• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > « Objective collapse ». La « réduction du paquet d’onde » est-elle (...)

« Objective collapse ». La « réduction du paquet d’onde » est-elle une réalité objective ?

La réduction du paquet d'onde (anglais Wave function collapse) est un concept fondamental de la mécanique quantique selon lequel, après une mesure, un système physique, par exemple une particule, voit son état entièrement réduit à celui qui a été mesuré.

Jean-Paul Baquiast 21/07/2016

Rédaction provisoire

Fentes de Young. Schéma de principe
 

Auparavant, cet état était défini par l'équation dite de Schrödinger qui ne permet de le représenter que de façon probabiliste. Ainsi la particule ne peut se voir assigner avant mesure une position précise dans l'espace et le temps.

Le concept de réduction du paquet d'onde implique de nombreuses difficultés sur le plan logique et épistémologique. Existe-t-il une réalité objective, autrement dit définie en dehors de toute observation ? La question est soulevée parce que la théorie suggère que ce que nous considérons comme la "réalité" possède une infinité théorique d'états quand elle n'est pas "observée", plus exactement perturbée par une mesure.

Par contre la mesure provoque une réduction de l'équation de Schrödinger, qualifiée de décohérence quantique. Elle permet alors de la situer dans le temps et dans l'espace. La question philosophique de la réalité est soulevée du fait que la théorie suggère que ce que nous considérons comme la "réalité" possède une infinité théorique d'états quand elle n'est pas "observée" (plus exactement perturbée par une mesure, provoquant une décohérence quantique).

Différentes interprétations

Dès les débuts de la mécanique quantique, différentes interprétations ont été proposées pour tenir compte de ce paradoxe. L'une a été introduite par Schrödinger, remettant en question le concept d'objectivité de la mesure avec son paradoxe dit du chat de Schrödinger, à la fois mort et vivant.

D'autres physiciens, dont Albert Einstein, ont proposé l'existence de variables cachées. Des expériences avaient été proposées, notamment par John Bell pour montrer comment on pourrait vérifier la possibilité ou l'impossiblité d'existence de telles variables ; À la fin du XXe siècle, Alain Aspect réalisa ces expériences, ce qui aboutit à infirmer l'existence de ces variables cachées (locales).

L'interprétation la plus répandue est celle dite de l'École de Copenhague. Pour ses partisans, les postulats de la physique, en l'espèce ceux de la mécanique quantique, n'ont aucun sens métaphysique : ils ne décrivent pas l'univers. Ils sont purement formels et opératoires. Ils se limitent à proposer des opérations lesquelles, que la réponse soit positive ou ne le soit pas, ne permettront pas d'en déduire une réalité sous-jacente. Il s'agit d'une impossibilité radicale, liée à l'absence de lien physique entre les postulats et la réalité, et non d'une « simple » ignorance qui pourrait être comblée à l'intérieur du cadre de la mécanique quantique actuelle. La mécanique quantique est parfaitement valide dès maintenant, dans la mesure où elle est appliquée aux nombreux cas pratiques dans lesquels elle sert d'outil indispensable, mais il ne faut par chercher à savoir si elle se réfère à un monde objectif sous-jacent ;. « Calcule et tais-toi » comme il a été dit.

Il reste que, dans cette interprétation, le concept d'observateur suppose non seulement un instrument d'observation mais le cerveau d'un observateur, capable de construire avec l'entité observé ce que Mioara Mugur-Schaechter a nommé une « conceptualisation relativisée. On ne voit pas ce qui joue le rôle du cerveau et de cet observateur en l'absence d'êtres vivants.

D'autres interprétations ont été proposées pour tenir compte de l'apparent indéterminisme de la mécanique quantique. L'une est la théorie d'Everett, appelée aussi théorie des états relatifs, ou encore théorie des mondes multiples. Pour celle-ci, dans le cas du paradoxe du chat de Schrödinger , chaque évènement est une bifurcation. Le chat est à la fois mort et vivant, avant même l'ouverture de la boite, mais le chat mort et le chat vivant existent dans des bifurcations différentes de l'univers, qui sont tout aussi réelles l'une que l'autre. Il n'a jamais été possible, comme on le devine, de vérifier expérimentalement cette interprétation, mais dans l'hypothèse cosmologique dite des multivers, elle est toujours prise en considération.

Le collapse objectif

La théorie de « l'objective collapse » ou collapse objectif propose d'expliquer différemment les paradoxes de l'indéterminisme. Dite aussi quantum mechanical spontaneous localization models (QMSL) elle est réaliste, indéterministe et rejette l'hypothèse des variables cachées. Elle diffère cependant de l'interprétation de Copenhague, en ce sens qu'elle considère que la fonction d'onde est réelle, qu'elle possède une dimension « ontologique ». Elle correspondrait à une fonction mathématique bien définie. Mais celle-ci ne s'effondrerait qu'au hasard (("spontaneous localization"), ou pour des raisons purement physiques, sans que l'obervateur ait le moindre rôle à y jouer. Les exemples les plus connus de cette de cette interprétation sont la théorie dite de Ghirardi–Rimini–Weber (GRW) et l'interprétation dite de Penrose (voir références ci-dessous).

L'expérience des Fentes de Young, ou écran à double fente, n'a jamais été remise en cause. Elle illustre la dualité onde-particule : les interférences observées sur l'écran (c'est-à-dire sur un système d'observation conçu par un observateur, Young à l'origine), montrent que la lumière présente un comportement ondulatoire, mais la façon dont les photons sont détectés (impact sur un écran) montre aussi leur comportement particulaire. Avec non plus des photons, mais des particules en ensembles de particules de matière, électrons, neutrons, atomes, molécules, on observe également des interférences. Ce qui démontre les concernanr la dualité onde-particule. La matière présente un comportement ondulatoire, mais dans le même temps leur observation (impact sur un écran) prouve leur comportement particulaire.

Peut-on échapper à cette alternative ? La nouvelle modalité de la théorie quantique standard, proposée dans les années soixante, dite du « collapse objectif » semblait le confirmer. Elle permettrait selon les théoriciens non seulement d'évacuer le problème insoluble de l'observateur, mais de mieux préciser des questions encore mystérieuses en cosmologie, comme celles des trous noirs et l'énergie noire, supposée responsable de l'expansion actuelle de l'univers.

La théorie fait l'hypothèse que la fonction d'onde, entité mathématique proposée par Erwin Schrödinger, comme indiqué ci-dessus, pour décrire la particule en termes probabiliste, c'est-à-dire inapplicable pour définir une particule isolée, soit au contraire une réalité existant dans la nature, et pas seulement dans les modèles mathématiques. L'état de la particule ne dépendrait donc pas de l'observation. Autrement dit, le chat de Schrödinger serait simultanément mort ou vivant, qu'il soit observé ou non. L'équation de Schrödinger serait donc applicable à une particule isolée (ou à ce qui dans le monde qantique correspond à ce que l'on nomme une particule isolée)

Récemment, sur ces sujets le physicien théoricien Daniel Sudarsky de l'Université de Mexico (voir référence) a depuis quelques années proposé des approches très intéressantes. Il a voulu selon ses propres termes décrire l'univers tel qu'il était il y a 13 milliards d'années, à une époque où n'existait nulle conscience pour observer les particules dont il était fait.

Les premiers théoriciens du collapse objectif ont été dans les années 1970 Philip Pearle du Hamilton College New York, rejoint plus récemment par Giancarlo Ghirardi et Tulio Weber de l'Université de Trieste, ainsi que Alberto Rimini de l'Université de Padoue. Ils ont voulu montré que la fonction d'onde peut évoluer naturellement, sans observateurs, d'un état probabiliste à un état bien défini. Pour cela, ils ont ajouté à la fonction d'onde, fonction mathématique, des fonctions non-mathématiques, en l'espèce un terme non linéaire permettant à un état donné de se répandre rapidement aux dépens de tous les autres, et un terme stochastique, permettant à ce phénomène de se produire au hasard.

Selon ces théoriciens, dans l'univers primordial, il a suffi d'un temps relativement court (si l'on peut alors parler de temps) pour que les fonctions d'onde décrivant la matière primitive s'effondrent, donnant naissance à la matière telle que nous la connaissons, avec ses étoiles et ses galaxies. Point n'était besoin d'un « observateur » . Ceci dit, la théorie du collapse objectif décrit un phénomène que certes beaucoup de physiciens considèrent comme crédible, mais elle n'explique pas la raison du phénomène, dans le cadre des lois dites fondamentales.. Roger Penrose et d'autres avaient proposé des hypothèses à cette fin, mais elles ne furent pas reconnues par tous, du fait notamment qu'elles n'étaient pas vérifiables expérimentalement.

Pour Sudarsky et ses collaborateurs, ces objections ne peuvent être faites à la théorie du collapse objectif. Ils ont montré que la vitesse de propagation du collapse objectif telle que précisée par eux correspond à ce que l'on sait des conditions de formation des trous noirs (The Black Hole Information Paradox and the Collapse of the Wave Function, référencé ci-dessous). Plus généralement, la théorie montre que lorsque la fonction d'onde disparaît « au hasard » et dans les conditions décrites par elle, quelque chose de nouveau la remplace, une position bien définie, une information, une certaine quantité d'énergie.

L'énergie naissant du collapse individuel est trop petite pour être perçue par nous, mais à l'échelle de l'univers, ce n'est plus le cas. Ainsi pourrait s'expliquer l'énergie noire. Avec Thibaut Josset et Alejandro Perez de l'Université de Marseille, Sudarsky a montré en 2015 que l'énergie créée à travers les phénomènes de collapse objectif aurait été suffisante pour expliquer l'apparition de la matière. Il faudrait cependant accepter une forme légèrement modifiée de la théorie de la relativité. Serait-ce possible sans bouleverser celle-ci et remettre en cause ses innombrables applications ? Sudarsky le pense.

Cependant se pose alors un problème important. L'énergie noire ainsi créée provoquerait la concentration de la matière, et non sa dispersion ( Voir son article Dark energy as the weight of violating energy conservation, référencé ci-dessous). .En 2016, Sudarsky a annoncé qu'il pensait avoir résolu cette difficulté. Pour lui la théorie de l'objective collapse n'est pas encore assez raffinée. Dans un article récent, ( A (not so ?) novel explanation for the very special initial state of the universe, référencé ci-dessous ) il pense pouvoir montrer que le collapse objectif peut expliquer pourquoi l'univers a commencé dans un état d'entropie, ou désordre maximum, qui n'a cessé de s'accroitre depuis. Cet accroissement d'entropie serait connecté pour nous à la façon dont nous percevons l'écoulement du temps.

Comme il est normal, ces spéculations sont contestées par d'autres théoriciens. Mais un nombre croissant d'entre eux se déclarent prèts à les étudier plus en profondeur, pour cependant qu'elles puissent être soumise à l'expérimentation. Il faudrait pouvoir montrer comment des objets plus grands qu'une particule élémentaire collapsent spontanément. Pour Sudarsky, il existe un seuil naturel au delà duquel les objets quantiques voient leur fonction d'onde s'effondrer et perdent leur caractère d'ondes et de particules. L'observation de cette limite est difficile car ce seuil paraît aujourd'hui au delà de nos capacités d'observation. Mais les chercheurs pensent que dans une dizaine d'années, des expériences significatives le démontrant pourront être présentées. Certains y travaillent déjà.

Si cela pouvait être réalisé, il en résulterait que la fonction d'onde deviendrait la pierre angulaire de la physique moderne, au lieu de ne s'appliquer aux entités quantiques. Mais de quelle nature serait la description du réel susceptible de la prendre en compte, tant avant la naissance de l'univers qu'aujourd'hui ? Il semble en particulier qu'il faudrait considérer que la relativité générale d'Einstein préexiste au même titre que le monde quantique avant toute apparition de particules matérielles. C'est dans le cadre de cette théorie, légèrement complétée comme indiqué précédemment, que se produirait la décohérence de certaines entités quantiques. Autrement dit, même si Einstein n'avait jamais vraiment accepté les hypothèses de la mécanique quantique, il en avait sans le vouloir proposé un des fondements.

Plus généralement, il restera à préciser les conséquences de ce nouveau « réalisme » concernant le collapse, tant aux niveaux les plus élémentaires de la matière, que des innombrables objets que nous connaissons, le chat de Shrödiger d'abord, mais nous mêmes et nos cerveaux ensuite.

Références

* Wikipedia Equation de Schödinger https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quation_de_Schr%C3%B6dinger
* Wikipedia La fonction d'onde https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonction_d%27onde
* Wikipedia Réduction du paquet d'onde (on dit aussi effondrement de la fonction d'onde) https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9duction_du_paquet_d%27onde
* Wave function collapse https://en.wikipedia.org/wiki/Wave_function_collapse
* Wikipedia Objective collapse theory https ://en.wikipedia.org/wiki/Objective_collapse_theory
* Wikipedia GRW theory https://en.wikipedia.org/wiki/Ghirardi%E2%80%93Rimini%E2%80%93Weber_theory* Wikipedia Penrose interpretation https://en.wikipedia.org/wiki/Penrose_interpretation

* Daniel Sudarsky
https://www.researchgate.net/profile/Daniel_Sudarsky
* The Black Hole Information Paradox and the Collapse of the Wave Function
http://arxiv.org/abs/1406.2011
* Dark energy as the weight of violating energy conservation
http://arxiv.org/abs/1604.04183
* A (not so ?) novel explanation for the very special initial state of the universe http://arxiv.org/abs/1602.07006

*New Scientist 13 juillet 2016
https://www.newscientist.com/article/mg23130820-200-collapse-has-quantum-theorys-greatest-mystery-been-solved/

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • rhea 1481971 22 juillet 2016 19:24

    Notre collapse de psy est encadré depuis pas mal d’années : la liberté virtuelle, l’illusion.


    • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2016 15:56

      Trop long d’énumérer puis réfuter les bourdes standard reproduites ci-dessus. Just a bag of scraps. Pratiquement pas un mot de juste, du reste Baquiast n’a jamais été physicien.

      Voici plus de huit ans et demi, c’était les 31 décembre 2007 et 1er janvier 2008, un débutant nous a demandé de lui recommander un bon livre d’initiation à la physique quantique. On s’est grattés la tête, et après s’être regardés les uns les autres, avons conclu qu’un bon, ça n’existait pas, qu’il fallait se retrousser les manches, et l’écrire. A présent, il est fait, à 253 pages. Encore des retouches de détail fréquentes, pour garantir qu’il soit à la portée du plus grand nombre.

      Couverture :
      http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/Physique/couverture.pdf
      La microphysique que l’on vous conte est-elle bien la bonne ?
      La physique quantique transactionnelle expliquée pour tous.

      4e de couverture :
      http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/Physique/4e_couverture.pdf

      Vous avez déjà vu des charlatans qui vous vantent leur médecine douce ou parallèle, mais « quantique » ? Ou entendu Mr Tomkins explore l’atome, à qui on explique que pour tuer le tigre quantique, il faut tirer de nombreux coups dans toutes les directions ? Ou vous êtes-vous entendu asséner que puisque selon Richard Feynman, « Personne ne comprend la mécanique quantique » alors vous n’allez quand même pas oser comprendre davantage que lui ? Ou que « Mystère de la sainte dualité onde-corpuscule », c’est vachement subtil, et que seuls les initiés vachement matheux peuvent maîtriser ? Ou qu’un électron dans un tube cathodique trouve quand même le temps d’aller explorer jusqu’au delà de la planète Jupiter ?


      Ça suffisait comme ça, ces carabistouilles, il était grand temps qu’on fasse quelque chose de plus averti et plus clair comme vulgarisation de la physique quantique. Ce manuel d’initiation vous fait profiter des avancées de la microphysique transactionnelle au long d’une conversation à quatre personnages : le lecteur Curieux, les professeurs Castel-Tenant et Marmotte, M. z’Yeux Ouverts. Des annexes permettent au lecteur de se remettre au niveau nécessaire depuis un niveau initial de Seconde, et de vérifier chaque point. Le secret que les grands prêtres du mystère gardaient bien, est que « quantique », en réalité c’est périodique, ondulatoire et transactionnel, avec rien du tout qui soit corpusculaire ni dualistique. Il n’y a de corpusculaire ou à peu près qu’en macrophysique, jamais en microphysique.

      Zéro corpuscules à l’échelle microphysique, zéro duali, en revanche il y a des émetteurs et des absorbeurs. Individuellement, tout photon a un émetteur et un absorbeur. C’est cela l’échelle individuelle de la microphysique.

      ...

      Corps : http://jacques.lavau.perso.sfr.fr/Physique/Microphysique_contee.pdf


      • Xenozoid Xenozoid 23 juillet 2016 16:07

        @JC_LavauZéro 


        corpuscules à l’échelle microphysique, zéro duali, en revanche il y a des émetteurs et des absorbeurs. Individuellement, tout photon a un émetteur et unabsorbeur. C’est cela l’échelle individuelle de la microphysique.

        hahaha


      • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2016 16:21

        @Xenozoid. N’hésite pas à développer ta physique personnelle à toi que tu as.


      • Xenozoid Xenozoid 23 juillet 2016 16:37

        @JC_Lavau


        ça m’a juste fait rire,c’est tout,juste moi,merci pour ta réaction

      • Alren Alren 23 juillet 2016 18:43

        @JC_Lavau

        Votre livre et sa théorie sous-jacente semblent bien être ignorée par les physiciens « zofficiels ».
        Mais cela n’implique pas qu’il défende des idées fausses.

        Il faut présenter comme un défi, une épreuve de vérité décisive, une expérience (du genre de celle qu’a montée en son temps A. Aspect) dont vous prévoyez des résultats différents de la théorie dominante. Comme Salomon, elle dira qui a raison.


      • izarn izarn 23 juillet 2016 18:47

        @JC_Lavau
        "Il n’y a de corpusculaire ou à peu près qu’en macrophysique, jamais en microphysique.« 
        C’est mon idée. Le quantique existe au départ, et à l’arrivée. Entre c’est une onde.
        L’erreur c’est de considérer que le photon est une particule...
        L’erreur d’Einstein. Mais à l’époque, c’était une explication crédible.
        L’adoration des »génies" aboutit à des conneries....
        Ce qui explique l’expérience de Young...
        L’élimination de la gravitation dans la physique quantique, est aussi une erreur terrestre.
        Dans une étoile, la gravitation joue à plein....
        Le quantique sans la gravitation c’est stérile....



      • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2016 22:59

        @JP Baquiast. Tiens voici deux fraudes de Wikipedia :
        Admire cette page de Wikipedia rédigée par les services de Tel Aviv :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Asma_el-Assad
        Dans la politique du Grand Israël, la tête de la résistance à l’anéantissement de la Syrie est dépeinte comme un monstre de cruauté marié à une monstre de frivolité.

        Et la contre-intox :
        http://arretsurinfo.ch/personnalite-de-lannee-2015/
        https://www.almasdarnews.com/article/president-assad-visits-wounded-soldiers-syrias-homs/
        https://www.almasdarnews.com/article/first-lady-visits-orphan-care-centers-in-damascus/

        Contexte du complot pour le Grand Israël :
        https://www.almasdarnews.com/article/us-expands-sanctions-list-syria/
        https://www.almasdarnews.com/article/uncovering-tacit-cooperation-israel-jabhat-al-nusra/

        Mais tous les témoins gênants sont juste des complotistes bons pour l’hôpital psychiatrique, aren’t they ?

        Voici un autre complot dans lequel les ayatollahs qui dirigent wikipedia trempent jusqu’aux sourcils :
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Acidification_des_oc%C3%A9ans
        et son infographie :
        http://www.igbp.net/images/18.30566fc6142425d6c9115f0/1385975232150/OAspm-pH-high.jpg

        Tiens ? On mesurait un pH avec deux décimales en 1751 ? Sous Louis XV ?
        Pour mieux situer l’époque, la mutinerie de la Bounty, c’était en 1789, pour un voyage commencé fin décembre 1787.
        Cent quarante deux ans avant que la notion fut inventée par Sørensen ?
        Quand on bataillait encore entre savants pour admettre ou refuser les nombres négatifs ? Quand Antoine Laurent de Lavoisier avait huit ans ?
        Quand on se contentait de quatre éléments et que l’hydrogène n’était pas encore inventé ? Et quel était le protocole expérimental ? Quel aurait pu être l’appareillage ?

        Ah bon ? C’est une estimation ! On peut la vérifier ? Ah non ?
        ...
        Quelle campagne de mesures de pH marins ? Quand ? En quels lieux ? Introuvable.

        "un récifs du centre de la barrière de corail de Papouasie-Nouvelle-Guinée naturellement acidifié par un dégazage volcanique sous-marin permanent de CO2 ont montré qu’une eau acidifiée".

        Tiens ? Le volcanisme sous-marin aurait là bien plus d’effets acidifiants par le dioxyde de carbone que par les sulfures et l’acide sulfurique ? Voilà qui est nouveau - au sens de Sganarelle ou de Coluche. On peut voir la carte géologique de ces fonds marins là ? Ah
        non, c’est secret... On peut voir l’analyse de cette eau de mer et la comparer à d’autres analyses en d’autres lieux ? Ah non, c’est secret...
        Embêtant quand même, qu’ils aient refondé l’électrochimie des solutions d’électrolytes sur des bases toutes nouvelles - toujours au sens de Sganarelle. De mon temps, c’étaient les bases faibles et les acides faibles qui faisaient le pouvoir tampon des solutions, et là je ne trouve plus aucune trace des bases fortes ni des acides forts dans leur volcanisme sous-marin.
        ...
         Furieux, un croyant nous renvoie à une modélisation qui lui semble tenir lieu des mesures océanographiques :
        http://www.stanford.edu/group/efmh/jacobson/Articles/IX/2004JD005220.pdf

        Résumons les hypothèses de calcul faites par Mark Z. Jacobson :
        1. Il n’y a aucun volcanisme sous-marin (quand même 90% de tout le volcanisme de la Terre), pas de souffleurs de sulfures, rien.
        2. Ni aucune subduction qui enfouisse, diagenèse puis métamorphise, et recycle les sédiments marins. Aucun charriage non plus.
        3. Il n’y a aucun fleuve.
        4. Il n’y a ni érosion chimique ni érosion mécanique des continents, même pas des côtières.
        5. Il n’y a aucune néosynthèse d’argiles marines.
        6. Aucun prélèvement biologique n’est fait par des organismes marins. Pas de coraux, pas de calcaires, pas de maerls, pas de marnes, pas de silex, pas de marbres...
        7. Donc aucun effet d’oxydo-réduction... Les montagnes d’oxyde de fer d’Australie et du Canada n’ont plus de raison d’exister.
        8. Pas d’évaporites non plus.
        9. Il n’y a pas d’exportation d’aérosols marins. Tant pis pour la forêt des Landes qui sans eux ne serait que le tiers (en tonnage) de ce qu’elle est.

        En conséquence, aucun des dépôts calcaires du Jurassique ou du Crétacé n’a jamais pu se former, en un temps où les rivières étaient claires, sans alluvions, sans corrosion des continents autre que chimique, par les eaux chargées en dioxyde de carbone d’origine atmosphérique. Ils recouvrent quand même environ la moitié de la France.

        Pas d’érosion mécanique non plus, donc pas de delta du Mississipi, pas de delta du Gange et du Brahmapoutre, ni du Tigre et de l’Euphrate, ni du Mékong, ni de l’Indus, ni du Sang-Koï, ni du Nil, ni du Rhône, ni du Danube, ni du Rhin, ni du Pô, ni du Niger, ni de l’Amazone, ni de
        l’Orénoque...

        Pas de volcans sous-marins, pas de souffleurs, pas d’atolls, pas d’arcs style Aléoutiennes ou Kouriles, pas de Japon, pas d’Islande, pas d’Antilles, pas de Nouvelle Zélande...

        Sur l’évacuation hors de l’horizon du modélisateur des synthèses d’argiles marines, fut-ce par modification structurelle et chimique des argiles continentales apportées par les fleuves : on leur doit quand même sur quelques quatre milliards et demi d’années le constant prélèvement en potassium au détriment de la solution marine. Ces argiles benthiques de structure mica hydraté sont ensuite recyclées par subduction, distillées par différenciation magmatique, et le potassium est renvoyé dans les croûtes continentales par volcanisme andésitique, ou par plutons granitiques.
        C’est à ce mécanisme qu’on doit l’existence des croûtes continentales, vingt à trente fois plus riches en potassium que le manteau ou la croûte océanique. D’où l’enrichissement permanent de l’océan en sodium, qui ne peut participer que très difficilement aux synthèses argileuses.

        Le modélisateur s’est imaginé qu’avec juste l’atmosphère et la solution marine, il modélisait correctement les océans du globe, et sur des siècles...
        J’aurais mauvaise grâce à contester l’usage des produits de solubilité dans ce genre de solutions à force ionique élevée, j’en connais les succès. C’est l’idée d’une boîte fermée, ou à la rigueur juste deux boîtes (océans + atmosphère), qui est follement irréaliste, complètement folle. Tout sédimentologue, tout volcanologue, tout biologiste pousseraient les mêmes cris que moi.

        Au moment où deux climastrologues de l’IPCC, candidats aux européennes de dimanche 25 mai 2014, réclament "mille milliards d’euros pour sauver le climat", il est temps de se pencher sur leur outrecuidance, couplée à leur abyssale ignorance en physique, en chimie, en biochimie, et en sciences de la Terre, sans parler de leur mépris envers la méthodologie
        scientifique et l’éthique scientifique :
        « Et en dégageant mille milliards d’euros pour sauver le climat ».
        http://www.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L620xH37/mille20_milldc55-cb695.jpg

        Il est comme ça, le marché de l’illusion de compétence pour « élites » déphasées. Mais bien sûr, « pas de complots le moins du monde », juste d’affreux « complotistes » qu’on devrait tous emprisonner jusqu’à ce que mort s’ensuive.


      • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2016 23:11

        @JP Baquiast. Ton informateur préféré, Jean-Claude Pinoteau était un escroc, malveillant compulsif qui multipliait les menaces de mort, qui vendait des recettes miracles contre le cancer, et qui est mort d’un cancer voici trois ans :
        http://impostures.deontologic.org/index.php?board=23.0

        Que dirais-tu d’un autre forum qui te serait consacré, sur le Musée des Impostures prétendues scientifiques ? A côté des vendeurs de mouvements perpétuels, à côté du vendeur de scienligion qui prétendait t’avoir « battu à plates coutures », etc.
        Continue les impostures et malveillances comme cela, et tu verras.


      • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2016 23:27

        @JP Baquiast. Tiens justement, voici une de tes impostures prétendues scientifiques que tu chérissais drôlement, et sur laquelle tu comptais drôlement pour te faire mousser :
        http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/le-naufrage-de-roger-penrose-et-de-155566


      • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2016 23:37

        @Alren.
        J’ai déjà prouvé que je sais dimensionner une expérience, et prouver que l’histoire de « miroir tremblant », d’Elitzur, Vaidman et Penrose, est impossible à faire fonctionner vers un résultat.
        http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/contrafactualite-penrose-elitzur-155565
        Eux ne sont pas capables de faire l’étude de faisabilité...

        A part cela il a fallu au moins deux ans pour réunir les fonds pour pouvoir réaliser l’expérience désormais fameuse d’Aspect, Granger...

        Un des rares survivants de l’équipe, Michel Gouanère, désespère que jamais personne refasse l’expérience faite à l’ALS :
        http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/coluche-nous-avait-explique-154321

        C’est sûr qu’on ne peut quand même pas dire la vérité à la télévision, parce qu’il y a trop de gens qui la regardent.
        Et le seul endroit où ils aient jamais pu publier est l’AFLB. Ce qui est éloquent sur la censure anti-Broglie.


      • JC_Lavau JC_Lavau 23 juillet 2016 23:40

        @izarn. Commençons par faire du ménage dans la quantique, il y a déjà matière à quelques années-hommes.


      • JC_Lavau JC_Lavau 24 juillet 2016 21:58

        @Alren. La théorie transactionniste est-elle testable expérimentalement, alors que nous maintenons les mêmes équations de base ? Oui, si nous prouvons que les durées de vie des états excités métastables dépendent du contexte récepteur. Il existerait déjà des preuves de ce genre dans le domaine nucléaire (publiées notamment par Georges Lochak), mais il faut encore les confirmer par des contre-expériences.

        Mine de rien, les effets maser et laser sont aussi des preuves, vieilles de plusieurs décennies, mais non exploitées directement. Le rayonnement astrophysique de l’hydrogène à 21 cm est aussi une preuve éloquente, en ce sens que l’explication copenhaguiste classique est très très tirée par les cheveux..

        Dans son discours Nobel de 1933, Dirac mentionne brièvement le récent succès de Schrödinger : la dispersion Compton relève directement de la diffraction de Bragg, sur l’onde provisoirement stationnaire de l’électron en train de rebrousser chemin, via son équidistance stationnaire de Dirac-Schrödinger. Depuis plus d’octante-trois ans, nos plus sommitales sommités sont devant ce résultat comme une poule qui aurait trouvé un couteau.

        L’expérience d’Afshar a suscité des empoignades passionnées, mais n’est toujours pas intégrée, demeure sous chape de silence.
        L’expérience de Gouanère et al. pas davantage.
        http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/coluche-nous-avait-explique-154321


      • Xenozoid Xenozoid 26 juillet 2016 19:57

        @JC_Lavau


        le photon crée l’illusion...on est dans la magie ,presque...et si c’était appliquer a l’esprit, faut il définire le mot « esprit »ou science dans la raison ?
        et est ce le fait que les groupuscules,ne se mettent en groupe que quant on les exposes a ces mêmes ?
        oui l’illusion 

        ça me rapelles donjon et dragons...moi j’etais le nain,toi je te met +2 pour ta réponse prochaine,et tes expertises

      • JC_Lavau JC_Lavau 26 juillet 2016 21:10

        @Xenozoid. Je ne sais pas d’où vient ton hallucinogène. Ce qui est sûr est qu’il ne te vaut rien.


      • Xenozoid Xenozoid 27 juillet 2016 21:20

        @JC_Lavau


        disons qu’on a tous un c^té quantô,oui c’est de la bonne ,j, aime bien le ludique aussi

      • JC_Lavau JC_Lavau 28 juillet 2016 00:19

        @Alren. J’ai fini par avoir connaissance d’un superbe « smoking gun » (le revolver encore fumant), et il date de... 1921.
        Découvert indépendamment en 1921 par Ramsauer et Townsend, et répété et raffiné de nombreuses fois depuis, connu depuis comme effet Ramsauer-Townsend, et absent de TOUS les manuels de quantique.
        C’est l’équivalent des couches anti-reflets de nos bonnes optiques astronomiques ou photographiques, mais dans des gaz raréfiés, et pour des électrons assez lents pour que leur longueur d’onde soit environ le double du diamètre de l’atome (de la molécule éventuellement, la manip a été faite) sur lequel il pourrait diffuser élastiquement. A cette énergie-là, la diffusion est minimale, la transparence du gaz est la meilleure. De l’ordre de l’électron-volt, plus ou moins selon la taille de l’obstacle atomique à « effacer ».

        Qu’ils tortillent tant qu’il voudront, c’est une preuve définitive que l’onde électronique est l’électron lui-même, il n’existe pas d’hypostases distinctes sauf dans des cerveaux dérangés - ou endoctrinés...

        Il me reste deux jours d’ouverture de la B.U. avant l’arrêt d’août, j’y vais demain pour avoir la copie des articles autrement payants, et fort chers.


      • JC_Lavau JC_Lavau 29 juillet 2016 20:49

        @JC_Lavau. Le classeur contenant les impressions ou copies des articles sur l’effet Ramsauer-Townsend dépasse déjà les 1600 g.
        Si, il y a un manuel de quantique qui en parle et montre comme faire le calcul approché : Le D. Sivoukhine, aux éditions Mir, tome 5.

        Qui prétendait que les russes sont moutonniers ? C’est aux éditions Mir que je trouve les manuels les plus riches en faits expérimentaux, bien détaillés, et cela dans tous les domaines des sciences et techniques.


      • JC_Lavau JC_Lavau 1er août 2016 13:20

        @Alren. Autre recoupement expérimental : si vous avez la loi quantitative précise de l’efficacité optique d’une couche anti-reflets selon l’incidence, et connaissant les dimensions du dispositif expérimental, alors vous pouvez remonter à la loi quantitative de largeur du fuseau de Fermat pour chaque photon.
        Si cette largeur était nulle ou négligeable, alors aucune couche anti-reflets ne serait efficace au delà de l’incidence normale. Ce qui serait très très embêtant pour l’optique photographique et d’observations, voire astronomique.


      • quartiersauvage 27 septembre 2016 13:16

        @ Lavau.

        Bonjour,

        « zéro duali, en revanche il y a des émetteurs et des absorbeurs. Individuellement, tout photon a un émetteur et un absorbeur ».

        Il me semble que émetteurs et absorbeurs c’est aussi une dualité.

        Il existe une autre dualité : 

        Nous savons que l’observation scientifique (y compris des mesures en macro physique) transforme la matière et parfois on peut définir le degré d’incertitude introduit.

        Il n’empêche qu’il n’y a pas de meilleur moyen de connaître le monde que de le transformer. 

        A l’inverse échafauder des théories sans les éprouver ne transforme rien mais aboutit à une incertitude très supérieure à 50 %.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès