Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le Front de Gauche : la mystification des euro-fédéralistes

Le Front de Gauche : la mystification des euro-fédéralistes

"Le Front de gauche a constitué une force politique cohérente, quand Ayrault et Hollande ne font que diviser la gauche". Cette déclaration de Jean-Luc Mélenchon, sur la chaîne LCP - Assemblée nationale, retient notre attention. Elle porte deux affirmations : La coherence politique du mouvement dont il est le chef, le rejet de la responsabilité de la division "de la gauche" sur d'autres... Cette analyse s'inscrit dans le débat autour du Pacte budgétaire européen que se propose de ratifier le gouvernement Ayrault sous la forme d'une loi organique votée par le Parlement.

Plusieurs organisations - dont le Front de Gauche - contestent ce mode de ratification et exigent un référendum. Dimanche 30 septembre une manifestation est organisée à Paris pour réclamer une consultation populaire sur ce Traité et contester la politique d'austérité qui semble imposée par le texte.

Mais qui ne s’aperçoit pas - malgrè tout les talents oratoires du tribun - de l'incapacité à produire des analyses correctes, du manque de cohérence du Front de Gauche et de cette mystification euro-fédéraliste ? Quel est donc l'intérêt de M. Mélenchon de proposer une stratégie politique absurde et sans issue ? Chercherait-on a diviser et décourager les forces démocratiques pour mieux ruiner la République ?

Il est certain que cette entrée en matière semblera abrupte et sans fondement pour beaucoup. Il n'est pas suffisant de mettre en cause la ligne politique du Front de Gauche sur une simple intuition. Cet article se propose donc de contribuer au débat sur cette question et d'appuyer la démonstration par des arguments concrets.

L'année 2012 a été riche d’événements : les présidentielles, les législatives, le débat actuel du Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG). Autant de rendez-vous qui nous permettent de faire le point sur la cohérence prétendue du Front de Gauche et les points forts de sa propagande politique.

On s’aperçoit alors d'une pénible ambiguïté, d'une sorte de double discours, d'analyses tronquées et insuffisantes comme si - mystérieusement - le Front de Gauche manquait de matière grise ou n'osait pousser ses analyses jusqu’à leurs conséquences logiques.

Reprenons les appels à la mobilisation contre le TSCG pour vérifier les arguments qui conduisent à s'opposer à la ratification gouvernement socialiste. Ils s'avèrent incomplets et étrangement produisent une étrange convergence avec la propagande euro-fédéraliste.

Le but poursuivi par le Front semble étrangement de soutenir les institutions et processus antidémocratiques de l'Union européenne. Pour ce faire, il s'agit d'occulter les fondements monétaristes de la BCE pour agiter une véléité de renégociation du projet d'austérité - pourtant techniquement indispensable au maintien de la monnaie commune ! Ne s'agirait-il pas aussi de camoufler les postulats impérialistes ou euro-fascistes qui ont alimentés la "construction européenne" pour mieux défendre alors une prétendue "solidarité" ou "indépendance européenne" ?

Mais a bien y regarder cette ambiguïté est la même qui a traversé tous les discours idéologiques, les thèmes de campagne tant présidentielle que législative. Moments critiques où bien peu de choix ont été proposé - ou plutôt imposés a partir des instances dirigeantes - d'utiles et décisifs pour faire basculer les lignes politiques en faveur des forces vives, militantes pour un renouveau démocratique en France.

C'est pourquoi ceux qui aiment la France et admirent son rôle historique en faveur du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, les citoyens qui reconnaissent l'utilité et la nécessité du principe de la souveraineté nationale pour agir contre l'oppression impérialiste et financière qu'elle émane de Wall Street, de la City, de Francfort, ou d'ailleurs sont déçus et se sentent floués... Ils ne peuvent plus se retrouver dans les slogans simplistes, les défaillances logiques, les fanfaronnades inutiles d'un Front de Gauche qui ne sera jamais un Front populaire et encore moins un Front du Peuple ! Selon toutes évidences...


Première évidence : la convergence euro-fédéraliste

L'opposition du Front de Gauche au TSCG n'est pas un mouvement contre l'Union européenne contrairement à ce qu'on pourrait croire mais plutôt contre sa ratification par voie parlementaire et à la politique autoritaire vers l'austérité qu'il induit.

Cette prétendue "opposition a une politique d'austérité" s'est illustrée par plusieurs appels et manifestes.

Au mois d’août Pierre Laurent "demande une nouvelle fois solennellement à François Hollande de consulter les Français par référendum sur cette question fondamentale pour l’avenir du pays et cela pour au moins deux raisons.
 La première : la renégociation du pacte à laquelle il s’était engagé n’a pas été obtenue. C’est donc aux Français, qui ont élu François Hollande pour remettre en cause le pacte Sarkozy/Merkel, de se prononcer sur son éventuelle ratification.
 La seconde : ce pacte prévoit un objectif de réduction de dépenses publiques plus drastique encore que Maastricht et la RGPP réunis. La France enfilerait un insupportable corset de fer.
 Il s’agit de faire payer toutes les crises des marchés financiers par de l’austérité imposée aux salariés.
 Maastricht a été une première et grave erreur en sanctuarisant le pouvoir des marchés financiers. La ratification du pacte budgétaire serait une deuxième grave erreur qui se paierait chère très longtemps." [1] Il était temps 5 mois après que M.Hollande s'y soit montré fermement opposé dans l'émission "Des paroles et des actes" du 15 mars 2012 ! D'ailleurs M. Cazenave répond a cette requête : "Le référendum demandé par le Parti de Gauche et le FN « a eu lieu : les français se sont exprimés au moment de l'élection présidentielle et des législatives » [2] Une réponse plutôt tronquée si on considère ses "60 engagements pour la France" [3] qui ne mentionne nulle part cette volonté de ne pas recourir au référendum. D'autant plus que l'application du Traité a été conditionnée dès l'origine par la référence à un seuil de croissance. [4] Bref ! Ce que l'on note de la déclaration de P. Laurent c'est qu'il considère que le Traité de Maastricht est une "grave erreur" et "sanctuarise" le pouvoir des marchés. Jusque là, la position du PCF - membre du Front de Gauche - semble lisible et cohérente. Avec un bémol cependant. Marc Dolez, député membre du Front de Gauche, interrogé par Adrien Rouchaleou [5] offre son point de vue : "Deux tiers de nos concitoyens pensent qu’il n’aurait pas fallu adopter le traité de Maastricht, mais dans le même temps, deux tiers pensent qu’il ne faut pas sortir de la zone euro. Je crois que cela valide l’orientation qui est la nôtre : refuser 
ces orientations d’austérité et réorienter 
la construction européenne." Il s'agit maintenant selon les termes même de F. Hollande dans ses "60 engagements" de "réorienter la construction européenne". Quelle belle unanimité et quel vaste programme !

Ce qui surprend c'est que le Parti fédéraliste européen affirme avoir lui-même initié une pétition contre ce traité dès le mois de février. Il communique sur ce sujet : "Le changement récent de majorité n’a pas fait évolué le texte dans le sens que nous souhaitions. Le PFE constate toujours l’absence de budget fédéral pouvant relancer la croissance en Europe. Le PFE manifestera en marge d’une action coordonnée par le collectif « Stop Austérité ». Il s’agira pour le PFE de refuser le TSCG tout en faisant valoir son projet fédéraliste. « Non au TSCG, oui à une Europe fédérale et démocratique » [6]

A partir de là les choses se brouillent. On peut manifester contre le TSCG mais ne pas remettre en cause ni le Traité de Maastricht, ni celui de Lisbonne, ni aucune institution européenne. Mais au contraire reconnaître leur légitimité, voir réclamer le renforcement de celle-ci dans un système "fédéral" ! Est-ce là cette vague véléité de "réorienter la construction européenne" ? La petite contrepartie demandée (A qui ? à Mario Draghi de Goldman Sachs ? à la Commission ? au Parlement européen à Bruxelles ou à Strasbourg ? est-il encore permis de s'interroger ?) consistant à l'allocation d'un "budget fédéral pouvant relancer la croissance" et "contre l'austérité"... Énorme duperie ! Ce traité renforce d'abord la mise sous tutelle les États et les parlements nationaux par une nouvelle "délégation de souveraineté". Ensuite par ce moyen juridique de renforcement du principe de supra-nationalité s'instaure un régime politique austérité en France et en zone euro sous la supervision directe des instances de l'UE. Mais est-ce la volonté de soumettre les États à cette tutelle qui est décriée ou simplement le Traité dans sa partie économique et budgétaire ? Voudrait-on nous faire appeler à la rescousse des pompiers "fédéraux" pyromanes, ceci tout en dépouillant l’État de ses prérogatives et le disqualifiant de son rôle politique naturel de résoudre les crises ?

Or cette proposition entre entièrement dans la ligne des partisans de l'ultra-libéralisme. Les amis de David Cameron par exemple ne se cachent plus pour dire "Que cette crise est l’occasion où jamais de rétrécir le périmètre de l’État." [7]

Le rapprochement du Front de gauche avec les thèses euro-fédéralistes apparait nettement dans cet appel à manifester le 30 septembre à Paris [8]. Ce texte émanent d'économistes proches du Front de Gauche ne répond à aucune des questions essentielles, ne fait aboutir aucune analyse cohérente. C'est pourquoi Jacques Sapir vient de le commenter (en gras) et donne les raisons pour lesquelles il ne se joindra pas à cet appel :

" La montée des déficits publics est une conséquence de la chute des recettes fiscales due en partie aux cadeaux fiscaux faits aux plus aisés, de l’aide publique apportée aux banques commerciales et du recours aux marchés financiers pour détenir cette dette à des taux d’intérêt élevés. S’il est entièrement exact que cette crise n’est pas une crise de la dette publique, les auteurs n’identifient pas les causes de cette dette : la crise de compétitivité causée par l’Euro et la désindustrialisation qui en a découlé dans un certain nombre de pays. Cette désindustrialisation a poussé certains pays vers des stratégies « folles » de croissance par un endettement soit des ménages soit public, qui aujourd’hui se retournent contre eux"

"La crise s’explique également par l’absence totale de régulation du crédit et des flux de capitaux aux dépens de l’emploi, des services publics et des activités productives. Elle est entretenue par la BCE qui appuie sans conditions les banques privées, et exige à présent une « stricte conditionnalité » austéritaire des États lorsqu’il s’agit de jouer le rôle de « prêteur en dernier ressort ». Elle leur impose des politiques d’austérité et s’avère incapable de combattre la spéculation sur les dettes souveraines, cela d’autant que sa seule mission reconnue par les traités est celle de maintenir la stabilité des prix. En outre, cette crise est aggravée par le dumping fiscal intra-européen et l’interdiction qui est faite à la BCE de prêter directement aux États pour des dépenses d’avenir [...] À nouveau, si le constat est exact, il est très incomplet. Admettons qu’une politique de relance monétaire (un « quantitative easing » européen) ait été faite. Elle aurait profité avant tout au pays le plus compétitif de la zone, soit l’Allemagne. En réalité, la stratégie allemande a consisté à chercher à développer systématiquement la compétitivité de son économie (au détriment de ses travailleurs) et à empêcher les autres pays, qui ne jouissent pas d’une même dotation en ressources, à faire de même par des dévaluations progressives (logique de fonctionnement de la zone Euro). Quand bien même on éffacerait toutes les dettes, nous ne tarderons pas à les voir se reformer en raison des écarts de compétitivité."

"F. Hollande, après s’être engagé pendant la campagne à renégocier le traité européen, n’y a en fait apporté aucun changement, et, comme vient d’ailleurs de le reconnaître E. Guigou, choisit aujourd’hui de poursuivre la politique d’austérité entamée par ses prédécesseurs. C’est une erreur tragique. L’ajout d’un pseudo-pacte de croissance, aux montants réels dérisoires, s’accompagne de l’acceptation de la « règle d’or » budgétaire défendue par A. Merkel et N. Sarkozy. [...] Le TSCG a, en réalité, pour but de « crédibiliser » la politique de sauvetage de la zone Euro [...]".

Le drame de ce texte est ici que ses auteurs n’explorent pas les alternatives et évitent de se confronter avec de déplaisantes réalités. Nous sommes tous d’accord pour dire que le TSCG est nocif mais, et c’est un « mais » important, la solution est-elle dans plus de fédéralisme ? Le problème est que l’on ne dit pas quelles seraient les conséquences de ce fédéralisme (et de la mutualisation des dettes). Un système fédéral implique des transferts importants entre régions à haute compétitivité et régions à basse compétitivité (comme cela se fait en Frace et en Allemagne). Les calculs qui sont faits depuis un mois estiment que ces transferts impliqueraient de 8% à 12% du PIB pour l’Allemagne (suivant les hypothèses de politique macro-économique). Qui peut penser qu’il est crédible d’attendre de l’Allemagne un tel sacrifice ?

Enfin, pourquoi ne pas dire que Paul Krugman, et bien d’autres, considèrent que c’est la zone Euro le problème ? Aurions nous un « bon » Krugman quand il parle des menaces de récession et un « mauvais » Krugman quand il évoque la zone Euro ?

"Je ne puis aussi que constater que l’on ne répond pas à la question essentielle : comment résoudre la crise de compétitivité dramatique qui existe entre pays de la zone Euro les écarts vont de 20% (France) à 35% (Espagne), et même au-delà (Portugal et Grèce) ? Comment harmoniser des économies qui sont profondément hétérogènes, avec des populations qui le sont tout autant et qui ne sauraient massivement se déplacer dans la zone Euro ? La gestion de cette hétérogénéité est impossible dans le cadre d’une monnaie unique car elle implique des sacrifices financiers bien trop importants pour l’Allemagne. Telle est la réalité et se cacher derrière des grands principes et des appels ronflants n’y changera, hélas, rien."

"[...] Ce texte repose sur un constat très incomplet de la situation actuelle. Il ne va pas à la racine du mal et ne permet pas à ses lecteurs d’avoir une réelle intelligence de la question qui est réellement posée. Je puis partager certaines des affirmations avec les auteurs de ce texte, et en particulier leur refus du TSCG ; mais là où nous divergeons radicalement c’est sur les propositions. Le TSCG est le produit d’une stratégie qui vise à la survie coûte que coûte de la zone Euro. Soit on accepte cette stratégie, et on ne mégotera pas sur ses conséquences (comme le dit sans fard Jean-Marc Ayrault), soit on la refuse. Si l’on veut RÉELLEMENT refuser le TSCG il faut alors en tirer TOUTES les conséquences et appeler à la dissolution rapide de la zone Euro."

Et oui vous avez bien lu. Les "économistes" du Front de Gauche ont été cherché M.Sapir en espérant le voir valider leur thèses. Mais comme ils partent du postulat qu'il faut "sauver l'Euro" (Puisque les français d'après les sondages ne veulent pas l'abandonner, et qu'il faut présenter un programme consensuel de "réorientation de la construction européenne" pour ne déplaire à personne dans les meetings ou à Francfort ?) ils négligent complètement l'évidence. Sans critères de convergence ... il n'y a pas d'Euro. Et les critères de convergence imposent ce contrôle de l'inflation, de l’émission monétaire par la banque centrale, de la redistribution salariale. L’Euro impose l'austérité, c'est la condition sine qua non de sa survie. Même si pour répondre aux cris d'orfraie de ceux qui refuse l'austérité et réclame un budget de relance de la croissance, la Banque centrale distribuait de l'Euro a tous les pays par camions, ça n’empêcherait en aucun cas ces pays de continuer à s'endetter, à perdre leur compétitivité, leur emplois industriels et déséquilibrer leur balance commerciale au profit des pays plus compétitif de la zone...  

Le Front de Gauche réclame un référendum sur le TSCG mais ne propose nullement de sortir de l'Euro. Or ils font penser ici aux "ouiouistes" qui affirmaient qu'ils n'y avaient pas de plan B en 2005. Car s'ils ne proposent pas de sortir de l'Euro, et ne prépare pas déjà les citoyens a cette opportunité c'est donc ils devront faire campagne pour le "Oui" au TSCG et aux critères de convergence qu'il contient... pour "sauver l'euro" au nom de la "solidarité, le complexe militaro-industriel et l'indépendance européenne" : les nouveaux thèmes de campagne de M. Mélenchon [9]

Dans son projet de convergence euro-fédéraliste le Front de Gauche propose une double incohérence : 1. se pose en réformateur politique en prétendant mettre "l'Humain d'abord" mais se coule admirablement dans la pensée euro-fédéraliste qui met d'abord en avant l'Euro et la solidarité européenne d'une zone économique asphixiée et moribonde ; 2. se propose de défendre la démocratie citoyenne par le recours au suffrage référendaire alors qu'il n'y a dans ses cartons aucune alternative à proposer. Beau concept que cette démocratie du choix unique ! Bravo, belle "cohérence" !

Deuxième évidence : l'incompétence économique et historique

Le Front de Gauche ne semble pas offrir d'autre alternative que celle proposée par les médias et déjà intériorisé par une majorité de français... sauver l'Euro, rester dans la zone euro. Mais pourquoi le projet politique du Front de Gauche est-il aussi limité ? Peut-être est-ce du à la limitation culturelle et idéologique, l'absence d'une vision historique et économique rationnelle du mouvement ?

Ainsi M. Mélenchon ne cesse de proclamer partout que "Si la BCE prêtait directement aux États, la crise des dettes publiques cesserait dans la minute". On vient de le voir, il voudrait négocier pour relancer l'économie des prêts à 1 % de taux d'intérêt. Mais cela ne tient nullement compte de l'origine de la dette et de la nécessité des critères de convergence imposé par les Traités, les institutions européennes et surtout par l'Allemagne pour maintenir à flot la Zone euro et empêcher la dégringolade inflationniste qui ruinerait les épargnants et les consommateurs dont les revenus ne sont pas indexés et renchérirait les importations sans régler le problème du déficit commercial entre partenaires de la zone. 

Sur le plan économique il faut comprendre d'où vient la politique d'austérité imposée par les institutions européennes et le système de la monnaie commune. Il faut pour cela remonter dans le temps et saisir le développement de l'organisation économique des sociétés industrielles.

Sans prétendre remonter aux calendes grecques on peut déjà penser que les dirigeants du Front de Gauche n'ont pas encore compris (on se le demande bien...) qu'un véritable tournant économique s'est produit à partir de la rupture de la parité entre le dollar et l'étalon-or quand "les États-Unis renoncent unilatéralement en 1971 à la convertibilité du dollar en or à 35 dollars l’once. Dès lors, le cours du dollar va évoluer librement par rapport aux autres devises donnant cours à un nouveau système de parités flottantes. Le gouvernement américain ne soutient plus sa monnaie et début 1978, l’instabilité monétaire est généralisée et la situation est telle que même les échanges communautaires sont menacés. Les monnaies européennes les unes après les autres doivent quitter le Serpent monétaire européen. La nécessité d’un nouveau système s’impose, autour d’un système monétaire capable d’empêcher l’envol du Deutsch Mark en le lestant avec les monnaies moins performantes de ses principaux partenaires commerciaux."

"La politique de taux de change fixe des pays en "zone économique européenne" est anachronique dès les accords de la Jamaïque (7 et 8 janvier 1976) qui consacre l’abandon du système des taux de changes fixes et la légalisation du nouveau système : le régime des changes flottants. Dès lors [Le taux de change varie donc en principe selon la quantité de crédit émise par chaque pays. Une politique monétaire laxiste/rigoureuse est « punie » par une baisse/hausse de la valeur de la monnaie locale par rapport aux autres devises.] cela ne pouvait aboutir qu’à des attaques systématiques "des marchés" sur les devises exposées soit en les renchérissant comme le Deutsch Mark soit en les dévaluant comme le Franc Français ou la Lire italienne, etc.

Donc les critères de convergence sont des emplâtres pour solidariser des économies asymétriques face aux contraintes extérieures dans le seul but de maintenir le niveau de la compétitivité allemande, et empêcher le rééquilibrage à la baisse de son économie." [10]

A partir de ce constat plusieurs solutions se présentent : soit la France continue d'utiliser sa propre monnaie mais qui subira la pression spéculative des marchés financiers sur sa devise et donc l'expose à dégrader son taux de change et dévaluer ; soit à épuiser ses réserves change et emprunter pour soutenir sa monnaie ; soit à exiger la réforme du système monétaire en proposant à tous les pays du Monde, par le biais des instances internationales, l'institution d'une chambre de compensation des paiements internationaux par exemple sur le modèle du "bancor" [11] de Keynes.

Ensuite sur le plan historique le Front de Gauche semble mépriser les analyses serieuses sur la prépondérance abusive de l'Allemagne dans la construction européenne. Les références qui pointent vers l'origine nazie du projet de Communauté économique actuel tels que les discours Walter Funk, ministre de l’Économie du III Reich, condamné à Nuremberg [12] ou cette magnifique propagande en faveur de "collaboration" au nom de la "Nouvelle Europe" et de la "solidarité européenne" contre le Bolchevisme et les anglo-saxons... [13]

Aujourd'hui encore le Front de Gauche feint d'ignorer que les slogans en faveur du sauvetage de l'Euro et de "l'indépendance européenne" ne peuvent être compris que par l'exigence allemande de contrer la tendance de sa propre monnaie à la surévaluation en y associant d'autres monnaies plus faibles et garantir ainsi l'écoulement de ses produits industriels sur les marchés à un cout compétitif. Un dispositif technique qui satisfait aussi sa prétention ancienne à l'hégémonie en Europe dont on ne peut ignorer les fondements dans la pensée impérialiste pan-germanique. [14]

Mais dira-t-on qu'ignorer ou passer sous silence de tels éléments tant économiques qu'historiques est une évidence de l'incohérence de la force politique que représente le Front de Gauche ? Oui, ici même.

Mais il y a encore mieux.

Troisième évidence : l'echec des campagnes politiques de 2012

Cette année les élections législatives et présidentielles donnaient une magnifique opportunité au Front de Gauche de présenter ses arguments , gagner des points dans l'opinion et conquérir des positions l'inscrivant durablement comme une force politique cohérente.

Or la déception des présidentielles fut grande ! Le mouvement n'a récolté au 1er tour que 11.11% des suffrages exprimés soit 3.985.298 voix sur 35.885.739. Loin derrière le Front National de Marion Le Pen qui atteint le score de 17,9% en troisième position derrière M. Sarkozy (27,18%) et François Hollande (28,63%). [15]

Non content d'un résultat aussi médiocre et bien éloigné des plus sombres prévisions M. Mélenchon jettera le manche après avoir perdu la cognée en réclamant le report au second tour en faveur de M. Hollande, des voix qui se sont portées sur sa candidature. Quelle maladresse ce soutien inconditionnel sans exiger quelque contrepartie, ne serait-ce que - par exemple - l'exigence d'un vote du prochain Traité européen par référendum !

Mme. Le Pen se fera les gorges chaudes d'une telle incohérence et soulignera le rôle de "voiture balai du PS", de "rabatteur des voix de gauche" dont elle a toujours accusé le candidat du Front de Gauche et qui alors se vérifie aux yeux de tous...

Piqué dans son amour-propre certainement et surtout cloisonné dans le réduit du débat subalterne où le placardise son soutien inconditionnel à M. Hollande, M. Mélenchon va lancer pour les législatives son nouveau thème de campagne : ce sera une grande chamaillerie avec sa prétendue rivale, Mme. Le Pen... Le niveau zéro du débat politique, le niveau maximum de l'affaire personnelle. Belle cohérence encore !

N'y avait-il personne au Front de Gauche de lucide et cohérent pour proposer un recadrage du débat et réclamer de meilleurs thèmes de campagne ? Des thèmes susceptibles de répondre à l'attente des français, d'éclairer l'opinion par une analyse plus pertinente de la situation et de contenir de meilleurs propositions ?

Que la politique économique soit européenne ou non cela fait toute la différence. La construction européenne a durci les conditions de la lutte sociale que l'on en soit conscient ou pas. Derrière le cadre des traités instaurant libre circulation des marchandises et capitaux : les profits, les conditions de redistribution des revenus et de la plus-value du travail sont mieux protégés. C'est une évidence est c'est d'ailleurs l'intérêt premier de ces textes et de ceux qui les ont promu. Dans ces conditions il faut savoir qu'il sera quasiment impossible de renégocier ces clauses abusives sans remise en cause du déni de démocratie et d'un euro-fascisme [16] austéritaire derrière ces traités et ces lois internationales.

C'est une évidence aussi que le Front de Gauche pour démontrer son rôle d'utilité publique et républicaine devait dépasser les slogans anti-xénophobes de bon aloi et qui n'engagent à rien pour proposer un projet économique viable. Ceci au lieu d'agiter la promesse vaine d'un "Smic à 1700 ou 1800 euro" auquel personne n'a vraiment cru en raison des contraintes européennes et de la liberté de circulation des capitaux et des marchandises contenue dans les Traités. Si le Front National a gagné des voix ce n'est pas seulement celles des racistes mais aussi celle des patriotes qui ne se retrouvent pas dans les slogans de "protectionnisme européen" et de "Smic à 1700". On savait pertinemment que cette politique salariale est impossible à mettre en place sans politique économique indépendante et le respect de la souveraineté nationale... Pourquoi occulter le débat sur ce sujet ? Pourquoi s'en remettre constamment à d'éventuelles négociations ultérieures avec la BCE ou la Commission auxquelles ne sont attachés encore aucune garantie, aucun droit démocratique ?

Le tribun Mélenchon réclamait dans ses meetings "des drapeaux rouges", la belle affaire ! Il n'y avait pas mieux à faire que de servir de "repoussoir bolchevik" ? Dépasser les limites d'une analyse politique sectaire et s'ouvrir aux thèmes républicains par exemple ?

Pourquoi avoir continué à taire le trou d'air de la campagne du Front de Gauche après les Présidentielles ? L'occasion des législatives était la meilleur pour déployer une argumentation pertinente et convaincante. Mais une ambiguïté s'est définitivement installée dans le cœur du programme politique entre le vertige d'une radicalisation à gauche et le projet nécessairement pluraliste, négocié et consensuel de 6ieme république. Quelle était désormais la ligne du Front de Gauche concernant l'affirmation du principe démocratique et en particulier l'exigence absolue de referendum sur les traités européens ? Pourquoi ne pas avoir négocié sur cette base avec le Parti Socialiste et en faire la priorité du combat citoyen avant et pendant les législatives ?

Toutes les formules incantatoires sont restées dans le vent tant que le Front de Gauche s'est attaché à ne défendre qu'un camp politique :"la Gauche" et non les droits politiques de tous les citoyens français. Comment cela aurait-il pu être réalisé ? En déployant depuis une agora démocratique et pluraliste, une aile droite républicaine, un centre conciliateur et une aile gauche progressiste en ordre de bataille citoyenne... Au lieu de ça, il est resté isolé et recroquevillé comme Front excentrique et n'a pu dès lors devenir le Front populaire et encore moins le Front du Peuple que l'on attendait.

Pour réussir il aurait fallu qu'il soit l'initiateur d'une campagne de conquête des droits politiques par l'affirmation des principes fondamentaux de la démocratie et l'exigence de mise en place de ses moyens pratiques : assemblées délibérantes, droit de pétition, d'initiative du référendum et de ratification des traités. Ce sont sur ces outils citoyens qu'il était nécessaire de s'appuyer pour sortir de l'impasse de la fiction représentative, du piege de la délégation de souveraineté, de la rhétorique sur la supranationalité... C'était là exprimer des solutions pour permettre aux forces démocratiques de prendre part à la seule lutte qui compte : la résistance à l'oppression, la conquête d'une liberté politique par la reconnaissance du droit du peuple à disposer de lui-même et réaffirmer par solidarité ce principe fondamental à l'adresse des peuples voisins bafoués par la machine européiste !

Mais pour cela il était nécessaire qu'il se présente en pratique comme une conférence démocratique et pluraliste animée par des citoyens volontaires et bénévoles. Ce qu'il ne pouvait être réellement du fait de sa conception et constitution initiale comme confédération de partis dont les dirigeants ont conservé tous leur réflexes tacticiens, leurs sourdes ambitions et jalousies, leur intentions trop discrètes et autres secrets inavouables.

Pour réussir la campagne c'était surtout un projet patriotique et réaliste qui devait s'affirmer comme alternative. C'est à dire un projet basé sur le moyen et l'objectif raisonable de reconquete républicaine de la souveraineté nationale.

Quatrième évidence : l'abandon du projet de souveraineté nationale

N'est-il pas pénible de constater que pour le Front de Gauche la souveraineté nationale soit quasiment considéré comme un principe éculé et dangereux ? Au point même qu'il en soit à afficher ce nouveau concept d'origine douteuse "d'indépendance européenne" ? Existe-t-il une cohérence théorique, un consensus politique à ce niveau ? Nous n'en trouvons pas.

De même appeler la France la "patrie républicaine des français" n'ajoute rien à la question. A moins qu'il ne s'agisse de la manifestation d'une volonté sous-jacente de dénigrer ou discréditer les patriotes attachés à l'histoire, à la culture, au modèle social de leur pays. Une tentative pour les opposer, les diviser, les affaiblir par la querelle civile, les désorienter par cette nouvelle lecture "internationaliste" d'une "solidarité européenne" comme norme absolue du politiquement correct. Tout ceci prête largement à confusion. 

Oui la France existe et depuis longtemps. Elle a traversé bien des crises et bien des batailles où à chaque heure, chaque jour, chaque année, son existence en tant que nation souveraine et indépendante s'est trouvée compromise. Il a plu au Ciel qu'elle se rétablisse à chaque fois par un coup du sort extraordinaire dans la fortune des batailles, par le secours de ses alliés ou la confusion de ses ennemis ; qu'elle revienne, à chaque fois, à la table des négociateurs pour exiger le respect de sa liberté et de sa souveraineté pleine et entière. Dirons-nous qu'elle cherche naturellement la discorde ou la guerre ? Non ! Qu'elle lutte avec succès pour ses droits et se défend contre ses agresseurs : c'est un droit fondamental. Avec cela la France - comme nation libre - a toujours voulu partager le bénéfice de sa position en imposant par principe le droit de chaque peuple à disposer de lui-même et à être traité grand ou petit sur un pied d'égalité avec les autres. Y en auraient-ils pour qui une telle constance, une telle autorité magistrale serait déplaisante et ferait grincer des dents ? En reste t-il de ces impériaux criminels qui voudraient encore tenter d'étrangler ce modeste pays, ce peuple sympathique et courageux dans les griffes de la tyrannie ?

D'ailleurs quelle est cette doctrine de la souveraineté, en quoi est-elle utile pour nous ?

"Rousseau dans le Contrat social développe les questions de souveraineté populaire, à travers une conception aboutie des droits naturels, qui incluent le droit de résistance à l'oppression. Chaque citoyen détient une part de souveraineté. Aussi, c'est une souveraineté dont le titulaire est le peuple ; considéré comme la totalité concrète des citoyens détenant chacun une fraction de cette souveraineté." [17]

Dans ses institutions ou dans les relations internationales, partout où le Peuple ne peut se présenter, la Nation est représentée par des autorités élues ou mandatées qui peuvent délibérer, traiter et s'engager avec la simple condition cependant de rapporter le contenu des actes qui seront ratifiés avant de prendre effet et force de loi. [18]

L'intérêt de la notion de souveraineté nationale est donc qu'elle permet l'expression démocratique du Peuple par le biais des institutions qu'il se choisit librement. Il est donc paradoxal de se prétendre "démocrate" et vouloir placer "l'humain d'abord" mais priver les citoyens d'un pays de la liberté d'exprimer sa volonté générale par le choix des lois et des traités qui lui convienne selon le principe de la souveraineté nationale.

Sans capacité des citoyens de gérer leurs propres affaires et de déterminer librement la politique économique ou social grâce à leurs institutions nationale, il devient inopérant d'attendre d'une autorité étrangère comme la BCE ou la Commission qu'elle réponde aux exigences nationales. Puisque plus rien ne contraint de satisfaire les desiderata d'une population qui n'a plus ni autonomie ni alternative politique et qui ne peut plus que subir le bon vouloir d'autrui. C'est donc dans cet état de dépendance, ce rapport gouvernant-gouvernés proche de la servitude, que l'on veut placer le peuple français à l'égard d'une autorité européenne ? Cette attitude se retrouve intégralement dans les propositions du Front de Gauche qui à chaque question, à chaque problème posé répond comme si la France n'avait dans leur esprit plus aucune capacité d'agir : nous demanderons, nous négocierons avec (au choix) la BCE, le Parlement, la Commission, les autres peuples, les extra-terrestres pour qui se range sur notre position et règle notre place ce que nous refusons de traiter par nos propres moyens intellectuels, humains, financiers, etc. "solidarité européenne" oblige... Quelle farce !

Le premier acte de résistance populaire et citoyenne serait plutôt de se défier et écarter de toute responsabilité ces partisans de la "supra-nationalité". Ceci pour mieux réaffirmer leur attachement au principe de la souveraineté du peuple et au droit de referendum. Laisser ce thème entre les mains d'une extrême-droite xénophobe, qui s'est montrée plus soucieuse de renforcer l'oppression fasciste, de collaboration avec les milieux financiers que de favoriser une vraie démocratie, est une véritable erreur politique.

Ainsi nous plaçons la souveraineté nationale comme première condition de la liberté et de la démocratie. La lutte pour rétablir un État de droit disposant d'une souveraineté monétaire, militaire, industrielle et territoriale est inséparable de la lutte contre l'oppression des puissances de l'argent ou des impérialismes de toute nature. C'est tout l'enjeu de l'exercice du pouvoir du peuple, pour le peuple et par le peuple.

"Les réformes qu'il faut exiger pour rétablir la démocratie sont celles qui permettent que le peuple : 1. dispose de droits reconnus et garantis, inscrits dans une charte des droits politiques tels le droit de constituer des assemblées délibérantes pour les affaires locales, le droit pour l'assemblée des citoyens de quitus ou de rejet des comptes publics et ensuite le droit de pétition et d'initiative législative, etc. pour toute les assemblées où les décisions sont prises sans l'expression directe de sa volonté et de son consentement quand il n'est -pour des raisons d'ordre pratique - que "représenté" ; 
2. Qu'il puisse dans l'exercice de ses droits politiques mettre en œuvre une procédure d'initiative populaire et obtenir par pétition l'organisation d'un vote au parlement ou par référendum portant sur un projet de loi ; 
3. Qu'il se prononce en dernier recours sur la ratification, le rejet ou l'abrogation de tout texte législatif, constitutionnel ou d'un traité.
La mesure complémentaire éprouvée par les citoyens helvétiques est que les textes de l’exécutif (décrets, ordonnances, etc) ne sont valables que pour une année seulement. Terme au-delà duquel ils perdent tout effet si une ordonnance législative n’est pas intervenue pour les valider. Une ordonnance législative également susceptible d’être validée ou rejetée par referendum sur l’initiative populaire." [19]

En guise de conclusion nous ajouterons ce commentaire à propos d'un sondage à l'adresse des politologues et autres sophistes politiciens qui nous le savons en sont friands :

"Une majorité de Français veut moins d’intégration européenne et davantage de décisions de l’État. Ils sont 60% à vouloir plus d’État, contre 40% qui veulent plus d’Union européenne.
L’euro n’a eu que des conséquences négatives : L’introduction de l’euro a eu des conséquences négatives sur le niveau des prix (89%), le chômage (63%), la « compétitivité de l’économie française » (61%). Plus d’un tiers des Français veut sortir de l’euro. Les Français sont aujourd’hui 35% à vouloir sortir de l’euro. Le meilleur score est 38% (mai 2010), et le plus mauvais 26% (juin 2012). L’euro est un « handicap » : C’est l’opinion de 45% des Français, seulement 23% pensent que c’est un « atout » L’UE est inefficace : A 76% les Français jugent que l’UE est « inefficace » « pour limiter les effets de la crise actuelle ».
L’identité européenne n’a presque aucune réalité. [em]

[1] Pierre Laurent, "Règle d’or, Francois Hollande doit consulter les français par referendum" 15 aout 2012, voir aussi Traité européen : le PCF demande un référendum à François Hollande

[2] Pacte budgétaire européen

[3] "Je veux réorienter la construction européenne. Je proposerai à nos partenaires un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance pour sortir de la crise et de la spirale d’austérité qui l’aggrave. Je renégocierai le traité européen issu de l’accord du 9 décembre 2011 en privilégiant la croissance et l’emploi, et en réorientant le rôle de la Banque centrale européenne dans cette direction. Je proposerai de créer des euro-obligations. Je défendrai une association pleine et entière des parlements nationaux et européen à ces décisions. Cinquante ans après le traité de l’Élysée, je proposerai à notre partenaire l’élaboration d’un nouveau traité franco-allemand."

[4] "Si l'Europe n'est pas capable d'avoir un objectif de croissance, alors elle ne pourra pas réduire ses déficits. Je ferai des économies nécessaires mais en même temps, je ne sacrifierai pas mon pays. Si l'Europe n'est pas capable de croissance, je ne ratifierai pas le Traité" Et sur une question des prévisions de croissance de Lenglet, il répond : "Si l'Europe reste dans l'état où elle est aujourd'hui, si elle n'est qu'une somme de rigueur et d'austérité [...] Si l'Europe n'est pas capable d'avoir une politique de croissance, alors nous n'atteindrons même pas les objectifs de réduction des déficits. Si la croissance potentielle est à 1,5%, tous les chiffres de réductions des déficits ne tiennent pas. DPDA 15 mars 2012 21h 40

[5] Marc Dolez «  Un dessaisissement de la souveraineté nationale  »

[6] Manifestation contre le TSCG et pour une Europe fédérale et démocratique - Parti fédéraliste européen

[7] À quoi sert l’austérité économique : Paul Krugman rappelle quelques vérités The Austerity Agenda, Paul Krugman, mai 2012

[8] Sur le TSCG Par Jacques Sapir (Pourquoi je ne m’associerais pas à l’appel du Front de Gauche) 23 septembre 2012

[9] "En rompant l’axe franco-allemand qui a porté Airbus et EADS, cette fusion rendrait possible un nouvel axe germano-britannique à la tête du nouveau groupe. Avec un tropisme beaucoup plus transatlantique qu’européen. Car le britannique BAE est d’ores et déjà un groupe fortement intégré au complexe militaro-industriel états-unien. Il possède des filiales aux USA. Et il participe directement au développement du nouvel avion de combat des USA, le F35, qui a vocation à remplacer le F16, l’avion militaire le plus vendu de l’histoire. Cela isolerait un peu plus le programme français Rafale en Europe. En matière d’industrie de défense, cette fusion enterrerait donc toute velléité d’indépendance européenne face aux USA"Le Front s’élargit contre le traité et pour la manifestation du 30 septembre J-L. Mélenchon 22 septembre 2012 (Qu'il est beau cet "internationalisme" dans les frontières de Shengen et favorable à l'industrie de guerre germanique !)

[10] Règle d'or ou Démocratie : le naufrage annoncé du social-libéralisme

[11] "Pour l’après-guerre, Keynes avait imaginé un système où les grandes nations ne seraient pas contraintes de placer le respect d’accords commerciaux au-dessus des objectifs de progrès social, notamment le plein emploi. Il y voyait coexister le libre-échange avec un système de protection généreux assuré par des institutions financières internationales. Celui-ci aurait été caractérisé avant tout par un dispositif d’« ajustement des créances » imposant des sanctions aux pays en excédent commercial, et non aux nations en déficit. Cela aurait contraint les premiers soit à accepter une discrimination à l’encontre de leurs ventes, soit à élargir leurs marchés intérieurs pour absorber plus d’importations. Parallèlement, chaque débiteur aurait eu droit à une ligne de crédit dans un système international de paiement, appuyé sur un mécanisme de compensation et une monnaie de réserve mondiale (le bancor)."
"Un tel ordre était inacceptable pour les États-Unis. Dans un monde dominé comme il l’était alors par la supériorité écrasante de leur industrie manufacturière, l’idéal américain était le laissez-faire économique et l’étalon-or. Un moyen de paiement international qui prenne en compte les intérêts des débiteurs était aussi étranger à la pensée de Wall Street que le serait, pour le commun des mortels, l’idée de confier la direction d’une prison aux détenus. Les dettes contractées devaient être remboursées le lendemain, coûte que coûte. Les finances de l’après-guerre devaient être gérées par les riches. Au bout du compte, les Etats-Unis acceptèrent un FMI et une Banque mondiale sur des bases beaucoup plus traditionnelles que ne l’avait espéré Keynes, malgré quelques concessions." L'ordre mondial selon John Maynard Keynes James K. Galbraith, mai 2003

[12] Le visage économique de la nouvelle Europe (1943) En 1943, Walther Funk, ministre de l’Économie du Reich et chef de la Reichsbank, expose ses idées sur la réalisation d’un espace économique européen dirigé par l’Allemagne.

[13] [...] les rapides victoires militaires allemandes sur les démocraties continentales européennes alimentent une intense propagande en faveur du thème de l’Europe allemande. Le Reich veut en effet organiser ses nouvelles conquêtes territoriales et prétend, pour ce faire, vouloir construire une Europe unie, une Europaïsche Wirtschaftsgemeinschaft qui mettrait définitivement fin aux antagonismes nationaux traditionnels [...].
Ces discours sur l’Europe nouvelle, au-delà des raisons d’opportunisme économique immédiat, permettent aux responsables allemands de gagner la confiance de certains collaborateurs dans les pays européens vaincus et occupés. Ainsi en 1941, est organisée à Paris une grande exposition intitulée "La France européenne" qui vante le slogan d’une
France forte dans une Europe forte. Accueillant plus de 600.000 visiteurs, l’exposition fait admirer les richesses agricoles du pays pour mieux situer son rôle dans l’Europe nouvelle sous direction allemande. Le Nazisme et l’idée européenne

[14] Ecole Geopolitik de Berlin

[15] Résultats du premier tour de la Présidentielle 2012

[16] Emmanuel Todd dénonce la mise en place d'un "euro-fascisme" "Les Etats font semblant d'être affolés" - Emmanuel Todd - Bourdin 2012

[17] Souveraineté populaire

[18] "La Souveraineté ne peut être représentée, par la même raison qu’elle ne peut être aliénée ; elle consiste essentiellement dans la volonté générale, & la volonté ne se représente point : elle est la même, ou elle est autre ; il n’y a point de milieu. Les députés du peuple ne sont donc ni ne peuvent être ses réprésentans, ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure définitivement. Toute loi que le Peuple en personne n’a pas ratifiée est nulle ; ce n’est point une loi." J-J. Rousseau Du contrat social Livre III Chap. XV Des députés ou représentans Marc Michel Rey 1762

[19] Le référendum révocatoire : une fausse bonne solution ?

[em] Balayons l'Union européenne


Moyenne des avis sur cet article :  2.49/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 2 octobre 2012 09:04

    y’a t-il vraiment une ambiguité a propos du FDG et de leur dirigeants ?

    Voir : http://2ccr.unblog.fr/2012/01/16/revolutionnaire-ou-reformiste/


    • Henri Francillon Henri Francillon 2 octobre 2012 11:40

      Non, il n’y a aucune ambiguïté : il est évident que le FdG et ses dirigeants sont chargés par le système de canaliser la révolte légitime du peuple, en récupérant sa colère à son propre profit et lui empêchant toute union hors des structures partisanes et, dès lors, de ce « diviser pour mieux régner » cher à la caste dominante.


    • Ariane Walter Ariane Walter 2 octobre 2012 12:42

      n’importe quoi.
      le seul et unique pb c’est que 4 millions d’électeurs votent pour le FDG quand 11% votent FN.
      Et que la France est une vieille dame de droite qui a peur quand elle sort dans la rue.
      1 personne sur mille en France sait ce qu’est le TSCG. Et encore.

      Et que les deux seules possibilités d’élection quand on vote c’est NWOgauche ou NWOdroite.
       
      Ah ! le piège est bien construit.


    • Jean Moshé Abdul Von Yamamoto 2 octobre 2012 19:56

      y a t’il une ambiguité sur le fait que Mélanchon,après avoir été lambertiste est allé au PS pour voir si la galette était pas meilleure pour constater par dépit que ben non...d’où son retour vers une « gauche » plus « révolutionnaire »,voire bolivarienne...c’est simplement obscène de prétendre pouvoir être ,révolutionnaire,puis réformiste,puis à nouveau révolutionnaire...
      une révolution,au sens littéral,c’est quelque chose qui tourne,ou qui se retourne...un peu comme la veste de Mélange chichon...mère père même mère...il ne croyait pas si bien dire en bramant Que se vayan todos...il s’est juste oublié dans le lot,lui pourtant qui ne dépareille pas la collection d’escrocs et de charlatans dont ils fait quand même partie...


    • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2012 07:08

      ca va ta pris ton pied. ta dibite ton saut de qualificatif tous plus pejoratif les uns que les autres..

      tu roulent pour qui ? pour la marine en faisant un effet scoop avec un pseudo a consonnance pas franchouiard...
      lamentable soumission !

    • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2012 07:12

      toujours la meme renguene conspirationniste... ta pas evoque la franmaconerie cette fois ci...


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 3 octobre 2012 08:10

      on dit pas renguène on dit  : lève ta gaine Berthe que j’ te tâte le bas ...


    • eric 3 octobre 2012 14:10

      « Une personne sur mille sait ce qu’est le traité. » Je confirme, c’est assez dire que sur les « 300 000 » qui ont manifesté dimanche, il n’y en a pas un quart qui savaient pourquoi ils étaient là.....


    • frugeky 2 octobre 2012 09:18

      Le débat se situe, pour vous, au niveau de la ligne politique du Front de gauche et pas de la ligne politique de ceux qui soutiennent le traité (UMP-PS-MODEM) et qui ne justifient leur choix que par la réduction de la dette publique alors que c’est en large part une dette privée.

      Outre la longueur du texte, le propos est confus et semble critiquer également le traité mais s’en prend à ceux qui luttent contre au prétexte qu’ils sont favorables à une autre forme d’Europe qui obligerait à revenir sur certains des traités précédents.
      Moi je trouve que passer les frontières sans passeport ni visa est un plus quand on voyage (un peu) en Europe, avoir une monnaie commune qui évite le change aussi. Je ne suis pas contre l’Union européenne, je suis contre ce qu’en font nos hiérarques qui n’est pas pour les peuples mais pour les banques et à ceux qui s’y engraissent.
      Vous citez les amis de Cameron (des anglais qui DOIVENT sortir de l’Union) et en faites le rapprochement avec le Parti de Gauche alors que celui-ci n’est pas pour un affaiblissement des pouvoirs de l’Etat. C’est une malhonnêteté intellectuelle caractérisée.


      • jean-jacques rousseau 2 octobre 2012 10:05

        Désolé si la longueur de mon texte vous a dérangé. Mais j’ai fait une introduction courte et explicite et j’ai mis une image qui devrait vous plaire. Contentez vous de ça pour l’instant et méditez. Vous reviendrez dans quelques jours nous soumettre le fruit de votre réflexion...
        L’Union européenne est le moyen de lutter contre la souveraineté nationale, le seul levier réel d’action du peuple sur ses institutions, son économie, ses conditions de vie. Maintenant si vous vous contentez d’aller et venir de Berlin, Rome ou Paris sous la surveillance permanente de toutes les polices et de payer avec la même monnaie partout au milieu d’une misère grandissante. Sans vous rendre compte que ce sont là de maigres compensations pour l’abandon de votre liberté et de votre avenir... que puis-je vous dire de plus ?
        Non, je dis et je maintiens qu’il y a convergence entre Ultra-libéraux et Euro-fédéralistes sur le projet de réduction du périmètre d’action et des moyens de l’État. Et il n’y a là aucune malhonnêteté intellectuelle à dénoncer... Vous perdez votre temps. 


      • Ariane Walter Ariane Walter 2 octobre 2012 12:46

        Inutile de le prendre de haut : on écrit pour être lu ou on reste chez soi.
        Texte trop long, confus.
        Mais je ne vous l’aurai pas dit si vous n’aviez pas bavé sur votre lecteur précédent.
        On dirait plus que vous voulez plus qu’on ne comprenne rien à vos propos que l’inverse.
        C’est une tactique.

        Il faut se relire mille fois quand on a écrit. la moindre des politesses. cela prend bcp de temps.


      • jean-jacques rousseau 2 octobre 2012 13:25

        Quelle honneur ! La grande prêtresse du Mélenchonisme daigne me lancer quelques banalités.
        Je suis confus de bonheur...


      • tf1Goupie 2 octobre 2012 14:13

        Miss Walter elle a beaucoup de temps pour écrire ses billevesées totalitaires, bien enfouie dans son bunker.


      • jean-marc R jean-marc R 2 octobre 2012 16:53

        Prenez le comme honneur du vice à la vertu,
        ou
        comme une reconnaissance de l"insondable connerie dévote flétrie à vote intelligence

         smiley


      • Ariane Walter Ariane Walter 2 octobre 2012 19:28

        Bla-bla chez les libéraux...


      • Ariane Walter Ariane Walter 2 octobre 2012 19:30

        je signale quand même à Rousseau que mon pseudo n’est pas Mme de la fayette !!
        Mais je suppose que c’est un choix ironique.
        A moins que vous portiez des couches-culottes et que ce soit votre seul rapport avec JJ !!


      • logan 2 octobre 2012 20:57

        Le FDG n’est pas « euro fédéraliste » comme vous le prétendez.

        Si vous voulez absolument nous coller une étiquette, vous pouvez nous appeler alter européens, si vous voulez ...

        Les euro fédéralistes ou autrement appelés euro béats par nos soins sont plus à chercher du côté d’EELV ou du PS / UMP et de la horde de journalistes qui prennent bien soin de nous expliquer chaque jour la pensée unique.

        Nous défendons avec acharnement l’idée de la souveraineté du peuple, et en l’occurrence de la souveraineté de chaque peuple européen, nous sommes pour une europe de coopération entre les nations, nous ne sommes pas dutout pour une fédération. Certains issus du PS ou d’EELV ont pu l’être fut un temps, comme Mélenchon, mais ils ont vite compris que c’était une très mauvaise idée.

        Vous semblez en tout cas bien mal informé de ce que nous défendons. Peut-être devriez vous accepter le débat et diversifier vos sources d’information ... Vous traitez d’un sujet sans le connaître ... Du coup vous faites de nombreuses contre vérités.


      • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2012 07:29

        mais pour qui vous prenez vous, vous avez pris un peu de votre temps pour nous pondre une logore de 3 pages avec une moitie de poncifs sur jlm et le fdg. vous nous sorte votre ritournelle sur la souvrenete mere de toutes les solutions ! 

        espece d imposteur blogueur qui pretent pouvoir utiliser le pseudo jjr. vous avez pris vos compatriote pour une tribu de bizounours parceque bos eventuelles tentative literaire son rester infructueuse comme un talent d artiste soit disant en avance ou incompris ?!? cela denote surtout un ego centrisme dont vous tentez d affuble jlm en filigrane de votre these argumentaire. 

      • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2012 07:52

        et bel effet de manche que de comencer votre texte par le seul argument conforter par l avis d un specialiste reconnu. en citant le desacord de jacque sapir avec le fdg. puis apres a par votre these plus rien de reellement concret. du y a qu a faut qu ont....


      • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2012 08:00

        puis votre these sur la providentiel souvrete national, mais quelle farce ! 

        quelle est la difference quant a ce faire rouler dans la farine par des technocrate europeen ou francais ?!?
        votre souvrainete que vous tentez de nous vendre vous et vos petits copains n est qu une vaine tentative de recuperation de prerogative perdu pour de nouveau retablir une soumission du peuple vis a vis d elites familliales tomber en desuetude. pour redonner le gout de l effort du travail a ce peuple francais feignantise par ces gocho et europeiste a tendance droit de l hommiste ! imposteur !

      • jean-marc R jean-marc R 3 octobre 2012 09:29

        Ariane, précisez votre pensée (enfin, si il y a pensée, ce dont je « doute »... smiley ).

        Vous parlez des libéraux, des capitalistes, des gens de droate, des gens pas de la vraie goche, des gens majoritaires qui ont brisé leurs chaine et refusent de faire les cons le dimanche avec des DécalcoManies scotchés dans le cerveau par des carpettes collaborationnistes, ou des autres gens, ou du genre animal dans son ensemble, ou du règne végétal voire minéral soyons précis svp ?

        Soyez précise, un peu ! Dites nous de « qui » et de « quoi » vous parlez...  smiley


      • JL JL 3 octobre 2012 09:51

        Jean-Marc-R,

        celui dont le seul argument est l’insulte (lisez sa page auteur),

        a écrit ici : « Ariane, précisez votre pensée, enfin, si il y a pensée, ce dont je »doute«  (*) »

        est aussi celui qui a dit plus haut au sujet du post d’Ariane : " Prenez le comme honneur du vice à la vertu"

         smiley 

        (*) Pourquoi a-t-il écrit doute entre guillemets ? Mystère ! un hommage inconscient du vice à la vertu ?

         smiley  smiley  smiley


      • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2012 12:20

        mais de quelles chaine parles tu jean marc r, regarde t es pompes c est un boulet que tu y a d accroche et c est le boulet de ta soumission a l elite bourgeoise qui decidera toujours pour toi tant que tu acceptera une societe ee « classe » !

        la droate liberal capitaliste a la doctrine et volonte politique de resoumettre le peuple au gout de l effort d avan 1789 ! bande de pieds nickeles !

      • jean-marc R jean-marc R 3 octobre 2012 12:56

        Crétin de manipulateur, tu es bien comme ton maitre et ses chiens de garde,
        un crétin ET un manipulateur.

        249 commentaires
        j’ai posté tout de même je me suis rendu compte, pffffiiiiiiiiou  smiley
        J’aime assez bien par là, par exemple :
        http://www.agoravox.fr/auteur/jeanmarc-r?debut_bestof=160#pagination_bestof


      • jean-marc R jean-marc R 3 octobre 2012 12:57

        Par jean-marc R (xxx.xxx.xxx.65) 3 octobre 12:56
        s’adressait @JL


      • jean-marc R jean-marc R 3 octobre 2012 12:58

        Et au crétin resté scotché à et bêlant 71 aussi !

         smiley


      • JL JL 3 octobre 2012 14:47

        On est tous des crétins bêlant,

        jean-marc-r est le berger : bêêê !

         smiley


      • JL JL 3 octobre 2012 14:52

        jean-marc r,

        que 249 en 10 mois ?

        Moi j’en suis à près de 22 000 bêlements et 22 aboiements en bientôt six ans de présence ici !

         smiley


      • frugeky 2 octobre 2012 09:32

        J’ajoute que porter le débat sur la compétitivité est un faux débat lancé par ceux qui en ont le plus d’intérêts. Comme tous les médias d’importance portent sur la compétitivité, il n’est pas difficile de savoir à qui profite le crime.

        Il y eu, en France, des gains de productivité énormes au moment des 35h et de la réorganisation du travail ’en échange d’un blocages des salaires, d’ailleurs). La,compétitivité a augmenté, las accidents de travail aussi, et pourtant nous ne serons jamais aussi compétitifs que les chinois ou d’autres à moins d’avoir les mêmes conditions de travail.
        Qu’a comme intérêt le salarié européen d’augmenter sa compétitivité s’il n’a pas les moyens de vivre dignement ? A qui profiterait cette augmentation de la compétitivité ? A l’ouvrier, qui verrait son salaire baisser au profit des actionnaires ?
        Tout débat qui porte sur la compétitivité est un débat faussé par avance.

        • jean-jacques rousseau 2 octobre 2012 10:16

          Le durcissement des conditions de travail et les efforts de compétitivité qui ne profite jamais aux salariés vous le devez à qui, à quoi ?
          A l’Europe monétariste qui a imposé dans ses traités la liberté de circulation des marchandises et des capitaux. Ok ? Donc pourquoi n’allez vous pas aujourd’hui à Bruxelles ou à Frankfort pour demander à vos amis qu’ils vous donnent le droit de rétablir les droits de douanes et le controle des changes ? Et ainsi réduire le chômage et permettre l’amélioration des conditions de travail de ces pauvres ouvriers français qui n’attendent que ce bon geste de votre part ?


        • bigglop bigglop 2 octobre 2012 20:14

          Jacques Sapir fait une analyse sur les écarts de compétitivité essentiellement dûs à la mise en place d’un Euro monnaie unique et non monnaie commune qui ne pouvait réduire par le haut les écarts structurels économiques, fiscaux et sociaux aggravés par une politique d’un Euro fort.

          De plus, Sapir ne prend pas en compte la crise du système financier et bancaire mondial et par conséquent européen. Michel Barnier a reconnu que les sauvetages des banques européennes ont coûté 4500 mds € d’octobre 2009 à octobre 2011 sans rien résoudre.
          Les deux LTRO de la BCE ont permis aux systèmes bancaires espagnols et italiens de se charger de leur dette souveraine (baisse provisoire des taux) tout en les fragilisant. On en voit le résultat aujourd’hui.
          Le programme « Outright Monétary Transaction » de la BCE (analyse à compléter) offre une garantie de paiement aux banques, sur certains titres, tout en les laissant spéculer sur les dettes souveraines.

          Il faut sortir ducadre, cad mettre en place un défaut concerté de zone euro sur les dettes souveraines, interdire les paris sur les différences de prix....


        • 1871-paris 1871-paris 3 octobre 2012 12:37

          jjr vous un mystificateur croyez vous que nos probleme de condition de vie des travailleurs francais n est appapru qu avec l avennement de l europe ?!? 68 et ses mouvement sociaux ne compte pas pour vous ?

          c est sur vous idealisez tellement votre caste patronale francaise cela vous aveugle dans votre jugement a charge.

        • Gabriel Gabriel 2 octobre 2012 09:49

          C’est vrai que la politique actuelle c’est le bonheur des peuples, il y a qu’à demander aux grecs, au portugais, aux espagnols, aux italiens etc etc … Si vous vous complaisez dans ce grand mensonge parce que cela vous arrange, ne demandez pas à ceux qui souffrent et qui prennent cette fausse crise, programmée par vos amis les banquiers, en pleine face d’aimer les bourreaux qui les font crever. Entre la mafia actuelle et le F.D.G, pour une majorité qu’on réduit à la pauvreté et à l’esclavage, il n’y a pas photo ! Si vous n’arrivez pas à comprendre cela, à votre place je me ferai du souci quand à mon équilibre mental…


          • Henri Francillon Henri Francillon 2 octobre 2012 11:44

            Gabriel, ou le retour de Staline.
            Car c’est bien de malades mentaux que celui-ci traitait ceux qui osaient discuter sa parole divine.
            La solution est bien évidemment hors des partis politiques et de l’idolâtrie dont bénéficient leurs chefs, et tant que les partisans se comporteront comme des fans de football, haïssant par principe tout adversaire, il est clair que l’union populaire est impossible.
            Et c’est exactement le but de la caste qui a dépêché votre idole sur le front, sentant le vent de la révolte se lever..


          • Gabriel Gabriel 2 octobre 2012 12:08

            Encore une fois Monsieur Henri, entre lire et comprendre ce que l’on lit il y a une différence qui se nomme capacité de jugement dont vous semblez dépourvu. Il n’est pas fait ici l’idylle du dirigeant du FDG ni même du FDG, mais une explication de pourquoi certain personne se tourne vers cette alternative. Quant à votre réflexion : « Gabriel ou le retour de Staline » Elle est tellement conne qu’elle n’est même pas à commenter… Apprenez à réfléchir, après on pourra éventuellement dialoguer.


          • Acid World Acid World 2 octobre 2012 10:37

            L’éternel problème du FDG c’est qu’il est encore inféodé au PS, donc à l’Europe libérale. Lors de la campagne de JL Mélenchon, le Pôle de Renaissance Communiste en France avait interpellé le candidat sur la nécessité d’être clair à propos du traité et de l’euro. En vain. Niveau économique force est de constater que hormis la planification écologique, les bonnes idées étaient rares et la politique de l’autruche a prévalu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès