• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Deepwater, la pression monte

Deepwater, la pression monte

Au-delà de la tentative d’obturation du forage, et dont le résultat n’est pas à ce jour définitivement probant, d’autres problèmes peu médiatisés surgissent.
Après avoir posé un nouveau « dôme entonnoir » de 40 tonnes sur le puits défectueux, espérant pouvoir récupérer le pétrole contenu, BP a du rapidement déchanter. lien
La société envisage maintenant de tenter de boucher définitivement le forage en question. lien
Ainsi que l’ont montré les robots manœuvrant au fond de l’océan, le sol est fissuré un peu partout, et BP craint qu’en colmatant le trou, la pression gigantesque qui s’exerce sur les failles provoquées, ne provoquent de nouvelles fuites. lien
Richard Hoagland, (connu pour son analyse controversée des attentats du 11 septembre) interviewé à ce sujet pense que les fissures qui se trouvent au fond de l’Océan, provoquées par la catastrophe, risquent de ne pas résister à la pression, et laissent échapper de nouveau pétrole et méthane. lien
Une rumeur évoquant une nouvelle fuite circule, ce qui ne devrait pas surprendre, puisque la limite des jauges est de 10 000 PSI, alors que la pression effective est quinze fois plus importante. lien
Sur cette vidéo, on peut constater l’étendue du désastre.
Depuis le 20 avril 2010, 630 000 tonnes de pétrole se sont répandues dans le Golfe du Mexique, soit 7 millions de litres par jour lien dont BP affirme avoir récupéré 145 000 tonnes. lien
A titre de comparaison, la catastrophe de l’Exxon Valdez n’avait perdu « que » 40 000 tonnes, et l’Amoco Cadiz avait atteint 223 000 tonnes. lien
Chacun sait que le Golfe du Mexique est aussi le berceau du Gulf Stream, lequel se déplaçant à 9 km/h, soit 216 km par jour, devrait bientôt avoir emmené l’énorme masse de pétrole qui se trouve entre deux eaux, jusqu’aux côtes européennes, avant d’atteindre l’Afrique. lien
Ainsi que l’a constaté Philippe Cousteau, le petit fils du célèbre commandant, une importante quantité de pétrole, et de divers polluants est présente à 100 mètres de profondeur. vidéo
Une étude menée avant la catastrophe par une équipe de « l’impérial Collège de Londres », publiée dans la revue « Water Research », réalisée entre autres, par Wimolporn Wainipee, portait sur l’arsenic lequel est naturellement filtré par les sédiments qui le maintiennent sur le fond. (lien)
La fuite du pétrole va non seulement augmenter la quantité d’arsenic, mais en recouvrant les sédiments, va bloquer le système de filtration actuel, ce qui aura des conséquences sur la faune marine.
En perturbant la photosynthèse sur les algues marines, l’arsenic provoquera la mutation génétique de la faune marine, et pourrait empoisonner ceux qui s’en nourrissent. lien
Comme le rappelle le Pr Mark Sephton, du département de la science et de l’ingénierie de la Terre à « l’Impérial Collège » : « notre étude arrive à temps pour rappeler que les marées noires pourraient créer une bombe à retardement, qui pourrait menacer la structure de l’écosystème marin dans l’avenir ».
Question finance, la facture atteint aujourd’hui 4 milliards de dollars pour BP, lequel pour éviter la faillite envisage de se séparer de plusieurs activités au sein de la branche, jugées peu rentables (le raffinage et la distribution).
BP bénéficie d’une protection venant du Oil Pollution Act qui fixe le maximum à 75 millions de dollars en responsabilité civile pour les dommages causés.
Il faut mettre ce chiffre en parallèle avec les 93 millions de dollars de profit que fait BP chaque jour. lien
Mais la facture définitive pourrait être autrement plus importante, puisque certains experts la place dans une fourchette de 1000 milliards à 3000 milliards de dollars. lien
Devant l’agacement citoyen des populations, le département de l’intérieur américain à décidé un moratoire sur les forages pétroliers en mer jusqu’au 30 novembre, et l’Europe se tâte pour envisager de prendre une pareille décision. lien
Aujourd’hui, ce sont plus de 44 000 personnes qui sont sur le terrain, avec 6563 navires, 113 avions, 1 bateau filtreur, 2 stations censées pomper au niveau de la fuite. lien
Les manœuvres de BP pour empêcher les poursuites sont diverses.
Ainsi on a appris que la compagnie avait proposé jusqu’à 5000 $ à chaque habitant touché par la catastrophe pour qu’ils abandonnent leurs poursuites judiciaires. lien
Les fonctionnaires de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) envisagent la création d’une « zone morte » dans un rayon de plus de 300 km autour du site, nécessitant l’évacuation des populations. lien
En effet, le Corexit 9500, produit dispersant utilisé par BP, se mélange à l’eau, s’évapore, et produit des précipitations toxiques, lesquelles mettent en danger la vie des animaux, des plantes, des êtres humains.
Il faut rappeler que ce produit est interdit en Mer du Nord par la Grande Bretagne à cause de sa toxicité. lien
La femme d’un pécheur, Kindra Arnesen, témoigne des problèmes de santé qu’elle subit, elle et sa famille. Le visage de sa fille se couvrait d’éruptions cutanées, qui disparaissaient des qu’elle s’éloignait de la zone contaminée.
Elle a pu assister aux réunions internes de ceux qui tentent de gérer la situation, et à été scandalisée en apprenant qu’en douce, ils essayaient de « réduire les couts ».
C’est ainsi qu’elle a appris qu’un code avait été mis au point afin de dissimuler aux officiels en visite la réalité de la situation.
Elle ne comprend pas que ceux là même qui sont à l’origine de la catastrophe sont chargés des opérations, sans réel contrôle gouvernemental.
Elle raconte comment des personnes touchées manifestement par les gaz toxiques présents en quantité sur les lieux, ont été déclarés des cas « d’intoxication alimentaire ».
Elle pense qu’il faut faire évacuer le secteur, car les personnes sont sans protection contre les agressions chimiques de ces gaz.
Il faut absolument regarder ce témoignage poignant en allant sur ce lien
L’association PETA (people for the ethical treatment of animals) met tout en œuvre pour que BP soit accusé de cruauté envers les animaux, et lance une pétition, que l’on peut soutenir sur ce lien.
Depuis quelques jours, certains suspectent même que la catastrophe était prévue, voire qu’elle a été provoquée !. lien
Sans aller aussi loin, on peut quand même s’étonner de l’intuition de l’entreprise Halliburton (qui fournit ses services aux groupes pétroliers,) d’avoir acheté quelques temps avant la catastrophe l’entreprise Boots & Coots spécialisée dans le traitement des fuites de pétrole.
Un investissement de 240,4 millions de $ qui devient très rentable aujourd’hui.
Cette même entreprise qui a obtenu justement en 2005 le contrat de reconstruction de la Nouvelle Orléans, après le passage du cyclone Katrina.
Elle a aussi bénéficié de contrats juteux, dans des conditions douteuses, lors de la guerre d’Irak.
Et que penser de Tony Hayward, directeur général de BP, qui un mois avant la catastrophe à vendu ses parts de BP pour 1,4 millions de £ ?
Une coïncidence ?
Robert Kennedy Junior, dans un article paru le 10 mai dernier, dans « Huffington Post » évoque avec beaucoup de détails, les responsabilités des uns et des autres, impliquant l’administration Bush. lien
Comme le dit François Marginean, dans son blog « les nouvelles internationales », il est temps d’en finir avec l’ère du pétrole, et de se tourner enfin vers les énergies propres et renouvelables.
Sur ce lien, on peut lire l’analyse très complète et documentée qu’il fait de cette catastrophe.
Alors, le « bouchon » va-il-tenir, et stopper enfin la fuite, ou les fissures déjà présentes vont-elles s’élargir sous la pression laissant échapper de nouveau le pétrole et les gaz toxiques ?
Seul l’avenir nous le dira.
Car comme disait mon vieil ami africain :
« Tant qu’on n’est pas sauvé, il ne faut pas demander pourquoi on est tombé dans le puits ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 26 juillet 2010 12:41

    Un autre couvercle semble également en train se s’installer , dans la communication : sur les vues aériennes, la tâche de pétrole a disparu. Il y a une dizaine de jours, elle occupait une importante superficie face à la presqu’ile de Louisiane, on voit qu’il n’en resterait que de petits bouts sur les côtes.
    Or, je pense que même si elle est « entre deux eaux », elle devrait apparaitre sur les images aériennes (?). Il n’en est rien.
    Soit elle descend vers le fond, soit ... les techniciens ont retouché l’image.


    • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 13:08

      Alpo47,
      bien sur,
      c’est vraisemblablement l’effet du produit dispersant.
      le célèbre « corexit 9500 » qui fait effet de dissolvant, et complique sérieusement la situation, car il provoque des problèmes sanitaires.
      des que le pétrole est traité, il n’apparait plus sur les images de surface, et d’autre part une importante partie de ce pétrole circule entre deux eaux.
      j’aimerais me tromper, mais je crains que la situation soit bien plus dramatique que celle que nous imaginons.
      le méthane (entre autres gaz) est invisible, mais est bien la.
      je prépare une suite,
      merci de votre commentaire.


    • BABAYAYA BABAYAYA 26 juillet 2010 15:25

      Bonjour Olivier, 

      tout d’abord merci pour l’article, 

      pour aller dans le sens de votre commentaire, je peux vous affirmer que oui on est pas prèt de savoir l’étendue des dommages, je ne suis pas expert en calculs mais :
      5 fuites (et non pas 3), du pétrole qui sort en moyenne à 250 bars de pression (250 kg/cm²...)
      dans des tuyaux de 16 pouces, soit environ 40cm de diametre... je vous laisse imaginer la quantité que cela fait... j’avais fait un calcul rapide, imaginez chaque jours un immeuble de 100m x 40 x 20........ 
      et comme il sort peu raffiné, il est toujorus entre deux eaux, ce qui arrive à la surface est ce qui peut le plus facilement etre « dispersé »...
      bien évidement BP ne veut pas que l’on connaisse exactement l’étendue des dommages...
      et comme par hasard, David Cameron commence à lever des fonds au cas ou pour sauver BP....
      Tout en sachant qu’il y a preuve d’une grande succession de négligences avant l’accident...
      et l’alarme coupée !!!
      enfin bref, on est pas sorti de l’auberge, surtout depuis que la napper titille le gulf stream....
      maintenant s’ils placent le couvercle, les canalisation péteront ailleurs, il faut le boucher à la source, pas à son arrivée... mais bon ils essayent encore de le récolter malgré tout...
      économies de bout de chandelle que tout cela............

      cordialement à vous...


    • Pyrathome pyralene 26 juillet 2010 12:42

      Article pertinent, Olivier !
      On ne peut absolument pas faire confiance à BP et aux autorités us, qui passent leur temps à dissimuler l’ampleur du désastre....
      L’histoire des vidéos trafiquées , quand BP essaye d’acheter des scientifiques...


      • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 13:10

        pyralene,
        au vu des conséquences de la catastrophe, on imagine facilement que d’énormes moyens soient mis en place pour tenter de dissimuler l’ampleur de la situation.
        merci de tes liens proposés.
        je prépare une suite, et ils seront utilisés.


      • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 07:55

        Pyralène,
        sur cette vidéo :
        http://www.conspipedia.fr/?p=1217#more-1217
        on découvre que l’eau des plages est tellement chargée en pétrole, qu’elle fait éclater les éprouvettes de prélèvement,
        et les enfants se baignent dans tout çà !
        effarant.
        un autre document prouvant que de nouvelles fuites ont été détectées :
        http://www.huffingtonpost.com/2010/07/19/oil-cap-leak-coast-guard_n_650851.html
        à+
        en attendant france inter affirme à l’instant que tout s’arrange !
        elle est belle notre presse.
         smiley


      • Hieronymus Hieronymus 26 juillet 2010 12:44

        merci a Cabanel pour cet article tres exhaustif
        cette pollution en cours du Golfe du Mexique est le vrai drame
        dont on ne parle presque pas, c’est tout de meme tres inquietant ..
        je trouve etonnament aphones les autorites americaines et leur president ?
        « Yes we can » n’a ete qu’un petard mouille !


        • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 13:14

          Hieronymus,
          un pétard mouillé ?
          pas sur.
          on a oublié un peu vite que BP a été l’un des plus gros financeur de la campagne du président américain,
          il doit être dans « ses petits souliers ».
          espérons qu’il finira par prendre les mesures qui s’imposent, mais c’est peut-être déja un peu tard.
          merci de votre commentaire.


        • Hieronymus Hieronymus 26 juillet 2010 14:38

          bah oui petard mouille
          parce qu’on nous a presente cet BHO comme omniscient et omnipotent
          apres l’abonimable « ere » Bush et on s’apercoit qu’il ne peut pas plus
          si ce n’est meme moins et en sus, on a l’impression que tout est fait
          pour occulter la realite de ce desastre, comme s’ils etaient complices ..


        • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 18:55

          Hyéronimus,
          complice, je n’irais pas jusque là, mais il y a peut etre la volonté de ne pas affoler les populations,
          obama ne se rend pas compte qu’il est peut etre en train de jouer sa carrière si çà tourne mal,
          ce qui est dans le probable, s’il faut en croire les experts.


        • Salsabil 26 juillet 2010 13:01

          Bonjour Olivier,

          Pardonnez-moi cet aparté, mais même si les chiffres ne sont pas aussi terribles, pourquoi donc ne parle-t-on pas de ceci ?

          http://www.lefigaro.fr/international/2010/07/23/01003-20100723ARTFIG00503-la-chine-confrontee-a-une-terrible-maree-noire.php

          Bonne journée.


          • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 13:18

            Salsabil,
            vous êtes toute pardonnée.
            et remerciée, car je n’avais pas cette information.
            si, comme vous le dites, çà n’a pas l’importance de ce qui se passe dans le Golfe, c’est intéressant de se pencher sur cet autre problème.
            tout cela est lié à ce sacré pétrole,*
            combien faudra-t-il d’années pour que nos dirigeants comprennent que les énergies fossiles (charbon, pétrole, nucléaire) ne sont pas une bonne solution, d’autant que d’autres solutions existent.
            merci de votre commentaire.


          • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 13:24

            Franck2012,
            tout le problème vient du fait qu’il ne faut pas se cristalliser sur le forage central, mais plutot sur les fissures crées à la suite de l’accident,
            le gaz, comme le pétrole, suintent de tous les cotés, et le pire est à craindre.
            pendant ce temps, on évoque une bavure au niger, et notre pathétique président multiplie les déclarations.
            le karcher, les voyous, les terroristes...
            pendant ce temps il est probable que la pire des situations est en train de se préparer.
            gouverner c’est prévoir, disait je ne sais plus qui ?
            une chose est sure, sarkozy ne sait pas prévoir.



          • joletaxi 26 juillet 2010 14:15

            Le derviche tourneur de l’Armageddon a encore frappé..

            Normalement, cela aurait du être pire que dans le premier article,pas en forme sans doute
            Rappelez moi encore les chiffres de pression, cela me fait toujours rire...

            • Pyrathome pyralene 26 juillet 2010 14:35

              Entre 1500 et 7000 bars......tu cherches quoi au juste, à défendre qui  ?
              Ce qu’on raconte dans les médias sont de purs mensonges, c’est pas la peine d’en rajouter....
              ils ont été pris en flagrant délit de tromperie à maintes reprises....


            • BABAYAYA BABAYAYA 26 juillet 2010 15:28

              non non au pire, le puits le plus profond dans le golfe du mexique a une pression interne aux alentours de 400 bars (ce qui fait tout de même 400 athmosphères ou 400kg au cm²...).

              et la pression de l’eau est de 1 bars tout les 10 deprofondeur, ce qui dans le cas de deepwater fait 150 bars environnant un puit qui lui émane à 200/250 bars....
              ( a 1000 bars on découpe l’acier.....)..cordialement à vous

            • Harfang Harfang 26 juillet 2010 15:34

              A part que 150 bars, c’est la pression de l’eau au niveau de la tête de puits. Le pétrole se trouve quant à lui à 10000 m de profondeur sous le plancher océanique. En étant généreux et en comptant également 1bar tous les 10m (mais comme c’est de la roche, faut compter bcp plus en réalité) on en arrive à 1000 bars auquels il faut rajouter les 150 précédents. Mais comme je le disais, c’est une estimation excessivement optimiste : la roche est plus lourde que l’eau (sinon elle flotterait) donc, la pression est bien plus importante en réalité.


            • Pyrathome pyralene 26 juillet 2010 16:20

              Les images montrées sur le supposé « entonnoir » de 78 tonnes placé par BP sur la tête de puis sont des faux !....
              il n’y a rien d’existant qui puisse être placé sur de telles pressions .....ils mentent éhontément avec la bénédiction des autorités US, le pognon dépensé par BP ne sert qu’à la corruption et à acheter le silence des médias, des scientifiques , des autorités.....etc etc..
              ils ne cherchent qu’à gagner du temps sur la véritable ampleur du désastre et de l’écocide en cours, le golfe ,véritable sanctuaire pour la faune et la flore maritime est en passe de devenir un cimetière avec le risque d’extension ....


            • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 18:56

              joletaxi,
              c’est étrange, on a l’impression que vous cherchez à vous rassurer.
              àh, cette vieille méthode coué...
               smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 19:11

              babayaya,
              les experts sont formels, la pression serait de 100 000 PSI,
              http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/deepwater-le-pire-est-a-venir-77555
              il n’y a plus qu’à espérer qu’ils se trompent.
               smiley


            • Croa Croa 26 juillet 2010 19:50

              Il faudrait savoir de quoi vous parlez, les gars !  smiley

              Les chiffres énormes annoncés correspondent probablement à la pression absolue dans la poche géologique. Elles n’ont rien d’anormal à cette profondeur et ce chiffre ne nous informe pas.

              La pression en sortie à la surface dépend largement du diamètre des tuyaux et ne correspond à rien sachant que si on arrive à couper ça va lacher bien avant que la pression soit établie de manière stable.

              L’info intéressante c’est la pression relative au fond = différence entre la pression du pétrôle au fond et la pression marine. C’est la seule à même de donner une idées des risques prits par les ingénieurs de BP et leurs patrons.  

               smiley Alors ? smiley


            • Croa Croa 26 juillet 2010 19:53

              et, En bars s’il vous plaît !

               smiley Les unités anglo-saxones ne nous intéressent pas ! smiley


            • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 20:35

              Croa,
              le plus simple est de savoir que l’installation était prévue pour résister à des pressions qui étaient largement insuffisantes,
              Lindsay william évoquait la pression en Livres et disait qu’une pression habituelle est de 1500 livres, et que celle connue dans le golfe du Mexique se situait entre 20 000 et 70 000 livres.
              http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/catastrophe-de-deepwater-un-autre-77010
              d’autres experts (ceux de Transocean) évoquaient le chiffre de 100 000 PSI alors que l’installation ne pouvait contenir qu’une pression de 1000 PSI.
              ils avaient annoncé çà une année avant le début du forage.
              http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/deepwater-le-pire-est-a-venir-77555
              quelles que soient les unités de mesure utilisées, les conclusions sont les mêmes : l’installation ne pouvait résister aux pressions rencontrées.
              que voulez vous de plus ?
               smiley


            • jjwaDal jjwaDal 26 juillet 2010 20:38

              @Harfang
              La pression à la base du puit de forage de BP était de 11000 psi (760 bars) ce qui explique que vu le poids de la colonne de mélange pétrole/gaz dans le tube de forage on attendait (les spécialistes) entre 8000 et 9000 psi en tête de puit. On a moins de 7000 (480 bars ) ce qui peut s’expliquer par ex par une densité imprévue du mélange dans le tube (sable mélangé par ex, fuite dans la conduite, etc) et fait donc une pression en sortie de (480 - 150) 330 bars.
              Regardez (dans la première minute) la vidéo officielle de BP (la tête de puit est à 5000 pieds et la nappe à 18000 (à 6000 m des bateaux) et donc les pressions cumulées (hydro et lithostatiques) se déduisent aisément.


            • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 07:31

              Pyralène
              quelques nouvelles du Golfe et des fuites de méthane en cours :
              http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5gIXWYBTpLtSayJtg41LKXpxSx VPAD9H1N4B05
              les choses ont l’air de se compliquer sérieusement !


            • Gollum Gollum 26 juillet 2010 14:49

              Ce qui est amusant (?) et symptomatique dans cette histoire, c’est que l’on nous parlait jamais de cette marée noire sur TF1 et autres, sauf quand BP a réussi (?) à installer son bouchon il y a peu.


               Alors là on a eu droit à quelques minutes triomphalistes. Tout allait bien, BP avait réussi à colmater le trou, TF1 et autres ont braillé à qui mieux mieux que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes...

              À part ça, on n’a pas droit à une information orientée.. smiley

              • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 18:58

                Gollum,
                c’est effectivement l’impression que j’ai aussi,
                ce qui signifierait qu’en haut lieu, on est totalement conscient de l’importance de cette catastrophe,
                pour Tchernobyl, ils nous ont joué la même carte.
                j’espère seulement que les experts se trompent...
                mais je crois que nous avons raisons d’être inquiéts.
                 smiley


              • Harfang Harfang 26 juillet 2010 15:03

                Compte tenu de l’énorme pression du pétrole, et des (micro ?)fuites secondaires, je vois mal comment il sera possible de contenir/stopper cette hémorragie... ajoutez à cela des opérations rendues plus complexes par le fait que la tête de puits se trouve à 1500 m de profondeur (donc pas de plongeurs pour allez directement sur place, mais uniquement des robots), et ça vire au cauchemar.

                Sauf gros coup de chance, il finiront sans doute par en arriver à la méthode russe (un forage en oblique du puits, une ogive nucléaire et « boum » on vitrifie le conduit)... avec les risques que cela implique.

                En attendant, je suis toujours ulcéré d’entendre parler de l’aspect financier (coût) de la marée noire, si élevé soit-il... je doute que l’écosystème détruit se console de savoir que BP (ou le contribuable américain) paiera. D’autant qu’argent ou pas, certains aspects de la catastrophe seront à jamais irréparables...


                • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 19:00

                  Harfang,
                  sauf que pour la solution nucléaire, elle est autrement délicate que celle qu’ont fait les russes à l’époque,
                  pour les russes, c’était sur terre.
                  et là, c’est bien plus complexe.
                  je doute qu’ils prennent le risque.
                   smiley


                • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 07:29

                  Harfang
                  des nouvelles du front Louisianais, et des nouvelles fuites de méthane :
                  http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5gIXWYBTpLtSayJtg41LKXpxSx VPAD9H1N4B05


                • zototo 26 juillet 2010 15:34

                  Merci Olivier !


                  J’ai d’autres doutes en tant que chimiste de l’environnement : les effets sur la population du corexit 9500 et des émanations gazeuses.

                  Je pense qu’il y a là un scandale hors-norme...

                  • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 19:01

                    zototo,
                    si vous pouviez nous donner plus de détails sur les effets du corexit 9500 ?
                    j’imagine que si il a été interdit dans la mer du Nord, c’est qu’il y a de bonnes raisons ?
                    merci d’avance.


                  • stephanie stephanie 26 juillet 2010 19:19

                    Vous pouvez nous en parler un tout petit peu plus ? Merci !


                  • joletaxi 26 juillet 2010 15:43

                    « puisque la limite des jauges est de 10 000 PSI, alors que la pression effective est quinze fois plus importante. » 


                    150.000 PSI, cela fait 10.300 bars
                    Cela ferait jaillir le pétrole à au bas mot 10 kms de hauteur avec une vitesse de plus de 300 kms/heure... ajouter quelques kgs de crottin de cheval et servir bien chaud....

                    sacré farceur va....


                    • Harfang Harfang 26 juillet 2010 15:49

                      Si tu fais les calculs à partir de la profondeur du pétrole, c’est cohérent. (cf ma réponse précédente)


                    • Harfang Harfang 26 juillet 2010 16:15

                      Pour ton histoire des 10kms de hauteur et 300km/h, je vois pas bien sur quoi tu te base... à priori tu ne tiens compte ni de la densité ni de la viscosité du pétrole, et encore moins l’effet de dispersion de la masse d’eau se trouvant au dessus. Sans compter que la dimension de la tête de puits (ou de fuite) joue inévitablement.


                    • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 19:05

                      joletaxi,
                      vous avez le droit de contester le dire des experts, et si vous avez lu attentivement l’article précédent, il s’agit bien de 100 000 PSI.
                      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/deepwater-le-pire-est-a-venir-77555
                      maintenant, si pour vous c’est du domaine de l’humour, c’est à votre guise.
                      je doute qu’en Louisianne, cela fasse rire beaucoup de monde.


                    • plancherDesVaches 26 juillet 2010 16:19

                      Mitigé.

                      Dommage de dévaloriser les faits, qui sont déjà probants de recherche de rentabilité, avec des supositions de quasi-complot.
                      Il est clair que deux sécurités ont été ignorées.
                      Et lorsque je vois le luxe de sécurité que j’ai dû faire déployer pour des clients norvégiens, on mesure le GOUFFRE qui existe...
                      Mais nous n’étions pas en crise, peut-être... smiley



                      • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 20:26

                        Pyralène,
                        oui, il y a ce problème d’alarme désactivée, mais aussi le fait que les experts avaient prévenu, plusieurs mois avant le forage, qu’il y avait des poches de gaz avec des pressions énormes, et que l’installation prévue ne résisterait pas à de telles pressions.
                        mais les coupables seront-ils jugés un jour ?
                         smiley


                      • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 07:28

                        PlancherdesVaches,
                        un article récent évoque les nouvelles fuites de méthane, et les gesticulations de BP pour tenter de s’en sortir :
                        http://www.google.com/hostednews/ap/article/ALeqM5gIXWYBTpLtSayJtg41LKXpxSx VPAD9H1N4B05


                      • goc goc 26 juillet 2010 16:32

                        concernant l’histoire de l’alarme qui n’aurait pas ete active, voici ce qu’a ecrit futurequantique (http://www.futurquantique.org/?p=9799) ainsi que ma reponse

                        L’information n’est pas anodine puisque cette alarme aurait pu signaler aux employés la formation d’une poche de méthane dans la conduite montante. Or, c’est précisément la formation d’une telle poche de méthane qui aurait provoqué l’explosion de la plate-forme et, donc, par voie de conséquence l’immense marée-noire qui souille depuis avril le golfe du Mexique.

                        Ces déclarations sont toutefois à prendre avec précaution. Si l’ingénieur était bien présent sur la plate-forme au moment de l’accident, ses mots contredisent d’autres témoignages. Ainsi, en mai, citant une enquête interne de BP, des élus américains avaient assuré que trois signaux avaient alerté les employés dans l’heure précédant l’explosion de l’imminence d’un danger.

                        ...

                        il n’y a pas de contradiction

                        en matière de contrôle-commande dans le monde industrie, la gestion des alarmes est assez classique et identique à peu près partout.

                        une information (une température, une pression, un etat marche/arrêt de moteur ou une ouverture de vanne) peut être gérée soit en tant que simple info, soit en tant qu’info alarmable. Dans ce dernier cas, on peut mettre des niveaux d’urgence à cette alarme (alarme peu grave, alarme moyenne, alarme grave, alarme majeure), ainsi que des actions à faire en cas d’apparition d’une alarme (par exemple déclencher un klaxon ou lancer un processus de sécurité). De plus, chaque alarme doit être acquitté par un opérateur (c’est a dire qu’il signale qu’il a bien vu l’alarme). En général l’acquittement provoque l’arrêt du klaxon, et sur l’écran, l’information passe du rouge au gris.
                        Enfin les informations importantes (info ou alarme) sont historisés, c’est à dire enregistré quelque part avec sa chronologie. On dispose même dans les gros systèmes à haute sécurité, d’enregistreurs rapides permettant de connaitre tout ce qu’il s’est passé chaque milliseconde, quelques secondes avant un incident majeur, comme l’arrêt d’une usine.
                        D’une manière générale, chaque usine dispose également de consignes de sécurités (consignes écrites) à appliquer en cas d’apparition d’alarme. Ces consignes étant différentes pour chaque alarme déclenchée. On peut par exemple ouvrir une vanne de vidange en cas de débordement de citerne. Ces consignes indiquent également la marche a suivre du point de vue humain, qui prévenir, que faire, lancer les alarmes d’évacuation, appeler les pompiers ,etc..

                        Donc on peut très bien couper un klaxon sans pour autant inhiber l’alarme, elle apparaitra bien sur les écrans de contrôle, elle pourra même lancer un processus de sécurité (ce qui n’a pas été la cas dans l’affaire de la plateforme), et ce sans “réveiller” le personnel.
                        Par contre il est important surtout de savoir si ces alarmes ont été prises en compte par l’opérateur de sécurité présent à ce moment là (il y en a toujours un en poste), et sinon pourquoi ?. Il est plus grave de savoir si des consignes auraient été données pour ne rien faire dans le cas de certaines alarmes, que de savoir que quelqu’un a coupé le klaxon. Là on nous enfume avec un faux problème

                        Il faut savoir aussi que l’industrie américaine dont la réputation de professionnalisme à été souvent montré en modèle, est très loin de ce cliché.
                        Et surtout l’industrie pétrolière est peut-être celle qui est la moins sérieuse. On ne compte pas les fuites de pipeline (tant que la réparation coute plus cher que la fuite, on laisse “pisser”), ni les arrêts de fonctionnement de raffineries et de plateformes.

                        Alors entre les habitudes de conduite de process “à la cowboy” digne des pires heures de l’industrie soviétique (ou 30% des capteurs ne fonctionnent même plus), et les risques de plus en plus grands pris par les compagnies qui donnent la priorité aux couts, il n’est pas étonnant de voir ou on en est arrivé !


                        • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 19:06

                          goc,
                          merci de ce complément d’information qui confirme la plupart des liens proposés dans l’article,
                          à+



                          • Clojea CLOJEA 26 juillet 2010 17:29

                            Salut Olivier : Merci pour ton article, car justement je trouvais qu’il y avait un silence radio sur cette catastrophe écologique sans précédent. Les bidouilleurs scientifiques sont vraiment des criminels de la pire espèce. Ils ne seront même pas jugés pour ça. C’est scandaleux


                            • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 19:08

                              CLOJEA,
                              tout comme pour Tchernobyl, ceux là ne sont jamais jugés,
                              j’avais écrit il y a peu un article la-dessus, (Bopal, etc) montrant que la justice était particulièrement clémente, alors même que les dégats étaient monstrueux.
                              étrange justice, qui condamne les voleurs d’orange et laisse courir les milliardaires.
                               smiley


                            • Login Login 26 juillet 2010 18:46

                               S’ils font évacuer sur un zone de plusieurs centaines de Miles. Il faudra brancher les
                               sismographe. Une explosion nucléaire, ce ne passe pas inaperçu... et puis si 
                               le résultat n’est pas celui attendu.
                               

                              • Harfang Harfang 27 juillet 2010 09:54

                                Et croiser les doigts pour que la roche du sous-sol tienne le coup... sinon le remède pourrait être pire que le mal : marée ET retombées radioactives.
                                Mais de toutes façons, comme le faisait remarquer Olivier, la mise en oeuvre sera(it ?) autrement plus compliquée que pour les cas russes qui se situaient sur la terre ferme. Ici, il s’agirait de forer dans l’eau, à 1600m de profondeur. C’est faisable, mais plus complexe, donc plus long.


                              • slipenfer 26 juillet 2010 18:58

                                Quand je pense que l’humain est le jardinier de la terre.
                                Y a des coups de fourches a mettre dans le prose de certains.
                                C’est le baril de fer contre le pot de fleur.

                                Mais Je mise sur le pot de fleur


                                • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 06:49

                                  slipenfer,
                                  belle métaphore, à laquelle j’adhere aussi.
                                   smiley


                                • Muriel74 Muriel74 26 juillet 2010 19:15

                                  Merci pour votre article, voici pour le côté santé
                                  Source : Deborah Dupré, examiner.com)

                                  « Ceux qui partent maintenant auront plus de chances de survie. » Kimberly Dawley et AC Griffith

                                  Le Dr. Riki Ott, toxicologue, travaillant dans l’humanitaire, a fait savoir que trois choix difficiles existent pour les habitants de la côte du Golfe du Mexique : 1) Partir, 2) Rester et porter un masque, ou 3) devenir douloureusement malade. Le dénonciateur d’EPA Hugh Kaufman a expliqué cette semaine que le « dispersant, » Corexit, provoque des saignements internes et IntelHub rapporte aujourd’hui, au centième jour de la catastrophe, que les preuves de pluie acide et de souffrance humaine dues aux produits chimiques sont si évidentes, qu’il est impossible de les discréditer, et pourtant un black-out dans les médias continue, renforcé par des Black Ops.

                                  Les produits chimiques du golfe tuent les humains

                                  "Dahr Jamail, journaliste indépendant d’investigation, a déclaré que l’air était si chimiquement chargé que vous pouviez sentir et AVOIR LE GOUT des produits chimiques dans l’air ! Des centaines de personnes ont fait part de maux de tête et essouflements, et pourtant on nous dit toujours que la qualité de l’air est sans danger ", rapporte Alex Thomas d’Intelhub.


                                  • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 20:23

                                    Merci Muriel de ces éléments d’information qui démontrent, s’il le fallait encore, que l’utilisation de ce « dispersant » dangereux pose d’énormes problèmes de santé,
                                    celà s’ajoute aux gaz qui se sont échappés du forage, (méthane, hydrogène sulfuré etc)
                                    à l’arsenic évoqué dans l’article,
                                    bref, la vie va devenir très compliquée pour les millions de riverains du Golfe du Mexique.
                                    merci de votre commentaire.


                                  • joletaxi 26 juillet 2010 22:37

                                    Aie aie, cela se présente mal pour le crottin de cheval....



                                    J’ai l’impression,mais ce n’est qu’une impression,que les américains ne sont pas prêts à suivre les préceptes de notre chanteur....

                                    • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 23:06

                                      joletaxi,
                                      j’ai bien peur que vous ne fassiez une fixation sur le crottin de cheval,
                                      le chanteur que je suis vous fait remarquer que l’on chante le blues, et même si le mot « bouse » n’en est pas trop éloigné, il ne faudrait pas non plus tout mélanger,
                                      enfin, si vous persistez à rester dans la bouse, essayez au moins d’y marcher du pied gauche, il parait que çà porte bonheur.
                                       smiley


                                    • jjwaDal jjwaDal 26 juillet 2010 23:04

                                      A l’auteur,

                                      Je n’est cessé de lire la presse américaine et de parcourir tous les grands médias conventionnels et alternatifs (y compris Mother Jones) et je n’ai vu nulle part mention de ces pressions effarantes dont vous nous parlez , dans la bouche d’un expert (un pasteur n’en faisant pas partie).
                                      Les liens que vous nous avez donné pour justifier ces affirmations sont du pipeau. L’un se défausse sur l’autre qui ne mentionne aucune pression sur la page présentée. On ne colporte pas des ragots sans vérifier à minima ses sources. Si elles existent donnez-les nous. Pour mémoire si BP avait foré dans 10000m de roches sous 1500m de flotte il aurait une pression (hydro et lithostatique) de 3300 bars à gérer et vous nous parlez de 7000 à 11000 bars. Comment le couvercle du réservoir a-t’il pu résister à un tel différentiel de pression ? Je me serais personnellement posé la question étant curieux de nature...


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 23:16

                                        jjwadal,
                                        que l’on se comprenne bien, je ne colporte pas des ragots.
                                        j’ai indiqué dans les deux articles précédents les sources de ce qui était écrit.
                                        les 100 000 psi ont été annoncés par des experts, des scientifiques.
                                        je ne colporte pas des ragots, je rapporte des informations.
                                        j’imagine que vous saisissez la nuance ?
                                        bon,
                                        ceci dit, oublions l’injure injustifiée de votre commentaire, même s’il n’est jamais très agréable de se faire traiter de « colporteur de ragot », et allons à l’essentiel.
                                        le forage de deepwater, d’après les experts s’est fait à 1600 metres (et non pas 1500) et à 9000 mètres de profondeur.(et non pas 10000 mètres)
                                        (seriez vous faché avec les chiffres ?)
                                        mais ne vous inquiétez pas, je ne vous traiterais pas de « colporteur de ragots ».
                                        les experts avaient prévenus BP de la présence de la « poche » de méthane, et de la pression qu’ils y rencontreraient,
                                        BP savait que l’installation ne supportait pas plus de 1000 PSI.
                                        il faut croire qu’ils se sont assis sur l’avis des experts (comme vous)
                                        nous en connaissons les conséquences.
                                        alors comme je suis curieux (comme vous ?) de nature, je vous retourne la question :
                                        pourquoi pratiquez vous la désinformation ?
                                        seriez vous en train de faire du lobbying ?
                                        ce ne serait pas joli-joli...
                                        ou alors, ne feriez vous que « colporter des ragots ».
                                        je m’interroge ?
                                         smiley


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 23:27

                                        jjwadal,
                                        je m’attendais à un mot d’excuse pour l’utilisation injurieuse et injustifiée de « colporteur de ragot » que vous avez eu la « délicatesse » de m’attribuer.
                                        mais je vois que vous continuez dans la provocation, en évoquant que « mes informations sont du pipeau ».
                                        vous prétendez lire « sans cesse » la presse américaine ?
                                        c’est à se demander si vous lisez l’anglais ?
                                        dans les deux articles précédents, vous avez tous les liens disponibles (la plupart émanent justement de la presse américaine) et à moins que vous n’ayez pas eu envie d’ouvrir les liens proposés, je ne vois pas ce que je peux faire pour vous.
                                        j’ai une idée.
                                        par ces temps de soleil, et farniente,
                                        munissez vous d’un seau et d’une pelle, et allez faire de jolis chateaux de sable,
                                        c’est une activité qui ne demande pas de gros efforts cérébraux, et vous devriez y faire merveille.
                                        (mettez quand même un chapeau : le soleil cogne dur ces temps ci, et il ne faudrait pas que votre cerveau (ou ce qu’il en reste) subisse des dommages.
                                         smiley


                                      • bj33 26 juillet 2010 23:28

                                        C’est délirant de lire ces chiffres de pressions et les élucubrations de certains calculs du style prendre en compte le poids de la roche pour calculer la pression.

                                        Je serais curieux de savoir qui dans les participants a déjà vu de prés une plate forme de forage et sait de quoi il parle.

                                        mais bon, amusez vous bien avce vos délires.


                                      • goc goc 26 juillet 2010 23:46

                                        @jjwadal

                                        c’est vrai je n’ai pas trouvé d’articles mentionnant des pressions effarantes, mais j’ai certainement du faire comme vous, c’est à dire que je n’ai pas cherché. La seule différence, c’est que moi je le reconnais.

                                        sinon vous traitez l’auteur de « colporteur de ragot » parce qu’il parle de 7000/10000bars au lieu des 3300 bars que vous reconnaissez exister normalement à de telles profondeurs. J’ai comme la vague impression que vous ne savez pas bien ce que cela peut signifier 3300 bars. Pour votre gouverne on peut découper de la tôle avec un jet d’eau à 200bars, et la pression vapeur la plus forte utilisée dans les turbines des centrales électriques de 1000Mwatts avoisinent les 300 bars, et on commence déjà a avoir des problèmes de résistance des matériaux à ces pressions. J’ai vu des « coups de bélier » ouvrir une plaque d’acier de 3cm d’épaisseur comme une boite de conserve et on était aux environs des 500bars, guerre plus.
                                        Alors votre attaque est des plus futile et démontre votre mauvaise foi évidente et votre méconnaissance des grandeurs physiques.

                                        quand à savoir pour qui vous roulez, il suffit de regarder l’image que vous avez choisi pour votre pseudo, pour comprendre dans quel camps vous vous placez, ce qui rajoute a votre manque de crédibilité

                                        car comme dit mon ami africain
                                        La buse qui plane ne se doute pas que ceux qui sont en bas devinent ses intentions.


                                      • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 07:19

                                        bj33
                                        pour alimenter vos « délires », voici une vidéo :
                                        http://www.youtube.com/watch?v=pxDf-KkMCKQ&feature=player_embedded
                                        et là, attendez vous à découvrir un cauchemar.


                                      • jjwaDal jjwaDal 28 juillet 2010 12:43

                                        @Goc

                                        J’ai mal formulé mon propos. La pression hydrostatique augmente d’un bar par 10m de profondeur et la lithostatique de 3,3 bars (sur Terre) par 10m de profondeur.
                                        Par ailleurs on a exploré la fosse des mariannes et le bathyscaphe a effectivement encaissé 1000 bars de pression (10 km de profondeur).
                                        Creusez un tunnel sous le Mont-Blanc. Avec 3800m de roches au-dessus la pression lithostatique au niveau du plafond du tunnel est bien de 1250 bars mais elle est
                                        encaissé par les parois et distribuée (le tunnel ne s’effondre pas). Idem pour un puit de forage.
                                        Donc dans tous les cas de figure BP n’avait à gérer ni 3000 bars ni 11000 ....


                                      • drlapiano 26 juillet 2010 23:20

                                        O.C. nous avons déjà échangé sur ce sujet ... à ce niveau de complexité et de responsabilité, c’est BP qui est le mieux informé ... on n’y peut rien, ce n’est sans doute pas satisfaisant mais c’est comme ça.

                                        Sans être lénifiant, il sont loin d’être alarmiste ... de toute façon à quoi sert-il d’être alarmiste ? Tout ce qu’on peut souhaiter est que ça se résolve le moins mal possible ... et c’est BP qui a toutes les cartes en main ... et lui seul.

                                        « So let me first start with the well integrity test. The well integrity test continues going very well. The pressure is continuing to steadily build, as I’ve talked about for a number of days now. It’s 6863 psi. The well’s been shut in for seven days. We’ve been doing all the monitoring in terms of visual monitoring, sonar, seismic, hydrophones, geophones, et cetera, and at this point there’s nothing – there’s no evidence that says we don’t have integrity in the wellbore. »
                                        http://www.bp.com/liveassets/bp_internet/globalbp/globalbp_uk_english/incid ent_response/STAGING/local_assets/downloads_pdfs/BP_technical_audio_07 222010.pdf

                                        http://www.bp.com/extendedsectiongenericarticle.do?categoryId=40&contentId=7061813

                                        On ne peut qu’attendre avec espérance que les techniciens de BP soient à la hauteur, on ne peut qu’être impressionné de la qualité de leur travail

                                        Reste que c’est une cathastrophe de première grandeur dont on appréhende à peine toute l’étendue ... mais dans l’immédiat
                                        - L’écoulement est pour le moment arrèté
                                        - Les puis de secours qui permettrons le colmatage avancent comme prévu.
                                        Encourageons ces gens pour qu’ils réussissent ...


                                        • olivier cabanel olivier cabanel 26 juillet 2010 23:32

                                          drlapiano,
                                          faire confiance à BP ?
                                          quant on voit de quelle manière ils travaillent sur le terrain, tentant de cacher la réalité aux officiels qui viennent s’enquérir des progrès réalisés,
                                          quant on voit de quelle manière, ils essayent d’acheter les populations en leur proposant de l’argent contre leur silence,
                                          je n’ai guère envie de leur faire confiance.
                                          il est dommage qu’ils soient « maitre d’oeuvre » sur le terrain, sans la présence d’experts indépendants pour voir ce qui se trame.
                                          mais bon, je vous rejoins au moins sur votre derniere phrase :
                                          « encourageons ces gens pour qu’ils réussissent »
                                          c’est bien tout ce qu’il nous reste.
                                          et prions.

                                          ceci dit, j’ai bien peur que vous vous trompiez sur quelques points :
                                          l’écoulement n’est pas arreté.
                                          les puits de secours n’avancent pas comme prévu, puisque ce qu’ils espéraient n’a pas fonctionné,
                                          et la pollution aux dispersants toxiques n’est toujours pas médiatisée.
                                          çà ne vous rappelle rien ?
                                           smiley


                                        • nightflight nightflight 26 juillet 2010 23:57

                                          Bonsoir Olivier, et merci pour l’article smiley

                                          Concernant les différentes sources d’information sur le Net, il est vrai que l’on peut lire différentes choses.

                                          L’erreur qu’a commise BP ces dernières semaines était de ne pas assez communiquer sur le fait qu’ils sont en train de creuser deux puits de secondaires, afin d’aller « Tuer » en profondeur le puits dont est issue la fuite.

                                          On a donc bien l’impression en lisant leur site qu’aucune solution définitive n’est en cours de mise en place, et que la fuite actuelle va continuer jusqu’à polluer la planète entière.

                                          Leur seconde erreur a été de ne pas avoir prévu une solution d’urgence au cas où le scénario qui s’est produit (Et qui s’est déjà produit dans le passé) venait à se produire : Le premier dôme mis en place était mal dimentionné, et ils ont effectivement réussi à obturer la fuite lors d’une seconde tentative, avec un dôme de taille plus importante.

                                          D’ailleurs, et après avoir mis en place ce dôme muni de vannes, initialement prévu pour que des canalisations y soient raccordées et que la récupération du pétrole continue, afin d’éviter que la pression ne monte trop, ils ont constater que les valeurs de pression étaient acceptables et ont finalement décidé de n’utiliser le dôme que comme un obturateur.

                                          En ce qui concerne le mouvement des pécheurs emmené par Kindra Arnesen, ceux-ci ont réclamé l’arrêt dde l’emploi des produits dispersants. Cette mesure aurait pour résultat de provoquer l’arrivée sur les côtes de brut non dispersé, provoquant une marée noire « Hard », qui tuerait tout sur son passage.

                                          Certes les produits dispersants sont toxiques, mais il ont le propre de former avec l’eau de mer une émulsion qui est sans commune mesure avec le pétrole brut.

                                          Donc pour ou contre les dispersants, cela se discute, mais il faut vraiment argumenter.

                                          Ceci dit, j’insiste sur le fait que je ne suis pas pour la promotion des carburants fossiles ou même d’origine végétale because réchauffement climatique, mais je suis sacrément content que BP avance dans ses opérations d’obturation de cette saloperie de forage !


                                          • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 06:47

                                            merci à toi aussi, night flight,
                                            j’aime bien cette approche,
                                            c’est aussi la réflexion que la plupart d’entre nous se font,
                                            BP est dans une politique de dissimulation,
                                            les forages dérivatifs (ils sont montrés dans un lien) sont destinés vraisemblablement a faire baisser la pression, mais ils risquent de provoquer logiquement de nouvelles fuites.
                                            quant au fameux produit dispersant toxique, bien sur, la logique est d’empecher le brut de causer des dommages sur la faune et la flore, mais alors, pourquoi au moins ne pas faire évacuer la zone, d’autant que si l’opération tentée par BP tourne mal, il y a risque de tsunami (j’avais expliqué ce scénario, imaginé par les experts, dans l’article précédent.
                                            je ne suis pas non plus pour la promotion des carburants fossiles, bien sur, ni pour le « biocarburant » qu’il vaudrait mieux appeler « carburant de culture ».
                                            il serait temps que l’on prenne enfin en haut lieu les décisions d’abandonner définitivement les énergies fossiles, et sales, et que l’on choisisse enfin définitivement les énergies propres et renouvelables.
                                            on se demande ce qu’il leur faut pour se décider ?!
                                            Tchernobyl n’a manifestement pas suffit,
                                            espérons que Deepwater fera changer enfin les mentalités.
                                            merci de ton commentaire.
                                             smiley


                                          • mokhtar h 27 juillet 2010 11:27

                                            @ Olivier Cabanel
                                            Bonjour
                                            Votre article confirme que, probablement, le pire est encore à venir : Et le pire, ce n’est pas seulement l’extension de la pollution à l’ouest atlantique, ni même l’incapacité de Bp et de tout être humain à arrêter cette catastrophe. A coté de notre manque de réaction , c’est du petit lait.
                                            Le pire, c’est que nous continuons à écouter ce que fait Bp et à les croire eux et les hommes politiques et journalistes, experts et scientifiques de service, attendant fiévreusement qu’ils arrêtent çà et scrutant des images retouchées pour reprendre de l’espoir.
                                            Nous continuons à discuter les arguments techniques scientifiques et à évaluer les chances de colmater cette fuite géante. En bref, nous continuons à discuter des informations soigneusement manipulées A L’INTÉRIEUR DE CE SYSTEME.
                                            Je ne vais pas encore faire le procès de la civilisation occidentale, ni celui du capitalisme, ou de la mondialisation.

                                            Mais aujourd’hui, on s’aperçoit que les forces de l’enfer ont été déclenchées (nucléaires, pétro-marines entre autres) et que les puissances de l’argent, supra-étatiques, banques et multinationales, mettent en danger la vie sur terre, dans des zones de plus en plus vastes, des continents ou plusieurs États.
                                            Il y a quelque chose qui ne va pas quand des Etats n’ont que des prérogatives et autorités limitées à leur seul territoire alors que des sociétés multinationales se permettent de telles folies pour seulement économiser de l’argent ou en gagner plus.
                                            Il y a quelque chose qui ne va pas quand des hommes politiques mettent en œuvre des politiques conformes aux intérêts des puissances de l’argent., sans égard pour les intérêts de leurs propres peuples, et d’abord le peuple américain pour le moment. Je ne prends que le seul exemple de l’incident nucléaire de Three Mile island où la vérité a été cachée au peuple américain ainsi que les travaux de terrassement et de creusement effectuées par des petites bombes nucléaires pour de grands projets d’infrastructures (Cf les articles de Morice à ce sujet) polluant pour des décennies de zones entières à intérieur du territoire des États Unis.

                                            A mon avis, il faut que les Etats récupèrent leurs prérogatives de souveraineté et leur autorité : en donnant la primauté au principe de précaution par rapport aux calculs de rentabilité.
                                            Et surtout que les populations reprennent le pouvoir ( à l’intérieur des États) et s’assurent quotidiennement que le pouvoir mis entre les mains de leurs élus est exercé conformément à leurs intérêts fondamentaux.

                                            Il ne s’agit pas seulement de botter les fesses de BP.
                                            Si le monde fonctionnait normalement, il aurait du y avoir une réunion d’une sorte de Conseil de Sécurité pour faire rendre gorge à BP, l’obliger à nettoyer tout le Golfe du Mexique et l’Atlantique, et prononcer des sanctions très dures à l’égard de l’Angleterre ainsi qu’à ceux qui ont participé à tous leurs mensonges (hommes politiques et journaux ainsi que les chaines TV) avant et après cette catastrophe qui, pour le moment et malheureusement, ne me semble pas la dernière.

                                            Dieu, Allah ! Ayez pitié de nous !


                                            • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 11:41

                                              mokhtar h,
                                              il faudrait effectivement qu’une cour internationale de justice indépendante, dotée de moyens conséquents, puisse enquêter librement, tirer les conclusions et condamner les industriels, voire les états, à la hauteur des fautes commises.
                                              j’avais en son temps fait un article sur les grandes catastrophes écologiques (Bopal, etc) et le peu de conséquences juridiques qu’avaient subis les responsables de celles-ci.
                                              il serait temps que çà change, et que ces messieurs découvrent les vertus de la prison.
                                              merci de votre commentaire.


                                            • mokhtar h 27 juillet 2010 11:56

                                              @ Olivier Cabanel
                                              Une cour de justice ne me semble ps suffisante : elle ne ferait que constater et évaluer les dégâts... APRES LES CATASTROPHES.
                                              Tant que ces sociétés prenaient des seuls risques d’investissements, passe encore. Aujourd’hui, elles prennent des risques bancaires aux retombées infiniment plus graves sur les vies et les revenus des populations (Cf la crise économique actuelle).
                                              Il faut que les populations et les États reviennent sur les abandons de souveraineté consentis à ces sociétés transnationales. Pour prévenir au maximum. AVANT.
                                              Cordialement


                                            • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 13:25

                                              mokhtar,
                                              c’est évidemment peu, mais ce serait déjà bien.
                                              aujourd’hui on a bien compris que, sous la pression de ces entreprises qui font (et défont) l’économie mondiale, tout le monde, ou presque, s’écrase.


                                            • alberto alberto 27 juillet 2010 11:45

                                              Bonjour, Olivier :

                                              Une info, pour ceux (et celles) qui se feraient du soucis au sujet de ce malheureux Tony Hayward, aujourd’hui ex-pdg de BP, qui vient de se faire virer après cette imprévisible catastrophe : la pauvre homme va toucher une prime de départ d’un an de salaire, soit approximativement 1,2 millions d’€ et bénéficiera une retraite chapeau autour de 500.000 € par an...Quelques broutilles !

                                              Celui qui parti en croisière au moment de la crise paye pour les incapables qui n’ont pas su régler le problème pendant qu’il était occupé ailleurs : si ça, ce n’est pas de l’ingratitude !

                                              Enfin, ne dit-on pas que ce sont les meilleurs qui s’en vont ?


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 11:47

                                                alberto,
                                                oui, j’ai entendu cette info,
                                                c’est un vrai scandale !
                                                on marche vraiment sur la tête.
                                                pauvre Terre.
                                                merci de ton commentaire.
                                                 smiley


                                              • Shaytan666 Shaytan666 27 juillet 2010 12:18

                                                Aujourd’hui matin sur la RTBF il y avait une très bonne émission concernant BP.
                                                Sidérant ce que l’on a pu y entendre.
                                                PS : Je suppose que mon copain Guy l’enfoiré l’a également écouté  smiley


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 13:23

                                                Shaytan666
                                                ce n’est pas pour faire la fine bouche, mais l’interviewé ne donne aucun chiffre,
                                                il confirme ce qui est en train de se passer, mais à mon humble avis, si j’en crois les documents que j’ai pu consulter, il est assez éloigné de la vérité,
                                                celle ci est bien plus cruelle.
                                                merci de votre commentaire, et du lien proposé.


                                              • Shaytan666 Shaytan666 27 juillet 2010 13:36

                                                Olivier,
                                                Ce n’est qu’une petite partie de l’interview, ce midi ils en ont encore repassé un large extrait.
                                                BP est la compagnie qui investi le moins dans la sécurité, son ancien directeur avait « traduit » BP par Behind Petrol, cela ne voulait absolument pas dire une recherche pour d’autres énergies, mais uniquement que les bénéfices de BP ne pouvait plus dépendre du cours du brut.
                                                Il parait que cette situation était ignorée du grand public mais archi-connue dans les milieux pétroliers.
                                                BP a toujours caché le nombre de morts, très élevé, dans le personnel de ses plates-formes de forage. Contrairement à d’autre société, BP n’a jamais au grand jamais impliqué ses ouvriers dans le procesus de sécurité.
                                                Question à laquelle le spécialiste n’a pas pu ou voulu répondre : Combien la famille royale d’Angleterre a t’elle investi dans BP.


                                              • Shaytan666 Shaytan666 27 juillet 2010 13:47

                                                Encore un petit détail, les spécialistes estiment que BP va devoir vendre 10% (une paille) de ses actifs, la plus part en Amérique, pour couvrir les frais.


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 17:48

                                                Shaytan666
                                                si vous pouviez me donner le lien pour cette émission,
                                                vu que manifestement je vais écrire une suite bientot, çà pourrait être pratique,
                                                merci d’avance.
                                                 smiley


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 17:51

                                                Shaytan666
                                                oui, je savais déjà qu’ils étaient en train de se séparer de plusieurs de leurs activités, et le Monde annonce que la catastrophe leur a déjà couté 17 milliards de dollars en trois mois.
                                                j’espère qu’ils ne sont pas au bout de leur peine.
                                                 smiley


                                              • Shaytan666 Shaytan666 28 juillet 2010 11:10

                                                Salut Olivier
                                                Voilà  ! L’émission est toujours scindée en deux parties, la première entre 07h40 et 8h est réservée à l’interview et commence toujours par un disque choisi par l’invité. La seconde entre 08h45 et 9h est réservée aux questions des auditeurs. J’ignore si les questions des auditeurs sont reprises ici. Pour réécouter l’émission il faut cliquer en dessous de l’article.


                                              • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 13:19

                                                Musima,
                                                voilà qui confirme les pires craintes,
                                                merci de ce lien,
                                                à+


                                              • Madoff Madoff 27 juillet 2010 13:24

                                                Bonjour ,

                                                Tout d’abord merci pour cet Article Olivier Cabanel .

                                                J’aurais aimé aborder avec vous tous ces rumeurs de délis d’initiés de la part de Goldman Sachs ( qui aurait prétendument vendu l’ensemble de leur actions BP 1 semaine avant la catastrophe ) ...
                                                Que l’on peut mettre en parallèle avec le rachat par BP de la société de nettoyage employée actuellement à la catastrophe et ce 3 semains avant les faits...

                                                Doit on s’inquiéter de telles manoeuvres , ne vont ils pas nous ressortir la sacro sainte taxe carbone , remère de tous les maux ??

                                                On sent également une volonté préssante de la part du gouvernement US de centraliser autour du gouvernement l’ensemble des pétroliers américains.

                                                Un peu de parano ?
                                                Comme l’avait dit l’autre : « une bonne crise ca ne se gache pas » ...
                                                ( désolé pour les fautes d’ortographe ).


                                                • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 13:30

                                                  Madoff,
                                                  vos fautes d’ortographes sont « peanuts » face aux fautes commises par BP,
                                                  on peut donc les oublier, d’autant que je ne suis pas exempt de reproches.
                                                  mais comme vous le dites, il semble que la catastrophe fasse les affaires de quelques uns,
                                                  a commencer par l’ex-pdg, qui s’en va les poches pleines,
                                                  et des autres qui suivront.
                                                  total scandale.
                                                  faudra un jour qu’ils payent vraiment.
                                                  merci de votre commentaire.


                                                • joletaxi 27 juillet 2010 14:17

                                                  Désolé,grand imprécateur,mais j’ai encore de mauvaises nouvelles pour votre nouvelle énergie à base de crottin de cheval :



                                                  SVP, reparlez moi encore des pressions à 150.000 psi.... je ne m’en lasse pas....

                                                  • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 17:54

                                                    joletaxi,
                                                    vous qui semblez tant apprécier le nucléaire, vous devriez proposer votre jardin pour y enterrer les déchets nucléaires, on ne sait pas ou les mettre, et personne ne les veut.
                                                    moi, par contre, je prends les crottins de cheval sans problème.
                                                     smiley


                                                  • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 2010 15:03

                                                    Vous avez déjà répondu à vos détracteurs concernant ces assertions de pression élevé en donnant deux liens (ici) dont le premier renvoie au second comme source et le second ne parle pas de la pression du réservoir. Je pars du principe que quand on a de bons arguments pour soutenir sa thèse on les produits.
                                                    J’ai regardé les liens autres (l’interview de Matt Simmons chez Dylan Ratigan est savoureuse avec le recul mais il ne parle pas de ces pressions), j’ai fait une recherche « google » et rien de rien pour les dires d’experts supputant des pressions pareilles. Google a aussi la mémoire qui flanche je suppose.
                                                    Les faits sont tétus. Celui qui est responsable du forage (BP) est détenteur primaire des informations nous dit dans une vidéo ( 1ère minute) grand public que le réservoir est à 18000 pieds soit 5486m, sachant que d’autres ont des puits en exploitation dans la zone et que cette affirmation est soumise à l’expertise de ceux opérant au quotidien sur place et qui pourraient vouloir récupérer des concessions si BP tombait en disgrace, à l’examen du gouvernemet des USA aussi.
                                                     Le superviseur des opérations nous dit que la pression mesurée actuellement dans le dispositif de chapeautâge (capping stack) est inférieure à 7000 psi et était attendue entre 8 et 9000 psi. Le puit est bouché depuis 15 jours et on n’a pas passé 7000 psi.
                                                    Personne dans la zone n’exploitant un puit à 9000m de profondeur d’où vient l’expertise ayant affirmé qu’on avait entre 100 et 165000 psi à l’origine ?
                                                    Où est le matériel pour exploiter un puit à ces profondeurs (coûteux à forer et exploiter évidemment) ?
                                                    Je considère donc que la charge de la preuve appartenant à celui qui affirme, personne (incluant vous) n’a donné d’arguments convaincants en faveur de pressions supérieures à 100 000 psi et que ce sont des ragots. Vous avez déjà répondu par l’esquive à des demandes de justification, vous n’avez rien pour appuyer vos dires (sinon vous n’esquiveriez pas le sujet à nouveau par l’ad hominem d’ailleurs).
                                                    Ce n’est pas une accusation (colporter des ragots) à caractère général (je lis vos articles et y réponds) mais sur ce point vous êtes clairement dans les sables mouvants et le dire relève de la critique argumentée et nullement de l’injure.
                                                    Je n’insulte pas l’auteur en disant que ces pressions grotesques sont un ragot et que vous le propagez sans l’avoir vérifié. Je donne mon opinion et ce n’est pas encore un délit.
                                                    Un jour peut-être. Vous laissera-t’on alors écrire et moi vous répondre ?
                                                    Cordialement.


                                                    • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 18:13

                                                      jjwaDal,
                                                      ne vous inquiétez pas, on vous laisse écrire, et je n’ai pas de soucis non plus la-dessus,
                                                      moi, je veux bien ergoter sur des pages, et des pages sur des pressions, des profondeurs plus ou moins fortes,
                                                      çà ne changera rien à la catastrophe actuelle,
                                                      il semble que BP n’aime pas trop communiquer sur ce qui s’est réellement passé,
                                                      toujours est-ils que la profondeur soit de 1500 metres, ou 1600, ne change pas grand chose sur le fond,
                                                      tous les articles auxquels j’ai pu avoir acces parlent d’une pression considérable, pour laquelle BP était prévenu que son installation ne tiendrait pas le coup,
                                                      dans un article récent, les verts d’ile de france évoquent 5 tonnes /cm2
                                                      http://idf.lesverts.fr/spip.php?article2098
                                                      ce qui est certain, c’est que la fuite est loin d’être colmatée, et que rien ne prouve qu’elle puisse l’être un jour, d’autant que de nouvelles fuites ont été constatées,
                                                      puis, autre problème, l’emploi du produit toxique dispersant Corexit,
                                                      provoquant des problèmes de santé indéniables,
                                                      le méthane présent un peu partout, avec d’autre gaz toxiques,
                                                      il ne s’agit pas de jouer à se faire peur, mais de constater que nous sommes en face d’un énorme problème, même si les médias en europe préfèrent parler d’autre chose...
                                                      sur ce lien (mon article est passé sur d’autre sites)
                                                      http://www.futurquantique.org/?p=8766
                                                       je vous suggère de lire le commentaire de Ambre concernant le Corexit 9500.
                                                      ce n’est pas anodin, et çà a le mérite d’être précis,
                                                      cordialement aussi


                                                    • joletaxi 27 juillet 2010 17:49

                                                      I was talking to a friend of mine today who knows about pumps and asked him what he reckoned the velocity of the BP blow out to be from the video feed. He guessed about 3 km/hour (1.88 mph). (In these sorts of things, I value opinions from practical guys – I don’t think that you need to be a professor of fluid mechanics to guess at flow velocities.)

                                                      Let’s assume that his guess is right within an order of magnitude/ The diameter of the riser pipe is apparently 21 inches =21*.0254 m= 0.5334 m. The volume of the blow out would therefore be : 3000 (m/hr) *pi *( 0.5334/2)^2 = 670.374 m^3/hour = 670,374 liters/hour.

                                                      One bbl oil = 158.987 liters. Thus 670,374/158.987 = 4216 barrels/hour
                                                      I.e. 101,184 barrels/day. (Phil Worley of Purdue estimated 70,000 bbl/day.

                                                      D’après Steve macIntyre(expert géologiste,qui pour le plaisir a « démonté »la fameuse courbe de Man)

                                                      Si l’on peut donner un peu de crédit à ces déductions,et cela semble assez vraisemblable,on peut estimer la pression au sortir du tuyau à environs 200/220 bars

                                                      Comme nous sommes en période de solde, je vous en rajoute 100 bars gratuit,plus la hauteur d’eau, cela ferait à tout casser 450/500 bars, ce qui entre parenthèses est énorme,et pas évident à gérer.

                                                      mais si notre grand « bonze » la la cata annoncée croit à 150.000 psi, pourquoi pas ?

                                                      Il croit bien résoudre nos problèmes énergétiques avec du crottin de cheval....


                                                      • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 18:14

                                                        joletaxi,
                                                        çà y est !
                                                        vous avez mis le pied dedans,
                                                        et pas de chance, c’est le pied droit.
                                                         smiley


                                                      • joletaxi 27 juillet 2010 19:28

                                                        C’est vraiment un artiste complet !!

                                                        Il nous avait déjà fait des tours de magie,en convertissant le crottin de cheval en terawatt,voilà maintenant qu’il se livre à des pirouettes
                                                        chapeau l’artiste

                                                      • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 20:32

                                                        joletaxi
                                                        avec un public tel que vous, je ne pouvais faire autrement,
                                                         smiley


                                                      • JL JL 27 juillet 2010 18:56

                                                        Bonjour Olivier, merci pour ces infos et ce travail.

                                                        A lire dans Courrier International, un dossier sur le sujet dont un article de Naomi Klein qui va dans votre sens.


                                                        • olivier cabanel olivier cabanel 27 juillet 2010 20:33

                                                          JL,
                                                          merci de l’info,
                                                          je cours le lire...Naomi Klein, ce n’est pas n’importe qui !
                                                          à+


                                                        • jjwaDal jjwaDal 27 juillet 2010 20:58

                                                          Pour clore ce débat sur la pression rencontré par BP à l’ouverture du réservoir, ce court article décrivant une découverte de gaz dans la région (regardez la profondeur de l’eau et celle du forage) en 2003, indique bien qu’il n’y avait pas à aller à 9/10km de profondeur pour trouver le pétrole (très probablement c’est la même couche géologique qui a été explorée). On soupçonne en ce moment ce réservoir (ou un autre voisin) d’être la cause de fuites observées à quelques miles du forage BP. Dit autrement en 2003 Dominion et Texaco (1999) ont foré dans le coin et ont trouvé des hydrocarbures à une profondeur voisine et pas à des pressions infernales. BP a foiré le coup, une fois de plus, voilà tout. Ils ont un pedigree dans le domaine.
                                                          Je ne défends pas BP. Jamais ils ne passeront à la caisse pour ce merdier (l’Etat américain y veillera, « yes they can »).
                                                          Il n’y avait aucune malice dans mes propos. Ce type de média est justement lu parce qu’on peut dire rectifier une information quand elle nous semble inexacte.


                                                          • olivier cabanel olivier cabanel 28 juillet 2010 05:49

                                                            jjwaDal
                                                            j’ai bien peur que le débat soit loin d’être clos,
                                                            j’ai de nouvelles informations qui vont faire dresser les cheveux sur la tête à plus d’un,
                                                            il ne s’agit pas de faire de « l’alarmisme », il s’agit seulement de tenter d’être réaliste,
                                                            si vous avez lu l’intervention de Naomi Klein, proposée dans le commentaire précédent le votre, et parue dans le courrier international, vous comprendrez très vite que le pire est vraisemblablement à venir, quelle que soit la profondeur et la pression du forage défectueux.
                                                            merci de votre commentaire.


                                                          • Pierrot Pierrot 29 juillet 2010 19:31

                                                            Il convient de tirer les enseignements de ce grave accident afin de se prémunir de futurs accidents.
                                                            Il ne me semble pas réaliste d’empêcher éternellement tous forages pétroliers off shore.

                                                            Les principales mesures à prendre pourraient être, à mon avis :

                                                            - mettre en place au niveau national et mondial une autorité de sûreté-sécurité dans ce domaine,

                                                            - ne pas économiser sur la sûreté,

                                                            - n’exploiter qu’après avoir mis au point et testé les moyens de parer à l’imprévu dont la succession d’évènements peu probables,

                                                            - former le personnel à la gestion du risque.

                                                            Je pense que la mise en place de ces propositions éviteraient beaucoup de catastrophes ou en réduiraient les conséquences sanitaires et environnementales.


                                                            • olivier cabanel olivier cabanel 29 juillet 2010 22:17

                                                              Pierrot,
                                                              sans l’intelligence et la sagesse, l’homme n’a aucun avenir,
                                                              votre pensum plein de bonnes volontés me parait un peu dérisoire, surtout lorsque vous qualifiez « grave accident » une énorme catastrophe.
                                                              pire, vous n’avez pas pris la mesure des forages à grande profondeur, puisque vous n’envisagez pas leur pure et simple interdiction,
                                                              ensuite, on est dans le domaine du « y a qu’a...faut que »
                                                              on serait tenter d’appeler çà « des vœux pieux »
                                                              assez dérisoire somme toute.
                                                              vous conseillez de ne pas économiser sur la sureté ?
                                                              mais lorsque les experts ont affirmé que l’installation ne résisterait pas aux pressions rencontrées, BP est passé outre.
                                                              les évènements « peu probables » que vous évoquez étaient largement probables, voire même évidents, et pourtant personne ne s’y est opposé.
                                                              et lorsque la plate forme à explosé, même les personnels les mieux formés à la gestion du risque qui étaient présents y ont laissé leur peau,
                                                              alors excusez moi du peu, mais votre commentaire est quelque peu déplacé,
                                                              pour ne pas dire indécent.
                                                              désolé.
                                                              ceci dit, venant d’un irréductible défenseur de l’industrie nucléaire, il n’aurait pas du me surprendre.
                                                               smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès