• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > « La sortie par l’article 50 est illusoire car c’est un (...)

« La sortie par l’article 50 est illusoire car c’est un parcours du combattant organisé pour empêcher toute sortie de l’UE »

Le 4 mai 2014, www.initiative-communiste.fr publiait un article expliquant pourquoi pour le PRCF la sortie de l’Union Européenne par l’article 50 du Traité sur l’Union Européenne est une illusion.

Dans une article publié le 30 novembre 2015, le M’PEP donne à 100% raison à la proposition du PRCF à ce sujet.

Si les Français le décident, la France peut sortir de l’Union Européenne de façon souveraine, démocratique, pacifique et internationaliste, pour le progrès social, la paix et la démocratie. Pour cela, signez la pétition pour un référendum sur l’euro et l’Union Européenne.

L’illusion de la sortie de l’UE par l’article 50 du traité de Lisbonne

« Il faut que tout change pour que rien ne change »
Giuseppe Tomasi prince de Lampedusa. Le Guépard

L’illusion de la sortie de l’UE par l’article 50 du traité de Lisbonne

 Certains partis à prétention hégémonique fondés par des politiciens venus de l’UMP cherchent à faire croire que le seul moyen viable de sortir de l’union européenne est l’article 50.

Examinons ce que dit le traité et donc les conditions de sortie de l’UE par l’article 50. Voici ce fameux article 50 :

  1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
  2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
  3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.
  4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.
  5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

Donc en conclusion, tant que les autres états de l’UE ne sont pas d’accord sur les conditions du retrait, le pays reste soumis à la Commission Européenne (Commission de Bruxelles) pendant deux ans. On voit bien que dans cette configuration, le pays qui veut sortir par l’article 50 est en position de faiblesse au cours des négociations du retrait. Pour sûr la Commission Européenne et les puissances atlantistes ne se priveraient pas de mettre la pagaille dans le pays réfractaire s’il était trop dur dans les négociations (NDLR. cf. notre article au sujet des menaces de la BCE). On ne peut donc que s’attendre à ce qu’un gouvernement passionnément épris de légalisme se plie à leurs exigences, surtout s’il est favorable au système capitaliste, c’est-à-dire au pouvoir des détenteurs du capital.

On voit donc bien que les partis qui proclament la sortie de l’UE par l’article 50 offrent objectivement une issue de secours au grand capital dans la situation où le maintien dans l’union européenne du pays concerné serait combattu massivement par la population

Donc en conclusion, tant que les autres états de l’UE ne sont pas d’accord sur les conditions du retrait, pendant une durée qui peut aller jusqu’à deux longues années le pays reste soumis à la Commission Européenne.


La tribune du M’PEP le 30 novembre 2015.

Pour sortir de l’Union européenne, ne surtout pas utiliser le miroir aux alouettes de l’article 50 du traite de Lisbonne !

Jusqu’à présent, le Mouvement politique d’émancipation populaire, devenu depuis le Parti de l’émancipation du peuple, a considéré que la sortie de l’Union européenne, et donc de la zone euro, pouvait se faire au moyen de l’activation de l’article 50 du Traité de Lisbonne (voir cet article intégralement à la fin de ce texte). Comme nous pensons que la sortie de l’Union européenne et de l’euro est la condition fondamentale pour résoudre les difficultés du pays, et principalement le chômage et la précarité, même si elle ne suffit pas, nous avons donc préconisé la sortie par l’article 50. Aujourd’hui, après de nombreuses discussions, notamment avec des juristes, et surtout après l’expérience de la Grèce, nous arrivons au constat que la sortie de l’Union européenne en utilisant l’article 50 est non seulement illusoire, mais qu’elle est extrêmement dangereuse. Elle constitue une grave diversion ne pouvant aboutir qu’à l’enlisement du processus de retrait et à la démobilisation de la population. La sortie de l’Union européenne et de l’euro doit au contraire se faire par une décision unilatérale d’un pays, en créant une situation de fait, démarche qui ressemble à la politique de la « chaise vide » menée par le Général de Gaulle entre juin 1965 et janvier 1966.

 Respecter la parole de la France ?

On entend dire, ici ou là, que ne pas utiliser l’article 50 du Traité de Lisbonne, qui permettrait précisément de sortir légalement de l’Union européenne, puisque c’est écrit, reviendrait à ne pas respecter la parole de la France, notre pays ayant ratifié ce Traité. Mais c’est exactement le contraire ! Ce serait en activant l’article 50 que la souveraineté du peuple français serait bafouée ! En effet, le Traité de Lisbonne est illégitime depuis 2005. Il ne faudrait quand même pas oublier que le peuple français, le 29 mai 2005, à 55%, a dit NON au Traité constitutionnel européen. Or le Traité de Lisbonne n’est qu’un résumé du Traité constitutionnel européen. En outre, le Traité de Lisbonne a été ratifié par la France à la suite d’un coup d’État parlementaire. Le Congrès (réunion de l’Assemblée nationale et du Sénat) a d’abord révisé la Constitution française le 4 février 2008 pour introduire un Titre XV intitulé « De l’Union européenne » qui fait de l’appartenance à l’Union européenne, en citant le Traité de Lisbonne, une obligation constitutionnelle. Puis, le 8 février, le Congrès (PS, droite, verts) a ratifié le Traité de Lisbonne, passant outre le vote du peuple lors du référendum.

Si nos concitoyens votaient pour la sortie de l’Union européenne et de l’euro, la France aurait alors toute légitimité pour en sortir par un acte unilatéral, sans passer par l’article 50. Ajoutons que le mandat politique donné à la nouvelle majorité imposera qu’elle le respecte ce qui est incompatible avec le recours à l’article 50.

 La sortie par l’article 50 est illusoire car c’est un parcours du combattant organisé pour empêcher toute sortie de l’UE

Une lecture attentive de l’article 50, éclairée par l’expérience grecque, montre le caractère parfaitement illusoire de l’utilisation de l’article 50. Qu’on en juge :

Un processus de négociation qui dépend uniquement du bon vouloir du Conseil européen

L’alinéa 2 de l’article 50 stipule que « l’Union négocie et conclut avec cet État [celui qui veut sortir de l’UE] un accord fixant les modalités de son retrait ». Pour nous, la souveraineté d’un État ne peut se « négocier ». Certes, il est évident que des discussions doivent s’engager entre l’État qui veut sortir de l’UE et les représentants de l’UE au niveau du Conseil. Mais en aucun cas il ne peut s’agir de « négociations », ce ne peut être que des discussions, pouvant déboucher – ou non – sur un protocole d’accord. Si aucun « accord » n’est trouvé, l’État souhaitant sortir sera bien obligé de prendre une décision. Par conséquent, autant prendre cette décision le plus vite possible afin d’éviter d’entrer dans le processus de l’article 50.

En outre, cet « accord » doit être « négocié » conformément à l’article 188 N, paragraphe 3 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). Ce dernier prévoit que « la Commission […] présente des recommandations au Conseil, qui adopte une décision autorisant l’ouverture des négociations. » Autrement dit, le Conseil peut décider de ne pas ouvrir de « négociations ». C’est une raison supplémentaire pour se passer de son avis et indiquer au Conseil, si ce dernier tarde ou refuse d’ouvrir ces « négociations » ou les retarde, les conditions mises par l’État sortant.

Il faut « l’approbation du Parlement européen »

Si le Parlement européen vote pour la sortie de l’État demandeur (dans quels délais ?), il ouvre la voie à la décision du Conseil. Mais s’il vote contre, que va-t-il se passer ? Une nouvelle fois, le plus simple est de ne pas entrer dans ce garot et de prendre une décision unilatérale.

Le Conseil doit statuer à la majorité qualifiée

Celle-ci est définie par l’article 205 du TFUE, paragraphe 3, point b, qui stipule : « la majorité qualifiée se définit comme étant égale à au moins 72% des membres du Conseil représentant les États membres participants, réunissant au moins 65% de la population de ces États. » Ainsi, une majorité « qualifiée » peut refuser la sortie d’un État souverain qui le demande, ou lui proposer des conditions inacceptables. Là encore le plus simple est de ne pas mettre le doigt dans cet engrenage.

Les délais peuvent atteindre deux ans !

Le délai commence à partir de la « notification » de l’État au Conseil. Mais en deux ans il peut se passer beaucoup de choses, notamment des tentatives de déstabilisation du gouvernement qui s’engagerait dans cette voie.

Des « négociations » qui excluent le pays demandeur !

Il est en effet indiqué que l’État qui demande à bénéficier de l’article 50 « ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil qui le concernent ». C’est cela que le Traité de Lisbonne appelle des « négociations » ! Et c’est à cette mascarade que nous avons cru jusqu’à aujourd’hui.

 Utiliser l’article 50 est extrêmement dangereux et même fatal

De fausses « négociations » qui placent le pays voulant sortir en position de faiblesse

Le pays qui voudrait sortir par l’article 50 se mettrait lui-même en position de faiblesse au cours de « négociations » jouées d’avance, qui reviennent à se mettre la tête dans la gueule du loup.

Offrir aux européistes de tous poils le temps de mettre la pagaille dans le pays sortant

L’exemple de la Grèce au cours de l’année 2015 doit être médité. Si le Premier ministre Tsipras a capitulé, c’est aussi à la suite des pressions énormes exercées par les oligarques européens et leurs relais en Grèce : grand patronat, grands médias, certains syndicats… Les conditions mises par l’article 50 sont telles, qu’elles sont de nature à empêcher toute réaction immédiate de l’État concerné à des attaques des marchés financiers ou à des troubles organisés par les classes dirigeantes.

Étaler une profonde incohérence politique

Un gouvernement qui s’engagerait dans cette voie serait un gouvernement à 60%, avec un président de la République qui accepterait de sacrifier 40% de son mandat (2 années sur 5) au nom du respect de la signature de la France d’un traité dont il veut pourtant se débarrasser. Où est la cohérence de cette position qui consiste à respecter à 100% les traités européens pendant les deux années de la « négociation », pour pouvoir ensuite en sortir totalement, mais uniquement passé ce délai ? C’est une attitude totalement incompréhensible pour la population à qui on expliquerait qu’elle doit attendre deux ans pour voir appliquer le programme pour lequel elle a voté. C’est même franchement ridicule et suicidaire.

L’article 50 vise en réalité à engluer dans des procédures juridiques interminables et incompréhensibles pour la majorité de la population, les États qui voudraient sortir de l’UE.

 Sortir vite en créant un état de fait

Charles de Gaulle, dans C’était de Gaulle, tome 2, d’Alain Peyrefitte, écrit que « C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu au cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça » ». Nous sommes entièrement d’accord avec cette remarque frappée au coin du bon sens.

La sortie de la France de l’Union européenne ne se fera surtout pas au moyen de l’article 50 du traité de Lisbonne. Pour sortir, la France invoquera les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités. Ces articles décrivent le droit de retrait d’un traité international par un État, au motif notamment d’un « changement fondamental de circonstances ».

La sortie de l’Union européenne devra être rapide et unilatérale, autrement dit la France décidera, seule, de sortir. Son geste, à n’en pas douter, provoquera une réaction en chaîne souhaitable, incitant les peuples des autres pays à se mobiliser pour retrouver leur liberté.

La sortie de l’Union européenne s’accompagnera d’un référendum pour réviser la Constitution française afin d’en éliminer tous les articles qui placent le droit français sous la tutelle du droit communautaire européen, particulièrement ceux contenus dans le titre XV intitulé « De l’Union européenne ».

La tragédie grecque démontre qu’aucune négociation n’est possible avec les représentants de l’Union européenne. Ses dignitaires ont dit à plusieurs reprises que les pays membres de la zone euro y étaient pour toujours. Il faut donc éviter la moindre naïveté et préparer dès à présent nos concitoyens à des épreuves qui ne pourront pas être « sereines ». L’angélisme, le juridisme, la naïveté, réels ou simulés, constituent une très grave faute politique.

La voie juridique de l’article 50, ce miroir aux alouettes, est une impasse politique aux conséquences désastreuses.

 

La fausse bonne idée de la sortie de l’Union européenne par l’Article 50 (ex 49) A
(Journal Officiel de l’UE, 17 décembre 2007).

« 1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 188 N, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.
4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent. La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 205, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.
5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49. »

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/la-sortie-par-larticle-50-est-illusoire-car-cest-un-parcours-du-combattant-organise-pour-empecher-toute-sortie-de-lue/


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

163 réactions à cet article    


  • Etbendidon 27 février 2016 10:50

    bonjour camarade taktak
    Alors comme ça on travaille meme le weekend ?
    Quel exemple pour les travailleurs !
     smiley
    Autrement l’article 50 le camarade Asselineau (l’homme qu’il nous faut) en parle mieux que toi
     smiley


    • gorgonzola 20 juillet 2016 16:59

      C’est surtout drôle de voir autant de ligne pour rien du tout au final. Vouloir sortir de l’UE par la clause de sortie qui le prévoit (ce fameux art. 50 du TUE) ce serait du juridisme ??! Et 2 lignes plus bas on nous dit qu’il faut en fait appliquer l’article machin de la convention de Vienne (qui lui ne serait pas du « juridisme ») ^^’ La citation de De Gaulle est sortie de son contexte, ça aurait été bien de mettre la phrase juste avant où Peyrefitte s’inquiètait du fait que l’UE ne prévoyait pas de clause de sortie (à l’époque où a été écrit le bouquin, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui).

      C’est amusant aussi de voir que les auteurs semblent croire qu’en appliquant cet article machin de la convention de Vienne, tout irait comme sur des roulettes sauf que : ledit article de Vienne n’est plus valide en cas de clause de sortie de l’UE (dans ce cas il faut appliquer le fameux article 50 qui attire tant les foudres du PRCF et de l’ex-m’pep aujourd’hui disparu) et la cerise sur le gâteau c’est que pour appliquer cet article de Vienne il aurait fallu... un préavis de 2 ans (alors qu’il en faut pas pour l’art. 50) ! :D

      Avec des branquignols comme ça, la France est assurément entre de bonnes mains ^^


    • Legestr glaz Ar zen 27 février 2016 11:04

      C’est certain qu’avec des analyses comme celle-ci les Françaises et les Français vous être très rassurés ! C’est le retour programmé à la dictature soviétique ! C’est très exactement ce que le PRCF devrait éviter de faire mais il insiste très lourdement dans cette voie. Pourquoi ?

      D’abord, parce que le président de la République est le garant du respect des traités (article 5 de la constitution) :

      "ARTICLE 5.

      Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités".

      Par ailleurs, l’auteur souligne que le TCE, refusé par le peuple français à la majorité, est revenu sous la forme du traité de Lisbonne et que, par conséquent, ce traité de Lisbonne est illégitime. C’est prendre un raccourci honteux avec le droit que d’écrire de telle chose. Même si le traité de Lisbonne est le frère jumeau du TCE, c’est, juridiquement, autre chose, validé par la procédure dite du « congrès » (dans le dos des Françaises et des Français).

      Par deux fois, l’auteur indique sa vision « dictatoriale » de la conduite de la France. Le président nouvellement élu, en ne respectant pas l’article 5 de la constitution deviendra « parjure ». En ne respectant pas l’article 55 de la constitution, il deviendra encore parjure.

      Est-ce que l’auteur peut nous dire ce que le président nouvellement élu respectera et ce qu’il ne respectera pas ? C’est certain que sur de telles bases le PRCF risque d’en dégouter plus d’un. C’est une vision de la démocratie bien particulière que nous sert l’auteur. Il fait froid dans le dos. Ce sont donc les apparatchiks du PRCF qui décideront de ce qu’il faut respecter et de ce qu’il faut sabrer au mépris de la constitution et du droit ! C’est du beau ! Vive la révolution et le chaos ! C’est certain, c’est vraiment rassembleur et rassurant comme programme !

      Concernant De Gaullle : « quand on est couillonné on sort ». L’auteur ne se rend même pas compte que De Gaulle n’est sorti de rien du tout ! Il a été couillonné, il a pratiqué, par défaut, la politique de la chaise vide, mais il n’a pas pu sortir du traité de Rome. Il n’est donc sorti de rien du tout. Je demande donc à l’auteur de me dire de quoi est sorti De Gaulle ? Il n’a pa pu sortir du traité de Rome, tout simplement parce qu’il n’avait pas la majorité à l’assemblée. Cet argument de l’auteur est totalement erroné.

      Par ailleurs, concernant l’analyse de l’article 50 du TUE par le PRCF. Après avoir retranscrit l’article 50, la conclusion de l’analyste du PRCF est la suivante : « tant que les autres états de l’UE ne sont pas d’accord sur les conditions du retrait, le pays reste soumis à la Commission européenne pendant deux ans. On voit bien que dans cette configuration, le pays qui veut sortir par l’article 50 est en position de faiblesse au cours des négociations du retrait ». Il n’y a rien de plus faux !

      Que dit l’article 50 du TUE ? Tout d’abord que l’Etat membre notifie son intention au conseil européen. Ensuite que l’Union négocie et conclut avec cet Etat un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte de ses relations futures avec l’Union.

      L’article 50 du TUE dit aussi : « Le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’Etat membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du conseil ».

      Pour être parfaitement clair, prenons un exemple. Voici l’article 63 du TFUE, un article capital sur le contrôle du mouvement des capitaux :

      "Article 63

      (ex-article 56 TCE)

      1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

      2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

      Cet article indique qu’au sein de l’UE toutes les restrictions au mouvement des capitaux sont interdites, autant entre les pays membres qu’entre les pays membres et les pays tiers".

      Dans le programme de l’UPR, qui souhaite appliquer l’article 50, il est question de rétablir le contrôle du mouvement des capitaux. Ce contrôle sera effectif dès le lendemain de l’élection présidentielle, en cas de victoire de François Asselineau bien sûr, et non au bout d’un délai de 2 ans. Pourquoi ? Il n’y a que 2 possibilités et 2 seulement. Soit le contrôle du mouvement des capitaux existe, soit il n’existe pas. Si le président nouvellement élu décide de mettre en place, dès son élection, le contrôle du mouvement des capitaux, est-ce que la commission pourra s’y opposer, pourquoi et comment ? Il s’agit là d’un acte souverain de la France qui n’engage personne d’autre que la France. Rien n’est enlevé à l’UE en cas de mise en application du contrôle du mouvement des capitaux. L’UE n’a strictement aucun moyen de l’empêcher. Vous me rétorquerez, je vous connais, que c’est aller à l’encontre des traités qui prévoient la libre circulation des capitaux. Seulement, vous oubliez que la France est entrée dans le processus de « négociation ». Elle respecte donc l’esprit et la lettre des traités. Il n’y a aucune négociation dans le cas présent. Elle consisterait en quoi la négociation ? A définir la date exacte à laquelle la France pourrait rétablir le contrôle du mouvement des capitaux ? Ce serait la commission et le conseil européen qui déciderait que le contrôle aurait lieu dans 2 ans ? Cela n’a aucun sens. La France aura retrouvé sa souveraineté et cet aspect des traités n’entre pas en ligne de compte avec une quelconque négociation. Le contrôle sera de fait le jour suivant l’élection présidentielle. L’article 50 précise ceci : « les traités cessent d’être applicablres à l’Etat concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2 ». Ceci veut simplement dire qu’en cas d’échec des négociations les traités ne seraient plus appliqués après deux années. Mais cela ne veut pas dire que la situation sera restée bloquée durant toute cette période. La France aura retrouvée sa souveraineté. Ce n’est pas une décision « unilatérale » de la commission et du conseil qui emportera le morçeau. La France aura retrouvé toute sa souveraineté et sa marge de manoeuvre.

      Il en sera de même avec la mise en place de la monnaie nationale, le Franc français. Celui ci aura cours immédiatement sans attendre un délai de 2 ans. Dès l’instant où la France aura signifié son retrait de l’UE par l’article 50, elle retrouvera immédiatement tous les pleins pouvoir et sa souveraineté pleine et entière tout en respectant les traités.

      Je vais vous donner un autre exemple, encore plus criant de vérité. Voici l’article 121 :

      " Article 121

      (ex-article 99 TCE)

      1. Les États membres considèrent leurs politiques économiques comme une question d’intérêt commun et les coordonnent au sein du Conseil, conformément à l’article 120.

      2. Le Conseil, sur recommandation de la Commission, élabore un projet pour les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union et en fait rapport au Conseil européen.

      Le Conseil européen, sur la base du rapport du Conseil, débat d’une conclusion sur les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union.

      Sur la base de cette conclusion, le Conseil adopte une recommandation fixant ces grandes orientations. Le Conseil informe le Parlement européen de sa recommandation."

      Vous voyez, dans la dernière phrase que c’est le conseil européen qui adopte une recommandation en fixant les orientations de politique économique pour un pays considéré. Le PRCF prétend que cette disposition durera 2 années. Examinez maintenant l’article 50. Il dit que le pays concerné par son retrait par l’article 50 ne participe plus aux décisions du conseil. Si la France ne participe plus aux décisions du conseil européen (elle n’appartient plus de fait à l’UE) c’est bien parce qu’il oriente sa politique économique comme bon il lui semble.

      C’est ainsi que toutes les décisions qui concernent la souveraineté de la France ne feront pas l’objet d’un marchandage avec l’UE. Il y aura, certes des négociations, mais celles ci ne concerneront que des aspects budgétaires ( la France doit elle de l’argent à l’UE ou l’inverse ? Quand auront lieu les dédommagements ?) Le maintien, ou non, d’accords internationaux auxquels sont liés la France à travers l’UE feront aussi l’objet de négociations.

      CONCLUSION : L’analyse faite par le PRCF de l’article 50 est totalement dévoyée et erronée, ne repose sur aucun argument juridique. Le PRCF imagine que le terme « négociation » contient le substantif « soumission ». Il n’en est rien. L’article 50 est suffisamment clair pour ne pas le comprendre de travers. C’est donc un faux débat ! Je dirais même qu’il est totalement fou de sortir unilatéralement sans adopter l’article 50. Pourquoi ? Parce que tout simplement il y aura des tas de choses à régler après autant d’années passées au sein de l’UE. Qui pourrait prétendre le contraire ? C’est un divorce à l’amiable qui attend la France, rien de plus.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 12:24

        De Gaulle n’a signé aucun des Traités européens.
        Le Traité de Rome en 1957 a été signé par Guy Mollet de la SFIO.


      • Donbar 27 février 2016 12:45

        @Ar zen
        Conception formelle du droit.. Confusion entre légalité et légitimité. Plutôt se soumettre à Pétain que rejoindre De Gaulle à Londres.


      • Legestr glaz Ar zen 27 février 2016 13:00

        @Donbar

        Ne confondez pas un pays envahi par une puissance étrangère et un pays souverain. La France de Pétain était totalement sous l’influence allemande. Votre comparaison avec cette période de l’histoire de France ne soutient pas l’analyse.

        Contrairement à ce qu’a écrit Taktak, négocier la sortie de l’UE par l’article 50, ce n’est pas figer la situation française pendant deux années. Cela n’a strictement aucun sens. Toutes les décisions qui appartiennent à la souveraineté intrinsèque de la France ne sont pas négociables. En revanche, il y aura des tas de choses à reformuler en sortant de l’UE. Fifi brin d’acier gonflée l’a exposé dans son post, je n’y reviens pas.

        Si le PRCF a cette vision du droit, il faut d’urgence que ce parti aille consulter des spécialistes du droit international. Mauvaise pioche dans cette analyse pour le PRCF et Taktak !


      • taktak 27 février 2016 15:52

        @Donbar
        « Conception formelle du droit.. Confusion entre légalité et légitimité. »

        tout à fait.

        @Ar Zen et Fifi :
        je vous conseille de lire vraiment ce texte. Visiblement vous n’avez lu que le titre
        1°) ni le PRCF, ni le mpep d’ailleurs, ne disent qu’il ne faut pas utiliser l’art50. Ils démontrent simplement qu’il est probable qu’il ne soit pas possible d’utiliser cette disposition pour sortir de l’UE. Et donc qu’il n’est pas logique d’en faire un préalable absolu. Ce qui doit primer c’est la souveraineté populaire, c’est cela en premier lieu la légalité. Je me permet de citer de gaulle :
        "C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : « Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! » Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça." .... visiblement n’est pas De Gaulle qui veut.
        2°) je note que vous n’avez aucun argument à opposer à l’argumentation très détaillée exposée de façon convergente par le PRCF puis par le M’PEP.... Ne reste donc que l’agression du PRCF à coup de caricature et de procès d’intention .


      • Legestr glaz Ar zen 27 février 2016 16:59

        @taktak

        Relisez ce que j’ai exposé dans mon premier post. Pour De Gaulle vous vous trompez : il n’est pas sorti du traité de Rome, il n’est sorti de rien du tout.

        Est-ce que vous arrivez à le comprendre ? Moi, je vous ai lu. Visiblement vous ne prenez pas connaissance des réponses. Cela s’appelle un dialogue de sourd. J’ai argumenté contre votre analyse, j’attendais au moins des contres arguments. Mais c’est le vide sidéral et vous ré-écrivez la même chose ? De Gaulle, par exemple, n’est pas sorti du traité de Rome et n’a pas désobéi à la constitution ! Notez le et arrêtez de dire l’inverse. C’est de l’histoire, rien d’autre, pas de l’idéologie !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 17:59

        @taktak
        Nous ne sommes pas pacsés avec Junker, mais avec les 27 autres pays. Plus des accords aussi à l’extérieur de l’ UE. Il y a par exemple un accord des 28 avec l’Australie sur la viande de chèvre et de mouton....

        Du temps de De Gaulle il n’existait aucune clause de sortie d’un Traité International, ce qui est contraire « au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ».
        C’est la Convention de Vienne en 1969 qui a mis en place un Droit des Traités.


        La sortie d’un Traité peut se faire à tout moment, après consultation des autres contractants. Cela peut prendre 6 ou 8 mois de discussions, pour savoir quels accords peuvent être gardés ou pas et sous quelles forme.

        Pourquoi voulez-vous que les autres pays s’opposent à la sortie de la France ?
        Qui aujourd’hui s’oppose à la sortie de la Grande Bretagne parmi les 28 ? Personne.
        Qui s’opposerait à la sortie de la Grèce, si les Grecs le voulaient ? Personne.
        Et s’ils s’opposent, la sortie devient de droit au bout de 2 ans.


      • taktak 27 février 2016 18:20

        @Ar zen
        Je vous ai répondu.

        Vous vous ne répondez à aucun des nombreux argument exposés tant par l’analyse aussi synthétique que fouillée présentée par le PRCF, ou que celle hyper illustrée du PEP. C’est facile de faire le donneur de leçon, mais à un moment, dire « j’ai raison » ce n’est pas un argument. au contraire.

        Sur De Gaulle, j’ai répondu par ailleurs. De Gaulle a sorti la france du commandement intégré de l’OTAN.... je suis étonné que vous ne le sachiez pas. C’est un situation de droit international connu de n’importe quel étudiant en droit international. Visiblement à l’UPR on ne s’est même pas penché sur la question..... pas très sérieux et convaincant.

        Et puis sur la forme, franchement, les invectives que vous lancées vous et fifi, on a vraiment l’impression que les militants de l’UPR refusent le débat.... faute d’argument. Préférent polémiquer plutot que d’être constructif. Allez je vous en veux pas, je suis sûr que cette discussion va faire évoluer votre point de vu en vous permettant d’aller au delà de la réflexion superficielle et marketing qui est pour l’instant celle affichée par la com’ de l’UPR pour des raisons tactiques bien compréhensibles mais pas du tout responsables.


      • taktak 27 février 2016 18:39

        @Fifi Brind_acier

        • La France n’a pas signé la convention de Vienne et a voté contre cette convention à l’ONU
        • « la sortie devient de droit au bout de 2 ans ».... c’est bien le problème. 2 ans pendant lesquels l’ensemble des traités continuent d’être applicables. Et donc les agressions et pressions par les institutions européennes pour empécher une sortie de l’UE et de l’euro dans de bonnes conditions possibles, et même pire très probables (vous n’avez pas suivi la crise grecque on dirait....). N’importe quel économiste sérieux le dit : si sortie de l’UE ou de l’euro il doit y avoir, elle doit être rapide. Sinon c’est la destabilisation. Juste pour respecter un article totalement antidémocratique vous seriez pret à plonger notre pays dans le chaos, en faisant durer cette sortie 2 ans ? vous voulez priver les français de leur souveraineté 2 ans de plus à partir du moment où ils auraient pris la décisions de sortir de l’UE et de l’euro ?

      • taktak 27 février 2016 20:12

        @Ar zen 11:04

        Ce que vous décrivez, c’est soit un viol des traités.
        L’article 50 est très clair : "Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2" tant qu’il n’y a pas d’accord de retrait, les traités sont pleinement applicables et en totalité. Y compris l’article 63 que vous citez. Si vous ne le respectez pas en mettant en place un contrôle des capitaux, et bien vous violez le traité et donc le droit international. Donc la position de principe de l’UPR a toute les chances d’aboutir :

        • soit à un viol des principes du droit international
        • soit à rester pieds et poings liés dans l’UE et l’euro et interdire la mise en place de l’alternative populaire et démocratique décidée décidée souverainement par le peuple français.

        C’est bien pourquoi ce qui importe c’est la sortie de l’UE et de l’euro. Pas de faire une fixette sur l’article 50.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 20:38

        @taktak
        Les Traités européens sont des traités Internationaux, et la France les a signés, que vous le vouliez ou non, qu’il y ait eu entourloupe ou pas. C’est donc le Droit des Traités qui régissent la sortie de l’ UE. Mais rien ne vous empêche d’attendre « la souveraineté populaire » et la révolution.

        La première décision à prendre, c’est de remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux.
        Regardez « Le jour d’après la sortie de l’ UE.  ».


      • taktak 27 février 2016 22:16

        @Fifi Brind_acier
        Sans sortir de l’UE, impossible de mettre en place « légalement » le contrôle des mouvement de capitaux. Sans sortir de l’euro, impossible de le mettre en pratique concrètement.
        Donc il ne faut pas se lier les mains dans le dos pendant 2 ans.

        Mais il est vrai que quand on comme crainte principale « la souveraienté populaire » et la révolution, on n’est sans doute pas pret à sortir réellement de l’UE...

        et je prend bonne note que l’UPR n’est pas pour la « souveraineté populaire ». Je ne manquerai pas de le faire savoir.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 06:53

        @taktak
        Évidemment, l’UPR ne parle jamais de la sortie du commandement intégré de l’ OTAN par De Gaulle...
        «  Il y a 50 ans, De Gaulle sortait la France du Commandement intégré de l’ OTAN ».

        La sortie de l’ OTAN, c’est l’article 13, du Traité de l’Alliance de l’ Atlantique nord.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 06:55

        @taktak
        Et si la révolution arrive dans 20 ans, ou jamais, le délai de sortie de l’ UE sera de combien d’années ?


      • politzer politzer 28 février 2016 07:13

        @taktak les groupies de l autocrate Asselineau sont béats d admiration devant leur 1er de la classe aussi pédant qu ignorant des luttes de classe qui ont fait la France. Il n y a pas de dialogue avec ces fanatiques anti communistes épais qui ne savent que psalmodier les radottages de leur idole . C est une secte à cet égard. J ai pour ma part pointé le légalisme utopique de cet article 50 au début de l existence du mouvement sur la toile dans un échange avec le Chef sur leur forum. Autre point contestable de la stratégie de l upr : l immigration dont Asselineau minimise l importance ; soit par demagogie pro immigrés soit pour ménager le patronat .


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 09:01

        @politzer
        1 - Le programme du CNR était un programme de consensus, il ne contenait AUCUNE référence à la dictature du prolétariat, ni à la propriété collective des moyens de production. Le programme du PRCF n’est donc pas copié sur celui du CNR, mais sur celui de la IIIe Internationale.


        2- Ce que l’ UPR appelle « souveraineté populaire », c’est la démocratie.
         Ce que vous appelez « souveraineté populaire » ce sont les soviets.

        3- L’immigration est gérée par des textes européens, tant que nous serons dans l’ UE, il n’y a aucune possibilité de résoudre le problème. Utilisez un sujet qui divise ne permet pas le rassemblement. Il est assez étonnant de voir que vous utilisez les mêmes arguments que le FN contre l’ UPR.

        4 - Le PRCF est un Parti politique.
        L’UPR est un Mouvement de rassemblement provisoire pour sortir de l’ UE, sur la base d’un programme de consensus, comme l’était le CNR.
        Plus de la moitié des adhérents à l’ UPR viennent de toute la Gauche.

        5 - Si la révolution arrive dans 20 ans, ou jamais, quels seront les délais de sortie de l’ UE que vous prévoyez ?

      • taktak 28 février 2016 10:18

        @Fifi Brind_acier ne sait plus ou il habite.
        sur ce même fil de commentaire, il s’est prononcé contre la « souveraineté populaire » ....

        Les affiches de l’UPR le proclamme « seul parti qui... » et asselineau pérore sur son nombre d’adhérent « l’un des premiers parti ... ». mais à part ca l’UPR n’est pas un parti mais un mouvement provisoire. Allons allons, faut pas prendre les lecteurs d’agoravox pour des perdraux !

        La sortie de l’UE - sur la base de la souveraineté populaire - et pour changer les choses va induire une dynamique révolutionnaire et de façon tout aussi logique, il n’y aura pas de sortie de l’euro sans dynamique populaire pour changer vraiment de système : a quoi bon sortir de l’UE et de l’euro si c’est pour que rien ne change pour le peuple français ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 11:38

        @taktak
        Je ne suis pas d’accord avec votre conception de la « souveraineté populaire = Soviets. » Je suis d ’accord avec « souveraineté populaire = démocratie ».

        Pas plus que je suis d’accord avec le programme du PRCF, copie de celui de la IIIe Internationale.
        Que vous faites passer frauduleusement pour une copie de celui du CNR. Et les adhérents de Gauche qui sont à l’ UPR ne sont pas d’accord non plus, sinon ils seraient au PRCF....


        Si cela ne vous dérange pas, bien sûr, pouvez-vous concevoir qu’on ne soit pas communiste et qu’on veuille sortir de l’ UE pour appliquer les réformes keynésiennes qui ont permis à l’ Islande de sortir de la crise ?

        Vous n’avez pas répondu à la question : « Si la révolution arrive dans 20 ans, ou jamais, quels sont les délais que vous prévoyez pour la sortie de l’ UE ? »
        En clair, votre plan B, c’est quoi ?

      • taktak 28 février 2016 12:41

        @Fifi Brind_acier

        Faut vous calmer FbA ! et arreter de dire des bétises. Vous êtes ridicules.
        Oui le PRCF est un mouvement communiste, et j’ai bien compris que vous êtes un anticommuniste primaire.

        Cela dit, le PRCF propose un front pour la sortie de l’UE de l’euro et de l’OTAN.

        Quand à faire passer frauduleusement son programme pour une copie de celui du CNR, là c’est plutot de votre mouvement qu’il faut parler. et je vous renvois la question, pouvez vous concevoir qu’on soit communiste et qu’on veuille sortir de l’UE pour appliquer les réformes donnant vraiment le pouvoir au peuple et seul capable de sortir totalement notre pays de la crise systémique du capitalisme ? smiley
        Je vois que ce qui vous dérange c’est bien que des communistes s’expriment et fassent leur propositions.

        Par ailleurs le PRCF n’a jamais dit « la révolution d’abord » la sortie de l’UE ensuite. D’abord parce qu’il faut être bien naif et inconscient de réalité politique pour parler comme cela. Vous avez une drôle de conception de la politique. Ensuite, le PRCF milite pour la sortie de l’UE, parce que c’est une nécessité, et il prend ses responsabilités pour que cette sortie se fasse dans l’intérêt des travailleurs. Vraiment Fifi, vous devriez écouter ce qu’explique georges gastaud par exemple, le secrétaire national du PRCF. Cela vous éviterez de propager des bétises sur le dos du PRCF. A moins que votre intention ne soit de nuire  ? ce que que je n’exclue pas du tout.

        https://www.google.fr/search?q=georges+gastaud+youtube&ie

        http://www.initiative-communiste.fr/?submit=Search&s=georges+gastaud


      • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 13:28

        @taktak
        « A moins que votre intention ne soit de nuire ? ce que que je n’exclue pas du tout. »

        Franchement vous ne manquez pas de culot !

        Votre article attaque l’UPR indirectement en plus de se fourvoyer dans une déformation et/ou une interprétation de l’article 50 qui ne correspond en rien à la réalité de cet article.

        Vous fusionnez dans un même sens les mots Accepté et Effet... en effet, et je vais répéter encore ce que j’’ai écrit plus bas, dans l’article 50 il est bien précisé que la sortie prend Effet au moment de la déposition de la demande de sortie, l’ Acceptation de sortie de l’Ue par les pays membres suite aux négociations de sorties( qui ne sont que des négociations de sortie et rien d’autres), n’entravent en rien une politique nationale puisque , et il faudra surement le répéter encore et encore, l’effet de sortie de l’UE est acquis dés sa demande formelle.

        l’acceptation de sortie qui n’est en fait qu’une acceptation symbolique, dont l’article ne mentionne pas l’impossibilité de sortie d’un état membre, est validée au bout de 2 ans si les négociations de sortie trainent ou ne conviennent pas à tous les états de l’UE liés aux négociations . 

        Lisez l’article 50, je n’invente rien, ni n’interprète à ma sauce cet article.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 20:01

        @taktak
        Reprenons depuis le début, le Conseil national de la Résistance, c’était les 8 mouvements de Résistance, pas tous communistes, tant s’en faut.
        - Le Front national de la résistance (PCF)
        - Ceux de la Libération
        - Ceux de la Résistance
        - Libération Nord
        - Libération sud
        - Organisation civile et militaire
        - Combat
        - Franc Tireur
        +
        - La CGT & la CFTC
        +
        - Le PCF
        - La SFIO
        - Les Radicaux
        - Les Démocrates Chrétiens
        - L’ Alliance démocratique, droit modérée et laïque
        - La Fédération Républicaine, droite conservatrice et catholique.
        -----------------------------------------------------------------------------------------
        Expliquez- nous pourquoi le PCF et la CGT se sont alliés :
        - aux mouvements de Résistance non communistes.
        - à la CFTC, syndicat catholique.
        - à la SFIO, aux Rad soc, aux Démocrates Chrétiens, à l’ Alliance démocratique et à la Fédération républicaine ??
        Tous ces mouvements n’étaient en rien communistes, et pourtant le PCF et la CGT s’y sont associés dans le CNR.
        ----------------------------------------------------------------------------------------
        Pourquoi faites-vous référence au CNR, si vous refusez d’en appliquer les alliances ??


      • taktak 28 février 2016 21:52

        @Fifi Brind_acier
        Après près de 100 commentaires, FbA dit « reprenons depuis le début »....

        et le tout pour ne même pas commenter le sujet de l’article. Ce serait presque comique si ce n’était pas pitoyable.

        Du reste, le PRCF ne refuse pas d’appliquer des alliances. Il fait front avec d’autres mouvements, au coté des syndicats etc... Par exemple, le PRCF a été l’une des forces du CNR-RUE.

        Parcontre régalez nous svp FbA des différentes alliances passés par l’UPR depuis sa création en 2007 il y a 9 ans.

        Allez je vous aide : ZERO mais à part cela l’UPR se réclame du CNR
        Je vais vous dire, FbA vous vous êtes encore tiré une balle dans le pied.


      • politzer politzer 17 mars 2017 11:35

        @Fifi Brind_acier l immigration est rejettée par 70% des citoyens je ne dis même pas des Français ! Il faut une solide mauvaise foi pour trouver ce sujet « clivant » ! Que dire alors de l Euro qui lui divise vraiment et on comprend bien pourquoi notamment chez les 10 millions de retraites. FA et le PRCF sont l un et l autre aussi « discrets » sur l immigration et les prétextes bidons. FA n est pas un révolutionnaire on le savait et issu de la droite d où son juridisme utopique doublé d une illusion sur la force de l ennemi dont il n a produit AUCUNE analyse publique. C est le degre zero de la politique. L oligarchie a donné des ordres pour le laisser entrer en lice, principalement contre MLP. Croire qu il a eu l assentiment ds maires grâce aux efforts ( méritoires) de ses militants ajoute à son charisme est ridicule. L avantage c est qu il va forcer MLP à se démasquer. d un autre côté le prcf critiquant FA c est l hôpital qui se moque de la charité car rien contre l immigration et le ralliement à Judas Melenchon qui lui contrairement à FA ne tient pas à sortir de l UE.


      • SérumV pilule rouge 27 février 2016 11:32

        Donc, d’après vous, il vaut mieux ne pas tenter de sortir de l’UE !?!
        Et après, quoi ?
        Si il y a un moyen de quitter ce régime totalitaire, il faut au minimum tenter le coup et ne pas se résigner.
        Au moins, l’UPR ne baisse pas les bras, F. Asselineau y croit et il a une bonne connaissance du sujet. Les petits partis devraient se serrer les coudes et aller dans le même sens, cessez de tenter de diviser les hommes de bonne volonté, un peu de clairvoyance que diable.


        • taktak 27 février 2016 15:58

          @pilule rouge
          Euh c’est exactement l’inverse.
          Je rappelle juste que le PRCF a toujours était pour la sortie de l’UE. Et ce bien avant que M Asselineau ne quitte l’UMP de Sarkozy et Cie.

          Sur l’art 50, il a visiblement une très mauvaise interprétation du sujet. En fait, comme je ne le crois pas incompétant, je sais qu’en fait cet affichage sur cet Art 50 est un artifice de communication, pour justifier du choix isolationniste et anti front commun décidé pour son mouvement, pour tenter de se singulariser et faire sa promotion. C’est un choix, mais force est de reconnaitre qu’il est clivant, qu’il divise et qu’il n’est pas clairvoyant.
          Ce qui importe d’ailleurs, ce n’est pas l’accord ou le désaccord sur la possibilité ou non d’utiliser l’art50, non c’est de mobiliser un large front des hommes de bonne volonté pour la sortie de l’UE. Et ce sont les circonstances qui trancheront ce débat.


        • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 13:55

          @taktak
          "c’est de mobiliser un large front des hommes de bonne volonté pour la sortie de l’UE. Et ce sont les circonstances qui trancheront ce débat.« 

          Purée ! ce n’est pas avec ce genre d’article que vous allez rassembler qui que ce soit. tous ceux qui ont une lecture saine et claire de cet article 50 comprennent qu’au contraire il est la seule voie viable avant un risque de révolution ( crise économique, choc de civilisations,inversion des valeurs morales et sociales, etc,..) surement sanglante et inutile ( cela commence en Grèce depuis quelques temps), car pour ce qui est des révolutions, ce sont toujours des nantis qui ont repris les commandes des nations.*

          Quand aux attaques sur la personne de FA, elles non plus ne sont pas pour rassembler les gens.
          Surtout au vue des analyses et propositions de l’UPR et de son programme qui ne sont en aucun cas le reflet d’un parti de droite auquel aurait pu appartenir FA.
          Ces attaques superficielles et non fondées dans les faits ne revalorisent pas votre action ni votre parti avec lequel je commence à prendre de plus en plus de recul au vu des » arguments" de pacotille utilisés pour discréditer FA et tous les adhérents et sympathisants de l’UPR.

          A croire que la montée inexorable de ce parti vous fait peur.


        • taktak 28 février 2016 21:59

          @GrandGuignol

          Merci de me dire ce qu’est une lecture saine de

          "Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2« 

          C’est l’alinéa 3 de l’art 50. Et il proclame que tant qu’il n’y a pas d’accord » les traités restent applicables"

          En clair et de façon indiscutable, le pays qui fait usage de l’art 50 reste dans l’UE et dans l’euro tant qu’il n’y a pas d’accord et jusqu’à 2 ans.

          Pour le reste, c’est bien les cyber troll de l’UPR qui sont agressifs. Et personnes d’autres.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 12:21

          Taktak confond la sortie de l’ UE qui est un droit, et les discussions avec les 27 pays pour régler le sort des 521 accords et Traités qui lient la France à ces pays....


          Le PRCF ne respecte pas le Droit International, et ne respecte pas non plus les 27 pays qui ne nous ont rien fait, et avec lesquels il n’y a aucune raison de se fâcher. D’autant qu’ils peuvent devenir de futurs partenaires dans des accords de coopération.

          Si le PRCF souhaite vivre dans une future Corée du nord, faut pas le décourager !
          Comme il n’y a que très peu de Français qui vont le suivre, il faut l’encourager au contraire !

          • taktak 27 février 2016 18:06

            « @Fifi Brind_acier
            Votre commentaire est franchement ridicule.

            • Est ce que pour vous la volonté souveraine des peuples ne s’impose pas ? c’est pourtant une des bases du droit international. Il ne s’agit donc pas de ne pas respecter le droit international. Bien au contraire, la charte des nations unies consacre le principe fondamental du droit des peuples à disposer d’eux même, renouvelé par la pacte des droits civils et politiques de 1966 : « Tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel. » Si les français le décident, la France peut sortir de l’UE et de l’euro ou de l’OTAN, et cela en respectant pleinement le droit international, sans se fâcher avec aucun des 27 peuples de l’UE. Mais si les français le décident, il sera totalement illégal de ne pas respecter leur volonté souveraine en se soumettant pour on ne sait trop quelle raison et quelle que soit les circonstance à un article 50 qui organise de facto un véritable parcours du combattant pour empécher un pays de sortir de l’UE.
            • Votre anticommunisme primaire est grotesque. On croirait entendre un chien de garde médiatique.  Votre reflexion est bien sûr déplacée et caricaturale, relevant simplement du troll qui n’a pas d’argument.
              Juste pour montrer l’inanité de votre réflexion juridique et votre méconnaissance du droit international et de son histoire, je vais me contenter de souligner l’exemple de la sortie de la France du commandement intégré de l’otan qui s’est faite en s’appuyant sur la clause rebus sic stantibus  : sortie unilatérale et sans négociation. Vous devriez lire le mémoire du 11 mars 1966 justifiant sur la base d’un changement de circonstances la dénonciation unilatérale par la France. Cher Fifi Considéreriez vous que la France de De Gaulle c’est la corée du nord  ? on dirait bien que oui. Et puis je cite la lettre du 7 mars 1966 de De Gaulle

               »


              « [...] La France considère que les changements accomplis ou en voie de l’être, depuis 1949, en Europe, en Asie et ailleurs, ainsi que l’évolution de sa propre situation et de ses propres forces, ne justifient plus, pour ce qui la concerne, les dispositions d’ordre militaire prises après la conclusion de l’alliance soit en commun sous la forme de conventions multilatérales, soit par accords particuliers entre le gouvernement français et le gouvernement américain.C’est pourquoi la France se propose de recouvrer sur son territoire l’entier exercice de sa souveraineté, actuellement entamé par la présence permanente d’éléments militaires alliés ou par l’utilisation habituelle qui est faite de son ciel, de cesser sa participation aux commandements « intégrés » et de ne plus mettre de forces à la disposition de l’OTAN. [...] »

              Quel dangereux bandit international que ce De Gaulle

              Allons, FifibrinAcier, il faut être sérieux !



          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 18:18

            @taktak
            De Gaulle est mort en 1969, la Convention de Vienne sur les Traités de 1969 s’est appliquée à partir de 1980. Je ne vois pas d’anticommunisme là -dedans.


          • taktak 27 février 2016 18:44

            @Fifi Brind_acier

            mais oui mais oui.... renvoyer à la corée du nord ? comme un vulgaire JM Apathie ? .... je ne m’étendrai pas plus. Cela ne sert à rien de polémiquer

            Mais savez vous que De Gaulle a sortie - unilatéralement - la France du commandement intégré de l’OTAN ? Et cela sans même faire référence à l’article 13. Vous faites l’expert, mais vous dites des bétises.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 20:47

            @taktak
            Je ne comprends votre animosité envers les autres peuples européens ? Que vous ont-ils fait ? Si vous refusez de rencontrer et de discuter avec les 27 pays, c’est que vous n’en n’avez rien à faire, ce qui est du mépris à leur égard.


            Vous irez ensuite, la mine enfarinée, proposer un accord de coopération à l’ Italie ou à l’ Espagne ? Ils vous enverront promener, et ils auront raison !

            Sortir des Traités ne change pas les pays voisins, qui seront toujours les mêmes, et avec lesquels il n’y a aucune raison de se fâcher.


            L’article 50 a été fait justement pour régler pacifiquement la sortie des Traités avec les 27 autres pays. Vous devriez vous féliciter, que pour une fois dans les Traités européens, quelque chose aille dans le sens de la paix entre les peuples...

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 12:33

            L’article 50 est bien la seule voie de sortie légale de l’ UE.
            Même la presse, qui faisait semblant de l’ignorer, commence à en parler à propos du Brexit.


            • Legestr glaz Ar zen 27 février 2016 12:48

              @Fifi Brind_acier

              Fifi, vous vous rendez compte que j’ai répondu à Taktak ! Je n’ai certes pas respecté la « charte » d’intervention sur le net, mais j’ai opéré à « l’ancienne ». Ne désespérez pas, je suis un amateur. Je vais m’améliorer.

              Je ne sais toujours pas pourquoi je vous « gonfle » et ça, ça me gonfle, pour utiliser votre vocabulaire post-ménopause !


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 13:13

              @Ar zen
              Après des mois de palabres avec Taktak, la discussion sur le billet précédent a permis de clarifier où se situaient les divergences avec le PRCF.
              Cela me semble plus important que de faire une erreur de blogueur dans un réponse et d’essuyer un commentaire désobligeant de votre part.
              Chacun ses priorités.


            • Legestr glaz Ar zen 27 février 2016 13:28

              @Fifi Brind_acier

              Merci pour cette réponse un peu plus apaisée, mais j’insiste. Quelle est la nature de ce commentaire désobligeant ? Je n’en ai pas fait, je le sais. Vous avez bien le droit de vous tromper mais votre insistance à dire que j’ai eu des propos désobligeants à votre endroit ne vous fait pas honneur, croyez le. Je n’ai jamais été désobligeant envers vous, vous vous êtes trompée. Est-ce si difficile de le reconnaître ?


            • Donbar 27 février 2016 15:15

              Qu’on en passe pour commencer, pour des raisons tactiques, par l’article 50, pourquoi pas. L’inquiétant est d’en faire un a priori sous prétexte qu’il faudrait se soumettre à un droit dont on ne veut plus ou qu’on deviendrait une Corée du Nord en n’étant pas gentils avec « des pays qui ne nous ont rien fait ».
              Amis de l’UPR, je partage entièrement votre désir d’indépendance nationale et je pense que François Asselineau est sincère, mais tout cela ma paraît assez artificiel, assez inconsistant pour tout dire. Au-delà de des arguments que nous échangeons j’aimerais sentir un fond qui m’inspire confiance et, j’ai le regret de dire que ce n’est pas le cas. Je continue de penser que face à des adversaires retords, Asselineau se fera ligoter, et nous avec.
              Bonne continuation quand même. Pensez à relire à l’occasion le Fil de l’Épée – plutôt que « la presse », Fifi – et à le ruminer un peu.


              • Legestr glaz Ar zen 27 février 2016 17:09

                @Donbar

                Prenez connaissance du programme de l’UPR. C’est le seul parti qui veut modifier la constitution pour donner sa puissance au peuple.

                En Islande, le parti politique qui avait annoncé dans son programme la tenue d’une constituante a été élu. Il a tenu parole. Regardez aujourd’hui l’Islande, minuscule pays. Il vient de rejeter l’idée de l’adhésion à l’UE, il a laissé sombrer ses banques !

                Par conséquent, votons pour un parti politique qui propose, sinon de mettre en place une constituante, mais au moins de redonner son pouvoir au peuple dans la constitution. Cela implique :

                1°) de supprimer la procédure du congrès. Seul le peuple est compétent pour modifier sa propre constitution.

                2°) de mettre en place, dans la constitution, « l’initiative populaire » qui permet de modifier tout ou partie de la constitution.

                3°) de mettre en place, dans la constitution, « le référendum populaire » qui permet de dénoncer une loi jugée scélarate (ou un règlement) et de l’annuler.

                4°) de reconnaître, dans la constitution, le vote blanc avec son corollaire : si le vote blanc arrive en tête d’une élection, tous les candidats battus par le vote blanc ne peuvent plus de représenter. Place aux nouveaux.

                5°) de mettre en place, dans la constitution, le non renouvellement des mandats pour éviter la « professionnalisation » du politique et assurer un renouvellement permanent de la classe dirigeante.


              • taktak 27 février 2016 18:12

                @Ar zen

                Le seul parti ? bien sûr que non.

                Lire le programme du PRCF


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 18:14

                @Donbar
                La question centrale est le respect du Droit International dans des accords où la France est engagée avec 28 pays et davantage. Violer les Traités ne peut qu’apporter plus d’inconvénients que d’avantages.


                Les autres pays peuvent porter plainte auprès de la Cour de Justice européenne, et/ou du Tribunal Pénal International, qui peuvent faire traîner bien plus de 2 ans, imposer des pénalités financières lourdes, et obliger au final la France à sortir ... par l’article 50. Vous serez bien avancé !

                Mais je comprends bien certaines réactions, à Gauche, tout ce qui est transgressif vous fascine, et vous fait passer pour de grands révolutionnaires, même si au final, il n’y a rien à y gagner, que des problèmes supplémentaires.

              • taktak 27 février 2016 19:01

                @Fifi Brind_acier
                 Il ne s’agit justement pas de « violer les traités ». Mais d’en sortir. Tous simplement.

                • Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt.
                  Fifi s’inquiète d’un dépot de plainde devant le Cour européenne de justice. Mais absolument pas des attaques financières qui, dès lors que l’on annonce la sortie de l’UE et de l’euro, vont se déchainer pour mettre à genou notre pays et auxquelles il faudra être en capacité de répondre. Et justement, il faut sortir des traités - ou les violer, et faire une question de principe absolu l’utilisation de l’art50 c’est bien ce placer dans la nécessité de violer les traités - pour pouvoir y répondre. C’est bien ce que je dis plus haut, vous n’avez absolument pas étudié la crise grecque dans ses détails et n’en avez pas tiré les conclusions, qui donnent pleinement raison aux analyses et propositions du PRCF qui s’en sont trouvées confirmées non par des arguments théoriques, mais mieux, par l’expérience des faits.
                • « certaines réactions à Gauche ».... tiens le masque tombe, à l’UPR, on s’oppose à la gauche et on affiche son conservatisme... son idéologie de droite.... tiens tiens... bref
                • "Le problème des conservateurs qui ne veulent rien changer au système, et bien c’est que le système reste totalement le même. Si on veut que la situation évolue, il va falloir faire preuve de courage, et prendre ses responsabilités. Au fond votre problème c’est bien celui là, de refuser de voir que le statut quo c’est conserver et amplifier les problèmes pour la très grande majoritaire... et au contraire votre priorité, ce n’est pas le peuple français, mais de conserver le système en place. Il est vrai que pour faire une belle et longue carrière de politicien de droite au sein des cabinets, il faut être fasciné par le refus de la transgression, par la perpétuation du système, même si au final, cela ne fait que créer des problèmes supplémentaires pour les français.

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 20:58

                @taktak
                Quand comprendrez-vous que les 521 accords et Traités nous lient aux 27 pays européens ?
                Sortir de l’ UE, c’est régler avec ces 27 pays le sort de ces accords.
                Comme dans un divorce, il faut bien régler les problèmes, avant de partir chacun de son côté.
                L’article 50 sert à cela, à divorcer pacifiquement des 27 pays.


                Dire que le transgressif à Gauche, est parfois préféré à la paix entre les peuples, et au respect du Droit, ce n’est pas de l’anticommunisme, c’est un constat. Les peuples européens ne m’ont rien fait, je ne les considère pas comme responsables, mais victimes, et je les respecte.

              • taktak 27 février 2016 22:09

                @Fifi Brind_acier

                Quand de gaule a sortie unilatéralement la France du commandement intégré de l’OTAN sans faire application de l’art13 (pendant de votre art50), a t il violé le droit ? a t il agressés les peuples européens ? voila

                Sortir de l’UE ce n’est pas rompre les liens avec les pays européens. Bien au contraire. Il faut sortir de lUE pour faire évoluer ces liens. Bien evidemment que cette sortie sera accompagné de négociations avec es 27, et qu’elle sera sans aucun doute soutenue si elle se fait sur des bases progressistes, populaires et internationalistes par la plupart des peuples européens qui suivront alors la voie ouverte par le peuple français. Mais très honnetement je crois que l’art 50 peut être un obstacle à ces négociations. Surtout, je pense que c’est un détail : soit les circonstances permettent de l’utiliser soit elles ne le permettront pas. Il n’y a pas lieu de faire une fixette sur cet article et d’alimenter des illusions pour créer des divisions à ce sujet.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 07:04

                @taktak
                Relisez votre propre programme :
                 Article 1- Proclamer la suprématie du droit, de la Constitution et des lois françaises sur les directives européennes.

                Si vous respectez le droit et la Constitution, l’article 50 doit être utilisé, en vertu de l’article 5 de la Constitution.
                -------------------------------------------------------------------
                Article 1.2 : Planifier le retrait de la France d l’ UE.
                Si vous voulez planifier la sortie, c’est qu’elle ne se fera pas brutalement.
                Vous êtes en contradiction avec votre propre programme.


              • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 10:11

                @taktak

                Vous confondez sortir de l’OTAN par l’article 13 et sortir du commandement intégré. Vous n’avez pas compris la portée de l’article 13. Celui sert à dénoncer le traité. Sortir du commandement intégré c’est autre chose. Appartenir au commandement intégré et/ou au partage du nucléaire (ce que la France n’a encore jamais fait, mais qui est possible) c’est autre chose. Cela se fait par le biais de lettres d’adhésion.

                Donc, Taktak, depuis son adhésion en 1949, la France n’est jamais sortie de l’OTAN. Charles De Gaulle a respecté la constitution. Il est probable que s’il était resté au pouvoir après 1969 il serait sorti de l’OTAN par l’article 13. En effet que dit l’article 13 ? Avez vous été curieux ? Le voici :

                Article 13 Après que le Traité aura été en vigueur pendant vingt ans, toute partie pourra mettre fin au Traité en ce qui la concerne un an après avoir avisé de sa dénonciation le gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, qui informera les gouvernements des autres parties du dépôt de chaque instrument de dénonciation.

                Vous voyez, comme moi Taktak, qu’il y est question d’une période de 20 ans ! Donc, si vous êtes bon en calcul, combien font 1949 + 20 ? Je vous laisse chercher !

                L’histoire de France nous montre que notre pays n’est jamais sorti de l’OTAN.


              • taktak 28 février 2016 10:27

                @Fifi Brind_acier
                Vous avez coupé le point 1, ce qui n’est pas très honnete. il est également dit « récuser par avance toutes les prétendues sanctions et admonestations de Bruxelles et de Francfort ; »

                voici le programme du PRCF

                et comme je l’ai déjà dit le PRCF n’a jamais dit qu’il n’utilisera pas l’article 50 : il dit qu’il sortira de l’UE et de l’euro. Il ne fait tout simplement pas de l’article 50 un préalable qui pourrait empécher la sortie de l’UE.

                Et oui selon une sortie organisée, bien sûr, d’autant plus que le programme du PRCF prévoit de « nouer de nouveaux traités internationaux progressistes ». On est bien loin des carricatures mensongères que vous essayer de plaquer sur le PRCF.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 11:53

                @taktak
                Il faut choisir : soit « Vous récusez les sanctions et admonestations de Bruxelles et de Francfort. »
                Soit vous respectez le Droit et la Constitution, et vous utilisez l’article 50 !


                Et non, non, il n’y a pas écrit dans votre programme « sortie organisée », mais « sortie planifiée ».
                Planifier, en bon français, c’est organiser dans le temps, selon un calendrier.
                Ce qui est le contraire de « sortir brutalement ».

                Vous mentez sur votre programme, qui n’est en rien une copie de celui du CNR.
                Vous voulez que tout le monde devienne communiste, sinon on est bons à jeter aux chiens.
                Et vous cherchez toutes les excuses possibles pour éviter une alliance avec l’ UPR.

              • taktak 28 février 2016 12:08

                @Ar zen
                La sortie du commandement intégré de l’OTAN c’est le non respect partiel du traité de l’atlantique Nord


              • taktak 28 février 2016 12:57

                @Fifi Brind_acier

                « sinon on est bons à jeter aux chiens. »

                Rhooo .... franchement fifi je vois qu’à court d’argument (en fait vous n’en avez pas du tout) vous ne savez qu’essayer de diaboliser le PRCF... Je vous rassure, lc’est pas parce qu’à l’UMP ou vous avez fait vos classes on vous a raconté que les communistes mangent les enfants que c’est vrai. Il faut vous ouvrir un peu, être un minimum tolérant.  smiley Pensez au minimum à l’image désastreuse que vous donnez de vous. Pensez au ridicule de la polémique que vous entretenez ici.

                « vous cherchez toutes les excuses possibles pour éviter une alliance avec l’ UPR.  »

                Faux. C’est curieux cette façon que vous avez de projeter sur les autres votre manière de faire de la poitique (les autres sont des chiens, refus de toutes alliances... ). En réalité :
                Le PRCF a déjà de nombreuses alliances, dans l’action avec des non communistes, par exemple des gaullistes comme ceux des Clubs Penser la France, comme l’amiral Debray etc...
                Le PRCF a déjà essayé d’envisager des actions communes avec l’UPR. C’est l’UPR qui a refusé.
                Merci d’indiquer avec quel autre mouvement l’UPR a fait alliance ? Avec qui il a présenté des candidatures communes ? AUCUN et JAMAIS.
                A l’inverse le PRCF a fait la preuve que partout et tous le temps il prend ses responsabilités pour le rassemblement, présentant des candidatures communes et agissant pour un front commun pour la sortie de l’UE et de l’Euro.

                Je n’aime pas critiquer, mais je constate une fois de plus que n’est pas de gaulle qui veut et que vous préférer mettre en avant votre anticommunisme que défendre la France... Et je suis conforté dans mon jugement personnel que tant que l’UPR et ses militants se comporteront comme ceci, avec des méthodes aussi malhonnête et un discours uniquement polémique, clivant, fracturant, intolérant et sectaire, ils ne seront pas une partie de la solution mais au contraire un problème. Je vous invite non pas à invectivier, non à pas insulter ou dénigrer le PRCF et d’autres mais plutot à prendre vraiment et sérieusement vos responsabilités, pour la france, pour notre peuple. A accepter le rassemblement de toutes les composantes sincérement pour la sortie de l’UE et de l’euro, en respectant que chacun a le droit de faire vivre le débat et porter ses propositions. En Acceptant que ce débat - comme l’a prouvé le CNR - est une force de rassemblement, et non pas une force de division.

                Bien à vous !


              • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 13:07

                @taktak

                Et bien non Taktak, ce n’est pas un non respect partiel du traité. Renseignez vous ! Comme je vous l’ai écrit, il existe différent niveaux d’adhésion. Si la France ne veut pas participer au groupe des plans nucléaires, elle le fait par lettre de renonciation. Mais elle ne sort pas du traité ! Vous pouvez, bien sûr, écrire que c’est un non respect du traité, si cela peut vous faire plaisir, mais ce n’est pas vrai ! Vous voulez qu’il en soit ainsi pour vous justifier, justifier l’idée du PRCF de désobéir aux traités. Mais cela ne marche pas ! Vous opérez de cette façon comme une dictature bolchévique. Vous faîtes peur !

                Donc vous avez écrit des contrevérités ! La France est, depuis 1949, dans l’OTAN et ne l’a jamais quittée depuis cette date.

                Vous ne faîtes pas l’effort de chercher Taktak. Vous restez coincé dans votre idée première. Voici un texte qui pourrait vous aider.

                Quels sont les organes de décision de l’OTAN ?

                Le fonctionnement de l’OTAN est relativement complexe, les organes de décision et de commandement sont multiples :

                Principales institutions

                > Conseil de l’Atlantique Nord

                > Groupe des plans nucléaires

                > Comité des plans de défense

                Principaux organismes du Comité des plans de défense

                > Comité militaire

                > Etat-major militaire international

                > Commandement allié opérations

                > Commandement allié transformation

                La France n’avait jamais quitté le conseil de l’Atlantique Nord

                Le principal organe de décision de l’OTAN est le « conseil de l’Atlantique Nord ». C’est le pouvoir politique de l’OTAN où siègent les 26 pays membres. La France n’a jamais quitté cet organisme. Depuis 1949, la France participe donc à toutes les décisions prises par l’OTAN.

                La France a quitté le groupe des plans nucléaires en 1966 et Nicolas Sarkozy n’a pas voulu y revenir

                Au sein de l’OTAN, le groupe des plans nucléaires est l’organe de décision de la politique nucléaire des pays de l’OTAN. La France a quitté ce groupe en 1966 au nom de l’indépendance du pays. De Gaulle ne voulait pas soumettre la dissuasion nucléaire de la France aux décisions des Etats-Unis et de l’OTAN. Au nom de l’indépendance de la puissance nucléaire de la France, Nicolas Sarkozy n’a pas eu l’intention de réintégrer cet organe de décision.


              • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 14:09

                @taktak

                Et bien oui, j’ai pris connaissance du programme du PRCF. Extraits :

                1. FAIRE RENAITRE une FRANCE LIBRE, INDEPENDANTE et SOUVERAINE

                1.1. Proclamer la suprématie du droit, de la Constitution et des lois françaises sur les « directives » européennes ; récuser par avance toutes les prétendues sanctions et admonestations de Bruxelles et de Francfort ;

                1.2. Planifier le retrait de la France de l’U.E. et du désastreux euro, reconstituer la souveraineté politique, monétaire, budgétaire, économique et sociale du peuple français ; Dénoncer la « dette » de la France à l’égard des banques et des marchés financiers, notamment en dévaluant le franc qui succèdera à l’euro sur la base 1 F=1 €. Reconnaître les créances des petits porteurs. Instituer un financement sain de l’Etat en taxant les riches, les transactions financières et l’héritage des milliardaires. Rapatrier les réserves d’or de la France et en obligeant la Banque de France à financer l’Etat à un taux décent.

                Je remarque, avec effroi, qu’il s’agit de proclamer la suprématie du droit de la constitution et des lois françaises sur les directives européennes ! C’est extrêmement curieux lorsque Taktak explique en même temps que le PRCF veut sortir de l’UE sans utilisation de l’article 50. En effet, pourquoi proclamer la suprématie du droit de la constitution et des lois françaises sur les directives européennes lorsque la France sera sortie de l’Union Européenne. Il n’y a plus rien à proclamer puisque la France ne fait plus partie de cette Union Européenne.

                Continuons le programme PRCF.

                2. CONSTITUER une NOUVELLE REPUBLIQUE SOCIALE, DEMOCRATIQUE et INDIVISIBLE, METTRE LE MONDE DU TRAVAIL AU CENTRE de la VIE NATIONALE.

                2.1. Abolir la monarchie élective que constitue l’actuel régime présidentiel ; convoquer une Assemblée constituante pour instituer une République indépendante, sociale, démocratique, laïque et populaire ; la doter d’institutions telles que rien ne puisse être fait contre les travailleurs, qui constituent l’écrasante majorité de la population française ;

                Voyez vous Taktak, en matière de changement dans la constitution l’UPR est le seul parti à dire ce qu’il dit, à savoir : mettre fin à la procédure du congrès, instaurer dans la constitution l’initiative populaire et le référendum citoyen (et ce ne sont là que certains aspects de son programme particulièrement précis). La seule chose qu’envisage le PRCF est beaucoup plus généraliste, moins précis, moins parlant, puisqu’il s’agit de « convoquer une constitutante ».

                L’UPR, malgré ce que vous avez écrit, est le seul parti à vouloir modifier immédiatement la constitution et à dire très exactement comment et dans quel sens !


              • taktak 28 février 2016 16:47

                @Ar zen

                Je vous invite à lire sérieusement tant la lettre de De Gaulle que l’aide mémoire établi par le quai d’orsay. Vous comprendre un peu mieux ce qu’est le droit international et ce qu’il permet de faire.

                Dans tous les cas, prétendre comme vous vouloir utiliser l’article 50 pour sortir de l’UE et cesser d’appliquer « à la carte » le traité de Lisbonne cela n’est pas conforme au droit international.


              • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 18:25

                @taktak

                Je crois que vous ne lisez pas les réponses qui vous sont adressées. Vous devriez commencer par là ! « Grandguignol » vous a écrit :

                "C’est triste de déformer ainsi le fait que les négociations de sortie ne sont que des négociations de sortie et rien d’autres, qui ne confirme en rien l’obligation de la France qui aura signifié sa sortie à ne pas pouvoir appliquer sa propre politique durant le temps des négociations.

                dit autrement :

                Au contraire l’article 50 précise bien que la sortie prend effet dès le début de la demande et qu’elle ne sera acceptée qu’au bout de 2 ans si les négociations trainent. Acceptée ou pas, ne veut pas dire que durant le laps de temps de 2 ans la France ne pourra pas appliquer sa politique puisque sa sortie prend effet dés que la demande est proposée......Je sais je me répète.

                On se demande quel jeu joue le PRCF et Taktak sur ce coup.à vouloir incriminer l’article 50 et l UPR en sous-marin, ce qui est d’une bassesse inouïe. Car il n’y a que l’UPR qui propose de sortir de l’UE par l’article 50 !!"

                J’aimerais savoir, Taktak, quelles sont vos compétences en droit ? D’où avez vous sorti cet article 188 N du TFUE ? Vous avez un problème avec les articles des traités ?


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 20:07

                @taktak
                J’ai toujours voté à Gauche, vous racontez n’importe quoi !
                Expliquez nous pourquoi le PCF et la CGT se sont alliés avec une douzaine d’organisations non communistes dans le CNR, cela vous évitera de délirer.


              • Doume65 27 février 2016 18:29

                @taktak

                Vous déduisez de l’expérience grecque qu’il n’est pas utile d’essayer de discuter avec le Conseil Européen : C’est lui qui mène le jeu.
                 
                Votre déduction est plus que foireuse, en mon sens car si le Conseil Européen a pu en effet imposer toute ses volontés à la Grèce, c’est justement que celle-ci ne voulait surtout pas sortir de l’UE ! Il serait plus logique de conclure que c’est lorsqu’on veut rester dans l’UE que la Commission a tout pouvoir !

                Sauf que... cette déduction logique ne va pas dans votre sens, puisque l’unique but de ce papier et de chercher des poux à l’UPR.


                • taktak 27 février 2016 19:16

                  @Doume65
                  Non, relisez bien l’article.
                  La question ce n’est pas que la Commission Européenne. Mais bien la façon d’échapper à la dictature de l’oligarchie, de ses marchés financiers, des banques. Et vous semblez oublier un tout petit détail : l’euro et la BCE.... l’application de l’art 50 peut conduire à rester sous l’emprise de l’euro jusqu’à 2 ans. C’est à dire de priver notre pays et son gouvernement des capacités de réactions indispensables.
                  l’expérience de la grèce le prouve. Dans quelle position de « négociation » se trouverait la France sans souveraineté monétaire ? Elle serait pieds et poings liés aux marchés financiers, avec la BCE l’étranglant, comme l’a été la grèce ou chypre. Hors l’UPR entend sortir de l’euro par application de l’article 50 et ne serait donc pas sortie de l’euro au moment des négociations.
                  Votre raisonnement ne tient donc pas . CQFD

                  Contrairement à ce que vous pensez, il ne s’agit pas de chercher des poux à quiconque mais de proposer des solutions viables et solides. Pas de la communication sur le mode ’l’UPR refuse de faire front avec les autres mouvements pour la sortie de l’UE parcequ’il ne sont pas d’accord sur l’Art 50". Cette position de l’UPR est irresponsable et elle ne résiste pas à un examen sérieux, factuel et argumenté.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 2016 21:02

                  @taktak
                  Ce n’est pas du tout l’avis d"Asselineau concernant la monnaie, d’ailleurs les planches en Francs sont déjà prêtes.


                • taktak 27 février 2016 22:04

                  @Fifi Brind_acier
                  Vous avez autre choses qu’un argument d’autorité... « asselineau a dit que ... » ce n’est pas très convaincant smiley

                  Sinon, juste une remarque :
                  si asselineau dit que le lendemain de son élection il imprime des francs, et bien cela signifie tout simplement qu’il ne respecte pas les traités européens et qu’il n’applique donc pas réellement les disposition de l’Art50. CQFD. Cela dit, l’UPR écrit qu’il sortira de l’euro par l’article 50. Donc non Asselineau a beau avoir des planches en francs pretes, il ne pourra les imprimer qu’une fois un accord validé par le Conseil, soumis à l’approbation de la BCE, du parlement de strasbourg et de la Commission obtenu...ou attendre 2 ans, sauf à violer les traités (ce dont nous dites que c’est pire que les 7 plaies d’égypte et que l’UPR au grand jamais ne le ferai contrairement aux dangereux bolcheviques aux couteaux entre les dents du PRCF et ca fait très peur :- ) ). Donc ses planches en francs attendront 2 ans, le temps que les marchés financiers ait mis la France à genou, ou qu’il se résolve à sortir unilatéralement de l’UE et de l’euro (aie aie aie, Asselineau deviendrait un dangereux bolchevique au couteau entre les dents comme King Il Sung).

                  Je vous invite à regarder comment De Gaulle a sorti la France du commandement intégré de l’OTAN  : sortie unilatérale et sur cette base négociation des dispositions pratiques. Visiblement, Asselineau juge que De Gaulle est un dangereux révolutionnaire de gauche adepte de la transgression... A noter que de 1940 à 1966 cela a du bon la « transgression ». Cela permet parfois de changer le cours de l’histoire. Sinon on reste dans Vichy, dans l’OTAN ou dans l’UE.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 07:08

                  @taktak
                  Alors, enlevez de votre programme l’article 1-2 :
                  « Planifier les retrait de la France de l’ UE et de l’euro »
                  Quand on planifie, cela signifie qu’on n’en sort pas brutalement.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 07:25

                  @taktak
                  La différence, c’est qu’en 1944, la France était occupée par l’armée allemande.
                  J’ai beau chercher, je ne vois aucune armée italienne, espagnole, allemande, autrichienne ou belge qui aient envahi le territoire national...
                  Sortir « Vichy et l’anticommunisme primaire », à tous propos ne vous grandit pas.
                  Il n’y a aucune raison d’entrer en conflit et faire de nos voisins des ennemis.


                • Odin Odin 27 février 2016 19:29

                  Pourquoi parler de la sortie de l’UE avec ou sans article 50 ? La majorité des français sont lobotomisés par les merdias et ne veulent pas en sortir. Pour 2017, (dans 15 mois) il y aura un nouveau « ni… ni…) et les français veauteront pour le vieux bilderberger qui passera comme une lettre à la poste et ce sera reparti pour cinq ans avec de nouveaux abandons de notre souveraineté nationale (TAFTA…). Il faut se faire à cette idée, la grande majorité des français ne vont pas sur des sites, comme celui-ci, pour s’informer. Ils raisonnent par France Inter, TF1 etc…

                  Il y a bien une solution pour que cela chance, c’est que ce taré d’Erdogan ouvre en grand les vannes pour que les migrants arrivent en masse sur notre territoire avec des jungles au bois de Boulogne, au bois de Vincennes, parc du Champ de Mars, Buttes Chaumont etc… là, peut-être, les français réagiraient et encore ce n’est même pas certain. 

                  Ou alors, que les partis s’unissent dans un programme commun pour sortir de l’UE, mais là malheureusement, je rêve 


                  • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 00:19

                    Quelle mauvaise foi dans cet article à charge sur l’article 50, dont je ne félicite pas l’auteur avec qui pourtant je partage de nombreuses positions.

                    C’est triste de déformer ainsi le fait que les négociations de sortie ne sont que des négociations de sortie et rien d’autres, qui ne confirme en rien l’obligation de la France qui aura signifié sa sortie à ne pas pouvoir appliquer sa propre politique durant le temps des négociations.

                    dit autrement :

                    Au contraire l’article 50 précise bien que la sortie prend effet dés le début de la demande et qu’elle ne sera acceptée qu’au bout de 2 ans si les négociations trainent.
                    Acceptée
                    ou pas, ne veut pas dire que durant le laps de temps de 2 ans la France ne pourra pas appliquer sa politique puisque sa sortie prend effet dés que la demande est proposée......Je sais je me répète.

                    On se demande quel jeu joue le PRCF et Taktak sur ce coup.à vouloir incriminer l’article 50 et l UPR en sous-marin, ce qui est d’une bassesse inouïe.
                    Car il n’y a que l’UPR qui propose de sortir de l’UE par l’article 50 !!

                    je m’attelle dés que j’ai le temps, moi aussi, à rédiger des articles à charges sur le PRCF, pour le fun, car entre personne qui partagent quasiment les mêmes valeurs il est de bon ton de se tirer dans les pattes, et ce ne sera pas bien difficile de démonter l’inconsistance et les dommages certains d’une sortie abrupte de l’UE.

                    Je pourrais comprendre cette position de sortir abruptement de l’UE si un pays l’avait déjà utilisé à ses dépends, ce qui n’est pas le cas et le rapprochement douteux avec un Syriza qui lui voulait rester dans l’UE depuis le début et qui n’a donc rien , mais alors rien à voir avec la sortie de l’UE par l’article 50, augmente d’un cran le vide de cet article purement à charge.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 00:22

                      @GrandGuignol
                      correction :

                      « Je pourrais comprendre cette position de sortir abruptement de l’UE si un pays avait déjà utilisé l’article 50 à ses dépends.... »


                    • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 10:39

                      @GrandGuignol

                      Merci pour votre commentaire que je partage de la première à la dernière ligne. Je ne comprends absolument pas Taktak.

                      Il sera aisé aux médias dominants d’agonir de propos malveillants sur le PRCF en mettant en avant la volonté de ce parti de ne pas respecter les traités, de ne pas respecter la constitution de la 5ème République, puisque le président de la République est le garant du respect des traités. Le PRCF donne ainsi le bâton pour se faire battre. Il remet en selle l’anti-communisme primaire et les heures sombres de la dictature communiste bolchévique. Aucun espoir de rassembler, au delà de leurs adhérents, pour ce parti avec de tels propos qui seront évidemment montés en épingle.

                      Je me demande si Taktak en a conscience ?


                    • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 28 février 2016 10:53

                      Bonjour GrandGuignol,


                      Je vous guettais depuis déjà quelques jours. smiley
                      La réponse à la question posée à Jacques Cheminade (autre partisan de la triple sortie) m’est parvenue.

                      Vous pouvez la lire ici.

                      Cordialement.

                      Thierry Saladin

                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 11:23

                      @Ar zen

                      Vous avez tout dit....reste plus qu’a développer pour en faire un article à charge comme les aime notre cher Taktak. ... smiley
                      Mais en fait je ne me rabaisserai pas à son niveau et garde espoir que les adhérents du PRCF, qui ne sont pas coincés par l ’idéologie dogmatique du communisme intransigeant, ouvriront les yeux sur ce point précis qui est l’article 50 des traités européens et que celui ci représente la meilleure solution pour sortir de l’UE et de ’euro.

                      « Je me demande si Taktak en a conscience ? »

                      Si non, ben c’est grave docteur ?.

                      Si oui, son engagement communiste dépasse la raison et rêve d’un grand soir révolutionnaire.
                      ou
                      Si oui, c’est un troll du système et son parti avec. ( ce que je ne pense pas... du moins pour l’instant)


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 12:13

                      @Thierry SALADIN
                      J’ai lu la réponse de Cheminade, il fait référence au programme du CNR. Relisez le, il est question de re- nationaliser les banques, mais il n’y a aucune trace de séparation des banques dans le programme du CNR. Ou alors nous n’avons pas la même version du texte ? Ceci dit, à titre personnel, je suis d’accord pour la séparation des banques, mais je ne l’ai pas lu dans le programme du CNR.


                      Voici ce que dit Asselineau sur Cheminade. Toutes les analyses d’Asselineau sur Cheminade s’appuie sur les propres déclarations de Cheminade.

                      J’ai noté pour ma part que Cheminade dit en 2014 :
                       « Sortons de l’ UE , de l’euro et de l’ OTAN et rejoignons les BRICS. Ce qui semblait de bonne augure....Et paf, en 2015, voilà ce qu’il explique :
                       » Pourquoi l’ Europe est à refaire, et comment la refaire ?"

                      Il veut sortir de l’ UE, ou il veut la reconstruire ?
                      C’est l’ UPR qui est en faute ? ou Cheminade qui ne sait pas où il habite ?

                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 12:29


                      Bonjour Thierry SALADIN,

                      Merci de me rapporter la réponse de Cheminade a sujet d’une alliance avec l’UPR.

                      Pour ce que j’en pense, peut être F. Asselineau craint le coté « farfelu de l’espace » que les médias ont attribués à Cheminade et qui pourrait entraver la ligne « plus sérieuse » défendue par l’UPR. Cette ligne politique qui est le fer de lance du parti et qui lui apporte le soutien indispensable à sa pérennité.

                      Les propos tenus par F.Asselineau sur Cheminade et Solidarité et Progrès sur le site de l’UPR sont peut être un peu exagérés, je n’en sait rien, je n’ai pas vérifié, ni même lu ( je ne dit pas qu’il n’existe pas) d’articles, analyses ou vidéo sur Cheminade et son parti sur le site de l’UPR, je n’ai pas encore lu et visionné toutes les publications du site....c’est énorme la quantité de conférences, analyses et articles du site. je devrai surement faire un effort sur ce point qui peut être important..

                      Quand à définir des responsabilités sur la non alliance de ces partis entre eux, je suppose que plusieurs facteurs entre en jeu, comme l’orientation politique, les clauses obligatoires pour l’UPR ( Sortie : UE par l’article 50, euro ; OTAN ), la crédibilité des responsables de partis, l’égo de chacun, etc...
                      je peux aussi comprendre qu’un homme qui a bâti de toute pièce un parti avec une orientation bien définie, ne veuille, alors que son parti est en train d’éclore, céder, partager ou voir se déformer le fruit de son engagement et d’un travail laborieux de plusieurs années.

                      je ne me suis pas trop penché sur Solidarité et Progrès depuis votre article, mais je constate comme vous que les alliances ne sont pas simples et n’ai pas de solution à mon niveau de simple adhérent perdu sur sa presque-ile du sud de la France.

                      Encore une fois merci de votre démarche constructive et non réductrice en faveur d’alliances pour sortir de cet enfer qu’est cette UE.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 12:39

                      @Fifi Bind -acier

                      Merci Fifi pour les liens qui expliquent la position de l’UPR en vers le parti Solidarité et progrès.
                       je vais lire tout ça et en aurait une idée plus précise.


                    • taktak 28 février 2016 16:54

                      @GrandGuignol

                      « @GrandGuignol

                      1°) l’article n’incrimine pas l’UPR qui n’est pas cité.

                      2°) l’article 50 dit à son alinea 3 !
                       »Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après"

                      Tout est écrit et cela ne souffre pas la contestation : tant qu’il n’y a pas eu d’accord et ce jusqu’à une durée de 2 ans les traités restent applicables. Donc la France reste dans l’UE et dans l’euro. Sauf à violer les traités - ce que l’UPR clame qu’elle ne ferait pas, du moins c’est ce que disent FbA et Arzen.

                      CQFD


                    • taktak 28 février 2016 17:08

                      @T Saladin

                      "je peux aussi comprendre qu’un homme qui a bâti de toute pièce un parti avec une orientation bien définie, ne veuille, alors que son parti est en train d’éclore, céder, partager ou voir se déformer le fruit de son engagement et d’un travail laborieux de plusieurs années."

                      Vous vouliez savoir pourquoi l’UPR refuse toute alliance avec quiconque, vous avez là la réponse d’un militant UPR. Ce n’est pas moi qui l’invente.
                      Tous est dit je crois.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 17:50

                      @taktak

                      J’ai dit que je pouvais comprendre ce type de comportement, qui ne serait pas exclusif à l’UPR, pas que celui ci est un fait établi, nuance.



                    • taktak 28 février 2016 18:09

                      @grand guignol

                      1) en plus de 11 ans d’existence, le PRCF n’a jamais été invité à la télévision ou à la radio... la censure est totale.

                      2) Il est des mouvements politiques dont le but est de ne pas se faire « critiquer » par les médias dominants du système. Généralement ces mouvements refusent de remettre en cause le système en place, cette dictature de l’oligarchie qui nous enfonce dans la crise et nous envoie à la catastrophe. Il en est d’autres qui prennent leur responsabilité et proposent des solutions pour que cela change, que ca change vraiment.... C’est une question de choix et de priorité. La carrière personnelle ou l’intérêt du peuple français. Le courage ou l’opportunisme

                      Je comprend de ce que vous dites que le choix de l’UPR de faire tout ce foin sur l’art50 serait donc un choix de communication... et donc de mentir aux français. Je ne suis pas sûr que le mensonge soit un bon argument pour convaincre ....


                    • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 18:34

                      @taktak

                      Vous ne vous rendez même plus compte de ce que vous écrivez ! « parler de l’article 50 serait de la com, un mensonge aux français ». Par ailleurs vous prenez pour vraie votre proposition pour terminer par : « je ne suis pas sûr que le mensonge soit un bon argument pour convaincre ».

                      Vous faîtes donc les questions et les réponses ? C’est effectivement plus facile !

                      Dîtes moi Taktak, et si vous critiquiez le programme de gouvernement de l’UPR ? Jusqu’à présent vous conservez le silence le plus total sur celui ci. Vous portez des attaques ad hominem mais jamais le moindre commentaire sur le programme de gouvernement présenté par l’UPR. Vous avez la plume facile, vous pondez les articles les uns après les autres. Pourquoi pas un article sur le programme de gouvernement de l’UPR ? Allez Taktak, un peu de courage !


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 18:35

                      @taktak
                      Comme vous l’a déjà précisé Ar zen, le fait de déposer sa demande de sortie de l’UE par l’article 50, renvoie vers la constitution française qui primera en france au regards des traités européens desquels l’on veut se défaire.
                      La France sera encore sous les traités européens, oui, mais ne sera plus obligée d’y souscrire puisque sa constitution nationale l’oblige au regards des intérêts du pays.

                      Nul ne pourra légalement attaquer la France qui défend au sein des institutions européennes son droit national, d’autant que celle ci a bien déposé une demande formelle de sortie de l’UE, ce qui en terme clair veut dire STOP à l’obéissance du conseil européen ou de la commission européenne. .
                      Le fait de ne plus participer aux débats et décisions au sein de l’UE renforce d’autant plus la légitimité de la France en tant que pays souverain.
                      Alors le pays qui décide de sortir de l’Ue devrait selon vous rester en attente des décisions du conseil européen et subir sans rien dire, jetant au panier sa constitution ? et puis pourquoi pas aussi, si le conseil ou la commission européenne le décide, de supprimer l’état français et d’en faire une région de l’UE, votre argumentation ne tient pas la route, ce n’est absolument pas réaliste et ne reste qu’une formulation vide de sens.

                      De plus les négociations de sortie inévitables qui dans votre article prennent une dimension démesurée, seront là l’occasion d’un bras de fer où la France pourra imposer légalement sa légitimité de pays souverain.

                      A titre personnel, Je ne dis pas que cela se fera sans heurts ou facilement, je ne dis pas qu’à un moment ou un autre la France ne devra pas s’imposer pour exister au détriment de certains accords, mais nous aurons utilisé les moyens légaux auparavant, ce qui est plus honorable que de se barrer en disant aux autres d’aller se faire voir chez les grecs et rompre directement sans consultation avec l’UE, sans utiliser la procédure normale qui est cet article 50 !


                    • taktak 28 février 2016 18:53

                      @GrandGuignol

                      Je vous invite à lire l’alinéa 3 de l’article 50. Ce que vous dites est incompatible avec l’article 50. Que vous prévoyez donc sciemment de ne pas respecter. Bref votre discours est incohérent.
                      Je vous l’ai déjà indiqué plusieurs fois. Mais il faudrait lire ce que j’écris.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 19:00

                      @taktak
                      "Je comprend de ce que vous dites que le choix de l’UPR de faire tout ce foin sur l’art50 serait donc un choix de communication...« 

                      je n’ai jamais dit cela, lisez le commentaire que je viens de poster en réponse à votre commentaire sur l’article 50, il 10 ou 15 minutes.

                      Vous déformez mes propos et vous servez de mon honnêteté de penser pour dévier vers des affirmations caduques et bancales, et Oui je suis adhérent de l’UPR, mais sans être »gourou-tisé« , j’essaie de garder un esprit critique même à l’égard du »chef", de comprendre ses motivations et son parcours.Cela ne veut pas dire que c’est un fait avéré.

                      Des alliances oui il en question à l’UPR, mais dans des conditions favorables au développement de la base commune qui est la sortie de l’UE par l’article50, de l’euro et de l’OTAN.
                      Vous vous refusez d’utiliser l’article 50 pour des raisons et interprétations de cet article que vous jugez non nécessaire et c’est la raison principale pour laquelle ces alliances non pas lieu et non du fait qu’ Asselineau voudrait le pouvoir pour lui tout seul.

                      Sinon au PRCF, les dirigeants sont ils interchangeables à volonté, tous les mois , toutes les semaines, ou sont ils en place depuis ...11 ans ?


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 19:21

                      @taktak
                      "Je vous invite à lire l’alinéa 3 de l’article 50. Ce que vous dites est incompatible avec l’article 50. Que vous prévoyez donc sciemment de ne pas respecter. Bref votre discours est incohérent."

                      Il n’y a rien d’incohérent :

                      On utilise les lois et le droit, tout simplement.

                      On demande à sortir de l’UE pour ne plus subir l’UE, sinon cet article n’aurait pas lieu d’être.....

                      Et donc d’après vous, cet article 50 prévue pour qu’un état membre de l’UE puisse sortir de cette UE, ne serait là en fait, uniquement que pour piller tout état à qui il viendrait l’idée saugrenue de sortir de l’UE durant les 2 ans de délai que peuvent prendre les négociations ? c’est cela que vous nous dites en gros, que l’état qui veut en sortir n’aura plus du tout de droit, ni national, ni européen, le vide total en attente de la conclusion des accords.

                      Et bien si tel était le cas, ce qui me parait irréaliste et invraisemblable et qu’aucun pays voulant sortir de l’UE ne respecterait bien entendu, alors oui, il faudra enfreindre les traités et outrepasser l’article 50 et l’UPR devra alors alors faire le choix qui s’imposera ( du moins je l’espère), mais pas avant d’utiliser tous les moyens légaux.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 20:01

                      @taktak

                      Le fait de dépendre encore de l’UE durant les négociations favorise les échanges entre les parties en négociations. c’est cela que je comprends dans cet article 50, pour ne pas qu’un pays justement ne sorte abruptement sans négociations préalables, l’accord de sortie de l’UE qui s’ensuit valide cette sortie ainsi que les négociations de cette sortie ,et cela à l’avantage de ne pas se mettre à dos tous les pays de l’Europe.

                      Le fait d’être encore dans l’UE et sous les traités européens n’est plus que symbolique puisqu’à terme cette sortie sera effective.



                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 20:31

                      @taktak

                      Merci pour le lien Fifi, t’es une vraie mine d’infos pour moi et d’autres...... et ben en voilà une nouvelle qu’elle est bien bonne, n’est ce pas Mister Taktak. ???

                      Ne serait ce pas ce Georges Gastaud qui voudrait s’installer, lui et son idéologie communiste, au devant de la scène par hasard ? ...et décrédibiliser l’UPR par des attaques puériles au travers des articles de ses fans ?

                      Classique chez les idéologues de tous poils de vouloir imposer ses vues en critiquant ses amis ou adversaires de ses propres tares !


                    • taktak 28 février 2016 21:22

                      @GrandGuignol

                      Je suis désolé GrandGuignol, j’espère que votre franchise ne vous fera pas du tort.

                      • Le PRCF ne refuse aucune alliance. C’est l’UPR qui prend pretexte de l’art50 le tout sur la base d’une interprétation manifestement erronée pour refuser tout front commun. C’est pourquoi il est important de démystifier cette question de l’art 50, qui est une question qui en elle même d’ailleurs doit bien faire rire nombreux de ceux qui lisent cette discussion !
                      • Puisque vous posez la question le PRCF a tenu plusieurs conférence nationale qui chacune ont élu démocratiquement es « dirigeants » du PRCF, ou plutot confié des mandats notamment au secrétariat national du PRCF. Et oui puisque vous poser la question, le secrétariat national tout comme le comité central du PRCF a évolué selon les décisions prises par la militants du PRCF.

                    • taktak 28 février 2016 21:33

                      @GrandGuignol

                      "Classique chez les idéologues de tous poils de vouloir imposer ses vues en critiquant ses amis ou adversaires de ses propres tares !« 

                      Vous parlez en connaissance de causes.
                      Pas de chance, »aucun professionnel« de la politique au PRCF. Et aucun »fan" - que des militants

                      Franchement, c’est uniquement à ce niveau là que ce place la discussion des cyber troll de l’UPR ? l’attaque ad hominem, la calomnie et les insultes .... fautes d’arguments.
                      C’est assez désolant.

                      Et parceque je ne jouerai pas à votre jeux pitoyable, je ne rappellerai pas ici le pedigree de Asselineau et de ses ambitions présidentielles qui motivent ces commentaires médiocres (n’est ce pas Fifi).


                    • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 21:58

                      @taktak

                      Vous confondez « rester applicables » et processus de « négociation ». Pour vous, il n’y a strictement aucune différence entre l’annonce de la sortie d’un pays de l’UE par l’article 50 et le signature de l’accord de retrait. Figurez vous que tout ne sera pas négocié en même temps ! Selon votre analyse (corrompue), la France devrait appliquer l’intégralité des dispositions des traités jusqu’à la signature de l’accord. C’est une analyse à la petite semaine ! Pourquoi ?

                      Prenez l’article 63 du TFUE et le contrôle du mouvement des capitaux. La France réintroduit le contrôle du mouvement des capitaux aussitôt annoncé son souhait de sortir de l’UE par l’article 50. Ce moment sonne le départ des « négociations ». Selon votre analyse (corrompue) si l’UE ne souhaite pas voir la France mettre en place le contrôle du mouvement des capitaux, la France doit obtempérer. Il y a donc un litige qui se met en place entre la France et l’UE à ce sujet. Selon votre analyse (corrompue) ce litige ne peut prendre fin qu’après une période de 2 années, parce que l’article 50 prévoit que le pays concerné sort de droit après cette période. Oui, effectivement, sans l’aboutissement des négociations la France n’appartiendra plus à l’UE deux années après avoir annoncé son retrait. En revanche, toutes les mesures qu’elle aura prises, le contrôle du mouvement des capitaux par exemple, seront déjà effectives. L’UE ne peut pas s’y opposer puisque la France est entrée dans une phase « officielle » de négociation. Ce que vous n’arrivez pas à comprendre et à imaginez c’est qu’en matière de contrôle du mouvement des capitaux il n’y a strictement rien à négocier !

                      Pour que vous ayez les idées claires, je développe. Le contrôle du mouvement des capitaux existe ou n’existe pas. Est-ce que vous êtes d’accords avec ceci ? Il n’y a pas de 3ème alternative ! Selon vous, si l’UE s’oppose au contrôle du mouvement des capitaux, la France ne peut pas le mettre en place. Bien. Alors, selon votre analyse « pointue » qu’elle est la nature de la « négociation » dans ce domaine du contrôle du mouvement des capitaux ? Dîtes le moi un peu ? Parce qu’en réalité c’est tout ou rien, vous l’avez compris depuis longtemps.

                      Il ne peut y avoir « négociations » de sortie que dans les domaines où il est possible de « négocier » quelque chose. Est-ce que vous comprenez ? Le contrôle du mouvement des capitaux n’est pas négociable ! Est-ce que vous comprenez ? Il existe ou il n’existe pas ! Est-ce que vous comprenez ? Il n’y aura donc pas de « négociation » dans ce domaine du mouvement du contrôle des capitaux puisque cela n’est pas possible. Selon votre analyse (corrompue) l’UE pourrait s’opposer à la France. Et bien non, elle ne le peut pas ! Pourquoi ? Pour s’opposer à ceci il faudrait que l’UE propose une négociation ! Est-ce que vous comprenez ? Quel serait l’objet de cette négociation dans le domaine du contrôle du mouvement des capitaux ? Il n’y a pas de réponse parce que cela n’est pas possible. Il ne peut pas y avoir « un peu » de contrôle du mouvement des capitaux.

                      L’U.E ne peut donc pas s’opposer à la décision française de mettre en place le contrôle du mouvement des capitaux puisque ce domaine est exclu du domaine des négociations, de facto. Qu’il n’y a rien à négocier ! Est-ce que vous comprenez ?

                      Si l’on suit votre analyse (corrompue), si l’UE s’oppose à tout, pour la France c’est le statut quo ! Mais après deux années elle sort de l’UE et fait très exactement ce qu’elle veut dans tous les domaines !

                      Pour l’utilisation d’une monnaie nationale, en lieu et place de l’Euro, c’est très exactement le même schéma. Soit la France adopte le Franc français soit elle adopte l’Euro. Il n’y a pas matière à négociation dans ce domaine. Est-ce que vous comprenez ? Qu’y aurait-il à négocier ?

                      L’erreur manifeste que vous faites c’est de penser que tout, exactement tout, entre dans le domaine des « négociations ». Or, la France négociera avec l’UE uniquement les sujets donnant matière à négociation. Est-ce que vous comprenez ? Arrêtez d’avoir une analyse (corrompue) d’un niveau de maternelle ! Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre, en l’occurence, ici, lire et comprendre !


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 22:10

                      @taktak

                      "Classique chez les idéologues de tous poils de vouloir imposer ses vues en critiquant ses amis ou adversaires de ses propres tares !« 

                      je confirme mes propos en vous demandant de comparer mes commentaires et les vôtres et de compter celui qui attaque le plus ad hominem.

                      Pour ma part sur ce fil, c’est la première fois sans aucun argument, je me venge un peu en mode fun (et fans..lol) de tout ce que vous avez balancé de la sorte sur vos précédents commentaires.

                       smiley 


                    • taktak 28 février 2016 22:18

                      @Ar zen

                      Mais quelle soupe ! ce que vous dites est incohérent, et ce n’est pas parce que vous le recopiez dix fois que cela l’est moins. Je vous ai déja répondu et j’ai déja montré dans plusieurs commentaire pourquoi ce que vous proposez est incohérent.

                      L’article 50 a son alinea 3 dit les traités restent applicables tant qu’il n’y a pas eu accord après une négociation ou au bout de 2 ans s’il n’y a pas eu d’accord entre temps. Il suffit de savoir lire, ce qui n’est manifestement pas votre cas.

                      Si les traités restent applicables, l’art 63 aussi. Il n’est pas suspendu par la négociation. Et donc si comme vous le dites, il faut appliquer l’art50, et bien vous n’avez pas le droit de violer l’art63 ou un autres d’ailleurs.

                      Ce qui ne signifie pas d’ailleurs qu’il n’y a pas de moyens dans le cadre du droit international de sortir de l’UE et de l’euro, et je vous ai donné l’exemple de l’argument juridique utilisé par la France pour sortir du commandement intégré de l’otan. Mais vous ne lisez pas ce que j’écris, vous répetez comme un perroquet des éléments de langage comme un gourroutisé. Désolé de vous le dire. Rendant impossible toute discussion

                      Ce que vous décrivez c’est en fait un processus de sortie unilatérale - qui n’exclue pas bien évidemment de mener des négociations. Mais ce processus n’est pas conforme à celui prévu par l’art 50.
                      Bref, vous donnez raison au PRCF ou au M PEP. Ce qui est assez drôle c’est qu’aveuglé par l’idéologie et le sectarisme (l’UPR a raison, les autres ont tord et son caca boudin niveau maternelle pas comme le grand maitre FA smiley ) vous ne vous en rendez même pas compte.


                    • taktak 28 février 2016 22:40

                      @GrandGuignol

                      Puisque vous avez l’honneté de reconnaitre que vous troller, j’ai fait l’effort de relire chronologiquement les commentaires. Vous devriez faire de même.

                      2e commentaire, Ar Zen commence par lancer des invectives (« c’est le retour programmé à la dictature soviétique »)
                      suivi d’un commentaire de FbA renvoyant le PRCF ... à la corée du nord ... C’est la manière respectueuse, ouverte et tolérant de discuter de l’UPR. Aucun argument de fond. Rien.

                      Le tout sur un mode tellement agressif qu’ils s’engueulent entre eux (Ar Zen & FifibAcier...)

                      Qui diabolisent qui pour refuser la discussion ?

                      Qui a indiqué que Asselineau ne voulait pas d’alliances pour garder le contrôle sur SON mouvement. Pas moi. C’est vous.... je n’ai fait que le relever.

                      et personnellement, je n’ai fait aucune attaque ad hominem. relisez bien ce que j’ai écrit

                      Voila.

                      bien à vous

                       smiley


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 23:04

                      @taktak

                      "L’article 50 a son alinea 3 dit les traités restent applicables tant qu’il n’y a pas eu accord après une négociation ou au bout de 2 ans s’il n’y a pas eu d’accord entre temps. Il suffit de savoir lire, ce qui n’est manifestement pas votre cas."

                      Décidément vous ne lisez pas les commentaires des autres on dirait....je répète donc 2 de mes commentaires avec quelques ajouts :

                      Donc cet alinéa 3 de l’article 50 qui dit que les traités restent applicables durant les négociations :

                      Le fait de dépendre encore de l’UE durant les négociations favorise les échanges entre les parties en négociations. c’est cela que je comprends dans cet article 50 alinéa 3, pour ne pas qu’un pays justement ne sorte abruptement sans négociations préalables, l’accord de sortie de l’UE qui s’ensuit valide cette sortie ainsi que les négociations de cette sortie ,et cela à l’avantage de ne pas se mettre à dos tous les pays de l’Europe.

                      Le fait d’être encore dans l’UE et sous les traités européens n’est plus que symbolique puisqu’à terme cette sortie sera effective et ne pourra être empêchée.

                      Et donc d’après vous, cet article 50 prévu pour qu’un état membre de l’UE puisse sortir de cette UE, ne serait là en fait, uniquement que pour piller tout état à qui il viendrait l’idée saugrenue de sortir de l’UE durant les 2 ans de délai que peuvent prendre les négociations ? c’est cela que vous nous dites en gros, que l’état qui veut en sortir n’aura plus du tout de droit, ni national (sa constitution), ni européen (puisque absent des décisions et débats le concernant) , le vide total en attente de la conclusion des accords.

                      Vous délirez ou quoi ... ?

                      Si tel était le cas, ce qui me parait irréaliste et invraisemblable, aucun pays voulant sortir de l’UE ne le respecterait bien entendu, et il n’aurait même pas été la peine de l’écrire cet article 50.

                      Comment faire accepter à un pays qui veut sortir de l’UE et qui est prêt pour cela ( en tout cas l’UPR est fin prêt ) de continuer d’accepter la politique européenne et de négocier les modalités de sa sortie dans le même temps.
                      Alors là oui, c’est incohérent et manipulateur de vouloir faire croire que la France ne serait pas souveraine durant le temps des négociations.

                      je vous le redit :Le fait d’être encore dans l’UE et sous les traités européens n’est plus que symbolique puisqu’à terme cette sortie sera effective et ne pourra être empêchée.


                    • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 23:18

                      @taktak

                      Nous sommes bien d’accord que les traités restent applicables tant qu’il n’y a pas eu de « négociations ». Mais il faut un préalable : qu’il y ait matière à négociation. Vous ne comprenez pas, ou ne voulez pas comprendre, ce que j’ai répété inlassablement, à votre attention.

                      Je vous pose donc une seule question. Si la France, qui a exprimé sa volonté de sortir de l’UE par l’article 50, décide de mettre en place immédiatement le contrôle du mouvement des capitaux, que peut « négocier » l’UE sur ce sujet ?

                      Je vous prie de bien vouloir répondre à cette question simplissime. Je verrai si vous êtes honnête. Merci.

                      Par ailleurs, lorsque je parle de « dictature bolchévique », je parle de quelque chose qui a existé, lorsque l’URSS se disait communiste. Ne déformez pas mes propos. Il n’y a aucun insulte là dessous.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 23:29

                      @taktak

                      Oui, Ar zen , Fifi n’ont pas d’arguments, vous délirez encore je suppose.
                      Et puis je parle de moi et ne suis responsable de personne d’autre.

                      Ok donc, pour certaines attaques, c’est de bonne guerre et votre article à charge s’y prête bien volontiers. Mais ces attaques sont aussi bien souvent justifiées en comparaison de vos attaques injustifiées justement.

                      Ne me dites pas que vous n’attaquez pas FA, vous mentiriez et je vous ai moi même répondu que l’UPR n’avait aucune connotation avec un parti de droite, alors que vous dénonciez FA d’avoir appartenu à l’UMP en douce pour associer l’UPR a un parti de droite et je ne parle pas de toutes les invectives gratuites ...lol,

                      Vous ne vous êtes en aucun cas relu ou alors vous avez la berlue... smiley mais peu importe, les lecteurs de ces commentaires, eux, seront faire la part des choses.
                      Avoir tort ou raison sur ce coup ne m’inquiète pas plus que ça.

                      Bon c’est tout pour ce soir, je fatigue un peu là et les débats s’enlisent grave.

                      Bonne nuit et à bientôt....


                    • taktak 28 février 2016 23:38

                      @Ar zen
                      Ce que vous dites confirme ce que dit et l’analyse du PRCF et celle du M’PEP.

                      L’article 50 a un contenu très précis qui organise la sortie négociée d’un pays de l’UE : notification par le pays de son souhait de sortir, négociation, puis sortie une fois qu’il y a un accord. Tant qu’il n’y a pas d’accord que la sortie n’est pas effective, rien de ce qui n’est contenu dans les traité n’est négociable, et tout est « légalement applicable ».

                      Ce que vous proposez c’est une application « à la carte » de l’art50 et des traités. Cela n’est pas très en ligne avec le droit international. Et ce n’est pas conforme à l’art50 du traité européen. Je ne dit pas que cela n’a pas de légitimité ni de fondement, je dis que cela ne correspond pas avec la procédure encadrant la sortie de l’UE par l’art50. et le fait qu’il y ai préalable à négociation ou non ne change rien à l’affaire.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 28 février 2016 23:47

                      @taktak

                      "Qui a indiqué que Asselineau ne voulait pas d’alliances pour garder le contrôle sur SON mouvement. Pas moi. C’est vous.... je n’ai fait que le relever.« 

                      Un dernier mot qui prouve bien votre mauvaise foi.

                      Vous en remettez une couche en écrivant cela, alors que je disait simplement, je me cite :

                       »je peux aussi comprendre qu’un homme qui a bâti de toute pièce un parti avec une orientation bien définie, ne veuille, alors que son parti est en train d’éclore, céder, partager ou voir se déformer le fruit de son engagement et d’un travail laborieux de plusieurs années."

                      Ceci n’est en aucun cas une affirmation , mais une réflexion, si vous ne faites pas la différence alors que je vous l’ai précisé, la discussion est close et vous passez pour un manipulateur. de plus je ne parle pas obligatoirement de FA que je ne cite pas, mais plutôt en général sur les hommes qui seraient prêt à lâcher le fruit de leur travail comme ça, pour faire plaisir à TAKTAK...lol allez dire cela à votre copain Georges Gastaud.


                    • taktak 28 février 2016 23:57

                      @GrandGuignol

                      "Le fait d’être encore dans l’UE et sous les traités européens n’est plus que symbolique "

                      Non ce n’est pas symbolique, et c’est la que vous trompez : les traités restent en totalité applicable. Se placer sous l’égide de l’article 50 pour motiver juridiquement la sortie de l’UE c’est accepter que tant que les négociations n’ont pas aboutie, la France ne récupère pas la souveraineté abandonnée à l’UE. C’est un fait. et c’est bien pour cela que l’art 50 pose problème et qu’il ne faut pas en faire un préalable, Il est très possible qu’il ne soit pas possible d’utiliser l’art 50 pour pouvoir sortir dans des conditions acceptables pour la France de l’Union Européenne.

                      Entre la notification de sortie en application de l’art50, et qu’intervienne un accord (ou au bout de 2 ans), le cadre légal restant en place c’est celui des traités européens. Cela est incontestable.

                      Oui cet article a été écrit pour favoriser l’irréversibilité de l’Union Européenne, pour placer en position de faiblesse dans les négociations un pays qui voudrait sortir, pour pouvoir créer des conditions désastreuses pour un pays sortant de l’UE. Je suis étonné que vous vous en étonniez. Découvrez vous que l’UE n’est pas une construction démocratique ?

                      Alors vous me dites, on désobéira au traité.... mais pourquoi faire référence à l’art50 alors ? c’est une bonne question.
                      Et au vu des réponses apportées ici par les militants de l’UPR, y compris vous, je ne peux qu’en déduire que la réponse ne se situe pas dans la stratégie de sortie de l’UE de l’UPR (qui semble en fait pour ses militants être une sortie unilatérale) mais ailleurs, dans une stratégie politicienne de communication interne (se singulariser et justifier le refus de participer à un front commun) et externe ( se présenter comme plus légaliste que d’autres que vous tentez de dénigrer comme des barbares rouges au couteau entre les dents). Je carricature un peu mais c’est pour que les choses soient bien claires.

                      je vous souhaite une bonne soirée. Et je conclue là la discussion.
                      J’ai d’autres choses urgentes à faire : faire echec à la loi El Khomri qui va détruire la majorité des droits des travailleurs, en application des directives européennes qui sont directement écrite par l’oligarchie capitaliste. C’est bien plus important que d’ergoter sur l’art 50 et j’espère vous retrouver dans ce combat. smiley


                    • taktak 29 février 2016 00:03

                      @GrandGuignol

                      Ne faites pas la bête Grand Guignol. Vous parliez bien de François Asselineau et de son refus de se rapprocher de Cheminade.

                      Quant à Gastaud, ce n’est pas lui qui décide de la ligne du PRCF : c’est le centralisme démocratique. C’est à dire tous les militants du PRCF.

                      Un dernière remarque, je trouve étonnant de considérer que l’UPR est la construction de Asselineau tout seul et qu’il en est propriétaire. Je sais que c’est la vision classique à droite des partis politiques qui ne sont que l’écurie de supporter d’un homme, mais ce n’est pas ma conception du tout de la politique.

                      « Il n’est pas de sauveur suprème, ni dieu, ni césar, ni tribun ». Et au PRCF, nous ne l’oublions pas.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 00:31

                      @taktak

                      Alors vous me dites, on désobéira au traité.... mais pourquoi faire référence à l’art50 alors ? c’est une bonne question.

                      Au cas où les choses se passeraient mal, ce que je ne crois pas.
                      Un pays qui veut retrouver sa souveraineté en passant par cet article 50 respecte le droit international.

                      Certes les traités continuent de s’appliquer mais n’impacteront plus le pays concerné puisque celui changera immédiatement d’orientation politique et économique.

                      Ce que vous dites et théorique et sans aucune réflexion pratique, mais dans la réalité un pays qui veut retrouver sa souveraineté ne dépend déjà plus de l’UE et cela l’UE le sait très bien, d’où les négociations, qui justement porteront entre autres sur ce que le pays est encore prêt à accepter ou pas durant les négociations.

                      Si l’UE refusait d’en prendre acte et obligerait en quelque sorte une autre politique que celle voulue par le pays qui veut la quitter, celui ci peut alors légalement se référer à sa constitution nationale et ce malgré les traités, d’où des négociations pour que cette sortie se fasse dans l’intérêt des différentes parties, cela est plus logique que votre « stagnation » en attente de validation qu’aucun pays souverain n’accepterait.

                      Oui je peux concevoir que cet article 50 est peut être un piège de l’UE, c’est du domaine du possible bien sur, mais ne pas s’en servir revient à se couper des autres pays européens, sans négociations de sortie et dans l’illégalité totale

                      j’ajouterais que tant que les lois sont respectables il convient de les appliquer et si celles ci se révèlent être un piège, celui ci sera alors évident aux yeux de tous et il ne sera alors pas illégal de passer outre.

                      Le coup de la stratégie de comm pour éviter un rassemblement est vraiment tirée par les cheveux...et dire que l’on accuse FA d’être parano.... smiley

                      Re bonne nuit


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 00:51

                      @taktak
                      "Quant à Gastaud, ce n’est pas lui qui décide de la ligne du PRCF : c’est le centralisme démocratique. C’est à dire tous les militants du PRCF."

                      Depuis 2004 il est constamment réélu ? plus de 11 ans réélu ( sont pas truqués les bulletins de vote au PRCF ) ? Ou alors ce Gastaud est pire qu’un Gourou et a marabouté tous ses adhérents, à moins que ces paroles ne soient aussi envoutantes que les chants des sirènes dans l’Odyssée...Heuu..oui pourquoi pas après tout, et pour FA, non, lui c’est un mec de droite, avec un parti de droite, n’est ce pas ?

                      il a raison Ar zen , vous faites peur au PRCF !

                      vous avez lu le programme de l’UPR ?
                      pour ce qui est de la démocratie justement l’UPR n’est pas en reste, d’autres part le mandat d’un politique est non renouvelable ou une fois peut être, faut que je vérifie, j’ai oublié, et ne permet pas une politique de métier et FA ne restera pas aux commandes bien longtemps si l’UPR arrive au pouvoir.

                      je n’ai pas dit non plus que FA est propriétaire du parti et je n’en sait rien en fait et je m’en fout en plus. Seul le projet et les propositions de l’UPR compte et franchement FA est le plus à même de débattre au sein de l’UPR, bien que d’autres ne se gênent pas au sein du parti de faire aussi des conférences tel que Charles Henri Gallois, Alain Fédèle, Vincent Brousseau, et bien d’autres...


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 01:07

                      @taktak
                      « Ne faites pas la bête Grand Guignol. Vous parliez bien de François Asselineau et de son refus de se rapprocher de Cheminade. »

                      Je vous répète pour la dernière fois que ce n’était qu’une réflexion et en aucun cas une affirmation et comment le pourrai je ? comment pourrai je affirmer vu que je ne suis qu’un simple adhérent loin de tout, qui essaie de réfléchir un peu et émet des réflexions que vous vous plaisez, visiblement dans un plaisir malsain, à me resservir comme un plat réchauffé.

                      Croyez donc ce qu’il vous plait et usez en à loisir, confortant ainsi vos manipulations et éloignant encore plus ceux qui avaient un tant soit peu de respect pour vos actions, les autres comme je le dis, seront faire la part des choses.

                      Je soutiens dorénavant et à titre personnel une non alliance a de l’UPR avec le PRCF, qui apparait comme un parti dogmatique et manipulateur.

                      Merci de m’avoir ouvert les yeux sur ce groupuscule d’un autre temps, dont le seul nom et le logo évoque des millions de morts à travers la planète....et vous voulez rassembler, je n’en dirais pas plus.


                    • taktak 29 février 2016 01:16

                      @GrandGuignol

                      Manipulations ? je n’ai fait que vous citer. Point.

                      Et quand à vos éléments de langage sur les millions de morts, on ne sait que trop d’où ils viennent et à quoi ils servent. Vous ne vous honorez pas non. Je note que Fifi cite la corée du nord, Ar Zen la dictature bolchévique, et vous le logo des millions de morts oubliant que c’est surtout le logo du parti de 70 000 fusillés de la résistance et que les communistes français n’ont pas une goutte de sang sur le main. Ca vole haut chez les cyber troll de l’UPR qui trainent sur agoravox. A croire qu’il n’y a que des bons anticommunistes de bases, vous savez ceux qui sont derrière la construction européenne...


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 01:43

                      @taktak

                      Mon père était communiste ( c’est pour cela que j’ai des tendances de gauche) et résistant durant la deuxième guerre mondiale et dépoté dans les camps de concentration allemands, vous ne m’apprenez rien ! ni sur le communisme, ni sur les dérives de celui ci qui ont bien fait des millions de mort a travers la planète, vous ne pouvez pas le nier !

                      je ne suis pas anti communiste et ne suis pas communiste non plus.
                      je joue votre jeu, tout simplement, quand vous arrêterez vos délires sur l’UPR qui ne fondent que sur du vent, je stopperai mes vérités et un dialogue constructif pourrait alors voir le jour.

                      ce n’est pas en attaquant l’article 50 ou l’UPR que vous valoriserez votre parti, mais plutôt en exposant comme vous le faites souvent dans vos articles, le caractère dictatorial de cette UE qui est notre ennemi commun....encore que je doute fortement à présent de la réelle intention du PRCF à vouloir vraiment un changement de situation.


                    • Legestr glaz Ar zen 29 février 2016 09:24

                      @taktak

                      Je suis désolé Taktak mais vous esquivez. l’article 50 ne parle pas de sortie « négociée ». Relisez encore une fois. Dans les textes juridiques tous les mots ont un sens. Ce qui n’est pas prévu dans une texte juridique n’existe pas. Vous avez beaucoup de mal à le comprendre. C’est la raison pour laquelle je vous ai demandé qu’elle était votre niveau de formation juridique. Je me rends compte, à la lecture de vos différents « posts », que vous n’avez pas de formation juridique. Vous abordez l’article 50 comme un commentateur lambda et non comme un juriste. Il vous est impossible de comprendre les subtilités que contient cet article. Ce n’est nullement une critique mais un constat.

                      L’article 50 stipule, expressément, que « l’Union négocie et conclut avec cet Etat un accord fixant les modalités de son retrait ». Vous aurez compris, Taktak, que se sont « les modalités » du retrait qui sont négociées. Oui ou non ? Il est bien question de négocier les modalités de sortie n’est-ce pas ?

                      Je poursuivis. L’article 50 ne s’arrête pas là. Il indique qu’il s’agit de tenir compte des « relations futures avec l’Union ». Vous avec donc, sous les yeux, le domaine juridique dans lequel s’inscrit les négocations qui doivent avoir lieu. Je résume : il s’agit de négocier les modalités qui définiront les relations futures entre le pays sortant et l’Union. Nous sommes donc à des années lumière de ce que vous dites, pensez et analysez.

                      L’accord de retrait qui sera conclut entre la France et l’UE définira, par conséquent, les relations futures entre ces deux entités. Voilà ce dont il s’agit Taktak. Votre méconnaissance du droit vous entraîne vers des suppositions impossibles.

                      L’article 50 envisage donc la négociation d’un accord sur les relations futures de la France et de l’UE.

                      Libre à vous de penser que ces négociations représentent un système autobloquant empêchant pendant 2 années la France de recouvrer sa souveraineté. Votre analyse de l’article 50 est corrompue. Vous vous êtes enfermé dans votre idée, celle de votre article. Mais vous n’êtes pas un spécialiste du droit et vous vous êtes planté.


                    • Legestr glaz Ar zen 29 février 2016 09:42

                      @taktak

                      Vous fustigez l’anticommunisme primaire des commentateurs de vote article. J’ai très exactement la même « filiation » que « Grandguignol ». Je suis issu d’un milieu très populaire. Un père communiste marin pêcheur et une mère au foyer (mon père faisait le pêche hauturière et il était très souvent absent). Vous ne savez donc pas à qui vous adressez vos critiques mais cela ne vous gêne pas. Ce faisant, vous faites beaucoup de tort à votre parti dont je respecte le programme mais pas les « illusions » pouvant mener à celui ci.

                      Vous êtes aveuglé par votre idéologie. Jamais en France il ne se trouvera 50% des électrices et des électeurs pour voter pour un communiste pur et dur. Cela n’arrivera jamais. Je ne sais pas si vous en êtes conscient. La seule et unique solution d’installer une démocratie directe en France c’est de proposer un rassemblement de toutes les bonnes volontés, hors clivage, en mettant les sujets qui fâchent de côté, provisoirement. Une fois installé au pouvoir le parti de rassemblement pourra faire parler le peuple à travers la démocratie directe. Il faut redescendre sur terre Taktak et donner sa chance à la démocratie directe. Tout le reste n’est que vanité.


                    • taktak 29 février 2016 10:00

                      @Ar zen

                      C’est la raison pour laquelle je vous ai demandé qu’elle était votre niveau de formation juridique. Je me rends compte, à la lecture de vos différents « posts », que vous n’avez pas de formation juridique. Vous abordez l’article 50 comme un commentateur lambda et non comme un juriste

                      • Technique classique de manipulation : tenter de discréditer le contradicteur et se poser en expert, dont les affirmations sont indiscutables. Mais cela a aussi un autre nom : prendre les gens pour des cons.
                      • Et vous quelle est votre formation juridique ? savez vous au moins lire ? parce que visiblement vous avez pas réussi à dépasser le 1er alinea de l’art 50 et n’êtes pas arrivé jusqu’à l’alinéa 3..... 

                      « l’Union négocie et conclut avec cet Etat un accord fixant les modalités de son retrait ». Vous aurez compris, Taktak, que se sont « les modalités » du retrait qui sont négociées. Oui ou non ? Il est bien question de négocier les modalités de sortie n’est-ce pas ?

                      • Oui cela c’est l’alinéa 1.
                      • et oui les négociations portent sur un accord concernant « les modalités de retraits » et « les relations futures entre le pays sortant et l’UE. Soit. Mais là n’est pas la question. Vous noyez le poisson

                      La question c’est que l’alinéa 3 règle la question du moment où les traités cessent d’être applicables c’est à dire du début du processus réel de sortie de l’Union Européenne. Je vais le re citer pour la 45e fois. Peut être qu’un militant non analphabète (ou tout simplement honnête et de bonne fois de l’UPR pourra vous le lire, sinon, je vous rappelle qu’agoravox est équipé d’un module de vocalisation) :

                       »Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2« 

                      Tant qu’il n’y a pas d’accord conclus entre le pays sortant et le Conseil, LES TRAITES SONT APPLICABLES . Si vous vous fondez donc sur l’art50 pour sortir de l’UE et de l’euro, alors tant qu’’il n’y a pas d’accords conclus, l’article 55 de la constitution vous oblige légalement à respecter l’intégralité des traités européens. Et vous continuez donc d’être légalement pieds et poings liés devant la BCE, la commission européenne et les marchés financiers. CQFD. n’importe quel étudiant en droit de 1er année peut le comprendre.

                      Vous avez beau prendre un ton con descendant c’est vous qui vous êtes planté, c’est vous qui entretenez une polémique stérile et lancez des attaques agressives pour entretenir la division. Pour nuire


                    • taktak 29 février 2016 10:15

                      @Ar zen @GrandGuignol
                      Si vos parents étaient communistes, vous savez donc parfaitement que les communistes français n’ont pas une goutte de sang sur les mains et que c’est à eux que l’on doit l’essentiel des conquètes démocratiques de notre pays. Donc vos propos anticommunistes primaires sont encore plus malvenus

                      Jamais il ne se trouvera 50% des électeurs pour voter communiste : ca c’est votre souhait. Mais comme on dit, il ne faut jamais dire jamais. Moi je peux aussi vous dire qu’il n’y aura jamais 50% des français pour voter Asselineau. OK.... ca fait beaucoup avancer la discussion :-s

                      Oui il faut un rassemblement pour agir ensemble. Et c’est bien ce que propose le PRCF.
                      Qui n’a cessé de prendre ses responsabilité en ce sens.
                      Par exemple avec la campagne pétition pour un referendum pour la sortie de l’UE et de l’euro lancée par un large rassemblement allant des communistes du PRCF à des gaullistes.


                    • Legestr glaz Ar zen 29 février 2016 11:04

                      @taktak

                      Seriez vous de mauvaise foi Taktak ? Si je parle de « dictature bolchévique », je ne parle pas de la France ni du communisme français. Où avez vu que je fais de « l’anticommunisme primaire » ? S’il vous plait Taktak, un peu de bonne foi !

                      Par ailleurs ne déformez pas mes propos. Pourquoi parlez vous de « mon souhait ». C’est complètement incohérent d’écrire de telle chose. Parce que vous pensez un seul instant qu’il se trouvera en France la moitié de la population pour exprimer un vote communiste ? Vous êtes sérieux ? Comment se pourrait-il que les communistes puissent rassembler autant d’électeurs sous leur bannière ? Quel était le meilleur score des communistes lors d’élections et quand ? Un type comme Pierre Laurent a fait beaucoup de mal aux sympathisants communistes. Parce que le PRCF ne propose qu’un programme de gouvernement de couleur « communiste ». Je l’ai lu ! Pour cette raison, je vous ai demandé de vous exprimer sur le programme de gouvernement de l’UPR qui est un programme de rassemblement « hors clivage ». Quelles sont vos critiques sur le programme de gouvernement de l’UPR. Faîtes au moins l’effort de l’analyser ! Qu’est-ce que vous retenez, qu’est-ce que vous rejetez ? C’est assez simple comme question !

                      Mais si vous pensez que le parti communiste est en capacité de rassembler sur son programme 50% des électrices et des électeurs, il faut continuer comme vous le faîtes, en dehors d’un CNR. De cette façon l’oligarchie peut continuer à dormir sur ses deux oreilles.


                    • Legestr glaz Ar zen 29 février 2016 11:58

                      @taktak

                      Il n’y a aucune manipulation de ma part. C’est bien vous qui avez pris l’initiative de faire une « analyse juridique » de l’article 50. Oui ou non ? Lorsque l’on prend un telle initiative c’est que l’on se reconnait des compétences dans ce domaine. C’est la raison pour laquelle je vous pose la question de savoir quelles sont vos compétences. Il m’apparait que vous ne raisonnez pas du tout comme une personne ayant étudié le droit. Ce n’est pas un jugement de valeur mais un constat. Quant à moi, pour répondre à votre question, je suis titulaire d’un master en gestion administrative. Mais je ne suis pas celui qui a analysé l’article 50, c’est vous !

                      Vous me reprochez de m’être arrêté à « l’alinéa 1 ». Je vous suggère de vous renseigner sur le langage juridique. En effet, ce que vous appelez « alinéa 1 » est en fait le « paragraphe 1 ». Un paragraphe peut contenir plusieurs « alinéas » à savoir, pour faire simple, des retours de ligne. Ceci constitue simplement la preuve que vous ne maitrisez pas la matière et c’est bien dommage.

                      Je vais donc commenter le « paragraphe 3 ». Si les traités cessent d’être applicables à l’Etat concerné, conformément à ce qu’édicte le paragraphe 3, ceci concerne ce qui a été énoncé au paragraphe 1 à savoir « les relations futures » avec l’UE. Il ne peut être question de négocier ce qui n’est pas négociable. Oui, l’article 55 continue de s’appliquer, pour ce qui est des relations avec l’UE, jusqu’à la sortie et la signature de l’accord. C’est tout à fait normal.

                      Ceci vous ne pouvez le comprendre. Vous êtes « figé » dans une certaine idée. Il se pourrait que beaucoup d’eau coule sous les ponts avant que vous ne compreniez la portée de l’article 50.

                      Article 50

                      1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

                      2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

                      3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

                      4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.

                      La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

                      5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

                      Article 51


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 12:02

                      @taktak
                      « Jamais il ne se trouvera 50% des électeurs pour voter communiste : »

                      Jamais je n’ai écrit cela, vous devez confondre avec un autre commentateur ou alors vous répondez à Ar zen peut être, je n’ai pas tout lu....

                      Oui je sais que les communistes français ne sont pas responsables,mais les dérives de « communistes » à travers le monde donne une image qui est perçue négativement par une majorité de la population, c’est un fait avéré et le parti communiste français n’a jamais fait des scores élevés lors des élections de ces 30 dernières années....Demandez vous pourquoi ?
                       
                      je vous ai dit que je jouait votre partition qui est de « diffamer » pour avoir raison tant que vous jouerez aussi cet air de musique nauséeux, comprenez vous, alors vos remarques d’anticommunisme primaire ( secondaire à la rigueur, car j’en aurai à dire sur ce sujet et c’est la raison pour laquelle je ne suis pas communiste) me passent pas dessus l’épaule.

                      J’ai déjà dit par contre que je respectai les actions menées par le PRCF et que j’en approuvai la grande majorité et pour être encore plus honnête, je regrette que l’UPR ne s’engage pas plus dans certains combats, ne serait ce que pour se faire connaître un peu plus, même si l’on sait que toutes les pétitions rassemblant des milliers de personne sont invariablement jetées à la poubelle par nos chères zélites. néanmoins l’UPR a proposé aussi des pétitions qui malheureusement et malgré un nombre conséquent de vote, n’aboutissent à rien, comme celles des autres partis, qui finissent elles aussi au panier.

                      Aucun parti n’est parfait, ni l’UPR, ni le PRCF et je n’aurai pas l’hypocrisie de désavouer les actions du PRCF, mais le sujet de l’article est l’article 50 que vous analysez de manière simpliste et théorique et non pratique et dont l’incohérence de vos propos sur ce sujet à été démontrée par Ar zen sur le plan juridique, et par d’autres encore.

                      je n’ai pas d’apriori sur le PRCF, si ce n’est vos commentaires qui m’en éloigne de plus en plus et où je retrouve cette intransigeance froide, ce dogme communiste qui se veut le seul à avoir raison, quitte à déformer la réalité. j’en ai souffert dans ma jeunesse de ce dogme communiste et je n’y reviendrai jamais, mais l’on ne va débattre du communisme. Par contre une alliance sur des bases communes, en laissant de coté, de par et d’autres, ses idéologies pour se concentrer sur l’essentiel serait une réelle avancée.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 12:05

                      @GrandGuignol
                      correctif : mais l’on ne va pas débattre du communisme..


                    • taktak 29 février 2016 13:57

                      @GrandGuignol

                      très franchement, je n’ai pas pour habitude de critiquer l’UPR. Et ce n’est pas le cas non plus du PRCF. vous n’avez qu’à consulter le site internet du journal du PRCF pour vous en rendre compte.

                      si j’ai publié ces deux articles sur l’art50 sur agoravox c’est parce que à chaque fois que je publie un article sur agoravox un tout petit nombre de militants de l’UPR vient faire une retape grossière pour le mouvement tout en expliquant qu’il n’y a pas de front commun possible avec le PRCF en raison de cette question de la sortie sur la base de l’art50. Et alors que la nécessité d’un front rassembleur est nécessaire.

                      Hors, il apparait que l’utilisation de cet art50 pose de gros problèmes. Je l’ai démontré ( et quoique vous en disiez Ar Zen ni vous, ni fifi n’avez en rien réfuté clairment les analyses convergentes de cet articles par le PRCF et le MPEP). Cette question de l’art50 ne devrait donc pas être un obstacle à un rassemblement.
                      En faire un obstacle, ce n’est pas responsable.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 14:52

                      @taktak

                      « Cette question de l’art50 ne devrait donc pas être un obstacle à un rassemblement.
                      En faire un obstacle, ce n’est pas responsable
                      . »

                      Ce qui n’est pas responsable et qui est un obstacle, c’est de ne pas utiliser les outils légaux à disposition, à savoir l’article 50.

                      Si cet article 50 est une arnaque, ce qui est possible après tout ( bien que je ne le crois pas et vos arguments ou interprétations ne m’ont pas convaincu), celle ci sera alors visible aux yeux de tous et pourra alors être aisément bafouée sans remord et légalement par un retour à la constitution française.

                      D’ailleurs l’article 50 ne précise pas que le pays ne peut appliquer sa politique même si il reste sous les traités européens par pure forme et pour respecter les négociations de sortie.
                      je vous le redit : un pays qui décide de sortir de l’UE n’est déjà plus dans l’UE en pratique car il refuse la tutelle de celle ci et s’organise déjà dans une nouvelle stratégie politique et monétaire (sortie de l’euro), l’UE le sait très bien et ne pourra s’y opposer à terme.
                      Durant ces négociations qui peuvent durer 2 ans, croyez vous que le pays qui décide de sortir de l’UE ne négociera pas et même n’ imposera pas sa souveraineté et acceptera de soumettre encore au desiderata de l’UE ? C’est un non sens et vous le savez bien.

                      Quel que soit la portée de cet article 50, que vous ayez raison ou pas, ne pas utiliser cette voie c’est se mettre dans l’illégalité, c’est couper net les ponts avec nos partenaires et pays membres de l’UE, c’est se placer dans une position inconfortable avec le risque d’être jugé et condamné au niveau international à des poursuites et des frais supplémentaires, c’est s’isoler des autres, etc, etc....

                      Je peux donc aisément vous retourner, que l’obstacle au rassemblement vient du fait que le PRCF et d’autres veulent sortir illégalement de l’UE et de l’euro, avec tous les risques que cela comporte, au lieu d’utiliser un cadre légal, qu’il sera toujours temps de quitter si celui s’avère être une arnaque.

                      En ce qui concerne le trollage de vos articles, je ne suis pas souvent sur AV et ne peut donc avoir un avis objectif, et j’avoue avoir poster je crois, un jour ou une nuit, un commentaire sur l’UPR sur l’un de vos articles...désolé de vous avoir trollé... smiley 


                    • Legestr glaz Ar zen 29 février 2016 15:21

                      @GrandGuignol

                      Yes ! (Dans la langue de l’hégémon).


                    • taktak 29 février 2016 16:43

                      @GrandGuignol

                      150 commentaires pour arriver à un début de discussion. On tient le bon bout smiley

                      Si cet article 50 est une arnaque, ce qui est possible après tout ( bien que je ne le crois pas et vos arguments ou interprétations ne m’ont pas convaincu), celle ci sera alors visible aux yeux de tous et pourra alors être aisément bafouée sans remord et légalement par un retour à la constitution française.

                      C’est bien je crois le point essentiel. On peut être d’accord ou non sur l’interpretation de l’art50, si on est d’accord sur la sortie de l’UE, cela ne peut pas être un point bloquant pour empécher un rassemblement pour la sortie de l’UE et de l’euro. De toute façon la réalité tranchera.

                      D’ailleurs l’article 50 ne précise pas que le pays ne peut appliquer sa politique même si il reste sous les traités européens par pure forme et pour respecter les négociations de sortie.

                      Vous écrivez « par pure forme ». Je veux bien totalement faire crédit de la bonne fois des militants UPR. Cela dit, ce n’est pas par pure forme. l’art 50 implique l’application des traités, dans leur totalité, durant 2 ans sauf à ce qu’un accord interviennent avant. J’ai bien compris que vous ne comptez plus les appliquer. Mais cela, ce n’est pas l’application juridique stricto sensu de l’art 50. Encore une fois, l’essentiel est que l’on soit d’accord pour sortir des traités européens.

                      je vous le redit : un pays qui décide de sortir de l’UE n’est déjà plus dans l’UE en pratique car il refuse la tutelle de celle ci et s’organise déjà dans une nouvelle stratégie politique et monétaire (sortie de l’euro), l’UE le sait très bien et ne pourra s’y opposer à terme.

                      Bien sûr. Mais le mot important dans votre phrase est « à terme ». Car la question importante pour réaliser une sortie planifiée et dans de bonnes conditions pour la France et les peuples de la zone euro de l’euro et de l’UE, c’est ce qui se passe entre la notification et la sortie. C’est là la phase délicate que vous évacuez bien trop vites. SI vous dites, on ne fera aucune action unilatérale, on respectera strictement la légalité internationale et on se placera sous le régime de l’art50 et bien je crois que le PRCF et le MPEP ont bien mis en évidence les problèmes que cela posera de façon quasi certaines.

                      Durant ces négociations qui peuvent durer 2 ans, croyez vous que le pays qui décide de sortir de l’UE ne négociera pas et même n’ imposera pas sa souveraineté et acceptera de soumettre encore au desiderata de l’UE ? C’est un non sens et vous le savez bien.

                      j’ai bien compris que ce que vous prévoyez c’est une sortie unilatérale de l’euro et de l’UE.

                      Quel que soit la portée de cet article 50, que vous ayez raison ou pas, ne pas utiliser cette voie c’est se mettre dans l’illégalité, c’est couper net les ponts avec nos partenaires et pays membres de l’UE, c’est se placer dans une position inconfortable avec le risque d’être jugé et condamné au niveau international à des poursuites et des frais supplémentaires, c’est s’isoler des autres, etc, etc....

                      Ce n’est pas tout à fait juste. L’Art 50 est une possibilité, avec ses risques, qu’il faudra évaluer au moment où nous serons en position de sortir de l’UE. Mais il est également possible de sortir de l’UE et de l’euro de façon unilatérale, en utilisant les mêmes arguments juridiques que ceux qu’avait utilisé le quai d’orsay pour justifier de la sortie unilatérale du commandement intégré de l’OTAN. Il y a bien sûr une légalité hors de l’article 50.. Et une sortie unilatérale n’interdit aucunement de tenir des négociations. C’est une manière d’imposer si besoin un autre rapport de force plus favorable à la France là où l’art50 place de facto l’etat sortant en situation de faiblesse.

                      C’est un point important, car un gouvernement qui ferait sortir la france de l’UE et de l’euro sur la base d’un programme de type nouveau CNR aura a affronter les institutions européennes, les marchés et l’ensemble des forces de l’oligarchie capitaliste. Et mieux vaudra avoir du répondant. Au risque de finir comme Tsipras.

                      Je peux donc aisément vous retourner, que l’obstacle au rassemblement vient du fait que le PRCF et d’autres veulent sortir illégalement de l’UE et de l’euro, avec tous les risques que cela comporte, au lieu d’utiliser un cadre légal, qu’il sera toujours temps de quitter si celui s’avère être une arnaque.

                      Sauf que ce n’est pas juste. Le PRCF n’a jamais dit qu’il ne ferait pas usage de l’art50. Il indique simplement les risques importants pris en liant obligatoirement la sortie de l’UE à cet article qui motive le fait de refuser de lier la sortie de l’UE avec l’application de l’article 50. Le PRCF est pour une sortie légale. Il indique dans son programme « Proclamer la suprématie du droit, de la Constitution et des lois françaises sur les « directives » européennes ». Comme cela les choses sont claires pour tous le monde et il n’y aura pas d’entourloupes.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 18:05

                      @taktak

                      Comment l’UE, dans le cadre de l’article 50 alinéa 3, et si l’on en croit votre argumentation, pourrait elle imposer au pays quoi que ce soit alors que les négociations de sortie sont en cours ? c’est paradoxal non ?
                      On négocie les accords de sortie et dans le même temps l’Ue nous imposerait des directives que nous sommes justement en train de négocier, cela n’a aucun sens.
                      je reste donc persuadé que le fait de rester dans les traités le temps des négociations n’est qu’ une pure formalité afin de maintenir des échanges suivis dans un cadre réglementé.

                      D’une manière plus générale, le gouvernement français, dans cette UE de malheur, n’a pas toujours exécuté les directives de l’UE et s’est vu réprimandé et même sanctionné légèrement sans pour cela contrevenir illégalement. Donc en cas de directives européennes contraire à la politique voulue par le pays sortant, celui ci n’aura qu’a passer outre et point final.

                      Pour ce qui est des négociations, elles seront facilitées au sein de l’article 50 et plus âpre sans l’article 50. D’autres part en coupant net, êtes vous sur de garder de bonnes relations avec les pays membres de l’UE, celle ci ne va t’ elle pas vous sanctionner, vous boycotter encore plus durement que si vous vous étiez assis à la table de négociation proposé par l’article 50. ?
                      vous ne répondez pas à ces questions et passez outre comme si cela n’était rien.
                      Ne voyez vous pas que cette attitude « révolutionnaire » de sortie abrupte sera contreproductive et accentuera le risque d’isolation de la France ?

                      Toutefois je comprend votre position et ne la rejette pas en bloc, sauf que je met plus de réserve à une sortie abrupte que sur l’article 50 qui permet de négocier cette sortie de l’UE dans un cadre plus « serein »..

                      Votre solution est pour moi l’ultime recours, quand toutes les actions légales seront épuisées.
                      je vous rejoint sur la fin de votre commentaire où l’essentiel est de marcher vers un même but et comme vous le dites, les évènements à venir précipiteront peut être les choses.


                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 18:30

                      @GrandGuignol
                      « je vous rejoint sur la fin de votre commentaire »

                      Heuu..Non en fait c’est au début de votre commentaire. :

                      "C’est bien je crois le point essentiel. On peut être d’accord ou non sur l’interpretation de l’art50, si on est d’accord sur la sortie de l’UE, "


                    • zmed 28 février 2016 06:19

                      C’est vraiment n’importe quoi cet article !

                      Un traité n’est qu’un bout de papier. Et un état qui ne veux pas s’y soumettre peut se torcher le cul avec.

                      Un état qui veut quitter l’union a bien évidement pensé a sa souveraineté monétaire . Comment pourrait il en être autrement contrairement aux fadaises que raconte taktak. La sortie de l’union implique d’être prêt a mettre en circulation sa propre monnaie que l’union soit d’accord ou pas. Faudrait vraiment être les derniers des incapables pour ne pas se soucier de ce genre de chose avant la sortie.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 07:13

                        @zmed
                        D’autant que le programme du PRCF indique « UN RETRAIT PLANIFIE DE L’UE & DE L’EURO ».... Ce qui est tout le contraire d’une sortie brutale...


                      • taktak 28 février 2016 18:10

                        @Fifi Brind_acier @zmed

                        Et bien cela vole haut....


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 20:18

                        @taktak
                        Expliquez nous pourquoi le PCF et la CGT se sont alliés dans le CNR avec une douzaine de Mouvements non communistes.... ?? Et pourquoi vous refusez d’en faire autant ?


                        Vous n’avez pas répondu à ma question précédente : votre plan B, c’est quoi ?

                      • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 10:22

                        Vous écrivez ceci :

                        La fausse bonne idée de la sortie de l’Union européenne par l’Article 50 (ex 49) A (Journal Officiel de l’UE, 17 décembre 2007). « 1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union. 2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 188 N, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. 3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai. 4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent. La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 205, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. 5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49. »

                        Comment avez vous fait pour vous tromper dans cette retranscription. ? Voici l’article 50 :

                        Article 50

                        1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

                        2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

                        3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

                        4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.

                        La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

                        5. Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

                        Parce que je suis curieux et rationnel j’ai voulu prendre connaissance de l’article « 188 N » dont fait état l’article 50 que vous avez retranscrit. Cela n’existe pas ! Il s’agit de l’article 218 paragraphe 3 ! Vous pouvez vérifier !

                        Et vous vous dîtes sérieux ? C’est vraiment bizarre que votre « copié - collé » ait dérivé de la sorte. C’est même incompréhensible !


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 12:17

                          @Ar zen
                          Vous pouvez expliquer ce qui différencie les deux textes, je ne vois pas bien où est la différence ?
                          Merci d’avance.


                        • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 13:29

                          @Fifi Brind_acier

                          Puisque je suis curieux j’ai lu la retranscription de l’article 50 de Taktak. Celle ci dit ceci (point n°2) :

                          « Cet accord est négocié conformément à l’article 188 N paragraphe 3 » ! J’ai donc voulu prendre connaissance de l’article 188 N paragraphe 3 du TFUE.

                          Cet article fait partie du titre XIX « recherche et développement technoligique et espace » de la 3ème partie

                          Article 188

                          (ex-article 172 TCE)

                          Le Conseil, sur proposition de la Commission et après consultation du Parlement européen et du Comité économique et social, arrête les dispositions visées à l’article 187.

                          Le Parlement européen et le Conseil, statuant conformément à la procédure législative ordinaire et après consultation du Comité économique et social, arrêtent les dispositions visées aux articles 183, 184 et 185. L’adoption des programmes complémentaires requiert l’accord des États membres concernés.

                          En revanche l’article 218 fait partie du titre V de la 4ème partie :

                          Article 218

                          (ex-article 300 TCE)

                          1. Sans préjudice des dispositions particulières de l’article 207, les accords entre l’Union et des pays tiers ou organisations internationales sont négociés et conclus selon la procédure ci-après.

                          2. Le Conseil autorise l’ouverture des négociations, arrête les directives de négociation, autorise la signature et conclut les accords.

                          3. La Commission, ou le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité lorsque l’accord envisagé porte exclusivement ou principalement sur la politique étrangère et de sécurité commune, présente des recommandations au Conseil, qui adopte une décision autorisant l’ouverture des négociations et désignant, en fonction de la matière de l’accord envisagé, le négociateur ou le chef de l’équipe de négociation de l’Union.

                          4. Le Conseil peut adresser des directives au négociateur et désigner un comité spécial, les négociations devant être conduites en consultation avec ce comité.

                          5. Le Conseil, sur proposition du négociateur, adopte une décision autorisant la signature de l’accord et, le cas échéant, son application provisoire avant l’entrée en vigueur.

                          6. Le Conseil, sur proposition du négociateur, adopte une décision portant conclusion de l’accord.

                          Sauf lorsque l’accord porte exclusivement sur la politique étrangère et de sécurité commune, le Conseil adopte la décision de conclusion de l’accord :

                          a) après approbation du Parlement européen dans les cas suivants :

                          i) accords d’association ;

                          ii) accord portant adhésion de l’Union à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ;

                          iii) accords créant un cadre institutionnel spécifique en organisant des procédures de coopération ;

                          iv) accords ayant des implications budgétaires notables pour l’Union ;

                          v) accords couvrant des domaines auxquels s’applique la procédure législative ordinaire ou la procédure législative spéciale lorsque l’approbation du Parlement européen est requise.

                          Le Parlement européen et le Conseil peuvent, en cas d’urgence, convenir d’un délai pour l’approbation ;

                          b) après consultation du Parlement européen, dans les autres cas. Le Parlement européen émet son avis dans un délai que le Conseil peut fixer en fonction de l’urgence. En l’absence d’avis dans ce délai, le Conseil peut statuer.

                          7. Par dérogation aux paragraphes 5, 6 et 9, le Conseil peut, lors de la conclusion d’un accord, habiliter le négociateur à approuver, au nom de l’Union, les modifications de l’accord, lorsque celui-ci prévoit que ces modifications doivent être adoptées selon une procédure simplifiée ou par une instance créée par ledit accord. Le Conseil peut assortir cette habilitation de conditions spécifiques.

                          8. Tout au long de la procédure, le Conseil statue à la majorité qualifiée.

                          Toutefois, il statue à l’unanimité lorsque l’accord porte sur un domaine pour lequel l’unanimité est requise pour l’adoption d’un acte de l’Union ainsi que pour les accords d’association et les accords visés à l’article 212 avec les États candidats à l’adhésion. Le Conseil statue également à l’unanimité pour l’accord portant adhésion de l’Union à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales ; la décision portant conclusion de cet accord entre en vigueur après son approbation par les États membres, conformément à leurs règles constitutionnelles respectives.

                          9. Le Conseil, sur proposition de la Commission ou du haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, adopte une décision sur la suspension de l’application d’un accord et établissant les positions à prendre au nom de l’Union dans une instance créée par un accord, lorsque cette instance est appelée à adopter des actes ayant des effets juridiques, à l’exception des actes complétant ou modifiant le cadre institutionnel de l’accord.

                          10. Le Parlement européen est immédiatement et pleinement informé à toutes les étapes de la procédure.

                          11. Un État membre, le Parlement européen, le Conseil ou la Commission peut recueillir l’avis de la Cour de justice sur la compatibilité d’un accord envisagé avec les traités. En cas d’avis négatif de la Cour, l’accord envisagé ne peut entrer en vigueur, sauf modification de celui-ci ou révision des traités.

                          CONCLUSION : Je me demande comment Taktak a pu « copier-coller » l’article 50 en faisant apparaître dans le texte de celui ci un article qui ne fait pas référence à cet article (l’article 188N en lieu et place de l’article 218). Peut être que Taktak pourra l’expliquer !


                        • Aristide Aristide 28 février 2016 12:21

                          J’adore ces discussions byzantines. autour de l’article 50. Une sorte de discussion sur le sexe des anges.


                          Un point pour Fifi et sa question pertinente : « Cest pour quand la révolution ? » à destination du PRCF . Bon, c’est vrai qu’elle ne se pose pas la même question du moment ou l’UPR sera en charge des affaires. Comme quoi, la poutre ...

                          Mais bon, sinon, très intéressant ce dialogue hors de toutes réalités.

                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 12:35

                            @Aristide
                            Mais si, tout est prévu « Le jour d’après la sortie de l’ UE ».
                            Quand on voit la gestion des affaires par votre parti Socialiste, je serais vous, j’irai me mettre dans un trou de souris....


                          • Aristide Aristide 28 février 2016 13:00

                            @Fifi Brind_acier

                            Je ne vois pas pourquoi je me mettrai dans un trou de souris, je ne soutiens pas cette politique menée si vous lisez bien ce que j’écris. Je soutiens une politique de gauche réaliste sans promesses irréalisables et discours lénifiants. Mais bon, la nuance n’est pas votre fort.

                            La question n’est pas ce que vous feriez, c’est quand vous serez en charge de le faire par les élections. Vous avez une lucidité assez étonnante sur le renvoi aux calandres grecques de la révolution, je vous en félicite pour une fois. Mais, essayez d’appliquer cette lucidité à votre propre projet et essayez de mesurer à quelle époque vous serez dans la même position.

                            Allons, votre mouvement a autant de chance d’être en position de mettre en oeuvre ses propositions qu’il y a de chances que les révolutionnaires en chausson arrivent à prendre le pouvoir.

                          • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 13:52

                            @Aristide

                            Je ne suis pas d’accord avec vous. La théorie du « centième singe » s’appliquera à l’UPR. Ce parti souffre d’un manque criant de visibilité. Presque personne ne connaît l’UPR. C’est la tactique utilisée par les médias dominants pour qu’il n’émerge pas. Mais il émergera. Sa progression est exponentielle.

                            En revanche, la « révolution » que Taktak appelle de ses voeux ne répond pas à la même dynamique.

                            L’oligarchie veut conserver son pouvoir. L’oligarchie en place travaille exclusivement pour l’intérêt particulier d’un petit nombre. L’intérêt collectif ou l’intérêt commun ou l’intérêt du plus grande nombre est évacué !

                            http://www.lespasseurs.com/100eme_singe.htm


                          • Julien30 Julien30 28 février 2016 15:08

                            @Ar zen
                            « C’est la tactique utilisée par les médias dominants pour qu’il n’émerge pas. »

                            C’est faux, l’UPR reçoit en gros l’attention médiatique qu’il mérite en accord avec les suffrages qu’il obtient, vu ses résultats dans les urnes, ce qui serait anormal serait qu’il soit plus exposé (et Asselineau a quand même été reçu chez Ruquier, signe s’il en est que le parti n’est absolument pas boycotté par les medias), les journalistes ne sont pas là pour en faire la promotion. 
                            Et puis il faut arrêter avec la victimisation, aujourd’hui il y a internet, média qui en plus est propice à propager les idées alternatives, ou en tout cas supposées tel, auprès des gens cherchant du nouveau dans l’offre politique, si l’UPR ne décolle pas c’est que son programme ne séduit pas, c’est tout.

                          • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 18:11

                            @Julien30

                            C’est la très vieille histoire de l’oeuf et de la poule !

                            Je ne sais pas très bien pourquoi vous intervenez pour écrire ce que vous écrivez ? Quel est votre but lorsque vous écrivez de telles choses. Vous faîtes semblant de ne pas savoir que l’exposition médiatique est essentielle dans le résultat d’une élection. Est-ce que vous l’ignorez ou est-ce que vous faîtes semblant ? Asselineau a été chez Ruquier ! La belle affaire. Il a donc bénéficié d’une exposition médiatique de tous les diables !

                            Peut être que vous ne l’avez pas lu ? Voici l’article 4 de la constitution de la 5ème République :

                            ARTICLE 4.

                            Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

                            Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi.

                            La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation.

                            Par conséquent, la question qui découle de cet article : « que pensez vous de la pluralité d’opinions » ? Question subsidiaire. Comment peut-on respecter la constitution et asseoir la pluralité d’opionions ?


                          • Aristide Aristide 28 février 2016 19:23

                            @Ar zen


                            C’est bizarre de constater la manière avec laquelle vous essayez d’évacuer la question par des théories étranges ou des explications sur les causes de votre ... relative audience.

                            Vous voilà bien incapable de reconnaître que centième singe ou pas, le chemin sera long ... Tout de même étrange comportement d’un mouvement qui fait autour de 1% et croit qu’il pourra mettre en oeuvre seul ses propositions dans des délais compatibles avec une vie d’homme..

                            C’est cela que l’on appelle une groupie, félicitations. Pas de doute, et toujours de bonne humeur.


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 20:28

                            @Julien30
                            Vous en parlez à votre aise, le FN a son rond de serviette dans tous les médias, les chaînes d’info en continue ont mis à sa disposition plus de 40% de leur temps d’antenne politique.


                            Le FN sans médias, de 1973 à 1983, faisait les mêmes scores électoraux que l’ UPR : moins de 1% ;

                            Ce n’est pas le programme qui est en cause, vu que le FN en change tous les 4 matins, en fonction des sondages....

                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 20:35

                            @Aristide
                            Demandez donc à votre cher PS comme il s’y prend pour violer la Constitution sur la liberté d’expression que l’ Etat doit accorder aux Partis Politiques ...


                            Mitterrand a poussé le FN dans les médias pour diviser les Français, à partir de 1984.
                            Fabius a même introduit la proportionnelle aux Législatives suivantes pour que 35 députés FN entrent à l’ Assemblée nationale.

                            Vous voyez, le PS sait très bien s’y prendre quand il a besoin d’un allié...


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 2016 20:51

                            @Aristide
                            La politique de Gauche-réaliste, c’est celle qui a gouverné à partir de 1983 en faveur de l’ Union européenne, de l’euro et de l’ OTAN, des 1% les plus riches, et que la majorité des Français vomit désormais, autant qu’elle vomit le FN et l’UMP.


                            « sans promesses irréalisables et discours lénifiants ». Je ne vous le fais pas dire !
                            C’est tout ce que vous pouvez faire, c’est à dire RIEN dans l’intérêt général.

                            Puisqu’il est interdit par les Traités européens de faire des politiques intérieures nationales ! Vous savez qu’ Intermarché était d’accord pour acheter plus cher de la viande française ?? Bruxelles s’y oppose. Elle est belle votre Europe !


                            Ce que souhaitent les Français, ce sont des politiques dans l’intérêt de la France et des Français. C’est bien parce que les Français se rendent compte que vous ne servez à rien, sauf aux 1%, qu’ils vous quittent en rangs serrés et que l’ UPR ne cesse de se développer.


                          • Legestr glaz Ar zen 29 février 2016 13:35

                            @Aristide

                            Oui


                          • zygzornifle zygzornifle 28 février 2016 16:13

                            l’UE c’est notre Guantánamo ....


                            • Legestr glaz Ar zen 28 février 2016 18:12

                              @zygzornifle

                              La formule est audacieuse, je la prends !


                            • dartagnanduroi2014 28 février 2016 20:18

                              A ce jour, le parti UPR a largement dépassé les 10 000 adhérents et l’on comprend très bien ce genre d’articles à charge, quand les autres partis se vident de leur substance, leurs électeurs déçus. L’article en lui-même ne vise qu’à discréditer sans fondement aucun un élan continu d’adhérents aux causes d’un parti sérieux, honnête, dénonçant les quatre vérités.... Personnellement ce type d’article me conforte dans mon choix, comme l’odeur du brûlé, on éprouve devant tant d’animosités gratuites, une tendance à fuir. Bon courage pour votre combat, même si au final on veut la même chose, je ne suis pas certain que vous soyez un vrai fer de lance, ni un bon pêcheur à nager ainsi dans une eau trouble.... La gauche n’aime pas l’UPR, ceux de gauche la rejoignent un peu plus tous les jours. A bon entendeur !


                              • taktak 28 février 2016 21:21

                                @dartagnanduroi2014

                                ca fait un peu secte votre réflexion. Plutot que de répondre sur le fond, avec des arguments - et malgrès des dizaines et des dizaines de commentaires je vois qu’aucun des militants de l’UPR n’a pas vraiment répondu aux arguments exposés dans l’article du PRCF ou celui du MPEP sur la question de l’art 50 - vous préférerez vous lancer dans l’autocélébration de votre groupe

                                Qui plus est merci d’indiquer ou cet article discrédite qui. Il expose simplement pourquoi l’art50 peut être une illusion. Et ne parle pas de l’UPR...

                                Visiblement le débat c’est pas la pratique naturelle des militants de l’UPR. Silence dans les rangs.


                              • dartagnanduroi2014 29 février 2016 00:08

                                @taktak
                                Excusez mais vous non plus ne répondez pas à tout le monde, si j’en juge d’une réponse qui vous a été faite par un intervenant sur l’article 50. Vous répondez peut-être vous même de façon épidermique dans ce cas.... D’autre part, le seul parti politique ayant dans son programme exposé de manière frontale le fameux article 50 est l’UPR et vous dites que c’est une illusion, parti-pris que je ne partage pas. En effet, j’ai pu lire deux commentaires qui vous remettaient bien en place, mais vous faites mine de les ignorer. Votre article s’articule autour de l’article 50, mais les grecs d’après vous peuvent-ils sortir de façon unilatérale de l’Union Européenne ? Non, bien sûr que non, ils ont été roulés dans la farine. Votre article est polémique et n’a rien de convaincant, ne vous en déplaise. Alors, sur le fond ma réponse est si les peuples d’Europe politiquement ou pas vont devenir la majorité à sortir de ce merdier, dont les lois sont toujours plus de contresens à la logique humaine, un parti politique qui propose la sortie de manière légale, parce que nous y sommes entrés, va affirmer sa contestation grondante et certainement entraîner les autres avec lui. L’article 50 peut être un facteur très encourageant et ne prédit pas de sanctions alarmistes que vous voudriez nous le faire croire. Voilà mon avis personnel !


                              • dartagnanduroi2014 29 février 2016 01:12

                                Par ailleurs, j’avais voté non à Maastricht, je n’ai encore moins changé d’idée. Votre solution est tout autant perfectible, les obstacles et les pressions, croyez-bien qu’elles seront là article 50 ou pas. 


                                Le plus important demeure la volonté d’un parti à vouloir sincèrement sortir de ce truc incohérent, qui pollue la planète, tue les populations à petit feu, ne respecte pas l’humanité ni la vie ou la Terre.

                                Alors, vos attaques sont très déplacées quand on voit sur la scène politique si peu de partis à vouloir sortir et renouer avec la démocratie. L’UPR me semble quand même le parti le plus sincère et j’ai dû pour cela analyser depuis déjà 2007 l’économie et la politique « autour » avant de me décider bien plus tard dans un choix de parti.

                                La majorité manquent de sincérité, c’est pourquoi il est très difficile de croire encore en la politique ....

                                Bon courage à vous, je ne crois pas faire parti d’un mouvement de droite, autre précision dans les allégations dans votre texte, mais plutôt d’une volonté de nombreux citoyens à espérer des politiciens sincères, c’est pour ainsi dire devenu, perles rares.

                              • Bataillons 28 février 2016 21:58

                                Bonjour,

                                 

                                1 La France n’a pas signé la convention de Vienne sur le droit des traités. Par conséquent, la convention ne s’applique pas pour la France.

                                2 La France a ratifié (même si on n’est pas d’accord sur la méthode) le TUE, par conséquent son article 50 s’applique.

                                3 Sur Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_de_Vienne_sur_le_droit_des_trait%C3%A9s il est précisé que « La convention fournit essentiellement des règles supplétives puisque chaque traité peut établir son propre régime juridique. ».

                                Par conséquent, c’est l’article 50 qui prévaut.

                                4 Le MPEP dans sa tribune du 30 novembre 2015 indique :

                                Pour sortir, la France invoquera les articles 61 et 62 de la Convention de Vienne du 23 mai 1969 sur le droit des traités. Ces articles décrivent le droit de retrait d’un traité international par un État, au motif notamment d’un « changement fondamental de circonstances »."

                                Regardons cela de plus près :

                                Article 61. SURVENANCE D’UNE SITUATION RENDANT L’EXÉCUTION IMPOSSIBLE 1. Une partie peut invoquer l’impossibilité d’exécuter un traité comme motif pour y mettre fin ou pour s’en retirer si cette impossibilité résulte de la disparition ou destruction définitives d’un objet indispensable à l’exécution de ce traité. Si l’impossibilité est temporaire, elle peut être invoquée seulement comme motif pour suspendre l’application du traité. 2. L’impossibilité d’exécution ne peut être invoquée par une partie comme motif pour mettre fin au traité, pour s’en retirer ou pour en suspendre l’application si cette impossibilité résulte d’une violation, par la partie qui l’invoque, soit d’une obligation du traité, soit de toute autre obligation internationale à l’égard de toute autre partie au traité.

                                Article 62. CHANGEMENT FONDAMENTAL DE CIRCONSTANCES 1. Un changement fondamental de circonstances qui s’est produit par rapport à celles qui existaient au moment de la conclusion d’un traité et qui n’avait pas été prévu par les parties ne peut pas être invoqué comme motif pour mettre fin au traité ou pour s’en retirer, à moins que : a) L’existence de ces circonstances n’ait constitué une base essentielle du consentement des parties à être liées par le traité ; et que b) Ce changement n’ait pour effet de transformer radicalement la portée des obligations qui restent à exécuter en vertu du traité. 2. Un changement fondamental de circonstances ne peut pas être invoqué comme motif pour mettre fin à un traité ou pour s’en retirer  : a) S’il s’agit d’un traité établissant une frontière ; ou b) Si le changement fondamental résulte d’une violation, par la partie qui l’invoque, soit d’une obligation du traité, soit de toute autre obligation internationale à l’égard de toute autre partie au traité. 3. Si une partie peut, conformément aux paragraphes qui précèdent, invoquer un changement fondamental de circonstances comme motif pour mettre fin à un traité ou pour s’en retirer, elle peut également ne l’invoquer que pour suspendre l’ap plication du traité.

                                 

                                L’analyse montre que ces articles 61 et 62 ne peuvent pas être invoqués. L’article 50 du TUE s’applique préalablement et son non-respect constitue une violation du traité.

                                 

                                En conclusion, l’UPR a donc raison d’invoquer essentiellement l’article 50 du TUE afin de sortir juridiquement et sereinement de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, afin de ne pas violer le traité.


                                • alinea alinea 28 février 2016 22:21

                                  Houlà !! je n’ai pas tout lu, mais je vois que nous ne sommes pas encore sortis de l’auberge !!


                                  • taktak 28 février 2016 22:36

                                    @alinea

                                    lol ! oui on est pas sortie de l’auberge... les cyber troll de l’UPR n’ont toujours pas appris à discuter et débattre.


                                  • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 14:02

                                    @taktak

                                    « les cyber troll de l’UPR »

                                    et voilà encore un exemple de réduction simpliste et diffamatoire qui se veut être un exemple pour le peuple français, traitez ses détracteurs de Troll...encore bravo !
                                    Si ils sont tous comme ça au PRCF ( ???) , il vaut mieux être seul que mal accompagné.

                                    Pour vous tous les commentateurs de l’UPR sont des cyber trolls...lol...desquels vous zapper les argumentations sans répondre à certaines questions qui sont toujours sans réponses au moment où j’écris ce commentaire.

                                    Donc pour vous faire plaisir, je vais vous dire : vous avez raison, oui raison, continuez comme cela et déjà que le PRCF compte ses adhérents sur les doigts d’une main, demain vous serez seul avec Gaston à hurler au loup.


                                  • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 15:13

                                    @GrandGuignol
                                    je viens de prendre connaissance dans le dernier commentaire qui m’étais adressé que vous vous plaigniez du trollage de vos articles par des militants de l’UPR et comme je vous l’ai dit en réponse je ne suis pas sur AV souvent, donc mon commentaire si dessus est peut être un peu fort.....désolé.


                                  • tf1Groupie 29 février 2016 00:45

                                    Article sans intérêt : si on veut sortir de l’Europe on trouvera toujours un moyen, demandez aux anglais, c’est le cadet de leur souci.

                                    Mais apparemment le présent article est un crépage de chignons entre l’UPR et le PRCF, nos deux poids lourds de la politique française.

                                    .


                                    • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 02:49

                                      @tf1Groupie

                                      Pour sur, les autres partis en lice pour les présidentielles de 2017, eux, seront à même de régler cette situation kafkaïenne que nous impose l’UE.
                                      Et vous voyez qui sans indiscrétions, le PS, LR, DlF, le FdG, le FN (non ? si ?), FO, le NPA peut être et ses boys-band anti-fa, Ha je sait, : EELV avec ce cher Daniel Con-bandit ? non ? sinon il a ce nouveau parti avec 2 jumeaux et 3 adhérents qui ont eu une promotion médiatique quasi immédiate, alors que d’autres partis comprenant des milliers d’adhérents n’accèdent pas aux médias de masse...

                                      Reste plus que le parti chrétien, ou alors Cheminade et ses voyages galactiques ( j’adore l’espace !) à moins que ce ne soit le parti des chasseurs de perdrix, et je pense que c’est cette dernière option que vous avez choisi....non ?


                                    • popov 29 février 2016 13:43

                                      @tous

                                      À ma gauche, le PRCF. À ma droite l’UPR.

                                      Ces deux partis affichent le même but : sortir de l’UE et de l’Otan.

                                      Chacun de ces deux partis n’aura jamais assez de voix séparément pour mettre ce programme en œuvre et ils le savent très bien.

                                      Pensez-vous qu’ils vont essayer de raboter leurs différences et formuler une plate forme commune ? Ce serait bien mal connaître les Français. Au lieu de faire preuve de pragmatisme, ils se chamaillent sur des abstractions, ils ergotent sur le nombre de virgules dans un article de loi.

                                      Un peu comme si leur vocation était en fait de diluer le nombre de voix en faveur d’une sortie pour être sûr que cette sortie ne se produise pas. Les atlantistes rigolent.


                                      • taktak 29 février 2016 15:44

                                        @popov
                                        Je ne peux pas totalement vous donner tort vu le dialogue de sourd que vous pouvez observer ici.

                                        Cela dit, dans la réalité, le PRCF n’impose à personne son programme - qu’il défend toutefois en toute honneté, franchise et conviction - mais propose de construire tout ensemble un front commun pour la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN, pour défendre et étendre les conquêtes du Conseil national de la résistance.
                                        Avec pour seule ligne rouge d’en exclure les forces d’extrèmes droites et fascistes qui dans la réalité ne sont pas pour la sortie de l’UE de l’euro et de l’OTAN. Le PRCF résume cela par un front antifasciste, populaire et patriotique (FRAPP).

                                        Pour permettre l’action de chacun et de tous, ensemble, un appel pétition unitaire, avec les militants du PRCF, avec des syndicalistes, des gaulistes... a été lancé pour exiger un referendum pour la sortie de l’UE et de l’euro. Nul besoin d’adhérer à un parti, de s’entendre sur des virgules et des guillemets, pour signer ce texte, pour le faire signer et se rassembler ainsi dans l’action pour convaincre les français de la nécessité de sortir de l’UE et de l’euro.

                                        D’autres semblent vouloir poser 36 conditions (telle que l’art50 du TCE qui est l’objet de cette discussion ubuesque...) avec sans doute un autre agenda que la sortie de l’UE et de l’euro.

                                        www.initiative-communiste.fr


                                      • Legestr glaz Ar zen 29 février 2016 15:49

                                        @popov

                                        Et oui, comment fédérer le peuple ? Toute la question est là ! L’oligarchie l’a bien compris. Pour elle le peuple est considéré comme une masse informe et inorganisée d’individus individualistes. Ce peuple est privé d’organisation face à l’Etat. Les seuls organes de résistance qui puissent tenir tête à l’Etat sont les partis politiques et les syndicats, eux mêmes politisés, c’est à dire sous contrôle. Le système électoral n’a pas pour but de représenter la population mais d’assurer à une élite un pouvoir considérée comme légitime. Les grands « démocrates » savent fort bien ce qu’est le peuple mais ils s’en méfient. Rien n’est plus dangereux pour la « démocratie » que le peuple. C’est pourquoi la « démocratie » prétendra toujours servir le peuple alors qu’elle ne permet qu’à un petit nombre d’être souverain à sa place. Ce que la « démocratie » attend du peuple, c’est la légitimité. Elle n’a que faire de son opinion !

                                        Un certain Vasily Rozanov en 1919 écrivait : « la démocratie est le régime par lequel une minorité organisée gouverne une majoritée inorganisée ».


                                      • GrandGuignol GrandGuignol 29 février 2016 15:55

                                        @popov

                                        « À ma droite l’UPR. »
                                        Où avez vous vu que l’UPR était de droite ? je vous le demande !

                                        lisez le programme de l’UPR qui s’inspire en grande partie du CNR et revenez dire que l’UPR est de droite.

                                        Pour le reste de votre commentaire, oui , on se chamaille sur des broutilles qui ont pourtant une importance capitale, à savoir rester dans la légalité et conserver de bonnes relations avec nos voisins européens ou transgresser les lois et le droit et se mettre un quart de la planète à dos et subir des sanctions méritées.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès