Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Fukushima, le syndrome Japonais

Fukushima, le syndrome Japonais

Alors que dans les rangs de la nucléocratie, on s’ingénie à minimiser, quitte à dissimuler une partie de la vérité, le corium est manifestement en train d’attaquer le béton, après avoir traversé l’acier du réacteur.

Sommes-nous en présence du fameux syndrome chinois évoqué pour la première fois par le physicien Ralph Lapp, en 1971, se basant sur les rapports d’une équipe de physiciens publié en 1967 sous la houlette de Docteur W.K. Ergen  ? lien

On peut le résumer ainsi :

Les éléments en fusion du cœur du réacteur nucléaire se transforment en corium, sorte de magma atteignant des températures énormes (entre 2000 et 3000 degrés) et qui après avoir percé l’acier de la cuve du réacteur, traverse à son tour le béton, puis atteignant la terre, s’enfonce sans qu’il soit possible de savoir où il s’arrêtera en détruisant tout ce qu’il trouve sur son passage. lien

Il est composé des assemblages d’uranium et de plutonium fondus, et des gaines métalliques qui les entourent, et inexorablement, profitant des fissures du béton provoquées par le séisme, il s’enfoncerait dans le sol.

Certains sont convaincus qu’il ne pourrait descendre indéfiniment en direction du cœur de la planète.

On peut voir les images de ce scénario sur ce lien.

Monique Sené, physicienne cofondatrice du GSIEN (groupement des scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire) affirme :

 « C’est une question de jour, au mieux de semaines, le cœur en fusion du réacteur n°3, qui, selon toute vraisemblance a déjà percé la cuve en acier, va commencer à ronger le béton de l’enceinte de confinement » « le Point » n°2011/page 74

Les 7 000 tonnes d’eau déversées depuis des jours et des jours, ont, dans un premier temps, ralenti sa progression, mais le feu nucléaire est là, bien présent dans le fond, à preuve les traces de plutonium découvertes à l’extérieur.

Tchernobyl pourrait bien être détrôné par ce qui se prépare, car à Fukushima, la bataille pour sauver les 4 réacteurs est perdue (lien).

Greenpeace a d’ailleurs demandé que l’accident de Fukushima soit classé au même niveau (7) que Tchernobyl. lien

Pour ce réacteur n° 3, nous sommes en face de 94 tonnes d’uranium et de plutonium, qui lorsque le corium aura quitté la cuve, vont fatalement rencontrer à un moment ou à un autre, une grosse quantité d’eau. photo

Dans une nappe d’eau située à 15 mètres sous la centrale nucléaire, on a déjà trouvé une forte condensation d’iode radioactif 131. lien

Comme l’explique Yves Mérignac, directeur du service d’étude et d’information sur l’énergie Wise-Paris « si le combustible trouve sur sa route une grosse quantité d’eau de mer (…) on risque une explosion de vapeur (…) cette situation n’a jamais été modélisée. On ne sait pas ce qui se passe en cas de fusion du cœur  ».

A Tchernobyl, on avait envoyé à une mort certaine des centaines d’ouvriers pour creuser une galerie sous la dalle du réacteur, pour y couler une autre couche de béton.

Mais en ce qui concerne Fukushima, il semble bien trop tard pour mener pareille opération, et depuis Tchernobyl, il y a moins d’amateurs pour aller risquer leurs peaux dans ce genre d’opération.

Toujours au sujet du réacteur n° 3, un responsable de Tepco à déclaré à l’AFP : « il est possible que la cuve contenant les barres de combustible dans le réacteur n°3 soit endommagé ». Ce qui est une litote.

La rupture de la cuve du réacteur pourrait alors déclencher une réaction en chaine catastrophique. lien

« On n’avait pas eu de mauvaises nouvelles depuis plusieurs jours, aujourd’hui, on en a une » à déclaré Jean Jacques Dumont, commissaire de l’ASN (Autorité de sureté nucléaire française).

Thierry Charles, directeur de la sureté des installations décrit la situation : « les efforts de Tepco pour refroidir le cœur des réacteurs 1,2 et 3 n’ont pas été suffisants pour empêcher leur fusion, au moins partielle. Les barres de combustible cassent, faisant fondre les gaines, ce qui crée un mélange de fusion, le corium. Dans cette hypothèse, celui-ci se dépose dans le fond de la cuve en acier et la fait fondre. Il s’écoule alors sur l’enceinte de confinement en béton, produisant des gaz explosifs. La vapeur d’eau qui remplit l’enceinte est censée empêcher toute déflagration au contact de l’air (…) l’enceinte de confinement en béton, précédemment endommagée est « fuyarde » l’hypothèse d’une explosion au contact de l’air n’est donc pas à exclure ». lien

Quant au réacteur n° 2, une grosse « fissure » d’une vingtaine de centimètre de large à été découverte sur une structure du réacteur, et l’eau radioactive s’échappe directement dans la mer.

Un « responsable » de TEPCO à déclaré «  le 1er avril, vers 9h30, les ouvriers ont découvert que de l’eau d’une radioactivité de 1 000 mSv/h s’écoulait dans la mer par cette fissure  ». lien

André-Claude Lacoste, président de l’ASN confirme que la pollution radioactive s’étend bien au-delà d’un rayon de 100 km autour du site, (lien) mais les autorités japonaises n’entendent toujours pas élargir la zone d’exclusion, toujours fixée à 20 km autour du site. lien

Sur cette image, on voit que l’élargissement de la zone pourrait concerner l’évacuation de près de 47 millions d’habitants.

D’autant que l’autre centrale, celle de Fukushima Daini, située à 10km de Fukushima Daiichi, semble connaitre quelques problèmes à son tour. lien

Chez nous, en France, même si l’IRSN affirme que les quantités de radioactivité présentes dans l’air sont infimes, il ne faut pas oublier que ce « nuage » ne passe pas au dessus de nos têtes un seul jour, mais passe en continu tant que les réacteurs japonais continuent de cracher leur pollution. lien

Pour voir le résultat des balises IRSN, c’est.

En Allemagne, les résultats semblent plus précis. lien

La CRIIRAD rappelle aussi que les balises de l’IRSN ne sont pas assez performantes pour mesurer précisément toute la radioactivité.

Par contre, il existe une soixantaine de balises positionnées à plusieurs endroits de la planète, lesquelles sont bien plus efficaces, mais dont les résultats restent confidentiels, malgré les demandes réitérées de la CRIIRAD de les rendre publiques, laquelle vient de lancer une pétition pour obtenir gain de cause. lien

De plus, la pluie tombée ces dernièrs jours a manifestement plaqué les particules radioactives sur le sol, et cette pollution s’accumulant jour après jours dans les plantes, notamment celles à larges feuilles (salades, épinards…) pourrait bien atteindre et dépasser la norme autorisée. lien

Pour mémoire, sur ce lien, les normes fixées par la commission européenne qu’il ne faut pas dépasser, en ce qui concerne la viande, ou les légumes, tout en rappelant que la norme n’empêche pas le danger.

Corine Castanier, directrice de la CRIIRAD s’étonne aussi que les pilules d’iode radioactif n’aient pas été distribuées dans un rayon de 100 à 150 km autour de la centrale. lien

Rappelons qu’à Tchernobyl, il n’y avait qu’un seul réacteur, et que la distance avec Paris était de 2000 km, or nous sommes à 9 500 km de Fukushima, mais il y a beaucoup plus de réacteurs en difficulté, et dans le réacteur n° 3 il y a du plutonium, ce qui est beaucoup plus préoccupant que le césium de Tchernobyl. lien

Restons en France, 1 107 incidents nucléaires on été comptabilisés en 2010, on apprend qu’un moratoire, refusé par Nicolas Sarközy, serait demandé par l’ASN en ce qui concerne l’EPR de Flamanville (lien), l’Allemagne, la Suisse, et le Conseil régional de Franche Comté ayant demandé l’arrêt immédiat de Fessenheim. lien

Denis Baupin, maire adjoint de Paris accuse Nicolas Sarközy d’aveuglement scientiste. lien

Une pétition pour la fermeture immédiate de Fessenheim est lancée sur ce lien.

Angela Merckel s’est définitivement prononcé pour sortir l’Allemagne du nucléaire. lien

Les Suisses qui exigent la fermeture de la centrale allemande Beznau1 pourraient obtenir facilement gain de cause. lien

L’Espagne, pour sa part, a définitivement tourné la page du nucléaire puisque pour la première fois l’ensemble des énergies renouvelables ont fourni 42,2% de l’énergie consommée. lien

L’Afrique emboite le pas au mouvement, en annulant une commande de centrale atomique flottante. lien

La Suisse a mis ses centrales à l’examen et les résultats des rapports remis à l’inspection fédérale de la sécurité nucléaire suisse, seront communiqués début mai. lien

Quant à l’opération « Tchernobyl day », lancée le 2 avril, jusqu’au 26 avril, il est probable qu’elle sera couronnée de succès. lien

Nul ne sait ce qui nous attend demain, car comme dit mon vieil ami africain : « ne crache pas dans le puits, il se peut que tu aies besoin d’en boire l’eau un jour ».

L’image illustrant l’article provient de « over-blog.com »


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

302 réactions à cet article    


  • Ariane Walter Ariane Walter 4 avril 2011 10:10

    Comme l’explique Yves Mérignac, directeur du service d’étude et d’information sur l’énergie Wise-Paris « si le combustible trouve sur sa route une grosse quantité d’eau de mer (…) on risque une explosion de vapeur (…) cette situation n’a jamais été modélisée. On ne sait pas ce qui se passe en cas de fusion du cœur  ».

    Ah ! Olivier ! Je suis capable de vous expliquer ce qui se passe ! J’ai trouvé un lien Sur « Areva vous fait rêver » :
    Figurez-vous que, d’après Areva, quand le corium rencontre de l’eau de mer ,il s’éteint spontanément ou explose mais en éléments qui ne sont pas dangereux pour la santé !

    Arrêtez de faire peur à vos lecteurs, vilain que vous êtes, et parlez plutôt des bonnes nouvelles :
    Ils sont en train de mettre de la colle isotope dans la fissure du réacteur. (Achetée chez leroy merlin ?)
    Et surtout ils vont rejeter des tonnes d’eau radioactive à la mer, ce qui prouve quand même qu’ils sont sûrs qu’elle n’est pas dangereuse !!

    Non, comme le disait Wesson, je ne suis pas inquiète pour les réacteurs de Fukushima !!

    Quand même une question.Le corium en question, il ressort où de l’autre côté de la terre ?????


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 10:41

      Ariane,
      j’aime bien votre coté positif et souriant,
      c’est plus que jamais important, car se « faire du mauvais sang » est contreproductif, et ne change rien à la situation, bien au contraire.
      il faut continuer à vivre, au jour le jour, car quoi qu’il arrive, nous n’avons pas beaucoup de parades, et perdre le moral serait encore pire.
      merci d’avoir, grace à Areva, réussi à nous rassurer.
       smiley
      faut dire qu’ils sont doués pour çà !
      avez vous remarqué combien la situation au Japon est passée sous silence dans les médias officiels ?
      ce qu’il ne disent pas, c’est que la tentative de colmatage de la fissure (20 cm quand même) n’a pas réussi avec le béton.
      ils essayent maintenant avec des polymères absorbants...
      http://www.ouest-france.fr/dossiers/actualite_-Japon.-Les-liquidateurs-de-Fukushima-tentent-de-colmater-une-fissure_1723199-1750886_dossiers.Htm
      et puis il y a un grand flou artistique sur la quantité d’eau déversée :
      certains chiffres donnent 7000 tonnes d’eau...d’autre 11 000...
      et quelle est la partie qui est déjà parti dans la mer ?
      au sujet du corium, je doute qu’il parvienne jusquà atteindre le magma terrestre ?!
      il semblerait que, des qu’il rencontrera l’eau, il se produira une explosion de vapeur radioactive qui dispersera dans l’atmosphère les 94 tonnes de plutonium, uranium...
      mais comme le dit « l’expert » de l’ASN « l’hypothese d’une explosion au contact de l’air n’est pas à exclure »...
      wait and see.
       smiley


    • Ariane Walter Ariane Walter 4 avril 2011 11:25

      Cher Olivier,

      Si j’ai remarqué que le japon disparaît peu à peu des unes ? Vous pensez bien que oui !
      J’ai même écrit un billet d’humeur à ce sujet sur le Post qui a carrément supprimé le Japon de son « actualité chaude » comme ils disent...pour le remplacer par Hollande. Pourtant s’il y en a un qui est inoffensif et qui ne risque pas d’exploser, c’est bien lui !!
      Enfin...
      http://www.lepost.fr/article/2011/04/03/2454722_sur-le-post-le-japon-n-est-plus-un-point-chaud-bouillant_1_0_1.html

      Puisque vous aimez sourire...Vice salvateur...


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 11:33

      Ariane,
      c’est marrant, j’ai justement un article sur Hollande,
      je devrais le proposer sous peu.
      titre : « l’humour Hollandais »
       smiley


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 10:43

        kéké,
        j’avais vu ce document,
        et j’avais envisagé d’en faire un article humoristique pour reprendre un peu de moral,
        merci de m’avoir devancé.
         smiley


      • gaijin gaijin 4 avril 2011 10:33

        je te le remet là pour ceux qui ne suivent pas tous les liens
        «  » Après l’échec d’une première tentative de colmatage à l’aide de ciment, des ouvriers ont utilisé, hier, un mélange de polymères, de papier journal et de sciure pour boucher une canalisation par laquelle s’infiltre l’eau contaminée venant du réacteur. « Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’indication claire que le volume d’eau s’échappant dans l’océan ait diminué », a toutefois déclaré, hier soir, le porte-parole de l’Agence japonaise de sûreté nucléaire, Hidehiko Nishiyama« .
        http://www.letelegramme.com/ig/gene...
        (c’est a titre préventif pour écarter les constructeurs de chateaux de sable »


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 10:47

          gaijin
          j’adore ce genre de communiqué,
          une merveille de langue de bois !
          le conditionnel est de rigueur.
          pour résumé, en langage clair, il a été impossible de combler avec du béton la faille de 20 cm de large.
          et le mélange « papier journal, sciure et polymere » non plus.
          puisque « il n’y a pas eu d’indication claire que le volume d’eau s’échappant dans l’eau ait diminué »
          tout va bien...je vais bien...
          http://www.youtube.com/watch?v=BsibwbSD_0k
           smiley


        • gaijin gaijin 4 avril 2011 11:20

          moi ce qui m’éclate c’est l’aspect papier journal et sciure.
          mais ou sont donc passés nos géniaux ingénieurs promoteurs de toutes les catastrophes écologiques diverses nappes de pétrole et centrales en fusion ?
          http://www.google.fr/imgres?imgurl=http://imagesforum.doctissimo.fr/mesimages/1509225


        • Ariane Walter Ariane Walter 4 avril 2011 11:28

          On croirait vraiment de la pub pour leroy-merlin. je me vois dans ma cuisine avec mon pistolet à colle !!!!!
          Et le scotch ? Ils me semble qu’ils n’ont pas essayé. Il faut leur dire !


        • kéké02360 4 avril 2011 13:28

          En conseillant aux Japs la sciure et le journal , les techniciens d’Areva ont réinventé les toilettes sèches et le recyclage des invendus du figaro !!!! On appelle çà faire d’une pierre deux coups !!! trop fort  !!!!!!!

          Parait que les stocks d’invendus du figaro pourrait colmater dix centrales !!! Je suis rassuré smiley


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 14:09

          kéké,
          sauf que le papier du figaro est de mauvaise qualité, et puis il dégage une odeur étrange, chere à un certain cambronne.
          bref, non seulement les japonais auront la pollution, mais ils auront l’odeur.
          vraiment pas de chance.
          ils ont rien fait pour le mériter, ils ont seulement des élus qui ne les respectent pas.
           smiley


        • Ariane Walter Ariane Walter 4 avril 2011 16:25

          Ahahahahahah !!!! mdr, kéké ! Encore !


        • JL JL 4 avril 2011 10:36

          Bonjour Olivier,

          Merci pour toutes ces infos.

          Tout d’abord, au sujet du « syndrôme chinois », il faut savoir que le coeur de la terre est à plus de 6000°C, donc pas de panique de ce coté là ! Ce syndrôme chinois, c’est un contre feu probablement inventé par des plaisantins. N’en parlons plus.

          NKM ce matin interrogée par Cohen, disait qu’en France on n’était pas allés aussi loin dans la privatisation qu’au Japon puisque là-bas, ce sont plusieurs sociétés qui exploitent le nucléaire. Un peu comme l’eau chez nous en somme.

          Je trouve inadmissible de se prévaloir ainsi de ses propres turpitudes : en effet, remettre les clés d’un service public entre les mains d’un opérateur privé installé officiellement en situation de monopôle est une aberration économique en violation de toutes les règles de l’économie admises aussi bien à gauche qu’à droite depuis des siècles.

          Faut-il que nos politiques soient aveugles pour se laisser guider aussi benoitement par des fous ! A moins qu’ils ne soient pourris ?

          Tous pourris ? Non : pas les écologistes. Mais ne nous laissons pas berner par les greenwashers et leurs activistes qui fustigent ici ceux qu’ils nomment les « pastèques » : la droite avec l’aide des idots utiles d’extrême gauche a entrepris de diviser les écologistes en bons et mauvais écolos afin de les réduire à l’impuissance.

          Ceux que la droite et les idiots utiles désignent par les « pastèques » sont les seuls dans le vrai puisqu’il ne saurait y avoir d’écologie qu’à gauche. Rappelons que la gauche c’est la préservation des patrimoines collectifs et la droite c’est, au contraire, le pillages des patrimoines collectifs !

          Pour un point d’augmentation d’un patrimoine privé, les plus cinglés à droite n’hésitent pas à détruire 1000 points, 100 000 points, et même plus parfois de patrimoine collectifs. J’appelle cela un crime contre l’humanité. Lire « Comment les riches détruisent la planète » par Hervé Kempf.


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 10:52

            JL
            bien évidemment, je doute aussi que ce magma de corium atteigne un jour le coeur de la terre ! puisque manifestement, des qu’il aura atteint une masse d’eau, il devrait se produire (d’après les experts) une gigantesque explosion de vapeur radioactive qui devrait disperser la radioactivité dans l’environnement, et arreter donc la progression du corium dans les profondeurs de la terre...
            si cela arrive, il est probable qu’une très grand partie du Japon sera inhabitable pour longtemps.
            et que la pollution va voyager tout autour de la terre.
            le silence des médias, et des autorités sur ce qui se prépare est totalement irresponsable.
            merci de votre commentaire.


          • Ariane Walter Ariane Walter 4 avril 2011 11:30

            Cher JL,
            Merci de cette définition claire et de ces propos essentiels.


          • Emmanuel Aguéra LeManu 4 avril 2011 14:36

            Salut Olivier.

            Oui... « disperser la radioactivité dans l’environnement »... réjouissant épilogue... un peu raccourci !
            Adressons-nous plutôt à l’archi :
            La coupe est simpliste mais illustre le problème : Nous avons de façon évidente et inéluctable besoin de parois enterrées du style paroi-moulée ou selon la méthode anglo-saxonne d’un mur de pieux sécants. C’est la seule méthode utilisable et qui permettra de travailler à « distance » mais là on est encore dans un domaine connu d’experience du point-de-vue fondations-spéciales, et on n’aura traité que le confinement vertical.
            Car c’est après qu’arrive l’intéressant : un confinement horizontal... dehors, bien sur mais aussi et surtout en sous-oeuvre ! Rien à priori d’impossible, mais pardon... ça c’est de l’inédit, du moins à cette échelle, aux épaisseurs requises (un copain ingénieur BA à Tchernobyl me disait que le sarcophage atteignait parfois jusqu’à 6m d’épaisseur et il s’agit d’une couverture), et dans des conditions probables de difficultés liées au risque de rencontrer le corium en cours de fusion et de diffusion. C’est à dire à des profondeurs intéressantes... Sera-ce possible. Je pense que oui, question de moyens.

            Ensuite, comme partout, le couvercle... (pas difficultés particulière (sauf évidemment... les particules !) mais là-encore une échelle démesurée, forêt de poteaux dispositifs de surveillance, d’accès et tout le tuttim, Areva va se faire des couilles en or.

            Et aussi question de chance, car avons-nous fait le tour exhaustif de la question ? Tiens, rien que pour dire... (si on peut plus dire, comme dit l’autre, plus la peine de dire !), quid des failles, crevasses ou simples fissures souterraines subconséquentes à tous séismes... ne risque-t-on pas de voir sortir les sieverts à des kilomètres ? J’y connais un vélo, remarquez...

            Autant dire qu’on est pas sortis de l’auberge, que le temps presse et de lui dépendra le diamètre du tonneau de béton a ériger.


          • JL JL 4 avril 2011 16:49

            Chère Ariane, merci. Je croyais parler dans un désert.

             smiley


          • Emmanuel Aguéra LeManu 4 avril 2011 16:51

            Et j’en profite pour vous faire profiter de ça et de ça
            Ca donne une idée de la démesure de la tâche à laquelle s’attèlent les courageux pompiers japonais.


          • Emmanuel Aguéra LeManu 4 avril 2011 16:54

            Non, JL, pas dans le désert.
            Et oui, la lecture du livre de Kempf devrait être obligatoire à l’école.


          • JL JL 4 avril 2011 17:13

            Merci LeManu,

            je suis en train de lire le dernier ouvrage de Paul Jorion : « Le capitalisme à l’agonie ». Encore plus indispensable.


          • Emmanuel Aguéra LeManu 4 avril 2011 20:54

            Paul Jorion... décidemment, les écrits nous rapprochent...


          • Gabriel Gabriel 4 avril 2011 10:38

            La négation des faits et des résultats engendrée par cette catastrophe a atteint, chez les pro nucléaires, des sommets de mauvaise foi qui me laisse pantois d’admiration. Leur cécité du réel est à un tel niveau, une telle altitude, que le fait qu’ils ne manquent pas d’air pour débiter leurs conneries, que plus personne ne croit, est en soit une performance. Ils sont à eux seuls une caricature de la vérité. Mais bon, le business c’est le business et que vaut quelques centaines de milliers de personnes condamnées à mort à plus ou moins brèves échéance face aux bénéfices qu’une poignée de petits malins va engranger ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 10:57

              Gabriel,
              j’ai lu une info sur des Japonais sans abris qui auraient trouvé refuge dans une centrale nucléaire arretée après le seisme...
              il parait qu’il n’y aurait pas de danger.
              combien sont-ils de sans-abri ? combien déjà irradiés ?
              quelle eau boivent aujourd’hui les habitants de Tokyo ?
              je me demande jusqu’à quel point les lobbys pronuk continueront la désinformation ?
               smiley


            • Emmanuel Aguéra LeManu 5 avril 2011 14:22

                smiley


            • gaijin gaijin 4 avril 2011 10:40

              Quand au corium qui atteindrait une nappe d’eau il n’a globalement que trois possibilités
              il arrive très lentement et s’éteint
              il arrive brutalement et provoque un geyser de vapeur, d’eau et de particules radioactives.
              il arrive brutalement dans un espace trop confiné et provoque une explosion de vapeur qui propulse tout ou partie du corium en l’air
              Pour que la situation soit modélisable il faudrait connaitre la taille de la nappe la résistance des roches etc


              • olivier cabanel olivier cabanel 4 avril 2011 10:59

                gaijin
                d’après les explications des experts, si le corium franchit la barrière de béton, il tomberait d’une hauteur de 8 mètres dans le fond de l’enceinte de confinement, qui, je crois, est remplie d’eau.
                il devrait donc s’agir d’une « arrivée brutale », non ?
                on sera assez vite fixés.


              • Emmanuel Aguéra LeManu 5 avril 2011 14:23

                Non. C’est un radier (de radeau).


              • Emmanuel Aguéra LeManu 5 avril 2011 14:28

                Tout est là d’ailleurs, comme je l’écrivais alleurs...
                Dans quel état le radier (qui suppose une répartition uniforme des charges) après le séisme, et pendant la fusion, et surtout dans quel état le sol (d’abord le fond de forme compacté dont j’imagine l’épaisseur et l’état après les inondations, puis le « bon sol » dont il serait étonnant, au vue de l’échelle des secousses et de la proximité de l’épicentre, qu’il soit encore dans l’état où on l’a trouvé en entrant et qui fut la base des calculs de résistance, d’éventuels tassements différentiels, « effets de Renard », etc...


              • Razzara Razzara 4 avril 2011 10:49

                Et pendant ce temps dans le n°1 :

                http://www.zerohedge.com/article/tellurium-129-presence-proof-inadvertent-recriticality-fukushima

                Des flashs de lumière bleue, caractéristiques de reprise de criticité, ont aussi été observés ...

                Je renvois toujours vers ce lien pour une compilation en vrac des dernières news :

                http://enenews.com/

                (Voir aussi le document Areva accessible sur crytome : http://cryptome.org/ )

                Bon l’étape suivante c’est quoi ? Le corium qui perce le radier en béton et nous fait une belle explosion d’hydrogène ? Comme ça n’a pas été encore ’modélisé’ ce sera l’occasion d’alimenter les softs avec des données brutes .... Ou peut être que finalement il ne se passera rien, le vilain corium s’éteindra ’spontanément’ au contact de l’eau smiley Si tout cela n’était terriblement préoccupant on en rirait de bon coeur ma chère Ariane  !

                Razzara

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès