• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Atom Heart Fucker (saison 2) : l’incroyable projet Gasbuggy

Atom Heart Fucker (saison 2) : l’incroyable projet Gasbuggy

Le dossier sur les forages dans le Golfe du Mexique m’a amené bien entendu à ressortir de la documentation. C’est la loi du sport journalistique, celle qui vous oblige, une fois l’élément cherché trouvé, à ranger à nouveau votre bibliothèque, car les 3/4 de ce que j’utilise provient de magazines et non de livres. C’est donc sportif, quoi. Au bout d’une semaine de recherches, mon bureau se retrouve envahi, sans compter les morceaux d’ordinateurs à inspecter ou les documents techniques à lire. Et comme d’habitude, pendant le rangement, d’autres découvertes sont apparues. Cette fois-ci, c’est à nouveau à propos d’un forage, mais sur la terre ferme, avec un derrick et un trépan tout ce qu’il y a de plus classique. Mais avec au bout, une surprise. Une de ces horreurs cachées dont les USA ont été friands, tout autant que les soviétiques avec leurs incroyables cimetières à sous-marins nucléaires (les américains ne faisant guère mieux...). Non, ce que j’ai trouvé n’a rien de reluisant. C’est aujourd’hui une simple plaque et un simple panneau, avec autour pas mal de racontars, mêlant des histoires de petits hommes verts (gris, dit-on là-bas). Voici l’histoire de l’incroyable projet Gasbuggy, donc. Une monstruosité de plus, longtemps restée cachée au grand public. Cela se passait en 1967, au Nouveau-Mexique, à Farmington, aux Etats-Unis, alors en pleine vague « hippie », en plein « Summer of Love »... cette année-là aussi, les USA détenaient pas moins de 31 255 ogives nucléaires sur leur territoire. Un été de folie !

 Extérieurement, aujourd’hui, à l’endroit de l’expérimentation, il ne reste qu’une plaque, indiquant tout d’abord qu’il s’agissait de "la première expérimentation portant sur la stimulation de réservoirs de gaz à faible débit. Une bombe de 29 kilotonnes a explosé sous cette surface à 4 227 feet (1288 m) de profondeur le 10 décembre 1967".... Comment était-on arrivé là et en quoi consistait le projet ? Il était né de la folie de scientifiques, et d’une pratique déjà au départ assez étrange des responsables de la gestion du gaz naturel aux Etats-Unis, qui employaient depuis déjà plusieurs années des réservoirs naturels, dans des cavités rocheuses. Ayant constaté une baisse progressive de la pression dans ces réservoirs souterrains, l’idée saugrenue leur était venue d’en augmenter la pression à grands coups d’explosifs, du TNT. Puis d’avoir une autre idée. "C’est en 1958 que la compagnie d’El Paso a eu l’idée d’utiliser quelque explosif plus puissant que le TNT ou les pressions hydrauliques pour augmenter la production de gaz. Ils sont entrés en contact avec l’A.E.C. (Energie atomique). Que pensaient les savants atomistes de l’utilisation de l’énergie nucléaire ? La réponse a été que ce projet était exactement dans la ligne du projet Plowshare, mis en oeuvre pour examiner les applications pacifiques de l’énergie atomique," nous dit Mécanique Populaire. Le TNT avec ce projet, ferait place à une bombe atomique ! A noter qu’on retrouve aujourd’hui El Paso... à forer en offshore, au large des côtes de Louisiane, dans le Golfe du Mexique... notamment sur la plateforme Rowan Bob Keller située sur la West Cameron 75 Project de Ridgewood Energy., 
 
Le projet Plowshare ("charrue") ? Voilà qui nous dit quelque chose en effet : ah oui, ces fameux délires d’utiliser des bombes atomiques pour des projets civils ! Le creusement d’un port, par exemple, grâce à cinq bombes seulement (deux grosses et trois petites !), ou même le gigantesque projet du doublement du Canal de Panama dans le Yucatan, à grands coups de bombes atomiques également ! Le premier était le projet Chariot, et devait avoir lieu en Alaska, à Cape Thompson. Tout était prêt, et surtout la propagande... assez incroyable : "à un prix moindre", conclut, ravi, le présentateur ! Au tableau noir, tout est prêt... même la musique hollywoodienne... et ses effets pompeux. On a même pensé à éditer des petits manuels ("booklets") aux autochtones pour les rassurer, en Eskimo on suppose : ..."le poisson dans et autour de Pacifique Proving Grounds n’a pas été rendu radioactif par les essais d’armes nucléaires et ... Il n’y a de danger pour personne à manger ce poisson, car les effets des essais d’armes nucléaires n’ont jamais fait nul part de mal à un peuple, et même les japonais gravement exposés ont tous récupéré de la maladie du rayonnement ... il n’y a pas d’effets secondaires". On peut le dire, c’est complètement mensonger, et l’utilisation des victimes de Nagasaki ou d’Hiroshima un procédé vraiment immonde ! On est bien en pleine propagande ! A Thulé, on le sait, ils feront de même.... le 21 janvier 1968. Aucun danger, aucune bombe d’égarée... : des mensonges. 
 
Cela avait commencé plus tôt avec le projet Gnome, le tir de test pour valider le concept établi dès 1958 mais retardé par la signature d’accords avec l’URSS. Un tir à Carlsbad, au Nouveau-Mexique, avec l’explosion d’une bombe de 3,1 kilotonnes seulement, dans une zone de mines de potasse, de champs de gaz et de pétrole. Un tir le 10 décembre 1961, sous un dôme de sel, matière censée être récupérée après (contaminée) par injection d’eau et pompage. Un projet complexe, avec creusement vertical à 361 m sous terre et d’une veine horizontale de 340 m de long, avec au bout la bombe. Selon les techniciens, la veine aurait dû se refermer d’elle-même lors de l’explosion : elle ne le fera pas, et les gaz chargés de radiations remonteront à l’air libre par le forage : premier essai, premier échec. Pour faire bonne figure on descend quelques semaines après un pauvre ouvrier vêtu de rouge et un photographe pour prendre une photo de la cavité créée. On ne sait pas ce qu’ils sont devenus après, reste la photo, assez impressionnante.
 
Avant de s’attaquer à l’Alaska, les ingénieurs US feront sauter tout d’abord une bombe de 104 kilotonnes le 6 juin 1962 à Yucca Flats, dans le Nevada, pour certifier le projet cette fois avec une plus lourde charge. Hélas, ils semblaient sur ce coup-là avoir été un peu trop présomptueux avec plus de 100 kilotonnes : si les 12 millions de m3 de terre furent bien retournés comme une crêpe, le nuage qui en suivit grimpa bien trop haut, à 12,000 ft (3,7 km d’altitude), et alla se répandre de l’autre côté des montagnes, sur toute la plaine du Mississippi ! "Sedan", le nom de l’explosion, restera dans l’histoire comme un des pires échecs d’explosion dite contrôlée : ce jour là, beaucoup trop de paramètres semblent avoir échappé aux techniciens, notamment la météo et la circulation du nuage radio-actif dégagé ! Les Docteurs Folamour étaient aux commandes ! La vidéo de la bulle de terre soulevée, du dôme de 90 m de haut formé, et des projections de terre est pourtant restée dans toutes les mémoires. A l’emplacement de la bombe, enfoncée à 194 m de profondeur seulement, subsiste aujourd’hui un gigantesque cratère de 390 m de diamètre formé par l’explosion, avec en prime le jour de l’expérimentation l’équivalent d’un tremblement de terre de 4,75 sur l’échelle de Richter. Pas de quoi ébranler pour autant la ferveur des savants atomistes US "la "bombe propre"avait produit si peu de radiations que les savants pouvaient, six mois plus tard, descendre sur un câble dans le cratère sans protection spéciale" indique en légende le magazine. Le même baratin, car c’en est un, que l’on a sorti aux irradiés français partis chercher le lendemain même de l’explosion des poussières radioactives sur les lieux mêmes.
 
Le second gros morceau du projet Plowshare était le creusement d’un double du canal de Panama car, comme le titre notre MP d’août 1964 (N°219) "avec la dynamite nucléaire, un fossé gigantesque ne pose pas de problèmes" !... l’enthousiasme ambiant était délirant : "la question n’est plus "peut-on le creuser" mais où, et "comment et quand allons-nous le creuser" signe S.Pursglove, une des grandes "signatures" à l’époque de MP. On proposait même de se faire la main avec un projet nommé "Carry-all", qui aurait consisté à tracer à l’explosif nucléaire une route et une voie ferrée à travers les montagnes Bristol de Californie ! Avec 22 charges, faisant 1 730 kilotonnes au total.
 
Cinq trajets furent examinés : via Tehuantapec (au Mexique) de 201 km, de Greytown à Salinas Bay, de 225 km, au Nicaragua, à San Blas (au Panama - 59 km de long), d’ Atrato à Truando ( en Colombie, pour 164 km) et Sasardi Morti (au Panama) avec 74 km. Pour les plus petits projets, 100 bombes auraient été utilisées et 250 pour les plus longs ! Le projet Saadi-Morti étant crédité de plus de 302 charges nucléaires à faire sauter, pour un total de 170 mégatonnes ! Coût estimé du dernier trajet : 500 millions de dollars de 1964, contre 5 milliards par creusement classique : les américains étaient prêts à contaminer tout le Yucatan pour faire des économies  ! "ceci grâce aux progrès réalisés dans le maniement de notre nouvelle pelle : l’atome", conclut le vaillant et enthousiaste journaliste.
 
Mais, fort heureusement, le projet de nouveau canal ne se fera pas : malgré le travail de fond intense des envoyés de la CIA avec les chefs d’état concernés, malgré les liens tissés avec les dictateurs tenus à bout de bras par l’aide américaine, aucun pays n’acceptera de signer des accords permettant à cette folie de se réaliser. Alors, les américains se retourneront sur eux-mêmes, en imaginant deux projets tout aussi fous : Gasbuggy et Rio Blanco, plus un troisième intermédiaire. Qui seront eux aussi trois échecs lamentables, aux conséquences pires encore que l’explosion ratée de Sedan.
 
Mécanique Populaire, organe de la propagande US (encore aujourd’hui, il faut lire leur dossier sur le WTC pour s’en convaincre !) résumait ainsi le projet : "il y a déjà longtemps, les géologues ont découvert que la quantité de gaz naturel extraite pouvait augmenter en faisant partir une explosion au fond d’un puits qui commençait à baisser. Cette explosion produit des fractures dans la roche et libère davantage de gaz. La poudre, la dynamite, le TNT, ont servi successivement on a pensé aussi que l’on pourrait produire des failles en envoyant des liquides à haute pression. Dans certains endroits les explosifs ordinaires et les pressions hydrauliques suffisent, mais malheureusement ce n’est pas le cas partout. Mais il y a des roches qui ne se laissent pas briser si facilement.Voilà pourquoi les explosifs nucléaires ont fait leur entrée. Les ingénieurs pensent que l’énorme explosion de Gasbuggy ferait deux choses d’un seul coup elle produirait des fractures plus grandes et plus nombreuses, et elle creuserait une énorme cavité qui servirait de réservoir pour le gaz naturel dégagé de la roche". Dans cette présentation, un mot cloche : c’est le verbe "penser". Car l’expérience de Gasbuggy, extrêmement dangereuse et risquée, au point de vue environnemental, va tourner au cauchemar, mais ça, je ne l’apprendrai que trente années plus tard. L’atome ne fonctionne pas à notre vitesse, c’est sûr, j’ai de la chance quand même dans ce cas d’avoir eu la réponse en temps...
 
Il n’empêche, dès 1964, donc, on s’active tout de suite pour le projet, en faisant appel à des pétroliers, ceux de la El Paso Natural Gas Company (qui possède une superbe histoire, lisible ici et dont la spécialité deviendra les pipelines), les seuls à être capables de descendre une bombe de cette taille à cette profondeur. "On a exécuté un vaste travail de préparation en créant le champ d’expériences de 64 hectares de Gasbuggy Park. Après de nombreuses études géologiques, on a percé deux trous préliminaires pour les essais des échantillons de sol tirés de ces trous ont montré à quelle profondeur et dans quel site il convenait de forer le trou définitif. Terminé dernièrement, ce trou de 47 centimètres de diamètre qui traverse une couche de grès imprégné de gaz de 50 mètres, attend sa puissante charge". Un peu moins de 50 cm de diamètre, ce qui donne une idée du degré de miniaturisation des bombes atomiques américaines : les accidents de Palomares (le 7 janvier 1966) et de Thulé (le 21 janvier 1968) le confirmant. Le modèle B-28 transporté dans les deux cas était une bombe au plutonium, faisant extérieurement 22 pouces (58 cm), pour une longueur variant entre 96 pouces (2,44 m) et 170 pouces (4,32 m), selon qu’elle était munie ou non d’un dispositif de freinage par parachute. A 47 cm de diamètre de forage, c’est la même, démunie de son enveloppe extérieure aérodynamique. Dans les deux cas de crash d’octoréacteurs B-52, on "scrappa" 1750 tonnes de terre et 10 500 tonnes de neige et on n’en parla plus. Pas de radioactivité, officiellement ! Circulez, il n’y a rien à voir !
 
A Farmington, tout est prêt donc, en théorie. Tout est déjà écrit avec une précision machiavélique sur les tablettes des ingénieurs : "Le jour J, l’explosion sera déclenchée par des signaux envoyés par un mécanisme automatique mis en route par des techniciens placés dans un camion à une distance de plus d’un kilomètre du point zéro. Moins d’un millionième de seconde après la détonation, la force gigantesque de l’explosion va vaporiser, fondre et broyer la roche environnante. En un dixième de seconde, une cavité sphérique de 50 à 70 mètres va se former. Les roches vaporisées et fondues vont former une sorte de laitier qui se rassemblera au fond de la cavité, se refroidira et redeviendra solide. La force de l’explosion va briser les roches autour de cette cavité sur une distance de 100 mètres environ de tous côtés. Au cours du refroidissement, quand la pression intérieure diminuera, le plafond va s’effondrer et agrandir la caverne pour en faire une sorte d’énorme cheminée cylindrique de 150 à 200 mètres de haut. Le gaz dégagé des roches fissurées va converger vers cet énorme réservoir. Plus tard, après quelques semaines ou quelques mois, après avoir pris des échantillons, après avoir exécuté de nombreux tests pour mesurer la radio-activité et les autres facteurs importants, on percera un nouveau puits pour atteindre le gaz du réservoir. Au fur et à mesure que ce gaz sera extrait, il en viendra d’autres des roches fissurées pour le remplacer". Superbe scénario. Que j’ai lu tel quel, donc, à 16 ans (l’ouvrage date de 1967, je vous le rappelle !), en y croyant dur comme fer, bien entendu. Mais rien ne marchera comme prévu, mais ça je ne l’apprendrai que bien plus tard vous-ai-je dit....
 
En me demandant quand même entretemps pourquoi avoir tenté autant le diable. C’était dit dès le début, pourtant : pour de basses considérations d’argent : ça revenait tout simplement moins cher qu’avec du TNT ! "Ce projet est coûteux, mais s’il est coûteux, c’est parce qu’il est le premier de son espèce. Un prototype coûte toujours cher. En fait, l’explosif nucléaire offre un plus gros bang pour le même dollar, c’est un explosif bon marché. Pour produire 250 000 kilocalories avec le TNT, il faut 250 dollars, une très grosse explosion nucléaire (plus importante que Gasbuggy) serait plus économique et donnerait la même quantité d’énergie au prix de 75 cents (3,50 F de l’époque, un demi-euro) seulement ! Une explosion du genre de celle de Gasbuggy reviendra sans doute à l’avenir dans les 350 000 dollars, tout compris". On allait irradier des populations via le gaz domestique pour au final faire des économies de bouts de chandelles !
 
Le problème, en effet, c’est que ça ne marchera pas du tout comme prévu, ce que nous verrons demain. Ce qui n’empêchera pas les ingénieurs US de recommencer : des essais similaires, il y en aura encore deux autres. Tous aussi catastrophiques !
 
PS : pour ceux que le numéro intriguerait, l’épisode N°1 de cette série est ici. J’évoquerai un jour les essais nucléaires français et leurs ratés si j’ai un peu de temps, un jour... un document récent nous ayant amené des informations nouvelles sur le contrôle des explosions françaises...
 

Documents joints à cet article

Atom Heart Fucker (saison 2) : l'incroyable projet Gasbuggy Atom Heart Fucker (saison 2) : l'incroyable projet Gasbuggy Atom Heart Fucker (saison 2) : l'incroyable projet Gasbuggy Atom Heart Fucker (saison 2) : l'incroyable projet Gasbuggy Atom Heart Fucker (saison 2) : l'incroyable projet Gasbuggy Atom Heart Fucker (saison 2) : l'incroyable projet Gasbuggy Atom Heart Fucker (saison 2) : l'incroyable projet Gasbuggy

Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

145 réactions à cet article    


  • aetius320 27 mai 2010 11:33

    Bonne idée cet article.

    Vous avez entendu parler des projets soviétiques équivalents : inversion du cour des fleuves de Sibérie, construction de mers intérieures, fermeture de Bering.

    • italiasempre 27 mai 2010 11:43

      Les soviétiques ? Les soviétiques comme les Américains ?

      Vous allez voir ce que vous allez prendre.

    • Shaytan666 Shaytan666 27 mai 2010 11:48

      Et moi dans ma grande naïveté, pensais que les Soviétiques avaient disparu, un peu comme les mammouths et les dinosaures, aux environs de 1992 et bien me voilà bien trompé  smiley


    • morice morice 27 mai 2010 12:57

      même époque, même espoirs en effets : mais pas de tentative russe....


    • italiasempre 27 mai 2010 13:04

      Vu, monsieur aetius ?




    • morice morice 27 mai 2010 13:06

      cessez votre trollisme, ultime survivante de la fine équipe.... qui vient poster « je vous emmerde » sur un autre fil pour nous signifier son sens du dialogue....


      ah, comme ça vous m’emmerdez ....

    • morice morice 27 mai 2010 13:08

      l’auteur du post, qui ne vit pas lui dans un château, a indiqué qu’il s’agissait de l’époque : allez faire le malin ailleurs, châtelain... trolleur.


    • Bibi la bibine 27 mai 2010 13:09

      Ce n’est pas tout à fait faux : chez Morice toute critique de la Russie est très, très mal vue.

      Un peu plus d’objectivité et d’ouverture d’esprit serviraient votre cause Morice. Votre unilatéralisme dessert votre combat, je pense.


    • morice morice 27 mai 2010 13:12

      Ce n’est pas tout à fait faux : chez Morice toute critique de la Russie est très, très mal vue.


      la preuve, mes commentaires : l’extrême droite vit toujours au temps de la guerre froide et pense qu’à gauche on a tous un couteau entre les dents : vous ne changez pas la tradition. Normalement, on vient aussi égorger vos femmes et vos enfants ou violer votre hamster....

      l’extrême droite est PITOYABLE. Et continue, ici, à fabriquer pseudos sur pseudos....

    • morice morice 27 mai 2010 13:14

      http://www.agoravox.fr/auteur/k-hiboo


      combien de changements de pseudos en 15 jours ???

      Par Bibi la bibine (xxx.xxx.xxx.94) 27 mai 13:09
      Par Yvan Desglaube (xxx.xxx.xxx.94) 25 mai 14:45
      Par Bibeleskaes (xxx.xxx.xxx.94) 21 mai 15:34
      Par K. Hiboo (xxx.xxx.xxx.94) 15 mai 20:21

      la modération : on va se le farcir longtemps, le troll ???

    • italiasempre 27 mai 2010 13:15

      l’auteur du post, qui ne vit pas lui dans un château, a indiqué qu’il s’agissait de l’époque : allez faire le malin ailleurs, châtelain... trolleur.


      Faux. L’auteur du post, qui vit où il veut, à indiqué qu’il s’agissait de, je cite, impérialisme.
      Alors, les soviéts comme les Américains ?

    • LeGus LeGus 27 mai 2010 13:23

      Avec moi les insultes, blablabla

      Troll délirant, si vous n’étiez pas vous même un fervent insulteur, vous ne seriez pas obligé de changer de pseudo comme de chemise.


    • Bibi la bibine 27 mai 2010 13:31

      Je vous ai insulté où mon petit bonhomme ?

      Merci de me communiquer au plus vite le message où je vous aurais insulté.


    • morice morice 27 mai 2010 13:33

      c’est marqué mais vous ne savez pas lire, dernière représentante de l’espèce...


    • Bibi la bibine 27 mai 2010 13:35

      Je n’ai qu’un avatar. Agoravox offre au rédacteur la possibilité de modifier son profil :

      cliquer sur « modifier mon profil »


    • LeGus LeGus 27 mai 2010 13:37

      Ne jouez pas les faux-culs, vous n’en êtes pas à votre premier pseudo sur agoravox.


    • morice morice 27 mai 2010 13:38

      CESSEZ DE TROLLER : vos changements successifs de nom signalent votre intention ici : DETRUIRE.


    • morice morice 27 mai 2010 13:40

      Shaytan est châtelain en Belgique et est venu le dire ici tout seul comme un grand....


    • morice morice 27 mai 2010 17:47


      « Et, Calito à raison : morice est le symbole de la décadence d’avox, il sert à la fois de désinformation et d’espace troll. S’attaquer à lui et le faire tomber était le moyen d’épurer agoravox et de permettre un retour aux sources. »


      « le moyen d’épurer agoravox  »

       « S’attaquer à lui »

      « le faire tomber  »

      il n’y a pas, vos aveux sont COMPLETS....

    • morice morice 27 mai 2010 20:45

      cynique, avec ça : je ne vois vraiment pas ce que vous faites encore ici après vos révélations de manigances ! 


    • LE CHAT LE CHAT 27 mai 2010 11:51

      très bon article , mais je crois que les français ont fait mieux à l’époque avec les bombes dans le Sahara et à Mururoa ainsi que les britishs dans le désert australien ! ils ont tous eu la chance qu’il n’y avait pas internet et que l’info était beaucoup plus cadenassée que maintenant !

      salauds de docteurs Folamour , ils ont tué John Wayne !


      • morice morice 27 mai 2010 13:00

        « très bon article ,  »


        merci le chat. Il y en aura d’autres en effet....

      • morice morice 27 mai 2010 13:09

        anecdote certifiée pour le Flamand Rose


      • Pyrathome pyralene 27 mai 2010 14:43

        Fabuleux album......et une reprise accoustique de la grande saga  !!! extra !!


      • 65beve 65beve 27 mai 2010 22:52

        c’était le bon temps !....


      • aetius320 27 mai 2010 11:57

        « Les soviétiques comme les Américains ? »


        oui les soviétiques comme les américains. Les systèmes impériaux sont tous équivalents : exploitation des conquêtes au profit de minorité, appauvrissement du centre, projets pharaoniques inutiles, mise en servage des citoyens, « oligarchisation » puis corruption et dégénérescence des élites, effondrement. 

        • morice morice 27 mai 2010 13:07

          exactement


        • Pyrathome pyralene 27 mai 2010 12:09

          Tout cela n’est qu’édifiant et révoltant, depuis 1945 c’est environ 2000 essais nucléaire effectués dont plus de 500 dans l’atmosphère avec un essai à 400 km d’altitude pour les us......( je ne retrouve pas le lien...)
          Ils ont vraiment fait n’importe quoi avec ces nouveaux abominables joujous comme des gamins jouant avec des pétards à méche, pourquoi s’étonner de cette recrudescence de cancers et leucémie de part le monde, l’holocauste nucléaire a déjà eu lieu.....et ce que vous racontez aujourd’hui n’est qu’un simple échantillon de leur folie furieuse.....

          http://www.monde-diplomatique.fr/2003/04/POUPEE/10100


          http://www.astrosurf.com/luxorion/quantique-bombes-atomiques-pic.htm

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Essai_nucl%C3%A9aire



          Pas étonnant qu’on raconte des histoires de petits hommes verts ou gris à proximité de cette gabegie, ils ont toujours été fortement intéressé par les activités délictueuses du nucléaire, nombreux sont les témoignages de militaires à avoir observé au-dessus de « bases stratégiques » des phénomènes plus que bizarres.....

          http://ufologie.net/htm/foiaf.htm


          • morice morice 27 mai 2010 12:55

            « ils » n’ont jamais été intéressés, Pyralène.... c’est du flan.


          • Pyrathome pyralene 27 mai 2010 13:26

            Du flan ??...non, vous êtes dans l’erreur totale, bien-sûr que si....vous n’avez lu aucun des nombreux témoignages là-dessus, c’est évident.....
            Examinez le dernier lien, les documents officiels déclassifiés y figurent.....
            ça devient pénible ce déni caractériel...


          • morice morice 27 mai 2010 13:31

            du flan... mais bon, je n’insiste pas aujourd’hui, je n’en ai pas le TEMPS.


            on verra plus tard. L’objet du jour : ce que font les pétroliers, et à quoi ils pariticipent : laissez tomber vos martiens, il y aura bien temps pour en parler...


          • Pyrathome pyralene 27 mai 2010 13:41

            les « martiens ».......vous êtes aussi conditionné que les autres par 60 ans de débunking, morice....voilà la triste réalité !

            un petit extrait  :
             

            MEMORANDUM POUR : Le Directeur de la CIA A TRAVERS : Le Directeur Adjoint du Renseignement SUJET : Objets Volants Non Identifiés

            1. En Août, le DCI, après un briefing par l’OSI sur le sujet ci-dessus, a dirigé la préparation d’un NSCID à soumettre au Conseil énonçant le besoin de recherche et ordonnant aux agences concernées de coopérer à de telles investigations.

            2. En tentant de rédiger une telle directive et les études du personnel de soutien, il est devenu évident au DD/I, à l’AD/SI en charge et à l’AD/IC que le problème était en grande partie un problème de recherches et de développement, et il a été décidé par le DD/I d’essayer de lancer l’action par le R&DB. Une conférence a été tenue entre le DI/USAF, le Président de R&DB, le DD/I, l’AD/SI et l’AD/IC où l’on a décidé que le Dr. Whitman, Président du R&DB, étudierait la possibilité d’entreprendre les études de recherche et de développement par les agences de l’Armée de l’Air.

            3. Approximativement le 6 novembre, nous avons été informés par le Président du R&DB, que les enquêtes dans le personnel d’air n’ont pas révélé « un souci injustifié » à propos de ce sujet, mais que cela avait été référé au Commandement de la Défense Aérienne pour considération. Aucune autre nouvelle n’a été reçu venant du R&DB.

            4. Les rapports récents atteignant la C.I.A ont indiqué que davantage d’action était souhaitable et un autre briefing par le personnel au courant de l’A-2 et de l’ATIC ait été tenu le 25 Novembre. Actuellement, les rapports des incidents nous convainquent qu’il y a quelque chose qui se passe et que cette chose doit recevoir une attention immédiate. Les détails de certains de ces incidents ont été discutés par l’AD/SI avec le DDCI. Les observations d’objets non expliqués à de grandes altitudes et se déplacement à des vitesses élevées à proximité des installations principales de la défense des États-Unis sont d’une telle nature qu’ils ne sont pas attribuables à des phénomènes naturels ou aux types connus de véhicules aériens.

            5. L’OSI procède à l’établissement d’un groupe de consultation d’une compétence et d’une stature suffisantes pour passer en revue ce sujet et convaincre les autorités responsables dans la communauté que la recherche et le développement immédiats à ce sujet doivent être entrepris. Ceci peut être fait expéditivement sous l’égide de CEXIS.

            le document officiel US se trouve sur le lien....et il y en a des dizaines comme ça....


          • morice morice 27 mai 2010 14:46

            c’est pas le jour des martiens, je vous ai déjà prévenu : garder votre salive....


          • Pyrathome pyralene 27 mai 2010 14:54

            C’est aujourd’hui une simple plaque et un simple panneau, avec autour pas mal de racontars, mêlant des histoires de petits hommes verts (gris, dit-on là-bas)......

            C’est bien vous qui en faites allusion....


          • mokhtar h 27 mai 2010 12:39


            Encore un dossier de plus qui indique que les Usa, c’est la dévastation. Un tel pays est voué à l’autodestruction : des explosions moins coûteuses au nucléaire, mais si dévastatrices de la vie qui ne bénéficie d’aucun égard. Des tracés de route, des détournements de fleuve, au nucléaire. Avec la complicité et le silence de fonctionnaires miniers notoirement connus sur la voie publique, la pollution durable,la grande, l’immense, dans le Golfe du Mexique.
            Dire que beaucoup cherchent l’Armageddon au Moyen Orient, alors qu’il est en Amérique. D’ailleurs celui-ci est un enfant de chœur devant la folie destructrice, et AUTODESTRUCTRICE des dirigeants de ce pays. Et le monde n’a apparemment pas fini d’être surpris et horrifié, vu qu’il commence à peine à savoir certaines vérités, grâce au Net.
            Finalement, il n’y a pas à s’étonner devant la haine que beaucoup de gens portent à ce pays. Quand les dirigeants vont jusqu’à s’en prendre à leurs propres concitoyens, quel peut être le sentiment qu’ils portent aux autres peuples ?.
            Un tel paroxysme dans le cynisme, la cupidité et l’imbécilité....


            • morice morice 27 mai 2010 13:04

              Finalement, il n’y a pas à s’étonner devant la haine que beaucoup de gens portent à ce pays. Quand les dirigeants vont jusqu’à s’en prendre à leurs propres concitoyens, quel peut être le sentiment qu’ils portent aux autres peuples ?


              pensez à Tchernobyl, ça vous calmera un peu... et ne confondez pas POUVOIR et population, svp....

            • morice morice 27 mai 2010 13:16

              Nous sommes d’accord avec Marc edouard Nabes pour écrire : « Les USA, ce pays d’ordures »


              absolument pas : nous sommes d’accord pour dire que Nabes-Zaninni est un antisémite notoire, qui n’a rien à faire ici et ne pas être cité en exemple....

            • mokhtar h 27 mai 2010 14:08

              @ Morice
              Tchernobyl : l’Union Soviétique a bien implosé, ensuite, et avait suscité suffisamment de haine intérieure pour tomber comme un fruit mur. Ici la cause est entendue : le cauchemar soviétique.
              Et puis, c’est un accident. Du à l’incompétence d’accord, mais un accident
              Gasbuggy : on est dans un cas théoriquement démocratique ou des choses comme çà ne devrait théoriquement pas arriver. Dans ce cas de figure,vous décrivez une méthode presque systématique d’utilisation de l’atome, on est donc loin de l’accident. Et cela fait partie du rêve américain. Qui alimente considérablement son lot de haine intérieure... et accessoirement extérieure après les suspicions sur le 11/9, la guerre d’Irak qui a coûté aux contribuables Us au moins 85 milliards de dollars par année en moyenne, plus la crise éco où les banquiers ont été grassement consolés. Et j’en oublie.
              Cordialement


            • morice morice 27 mai 2010 12:56

              Nous sommes d’accord avec Marc edouard Nabes pour écrire : « Les USA, ce pays d’ordures »


              pas d’accord : vous confondez habitants et dirigeants.

              • morice morice 27 mai 2010 13:03

                la modération, petite remarque : j’avais appelé ce dossier Atom Heart Fucker (saison 2) : l’incroyable projet Gasbuggy ; j’aimerais qu’on y revienne... car la remarque de la fin tombe à l’eau maintenant ! 


                c’est une SUITE d’articles, même si le précédent date de 2008.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès