Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > La nouvelle donne en Syrie

La nouvelle donne en Syrie

Les insurgés syriens et les djihadistes internationaux viennent d’essuyer une cuisante défaite au nord d’Alep. On ne sait pas encore si ce sera une déroute ou un simple revers de fortune mais cela mérite qu’on évalue la gravité de la situation dans laquelle se trouvent les combattants qui ont pris les armes contre le gouvernement légitime de Bachar al Assad et de voir quelle pourrait être l’évolution régionale si la ville d’Alep venait à être totalement reconquise par les forces loyalistes.

Accueil des troupes de l’Armée loyaliste à Nebbol et Zahraa.

Il est inutile de revenir sur la participation décisive de l’aviation russe, du déploiement des systèmes antiaériens de dernière génération (S-400) ainsi que du performant système de brouillage électronique Krassoukha-4 [1] dans les opérations militaires en Syrie. Il est aussi inutile de rappeler que l’armée loyaliste a reçu des renforts du Hezbollah, des Chiites irakiens, des brigades Al-Qods iraniennes et des Hazâras afghans [2]. Le matériel de guerre syrien a été modernisé en ce qui concerne l’aviation et il a été renforcé avec du matériel moderne pour l’armement blindé. Tout cela a déjà été lu et relu en long et en large dans tous les médias traditionnels et je n’ai rien de neuf à ajouter.

Ce qui est plus rarement évoqué, c’est la surprenante métamorphose de l’armée russe qui est passée d’une armée en guenilles dans les années 90 à une armée disposant des équipements les plus sophistiqués en 2016 et cela avec un budget militaire 7,2 fois inférieur à celui des États-Unis [3]. Ceux qui s’intéressent à ce sujet savent que les États-Unis et la Russie sont les seuls pays au monde à disposer d’une capacité de production indépendante pour toutes les armes que leur armée utilise. Y arriver avec un budget aussi réduit est une performance pour la Russie.

L’explication vient sans doute de coûteuses erreurs de conception ou d’utilité stratégique commises par l’armée étasunienne comme l’avion multirôle F-35 ou le bouclier antimissiles par exemple, de l’épuisement de l’armée US dans des guerres asymétriques, de la dispersion des forces sur l’ensemble de la planète, de la priorité donnée à des systèmes de protections contre les attaques d’ennemis moins puissants pendant plus de 10 ans (guérillas et attaques suicides), de la corruption et des gaspillages divers.

Pendant ce temps, la Russie a lancé un programme de restructuration de son armée à la fois sur le plan stratégique, tactique et qualitatif qui doit arriver à son terme en 2020. Les premiers résultats en ce début 2016 atteignent déjà des résultats étonnants alors que la plupart des nouveautés sont encore au stade de prototypes [4]

 

Comment expliquer la défaite d’Alep ?

Contrairement à tout ce que les médias mainstream prétendent, ce n’est pas l’Armée arabe syrienne qui a ouvert les hostilités ces derniers jours. Le groupe terroriste « Front al-Nosra » [5] affilié à Al-Qaïda avait tenté à plusieurs reprises de prendre la localité de Bachkoy située au nord d’Alep. Lors de leur dernière tentative, l’AAS a contre-attaqué avec l’appui de l’artillerie et des aviations syrienne et russe en provoquant la débandade des terroristes. L’AAS a profité de la situation pour atteindre les villages chiites de Nebbol et Zahraa qui étaient assiégés depuis trois ans et demi et par la même occasion, de couper la principale route qui relie Alep à la Turquie. Les 5000 défenseurs de ces deux villages se sont alors joints à l’AAS pour repousser les terroristes encore plus loin. 

Une autre explication de cette défaite est que de nombreux djihadistes, on parle de plusieurs milliers, ont quitté la Syrie pour la Libye. On peut penser que ces combattants aguerris ont manqué pour faire face à l’AAS.

 

Les perdants.

On ne peut évaluer que sur base de la situation actuelle qui évolue vers un siège des quartiers tenus par les rebelles. Il n’est pas possible de prévoir une éventuelle intervention militaire de la Turquie et de l’Arabie. Une telle évolution du conflit conduirait la guerre dans une direction imprévisible et je ne me risquerai pas à faire une prospective sans avoir des éléments concrets en mains.

On cite généralement avec raison la Turquie comme principale perdante. La guerre en Syrie a remis en selle les différents groupes indépendantistes kurdes. Le comble pour Recep Erdogan est que les États-Unis soutiennent militairement leur ennemi historique kurde qui lutte avec succès contre l’État islamique. Le soutien russe est seulement diplomatique et ne concerne que des armes légères pour le moment mais que ferait la Turquie si Vladimir Poutine se mettait à fournir des armes lourdes aux Kurdes ? L’acquisition d’armement de toute nouvelle conception [6] permettra aux Russes de se défaire sans problème de leur armement actuel. Recep Erdogan devrait peut-être y réfléchir à deux fois avant de se mettre définitivement les Russes à dos. C’est à lui de trouver la solution pour sortir du bourbier dans lequel il s’est enlisé.

L’Arabie saoudite et le Qatar ont beaucoup dépensé pour renverser Bachar al Assad. Ce sera une perte sèche pour eux. 

Une invasion de la Syrie pour des motifs humanitaires par les deux complices du terrorisme islamique que sont la Turquie et l’Arabie saoudite n’est pas exclue. Malheureusement, on ne peut pas faire confiance en leur sincérité. Je pense que ce serait une opération destinée à sauver leurs protégés au nord et au sud de la Syrie. Le tout est de savoir si cela entrainerait une implication des États-Unis sans qui le succès d’une telle opération est impossible. 

Ce qui est probable, c’est que cela entrainerait un embrasement de tout le Moyen-Orient avec la prévisible fermeture du détroit d’Ormuz et toutes les conséquences qui en découleraient pour l’Europe.

 

Le détroit d’Ormuz.

Le risque d’une révolution de palais est élevé en Arabie saoudite. Le jeune prince Mohammed ben Salmane qui a reçu les rênes du pouvoir de son père, le roi Salmane qui serait gravement malade [7], risque de ne plus longtemps être accepté vu sa gestion désastreuse du pays malgré la vigilance des protecteurs étasuniens.

Le Qatar ne verra pas la réalisation de son gazoduc à travers la Syrie. Il lui resterait son championnat du monde de football de 2022… si le scandale de la corruption ne revenait pas à la surface.

La France perdra surtout la face. Elle qui a été en pointe pour renverser Bachar al Assad et qui a utilisé les moyens les plus retors pour y arriver [8]. On peut s’attendre à voir la presse française écrire comme d’habitude des récriminations dépitées contre la politique étrangère russe. 

Israël a finement joué. Il a soutenu l’opposition quand elle avait le vent en poupe et accepte une certaine neutralité maintenant que les Russes sont à la manœuvre. L’ennemi proche est le Hezbollah. Israël compte sur la Russie pour le contenir. L’Iran, l’ennemi lointain, a obtenu la réintégration dans la communauté mondiale et n’a plus intérêt à provoquer Israël. Son ennemi est plutôt l’Arabie saoudite et le wahhabisme conquérant.

 

Les gagnants.

J’aurais plutôt tendance à penser qu’il n’y aura pas de gagnant mais peut-être juste des vainqueurs. L’Irak et surtout le Syrie sont en ruines et le statu quo ante bellum n’est pas envisageable. 

On ne sait si les Kurdes obtiendront une indépendance ou s’ils devront se contenter d’une autonomie régionale dans leurs pays respectifs. Et quid des Kurdes de Turquie et de ceux disséminés dans les grandes villes syriennes et irakiennes ? 

Si un Sunnistan de Racca à Mossoul doit être créé, il est inenvisageable qu’il soit dirigé par l’État islamique mais comment le déloger surtout qu’il semble être en mesure de fabriquer des armes chimiques [9]. Les États-Unis n’ont aucune envie de recommencer une invasion de l’Irak. Quel autre pays ou coalition est prêt à engager son armée dans une guerre longue et coûteuse sans doute sans l’aval du Conseil de Sécurité de l’ONU ? La boîte de Pandore a été ouverte et il faudra très longtemps pour éliminer tous les maux qui s’en sont échappés.

À condition qu’elle ne subisse pas de revers, la Russie pourrait tirer son épingle du jeu à court terme mais est-il envisageable qu’elle maintienne des activités militaires aussi intenses pendant de longues années ? C’est pourtant ce qui risque d’arriver.

C’est peut-être l’Iran qui sera le principal gagnant. Il est redevenu une puissance régionale courtisée par tous sans avoir fait beaucoup de concessions. Voir l’Iran prendre de plus en plus d’importance pour les Occidentaux rend les Saoudiens nerveux.

 

Les États-Unis.

Ses alliés attendaient depuis le début un engagement direct des États-Unis contre les dirigeants syriens. C’est tout-à-fait contraire à la doctrine que Barack Obama a adopté qui consiste à rester en deuxième ligne. Les États-Unis sont impatients de se retirer du Moyen-Orient pour pouvoir concentrer leurs forces en Extrême-Orient, là où les grands enjeux du XXIe siècle vont se dérouler. Ils savent que chaque jour qui passe permet à la Chine de devenir plus puissante. Une intervention militaire au Moyen-Orient aurait pour conséquence d’encore retarder le basculement vers l’Asie.

Toutes les tentatives de renverser Bachar al Assad ont échoué. Peu de diplomates, de dignitaires du régime ou de haut gradé ont répondu positivement aux offres en monnaies sonnantes et trébuchantes des Saoudiens. L’envoi de dizaines de milliers de djihadistes étrangers n’a pas fait s’effondrer l’Armée arabe syrienne. La distribution massive de centaines de millions de dollars dans les territoires sous contrôle rebelle n’a pas réussi à acheter le cœur des Syriens. L’intervention des aviations étasunienne et française en septembre 2013 sous un prétexte mensonger [10] n’a pas pu avoir lieu. L’étape suivante ne peut être qu’une confrontation directe avec la Russie mais elle a déjà été repoussée par Barack Obama.

 

Alep et l’heure de vérité.

Alep n’a pas connu de manifestations anti-régimes aux premières heures de la guerre civile. L’ASL et les islamistes sont entrés dans la ville alors qu’elle n’était que faiblement défendue [11] en juillet 2012. Le reste du pays était déjà en effervescence depuis un an.

Alep en 2010.

Ces groupes armés ont recruté des combattants, souvent de force, dans les quartiers qu’ils occupent. Maintenant que la situation se détériore pour les rebelles, on voit que nombre d’entre eux cherchent un arrangement avec les loyalistes. Le ralliement ou la neutralité de ces militants sera décisif pour la manière dont la ville sera reprise.

On peut s’attendre à ce que la lassitude, le manque de perspectives victorieuses et les effets de l’arrêt du ravitaillement aient raison de la combativité des rebelles à Alep.

 

L’Europe et son absence de politique étrangère.

Le premier risque viendra de l’arrivée de millions de migrants. Une victoire militaire de l’AAS signifierait que les vaincus, c’est-à-dire les islamistes de tous bords et leurs familles, prendront le chemin de l’exil. L’Union européenne s’est déjà engagée à verser 3 milliards d’euros à la Turquie pour qu’elle empêche ces réfugiés de venir en Europe. Cette somme sera alors à doubler ou à tripler sans garantie que le gouvernement turc tienne ses promesses.

Un deuxième risque viendrait d’un embrasement général du Moyen-Orient dont l’Europe est partiellement dépendante pour son pétrole.

Pourtant, il aurait été tellement plus sage de favoriser une solution pacifique dès les premières manifestations en 2011 plutôt que d’exiger le départ de Bachar al Assad comme préalable à toute discussion. Cinq ans plus tard et plusieurs centaines de milliers de morts en plus, nous voilà revenu au point de départ : Bachar al Assad est incontournable et il faudra discuter avec lui. Quel gâchis et quelle incompétence pour l’arrogante Europe !

 

Les hystériques.

La défaite des rebelles rend complètement hystériques une série de faiseurs d’opinion français.

La perspective d’un retour à la paix et l’éradication des fanatiques islamistes leur sont indifférents. Ils n’ont qu’une obsession : le départ de Bachar al Assad quitte à ce que cela passe par une guerre avec la Russie. Avoir eu tort depuis le départ leur est insupportable. Heureusement, leurs diatribes suscitent de plus en plus de rejets de la part de leurs auditeurs et de leurs lecteurs qui ont la possibilité de s’informer ailleurs.

Voici quelques cas exemplaires.

Un œil sur la Syrie. C’est un blog du journal Le Monde tenu par Ignace Leverrier mais il s’appelait en réalité Wladimir Glasman [12]. Il est décédé le 21 août 2015 mais il continue à publier des articles incendiaires contre le gouvernement légitime syrien [13]. Comprenne qui pourra ! On ne sait pas si c’était un collectif qui était aux commandes depuis le début ou si ces drôles ont décidé de perpétuer les publications univoques de Wladimir Glasman. 

Daniel Cohn Bendit. Voici un numéro complètement déjanté sur Europe 1 d’un « has been » des années 60 dont le style « donneur de leçons » devient de plus en plus insupportable [14].

Bernard-Henri Levy. On ne sait pas si c’est plus un menteur ou plus un tartuffe [15]. Des principes, toujours des principes pendant que les ennemis de l’Occident gagnent partout du terrain. Mouammar Kadhafi faisait le boulot que Recep Erdogan ne fait pas. Il ne permettait pas le passage des migrants. BHL est un imposteur et son discours est plein de contrevérités. Non seulement, Mouammar Kadhafi bloquait le passage des migrants mais il combattait aussi les islamistes. Son pays avait le plus haut niveau de développement humain et le plus haut niveau de vie de l’Afrique. La population profitait des richesses du pays avec la gratuité de la plupart des services. J’aimerais bien avoir un dictateur pareil. 

Bernard-Henri Levy.

De plus, il faisait vivres des centaines de milliers de travailleurs de l’Afrique subsaharienne en Libye et il accordait des aides à ses voisins du sud. 

Tout cela est tombé à l’eau et remplacé par l’insécurité de l’AQMI. Il ne faut pas chercher plus loin la raison pour laquelle 50 % des migrants (et pas quelques pourcents comme BHL l’affirme) qui arrivent en Europe sont Africains. 

Un autre mensonge est d’affirmer que les migrants du Moyen-Orient sont syriens. Il y a aussi des Irakiens, des Afghans, des Pakistanais et d’autres nationalités qui ont acquis de vrais/faux passeports syriens pour 50 $. La majorité des réfugiés syriens qui fuient les islamistes se réfugient en zone gouvernementale, à Damas et sur la côte méditerranéenne.

Les images récentes de réfugiées qui attendent le passage de la frontière turque montre des femmes en hijab ou en niqab. Cela indique que ce sont les familles des islamistes qui fuient devant l’AAS.

 

Conclusion.

L'opposition syrienne est formée d'une mosaïque de groupes mafieux qui combattent l'armée syrienne tout en faisant régner leur loi sur les régions qu'ils occupent. 

Est-ce que quelqu'un peut citer le nom d'un de ces groupes qui aurait un projet sociétal proche du nôtre et qui serait respectueux du statut de la femme ? Un groupe qui a réellement du poids sur le terrain évidemment !

Il n'y en a pas. Alors, pourquoi vouloir les présenter comme des oppositions honorables ?

Ce qu’il y a de plus proche de nos valeurs occidentales, c’est la constitution syrienne actuelle et les lois d’ouverture au multipartisme qui ont été promulguée en 2011 [16].  

Il y a en Syrie et hors de Syrie une opposition qui n'a pas pris les armes. Elle est opposée à la révolte armée. Pourquoi est-elle boycottée par les pays occidentaux ?

La vérité, c'est qu'on a cherché un changement d'alliance de la Syrie. Je précise bien un changement d’alliance et pas un changement de régime. Bachar al Assad avait été reçu en grandes pompes à Paris dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée. On attendait de lui un rapprochement avec l’Occident et une rupture avec l’Iran et le Hezbollah pour normaliser les relations avec lui. Depuis la neutralisation de l’Iran, ces ruptures n’ont plus la même importance d’où le revirement du secrétariat d’État étasunien concernant Bachar al Assad.

Je crois que des accords ont été conclus entre les États-Unis et la Russie. Un remodelage des frontières régionales semble inéluctable. Le tout, c’est de tracer ces frontières et ce sera sans doute par les armes. Une situation de uti possidetis juris s‘ensuivra.

Une Syrie utile regroupera les grandes villes de l’Ouest et intégrera peut-être Deir ez-Zor et ses champs pétroliers.

Une raffinerie en feu dans l’est de la Syrie

La région de Racca et ses tribus proche des tribus sunnites irakiennes peut former un nouvel État à condition qu’il ne soit pas dirigé par l’État islamique. À ce sujet, je me suis toujours demandé si la diabolisation de l’EI est due à sa radicalisation islamique qui n’est pas pire que la saoudienne ou à son encadrement par des anciens officiers de Saddam Hussein ?

Un pays Kurde unifié me semble plus difficile à établir. 100 ans de séparation ont eu des conséquences qui me feraient plutôt pencher vers des autonomies régionales mais le débat est ouvert. Bien sûr, la Turquie est aussi concernée, d’où sa nervosité.

L’autre pays nerveux est l’Arabie saoudite. Ma connaissance de ce pays me fait plutôt pencher pour un éclatement en plusieurs entités. Les rivalités entre les clans deviennent de plus en plus tendues.

Un élément qui est peu connu c’est que les deux principaux clans rivaux disposent chacun d’une armée de force à peu près égale : l’armée régulière commandée par le Ministre de la Défense, le fils du roi Salman, Mohamed ben Salmane du clan des Soudairi, et la Garde nationale sous le commandement du fils de feu le roi Abdullah, Mutaib bin Abdullah, qui fait partie de la tribu des Chammar.

La succession du roi Salmane éliminera un des deux clans du pouvoir et je ne vois pas quel compromis serait accepté sauf une partition du pays, négociée ou violente.

Nous, les Européens, n’avons pas conscience de l’importance des liens tribaux au Moyen-Orient (en Libye aussi) d’où notre erreur de croire que nos normes démocratiques sont exportables.

Les États-Unis et la Russie sont bien plus pragmatiques. Le désintérêt relatif des États-Unis pour cette région pourrait aussi être motivé par leur refus d’être impliqués dans une guerre régionale dans laquelle ils ne voient pas d’intérêt [17].

Il a souvent été écrit que 2016 sera une année dangereuse pour la paix mondiale. Je ne peux que souscrire à cet avis. Nous sommes proches du moment de vérité sur plusieurs fronts et les Européens ne sont pas prêts. On parle de réforme de l’orthographe, de la laïcité ou de la théorie du genre… comme les Byzantins parlaient du sexe des anges en 1453 quoi !

La prise de Byzance par les Turcs en 1453.

 

 

[1] Krassoukha-4 est un système de brouillage de radar de haute technologie qu’on avait déjà vu à l’œuvre en Ukraine. https://resistanceauthentique.wordpress.com/2015/10/16/larme-ultrasecrete-qui-permet-a-poutine-dassoir-sa-suprematie-dans-la-guerre-electronique-en-syrie/

[2] Les Hazaras sont des Afghans d’origine persane. https://fr.wikipedia.org/wiki/Hazaras

[3] Budgets de la défense en 2014. États-Unis : 610 milliards de dollars. Russie : 84,5 milliards de dollars. Le budget de la défense français est un peu inférieur au russe (62,3 milliards de dollars) mais il n’arrive ni à égaler ni à approcher le large éventail d’armes que la Russie parvient à produire. http://fr.express.live/2015/04/21/voici-les-pays-qui-ont-le-plus-de-depenses-militaires-au-monde-exp-212875/

[4] L’armée russe semble favoriser le développement de drones de tous types. Ici, une vidéo du prototype de l’Uran-9. https://www.youtube.com/watch?v=HE3f7oNFTlE&feature=youtu.be

[5] Il n’y a aucun problème de qualifier le Front al-Nosra de terroriste vu qu’il est appelé comme cela par l’ONU. http://fr.sputniknews.com/international/20151222/1020493303/Daech-front-Nosra-terroristes.html

[6] En 2020, l’armée russe sera équipée de 70 % d’équipement de dernière génération.

http://reseauinternational.net/lours-se-reveille-la-puissance-militaire-de-la-russie-est-de-retour/

[7] Les rumeurs indiquant que le roi Salman souffre de la maladie d’Alzheimer sont de plus en plus nombreuses. J’avais déjà évoqué cela dans un article en 2013 dans le paragraphe « Intrigues et tractation ». Les traitements médicaux parviennent à maintenir le roi Salmane concentré quelques heures par jour.

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/quel-avenir-pour-l-arabie-saoudite-141160

[8] L’accusation d’emploi d’armes chimique contre la population civile de la Ghouta se révèle tous les jours plus inexacte.

Le rapport de l’OPCW (prix Nobel de la paix 2013) qui vient de sortir accuse (avec preuves) les rebelles d’être responsables du massacre. http://www.almasdarnews.com/article/assad-never-used-chemical-weapons-islamist-rebels-did/

Une conférence avec l’ex otage Pierre Piccinin où il répète ce qu’il a entendu. http://www.agenceinfolibre.fr/gaz-sarin-syrie/

Un article paru en 2012. http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-syrie-et-le-rapport-du-mit-147902

[9] L’État islamique aurait fabriqué des armes chimiques. http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/isis-has-made-and-deployed-chemical-weapons-says-us-intelligence-official-a6864821.html

[10] Ce que les médias appelaient des frappes était en réalité un acte de guerre qui aurait pu avoir des conséquences désastreuses. Le prétexte mensonger est maintenant établi.

[11] Une confirmation que les combattants sont venus de l’extérieur. https://etudesgeostrategiques.com/tag/bataille-dalep/

[12] Wladimir Glasman s’est octroyé des titres et des activités diplomatiques qu’il n’a jamais eus. http://www.mondialisation.ca/syrie-grandeur-et-decadence-dun-journal-au-dessus-de-tout-soupcon/5353235

[17] Je crois cependant que les États-Unis n’auraient aucun scrupule à fournir des armes à tous les belligérants.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

139 réactions à cet article    


  • Pierre Pierre 12 février 10:56

    Correction. A la référence 8, il faut lire : Un article paru en 2014 au lieu de 2012.   http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/la-syrie-et-le-rapport-du-mit-147902


    • Tokani Tokani 13 février 22:35

      @Pierre
      Merci pour cet article et cette analyse triés bien documentée . Elle a le mérité de la clarté et une élégante simplicité qui témoigne de sa véridicité....

      Je me pose deux questions :
      1) Sans être adepte du « complotisme » qu’est ce qui peut expliquer l’aveuglement et la partialité des média OccidentauxFrançais en particulier ??? De l’Afganistan à la Russie de la Syrie à l’Iran et à l’Iran : comment les journaliste peuvent ils nous resservir la même soupe à chaque fois ??? Est ce que toute déontologie ou professionnalisme a disparu chez eux ? Ou bien ce courant « main stream » est il une réalité bien instrumentalisée qui ignore sa corruption ?
      2) Lorsque que la Russie , l’AAS et Bachar el Assad aurons gagné cette guerre et trouvé des compromis avec une opposition non violente ...Que pourrons nous faire face aux reflux des combattants extrémistes issus de nos banlieues qui reviendrons chez eux chez nous ??????

    • Pierre Pierre 14 février 00:20

      @Tokani
      Merci pour votre commentaire.

      Les deux questions que vous posez sont importantes et cela fait quelques temps que je cherche aussi une réponse. Je suis comme tout le monde, je lis des choses, je vois des choses, je comprends des choses et je ne comprends pas pourquoi les médias traditionnels n’en tirent pas les mêmes conclusions que moi. 
      Je me dis parfois ; n’est-ce pas moi qui ai des idées paradoxales ?
      Heureusement, je me rassure tout de suite quand je lis ou que j’entends des divagations comme celles des trois « hystériques » de mon article. 
      J’ai parfois un petit espoir comme quand Franz-Olivier Giesbert s’est lâché en 2014 (lien) mais c’était resté sans lendemain. Alors, je continue à me demander pourquoi ? Je continue aussi à faire mon colibri. (lien) Je sais que cela ne sert à rien mais je fais ma part.
      La deuxième question, je me la pose depuis deux ans et demi et je l’ai même évoquée dans un article en 2013. Vont-ils être considérés comme des héros par les autres jeunes ou vont-ils faire profil bas ? Je ne suis pas psychologue et je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que ce seront des bombes à retardement si les autorités ne font rien.
      Une réflexion que je me fais aussi est que pour un qui est vraiment parti faire le djihad, combien ont renoncé à faire ce pas tout en soutenant la cause. C’est vraiment toute une remise à plat des valeurs qui est à faire et les gouvernements européens n’ont pas encore fait le premier pas pour cela.

    • leypanou 12 février 11:28

      Belle analyse encore une fois.

      Je commente seulement ceci :
      Maintenant que la situation se détériore pour les rebelles, on voit que nombre d’entre eux cherchent un arrangement avec les loyalistes. : et apparemment de plus en plus. Je pense que le gouvernement syrien n’est pas naïf et est conscient que parmi ceux qui cherchent des arrangements se trouvent aussi des futurs perpétreurs d’attentats (et je ne pense pas que le gouvernement syrien ait les moyens de surveiller tous ces gens).

      Pour nous, en Europe (en France), c’est encore plus grave car un ex-commandant de Daesh a été retrouvé tranquillement comme réfugié dans un village d’Allemagne, prétendant qu’il veut refaire sa vie, apprendre l’allemand et travailler comme cuisinier. Pour un cas connu, combien de cas inconnus ? Quant à ceux qui pensent que cela n’existe pas, ce sont des irresponsables.

      Le jour où des cellules dormantes décideront d’agir, je vous laisse imaginer les conséquences.


      • Pierre Pierre 12 février 12:38

        @leypanou
        Bonjour, Je vous donne mon avis concernant votre remarque. 

        Mon raisonnement est le suivant. La ville d’Alep ne s’est pas soulevée, même pas les quartiers actuellement tenus par les rebelles. Pourtant le reste de la Syrie était en ébullition depuis plus d’un an. Il me semble que cela indique que les Alépins n’étaient pas disposés à se révolter. 
        Vous pouvez faire une recherche sur Internet, même sur Wikipédia si vous voulez, vous verrez que les rebelles sont venus de l’extérieur, de la proche province. Ils ont été armés par la CIA avec la complicité de la Turquie et l’argent des Saoudiens et des Qataris. 
        Je n’ai trouvé aucune preuve que déjà des djihadistes étrangers participaient à cette invasion mais on peut supposer que les rebelles étaient encadrés par des professionnels étrangers. 
        Les habitants des zones envahies ont dû accepter de gré ou de force les envahisseurs et leurs préceptes religieux. Certains Alépins ont pris les armes mais pas nécessairement par conviction, je dirais plutôt sous la contrainte.
        Je pense que les Alépins seront contents d’être débarrassés des islamistes et que si l’occasion se présente, ils n’hésiteront pas à dénoncer les fanatiques qui se cacheraient parmi la population.
        J’ai beaucoup voyagé pour affaires dans cette région il y a plus de 20 ans. Je ne pense pas que les monde ait tellement changé depuis. Je garde le souvenir de femmes sans foulard, d’un peuple éduqué, d’une laïcité qui contrastait avec les pays voisins mais aussi d’une certaine versatilité qui me fait croire que la population se ralliera au vainqueur.
        Pour les réfugiés qui se pressent à la frontière turque, je ne pense pas que ce sont des Alépins, ils n’auraient pas eu le temps de s’organiser. Ce sont plutôt des gens originaires de la région entre Alep et la frontière turque dont les hommes font partie de la rébellion. Leurs tenues vestimentaires laissent croire que ce sont des familles sunnites pratiquantes. 
        Le problème pour la Turquie et pour l’Europe par ricochet, c’est que cette nouvelle vague de migrants sera presque exclusivement formée des combattants islamistes et de leurs familles qui fuiront la répression de l’AAS. 
        Personnellement, je ne vois pas comment on va les intégrer mais cet avis n’engage que moi.


      • Pierre Pierre 12 février 14:30

        @AdrienJoseph
        « Le bobo a tendance a être méprisant... » Le bobo est enfermé dans son idéologie libéralo-libertaire et est inconscient du danger mais encore une fois, vous prenez l’islam wahhabite comme l’islam de référence parce qu’il est partout vu qu’il est sponsorisé par la riche Arabie saoudite. Quand l’Arabie saoudite s’effondrera, le wahhabisme suivra. Vous devez quand même savoir que la fidélisation des pratiquants est obtenue grâce aux aides sociales qu’ils reçoivent des mosquées. 

        « Je serais Poutine et Erdogan, j’enverrais tout l’EI en UE... »  Mais Erdogan a déjà commencé. En revanche, je crois que Poutine veut les pulvériser.

      • Abou Antoun Abou Antoun 12 février 18:15

        @Pierre
        J’ai beaucoup voyagé pour affaires dans cette région il y a plus de 20 ans. Je ne pense pas que les monde ait tellement changé depuis. Je garde le souvenir de femmes sans foulard, d’un peuple éduqué, d’une laïcité qui contrastait avec les pays voisins mais aussi d’une certaine versatilité qui me fait croire que la population se ralliera au vainqueur.
        J’ai la même expérience et le même jugement que vous, mais pour moi tout cela est plus ancien encore puisque c’était dans les années 70 ... il y a exactement une quarantaine d’années. J’ai fait plusieurs voyages à Alep du temps d’Hafez el Assad, le père. En particulier, j’ai été immobilisé à Alep pendant plusieurs jours pour des raisons techniques et j’ai trouvé de la part des habitants un accueil extrêmement chaleureux et une réelle volonté d’aider. J’ai rencontré des gens adorables dans toutes les communautés. On parle peu de la communauté arménienne d’Alep, elle est pourtant importante et ancienne. De fait c’est la plus ancienne des communautés de la diaspora après la campagne d’extermination de 1916. Les arméniens sont arrivés à Alep (le mandat français intervient en 1920) où certains sont restés ; de là une partie à gagné Beyrouth et est restée au Liban (grosse communauté à Borj Hammoud) et certains encore partant de Beyrouth se sont embarqués pour Marseille, à partir de Marseille ils ont encore émigré vers Lyon puis Paris (Alfortville).
        Objectivement il y a une grosse différence entre les auteurs qui parlent d’expérience parce qu’ils connaissent le terrain et les hommes et ceux qui racontent n’importe quoi en alimentant leurs propres fantasmes avec des délires journalistiques aussi infondés que leurs propres préjugés, on en a encore un exemple aujourd’hui.


      • El_Arabi_El_Acil El_Arabi_El_Acil 12 février 21:30

        @AdrienJoseph
        Juste un détail .

        D’abord je me refuse de parler d’Islamisme comme la presse occidentale le fait à bon escient pour enfoncer l’Islam qu’elle ne connaît que de nom.
        Vous dites qu’«  »en Algérie l’Islamisme a progressé...«  » (sic).
        Etant Musulman, Arabe et Musulman je me dois de vous dire que cet « Islamisme » auquel vous faites allusion n’a rien de l’Islam. 
        Il aurait été préférable de qualifier les criminels qui ont semé la terreur et la désolation dans mon pays, de brigands, de criminels du fait que leurs agissements dans les années 1990 était au paroxysme des préceptes de l’islam.
        Il ne suffit pas de se mettre en gandoura et de porter une barbe pour être Musulman.
        Il en est de même pour ce qui se passe aussi bien en Syrie et en Libye . Ce sont des mercenaires recrutés par le Qatar à raison de 2000$/pers lors de l’embauche. Et pour maintenir ces mercenaires sur les lieux où ils devaient semer la mort et la désolation, quoi de mieux que de recruter des filles de joie pour les occuper.tout en faisant leur sale besogne. Ces dernières prétendaient faire le DJIHAD du sexe alors que le rapport sexuel , selon les préceptes du Coran, est rigoureusement INTERDIT en dehors de toute liaison officielle : présence des parents des 2 familles.

        Ce qui est monstrueux dans tout ce qui se déroule sous nos yeux sans que nous ne pouvons intervenir , c’est que les défenseurs de l’islam , ceux qui sont chargés de la protection des lieux Saints de l’Islam (MECQUE et MEDINE ) en Arabie que nous appelons ironiquement Arabie Teyhoudite, sont les premiers à foutre la pagaille dans la 3°religion révélée et à décréter des FATWAS en complète contradiction avec le Coran.

        Pour conclure :
        Evitons de coller l’étiquette ’Islamiste" à toute personne qui enfreint la Loi .

        Je suis Musulman qui défend ma religion à l’instar des 2 milliards de Mohamétans à travers la planète terre, comment allez-vous me qualifier ? 
        Islamiste serait impropre mais : Mahométan me conviendrait parfaitement. 



      • Pierre Pierre 12 février 22:12

        @Abou Antoun
        Bonjour Abou Antoun, Merci pour votre commentaire. Un témoignage comme le vôtre est important parce qu’il montre un autre visage de la Syrie. Notre vision actuelle de ce pays est déformée par presque cinq années de guerre et de propagande. On oublie que ce pays était laïc et que la loi islamique y était interdite. Lors l’occupation des régions par les rebelles, la première chose qu’ils ont fait a été d’imposer la charia. Les journalistes et les politiciens le savent depuis le début mais ils se sont tus et ils ont soutenu les islamistes.

        Mon seul voyage en Syrie a été à Damas en 198.. ? Je venais de Riyad et je vous assure que c’était un choc de voir une ville avec une animation à l’européenne, des femmes en jupes et cheveux au vent et une vie qui n’était pas rythmée par les 5 prières du jour. 
        Merci messieurs les dirigeants occidentaux qui ont soutenu les barbares qui trouvaient cela incompatible avec l’islam.

      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 13 février 02:59

        @Abou Antoun & Pierre



        De l’eau a votre moulin. Cet article que j’ai écrit en 2008


        PJCA

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 février 07:36

        @Pierre
        Je crois que le terme de « rebelles » est impropre, il s’agit de mercenaires qui agissent par procuration, après une révolution colorée.
        Et d’un gouvernement élu, et pas du « Régime d’Assad ».


        Toute la propagande occidentale est basée sur ce distinguo, faire passer des mercenaires venus du monde entier pour « des rebelles -au Régime - dictatorial- d’ Assad ».

        Le but de ce vocabulaire est de faire croire qu’il s’agit « d’une guerre civile », et pas d’une ingérence illégale de l’ Occident dans un pays souverain dans le but de le faire éclater.

      • Pierre Pierre 13 février 10:11

        @El_Arabi_El_Acil
        Vous faites un commentaire intéressant. Vous auriez pu ajouter que dans les années 1990, les médias français ne prenaient pas fait et cause pour l’Etat algérien et la France accordait un soutien tiède à l’Algérie. Ils l’accusaient même de commettre des attentats sous fausse bannière exactement comme ils le faisaient avec les Russes.

        2000 $ de prime d’embauche ! Je ne connaissais pas ce chiffre. Je crois que c’est plus de 1000 $ par mois pour combattre. A vérifier.
        Salafisme, takfirisme, talibanisme etc. Ne vous offusquez pas si les médias et leurs experts invités utilisent le vocable « islamisme » pour les désigner. A part quelque experts qui ne sont jamais invités, il sont incapable de faire la distinction entre tous ces groupes.
        Attention quand même à ne pas tomber dans l’angélisme pour l’islam. Il y a des problèmes mais on peu dire la même chose de presque toutes les religions.

      • Pierre Pierre 13 février 10:56

        @Fifi Brind_acier,

        Il y a un mélange des deux, je crois qu’on est d’accord sur ce point. Il faut reconnaître qu’il y avait un mécontentement dans certaines régions et auprès de certaine couches populaires en Syrie au début des événements. C’est bien ces population qui ont été poussées à se soulever contre le gouvernement légitime par des imams salafistes souvent étrangers. C’était très minoritaire au départ mais la propagande d’Al jaseera a monté le nombre des premiers morts en épingle et les manifestations ont alors rassemblé des foules de plus en plus nombreuses avec l’engrenage violence, répression, riposte, premières désertions dans l’armée, soutien occidental aux rebelles etc. On connait la suite. Il me semble que les djihadistes sont arrivés plus tard. Il faut souligner que les rebelles et les djihadistes soi-disant idéalistes touchent des soldes qui ne sont pas minimes. 
        D’accord pour dire que les interventions des pays limitrophes et des Occidentaux ont été massives.

      • Pierre Pierre 13 février 16:05

        @Pierre JC Allard

        Oui, cela me rappelle mes voyages au Moyen-Orient. Le plus gros de mes missions dans cette région date de la fin des années 70 au début des années 90. J’ai donc vécu de près l’évolution des mœurs dans les sociétés arabes ainsi que l’apparition des attentats. J’étais à moins de 500 m de l’ambassade des Etats-Unis à Koweit City quand elle a explosé dans les années 80.
        Juste une imprécision mineure. Les femmes en Iran portent un tchador et pas un voile.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 février 20:27

        @Pierre
        12 Février, entretien avec Bachar El Assad, qui rappelle que la Syrie est sous embargo de l’ Union européenne depuis 2011.


        Embargo qui a été levé juste sur un point, pour livrer des armes aux rebelles.
        Toutes les autres sanctions ont été maintenues.

      • volpa volpa 12 février 12:35

        J’ai survolé l’article.
        Très bien et bonne analyse.


        • JMBerniolles 12 février 12:55
          Merci pour cette vue éclairée, quasi panoramique de la situation au Moyen Orient.

          C’est très complet et vaste. Donc il est normal de ne pas développer un élément majeur qui pèse maintenant de plus en plus sur la situation mondiale. Il s’agit du début de collapse économique qui touche l’occident. Les médias nous cachent particulièrement la situation économique des USA.
          Ils nous amusent avec des reprises de l’emploi et de l’activité dans ce grand pays qui est aussi soumis au pouvoir occulte international et transnational, à base anglo-saxonne et sioniste, et victime des mêmes problèmes (fort taux de chômage, bas salaires, absence de couverture sociale, appauvrissement accéléré des couches moyennes, non emploi des jeunes...)

          Nous ignorons tout des faillites dans le domaine des gaz de schistes (Il faut créditer Jacques Sapir et d’autres, comme d’une manière plus percutante, Olivier Delamarche, de rétablir quelques vérités sur le plan économique mais pas seulement) de l’inefficacité de la politique de la Fed.....

          Et tout d’un coup à travers l’élection présidentielle américaine on découvre une insatisfaction et une défiance envers le pouvoir US sous toutes ses formes, particulièrement la neocon, représentée par Hillary Clinton, d’une part importante de l’électorat américain. Qui résulte évidemment des réalités économiques.

          Au niveau des armes les USA se sont laissés endormir par leur supériorité. Et l’industrie de l’armement n’est qu’un business. On vend des avions multifonctions, des boucliers anti missiles imperméables, des hélicoptères de pointes, peut-être sans visions stratégique globale.... Les russes se sont servis de leurs expériences de terrain et des menaces auxquelles ils devaient faire face.
          De même le iraniens ont développé une stratégie de combats assymétrique, en sachant bien aussi que les USA ne peuvent se permettre d’avoir des portes avions coulés....

          Erdogan est un personnage dénué de toute finesse politique. Comment peut-il s’imaginer qu’il puisse manœuvrer les américains ? 
          Il brûle d’envoyer ses troupes en Syrie, mais il a besoin du soutien américain. Ceux-ci viennent de lui signifier qu’il ne l’aura pas. Le plan B d’Obama, repris par Hollande/Fabius, est plutôt de favoriser la création d’un Kurdistan, sans doute à condition qu’il soit sous l’autorité de Barzani leur homme et celui d’Israël. Et les russes ont aussi prévenu les américains qu’ils iraient jusqu’au bout de leur soutien en Syrie. Ce qui débouchera aussi sur l’armement des kurdes, y compris de Turquie.

          Avec Israël, il y a un pacte de non agression.



          • Pierre Pierre 12 février 13:17

            @JMBerniolles
            Merci pour ce long commentaire qui vient compléter l’article. Je n’ai absolument rien à redire, je suis d’accord à 100 %.

            Effectivement, l’humeur des électeurs étasuniens sort du cadre de cet article mais pas tout-à-fait. Le choix du prochain président des Etats-Unis sera déterminant pour la paix mondiale et il est possible que la guerre en Syrie ne sera pas terminée dans un an. Celle contre l’Etat islamique ne le sera certainement pas. 

          • Pere Plexe Pere Plexe 12 février 17:30

            @JMBerniolles
            Globalement d’accord à quelques détails.

            Je ne crois pas Erdogan abruti.Dangereux mais pas idiot.
            Comme beaucoup d’autres dirigeants (lui , lui ,lui,...) il à cru au soutien indéfectible des USA.
            L’épisode du Sukhoi abattu était froidement calculé.
            Maintenant il est contraint pour des raisons internes à faire mine d’ agir sur la question Kurde.
            Ce qu’il fera sans doute mais sans aller au conflit frontal avec Poutine.
            Il sait désormais qu’il est seul...

          • JMBerniolles 12 février 18:09
            @Pere Plexe

            Je ne l’ai pas traité d’abruti.
            Il manque d’intelligence politique. Qu’a-t-il à gagner à rompre avec la Russie pour se tourner vers l’Europe des institutions et traités en pleine régression économique...  ?
            Et c’est un vrai dictateur. Prêt au génocide pour régler le problème kurde.

            Comme vous dites, il est seul... 


          • Pierre Pierre 12 février 22:59

            @JMBerniolles
            Je ne crois pas qu’on tolérerait encore un génocide en Turquie. En revanche, il y a un plan pour placer les Kurdes turcs dans les zones kurdes de Syrie. Un nettoyage par le vide en somme. Je me demande si ce n’est pas une des raisons pour laquelle Erdogan veut une zone-tampon.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 février 19:34

            @Pere Plexe
            A mon avis, les Kurdes ont toujours été ses adversaires principaux, bien davantage que Daesh avec qui il faisait du commerce. Mais la route de tous les trafics est maintenant coupée.


            Il y a des Kurdes en Irak, en Syrie et ... en Turquie. Erdogan, qui se rêve comme le futur Sultan de l’ Empire Ottoman, voit d’un très mauvais oeil tout ce qui peut ressembler à un Kurdistan, ça le rend hystérique !

            Ce sont les alliances zigzagantes des USA qui font qu’aujourd’hui, les Américains sont alliés à une partie des Kurdes, il se retrouve le dindon de la farce, qu’il va essayer de faire payer aux Européens.
            « Sale temps pour le Sultan »

          • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 février 15:24

            « J’aimerais bien avoir un dictateur pareil. »

            Dommage les articles sont intéressants mais gachés par des petites phrases comme ça.


            • Pierre Pierre 12 février 15:57

              @Olivier Perriet
              C’est de l’humour décalé. J’aurais du faire suivre d’un smiley. smiley

              Avouez qu’il y a de quoi être en colère quand on voit le gâchis que la France a fait en Libye. 

            • Le chien qui danse 12 février 16:03

              @Olivier Perriet

              Halalalala, il ne faut rien laissé passer, la crédibilité de l’auteur en dépend. Vous êtes un prince aux petits pois ?


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 février 07:53

              @Pierre
              Et bien ce n’est pas fini ! La Libye, quand c’est fini, ça recommence... article du New York Times.
              Sous prétexte de combattre ISIS, on y retourne ! Les Américains ne contrôlent que la moitié de la Libye, et hop, on va repartir en guerre en Libye.... « ON », c’est aussi la France.


            • Pierre Pierre 13 février 11:14

              @Fifi Brind_acier
              Je leur souhaite bonne chance. En soi, ce n’est pas une mauvaise nouvelle mais il faudra voir si ce ne sera pas un nouveau bourbier et si ce sera bien l’État islamique et l’AQMI qui seront visés.

              Je ne vois pas les Russes à nouveau donner un blanc seing aux Occidentaux sauf s’il y avait eu un accord secret entre Kerry et Lavrov. Il faudrait alors chercher quelles sont les compensations.
              Ils pourraient aussi demander au gouvernement libyen reconnu de faire appel à eux pour avoir une base légale pour intervenir.
              Je crois que ce qui est important, c’est d’envoyer des troupes au sol qui doit occuper le terrain. Comme les deux gouvernement libyens ne s’entendent pas, cela va-t-être la foire. Encore un pays qui est bon pour la partition.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 février 23:03

              @Pierre

              ça m’avait échappé

              @ Chien dansant

              Je ne suis pas Jean Felzine mais j’aime bien mon Mustang


            • wesson wesson 12 février 16:02

              Bonjour Pierre, 

              effectivement les mouchoirs sont de sortie dans toutes les chancelleries occidentales. Nos amis les égorgeurs modérés sont effectivement en train de subir mort et passion au nord d’Alep, et si effectivement l’information de la coupure de la principale route d’approvisionnement depuis la Turquie est bel et bien une réalité, ce sera GG pour les rebelles dans un futur très proche.

              En tout état de cause, on peut déjà être impressionné par le caractère décisif de l’aide apportée par les Russes, qui pourtant l’ont fait à minima : Ils ont sur le terrain il me semble le tiers des avions de l’autre coalition, à ceci près que ne s’arrêtant pas de bombarder, ils ont effectivement cloué sur place toute l’infrastructure guerrière et économique tant de l’OEI que des rebelles (que franchement on a quand même du mal à distinguer).

              La question effectivement se résume maintenant à savoir ce que les Turcs vont faire, car je suis convaincu qu’ils vont faire quelque chose, reste à savoir à quel niveau de stupidité ils vont se rendre. 

              Si ils se limitent à juste occuper une petite bande de terrain en territoire syrien pour protéger leur frontière et taper sur les Kurdes, ça peut effectivement se passer sans trop de douleur pour les Turcs. 

              Mais si il s’agit d’aller chercher Assad à Damas, il va falloir que l’armée Turque passe sur celle des Russes, et je n’ai pas l’impression qu’ils soient d’envergure à y parvenir.

              Bref, nous allons effectivement vers une issue Syrienne dans les tout prochains mois, soit avec une défaite claire des rebelles, soit avec une implication Turque massive.


              Sur un autre théâtre d’opération, je note l’agacement de plus en plus évident des autorités Ukrainiennes envers leurs « protecteurs » Américains. Démission d’Abromavicius avec claquage de porte magistral (suite quand même à des menaces physiques sur sa famille). Saakachvili sous le coup d’une enquête pour trahison d’un secret militaire (il a posté une vidéo montrant un point de contrôle secret de l’armée Ukrainienne), jérémiades récentes du FMI qui a gelé les prochaines tranches d’aide, désabusement des Européens qui ne veulent plus entendre parler d’Ukraine, etc etc. Je dirais que les Américains et l’UE risquent finalement d’être foutu dehors d’Ukraine. Un peu comme la Pologne, qui déteste toujours autant la Russie, mais qui vient de se découvrir une haine au moins égale envers l’UE.

              Nous vivons en des temps intéressants.

              • alinea alinea 12 février 16:11

                @wesson
                Un petit aparté wesson, si l’auteur veut bien m’en excuser : vous avez posté un article à AgoraTv, mais un de vos deux liens n’est pas visible !!!
                Sinon merci à vous deux pour vos infos et analyses.


              • wesson wesson 12 février 16:14

                @wesson
                En attendant, même si je pense que Erdogan est sérieusement cintré, ils ne le sont pas tous autant dans son entourage, ce qui le pousse quand même à une certaine prudence.


                Preuve ? 

                Dans la récente gesticulation des Turcs, ils ont une fois de plus accusé la Russie d’avoir fait une incursion aérienne sur leur territoire ... mais cette fois sans envoyer la chasse turque. Peut-être qu’un SU-34 brillant des échos radars des batteries S-400 représente une cible autrement plus difficile qu’un vieux SU-24 de retour de mission et sans aucune couverture.

                Autre élément, plus sérieux : Erdogan avait dit je crois à plusieurs reprises que si les Kurdes franchissaient l’Euphrate ce serait une ligne rouge pour lui, et qu’ils les bombarderaient. 
                Hors, c’est depuis le 23 Décembre que les Kurdes ont effectivement franchi l’Euphrate, et n’ont eu depuis à subir aucun bombardement aérien.

                Mais de quoi les F-16 Turcs peuvent-ils bien avoir si peur ?

              • wesson wesson 12 février 16:21

                @alinea
                Lequel ? 

                C’est en fait une vidéo montrant une manip du journal de France 2, qui fait sa propagande pro-OTAN expliquant que les bombardement de la coalition sont plus ciblés et efficaces que ceux des Russes.

                Sauf que pour le faire, ils utilisent des images des bombardement Russes, tout en ayant (volontairement ?) effacés les caractères en cyrillique, et laissent à penser que en fait, ce sont ceux des Américains et des Français. 

                Cette vidéo est sur Facebook (lien ici) et quand j’ai rédigé cet articulet, je ne pense pas que j’ai bien copié ce lien.

                La source originale c’était un article de Russia Today

              • coinfinger 12 février 19:57

                @wesson
                Evidemment çà me réjouis qu’ils prennent une patée en face . Alors l’encerclement d’Alep , çà les paniquent . Et puis la coupure de l’approvisionnement Turc , c’est la cata . Donc ils négocient et les Russes qui connaissent comment ils fonctionnent , vont dans le sens de leur propagande à la con , ils disent que c’est eux qui négocient .
                Je suis aux Anges .
                Evidemment , ce que j’espére et qui va se passer , c’est que les Russes /Syriens , peuvent pas tout de suite , arréter le feu , va falloir attendre qu’Alep soit néttoyé , parce que les cons en face connaissent pas Genéve .
                La coupure de l’alimentation Turque , c’est désolant aussi , alors intervention des Erdogans et Saouds pour ’lutter contre les Islamistes’ . Les Russes ont prévénu , qu’alors qu’ils mettraient le paquet : 3e guerre mondiale . A mon avis les US , centre de la Sagesse vont alors calmer tout le Monde . Parce que 3e guerre Mondiale , çà veut dire en clair , tirs nucléaires préventifs sur eux .
                Et puis çà malgré leurs boucliers mirifiques peuvent pas l’empécher .
                Donc on va revenir à la raison , chacun chez soi , progressivement , faut que l’opinion , prennent le temps de s’y faire .


              • alinea alinea 12 février 23:40

                @wesson
                la vidéo de l’A2 marchait bien, mais pas l’autre ! j’ai pensé que c’était pour cela que l’article n’était pas passé... et que je me suis permis d’en parler !!
                 smiley


              • Pierre Pierre 13 février 00:03

                @wesson
                Bonsoir wesson, J’essaie de garder un ton neutre dans mes articles mais il est clair que je jubile. J’ai aussi remarqué la similitude tactique en i’Ukraine et en Syrie. Percée-encerclement-chaudron- réduction de chaudron. Un travail bien rodé. 

                « Nous vivons en des temps intéressants. » On est bien d’accord.
                 

              • wesson wesson 13 février 01:47

                @Pierre
                Il y a pourtant à mon sens une différence majeure : Ce ne sont pas les Russes qui fournissent les troupes au sol, mais les Iraniens par le truchement du Hezbollah.


                Et franchement tactiquement c’est très bien pensé. Les Rebelles (appelons-les comme cela) livrent une guerre asymétrique que les Russes n’ont que trop connue en Tchétchénie, et dont ils ont d’ailleurs pas mal souffert. C’est une guérilla urbaine, ou les rebelles prennent position au milieu de la population locale, disons celle qui est restée. Pour s’en sortir, les Russes ont littéralement rasés des villes entières, notamment Grozny. 

                Revenons à la Syrie. Pour déloger ces rebelles mêlés à la population, ils ont fait appel au Hezbollah, qui a pour ainsi dire inventé cette forme de guerre. Le combat asymétrique, ça les connait. Les mecs qui creusent des kilomètres de tunnels pour sniper l’ennemi, ou qui se planquent dans d’improbables ruines, c’est leur truc à eux ça. Bref, ils ont les spécialistes du genre. 

                C’est pourquoi c’est avant tout la réussite d’une stratégie dont je croit qu’elle fut pensée bien à l’avance, en tout cas bien avant les 4 derniers mois (et que de résultat en si peu de temps). A chacun son rôle bien pensé, et dans sa spécialité propre.

                Et dire que l’armée Russe était ressortie en guenille après la 1ère guerre de Tchetchenie, et pas très glorieuse après la seconde.



              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 février 08:01

                @wesson
                Erdogan ne va rien faire du tout.
                Sauf racketter à nouveau les contribuables européens « sinon, il ouvre les camps ».


                Et comme cette fois, c’est une majorité de djihadistes qui fuient, et que Merkel commence à être sur un siège éjectable, l’ Europe paiera.
                « Romandie.com : Erdogan menace d’inonder les pays européens de réfugiés s’il ne reçoit pas une somme satisfaisante. »
                Il a juste la tête près du turban et le turban près du portefeuille...

              • Pierre Pierre 13 février 08:16

                @wesson
                Bonjour wesson, Je ne suis pas dans le secret des dieux mais il y a suffisamment de révélations sur le Net pour reconstituer le puzzle.

                L’offensive des rebelles réarmés par la Turquie et l’Arabie saoudite dans la province de Lattaquié avait mis l’AAS en grande difficulté en mars/mai 2015. La contre-offensive de l’AAS fut coûteuse en perte de soldats et leur moral était en train de s’effondrer. La province pouvait tomber dans les mains du Front al-Nosra comme la province voisine d’Idleb. Il y a des interviews de Bachar al Assad à cette période où on le sent assez désabusé. 
                A ce moment, les Russes ne sont pas encore pleinement conscients du danger. Ils continuent à envoyer des armes en Syrie et se gardent bien d’y envoyer les plus performantes.
                Ce sont les Iraniens qui ont tiré la sonnette d’alarme. Il y a d’abord eu de nombreux contacts préliminaires avec les Russes. Envoyé par khaménei en juin 2015. le général Soleimani, le commandant de la force Qods, se rend en secret à Moscou et il vient avec un plan. Cette venue est dénoncée par les Etats-Unis parce que Soleimani est sous le coup de sanctions internationales. 
                Il engage l’Iran et ses alliés à fournir des hommes pour repousser les terroristes (Front al-Nosra et Ahrar al-Cham) mais il a besoin d’une couverture aérienne pour limiter les pertes.
                On sait que Vladimir Poutine a pris sa décision très vite. Ses services l’avaient déjà informé avec précision et le plan de Soleimani lui semblait réalisable.
                Les réunions suivantes furent des mises au point technique. Il n’y a jamais été question de lancer en priorité des frappes contre l’Etat islamique. Ce sont des élucubrations des médias occidentaux pour stigmatiser l’intervention de l’armée russe.
                Profitons en pour parler d’un autre bobard, celui des bombardement aveugles de l’aviation russe. Les bombardiers russes ne descendent jamais en dessous de 5000 mètres pour des raison de sécurité. Ce ne sont pas des B-52 qui larguent des tapis de bombes. A cette hauteur, il faut obligatoirement des bombes de précision (il parait que les occidentales sont en plus intelligentes smiley surtout que chaque avion n’en emporte pas beaucoup. Il y a sûrement des bavures et je ne voudrais pas être cynique et dire que c’est normal, pour moi chaque vie humaine est sacrée, mais à partir du moment où la guerre existe, c’est inévitable. Il y a aussi l’aviation syrienne qui bombarde bien en dessous de 5000 m et sans doute avec moins de précision mais c’est plus commode d’accuser les Russes, c’est plus dans l’air du temps et qui sait, cela peut amener de l’avancement.
                Après la récente étude de l’OIAC (prix Nobel de la Paix 2013) qui disculpe Bachar al-Assad du massacre chimique de la Goutha, voici une nouvelle révélation sensationnelle.
                Un député néerlandais qui a assisté à une réunion à huis clos aurait écrit sur son compte Twitter que ce sont les Ukrainiens qui sont responsables du tir de missile sur le vol MH17. De plus, de nombreuse pages du rapport de l’enquête officielle qui a été présenté aux parlementaires étaient hachurées et on se demande pourquoi ? (lien
                Allô, la presse libre. Allô non mais allô quoi ! Ouai.. c’est encore une fois les médias de ré-information qui vont devoir faire le boulot !


              • vesjem vesjem 12 février 16:39

                pierre , un peu optimiste quand même ;
                la paix va se négocier entre us et russie ;
                les us vont trouver un refuge pour les « gentils rebelles » qu’ils ont encouragés ;
                les vrais coupables n’ont aucun risque d’être punis , une fois encore
                même nos compatriotes (mot très inadapté pour des salopards) vont s’en sortir la tête haute et non coupée ;
                 salutations et merci pour cette ré-capitulation et cette prospective


                • JMBerniolles 12 février 16:41
                  Le temps est toujours un juge de paix (si j’ose dire) impitoyable.

                  Du point de vue militaire, il semble que l’unité pour des avancées décisives de l’armée arabe syrienne, des forces populaires et du Hezbollah d’un côté et de l’autre les forces kurdes, soit de l’ordre de la semaine. La modernisation de l’armement des syriens et celle des kurdes est aussi en marche. Et visiblement, elle se traduit sur le terrain.

                  Or cela fait déjà quelques semaines qu’Erdognan a massé des troupes à la frontière en vue d’une offensive en territoire syrien. Ce stand by est clairement du à la réticence de l’administration Obama de soutenir ce type d’initiative. Qui conduirait inévitablement à un embrasement de la région.

                  Le temps est maintenant compté pour que l’offensive turque profite d’une fenêtre encore favorable.
                  Le problème n’est pas de pénétrer en territoire syrien, mais de s’y maintenir. Pour cela il faudrait une supériorité aérienne claire des américains et de leurs alliés (comment réagira-t-on en France lorsque nos avions seront abattus et cela peut aller jusqu’à ce que le Charles de Gaulle soit coulé ?).
                  Est ce vraiment le cas ? un trop grand nombre de pertes est interdit pour les forces occidentales qui, de plus, révèleraient leur soutien à Daesh, Al Nostra et autres ... On peut aussi penser que la Chine ne resterait pas à l’écart.

                  Je ne parle pas de l’offensive saoudienne. a mon avis juste à destination intérieure. Ils ont déjà un mal fou avec les yéménites et si ceux-ci étaient encore mieux armés, ils seraient à même de rentrer de manière importance en territoire de l’Arabie saoudite. Ce genre de défaite est aussi interdite pour le nouveau pouvoir en place au royaume des Saoud.

                  Le problème est que l’administration américaine a du mal à réorienter sa diplomatie, précédemment appuyée sur la force brutale, vers une attitude impliquant des négociations réelles en vue de compromis. Visiblement ils comprennent que le rapport de forces a changé, mais John Kerry n’est pas l’homme d’une diplomatie souple. On se trouve donc dans une période d’indécision qui va être mise à profit sur le terrain par les russes, syriens et iraniens, sans oublier le Hezbollah dont les combattants acquièrent une expérience guerrière dont Israël a tout à craindre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès