Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le voile n’est ni arabe ni islamique

Le voile n’est ni arabe ni islamique

La dénomination « voile islamique » suggère explicitement que le port du voile est une prescription de la religion musulmane, alors que, d'une part, il ne semble pas s'imposer dans toutes les communautés musulmanes, et que, d'autre part, il a existé et il existe encore dans des communautés non musulmanes. Le voile féminin a une longue histoire qui date de plusieurs millénaires avant l’Islam.

La première preuve textuelle du port du voile vient de la Mésopotamie, où le culte de la déesse Ishtar était associé avec la prostitution sacrée. Ishtar est représentée voilée. Dans un hymne, l’Exaltation d’Inanna (nom sumérien donné à Ishtar), écrit vers 2300 avant J.C. par le grand prêtre du dieu de la Lune à Ur, cette déesse est appelée hiérodule (prostituée sacrée) d’An, An étant le plus ancien dieu des Sumériens.

Le premier document légal qui mentionne les prostituées sacrées, ou hiérodules, est le Code d’Hammourabi, qui date de 1730 av. J.-C. Le code mentionne les fonctionnaires du culte. À Sumer, la hiérodule à la tête des servantes du culte, est appelée l’épouse ou la sœur du dieu. Elle avait sa maison attitrée et elle était protégée contre les atteintes aux mœurs de la même manière que les femmes mariées, en se couvrant d'un voile. Par la prostitution sacrée, la puissance de la fertilité de la déesse est transférée au roi. Celui-ci était regardé en Mésopotamie comme garant de la fertilité du pays et de son peuple, et en général de la prospérité et du bien-être du royaume. Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles.

Chez les anciens sémites, ancêtres des Cananéens, des Phéniciens, des Hébreux et des Arabes, des milliers d’années avant l’Islam, on avait déjà imposé le voile aux femmes pour se couvrir les cheveux. En effet, les anciens sémites considéraient la chevelure de la femme comme le reflet de la toison du pubis.

Si le voile des courtisanes et des danseuses est attesté au Proche-Orient ancien, il est cependant principalement un attribut de l’épousée et, à certaines époques, de la femme mariée. La documentation du IIe millénaire av. J.-C. montre que dans les familles royales syriennes du xviie s. avant J.C, il est d’usage de poser un voile sur la tête de la « fiancée ». La même pratique est décrite à Emar (une cité mésopotamienne située sur la rive de l'Euphrate dans le nord-ouest de l'actuelle Syrie), dans le rituel d’installation de la grande prêtresse au temple de Ba’al, dieu phénicien, qui constitue symboliquement un mariage avec la divinité : la femme sort de chez elle et « on couvre sa tête comme une épousée avec une écharpe bariolée provenant de la maison de son père » (D. Arnaud, Recherches au pays d’Aštata Emar VI.3, no 369 l. 63-64).

Dans la seconde moitié du IIe millénaire, le voile devient, en Assyrie, un signe distinctif des femmes mariées et plus largement des femmes honorables. Le § 40 des Lois assyriennes décrit longuement les femmes qui peuvent se voiler en public (épouses, veuves, Assyriennes, filles de famille, concubines accompagnant leur maîtresse et prêtresses - qadištu mariées), et celles auxquelles ce privilège est interdit (célibataires, prostituées, esclaves). Le port du voile est un devoir pour les premières mais non une obligation : aucune sanction n’est prévue contre elles si elles sortent nu-tête ; au contraire, les secondes sont punies de peines corporelles (bastonnade, essorillement c'est-à-dire action de leur couper les oreilles) et humiliantes (effusion de poix sur la tête de la prostituée). La non dénonciation du port illicite du voile est passible de châtiments corporels semblables.

Le voile est ainsi, au moins dans les « statuts urbains » d’Assour, l’expression d’une discrimination juridique qui sert de base à un discours moralisant.

Le voile dans la tradition juive 

La tradition du voile s’observe aussi dans la Bible, comme en témoigne l’histoire de Rebecca (Genèse 24), qui, mariée à distance à Isaac par un serviteur d’Abraham mandaté pour cela, se couvre de son voile dès qu’elle aperçoit son mari. La tradition juive a longtemps considéré qu’une femme devait se couvrir les cheveux en signe de modestie devant les hommes.

Selon Dr Menahem M. Brayer (Professeur de Littérature Biblique à l'Université Yeshiva de New York) dans son livre ''The Jewish woman in Rabbinic literature'', plusieurs siècles avant J.C., les femmes juives avaient pour habitude de sortir en public avec une couverture sur la tête et, souvent, ne laissaient paraître qu’un œil libre pour pouvoir marcher dans la rue. Il rapporte quelques citations d'anciens rabbins réputés, “ce n’est pas bien pour les filles d''Israël de sortir avec les têtes dévoilées” et “Maudit soit l'homme qui laisse les cheveux de son épouse être vus, une femme qui expose ses cheveux apporte la pauvreté.”

La loi rabbinique interdit la récitation de bénédictions ou les prières en présence d'une femme mariée tête nue ; car le dévoilement des cheveux de la femme est assimilé à la nudité. Aujourd'hui, la plupart des femmes juives pieuses ne se couvrent pas les cheveux, sauf dans la synagogue. Chez les intégristes juifs, comme la secte hassidique, les femmes continuent à se voiler les cheveux ou à porter une perruque pour cacher leurs cheveux.

Aujourd'hui, des femmes juives sont voilées à Tel-Aviv

La « frumka » est une tenue vestimentaire adoptée ou imposée à certaines femmes juives par des groupes ultra-orthodoxes regroupé sous le terme de « Haredim ». Elles ont l’obligation de porter un voile et un large manteau masquant tout leur corps et sont interdites de maquillage ainsi que de téléphone cellulaire… en public. Ceci afin de préserver le statut et le respect des femmes pour elles-mêmes en application des enseignements de la religion juive, qui appelle au respect de la moralité et à la décence….

Le voile dans la tradition chrétienne

Chez les chrétiens, c’est Saint Paul qui, le premier, a imposé le voile aux femmes. Dans l’épître aux Corinthiens, il écrit « Toute femme qui prie ou parle sous l’inspiration de Dieu sans voile sur la tête commet une faute comme si elle avait la tête rasée. Si donc une femme ne porte pas de voile, qu’elle se tonde ou plutôt qu’elle mette un voile, puisque c’est une faute pour une femme d’avoir les cheveux tondus ou rasésL’homme ne doit pas se voiler la tête, il est l’image et la gloire de Dieu mais la femme est la gloire de l’homme car ce n’est pas l’homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter la marque de sa dépendance ».

Saint Tertullien, dans son traité réputé « Sur le fait de Voiler de Vierges », a écrit : “Jeunes femmes, vous portez vos voiles dans les rues, donc vous devriez les porter dans l'église, vous les portez quand vous êtes parmi les étrangers, portez- les aussi parmi vos frères”. Dans le droit canon de l'Église catholique aujourd'hui, il y a une loi qui exige des femmes de couvrir leurs têtes dans l'église. La raison pour le voile, pour les chefs de l'Église, est que “la couverture de la tête est un symbole de la soumission de la femme à l'homme et à Dieu” : la même logique présentée par Saint Paul dans le Nouveau Testament.

Certaines sectes chrétiennes, comme les Amish et les Mennonites, gardent leurs femmes voilées de nos jours.

Que dit le Coran sur le voile

"Que dit le Coran sur le voile ? Rien. Mais strictement rien. Nulle part, il n’est question de la tête de la femme. Le mot « cheveux » (sha’ar, شعر) n’y existe tout simplement pas. Dieu ne dit ni de les couvrir ni de les découvrir. Ce n’est pas Sa préoccupation principale, et Il ne fit pas descendre le Coran pour apprendre aux gens comment se vêtir. Le terme ash’âr, اشعار  pluriel de sha’ar, n’y intervient qu’une seule fois (XVI : 80) pour désigner le poil de certains animaux domestiques. Rien, donc, dans le Coran, ne dit aux femmes explicitement de se couvrir les cheveux". Mohamed Talbi (*)

Rappelons ici que c’est le Calife Omar Ibn Al Khattab , autant misogyne qu'inculte, qui avait imposé le port du voile à toutes les femmes musulmanes de son époque et en avait interdit le port aux esclaves. Ce Calife « bien guidé » faisait fouetter toutes les esclaves qui "osaient" arborer le voile ou se "permettaient" de se couvrir la tête. En agissant ainsi, ce calife ne fait donc qu’imposer une tradition non seulement païenne mais, en plus, anté islamique : c’était celle des Assyriens, datant de 2.000 ans avant l’Islam ! Il nous rappelle le Mollah Omar, grand chef des Talibans afghans de triste réputation.

Conclusions

La burqa, selon le spécialiste de l'Islam et politologue français Olivier Roy, est une invention récente du mouvement intégriste wahhabiste dans les pays du Golfe et au Pakistan. Le niqab et la burqa, , ces deux « linceuls pour femmes vivantes », n’ont jamais existé au Maghreb, jusqu’à une époque récente.

Niqab et burqa sont les archétypes de ce qu'il y a de pire honte imposée aux femmes.

En effet, 

  • quiconque accepte qu’un visage soit couvert nie l’humanité de l’autre. 
  • Quiconque accepte de côtoyer un être vivant, entièrement recouvert, emballé comme un sac, intégralement masqué, et donc sans aucune identité visible, se fait, qu’il le veuille ou non, le collaborateur de cette vile et insupportable négation.

Qui, en effet, se cache depuis toujours le visage ?

  • Les bourreaux, et les égorgeurs accomplissant leurs crimes.
  • Les kamikazes islamistes qui se dissimulent dans la foule pour accomplir leur forfait ;
  • Les racistes du Ku Klux Klan.
  • Les esclaves perdus des tristes comédies sadomasochistes.
  • Les pénitents de rituels médiévaux,
  • Les voleurs, braqueurs, et autres hors-la-loi, pour qui l’anonymat est une seconde nature.
  • Sans parler des pédophiles et autres crapules sexuelles.

Il apparait donc clairement que : 

  • Les premières apparitions du voile avaient pour but de cacher les prostituées aux yeux de la population, et de discriminer ainsi les prostituées des autres femmes. Les femmes "respectables" étaient celles qui n’étaient pas voilées.
  • Dans les traditions sémitiques et moyen orientales archaïques, bien avant l’apparition de l’Islam, le voile avait pour but de signifier l’appartenance et la soumission de la femme à l'homme : en premier lieu le mari (si elle est mariée), sinon son père, son frère, voire son oncle (si les autres sont décédés).
  • De tout temps et en tout lieu, les sectes intégristes de toutes les religions ont perpétué cette tradition archaïque. 
  • Aujourd’hui, le voile a une signification politique et sectaire, il n’a rien à voir avec la religion musulmane. Il est assez incroyable que les pays réputés démocratiques, comme la France, autorisent le voile (burqa, hijab, …) et interdisent le port de la croix gammée.

Mustapha Kemal Ataturk, président de la Turquie de 1923 à 1938, avait trouvé la bonne astuce en faisant voter une loi qui contredit tout simplement celle des Assyriens, du calife Omar et du mollah Omar : "Avec effet immédiat, toutes les femmes turques ont le droit de se vêtir comme elles le désirent. Toutefois toutes les prostituées doivent porter la burqa." Dès le lendemain, on ne voyait plus de burqa en Turquie.

Mais le monde musulman n’a pas tous les jours un Kemal Ataturk ou un Habib Bourguiba.

Aujourd’hui que la Turquie et la Tunisie, qui étaient socialement les pays les plus modernes du monde musulman, vivent sous des dictatures islamistes avec tout ce que cela comporte comme assassinats politiques et de procès d’inquisition, le monde musulman fait un formidable bond en arrière, encouragé en cela par un Occident obnubilé par l’odeur nauséabonde du gaz et du pétrole. Pour s’en convaincre, il n’y qu’à voir avec quel empressement les présidents américain ou français, toute honte bue, s’aplatissent devant les rois arabes, les pires despotes des temps modernes.

 le 15/06/2012
 Hannibal GENSERIC

(*) Mohamed Talbi Agrégé d’arabe, docteur es-lettres, Spécialiste d’histoire médiévale et d’islamologie. Mohamed Talbi est un des membres fondateurs de l’Université de Tunis. ; Professeur honoraire, puis premier doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines (1966-1970). ; Directeur des Cahiers de Tunisie (1969-1989), puis Président d’honneur. ; Membre de la Real Academia de la Historia (Madrid 1970). ; Directeur du dép. d’histoire au CERES (Tunis 1973- 1977). ; Membre associé du comité de Direction de l’Encyclopédie de l’Islam depuis 1978, ; Membre fondateur de I ‘Académie Tunisienne (Bayt-al-Hikma 1982), ; Président du Comité Culturel National (Tunisie 1983), ; Membre de I ‘Académie Universelle des Cultures (Paris 1994), ; Membre du Bureau du The Maghreb Review (Londres),

http://numidia-liberum.blogspot.com/2012/06/le-voile-nest-ni-arabe-ni-musulman.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • Henri Diacono 6 janvier 2014 10:16

    Un grand merci pour cette mise au point qui, c’est certain, va encore provoquer sur ce site des montagnes de polémiques, stériles pour la plupart. J’apporte volontiers mon témoignage d’enfant, au sujet du port du voile chez les chrétiens lors des prières. Chaque dimanche notre mère qui nous conduisait à la grand messe donnée en la Cathédrale de Tunis, portait chapeau et voilette. Tout comme ma sœur aînée. J’ajouterai que les fidèles étaient séparés. D’un côté les hommes chapeau en main et de l’autre côté de l’allée centrale les femmes et leurs enfants.
    Dernier témoignage. Mon épouse musulmane pratiquante, tolérante convaincue, qui n’ a jamais mis les pieds dans une mosquée autrement qu’en Syrie où nous visitions la superbe mosquée des Omeyades (elle y a prié...voilée) ou à Cordoue, pour la Mezquita, ne porte pas le voile ...hormis pour faire ses cinq prières quotidiennes chez elle.
    Et comme vous je continue et continuerai de crier haut et fort : « Il n’y aurait de nos jours aucun problème avec les musulmans si certains occidentaux (les plus gros et les plus riches) ne s’étaient alliés - par intérêt - avec les plus rétrogrades des islamistes (je n’emploie pas à dessein le mot musulman pour ceux là car ils ne le sont pas ) que sont ces imbéciles de saoudiens, qataris et autres émirats de la Péninsule arabique. »


    • Kookaburra Kookaburra 6 janvier 2014 12:09

      Et merci Henri pour ce témoignage qui me touche, islamophobe que je suis. Mais c’est une autre histoire. De nos rencontres avec les autochtones dans les pays musulmans où nous avons vécu, nous avons des souvenirs très positifs, malgré notre ignorance de leur langue. Ma femme est allemande, et avec nos trois langues on se débrouille. Ici, nous avons aussi des amis musulmanes croyantes, mais libérées des injonctions coraniques vestimentaires. Elles s’habillent comme tout le monde, tout au plus avec un peu moins de coquetterie. On ne saurait pas qu’elles sont musulmanes. Que les jeunes femmes nées ici, même de la troisième génération, portent le voile, est signe d’un replie identitaire qui ne peut qu’inquiéter. Et aliéner.


    • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 6 janvier 2014 12:34

      @ Kookaburra . Il n’y a pas d’injonction coranique concernant les tenues vestimentaires.


    • Hermes Hermes 6 janvier 2014 13:33

      Bonjour, pour compléter vos recherches fort intéressantes, voir ici  :

      Loi assyrienne, attribuée au roi Téglath Phalazar 1er (1112-1047 av. J.-C.). Tablette A 40.
      Cité par Odon Vallet, Le Dieu du croissant fertile, Découvertes Gallimard, Paris, 1999 :

      Les femmes mariées […] qui sortent dans la rue n’auront pas leur tête découverte. Les filles d’hommes libres seront voilées. La concubine qui va dans les rues avec sa maîtresse sera voilée. La prostituée ne sera pas voilée, sa tête sera découverte. Qui voit une prostituée voilée l’arrêtera […]. Les femmes esclaves ne sont pas voilées et qui voit une esclave voilée l’arrêtera.

      Bonne journée.


    • njama njama 6 janvier 2014 14:00

      Excellent lien Hermes, merci.


    • Alex Alex 6 janvier 2014 14:53

      @ Hermes

      Si vous aviez de bonnes lectures, vous auriez pu l’apprendre dans cet article.


    • CASS. CASS. 6 janvier 2014 22:04

      En Perse Iran il y a de très jolies femmes très jolis cheveux et tout, elles déposent sur leurs cheveux sans les cacher de magnifiques foulards, c’est très jolie , j’en ai acheté de ces jolis foulards lorsque j’y suis allée en voyages culturels, elles fument aussi de très fines cigarettes à la terrasse de café par ex ; j’ai acheté aussi de ces cigarettes entre autres, magnifique l’art artisanales Persan, mais bon il est vrai qu’eux degustaient déjà des mets fins etc, quand les autres en étaient encore à la barbarie, ils y sont retournés d’ailleurs à la barbarie aux vols et aux pillages aux mensonges aux massacres à l’irrespect total despatries et richesses des autres et d’un tout et de tous, les zionistes de tous bord, leurs pantins et leurs collabo., l’axe du mal en trois mots , ça c’est très clair.


    • Hermes Hermes 10 février 2014 12:38

      @Alex,

      Merci.


    • claude-michel claude-michel 6 janvier 2014 10:34

      Très intéressant travail sur l’origine du voile.. !
      ++


      • Alex Alex 6 janvier 2014 11:24

        @ l’auteur

        Quelques remarques :

        1. Je ne me souviens pas avoir vu Ishtar (et encore moins Inanna) voilée ni dans les représentations de ces déesses, ni dans les textes.

        2. Le voile étant clairement cité dans les Lois assyriennes (ca -1100), il est logique d’en déduire que la tradition remontait au moins à quelques siècles. L’Assyrie étant alors la plus grande puissance, il est normal que la tradition se soit propagée dans le Moyen-Orient ante-islamique.

        3. Tertullien n’était pas un « saint ».

        4. Vous avez oublié de mentionner le haïk alors qu’on peut encore le voir porté par des femmes âgées au Maroc.

        Ce qui est intéressant est la résurgence du phénomène. C’est une réaction à la période de « modernisme » qui a suivi l’indépendance, dont l’enthousiasme a été refroidi par l’absence de résultats espérés, et par les excès de certains.
        Même s’il existe une pression indéniable de la société, il faut aussi reconnaître qu’il est volontairement porté par de nombreuses femmes.
        Et quand je vois le temps que ma fille passe à se coiffer, je pense que le voile doit être bien pratique pour certaines smiley


        • Henri Diacono 6 janvier 2014 13:56

          En plein dans le mille Alex. Au Maroc le haïk porté par les femmes d’un certain âge et en Tunisie le « keftel » (j’écris ce mot tel que je l’écoute). Mon épouse m’a renseigné sur la différence. Au Maroc le métrage du tissu est pus long de 2 mètres environ que celui traditionnellement blanc de la tunisienne. Dans les deux cas le visage n’est pas caché. Sur ce sujet, une image célèbre est toujours vivante en Tunisie, celle de Bourguiba dévoilant une femme rencontrée dans la Médina lors d’une visite officielle. Ce même Bourguiba lors d’un discours prononcé en plein ramadan avait également bu un verre d’eau disant à peu près ceci « ...je travaille dans la journée comme beaucoup de tunisiens, il me faut donc boire et manger pour bien travailler. »
          Au sujet du simple voile je puis témoigner à mon tour pour avoir recueilli les aveux de bon nombre de femmes dans mon proche entourage. Le voile est très souvent utilisé afin d’éviter une dépense superflue ...chez le coiffeur pour dames. Les rares fois où elles s’y rendent, le voile demeure bien plié dans les armoires pendant plusieurs jours.


        • Kookaburra Kookaburra 6 janvier 2014 11:28

          Très riche résumé de l’histoire du voile que je vais bien sauvegardé. La citation coranique la plus connue sur le voile est sans doute :
          Sourate 24/31
          « Dis aux croyants de baisser leurs regards, d’être chastes, de rabattre leurs voiles sur leurs poitrines, de ne montrer leurs atouts qu’à leurs époux … ».
          Ces recommandations se rapportent à l’habillement du VIII° siècle en Arabie, se rapportent aussi aux mœurs et coutumes de cette époque. Comment alors interpréter ou plutôt transcrire cette sourate dans l’habillement, dans les mœurs et dans le langage de notre époque ?

          Mais le sens moral de ces injonctions est clair : Mohammed conseillait aux femmes un tenue modeste et pudique, évitant une accentuation des attraits sexuels du corps. Bien entendu, la notion d’ « atouts », c’est-à-dire attraits sexuels, reste imprécise et ouverte à mille interprétations. Dans certaines sociétés même les mains et les pieds y sont concernés - d’où la burka. Il n’y a pas de précisions dans le Coran, et dans chaque pays musulman la sourate est interprétée différemment. En général l’habillement est dicté plutôt par la tradition que par le Coran.

          Dans certains pays musulmans le port d’un signe distinctif est obligatoire pour les chrétiens : c’est une contrainte qui les isole. Porter le voile en Europe isole de la même façon. Accuser les non-musulmans d’intolérance à ce sujet c’est oublier le fait qu’il est difficile pour nous de comprendre et d’admettre qu’une religion préconise les vêtements qu’on porte et la nourriture qu’on consomme. De telles prescriptions ne sont pas totalement absentes dans l’Ancien Testament, comme précisées par l’auteur ici, mais peu de croyants les considèrent comme obligatoires. Ce sont des choses matérielles qui, pour le christianisme et la foi, sont peu importantes.


          • Henri Diacono 6 janvier 2014 14:09

            Kookaburra, si vous habitez la région parisienne ou si vous avez l’occasion de vous y rendre, faites un tour à l’Institut du Monde Arabe vous y verrez (du moins je pense que l’expo dure toujours) au rayon des expositions permanentes, avant celle de la Syrie, une galerie consacrée à la Tunisie avec notamment le costume traditionnel de la femme tunisienne (déjà musulmane) et vous verrez que de voile il n’y en n’a point. Chez nous avec mon épouse nous avons fait mettre dans deux vitrines les deux tenues et lourds bijoux d’argent que ma belle mère portait. Pas de voile. 


          • Abou Antoun Abou Antoun 6 janvier 2014 11:33

            Bon article, bien documenté comme toujours et qui ’remet la mosquée au centre du village’.
            On ne peut qu’approuver votre conclusion :
            Aujourd’hui que la Turquie et la Tunisie, qui étaient socialement les pays les plus modernes du monde musulman, vivent sous des dictatures islamistes avec tout ce que cela comporte comme assassinats politiques et de procès d’inquisition, le monde musulman fait un formidable bond en arrière, encouragé en cela par un Occident obnubilé par l’odeur nauséabonde du gaz et du pétrole.
            J’ai connu la Tunisie et la Turquie au temps de la laïcité militante, on s’y sentait bien. Aujourd’hui je n’ai même plus envie d’y foutre les pieds.
            Merci pour cet article.
            Par ailleurs Henri Diacono a parfaitement raison pour ce qui concerne les pratiques chrétiennes récentes, les femmes devaient avoir la tête couverte et les hommes la tête découverte. Hommes et femmes étaient séparés et pas de contrevenants.


            • Henri Diacono 6 janvier 2014 14:21

              Abou Atoun, pour la Turquie d’aujourd’hui (magnifique Istanbul) je ne sais pas trop, mais je vous en prie revenez mettre vos pieds en Tunisie. Un vous ne risquez rien et deux sachez que la laïcité refait peu à peu surface par la volonté de la majorité d’un peuple qui demeure l’un des plus riches (culturellement) du monde arabophone de religion musulmane. Pour la bonne raison qu’il a su digérer ma foi fort bien toutes les civilisations qui s’y sont succédé. En outre il demeure l’un des plus généreux, pas belliqueux pour deux sous et solide en amitié avec...le français.


            • Abou Antoun Abou Antoun 6 janvier 2014 20:13

              En outre il demeure l’un des plus généreux, pas belliqueux pour deux sous et solide en amitié avec...le français.
              C’est le souvenir que j’en ai gardé.


            • njama njama 6 janvier 2014 12:21

              Très bon article, merci

              Toutefois on aurait aimé que vous citiez vos sources ici : "Rappelons ici que c’est le Calife Omar Ibn Al Khattab , autant misogyne qu’inculte, qui avait imposé le port du voile à toutes les femmes musulmanes de son époque et en avait interdit le port aux esclaves. Ce Calife « bien guidé » faisait fouetter toutes les esclaves qui « osaient » arborer le voile ou se « permettaient » de se couvrir la tête. « 

              Les intentions que vous prêtez au Calife Omar, dont les qualités de tolérance, de magnanimité, de bienveillance, ... sont exemplaires et légendaires dans la sunna (traditions) ne semblent pas correspondre aux points de vue avancé par le Professeur Mahmoud Azab [1] dans cet excellent article de 2004  »Le voile en Islam - ce que dit le Coran !"

              AN : A la veille de l’apparition de l’Islam, le statut de la femme s’était donc gravement détérioré par rapport à ce qu’il était quelques siècles auparavant. En quoi se manifeste cette dégradation ?

              MA : De plusieurs manières. Nous avons évoqué déjà l’ensevelissement des nouveaux nés de sexe féminin. La répudiation d’une femme par son époux la laisse sans droits et sans recours. C’est une autre conséquence visible de la détérioration de la condition féminine. Lorsqu’on regarde la société ante islamique, mais dans un temps rapproché de l’apparition de l’Islam, c’est à dire à une époque où les femmes étaient dominées par les hommes, l’on se rend compte qu’un homme épousait à sa guise et en même temps le nombre de femmes qu’il voulait ; et qui dépendaient souvent de lui pour survivre ; de la même manière, il pouvait aussi en répudier autant qu’il voulait, sans avoir d’obligations légales vitales vis à vis d’elles. Assez vite, ces femmes répudiées qui dépendaient des époux pour vivre, se retrouvaient dans la misère. Lorsqu’elles ne tombaient pas en esclavage dans le strict sens du mot, elles se livraient à la prostitution qui est une forme terrible d’esclavage. Et pour attirer l’attention, elles avaient souvent la poitrine nue, à l’image des prostituées sacrées, connues en Mésopotamie et en Inde, régions avec lesquelles la péninsule arabique commerçait et avait des échanges culturels et humains intenses.

              AN : C’est donc aux femmes « dans la misère » et « nues » que le Coran demande de porter le voile ?

              MA : Le voile se généralise avec l’Islam comme symbole d’une dignité retrouvée, à l’époque. La religion demande aux femmes qui se convertissent de se voiler afin d’être distinguée des esclaves ; comme une manière de dire pour chacune : « nous n’avons plus besoin de nous vendre (d’être des esclaves) ; la nouvelle religion nous apporte un statut et désormais nous avons des droits. Nos maris ne peuvent plus nous répudier à tort ou à raison et si le divorce est prononcé, nous conservons des moyens de subsistance  ».

              Ainsi donc le voile a de l’importance uniquement en fonction du contexte socioculturel dans lequel il apparaît. Il n’est donc pas un principe fondamental de l’Islam.

              [1] Après des études à l’université d’Al Azhar au Caire, Mahmoud Azab obtient en France un Doctorat en études sémitiques (Sorbonne 1978). Il a été professeur de langues sémitiques à l’université d’Al Azhar au Caire. Il a été professeur coopérant chargé de l’enseignement bilingue au sein de nombreuses universités africaines (Niger, Tchad.). Il a également été délégué de l’Université d’Al Azhar aux conférences internationales de dialogues interculturels. Il a été nommé en 1996 à Paris comme professeur associé d’arabe classique (langue et littérature) à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (langues « O ») où il est professeur titulaire d’islamologie depuis 2002.


              • veritas 6 janvier 2014 12:31
                Le voile est une prescription du coran :

                Il faut lire le coran dans son intégralité pour en tirer des conclusions.
                Dans la sourate 24 « la lumière » verset 31 dieu dit : « Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atouts que les mains et le visage, et qu’elles rabattent leurs voiles sur leur poitrines »

                C’est très explicite : le voile doit couvrir tout le corps sauf le visage et les mains, il n’y a pas d’autres interprétations possibles.

                Le voile islamique n’est pas une innovation de l’Islam, toutes les religions de dieu avaient incité la femme à se voiler avant l’avènement de l’Islam mais malheureusement ces religions ont été altérées et dénaturées.

                • MuslimADieu MuslimADieu 6 janvier 2014 13:54

                  24-31 parle de mains et de visage ? premières nouvelles.


                  Comment on fait pour rabattre un niquab sur la poitrine ?

                • njama njama 6 janvier 2014 13:56

                  il n’y a pas d’autres interprétations possibles.

                  Vous vous trompez, car c’est relatif au traductions.
                  Ainsi la citation que vous donnez, est traduite sur islamfrance.free.fr par :
                  Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ;

                  "que ce qui en paraît« n’est-ce que les mains et le visage comme le suggère votre traduction ?

                  dans d’autres traductions, »atours« est traduit par »beautés "

                  André Chouraqui connu pour sa traduction littérale du Coran nous propose :
                  31. Dis aux adhérentes de baisser leurs regards,
                  de préserver leur nudité,
                  de ne montrer que l’extérieur de leur beauté,
                  de rabattre leur voile sur leur gorge.

                  nudité et chasteté auraient-ils la même signification ?


                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 janvier 2014 14:05

                  Ce sont surtout des vieux patriarches soucieux de faire régner l’ordre moral qui ont édicté ce genre de règles pour tenter de brider la lubricité des jeunes mâles et garantir la paix des familles.

                  Maintenant il y a la pilule, la capote et les avortements pour régler tout ça et éviter que les filles se retrouvent avec des marmots sans père sur les bras.

                  Zallez me dire que c’est pas encore gagné et que l’avortement est une mauvaise solution étant donné qu’il s’agit de condamner à mort un innocent sous prétexte qu’il va poser des problèmes à sa maman.




                • Henri Diacono 6 janvier 2014 14:26

                  Attention Veritas il y a une trentaine de traductions différentes du Coran en français. Dans la mienne, les terres ne sont pas les mêmes. Je tiens à vous préciser que cette mise en garde vient d’un agnostique. Le doute que le doute sur TOUTES les religions révélées.


                • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 6 janvier 2014 16:21

                  @veritas. Nulle part, le Coran ne parle de couvrir la tête des femmes. Les seuls endroits ou j’ai trouvé le mot « cheveux » sont les suivants , qui parlent des cheveux blancs des vieillards.

                  Sourate 19, (Marie) verset 4 

                  Sourate 48, (Al-Fath) verset 27

                  Sourate 73, (Al-Muzemmil) verset 17

                  Le voile dont parle la sourate que vous citez n’est pas défini : le sens peut être rideau, ou n’importe quel bout de tissu.


                • veritas 6 janvier 2014 19:04

                  Ma traduction n’est pas littéral car je traduis le sens des versets.

                  Dans ma traduction je me suis basé sur le sens du mots en arabe et sur sa signification d’après les hadiths (paroles) du prophète (sws), mais je me suis basé aussi sur l’exégèse du coran d’Ibn Kathir où le compagnon du prophète Ibn Abbass (interprête du coran) explique ce verset en disant : « ..... et de ne montrer de leurs atouts que ce qu’ils ne peuvent pas cacher .... » signifie que les femmes doivent cacher leurs atouts sauf leur visage et leurs mains.

                  J’ai lu beaucoup de livres d’exégèse du coran (en arabe) et je n’ai pas trouvé de version qui contredit cette traduction.

                • njama njama 6 janvier 2014 20:17

                  @ veritas
                  Ibn Abbass (interprête du coran) explique ce verset en disant : « ..... et de ne montrer de leurs atouts que ce qu’ils ne peuvent pas cacher ....

                  Si je vous comprends bien Ibn Abass avait interdit aux femmes de marcher en tongs smiley

                  pourtant il me semble avoir croisé bien des femmes musulmanes qui marchaient pieds nus, ou avec des chaussures qui laissaient voir quelques orteils ...

                  « sauf leur visage et leurs mains » n’étant pas les mots du Coran, ils ne sont que des interprétations et préceptes humains et non divins


                • veritas 7 janvier 2014 12:33

                  Il faut savoir que la législation musulmane ne se base pas seulement sur le coran, mais aussi sur les paroles du prophètes et sur les paroles de ses compagnons, etc. 

                  Par exemple : vous ne trouvez pas dans le coran comment prier les 5 prières obligatoires, ou comment jeuner le mois du ramadan ou comment faire le pèlerinage à la Mecque mais ce sont les paroles et gestes du prophète qui complètent le coran et qui l’expliquent. Dieu n’envoie pas un livre sacré sans interprète.

                  C’est la même chose avec le voile, dans le Coran Dieu demande à la femme de se voiler, mais ce sont les propos du prophète qui nous précise le comment.

                  Voilà d’autres preuves de l’obligation du voile :

                  L’Imâm Boukhâri dans son livre « l’authentique d’AL Boukhari » qui regroupe toutes les paroles du prophète et qui est la deuxième référence des musulmans après le Coran, rapporte à ce sujet les propos de Aîcha la femme du prophète :

                  « Qu’Allah fasse miséricorde aux premières femmes émigrées ; dès que le verset »qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines« fut révélé, elles découpèrent le drap qu’elles portaient (au dessus de leurs vêtements) et l’utilisèrent pour se couvrir la tête (ainsi que leur cou et leur poitrine). » 


                  Le second verset qui évoque l’obligation de porter le voile est le 59ème de la Sourate 33, dans lequel Allah dit : 

                  « Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » 


                  Le mot arabe employé dans ce verset et qui a été traduit par « grands voiles » est « jalâbîb ». 

                  Encore une fois, s’il existe des divergences quand à la nature, la forme et la taille exacte de ce voile, il y a cependant unanimité entre tous les commentateurs du Coran sur un point : ce voile en question recouvre entièrement la tête et les cheveux. 


                • MuslimADieu MuslimADieu 7 janvier 2014 18:57

                  @Veritas


                  c’est où dans le coran qu’il est dit qu’il faut suivre ton connard de ibn Abbas et ton merdeux de bukhari ?
                  C’est où dans le coran qu’il est dit d’interpréter le coran en lisant des livres de tafassirs ?
                  C’est où dans le coran qu’il est dit de suivre tes savants à la con ?

                  et maintenant , puisque tu semble si balèze, sort moi un seul verset qui condamne l’une de mes trois précédentes phrases.

                  Comme je connais le coran mieux que toi et que je sais que tu ne trouveras rien, j’en profites pour te donner 10 commandements de mon cheikh que tu es libre de traiter de mécréant :

                  • 1- Ne suis pas les hadiths (45-6)
                  • 2- Ne suis pas des maîtres (7-3)
                  • 3- Ne suis pas des leaders (33-67)
                  • 4- Ne suis pas les prêtres (9-31)
                  • 5- Ne suis pas les enseignements que l’on attribue aux anges et aux prophètes (3-80)
                  • 6- Ne suis pas les paroles des ancêtres (2-170 ;5-104 ;6-148 ;7-128 ;31-21)
                  • 7-Ne suis pas la majorité (6-116)
                  • 8-Ne suis pas les connards à la piété apparente (4-142  ;107-4 107-6 ,2-204 ; 2-205)
                  • 9-Ne suis pas les paroles futiles (28-74 ;28-75)
                  • 10-Use ton ciboulot (34-46 et 17-36) et suis les preuves (28-74 ; 28-75)

                  et cadeau ces trois versets :

                  • 26-221 : Vous informerais je sur qui descendent les diables ?
                  • 26-222 ; Ils descendent sur tout calomiateur, vicieux
                  • 25-223 : ils répètent ce qu’ils entendent et sont, en majorité, des menteurs. 

                  Les livres que tu étudies et la méthodologie que tu recommandes pour « la législation musulmane » est celle qui reçoit l’appui des diables. Que du ouîe-dire et des opinions d’autrui. Aucun effort d’analyse et de recoupement du texte coranique.

                  PS : Comme tu dis toi même qu’il faut suivre ce que disent tes savants à la con, je te rappelles que tu n’es pas habilité à me répondre avant de les consulter. Tu n’es pas qualifié selon ta propre croyance qui te place comme un être spirituellement inférieur.

                  PS2 ; Avant de lancer dans les insultes et les accusations de mécréance, vérifie bien que je ne t’ai pas insulté. J’ai juste insulté tes savants de merde et les livres de chiottes qu’ils ont écrits et je précise que j’y inclus ceux des trous du cul Bukhari, Muslim, thirmidhi et que tu n’as aucun verset pour les défendre.

                  PS3 : Comme tu suis les hadiths, voici deux hadiths qui te demandent de ne pas suivre les hadiths (attention au bug neuronal) :

                  • HADITH 1 : Zayd ibn Thâbit était le scribe personnel de Mahomet. Il visita le calife Mu’aawiya (plus de 30 ans après la mort du prophète) et lui raconta une histoire sur le prophète. Mu’aawiya apprécia l’histoire et ordonna que quelqu’un l’écrive. Mais Zayd dit : « Le messager de Dieu nous a ordonné de ne jamais rien écrire de ses hadiths. » (Rapporté par Ibn Hanbal)
                  • HADITH 2 : Abi Saeed AlKhudry rapporta que le messager de Dieu a dit : « N’écrivez rien de moi excepté le Coran. Quiconque écrit quelque chose d’autre que le Coran doit l’effacer. ».

                  ...

                  Par Hadhratu el Cheikh, el Allama, Ayatollah MuslimADieu, radhia allahou anhou, que Dieu l’agrée et l’honore dans son paradis.


                • veritas 7 janvier 2014 20:07
                  @ MuslimADieu

                  Si mes arguments ne te convainquent pas, tu es libre de croire ce que tu veux. Mais ne tombe pas très bas en insultant les compagnons du prophète comme Ibn Abbas (Que dieu l’agrée).

                  ça se voit que tu n’a aucune connaissance de l’Islam. Je croyais discuter avec un connaisseur de l’Islam, mais je suis tombé sur un inculte qui mélange tout.

                  Ps : Le prophète a demandé au compagnon Zayd Ibn Thabit de n’écrire que les paroles de dieu (Coran), non pas parce que les paroles du prophète sont inutiles, mais parce que d’autres compagnons comme Abou Houraryra (que tu vas encore insulter comme tu as insulté Ibn Abbass) s’occupaient déjà d’écrire les paroles du prophète.

                  Ce sera mon dernier commentaire, je n’ai pas de temps à perdre avec toi, va lire le Coran pour les nuls ça t’occupera, et ne débats pas sur des sujets que tu ne maitrises pas.

                • MuslimADieu MuslimADieu 7 janvier 2014 20:53

                  me refuserais tu des versets de ton Dieu pour me mettre sur le droit chemin ?


                  A propos de Abi Horeira, voici des hadiths qu’il a dit avoir entendu :
                  Savoures :

                  Omar Ibn Khattab a dit : « le plus menteur des Mohadditin est Abu Hureira » (Tabari, Tafsir, op cit, volume XXI, p.157).

                  Omar à propos de Abi Horeira : « Nous avons beaucoup de choses à dire, mais nous avons peur de les dire, et cet homme-là n’a aucune retenue » (Al-Isaba, volume VII, p. 440)

                  Omar l’a menacé de l’exiler, et de le renvoyer au Yémen, son pays d’origine, s’il continuait à raconter de tels ahadiths (Tafsir, op cit, volume XXI, p.157).

                  Aisha à Abi Horeira « Tu racontes, des Hadiths que tu n’as jamais entendus. ». Réponse de Abi Horeira : « Ô mère, moi je ne faisais que quêter les Hadiths, toi tu étais trop occupée par le khôl et le miroir » (Al-Isaba, volume VII, p. 440).

                  Aisha à propos de Abu Hureira « Il n’est pas doué par l’écoute et, lorsqu’il est sollicité, il donne de mauvaises réponses » (Al-Ijaba, op. cit., p.116)

                  « les gens disaient qu’ Abu Hureira racontait trop de Hadiths » (Sahih Bukhari, op cit, Volume I, p. 34)

                  Durant son califat, `Umar le désigna gouverneur de Bahrain. Or à Bahrain, Abû Hurayrah accumula rapidement des richesses. Umar l’apprit et convoqua Abû Hurayrah à Médine. S’imaginant qu’il avait acquis sa richesse illicitement, `Umar l’interrogea sur l’origine de sa fortune. Abû Hurayrah expliqua qu’elle provenait de l’élevage de chevaux et des cadeaux reçus. No comments.

                  Pour ce qui est des perles de Abi Horeira (très copain avec le « 5 ème Calife » Mouawihah) :

                  Le prophète aurait dit : « Dieu a mis sa confiance en trois personnes pour protéger sa révélation : Moi [le prophète], l’ange Gabriel et Mouawiyah » (Mahmoud Abou Rayyah, Adwa’a Ala As-Sunna Al-Mohammadiah, p.188)

                  le prophète aurait dit « Pour ce rang [le pouvoir souverain ou califat], les Quraychites ont la suprématie sur tous les gens : leurs musulmans l’ont sur les musulmans et leurs polythéistes sur les polythéistes »( Al Boukhari, op.cit., Vol.2, p.414),

                  le prophète aurait dit : « Le Califat est à Médine. La monarchie serait en Syrie » (Abd Al Jawad Yassine, op.cit., p.267)

                  Le prophète (saws) aurait dit que dieu a créé Adam à SON IMAGE (? ?? !) et que d’une taille de soixante coudées à cette époque, l’homme ne fait que rapetisser (Sahih Muslim. Paléontologues, à vos pioches.

                  Le prophète aurait dit : « Dieu a crée la terre samedi, les montagnes dimanche, les ARBRES lundi, le « makrouh » le mardi, la LUMIERE mercredi, les animaux jeudi et Adam vendredi ». Noter la lumière après la photosynthèse et le vice avant les hommes (Sahih Muslim)

                  Le prophète aurait dit « celui qui m’obéit obéit à Dieu et celui qui me désobéit désobéit à Dieu. Celui qui obéit à l’Emir m’obéit et celui qui désobéit à l’Emir me désobéit ». (Sahih Moslem)


                  PS : Ne me remercie pas. C’est Cheikh Dukhani qui a fait la compil. Si ça t’intéresse, j’ai une compil hadiths scatologiques avec pipi et caca. Un must de spiritualité. Tu vas adorer.

                • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 12 janvier 2014 18:24

                  @ Veritas.

                  1- Les exégètes du Coran ne savaient pas toujours interpréter un verset. Ils ont donné jusqu’à 20 interprétations possibles pour un seul verset.

                  2- Ce sont des hommes, qui ont donc un savoir limité, et qui, pour la très grande majorité, ne maîtrisent pas les langues anciennes, comme l’araméen.

                  3- Des savants modernes, en interprétant le Coran selon de nouvelles considérations linguistiques, ont levé « plusieurs lièvres », dont en particulier les fameuses houris du paradis, qui ne sont que des grappes de raisin !

                  J’ai publié ici même l’article intitulé « des houris et des hommes »
                  http://numidia-liberum.blogspot.com/2013/02/une-interpretation-moderne-du-coran.html
                   


                • INANNA DE SUMER 12 avril 22:25

                  @Hannibal GENSERIC
                  Je viens de lire et me permets de partager sur mon blog votre article sur les raisins blancs... ..... !!!! .... C’est ballot


                • cathy30 cathy30 6 janvier 2014 13:36

                  Chez les anciens sémites, ancêtres des Cananéens, des Phéniciens, des Hébreux et des Arabes, des milliers d’années avant l’Islam, on avait déjà imposé le voile aux femmes pour se couvrir les cheveux. En effet, les anciens sémites considéraient la chevelure de la femme comme le reflet de la toison du pubis. 


                  Les sémites ne sont aussi tarés que ça : La descendance de Sem : 5 fils. Elam, Assur, Arphaxad, Lud, Aram. Cela a donné les Perses, les Assyriens, les Scythes, les Parthes, les Grecs...

                  Vous y tenez Anibal à mettre les cananéens les phéniciens et les arabes chez les sémites. Non, non non et non ils sont chamites. (Afrique)
                  Canaan descendants de Cham (vous vous souvenez de la malédiction de Noé) 
                  Phénicien descendants de Cham, Mizraïm, Sidon
                  Les 1er arabes (très cultivés) sont Chamites, situés dans l’Egypte antique. Vous pouvez vérifier dans Wikipedia. 

                  Dans la bible la première fois ou l’on parle de femme voilée c’est dans l’histoire de Tamar et Juda. Cela se passe en terre Babylonienne. Tamar n’a pas eu de descendance car son mari et les frères du mari meurent. Juda malgré sa promesse de donner une descendance à Tamar, Juda laisse tomber. Dans l’impatience et sachant que Juda ne tiendra pas sa promesse Tamar se fait passer pour une prostituée. 
                  Genèse 38:15
                  Et Juda la vit et la prit pour une prostituée ; car elle avait couvert son visage.

                  Je vous prie d’arrêter de vomir vos bêtises, jour après jour. sur les sémites. Vous êtes un grand malade de penser aux poils pubiens. 



                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 janvier 2014 13:56

                    Quand on parle de peuples sémitiques on parle de peuples qui parlent des langues sémitiques ( Assyriens, Chaldéens, Syriens, Phéniciens , Hébreux, Cananéens ... ) et pas de peuples qui parlent des langues indo-européennes ( Perses, Scythes , Mèdes, Grecs, Philistins , Crétois, Hittites .... ).

                    Et même si un livre dit le contraire parce que Noé ou je ne sais qui d’autre l’a dit, la réalité doit malgré tout s’imposer.

                    Enfin, pour la petite histoire, il existe des chercheurs qui pensent qu’il est probable que les Sémites et les Indo-Européens formaient un seul peuple dans le croissant fertile étant donné que l’agriculture des peuples blancs s’est développée dans le croissant fertile à partir de 9000 avant notre ère et que c’est par la suite que les langues se sont différenciées compte tenu des métissages avec les peuplades de chasseurs du Maghreb à l’Inde, de l’allongement des distances et du temps qui passe.


                  • CASS. CASS. 6 janvier 2014 22:22

                    Vous racontez vraiment n’importe quoi ma pôve cathy enfin comme d’ hab.


                  • cathy30 cathy30 7 janvier 2014 08:06

                    Alois

                    Indo européen n’est qu’un tour de passe passe. Traduisez par Japhetique/semite est vous obtiendrez la même chose. Par exemple nous français, nous avons une dominante de yeux bruns et cheveux châtain. Nous sommes d’origine galloise ou gauloise, Nous somme un peuple métis, indo européen ou japhetique semite. C’est pareil. De japhète sort la branche asiatique.

                    Les mèdes étaient indo. C’est à dire de la race asiatique. Mais ils sont restés dans le bassin méditérranéen. Ils ont donc gardé la langue sémite. 

                  • cathy30 cathy30 7 janvier 2014 08:08

                    Allez Cass assure tes origines africaines. Nous anciens gallois, nous avons aussi des origines diverses et alors, ça fait de nous des parias ?


                  • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 7 janvier 2014 18:14

                    @Cass. très juste, Cass !!


                  • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 12 janvier 2014 18:30

                    @ Alois.

                    des chercheurs en génie génétique ont démontré que TOUS les peuples non africains « descendent » des Arabes ! Les premiers homo sapiens ont traversé la mer rouge, ont séjourné plusieurs millénaires en Arabie (qui était fertile et heureuse, contrairement à aujourd’hui : stérile, triste et belliqueuse) avant de conquérir le reste de la planète.

                    Cela va faire un choc dans les chaumières racistes !!


                  • christophe nicolas christophe nicolas 6 janvier 2014 13:44

                    Très bien, vous avez oublié la principale catégorie, ceux qui décident dans l’ombre, la corporatocratie, les comptes secrets .... L’iniquité avance toujours cachée sous un voile


                    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 6 janvier 2014 13:45

                      En ce qui me concerne, ça me fait franchement rigoler que des gens instruits en sont encore à croire que le vil et mensonger coran doit être pris en considération alors qu’il est manifeste qu’il s’agit d’un vaste fumisterie pour qui se donne la peine de réfléchir à ce qu’il y est écrit, notamment le fameux duel de sorcellerie entre Moise et les sorciers du Pharaon inconnu !

                      Il est MANIFESTE que la sorcellerie ne fonctionne pas et pourtant, d’AUCUNS qui ont fait des études et sont capables de REFLECHIR refusent pourtant d’admettre cette VERITE MANIFESTE tout en étant bien évidemment INFOUTUS de PROUVER le contraire.

                      Ce serait bien évidemment anectdotique si ce livre ne servait pas de prétexte à pourrir la vie de millions de gens mais il faut bien constater que c’est devenu un enjeu mondial face auquel tout citoyen-ne est tenu de se positionner.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès