• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Gandalf

Gandalf

Economiquement liberal-communiste, politiquement anarchiste (à défaut de politique décente)

Tableau de bord

  • Premier article le 02/08/2006
  • Modérateur depuis le 12/09/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 20 3045 594
1 mois 0 34 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 57 52 5
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Gandalf Gandalf 18 mai 22:22

    @olivier cabanel


    Même du temps de la Rome antique, les prétoriens faisaient la loi en leur faveur contre les esclaves, Cabanel. Les Gracques ont essayé d’équilibrer un peu, et cela s’est retourné contre eux.

  • Gandalf Gandalf 18 mai 20:49

    @Hum


    Et, étant breton, je ne te parle pas de ce que j’ai dans le dos, les US. C’est 20 fois pire qu’en France.
    Alors, venir faire le procès du capitaliste (excepté le secteur de la défense tout acquis au néocolonialisme depuis la bombinette) matin et soir, je trouve cela un peu tatillon.

  • Gandalf Gandalf 18 mai 20:46

    @Hervé Hum


    Je t’avouerais que, en société, j’ai opté depuis longtemps pour une posture anarchiste (eq libertaire à priori), à savoir que je préfère résoudre mes relations sociétales sans avoir à faire appel à un état strictement inefficace dans ce domaine.

    Il s’agit donc de ne pas nuire, et même d’anticiper la réaction nuisible d’autrui pour ne pas rentrer en conflit avec lui, et ne pas avoir à faire appel à un service d’ordre tout acquis au chiffre d’affaires des procès verbaux et des patrons du Cac 40 (pas tous, c’est vrai).

    Mais je t’avouerais que, étant entouré de militaires, de militaires à la retraite, ou de femmes de militaires, tous acquis au pouvoir d’achat que procure la protection d’une voyoucratie, j’ai les nerfs régulièrement un peu chahutés.

  • Gandalf Gandalf 18 mai 20:20

    @Hervé Hum :


    « Et si on part de la définition comme quoi la liberté réside dans la non contrainte de corps et d’esprit par une tierce personne, mais que la vie en société ne peut exister que si ses membres acceptent de se soumettre à des règles communes, alors, on se retrouve face à une contradiction ! »

    Pas forcément. Je suis entièrement d’accord avec les conditions de l’exercice de la liberté que vous soumettez, alors qu’en France, l’on peut constater que la conscience s’achète contre salaire, surtout dans le milieu journalistique que j’ai pu observer.
    Quande on entend qu’un patron préfère un père de famille à un célibataire car il est à charge, cela participe du même constat.

    Les règles communes, dans ce contexte, sont établies pour ne pas enfreindre la liberté d’autrui (et par extension sa vie).

    Nous prendrons Locke. Il reconnaissait le droit de propriété pour la famille et la subsistance (propriété d’usage dans notre référentiel), propriété de son propres corps (donc anti-esclavage, mais il s’est contredit sur le sujet, en se basant sur la race) et droit de propriété si elle est travaillée (donc droit supérieur du colon européen sur les vastes plaines de l’amérindien).
    Pour résumer Locke : « Chaque homme est donc le seul propriétaire de sa personne, de sa vie, de sa liberté et de ses biens. »

    De toute façon, le profit étant la prérogative de l’entrepreneur pour perdurer dans le temps (contrairement à l’état), car vous n’avez pas démontré comment par l’équilibre de l’échange, vous pourriez lui assurer un bilan nul chaque année, lui interdire cela (sans parler que la motivation est souvent le profit, l’interdire est démotivant), et l’on risque très vite de retrouver tout les outils de production dans un état de délabrement soviétique.
    En l’état, le mieux serait encore d’inciter à la responsabilité que vous appelez de vos voeux.

    « Or, la première des règles qui s’impose d’elle même à toute personne vivant en société, c’est la règle de l’équité, qui veut que chacun reçoive selon son mérite personne et non qu’il reçoit moins ou plus. Cette règle est la première de toutes, car personne ne peut s’y opposer sans faire la preuve de sa propre volonté de soumettre autrui à son propre intérêt, sans considération de celui d’autrui.Donc, d’’être anti libertaire. »

    En même temps, je suis d’accord avec votre définition de l’équité basée sur le mérite. Mais comprenez que si votre raisonnement abstrait est extrêmement juste, il est hors de portée d’une application concrète. Comprenez, la légion d’honneur à tel prince saoudien, autant voir que le mérite est très vite biaisé.


  • Gandalf Gandalf 18 mai 19:26

    @UnLorrain


    Il faut comprendre que le corporatisme est un protectionisme intérieur.
    Il ne respecte pas l’égalité de droit, pas plus que la mondialisation, pas plus que notre état, surtout quand il est affidé à Bruxelles, qui ne respecte pas la séparation des pouvoirs, base du libéralisme politique (cf Montesquieu).

    Mais je ne reconnais plus la pertinence du libéralisme dans le cas d’infrastructures ou d’économie de réseaux (situation de monopoles) : RFF, RTE, etc.

    @Cabanel
    N’oublions pas que c’est Voltaire, suite à un duel avec un sang bleu, qui fut exilé en Angleterre (celle des Guillaume d’Orange, stathouders des Provinces-Unies puis rois d’Angleterre), et ébloui par la société ouverte anglaise, transposa cela à la France, alors que Louis XIV s’était cassé les dents à essayer de conquérir le siècle précédent ces provinces riches. L’éditeur de Voltaire était hollandais, il ne pouvait être français.

    Si, ce Voltaire qui spéculait sur les ventes d’armes (clin d’oeil à Hum) alors que Louis XV était en guerre contre les anglais aux Amériques pour financer son train de vie et l’activité de Ferney



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Création de valeur en échange de création monétaire
  2. D’une bi-monnaie




Palmarès