Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La laïcité, garantie de toutes les solidarités ?

La laïcité, garantie de toutes les solidarités ?

La commission Machelon fait des vagues. Sans revenir sur la question de fond - Etat et/ou République laïque ? - dont l’analyse déborde très largement de notre petit forum internaute ; jusqu’aux portes, probables, d’une VIe République : c’est dire notre incompétence en la matière - intéressons-nous à celle, plus formelle, des rapports financiers entre les institutions publiques et religieuses, en les intégrant au sein d’une réflexion élargie.

D’un strict point de vue laïque, qu’est-ce qui sépare réellement ces deux types d’entités ? La restriction préalable exclut d’emblée toute discussion métaphysique, situant la question dans le domaine des relations sociales ; pour simplifier : des solidarités. Simple et féconde, la démarche s’inscrit dans le cadre d’un « projet démocrate » - au sens le plus littéral de l’adjectif : relatif au pouvoir du peuple - projet démocrate, perçu comme un ensemble de relations vivantes, qui entend favoriser l’émergence de nouvelles solidarités, sans cesser de développer les plus anciennes. Constructions en réseau maximal, multipliant les liaisons, les interactions et inter-réactions, à l’image de l’activité probable de nos neurones...

Mais l’éventail des solidarités est vaste. A l’échelle d’un pays, il varie de la cellule familiale nucléaire au corps de l’État national, dans une élévation croissante d’impartialité civique. D’une manière ou d’une autre, en effet, tous les groupements internes à une nation défendent, entre ces deux pôles, un parti : mon quartier, ma profession, mes choix politiques, religieux, philosophiques, sportifs, les droits de l’Homme, la lutte contre le sida, etc. : autant d’associations à but non-lucratif ; mon commerce, mon entreprise, ma société anonyme, ma coopérative, etc. : associations diverses à but lucratif ; les unes et les autres formant la société civile. Théorique lieu suprême de l’impartialité, de l’égalité citoyenne et de la promotion des compétences, l’État l’est d’autant plus, dans la pratique, que s’outille cette société civile en moyens juridiques et économiques efficaces, clairement identifiés, assurant durablement son développement.

Intéressons-nous plus particulièrement au secteur des "solidarités à but non lucratif". On entre dans le domaine du " public partiel " ou " partial ", mu, non par la volonté d’une majorité nationale, mais par celle de minorités plurielles. Les liens de nature avec les structures de l’État sont, cependant, beaucoup plus forts qu’entre celui-ci et le secteur privé, et cette particularité se manifeste, dans les démocraties riches, par de puissants programmes de subventions publiques à ce type d’association, graduées en fonction de " l’intérêt public " qu’elles servent. Facilité remarquable des processus de légalisation, conditionnalité sévère des subventions, éprouvées à l’aune des résultats, telles sont, notamment en France, les caractéristiques essentielles de l’intervention de l’État en la matière.

La laïcité de l’Etat devrait-elle lui interdire de financer toute association à caractère religieux, philosophique ou politique ? Rien, semble-t-il, n’est vraiment très clair en ces occurrences. Les établissements d’enseignement chrétiens et juifs, sous contrat avec l’Etat, reçoivent des aides substantielles, on ne compte pas les sociétés philosophiques subventionnées, et les partis politiques, sitôt qu’ils atteignent à une certaine représentativité, sont désormais publiquement dotés. Devrait-on s’arrêter là, et élargir cette notion de représentativité, contrainte seulement à la législation d’une république non qualifiée, c’est-à-dire constitutionnellement reconnue de multiplicité d’opinions ? La question mérite d’être posée.

Un autre élément de réflexion réside dans la diversité, voire le flou, des différentes strates de l’Etat. On n’imagine guère celui-ci financer, directement, le PSG, l’OM ou l’OL. Mais il semble aller de soi que les « collectivités locales » concernées remplissent ce rôle. Certes, la question, en ce domaine sportif, se situe bien plus en termes de partialité que de laïcité. Mais on notera qu’en certains coins de la France profonde, les accointances entre la mairie et la paroisse sont encore si fortes qu’on a peine à distinguer, dans la trivialité du quotidien, cette fameuse loi de 1905, centenaire, tout de même... Faut-il s’en indigner ? Si le président de la République doit être celui de tous les Français, le maire de Trifouillis-Les-Oies a, quant à lui, une autre paix civile à administrer. En bafouant cette expression la plus directe de la démocratie, certains proviseurs de collège ont, a contrario, probablement plus travaillé à la fracture sociale que ne l’auraient désiré leurs plus nobles convictions idéologiques : le paradoxe est suffisamment éloquent pour inciter à de plus fines stratégies entre global et local. Notons, au passage, qu’à l’heure d’une Europe hérissée de particularismes, il ne serait pas vain de cogiter, en concertation détaillée, sur ce thème politique capital, des îles Hébrides à la Mer Noire...

Enfin, c’est du côté du monde musulman que l’on trouverait un des outils de financement les plus adaptés à la gestion des solidarités à but non-lucratif : le waqf, ou bien de main-morte. Sans développer, en ce présent article, toute la plasticité du concept - j’y viendrai en d’autres occasions - disons simplement qu’il s’agit d’une immobilisation à perpétuité d’un bien quelconque par son propriétaire, avec assignation de la jouissance du bien et de ses produits au profit d’un tiers et de sa descendance, ou, plus fréquemment, d’une œuvre sociale pérenne (hôpital, école, orphelinat, lieu de culte, etc.). Au Xe siècle, à Cordoue, hôpitaux et dispensaires, écoles publiques pour enfants pauvres, universités, etc., fonctionnaient en totale gratuité grâce à ce système (S.Hunke) ; six siècles plus tard, 20 % du budget ottoman lui sont alloués (R.Deguilhem) ; organisant une bonne part de la distribution des eaux au Caire (A.Raymond) ou à Alger (A.Hénia). C’est cette institution, incessible et inaliénable, qui permit, notamment et jusqu’au XXe siècle (au moins), le développement des communautés non-musulmanes en terres d’islam, contre vents et marées, variablement tolérants...

Dans plusieurs de ses versions modernes, le waqf agglomère différents donateurs au sein de conseils d’administration qui veillent à la bonne gestion des biens. Le pluriel distingue ici clairement les aspects actifs du waqf (exploitation agricole, commerciale, industrielle, boursière, etc.), de ses aspects passifs (hôpital, école, université, lieu de culte, etc.), réunissant diversement quatre groupes d’acteurs : l’Etat, garant de l’intégrité et de la pérennité du foncier, parfois de l’immobilier, plus rarement du mobilier ; les « capitalistes », privés ou associatifs ; les gestionnaires du (des) bien(s) ; les usagers, enfin, qui peuvent être, assez souvent, la composante majeure des deux précédents groupes, s’octroyant ainsi de fortes majorités au sein des conseils d’administration. Cependant, la présence de l’Etat, même discrète, demeure une garantie d’unité, d’intégration et de pérennité. Dans le cas des lieux de culte, dont l’histoire nous démontre l’inscription probable, avec le temps, au patrimoine national, une lecture laïque du phénomène devrait suffire à définir, très précisément et en concertation affinée, là encore, entre global et local, la frontière entre les sphères dites « publique » et « privée », qui passe, à l’évidence, en de telles situations. Autre sujet d’article, que je proposerai à votre réflexion, prochainement, si Dieu le veut.


Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • Marsupilami (---.---.44.214) 9 octobre 2006 17:12

    Blablabla islamiste d’occidental converti à l’Islam des Lumières de Nouachkott, une ville à la pointe du progrès. En plus ce spécialiste en corâneries est un fan de René Guénon. Un must en termes de laïcité et d’ouverture d’esprit. Un spécialiste de la takkiya (double langage islamique).


    • ibraluz 9 octobre 2006 18:36

      Et tu te plains, marsupial, de D.W. ? Tu évoques mon intérêt pour Guénon, c’est bien. Parle-nous maintenant de Guy Debord et des situationnistes, ça va devenir intéressant. Debout, père Grimoine, debout, père Grimoine, je te lis, ailleurs, moins bête que tu ne le prétends ici. Tu ne me convaincras donc pas de ton total aveuglement sur mon compte...


    • ibraluz 9 octobre 2006 19:14

      Bonjour, Wrisya, En aucun cas, le waqf ne peut être obligatoire. Il procède d’une décision personnelle librement consentie. Il faudra, très certainement, que j’explique plus en détail cette institution. Disons pour l’instant ceci :

      Le propriétaire d’un bien waqf (ou haboussé), s’il ne peut plus vendre, donner en héritage, etc., son bien, en demeure cependant le propriétaire, et, à ce titre, en organise les modalités de gestion, et d’attribution du fruit. C’est lui, en particulier, qui nomme le gestionnaire (en arabe : al nazirou), et les allocataires.

      Lorsque plusieurs propriétaires conjuguent leurs dotations pour former un waqf spécifique - et ce serait le cas, justement, pour les financements de lieux de culte - ils forment deux conseils d’administration. L’un gérant les entreprises pourvoyeuses en fonds, l’autre, le lieu de culte utilisant ces fonds.

      En chacun de ces conseils, les équilibres entre l’Etat, les institutions religieuses locales, nationales ou internationales, les capitaux privés, dépend de multiples facteurs variables, dont les nécessaires intégrité nationale et laïcité de l’Etat ne sont pas les moindres.

      J’ai utilisé, à dessein, le mot « religieux », signifiant par là que le concept est utilisable pour toutes les confessions. Dans un prochain article, j’envisagerai même le dépassement du terme « religieux » par celui de « solidarités », à mon sens, infiniment plus lisibles, d’un point de vue laïc, et susceptibles d’un traitement plus serein au sein de la sphère associative...

      Bien à vous, et bon courage en ce mois béni. Ici, cette année, c’est très chaud...


    • Cochonouh Cochonouh 9 octobre 2006 18:19

      Moi je suis d’accord pour qu’on entretienne la vieille église de mon village avec les fonds de l’état parce que si elle s’écroule, il faudra trouver un autre nom à la « Place de l’Église ». (Jean-Paul II ?)

      Mais je suis absolument contre la construction d’un temple pour les Adorateurs de l’Oignon ou d’une mosquée wahhabite.


      • wrisya (---.---.1.82) 9 octobre 2006 18:31

        Bonjour Ibraluz,

        Dans ce cas, ce que vous proposez comme financement de lieux de culte muslim c’est d’une part le waqf : ce serait une sorte d’impôt obligatoire sur bien immobilier d’un particulier ? Est-ce que les muslims ont le choix de dire non ou bien s’agit-il d’une sorte de prélèvement légal d’un bien qui au fond appartiendrait dans l’absolu non plus au patrimoine familial mais à une Umma ?

        Et d’autre part, une participation de l’Etat mais à hauteur égalitaire avec les autres religions ou plutôt en terme de proportion de croyants d’une telle ou telle religion ?

        Un bon ramadan à vous.

        Cdt


        • Patrick Adam Patrick Adam 9 octobre 2006 18:50

          @ wrysia

          Le waqf ne s’adresse en fait qu’à la communauté musulmane. Il faut connaître l’état déplorable dans lequel était tenu la communauté juive au Maroc avant l’arrivée des Français. Le sultan s’appuyait sur quelques familles, nottament au moment de la création de la cité d’Essaouria telle que nous la connaissons. Il n’y a pas plus de solidarité dans la montagne entre les différentes tribus berbères. même le système de left (confédération de tribus) et sujet à relativisme en fonction des intérêts sectoriales et momentanés.

          A aucun moment, la société marocaine n’a développé de solidarité institutionnalisée, puisque toute relation sociale est régie par la mosquée. Il n’y a donc aucne délégation à des formes « civiles » de la société. L’occupation turque en algérie et au Maroc a généré d’autres comportements. Basée sur une occupation (une colonisation) de type militaire et non religieux, l’administration turque gérait les rapports entre les communautés d’un point de vue qu’on pourrait désigner sous le terme de « laïque », mais bien évidement en le resituant dans le contexte de l’époque et pas tel que nous le concevons aujourd’hui.

          Bien à toi. Patrick adam


          • wrisya (---.---.1.82) 9 octobre 2006 19:06

            Merci pour ces précisions, j’attendais que l’auteur m’explique mais peut-être est-il occupé...

            Le waqf est-ce que c’est aussi sur cette base que les Marocains étaient invités obligatoirement à financer la Mosquée du Roi Hassan II ?

            Naïma (une amie marocaine) m’a affirmé que lors de sa construction, toute la population pauvre comme aisée était sommée de participer à la construction de cette gigantesque mosquée : les gens payaient automatiquement par prélèvement ou autre une somme destinée au fondement de la mosquée. Est-ce sur cette base de « waqf » que le lieu était construit ?

            Cdt


            • ibraluz 9 octobre 2006 19:28

              à Wrysia J’ai réagis plus haut à votre intervention. Pour couper court à toutes les manipulations historiques, qui tentent, d’emblée, de court-circuiter le débat, voici la liste de quelques ouvrages qui font autorité, en France, sur la question. Ai plisir de vous lire,

              Beaugé G. Les capitaux de l’islam CNRS Paris 1990

              Bilici F. Le waqf dans le monde musulman contemporain IFEA Istanbul 1994

              Deguilhem R. Le waqf dans l’espace islamique, outil de pouvoir socio-politique IFD Damas 1995

              Deguilhem R., Hénia A. Les fondations pieuses en Méditerranée, enjeux de société [...] Awqafs Koweït 2004

              Raymond A. Grandes villes arabes à l’époque ottomane Sindbad Paris 1985

              NOTE : IFEA : institut français d’études anatoliennes IFD : institut français de damas


            • ibraluz 9 octobre 2006 20:57

              à Patrick

              Bonjour. Essayons, Patrick, de fonctionner sur des bases correctes. Le waqf est une très vieille institution, certainement antéislamique, mais surtout développée dans l’espace musulman, longtemps à l’usage du moindre citoyen, musulman ou non ; souvent, cependant, utilisée à des fins très éloignées de sa nature humanitaire, les hommes sont ce qu’ils sont, partout, sous toutes les latitudes, toutes les religions et les non-religions...

              Ce n’est véritablement qu’au cours du siècle dernier que la plupart des Etats dits musulmans ont entrepris une vaste opération de contrôle de cet outil sensible, en ce qu’il touche le concept même de propriété. Le Maroc est un exemple assez significatif de cette tendance, avec le développement colossal d’un super ministère des habous, qui entend chapeauter l’ensemble des activités relatives au waqf...

              Mais le point de vue que je développe ne s’inscrit absolument dans cette perspective. Il pose tout d’abord une réalité politique française contemporaine qui doit assumer différents paramètres, tout à fait originaux dans leur agencement. Il étudie ensuite les possibilités d’un système d’une très grande souplesse, utilisable du plus local au plus global, et c’est cette plasticité qui m’intéresse et qui devrait, normalement, vous intéresser, si j’en juge les quelques indications glanées au cours de vos articles...

              Nous pouvons fort bien en discuter en termes dynamiques, tournés vers le présent et l’avenir, loin de stériles querelles idéologiques. Reposez-vous, avec Marsu et consorts, la question de ma présence sur Agoravox : il s’agit peut-être de mettre en évidence, au delà des apparences trompeuses, une pensée commune, ou deux, susceptible d’ouvrir des pistes radicalement nouvelles dans une situation apparemment bouchée. C’est tout le bien que je nous souhaite, en toute fraternité française...


              • Pierre (---.---.129.105) 10 octobre 2006 11:29

                Un internaute écrit : << Moi je suis d’accord pour qu’on entretienne la vieille église de mon village avec les fonds de l’état parce que si elle s’écroule, il faudra trouver un autre nom à la « Place de l’Église ». (Jean-Paul II ?) Mais je suis absolument contre la construction d’un temple pour les Adorateurs de l’Oignon ou d’une mosquée wahhabite. >>

                Voila, sans qu’il s’en aperçoive sans doute, que ce monsieur donne une excellnte définition de la « laïcité à la française » : un texte (la loi de 1905) appliquée à géométrie variable. La France est tout sauf un état impartial en matière de religion, tant dans la forme que dans le fond, profitant en premier lieu à l’Eglise catholique romaine qui bénéficie d’aménagements dont bénéficient aucune autre confession en France. Pourquoi pas ? Une majorité de français sont caholiques romains ! Mais il faut l’assumer jusqu’au bout, ce qui est loin d’être le cas. Le résultat est que personne ne juge critiquable que le maire de tel commune finance les réparations de telle église, alors qu’il s’opposera à la construction d’un temple ou d’une mosquée. Le trou est béan entre laïcité et réalité de son apllication, fantasme idéologique permanent.


                • levoisin (---.---.0.137) 12 octobre 2006 08:51

                  Il semblerait que vous ayez occulté non intentionnellement le fait que la loi de 1905 repose sur un contrat entre l’Etat et l’Eglise. L’Eglise a cédé la nu-propriété de ses bâtiments de culte mais en a conservé l’usufruit, tout en acceptant de ne plus être religion d’Etat.

                  En conséquence, en tant que propriétaire, l’Etat est obligé de maintenir en bon état les églises, cathédrales, etc. Cela peut apparaître comme une subvention déguisée (bien que cela ne le soit pas techniquement parlant), mais l’Etat, depuis la loi de 1905, ne peut plus subventionner aucune construction de bâtiments religieux (y compris ceux de l’Eglise).

                  Par contre, par souci d’équité, il devrait être possible d’autoriser la même chose pour d’autres religions. Une communauté religieuse construit un lieu de culte, puis cède à l’Etat la nu-propriété et en conserve l’usufruit sous réserve d’utiliser le lieu de culte à l’usage exclusif de la communauté qui doit d’ailleurs s’organiser en association. Evidemment, des cas de rupture doivent être envisagés (faillite et/ou dissolution de l’association, etc.)


                • Visiteur Indigène (---.---.180.214) 10 octobre 2006 20:25

                  Wrysia-françoise la « musulmane » rénégate, copine grave avec les plus patentés islamophobes de ce site. Bizarre cette intimité....triple langage assuré !!! Les loups qui se font agneaux...


                  • wrisya 10 octobre 2006 20:56

                    Toi qui te prétends muslim avec tout l’orgueil qui t’habite en ce mois sacré (j’ignore comment tu fais coïncider médisance, dhikr, haine, et foi en Allah mais tu dois n’y rien connaître)

                    Ais au moins la décence de ne pas polluer ce fil d’Ibraluz par ta mauvaiseté, s’il s’avère que tu as le moindre respect pour ce muslim là.

                    Continue de médires, ça restera à ta charge au Jugement Dernier.


                  • (---.---.87.64) 10 octobre 2006 23:21

                    Du calme, Wrisya, tu jeunes... Vois-tu le message positif dans le discours de DW ? Nous n’avons pas, je crois aussi, à rendre des comptes sur les excès de tel ou tel, et la présentation de notre point de vue, les uns et les autres, ne passent pas nécessairement par l’expression de nos répulsions. A l’occasion, sans doute ; mais systématiquement, c’est une autre affaire... Ecris-nous, si tu veux bien, encore et plutôt, ce qui éclaire ta vie, ce qui pourrait, incha Allahou, éclairer quelque obscure situation... Et prends le temps de quelques rakas quand la moutarde remonte des abîmes... oua salam


                  • ibraluz (---.---.87.64) 10 octobre 2006 23:39

                    Du calme, Wrisya, tu jeunes... Vois-tu le message positif dans le discours de DW ? Nous n’avons pas, je crois aussi, à rendre des comptes sur les excès, ou les faiblesses, de tel ou tel, et la présentation de notre point de vue, les uns et les autres, ne passent pas nécessairement par l’expression de nos répulsions. A l’occasion, sans doute ; mais systématiquement, c’est une autre affaire... Ecris-nous, si tu veux bien, encore et plutôt, ce qui éclaire ta vie, ce qui pourrait, incha Allahou, éclairer quelque obscure situation... Il n’en manque pas par ces temps révulsés... Et prends le temps de quelques rakas quand la moutarde remonte des abîmes... oua salam


                  • ibraluz (---.---.87.64) 10 octobre 2006 23:49

                    Sakamou aleyki, Aicha !

                    Soyez gentils, lachez-lui un peu la grappe, à Wrisya. Si tant est qu’elle est ce que vous croyez, jouez le jeu, en finesse... Dans le cas contraire, vous perdez une occasion d’alliance, objective peut-être, relative si vous préférez, en tous cas, utile par les temps qui courent...


                  • Aïcha Qandicha 11 octobre 2006 00:01

                    Ibraluz, je m’incline devant votre sagesse. Libre à tout un chacun de se comporter de la manière qui lui convient. Je m’étonnais juste que cette adepte du dikr sombre dans l’insulte contre des musulmans et islamophiles et fait le joli coeur à ceux qui traitent des pires infâmies notre Prophète. Mais, bon ! La nature humaine est si complexe que j’y perds mon arabia ! En tout les cas, je respecte votre position et me tiendrais à l’écrat des chemins obscurs...


                  • wrisya (---.---.231.251) 11 octobre 2006 07:12

                    Bonjour Ibraluz,

                    Je ne lis pas/plus leurs messages pleins de suffisance.

                    Navrée de ne pas te rejoindre sur ce point, mais je n’ai pas à me justifier devant ces gens-là que je me refuse à nommer : ils savent bien, je leur ai déjà parler mais leur haine gratuite est sans borne.

                    Ils se plaisent à déformer ce que tu dit, à te diaboliser soi-disant pour l’islam, soi-disant... C’est leur problème.

                    Ces gens là, je n’ai rien à voir avec eux et je continuerai à les ignorer, tellement incapables qu’ils sont avec leurs sacs pleins de cailloux prêts à te lapider soi-disant pour Dieu alors qu’en fait il ne s’agit que de leurs égo démesurés qui les étouffent.

                    Je n’ai rien à leur dire et je n’interviendrai pas ici avec eux ni ailleurs : c’est absolument hors de question. Leur mauvaiseté à mon égard est sans équivoque et ils sont malhonnête car si moi j’ai été plusieurs fois prête à engager une conversation de respect envers eux, avec tes « amis », eux ne le sont guère aussi je n’ai pas l’intention de redire ici mes intentions, j’ai assez perdu de temps.

                    P.S. : Tu fais bien de dire à cette... femme de me « lâcher ». Son islam consiste à t’inviter à aller te faire violer (te faire foutre) lorsque tu tentes une énième fois de prendre congé dans un « salam » apaisé. Je n’ai que faire de la laideur de telles paroles et celle qui les profère n’a certainement aucun conseil à donner. Certainement.

                    Tu m’appelles à la prudence surtout durant ce mois et je t’en remercie ; Mais que penses-tu de quelqu’un qui te dit d’aller te faire foutre lorsque tu lui dit « salam » ? Je n’ai rien à leur dire, aussi tu perds ton temps.

                    Ils veulent que toi aussi tu les rejoignes pour m’insulter à longueur de journée (ils n’ont que ça à faire). Cela m’importe peu au fond : ils sont ce qu’ils sont, et moi je suis ce que je suis et de là, je n’ai rien à faire avec eux, ni eux avec moi.

                    Ils haïssent par amour pour Dieu, et c’est leur problème. Pas le mien.


                  • wrisya (---.---.231.251) 11 octobre 2006 07:25

                    Au fait, juste une dernière précision.

                    Je sais que tu apprécies Ka : Pour ton information tes amis se sont également fait une joie de la prendre à parti en la traitant régulièrement d’idiote notamment ; Oh, moins d’insultes que pour moi puisqu’elle écrit moins fréquemment, mais de manière toute aussi gratuite.

                    La... femme se gardera bien de dire quoi que ce soit là dessus : elle ne peut désavouer ses comparses en se démarquant sur la question, mais elle ne dira rien non plus CONTRE eux pour la défendre.

                    Sur ce je te souhaite une agréable journée ramadanienne et incha Allah à une autre fois, dans un autre sujet... mais PAS avec eux.


                  • Aïcha Qandicha 10 octobre 2006 23:33

                    Demian, elle doit faire des dikrs sataniques car je n’ai jamais entendu une muslim aussi haineuse envers ses correligionnaires et aussi conciliante avec les pires des islamophobes. Il paraît que c’est une bonne méthode de prosélyte comme elle a déclaré elle-même. Moi, je ne veux convertir personne. Qu’ils me haïssent même, pourvu que je puisse exprimer en toute honnêteté ma voix.


                    • ibraluz (---.---.87.64) 10 octobre 2006 23:58

                      Il est tard, Demian, et je vous ai donné mon point de vue sur cette question un peu plus haut. On se retrouvera plus tard. Bonne nuit à tous.


                    • ibraluz (---.---.87.64) 11 octobre 2006 00:04

                      Travaillons sur les mots, DW, pas sur les hypothétiques intentions : dans les interstices des éventuels jeux de rôle, il y a fort à glaner, tiens, justement, pour en revenir à l’automne et mes nostalgies de giroles...


                    • wrisya (---.---.1.82) 11 octobre 2006 17:29

                      Bonjour Aïcha,

                      Avant que tu ne te mettes à m’insulter de nouveau prends la peine de me lire... et de bien me lire stp.

                      J’ai lu les posts d’Ibraluz qu’il vous a adressé aussi je pense qu’on peut avoir l’intelligence de cesser ces invectives, ne crois tu pas ? J’entreprends cette démarche de conciliation envers toi, comme tu as su le faire avec moi à un moment donné... qui a d’ailleurs tourné court, mais enfin.

                      D’une, je n’ai aucune haine ni envers toi ni envers qui que ce soit dans ce « site », ni envers tes amis. Mes propos traduisent un simple agacement à la lecture des votres, mais je n’ai nulle haine envers toi : je ne fais qu’exprimer mon point de vue qui ne rejoins pas le votre, mais je n’ai aucune attaque personnelle à ton encontre.

                      Ensuite, je sais que tu n’en as cure que ce soit le cas ou pas, mais étant donné que tu ne me connais pas, je veux te préciser que j’ai autant de respect pour toi en tant qu’être humain que pour n’importe qui. Et je suis d’autant plus disposée à en avoir à ton égard que tu es muslim : de là, c’est de ton agir que j’arriverai à me faire une idée plus précise de la profondeur ou de la bienséance de ce respect.

                      Je ne suis ni prosélyte, ni hypocrite, ni manipulatrice ou je ne sais quoi : tu ne peux prétendre à aucun moment que mes propos rejoignent ceux des détracteurs de l’islam, tu ne saurai lire dans aucun de mes posts qui leur soit adressé un quelconque rejet de ma religion et si c’est le cas, dans ce cas toi et tes deux amis êtes bien les seuls à voir de la duplicité, là où il n’y a que tentative de modération.

                      Tu sembles croire que je privilégies tes ennemis aux « muslims » parce que je leur parle avec amabilité alors que ce n’est nullement le cas (j’en aurai d’ailleurs autant à ton égard si tu l’avais voulu) : jusqu’à présent, je ne t’ai jamais critiqué avec eux pour se fendre la poire à ton sujet et n’ai aucunement participé à te dénigrer sous couvert « collectif » lorsque eux le faisaient d’ailleurs, lorsque Marsu m’a « mit en garde » je lui ai assuré qu’au contraire je te croyais, pour quelle raison aurais-je pensé que tu ne disais pas ce que tu pensais ?Donc je crois que mon silence à e sujet se passe de commentaire pour démontrer que je ne rejoins pas cette manière de procéder... Et cela, que ce soit dans un sens ou dans l’autre, c’est idem.

                      J’ignore si tu vas cordialement m’inviter à « aller me faire foutre » en plein ramadan, si tu estimes que je me paie ta tête (comme si j’avais que ça à faire) ou tu estimes que je mérite l’opprobre : à toi de voir.

                      Mon propos n’est nullement de discréditer les tiens lorsque tu tends à vouloir défendre ton islam d’une manière que je ne rejoins pas, et c’est mon droit d’estimer que tu ne rends pas service à l’islam en usant de violence et c’est ton droit d’estimer que je fais de même en m’y refusant.

                      Apparemment, refuser d’avoir une position tranchée sur les personnes à défaut d’accepter ce qu’ils disent, ce serait une preuve de duplicité selon toi et tes amis. Alors que si vous aviez pris la peine de me lire comme j’écris et non comme vous voulez l’interpréter, votre compréhension serait plus proche que la réalité.

                      Nous voilà à égalité. Je ne m’adresserai pas à tes potes, un seul à la fois me suffit amplement.

                      Alors toutes mes excuses si tu t’es sentie blessée ou insultée dans ton amour propre par mes propos qui nullement et à aucun moment ne s’attaquaient à ta personne, mais simplement à ce que tu pouvais dire. Mes excuses pour cela, mais pas pour être ce que je suis, pas pour le fait que je ne rejoigne pas votre façon d’agir, pas pour ma façon d’agir avec les non-muslims et pas pour ma sincérité réelle à ce propos.

                      Alors si tu arrives à passer outre ta haine ou ta profonde hostilité à mon égard : faisons en sorte de débattre sereinement à l’avenir et prenons l’engagement de ne pas/plus s’attaquer réciproquement. Je pense que tes potes vont peut-être rappliquer avec une intention autre que la mienne, si c le cas je ferai comme d’habitude : Rien.

                      Sinon, et que tu veuilles me dire d’aller me faire voir : j’aurai agit comme je le sens et n’aurai plus rien à te devoir, si tant est que je te devais qq chose mais ça c’est une autre histoire...

                      P.S. : Mes dikhrs n’ont rien de satanique. Ils m’invitent au calme et à ce ultime salam que je te propose, à toi de le rejeter ou d’y répondre.

                      Voilà, plus que ça cela m’est impossible.

                      Bien Cdt


                    • Aïcha Qandicha (---.---.214.211) 11 octobre 2006 19:14

                      Wrsyia, je te remercie de chercher à nouer le dialogue. D’abord, je n’use pas de violence. Je suis une personne entière, passionnée, spontanée, je ne fais rien dans la demi-mesure. Deux : mon cœur crois-moi ne connais pas la haine. Dans mon pays, il y a un proverbe qui dit en substance :passe à côté de l’eau qui gronde ; mais méfie-toi à côté de l’eau qui sommeille. En plus clair, je tonne, je râle, je peste, mais les gens qui me connaissent savent que j’ai un cœur en or. Je suis comme ça, excessive, ambivalente, franche, et c’est une de mes principales qualités même si elle en déboussole plus d’un. C’est peut-être ma façon à moi de marquer les esprits. Les temps ne sont plus à la mollesse : nous sommes constamment agressés par des racistes islamophobes de tout poils. Est-ce que je vais passer ma vie à me justifier ? Non, je leur balance mes vérités en face ; leurs propres travers à la gueule, leurs responsabilités propres dans le merdier mondial, il n y a que comme ça qu’on peut réveiller les consciences. Mais enfin, chacun sa méthode, chacun son tempérament. Je n’oblige personne à suivre mes pas, ni ne juge le comportement des uns ou des autres. Sur Agora, il y a une fille que tu connais , Ka, dont j’ai toujours apprécié la douceur et la fraîcheur, je sais qu’elle me fuit et qu’elle n’aime pas ma façon d’être, je ne lui en veux pas du tout. Toi, c’est différent, je me suis posée des questions sur toi depuis le départ, lorsque tu as commencé à argumenter avec Bulgroz qui venait de traiter notre Prophète de pédophile.. . Puis je te voyais systématiquement attirée par les mêmes racistes islamophobes du forum, Le marsupien, le singe de Smara et le Blggrzz innommable. Mais là, où j’ai eu de sérieux doutes c’est lorsque tu as laissé éclater ta colère à plusieurs reprises contre Demian, là je me suis mise à douter de ta sincérité. Quand on est pacifique on l’est avec Tous. Ça relève de la logique. Wrysiya, mon message est haché, j’ai 39 de fièvre, une grosse bronchite, j’ai été très touchée par ton message. Dans notre religion, il est dit clairement : « Inna ba’da danni ithmoun » accuser quelqu’un injustement est un grave péché. Je m’excuse si je me suis trompée sur ton compte. Et je crois que je msuis trompé, pour vérifier, j’ai été consulté un bon nombre de tes postes, Je ne saurais même pas trouver les mots pour te demander pardon de t’avoir mal-jugée, mais accepte quand même de remettre en question ton comportement avec Demian et à nouer un dialogue plus serein avec lui. Il s’excusera lorsqu’il reconnaître son erreur, induite par le fait que tu montre plus d’acharnement à défendre ta personne que ta religion. C’est là une observation relevée par certains d’entre nous. Ne le prends pas mal. Malgré les apparences, je n’aime pas les conflits, je suis une pacifiste convaincue, capable de donner mon repas à un passant... Je te présente encore une fois toutes mes excuses et de prier dans tes dikrs pour que Dieu nous guide tous vers la Bonne Voie...


                    • ibraluz 12 octobre 2006 05:01

                      A Wrisya et Aicha

                      Bravo et louange à ce qui vous guide vers le meilleur de vous-même ! Et lancez-vous, l’une et l’autre, dans la rédaction de vos propres articles : ce sera alors aux autres de réagir ou non. Actives, vous n’aurez plus à vous situer, en permanence, par rapport à vos éventuelles réactions...

                      C’est votre fidélité, d’abord, qui fait de vous des gens de foi. Oua salam et courage !


                    • wrisya (---.---.231.251) 12 octobre 2006 07:09

                      Bonjour Aïcha,

                      Je reviens vite fait sur « mon affaire » (! !!) : je n’ai laissé éclaté nulle colère à l’encontre de D.W. et Indigène puisque c’est d’eux qu’il s’agit, mais je leur ai mit les points sur les i concernant ma démarche et je crois qu’il faut rendre à César ce qui est à César : c’est normal que je leur réponde puisque leurs premiers échanges ont été injurieux et violents à mon encontre, donc il est évident que c’est eux qui ont provoqué cette situation : à aucun moment je n’ai attaqué qqun en raison de ce qu’il disait ou de son attitude, mais ce sont eux qui ont voulu que je sois contre eux ou avec eux et comme je ne résonne pas de manière binaire, ça leur a déplut et ils en conclut que j’étais ...

                      Je passerai sur les nombreuses injures que tout le monde a pu lire et qui ne correspondent pas, à mon sens, au comportement du muslim et ce surtout en période de ramadan.

                      Tu m’appelles à dialoguer avec eux, mais relis mes posts Aîcha : ma démarche a toujours été celle-ci, mais il arrive un moment où il s’agit simplement de se balancer des injures à la face et j’ai passé lâge. Et je crois qu’il faut faire preuve d’honnêteté et reconnaître que ce n’est pas moi qui pose pb dans ce cas.

                      Je comprends tout à fait ce tu dis à propos de ma façon de réagir lorsqu’il s’agit de moi et lorsqu’il s’agit de l’islam, mais comme tu l’expliques très bien nous avons des tempéraments différents ;

                      Je me refuse à provoquer des réactions de haine lorsqu’il s’agit de l’islam car c’est ma religion qui va en subir les conséquences, lorsqu’il s’agit de moi je peux plus facilement me « lâcher » car je n’ai cure de ce que l’on peut penser de ma personne. Donc tout dépend vois-tu de comment tu perçois les choses, et chacun réagis avec sa sincérité qui l’incombe, conditionné par son histoire personnelle et individuelle d’être humain.

                      Des personnes qui lancent une véritable croisade contre une autre simplement à cause de quoi au juste ? Réellement ? Sincèrement ? Il s’agit simplement de dire que l’accusée conçois une autre approche avec les non-muslims concernant l’islam, et cela te vaut toutes les injures et dénigrements possibles et là je ne suis pas d’accord : Tes amis nous ont violemment attaqués Ka et moi sans se baser sur rien de concret.

                      Des gens qui manipulent ce que tu dis, se font une joie de te harceler pendant plusieurs jours et ce bien après que tu ais cessé toute conversation, qui se permettent de polluer les posts que tu peux poser pour un dialogue avec d’autres afin justement de te faire haïr par ceux-là : je crois qu’il ne faut pas trop m’en demander non plus ; Je ne connais d’eux que ce qu’ils ont bien voulu me montrer et je n’irai pas m’excuser envers eux car je n’ai nulle dette à leur égard, ce qui est loin d’être leur cas.

                      Je préfère laisser du temps couler sous les ponts : s’ils cessent leurs invectives, peut-être qu’un dialogue pourra avoir lieu sereinement mais pas tant qu’ils font du harcèlement méprisant car je crois très difficile de discuter de quoi que ce soit avec des gens qui te dénigrent à longueur de post, t’injures et font tout pour te discréditer aux yeux des autres. Comment veux-tu dans ce cas discuter avec des gens qui à la base même te considère malhonnête et hypocrite ? C’est impossible.

                      Hier, ou plus avant je ne sais plus j’ai échangé quelques posts avec Marsu et j’ai bcp apprécié nos échanges. DW est venu aussitôt pour sans doute tenir des propos que j’imagine injurieux vu que je ne les lis plus, alors comment veux-tu dialoguer calmement dans ce cas ? Je crois que lorsque chacun dépose les armes et reconnaît ses torts, la discussion est possible mais pas avant.

                      Dans tous les cas, je te remercie pour ta réaction intelligente, de paix et de modestie, et j’espère vraiment sincèrement qu’il n’y aura plus de mauvaisetés entre nous et qu’on sera assez intelligentes pour ne plus tomber dans quelques pièges que ce soit.

                      Je te souhaite un très bon rétablissement et un bon courage pour te soigner très vite.

                      Salam


                    • wrisya (---.---.231.251) 12 octobre 2006 08:58

                      Alors n’attends rien de moi. RIEN DU TOUT.

                      Tu te discrédites tout seul et je ferai comme toujours : t’ignorer comme la pauvre personne inintéressante que tu es.


                    • Marsupilami (---.---.172.133) 12 octobre 2006 09:22

                      @ Wrysia

                      Salut . J’admire le calme et la patience avec lesquels tu réponds à cette bande de haineux et d’intolérants. Visiteur indigène, c’est un bloc de connerie pure. D.W., un mythomane intégral avec lequel aucun dialogue n’est possible : il ne sait que parasiter les discussions avec ses intrusions malsaines et manipulatrice. Quant à Aïcha, même si elle a le mérite d’une certaine sincérité irréfléchie et convulsive, ses outrances rendent impossible tout échange rationnel.

                      Ce qu’il y a de pire chez cette bande de malades mentaux, c’est qu’ils n’ont trouvé qu’une seule méprisable stratégie pour vous disqualifier, Ka et toi : vous faire passer pour de fausses musulmanes alors que le style et le fond de vos interventions ne laissent planer aucun doute sur la sincérité de votre foi. C’est là une très grande scélératesse, une infinie bassesse, une attitude abjecte qui démontre que ces chacals ne respectent personne. Bon courage.


                    • wrisya (---.---.231.251) 12 octobre 2006 09:53

                      Bonjour Marsupil Ami !!

                      Son attitude est proprement stupide, voire ridicule et n’engage que lui. A mon avis, l’Indigène va surement le rejoindre...

                      Il finit par devenir carrément indécent et de là je me dis que je n’ai certainement rien à faire avec un type comme lui qui ne reconnâit jamais ses torts : son orgueil doit trop l’éttouffer.

                      Je t’embrasse et te dit à bientôt, ailleurs sur des sujets plus pertinents et intéressants que Lost et sa bouée crevée.


                    • DEALBATA (---.---.166.140) 11 octobre 2006 15:42

                      @Ibraluz

                      j’ai lu que vous étiez une lecteur attentif de René Guénon, je suis aussi très attaché à sa vision métaphysique éclairante pour ne pas dire éblouissante qu’il a de l’univers. Son illumination intérieur devrait servir à bien plus de gens. Mais comme il le dit lui-même, nous sommes à la fin des temps ...

                      Salutations.


                      • In Eminenti (---.---.64.135) 11 octobre 2006 15:55

                        @de albata

                        ta finitude ne signifie pas la fin de l’humanité !


                      • Marsupilami (---.---.222.34) 11 octobre 2006 22:03

                        René Guénon a au moins le sinistre mérite de fédéder les intégristes de tous bords. Quelle bande de minables passéistes...


                      • Frodon (---.---.150.219) 11 octobre 2006 18:44

                        la « laïcité à la française » serait-elle encore ( et de plus en plus) conduite par un anti-clericalisme généralisé...En France, on a l’impression de tout mélanger..

                        Le gars qui prie tous les vendredi ,samedi ou dimanche ne me fait ni chaud ni froid, tant mieux si ça lui apporte quelque chose mais de là à proner le slogan « toutes les religions sont des sectes »...ça frole le ridicule.

                        On a souvent peur de ce que l’on connait pas...et la societé française ( les médias avant tout ) en premier n’y connaissent pas grand chose.

                        Vous avez vu un mariage pourri et vous vous dites que c’est celà la religion ? C’est de l’ignorance, et quand on ignore on devrait se taire...

                        « L’islam y sont méchants , les cathos y sont vieillots, les juifs y sont radins »...ça (re)devient triste ( Cf il y a 70 ans...).

                        Le citoyen comme vous qui fait sa prière tous les soirs n’est pas un danger pour votre conscience si précieuse...

                        Faut arreter de voir le mal partout dans les religions, c’est pas parce que les seuls images des attentats montrés à TF0 sont un beau plan d’une mosquée qu’il faut dire d’une nouvelle manière « amen »..

                        Dernière remarque, ceux qui s’insurgent que les Eglises des villages sont rénovés par l’Etat oublient les justifications.

                        Pratiquement tous les edifices religieux vieux de 50 ans ont été classés dans les monuments historiques. N’en déplaise aux athés anti-clericaux, celà fait partie du Patrimoine..si vous aimez le foot vous n’avez pas pleuré aux rénovations des stades ? ( C’est pourtant aujorud’hui ausi puissant que la religion catholique...)

                        Alors oui , les Eglises servent encore à la pratique religieuse et donc Oui , l’eglise en « profite »..mais il faut se dire aussi que si l’eglise ne servait plus, elle serait tout de même rénové...


                        • Petit 11 octobre 2006 21:37

                          C’est un peu fatiguant la pollution de commentaires par Damian et Cie. Je vise pas plus Damian que d’autres.

                          @Frodon En pratique les édifices religieux sont surdimensionnés, et certains non usité. Les Stades aussi ;)

                          @Auteur Tu ne veux pas t’étendre sur les waqfs mais tu peux le faire sur wikipédia à l’occasion http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Waqf&action=edit smiley

                          Sinon modifier la loi pour créer un statut juridique pour les waqfs, c’est un peu réinventer la roue, les associations Loi 1901 existent, les statuts sont assez libres et peuvent tout à fait recouvrir l’idée d’un waqf. De plus les associations 1901 offrent déjà les garanties quand au carractère non lucratif de celles-ci, ce qui correspond grosso-modo à l’esprit d’un waqf. Par ailleurs certaines associations évangélisatrices telle le secours catholique perçoivent des subventions, donc rien n’empêche (dans les textes) des associations islamiques d’en percevoir. Après les mentalités évolueront et les dons et dotations viendront.

                          Pour terminer sur la question du financement des associations cultuelles. Je n’aime pas que l’on considère que puisque qu’il y a fraude ou du moins une évasion légale, qu’il faille abandonner la loi ou la régle en question. C’est un aveu de faiblesse et finalement donner raison au fraudeur et tord aux honnêtes gens. C’est un argument très pernicieux que celui que tu donnes. Autre raison pour répondre à ton article, il est impossible d’avoir une neuralité de l’Etat dans le financement des cultes, pour des raisons purement matérielles, par qu’il est interdit de compter les fidèles en France (recensement en fonction de la religion interdit depuis le génocide juif). Mais aussi par ce que les athées, les agnostiques et les Déistes n’ont et finalement ne peuvent avoir de représentant officiel de leur non-religion qu’il faudrait par ailleurs financer ?... Il y a d’autres raisons mais elles ne répondent pas à ton article.


                          • Marsupilami (---.---.222.34) 11 octobre 2006 22:07

                            T’as pas compris ? L’auteur est un islamiste, point-barre.


                          • ibraluz 12 octobre 2006 04:50

                            Ais-je suggéré d’abandonner la loi de 1905 ? Dans un esprit de stricte laïcité de l’Etat - et SEULEMENT DE l’ETAT, pas de la république, qui est l’essence même de la pluralité d’opinions, ni d’une « sphère » publique, dont personne ne peut définir EXACTEMENT les limites - une église, une jama’a, un consistoire, etc. : ce sont des associations, point-barre, comme dirait mon clébard à gueule de blanche colombe.

                            J’écrirais, prochainement incha Allahou, un article plus conséquent sur le waqf. Je me suis abstenu de précisions dans le corps de celui-ci, par souci de concision. Salut et à la prochaine.


                          • Patrick Adam Patrick Adam 12 octobre 2006 09:28

                            @ Petit

                            Pourquoi se laisser entraîner sur des argumentaires que, sans doute, moins de 10% (et encore) de la population musulmane peut cerner ? Il n’y a aucun intérêt à disserter sur des propos de soi-disant « spécialistes ». La communauté musulmane se pose-t-elle de telles questions ? Le corpus le plus important de son questionnement passe (une fois de plus) autour du concept d’identification à travers des signes extérieurs et des rituels plus ou moins intimes. Tout le reste n’est que foutaise de gens qui tentent de noyer le poisson. L’auteur de cet article veut nous entraîner, par des voies détournées, sur le chemin de l’acceptation. Principe adopté par toutes les sectes qui font du prosélytisme ou qui, plus simplement, demandent la reconnaissance explicite de la société. La scientologie ne pratique pas autrement. Commencer à accepter de discuter du droit musulman, c’est mettre le doigt dans les mécanismes qui ont mené le Canada à la reconnaissance de la charia et c’est criminellement dangereux. Je continue de penser qu’il ne faut SURTOUT PAS se laisser entraîner sur ce terrain. Le droit musulman regarde les musulmans dans la pratique personnelle de leur relagion, la société française n’a pas à s’en mêler. Par contre, on peut, si on le souhaite, critiquer (au sens scientifique de ce terme) ce droit et son essence (donc essentiellement d’un point de vue historique) et s’intéresser à l’état de délabrement intellectuel et économique dans lequel il a mis toutes les sociétés qui s’en réclament.

                            Bien à vous. Patrick Adam


                            • Marsupilami (---.---.172.133) 12 octobre 2006 10:00

                              @ Patric Adam

                              « Je continue de penser qu’il ne faut SURTOUT PAS se laisser entraîner sur ce terrain. Le droit musulman regarde les musulmans dans la pratique personnelle de leur relagion, la société française n’a pas à s’en mêler ».

                              Tout à fait d’accord. Cet article de Daniel Pipes paru dans le New-York Sun du 10 octobre 2006 illustre parfaitement les dérives de ce genre de concession :

                              Pas d’alcool dans mon taxi !

                              Une affaire mineure affectant l’aéroport international de Minneapolis-St-Paul (MSP) pourrait avoir des implications majeures pour l’avenir de l’Islam aux États-Unis.

                              Depuis une dizaine d’années, certains chauffeurs de taxi desservant l’aéroport refusent de prendre des clients transportant visiblement de l’alcool, par exemple dans les sacs en plastique transparents des boutiques de l’aéroport. Cette attitude est dérivée de leur interprétation de l’interdiction coranique frappant l’alcool. Un chauffeur, Fuad Omar, s’en explique : « C’est notre religion. Nous pourrions être punis dans l’au-delà si nous acceptions [de transporter de l’alcool]. C’est une clause coranique. Cela vient du paradis. » Un autre chauffeur, Muhamed Mursal, lui fait écho : « C’est interdit dans l’Islam, de transporter de l’alcool. »

                              Le problème a émergé publiquement en 2000. Il arriva alors qu’un client transportant des bouteilles d’alcool se voie refuser successivement l’utilisation de 16 taxis, une expérience qui le laissa avec l’impression d’être un criminel, alors qu’il n’avait commis aucun délit. De leur côté, les 16 chauffeurs perdirent de l’argent. Pour reprendre les termes de Josh L. Dickey, d’Associated Press, lorsque des chauffeurs refusent une course pour une raison quelconque, « ils retournent faire la queue, trèèèès loin derrière. Avant le terminal, au bout d’une longue route de service, jusque dans un immense parking encombré de taxis, à Bloomington, où ils attendent plusieurs heures le prochain appel. »

                              Pour éviter cette situation pénible, les chauffeurs de taxi musulmans demandèrent à la Commission des aéroports métropolitains (Metropolitan Airports Commission, MAC) la permission de refuser des clients transportant de l’alcool, voire suspectés de transporter de l’alcool, sans être pour autant renvoyés en queue de file. La MAC rejeta la requête, craignant que les chauffeurs n’invoquent leur religion comme prétexte pour refuser des courses à faible distance.

                              Entre-temps, le nombre de chauffeurs de taxis musulmans a augmenté, au point qu’ils constitueraient les trois quarts des 900 taxis du MSP. En septembre 2006, les Musulmans refusèrent en moyenne trois courses par jour pour des raisons liées à l’alcool. Le porte-parole de l’aéroport, Patrick Hogan, explique que le phénomène s’est « lentement amplifié avec les années jusqu’à devenir un problème important de service à la clientèle ».

                              « Les voyageurs se sentent souvent surpris et insultés », déclara Hogan à USA Today.

                              Sur ce, la MAC proposa une solution pragmatique : les chauffeurs refusant de transporter de l’alcool recevraient une enseigne lumineuse d’une autre couleur à placer sur le toit de leur véhicule, signalant ainsi leur attitude à cet égard à tous les usagers. Du point de vue de l’aéroport, cette idée constitue un moyen judicieux et efficace de résoudre un problème agaçant - on évite ainsi que des passagers ne se sentent offensés et que des chauffeurs ne perdent trop de chiffre d’affaires. « Les autorités de l’aéroport n’ont pas pour mission d’interpréter des textes sacrés ou de dicter des choix religieux à qui que ce soit », souligne Hogan. « Notre objectif consiste simplement à assurer aux voyageurs un service de qualité [à l’aéroport]. » La proposition des deux enseignes lumineuses n’attend plus que l’approbation du comité consultatif des taxis de l’aéroport, si bien qu’il sera probablement mis en application à la fin de cette année.

                              Mais à un niveau sociétal, la solution proposée a des implications massives et inquiétantes. Par exemple : le projet des deux enseignes lumineuses a pour effet d’imposer la charia, la loi islamique, avec le consentement étatique, dans une banale transaction commerciale, au Minnesota. Une autorité gouvernementale approuve ainsi un signal indiquant qui respecte ou ne respecte pas la loi islamique.

                              Qu’en est-il des autres chauffeurs de taxis ? Dès lors, d’autres taxis de Minneapolis-St-Paul et d’ailleurs dans le pays pourraient fort bien exiger le même privilège. Les chauffeurs de bus pourraient leur emboîter le pas. Le système de transport entier pourrait ainsi se trouver divisé en fonction de l’observance islamique.

                              Et pourquoi se limiter à l’alcool ? Des chauffeurs de taxi musulmans de plusieurs pays refusent déjà les chiens d’aveugle dans leur voiture. On pourrait aussi voir apparaître des refus de transporter des femmes dont les bras ou la chevelure sont visibles, ou les homosexuels et les couples non mariés. En suivant cette logique, les taxis musulmans pourraient aussi refuser les hommes portant la kippa de même que les Hindous, les athéistes, les tenanciers de bars, les croupiers, les astrologues, les banquiers et les quarterbacks.

                              Pour fonder sa décision, la MAC a consulté la section du Minnesota de la Muslim American Society, une organisation que le Chicago Tribune a révélée être consacrée à la transformation des États-Unis en un pays placé sous la loi islamique. Par exemple, l’épouse d’un ex-directeur de l’organisation a expliqué que son but consistait à « instruire chacune et chacun sur l’Islam et à suivre les enseignements de l’Islam, dans l’espoir d’établir ainsi un État islamique ».

                              C’est justement la nature inoffensive de la solution des deux enseignes lumineuses qui la rend si insidieuse. Et c’est pourquoi la Commission des aéroports métropolitains devrait revenir sur cette décision déraisonnable.


                            • ibraluz (---.---.64.110) 12 octobre 2006 14:13

                              à Marsupilami

                              Oui, oui, il faut revoir cette histoire d’enseigne. Et par la même occasion, celle des commerces kasher, halal, des croix au sommet des églises, etc. etc. Au moins, aqueu voilà une définition simple, claire, sans équivoque, de la fameuse « sphère » publique dont on nous rebat les oreilles, sans jamais, bien évidemment, la définir... Marsu, au moins, se mouille. Sur lui et accessoirement, sur les autres, mais bon, on ne fait d’omelette, sans casser les oeufs, n’est-ce pas ! Viens, ma blanche colombe, je t’ai amené du pain pour tes bonnes oeuvres : roucoule, ma belle, comme tu sais si bien faire... A bientôt, ma chérie !


                            • Petit 12 octobre 2006 16:21

                              [quote] 1 Pourquoi se laisser entraîner sur des argumentaires que, sans doute, moins de 10% (et encore) de la population musulmane peut cerner ? 2 Il n’y a aucun intérêt à disserter sur des propos de soi-disant « spécialistes ». 3 La communauté musulmane se pose-t-elle de telles questions ? 4 Le corpus le plus important de son questionnement passe (une fois de plus) autour du concept d’identification à travers des signes extérieurs et des rituels plus ou moins intimes. Tout le reste n’est que foutaise de gens qui tentent de noyer le poisson. 5 L’auteur de cet article veut nous entraîner, par des voies détournées, sur le chemin de l’acceptation. 6 Principe adopté par toutes les sectes qui font du prosélytisme ou qui, plus simplement, demandent la reconnaissance explicite de la société. La scientologie ne pratique pas autrement. 7 Commencer à accepter de discuter du droit musulman, c’est mettre le doigt dans les mécanismes qui ont mené le Canada à la reconnaissance de la charia et c’est criminellement dangereux. 8 Je continue de penser qu’il ne faut SURTOUT PAS se laisser entraîner sur ce terrain. Le droit musulman regarde les musulmans dans la pratique personnelle de leur relagion, la société française n’a pas à s’en mêler. 9 Par contre, on peut, si on le souhaite, critiquer (au sens scientifique de ce terme) ce droit et son essence (donc essentiellement d’un point de vue historique) et s’intéresser à l’état de délabrement intellectuel et économique dans lequel il a mis toutes les sociétés qui s’en réclament.

                              Bien à vous. Patrick Adam [/quote]

                              1)D’ou sort ce chiffre de 10% ? La population musulmane ou la population musulmane française dont il s’agit ici ? Qui ne comprends pas ? Mon argumentaire ou le sien ?

                              2)Qui a parlé de spécialiste, pas moi.

                              3)En france oui un peu. Mais est-ce une raison pour ne pas répondre ?

                              4)Non démontré

                              5)L’acceptatoin de quoi ?

                              6)Il n’a pas de différence entre secte et religion que dans leur acceptation par les populations et les pouvoirs en place. Le prosélétisme est du prosélétisme, il n’est pas condamnable en soi. La seule chose que je vois ici est une basse attaque sur un « sectaire ».

                              7)Nous ne sommes pas au Canada, et ce qui a amené le Canada, ou d’autres pays à se faire entrainer dans un engrenage destructeur, c’est de donner un statut sacré à certains texte legislatifs qui n’ont pas à l’être, empêchant toute réforme pragmatique si nécessaire pour ne pas devoir prendre des mesures paradoxallement oppposée aux valeurs du dit pays.

                              En France brandir la laïcté pour tout et pour rien met en péril la laïcité plus qu’un débat sur les religions avec des religieux.

                              L’utilisation du terme crime est abusive à mon sens.

                              8)Mais elle le fait déjà avec toute les religions et qu’on le veuille ou non, à moins qu’une religion recoupe parfaitement la législation française il y aura des interférences.

                              9)On peut. Même si je pense que ce droit n’a pas tant que ça mis les société qui l’appliquent en délabrement que sa non reforme que la concurence avec un nouveau modèle l’a achevé.

                              Sinon je voulais pas te répondre à toi particulièrement mais j’atendais la réaction de l’auteur. Avec qui au final je ne suis pas d’accord.

                              @L’auteur Personnelement je t’invite à relire mon ancien commentaire et j’emets des doutes quand à ta capacité à avoir la capacité de réformer.

                              La seule chose qui me tilter et c’est suffisant, c’est que tu lis 1905 ou lieu de 1901. Mauvaise foi ou confusion. Dans les deux cas ta réponse est nulle et non avenue. Au meilleur des cas tu est myope, au pire tu es démagogue.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès