• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

CN46400

CN46400

L'immense majorité, qui travaille pour vivre, veut sécuriser son existence, l'infime minorité, qui vit du travail d'autrui, veut sécuriser ses profits. C'est la contradiction fondamentale du 21°siècle !

Tableau de bord

  • Premier article le 09/07/2013
  • Modérateur depuis le 14/03/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 14 3049 1138
1 mois 0 37 0
5 jours 0 3 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 62 45 17
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • CN46400 CN46400 22 mai 21:18

    Dans ma contrée les insoumis (sic) ont refusé l’entente avec le FdG pour les législatives au seul prétexte que celui-ci refusait la neutralité en cas de présence du FN au 2° tour (éventualité fort improbable chez nous). Les communistes ayant fait remarquer que des noms de communistes figurent sur les monuments au morts de pas mal de villes et villages, il leur a été répondu ; « vous êtes un parti du passé »...


  • CN46400 CN46400 21 mai 09:17

    @oscar fortin

    Le Vénézuela, comme tous les pays qui vivent de l’exportation de matières premières (combustible ou minerais), est victime du « syndrome hollandais ». Le niveau de vie de la population dépends surtout des cours mondiaux de ces produits. Très souvent les produits importés sont moins chers que ceux qui pourraient être produits sur place, qui, sur le marché intérieur, se trouvent délaissés. Souvent aussi, les contrats d’importation sont liés aux contrats d’exportation, ce qui apparente ce marché à du troc. La baisse, en valeur, des exportations se traduit par une baisse, en quantité, des importations.
     Avant Chavez, la baisse des cours du pétrole se traduisait par des baisses des importations qui se raréfiaient au détriment des pauvres. Depuis Chavez, les mécanismes mis en place pénalisent aussi les classes aisées de la société vénézuelienne, c’est l’alibi principal des manifestations bourgeoises des anti-Maduro.
     Pour créer une industrie, et une agriculture, compétitive au Vénézuela, il faudra subventionner fortement les investissements, industriels et agricoles, des entreprises, toujours privées, qui devront payer la force de travail au dessus des subventions actuelles, d’où un danger puissant d’aggravation de la corruption.
     Voilà dans quelle conditions économiques, les chavistes doivent gérer actuellement le pays. L’opposition ne peut qu’espérer régler les pbs qu’en les transférant, comme avant Chavez, de la petite bourgeoisie sur les pauvres.


  • CN46400 CN46400 20 mai 07:58

    @pallas
    Depuis qu’il existe le capitalisme vit sur l’exode rural. Comme dans les pays développés, l’agriculture n’emploie plus qu’un minimum de prolos (300 000 exploitations aujourdh’ui contre 4 millions en 1950), il faut donc aller en chercher plus loin.....Et toujours le même but, faire, par la concurrence, baisser le prix de la force de travail !


  • CN46400 CN46400 17 mai 07:30

    @Alren

    Ouais, un article sur Fatima sans parler de politique, fallait le faire, l’auteur l’a fait. A l’époque l’église avait encore assez de pouvoir pour abuser les 90% d’illettrés portuguais avec des apparitions surnaturelles ; maintenant , avec BFMTV, c’est plus possible, alors on « canonise »...


  • CN46400 CN46400 16 mai 06:12

    Ce n’est pas Mélenchon qui a perdu, c’est la gauche ! Elle aurait pu gagner si elle avait pu organiser en amont une entente anti-loi El khomri, Frondeurs-écolos - FdG. mais il fallait s’asseoir sur les ambitions perso et quelques égos....

    En définitive, une fois encore, c’est la bourgeoisie qui ramasse une mise qui était à la portée des prolos. Et c’est eux, pas Mélenchon, ni Hamont, qui vont payer l’addition !







Palmarès