs archives sommeil un document comprometant, c’est tout une mythologie qui s’effondre, et des milliers de gens qui passeront pour des dindons.. Le fait qu’on ne demande rien prouve qu’il existe de sérieux doute sur son innocence.


      • lbfernand (---.---.139.61) 19 juin 2006 15:42

        Evidemment que toutes les archives ont été exploitées. Plein les bibliothèques même les travaux sur l’affaire. Mais il y en a toujours un avec son petit coté mémère pour exhiber son petit démon. Ca lui démange l’imper.


      • Daniel Milan (---.---.168.155) 19 juin 2006 16:01

        Tu ne sais pas qu’il est naturellement innocent !!! Et que nous avons en France, les naturellement innocents et les obligatoirement coupables ! Tu vois, moi, je suis un obligatoirement coupable (même si je ne sais pas de quoi !) !


      • Adolphos (---.---.59.170) 19 juin 2006 18:02

        Ah, toi aussi dimiân tu penses qu’il est coupable ? Toute façon, il n’y a pas de fumé sans feu..


      • Gogolphos (---.---.183.91) 19 juin 2006 19:20

        La zinzinitude bat son plein, vroum,Adolphos,mets ton neurone en,route,plein gaz vas y là tu fais du 14, accélère, vrombis ,attention virage,aïe,Adolphos,Adolphos,ou es tu ?tu as chu ? Merde,il est dans l’ fossé,ti tu tit, ti tut tit,appelons le Samu,trop tard,merde,de qui on va se foutre la gueule maintenant ? Remplaçons le.

        Voyons voyons...

        SPA de Munich


      • Adolphos (---.---.59.170) 19 juin 2006 21:15

        Tes insultes ne peuvent dissimuler au monde plus longtemps le vide totale de ton esprit. La forme, c’est bien, mais il faut aussi un fond. Si tu veux, je peux te conseiller quelques livres.


      • Daniel Milan (---.---.168.155) 19 juin 2006 21:58

        Oh Adolphos, qu’est-ce que tu dis ? fais attention avec tes proverbes, ils pourraient être mal interprétés !


      • parkway (---.---.18.161) 21 juin 2006 14:11

        en tous cas, adolphos, plus personne ne doute de ton cas !

        tu peux en être sûr !


      • Totis (---.---.102.41) 19 juin 2006 20:43

        Bravo encore une fois Paul Villach ! Voila un article passionnant qui m’a éclairé sur les dessous de l’opération Dreyfus , que beaucoup ignorent sans aucun doute et qui démontre à quel point il est difficile de se fier aux informations officielles , transmises trop souvent partiellement et donc aussi partialement hélas ,pour leurrer le monde . Merci de vos réflexions pertinentes ! Mais je déplore , hélas, que certains s’amusent à dénigrer ce genre d’articles et passent leur temps à échanger des plaisanteries de bas niveau au lieu de se poser des questions ...


        • conseils,coatching par Adolphos (---.---.183.91) 19 juin 2006 23:18

          Livre moi quelques conseils,pour que mes insultes ne puissent dissimuler au monde le vide total de mon esprit, mais attention,je suis du niveau Tintin et Milou dans les aventures de Goering et du cyanure caché dans l’ intérieur de sa dent de derrière,alors pas trop compliqué,s’ il te plait,que j’ aborde ta lecture avec le sourire de l’ innocent qui commence.

          Pour t’ affranchir,j’ aime bien,si tu as des bouquins comme« la rivière au bord de l’ eau » ou mieux ,j’ adore de Honoré de Balzac « Un nègre dans un tunnel »

          OK c ’est un peu noir,...

          J’ aime aussi chanter« le jambon et la saucisse » et des choses de ce genre,alors si t’ as des idées,merci.

          Je voulais aussi te féliciter pour tes extrèmes interventions qui sont au progrès de l’ humanité, ce que l’ huile qui graisse le moteur de la roue qui tourne est à l’ oléaginoeud de cravatte.

          Heil Avé

          Got mit uns

          Si tu as les horaires des prochains trains...

          Le bonjour à Eva, (au fait bourre la un peu,ça déchargera ta Braun pression artérielle,en plus elle sera contente)mais mets un ustensile en caoutchouc(ça doit se trouver chez IG Metal,sinon va voir chez Krupps,ils ont tout ce qu’ il faut en temps de guerre) pour que tu ne te reproduises pas.

          Rocla


          • Daniel Milan (---.---.168.155) 19 juin 2006 23:32

            Je ne sais pas à quoi (peu importe !), mais tu devrais y arriver... Bon, ça risque de prendre du temps...Mais tu ne dois pas désespérer !...


          • parkway (---.---.18.161) 21 juin 2006 14:16

            j’aime bien ton humour, rocla

            pauvre adolphos !


          • Alphajuliette (---.---.62.105) 20 juin 2006 02:05

            Ce qui saute aux yeux dans ce média ,c’est qu’à chaque fois qu’Israel commet des crimes abjectes contre les palestiniens(le massacre de la plage à Gaza) et que la communauté internationale condamne,il se trouve toujours des énergumènes qui vous sortent une histoire d’une « victime juive »,et en font un tapage dans le but de détourner l’attention des réels et graves problèmes qui menacent la paix dans le monde,dont le conflit palestino israelien.

            Si l’auteur voulait réellement critiquer( positivement ) la justice française ,pour que de tels dérapages ne se reproduisent plus il aurait du choisir d’autres cas plus graves,concernant des gens innocents ,accusés injustement de de différents délits, qui ont purgé leur peines et qui n’ont jamais été réabilité ,contrairement à Dreyfus.Il aurait pu parler de la complaisance de la justice française avec les nombreuses organisations juives sionistes et principalement le Bétar ,(interdit aux USA et en Israel meme)et qui sévit en France en toute liberté.


            • Daniel Milan (---.---.168.12) 20 juin 2006 11:09

              Bonjour Juliette, j’apprécie tes posts, et je t’invite à me lire aussi sur www.aredam.net et à me rejoindre également sur les forums de www.la banlieuesexprime.org Bises. Daniel


            • parkway (---.---.18.161) 21 juin 2006 14:18

              milan, demande donc à juliette si on peut faire ça à trois, ce sera plus sympa ! (lol !)


            • José W (---.---.25.142) 20 juin 2006 08:33

              Laissons un peu l’Histoire en paix et intéressons-nous au présent ou à l’avenir.

              Toutes ces opérations de commémoration, de célébration, de contre-célébration, de supputation et de manipulation d’affaires parfois plus que centenaires : on en a raz-le-bol.

              Deyfus a été réhabilité, paix à son âme, mais il y a bien d’autres urgences de nos jours que de ressasser tout cela en permanence, c’est totalement ridicule.

              La Société est décidément tombée bien bas.


              • parkway (---.---.18.161) 21 juin 2006 14:50

                d’accord avec toi josé !

                mais bon, l’Histoire non répétée peut se reproduire ds le prtésent et l’exemple passé servira pour qu’ aujourd’hui on cherche à ne plus faire les mêmes conneries !

                quant à ton « La Société est décidément tombée bien bas. » c’est un problême bien personnel.


              • (---.---.41.253) 20 juin 2006 09:20

                « Lancer l’ennemi sur une fausse piste »(Paul Villach).Moltke avec ses pieces d’artillerie « en montage » sur des wagons du chemin de fer etait un ennemie de la France mais comment avec Berlin 1914 et son historien Meineke ?Il etait un adorateur de la Bretagne.La France est devenue apres jusqu’aujourd’hui un allie de la Serbie et alors un « ennemie eternel » des Allemands et des Turques[Voyez Danielle Mitterrand, Todd VS l’UE+Turquie]. 1914/1915 c’etait difficile d’entrainer les soldats Allemands envers les Francais.


                • CAMBRONNE (---.---.96.52) 20 juin 2006 11:42

                  Excellent article Monsieur VILLACH .

                  Je confirme que le frein de tir du canon de 75 était au centre de l’affaire . Maintenant pour le reste , c’est une hypothèse de travail trés interessante , mais qui reste une hypothèse.

                  Les rigolards ont tort de rire et ils n’imaginent pas ce qui peut se tramer de tordu au niveau des services de renseignement .Cela devient un jeu auquel on se laisse prendre facilement .C’est du billard à bandes .

                  Je conseille à tous les participants de ce forum de lire les livres de Vladimir Volkoff décédé récemment .

                  On y trouve un florilège de la manipulation et de la désinformation poussées au niveau de l’art .

                  « Opération fortitude » de Larry Collins est un bel exemple des sacrifices que l’on est prêt à faire faire aux autres pour la « Juste » cause .

                  En conclusion votre article est intéressant parcequ’il sort de la pensée manichéenne au sujet de cette affaire Dreyfus .Il est en effet rassurant pour Demian West , Machinchose , Ramsay et consort de voir d’un côté le peuple de gauche épris de vérité et d’humanisme , face à des culottes de peau stupides et antisémites soutenus par une droite du même accabit.

                  Il y avait de ça , mais pas que de ça .

                  Je citais récemment la réaction de Jaurés aprés la condamnation au bagne du Capitaine Dreyfus. « Une fois de plus , c’est une justice de classe : Si Dreyfus avait été un simple soldat il aurait été fusillé . Fusillons Dreyfus . »

                  Vive la république quand même .


                  • parkway (---.---.18.161) 21 juin 2006 14:21

                    eh ! CAMBRONNE ! t’aurais pu citer parkway aussi !

                    MERDE !


                  • Paul Villach Paul Villach 20 juin 2006 17:17

                    Cher Cambronne (!), votre article apporte un peu d’oxygène ! Merci ! Comment expliquer ce blocage intellectuel et/ou passionnel quand on aborde cette hypothèse - je dis bien hypothèse et rien de plus - au sujet de « l’Affaire Dreyfus » ?
                    - Nombre de lecteurs d’Agoravox n’auraient-ils jamais approché sérieusement le problème de « l’information » ? À qui la faute ? Il est vrai que « l’information » n’a rien à voir avec ce qu’en dit un président de France Télévisions ni avec ce qu’en montrent nos si jeunes journalistes de télévision. Il faut avouer que ça ne s’enseigne pas non plus dans l’Education nationale.
                    - Est-ce le fait que Dreyfus soit devenue une icône dont on entend tirer à soi les vertus comme une couverture, pour rejeter tout net une hypothèse machiavélique perçue comme désacralisante, bien qu’elle n’ôte rien au martyr subi par Alfred Dreyfus ? Il est vrai que les intellectuels de l’époque ne paraissent pas avoir soupçonné autre chose qu’une erreur judiciaire cynique. Mais cela n’enlève rien au courage dont les Dreyfusards ont fait preuve dans le combat mené pour obtenir la réhabilitation de la victime.
                    - Pourtant, comme vous le soulignez, ces méthodes sont le quotidien ou presque des services de renseignements. Vous me citez « l’Opération Fortitude » ; vous connaissez, j’imagine, « l’Opération Mincemeat » - relatée dans « L’homme qui n’existait pas » d’ Ewen Montagu - pendant la 2de guerre mondiale, pour en rester aux grands exemples. Encore merci ! Cordialement, Paul Villach


                    • Daniel Milan (---.---.168.12) 20 juin 2006 17:26

                      Je vais vous faire une confidence (mais ne le répétez pas !) En dehors de quelques « intellos » sionards, les gens s’en fichent du Capitaine !


                    • CAMBRONNE (---.---.192.188) 21 juin 2006 14:57

                      à Paul Villach

                      Votre réponse m’a fait plaisir car dans un monde ou on raconte plein d’histoires de complots , genre le faux avion du pentagone et j’en passe on rigole quand on parle de désinformation et d’intoxication . Je citais Vladimir Wolkoff, dont j’ai lu à peu prés tous les livres , qui est un ancien du SDECE que les« hasards »de la vie m’ont fait rencontrer et qui , sous forme légèrement romancée nous raconte des histoires qui seraient à dormir debout si elles n’étaient pas vraies .

                      Sur le sujet de la mort de Coluche , je parlais de l’affaire du Juge BORREL assassiné à Djibouti sous couvert de suicide car il avait mis le nez ou il ne fallait pas .

                      Mensonge d’etat pendant des années , combat acharné de son épouse pour d’abord une autopsie et puis reconnaissance officielle de la vérité . Les commanditaires resteront inconnus ; mais on a de sérieux doutes sur l’action des services action français . Mon intervention n’a suscité que des commentaires rigolards . Les bouquins sur les actions de désinformation du KGB ne manquent pas , mais seuls les passionnés dont je fais partie les lisent . Le MOSSAD est toujours trés fort dans ce domaine .La vie d’Edgard Hoover est une merveille du genre ... Pour revenir à Dreyfus , en parler , dérange encore . Il est en plus inclassable ce type . Aprés tout ce qu’on lui a fait il a continué sa carrière militaire au service de son pays . Chapeau mon Capitaine ..

                      Cordialement et à plus ...


                    • CAMBRONNE (---.---.192.188) 21 juin 2006 15:05

                      @ Daniel Milan

                      Vous dites que tout le monde se fout du Capitaine Dreyfus , alors qu’est ce que vous êtes allé foutre sur ce fil ? C’est le Juif Dreyfus qui a excité votre bile ?

                      Cet officier français mérite mieux que votre petite haine antisémite et si la France était servie par beaucoup de Dreyfus , intégres et patriotes , nous n’en serions probablement pas où nous en sommes .

                      Je ne vous salue pas Monsieur !


                    • Marsupilami (---.---.50.34) 21 juin 2006 15:21

                      Ouaf !

                      Daniel-chacal Milan a encore vomi sa haine.

                      Donc petite piqûre de rappel :

                      Avis aux lecteurs d’Agoravox :

                      Daniel Milan avait entre autres créé une association à la mémoire de Julius Evola, le théoricien du fascime sous Mussolini, et fricoté avec la FANE, mouvement néo-nazi oeuvrant pour la réhabilition de Rudolf Hess, qu’Hitler considérait comme son dauphin, FANE qui a été dissoute à la suite de nombreuses aggressions, tracts et inscriptions antisémites.

                      Converti à l’Islam, Daniel Milan est un nazislamiste.

                      Une des sources : Antisemitism and Racism in France.

                      Et vive la République et le Capitaine Dreyfuss !

                      Houba houba grrr...


                    • MincemeatComment (---.---.9.205) 20 juin 2006 18:55

                      Il est tout à fait vrai qu’en matière de manipulation et contre-manipulation, il n’y a aucune limite. MinceMeat est un sommet du genre, je trouve, mais la différence avec Fortitude ou l’hypothèse « intox » de l’affaire Dreyfus, c’est qu’on n’a sacrifié personne qui ne soit déjà mort.

                      L’hypothèse résumée dans cette article, si elle s’avérait vraie, ne serait pas du tout rocambolesque. Les coups tordus font partie de l’histoire militaire. Mais je doute qu’on sache un jour précisément ce qu’il en était des délires de l’état major de la super-muette qu’était l’armée alors.

                      Une des choses les plus tristes dans ce sport étrange qu’est l’histoire, c’est que plus un fait est récent, plus on l’apparente à la politique, et plus il est ancien, plus on l’apparente à la littérature.

                      Peut etre que ce qu’il reste surtout à étudier sur l’affaire Dreyfus, c’est la manière dont elle a structuré la manière de débattre et de prendre position à l’âge naissant des mass-media. Là au moins, on a les archives des journaux...


                      • Thalcave (---.---.126.8) 21 juin 2006 22:47

                        Si l’hypothèse que vous empruntez à un bouquin de 1994 n’était pas autre qu’une simple spéculation, qu’est ce qui aurait empéché de l’étayer. Depuis 60 ans qu’il n’y a plus d’hostilité guerrière entre la France et l’Allemagne, il n’y a plus d’enjeu de secret défense.

                        Mieux encore, cette fable de tromperie de l’état major allemand, si elle avait été sérieuse , aurait permis de réhabiliter le commandant du Paty du Clam, les généraux de Boisdeffre, Billot, Mercier, le Président Paul Faure, deux tribunaux militaires, trois cours d’assises à jurys populaires et bien d’autres encore qui n’ont pas donné le visage le plus attrayant de la France.

                        Cette supposée opération Dreyfus n’aurait pas manqué de laisser des documents écrits qu’il suffisait de déclasser et de mettre à la disposition des historiens depuis un demi siècle.

                        Le bénéfice politique et mémoriel aurait été strictement positif.

                        Il n’en a rien été ; votre bouquin s’apparente plus à une opération marketing qui aurait pu avoir du succès à l’image du célèbre « Matin des magiciens » de Bergier et Pauwels ou plus, récemment de « L’effroyable imposture » de Meyssan qui a vendu son livre à des centaines de milliers d’exemplaires ce qui en dit long sur l’état de la société contemporaine.

                        Mais votre bouquin sur le secret de l’affaire Dreyfus n’a pas eu la même réussite commerciale car cette recette des secrets cachés de l’Affaire a été déjà servi des centaines de fois. Le père de Giscard d’Estaing, parmi d’autres, s’était déjà livré à un exercice du même genre dans les années 30. Ce procédé a un mauvais goût varié et une odeur de de remugle pour ceux qui s’interessent à ce sujet.

                        Mon hypothèse personnelle qui est d’ailleurs à étayer au delà des réactions souvent calamiteuses de ce forum, manifestement pas très représentatif, est qu’ils ne sont sûrement pas bien nombreux.

                        Je me réfère pour la formuler au premier film de Bertrand Blier « Hitler, connais pas » tourné en 1963, seulement 18 ans après la fin de la guerre.

                        Alors pensez donc, 100 ans après l’arrêt de la cour de Cassation en 1906, et malgré les 80% de reçus au bac, quelle est la proportion des Français qui pourrait évoquer ce moment crucial de l’installation de la démocratie en France.

                        La troisième République est, en effet, la première qui ait survécu en France plus de quelques mois. L’affaire Dreyfus nous rappelle au passage que la démocratie ne s’est pas implantée sans mal dans notre beau pays où elle est, au demeurant, beaucoup plus récente que dans les pays anglo-saxons.

                        Il n’y donc rien d’étonnant à ce qu’il y ait encore beaucoup de réticences dans une société qui a conservé beaucoup de traits de l’Ancien Régime et notamment ses tendances corporatistes et son culte du chef sauveur qui guérit les écrouelles, de de Gaulle à Ségolène en passant par Mitterand et Chirac, à admettre la vérité toute nue.


                        • paul villach (---.---.58.52) 24 juin 2006 12:48

                          J’admets que vous rejetiez cette hypothèse - et je le répète, cette simple hypothèse - qui tend pourtant à résoudre bien des contradictions qu’on observe dans cette affaire.

                          1- Avez-vous donc une autre hypothèse qui expliquerait
                          - qu’on s’acharne à la fin de 1894 sur un officier innocent, auquel on ne peut prêter aucune motivation crédible pour justifier un acte de trahison,
                          - à qui on impute, avec faux à l’appui, une transmission d’informations qui n’ont guère d’ importance en matière d’artillerie, comme le montre le parc de canons français observé en 1914,
                          - tandis qu’au contraire, on protège avec la même énergie qu’on met à compromettre l’innocent, un agent de renseignement, Esterhazy, dont in ne fait plus de doute qu’il a transmis les documents incriminés ?

                          2- Croyez-vous vraiment que ce genre d’opération puisse laisser des traces écrites de la part des instigateurs ?

                          3- Comme le soulignait Cambronne avec raison, les opérations d’influence qu’on a observées au cours du 20ème siècle ne conduisent-elles pas à s’interroger sur des affaires qui n’ont pas été élucidées ? Il importe de le faire avec prudence, certes, mais on ne peut pas écarter d’office ces hypothèses. L’Histoire qui se résume à ne fouiller que les traces écrites, peut-elle rendre compte des relations humaines le plus souvent fondées sur des leurres qui ne laissent, eux, aucune trace écrite ? Paul Villach


                        • armand (---.---.158.36) 24 juin 2006 10:29

                          Petite précision, Julius Evola n’était pas « théoricien du fascisme » mais développait une pensée « traditionnelle » et ésotérique assez proche de celle de René Guénon. C’est vrai qu’il ne s’opposa ni au fascisme, ni au nazisme autrement que par des réserves doctrinales : il fustige notamme le racisme biologique allemand et, dans ses derniers écrits,salue les « vertus martiales » du jeune état d’Israël. Mais c’était après la guerre ! Personnage étonnant dans l’histoire de l’Affaire, le Ministre de la Guerre Gallifet, surnommé le « marquis aux talons rouges » pour ses exactions dans la répression de la Commune, mais qui est plutôt dreyfusard. Ainsi il croit à l’innocence du Capitaine mais souhait qu’il accepte d’être grâcié pour qu’il reconnaisse au moins formellement sa culpabilité afin d’épargner l’Armée.C’est lui qui parviendra à faire taire les récriminations dans l’armée en répétant inlassablement que l’Affaire est close. Il est vrai que, comme il l’affirme à la même période : « A partir de soixante-cinq ans on se répète, sauf en amour... »


                          • galilée (---.---.71.229) 24 juin 2006 13:28

                            Hypothése astucieuse que celle de Mr Villach , toutefois l’ Etat Major français qui par trois fois a été debordé par une perçée dans les Ardennes en 70 ,14 et 40 sans jamais prévoir ce que l’ ennemi ferait ... !

                            Ce meme état major qui a construit la ligne Maginot jusqu’ a la frontière belge et pas plus loin ... !!

                            Et qui plus tard s’ est enfermé tout seul dans la cuvette de Dien Bien Phu , en ayant oublié que l’ aviation servait a quqechose en Juin 40 ... !

                            Cet etat major ne me semble pas suffisemment futé rusé pour avoir monté une operation aussi « géniale » !!!

                            A mon humble avis , il etait beaucoup plus important de casser du Juif que de sauver la France ... Politique conduite ensuite par le Maréchal Pétain , ancien chef d’ Etat Major !!!


                            • Beauceron (---.---.86.194) 24 juin 2006 13:55

                              Un peu lyrique quand même...

                              En 14, le plan Schlieffen consista en un débordement par la Belgique, alors qu’en 40, le percée de Sedan fut un contre-pied, destiné à briser la charnière entre la ligne Maginot et les forces franco-britanniques censées précisément empêcher le débordement. Et puis Sedan 70.... rien à voir. Presque inévitable retraite dans la ville d’une armée française très inférieure en nombre, précédemment battue dans le nord de l’Alsace...

                              Sinon, bel effort aussi ce commentaire.


                            • CAMBRONNE (---.---.45.146) 24 juin 2006 18:26

                              @ Galilée

                              Beauceron fait remarquer justement que les épisodes Sedan ne recouvrent pas les mêmes choses .

                              En 1914 , si mes souvenirs sont bons l’Attaque Allemande s’est fait réellement par la Belgique : Bataille de Charleroi qui est le début de la retraite française jusqu’a ce qu’elle se resaisisse sur la Marne .

                              En 1940 , Les Allemands nous ont attiré en Belgique pour faire croire que c’est là qu’ils portaient leur effort principal alors qu’ils attaqueraient par les ardennes . Une fois nos forces arrivées en Hollande ils ont exécuté leur mouvement en cisaille et on connait la suite .

                              Vous faites de l’Etat Major une sorte d’animal , stupide et unique . Dans les périodes que vous décrivez , il y a eu des chefs aux conceptions trés différentes et aux capacités également variables .

                              Le Maréchal Pétain a été le premier à comprendre en 1916 que cette guerre était une guerre de matériel destinée à écraser les hommes et sa conception , qu’il a exprimé à plusieurs reprises , était ; « Attendons les chars et les Américains et ménageons la vie des hommes » ce qui à l’époque ou l’etat major pronait l’offensive à tout prix était intelligent et courageux . C’est la raison pour laquelle il était ( Pétain) l’idole des anciens combattants et qu’il jouissait d’un immense prestige dans tout le pays , gauche et droite confondues . Léon Blum en était un fervent admirateur .

                              La ligne Maginot qui n’était pas forcèment une stupidité si elle avait été utilisée correctement n’a pas été prolongée sur la frontière Belge pour des raisons diplomatiques afin que les Belges ne se sentent pas considérés comme peu fiables et incapables de défendre leurs frontières .

                              Pour Dien bien Phu , là aussi c’est facile quand on connait le film .

                              Un dernier point , ne confondez pas l’Etat major et les services de renseignement . Ceux ci à toutes les époques et dans tous les pays ont fait du bon travail mais le propre des politiques et des etats majors est de ne pas les croire et ensuite de leur faire porter le chapeau . Dernier exemple en date le role de la CIA en IRAK . Mr BUSH a fait dénoncer un officier de la CIA mariée à l’embassadeur US en IRAK avant le déclenchement des hostilités pour décrédibiliser ce diplomate qui affirmait , renseigné par sa femme que Sadam n’avait pas d’armes de destruction massive . C’est l’objet d’un énorme scandale .

                              Je m’arrete là car on pourrait y passer la nuit .

                              A plus

                              L(officier Allemand qui transm


                            • galilée (---.---.255.216) 25 juin 2006 14:06

                              Tout ceci est bel et bon , toutefois aprés l’ exemple de 1914 une ligne Maginot construite jusqu’ a la mer aurait empéché l’ occupation Allemande ... au prix modique d’une bouderie belge !

                              L’ aviation francaise n’ a pas montré le bout de son museau en 1940 du fait de l’ ESPRIT de l’ état major , constante depuis le maréchal Bazaine qui s’ était rendu a Metz quand Gambetta avait proclamé la Republique en 1871 : libérant ainsi trois divisions prussienne qui firent le siége de Paris ....

                              Le prussien est préférable à la république dans l’ esprit de l’ armée , comme le Nazi est préférable au « démocrate judéo-maçon »....Finesse et intelligence !!! Une occupation allemande qui débarasserait la France des Juifs etait préférable a une république française victorieuse !

                              L’affaire Dreyfus était purement et simplement une manifestation de haine viscérale dans l’ armée , aucun général n’ a pensé plus loin .

                              L’ amour de la France dans l’ éxtréme droite militaire dominante est semblable a celui des emigrés de Coblenz ...


                            • CAMBRONNE (---.---.148.201) 25 juin 2006 16:54

                              @ Galilée

                              Mon pauvre Monsieur !

                              Vous avez de la chance d’avoir de telles certitudes . Dans votre antimilitarisme viscéral , vous êtes au même niveau que Milan dans son antisionisme . Je ne répondrai pas à vos arguments qui d’ailleur n’attendent pas de réponse .

                              Je ne vous salue pas mais je vous demande un peu de respect pour tous ces gens qui sont morts pour la France , même si ce n’est pas la votre .

                              Vive la République quand même .


                            • (---.---.85.140) 26 juin 2006 14:15

                              Mr Cambronne

                              Ne vous meprennez pas ! Je ne suis pas antimilitariste et j ’ ai une vrai admiration pour les combattants de Verdun et ceux de Bir Hakheim ,cette France la est surement un peu la mienne...

                              Il n’ en demeure pas moins que les brebis galeuses de l’ armée française ont été nombreuses qui n’ hesitérent pas a vendre la France a l’ ennemi pour défendre leurs interéts de caste ....

                              J ’ai autant de mépris pour ce genre d’ individus , maréchaux ou pas , que j’ en ai pour les Juifs antisionistes de gauche vendus aux intéréts arabes ..

                              Je ne vous surprendrai pas en vous révélant que le Général Sharon pour qui j’ avais une grande estime , ayant servi sous ses ordres , m’ a profodément déçu en utilisant l’ armée juive contre ses propres fréres !

                              Aprés tout , on n’ est jamais trahi que par les siens ..


                            • galilée (---.---.85.140) 26 juin 2006 14:48

                              Je signe la le commentaire précédent


                            • CAMBRONNE (---.---.63.32) 27 juin 2006 16:50

                              @ Galilée

                              Merci d’avoir un peu modifié votre point de vue . Il est vrai que parfois ( même souvent )de magnifiques soldats vont au casse pipe , envoyés par des incapables qui obeissent à des politiques nuls ou véreux .

                              Si vous connaissez un peu , le plus bel exemple est la guerre d’Indochine .

                              Si vous avez vraiment servi sous les ordres de Sharon ; je vous félicite car c’est un grand soldat .

                              Ce qu’il a fait ensuite , c’est de la politique et cela ne répond pas aux mêmes critères . Comme Degaulle a traité l’Armée d’Algérie ...


                            • Beauceron (---.---.86.194) 24 juin 2006 13:44

                              Presque incroyable ce consensus tactique entre Adolf -la pasionaria du Cidunati devenue libertarienne- et Milan -l’obersturmbahnführer recasé-.

                              Discuter l’innocence de Dreyfus, faut quand même oser !

                              Pour rester dans le « courageux », je propose que le premier aille décorer le pont de Falloujah façon Blackwater et que le second se fasse péter contre un Merkava...

                              Sinon, merci à l’auteur pour son évocation de la thèse intéressante de Jean Boise


                              • Senatus populusque (Courouve) Courouve 24 juin 2006 21:29

                                Le matraquage médiatique sur « l’holocauste » fait que malheureusement on n’est guère disponible pour Dreyfus.

                                L’erreur, la faute même, est de nous avoir dit ce qu’il faut penser, au lieu de nous avoir exposé les faits.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès