• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La crise délibérée

La crise délibérée

Pendant que les forces de la contestation sociale pansent leurs plaies dans leurs quartiers d'été, celles de l'argent ne relâchent pas leurs efforts pour nous enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde.

Deux petites informations de rien qui se télescopent dans l'indifférence paresseuse des fausses vacances : d'un côté, une ville espagnole qui va équiper de cadenas les poubelles des supermarchés, de l'autre une ville de Belgique qui entend forcer les mêmes supermarchés à aider les démunis. Deux villes de notre temps, deux visions de l'action politique diamétralement opposées : l'une qui se couche et accompagne toutes les régressions, l'autre qui se dresse et utilise son pouvoir pour changer les choses, même petitement, même à sa seule échelle locale, l'échelle de l'action politique de la soumission ou du refus.

La mairie indique avoir pris cette décision en collaboration avec les propriétaires de supermarchés, « face au risque pour la santé que peut comporter la consommation d'aliments jetés dans les conteneurs et l'alarme sociale que cela provoque ».


Le plus coûteux pour les collabos du système, c'est encore de parvenir à inventer des explications vaguement convaincantes de leurs petites lâchetés ordinaires. Cadenasser les poubelles, c'est tout sauf une préoccupation de santé publique. Il s'agit de la plus honteuse des soumissions à la logique purement marchande qui préfère laisser crever d'inanition plutôt que d'admettre que 50 % de la nourriture produite à grands frais de pesticides et de maltraitances agricoles ne parvient jamais jusqu'à une bouche humaine. Cadenasser les poubelles, c'est aussi raconter la logique purement génocidaire d'une société où il faut absolument de l'argent pour satisfaire nos besoins les plus élémentaires et où, non seulement, on prive de plus en plus de gens de la possibilité d'acquérir le minimum d'argent indispensable pour juste survivre un jour de plus, mais de surcroît, on fait en sorte que toute manière de survivre en dehors de la marchandise est totalement impossible. Il devient alors absolument impossible de concevoir la réalité et la profondeur de la misère actuelle en ce qu'elle est totalement voulue et assumée par ceux qui la créent et qu'elle est d'autant plus ignoble qu'elle se propage dans des sociétés où le nécessaire comme le superflu est surabondant et majoritairement gaspillé.

Les miséreux ont toujours eu le droit de glaner ce qu'ils ne pouvaient acquérir dans le système marchand. Ils ont toujours eu la possibilité d'occuper les interstices du système, de squatter les biens communs, de satisfaire leurs besoins fondamentaux, même si cela a toujours été de manière précaire et largement insatisfaisante : braconnage dans les campagnes, abris de fortune dans les lieux invisibles, glanage des restes dans les champs, les poubelles, les miettes de la bonne société des inclus. Aujourd'hui, il n'y pratiquement plus d'espace public commun, de terres à squatter, de surplus à glaner. Même la flotte appartient toujours à quelqu'un et fait dorénavant toujours l'objet d'un péage et d'un droit d'accès. Même chier ou dormir n'est plus gratuit : les campagnes sont hérissées de clôtures privatives, les villes s'habillent de mobilier hostile à celui qui cherche juste un peu de repos et même l'accès aux déchets encore consommables de notre société du mépris est devenu pratiquement impossible.

Voilà donc un système où se renchérit chaque jour l'accès aux ressources vitales (eau, nourriture, énergie, abris... etc.), où le travail des gens est toujours plus dévalué, où il y a toujours moins besoin de bras pour faire tourner la machine et il n'est plus possible de survivre en dehors de la matrice.
Où pensez-vous que nous mène réellement cette logique ? Croyez-vous réellement que les gens qui prétendent nous représenter, dans leur grande majorité, œuvrent actuellement à améliorer nos conditions de vie ? Êtes-vous réellement dupes de leurs discours qui nous expliquent que chaque mesure prise sans notre consentement l'est dans une logique de sortie de crise alors que les faits, de plus en plus têtus, nous démontrent précisément le contraire ?

Les gouvernements en place choisissent délibérément la rigueur tout comme ils choisissent délibérément la voie de la paupérisation de masse, et ils le font sous couvert de leur impuissance face aux lois implacables du Marché. Sauf que tout démontre que le Marché ne prend que la place que l'action politique veut bien lui laisser.
Il suffit d'un autre maire, dans une autre ville, pour décider que le supermarché ne sera pas le lieu de la confiscation du droit à vivre de certains, mais celui de la solidarité et de la redistribution, même partielle et encore insuffisante.
Le personnel politique a largement diffusé le récit de son impuissance afin d'en faire une vérité indépassable dont l'objet premier est de dissimuler aux yeux de la foule sa participation active et volontaire à l'entreprise mondiale de déconstruction du social. La récession qui ravage actuellement les classes populaires et menace les classes moyennes des grands pays industrialisés du monde n'est pas la démonstration de l'échec des politiques de rigueur mises en place depuis 2008, mais bien la preuve éclatante que le transfert global des richesses vers une petite part de l'humanité est en train d'entrer dans sa phase efficace.

La grande difficulté des experts politiques et économiques contemporains est bien de construire un discours permettant d'occulter cette réalité afin de convaincre les peuples de la nécessité absolue et inéluctable de poursuivre la refondation actuelle de notre civilisation quand bien même celle-ci repose de manière de plus en plus évidente sur l'éradication malthusienne du gros de leurs effectifs, c'est à dire par une succession de crises alimentaires, sanitaires et environnementales qui devraient fort « naturellement » réguler les populations surnuméraires, entendez par là, celles dont le capitalisme n'a rigoureusement plus besoin pour fonctionner à plein régime.

D'où l'intérêt de ne pas se laisser distraire par des discours trompeurs, des exploits sportifs, des analyses oiseuses ou des informations futiles et de ne pas rater les petites brèves qui en disent tellement plus sur l'état réel de notre monde.
D'où l'intérêt de comparer deux bleds que rien ne relie entre eux, si ce n'est que chacun est diamétralement opposé à l'autre sur le grand échiquier du nouvel ordre mondial émergent.
D'où l'intérêt de se rappeler que l'échelle de l'action politique prioritaire et efficace reste le local et que de petites initiatives peuvent, en frappant les esprits et en éclairant les consciences, déclencher les grands mouvements sociaux dont nous avons terriblement besoin pour stopper la machine qui s'active à nous broyer.


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • jako jako 9 août 2012 10:00

    Merci, tout à fait d’accord, beaucoup ont déja évoqué la re-provincialisation de toutes productions alimentaires , ce serait déja pas mal.
    Petit parenthèse je vous ais entendue ce matin sur FI, vous êtes aussi bonne à l’écrit qu’à la parole smiley


    • Monolecte Monolecte 9 août 2012 10:06

      Mais comment se fait-il qu’avec tous ces lecteurs qui se lèvent tôt, le monde ne nous appartient pas déjà ? smiley


    • jako jako 9 août 2012 10:09

      Exactement, encore un « adage » qui ne marche pas. ( de plus) bonne journée.


    • Monolecte Monolecte 9 août 2012 10:20

      Quelqu’un l’avait actualisé : « le monde appartient à ceux qui ont des employés qui se lèvent tôt »


    • alinea Alinea 9 août 2012 10:08

      Le courage, pas celui prononcé à longueur de phrase par les politiques qui nous informent qu’il leur en faut pour nous assassiner, non, le vrai courage est très rare !
      Et la grande distribution est, pour le quotidien ou la survie de la plupart des gens, le pouvoir le plus nocif ; tout le monde ne s’y frotte pas.
      Je me demande si les espagnols ne sont pas sincères dans leur crainte d’un fléau sanitaire ; il me semble qu’en Grèce, à ce niveau-là, c’est pas la joie et avec la chaleur estivale...
      Bon et puis, c’est la saison touristique, des pauvres qui fouillent des poubelles, ça la fout mal !
      En tout cas c’est un monde de fous ; plus de glanage en ville, plus d’échappatoire...
      Le libéralisme n’a besoin que de vingt pour cent de la population ! La sélection se fait depuis un moment, mais les choses sont beaucoup plus tendues aujourd’hui... quand on apprendra que le prix des céréales a grimpé jusqu’à des prix mirobolants, à cause de la sécheresse et de la canicule américaine ( en Russie aussi) qui ont décimé la production... ???


      • Philippe MEONI Philippe MEONI 9 août 2012 12:01

        « Je me demande si les espagnols ne sont pas sincères dans leur crainte d’un fléau sanitaire »

        La sincérité de l’espagne, c’est que, dans quelques jours, les « sans papiers » ne seront plus pris en charge dans aucun hôpital ou dispensaire... Seuls ceux qui pourront s’acquitter d’une « cotisation spéciale » de 59,20€ mensuels...

        En attendant, de nombreux cas de maladies contagieuses, portées par les vagues dimmigrés qui débarquent chaque jour de leur « pateras » referont surface de manière inquiétante, d’après les médecins...

        A ce jour, chaque réfugié peut accéder gratuitement à la vaccination et aux soins d’éventuelles maladies, ce qui ne sera plus le cas demain... les affectés seront alors laissés pour compte et la propagation de leur maladie sans aucun contrôle...

        Voilà la sincérité du gouvernement espagnol au sujet de la santé publique... !


      • alinea Alinea 9 août 2012 12:06

        C’est exactement ce que je mettais derrière le mot « sincérité » ; un fléau sanitaire, c’est bien quand il n’y a pas de soins !


      • bigglop bigglop 10 août 2012 04:18

        Bonjour à tous,

        La turberculose et d’autres affections reviennent en force dans la population des précaires, des travailleurs pauvres mais aussi dans les populations immigrées qui ne peuvent plus être suivies et soignées.
        D’où un risque avéré de transmission général de ces affections.

        Un scandale sanitaire


      • Taverne Taverne 9 août 2012 10:19

        Moi, je suis pour les deux solutions en même temps : distribuer les invendus aux associations caritatives, cadenasser les poubelles dans lesquelles on ne jettera que les produits alimentaires périmés et nocifs pour la santé (pour protéger la santé des gens et parce que la santé a un coût pour la Sécu).

        Keskenpensévou ?


        • Monolecte Monolecte 9 août 2012 10:47

          Le problème est plus en amont : le fait qu’on ne peut plus survivre sans argent. Que prévoit-on pour ceux qui n’ont plus accès à l’argent ?


        • foufouille foufouille 9 août 2012 12:02

          @taverne
          « distribuer les invendus aux associations caritatives, »
          avec ou sans dossier ?


        • Claude Simon Claude Simon 9 août 2012 14:20

          " Le problème est plus en amont : le fait qu’on ne peut plus survivre sans argent. Que prévoit-on pour ceux qui n’ont plus accès à l’argent ?"


          On vote pour Villepin et son dividende universel qui a fait une campagne électorale les mains dans les poches ?
          Je dirais que le capitalisme se tire une balle dans le pied, où alors il s’est allié avec l’écologisme dépopulationniste de Michel Tarrier, c’est selon.

        • cevennevive cevennevive 9 août 2012 16:57


          « Que prévoit-on pour ceux qui n’ont plus accès à l’argent ? »

          Peut-être penser à une sorte de revenu universel dont tout le monde, vraiment tout le monde, pourrait bénéficier pour se nourrir, se vêtir et se loger humainement...

          Mais je rêve là. Comment pourrait-on prélever l’argent qu’il faudrait à ce RU sur les super profits des oligarchies ?

          Triste monde. Merci Monolecte de cet article, et les commentaires montrent que nous sommes presque tous d’accord avec ce constat.

          Cordialement.


        • Claude Simon Claude Simon 9 août 2012 19:24

          Inutile de prélever, Dugué se propose d’imprimer pour financer cela. C’est plus indolore pour les super profiteurs, et ça s’appelle l’inflation.


        • Croa Croa 9 août 2012 22:00

          Les produits périmés sont rarement nocifs !

          Quand j’habitais à Bx il y avait une pauvre femme qui me revendait moitié prix des boites périmés. Cette dame était en cheville avec des commerçants des capucins qui avaient pitié d’elle sauf qu’ils lui en donnaient plus que nécessaire ! (Donc elle se faisait encore quelques sous par ces reventes.)

          Je n’ais jamais rien trouvé de mauvais ! smiley

          Et j’ai appris récemment que les normes de durabilité des aliments ont encore été réduits depuis. Le but n’est évidemment pas sanitaire mais de pousser les les gaspillages ! smiley


        • Radix Radix 9 août 2012 10:59

          Bonjour Monolecte

          Il est déjà suffisamment humiliant d’être obligé de faire les poubelles pour se nourrir sans y ajouter le mépris du « cadenas » pour signifier aux malheureux que nos restes sont encore trop bon pour lui !

          Radix

          ps- Merci à Jako pour l’info sur votre passage à France Inter, je l’avais raté pour cause de vacances !


          • katakakito 9 août 2012 11:27

            Très bon article.
            Ayant aidé à donner des repas à des gens démunis, j’ai pu constater le gaspillage de notre société de consommation.
            Dans les produits récupérés via des marchés pour faire les repas, on trouvait les produits les plus chers parce qu’invendus..
            Ainsi ces gens pouvaient manger les premières fraises, abricots ou les cerises quand elles étaient à 10 euros le kilo.
            Attention je ne dis pas que ce sont des privilégiés qui profitent gratuitement de bonnes choses, car cela mis à part leur situation reste dramatique. Je veux pointer ici une aberration de ce système. Une personne travaillant sur les marchés me disait que parfois il suffit au marchand de vendre 10 % de ce qu’il a pour s’y retrouver, le reste il peut le jeter si ça ne part pas.


            • reprendrelamain reprendrelamain 9 août 2012 11:39

              Des attaques de poubelles au lance roquette…voilà qui ne va pas rassurer les rentiers !



              • oj 9 août 2012 11:41

                il est clair que l’augmentation de productivité depuis des centaines d’années couplé au fait que des centaines de millions d’individus dans le monde se mettent à produire et accroissent aussi leur productivité doit fatalement aboutir a plus de produits disponibles et moins de travail sauf a créer de la complexité, couteuse, et n’apportant pas beaucoup de richesse réelle.

                Donc si l’acces aux ressources se fait uniquement par le biais de l’argent, compensation du travail , il y a hérésie.

                Il faut repenser totalement l’ensemble de ce systeme Production / Distribution mais cela ne peut se faire qu’en abattant brutalement le systeme actuel.


                • Monolecte Monolecte 9 août 2012 11:52

                  Voilà, c’est très exactement là où j’en suis arrivée !


                • lionel 9 août 2012 14:36
                  Il faut repenser totalement l’ensemble de ce systeme Production / Distribution mais cela ne peut se faire qu’en abattant brutalement le systeme actuel.

                  -There is no alternative
                  -La mesure que tout le monde attend (rire)

                  Quand à la possibilité de se nourrir ? Kokopelli est interdit, voici un extrait de la déclaration inspirante de son fondateur :
                  « Les peuples de cette belle planète, notre Terre-Mère, apprendront-ils un jour qu’une société qui ne peut pas discerner et éliminer, par tous les moyens possibles, la psychopathie, en son sein, n’est tout simplement pas digne de survivre ? »
                  « Quand à Kokopelli, ce n’est ni la Cour Européenne de Justice, ni les GNIS, ni Baumaux, ni la clique génocidaire qui s’est donné comme mission d’éradiquer la vie de notre belle Planète, qui nous empêcheront de continuer notre travail de protection de la biodiversité alimentaire... »

                  Ils ne sont pas nombreux les vrais responsable-irresponsables... C’est nous qui leur avons donné le pouvoir...Par ignorance, par manipulation... 

                • NeverMore 9 août 2012 11:51

                  Merci, article nécessaire.

                  Un directeur de supérette près de chez moi faisait arroser les poubelles de gas-oil pour rendre la récupération impossible. Il y a été mis fin, et il a même été obligé d’arranger sa mise au rebus pour permettre une meilleure récupération.

                  Les grandes surface devraient s’entendre pour diminuer ce gachis, par exemple en évitant le surganisssage des rayons (s’il y a un trou, tant pis, c’est pas si grave). Ca permettrait de diminuer et la « casse » et les prix.

                   


                  • alinea Alinea 9 août 2012 12:14

                    Enfin, j’ai un peu l’impression que vous tombez de l’armoire : dans le milieu agricole, il y a longtemps qu’on arrose le surplus de gas-oil ! Par ici, les douanes rachetaient l’excédent de pommes, et les éleveurs pouvaient venir les chercher !
                    Et ça fait un moment aussi que les poubelles sont souillées !
                    Certains ne le font plus à cause de la misère : c’est ça qui est nouveau !
                    Mais c’est la base du monde capitaliste libéral que de jeter les invendus ; on s’en offusque aujourd’hui parce que les pauvres sont dans nos rues. C’est donc bien tout le système qu’il faut foutre en l’air et ça fait un moment que nous sommes quelques-uns à le crier. Seulement, vous rendez-vous compte ? Cela ne se fera pas avec deux ou trois petites manifestations !


                    • Monolecte Monolecte 9 août 2012 12:23

                      On est d’accord sur à peu près tout. Après, vous vous doutez bien que ma prise de conscience ne date pas d’hier, c’est juste qu’il me faut rabâcher ce genre de chose en permanence pour que les gens ne se laissent pas juste porter par le courant.


                    • Philippe MEONI Philippe MEONI 9 août 2012 12:26

                      D’accord avec votre raisonnement... D’ailleurs, même si nous étions plus nombreux à le crier, ça ne résoudrait rien...
                      Depuis les 12 derniers mois, chaque jour, il y a au moins 1 manifestation dans 1 ville d’espagne... Croyez vous que cela fasse changer le cap du gouvernement ? RIEN !
                      Même les émeutes et la marche noire des mineurs n’ont rien apporté, si ce n’est que le gouvernement a tenté de criminaliser le mouvement...
                      Rien ne se résoudra par la politique qui est l’instauratrice de la situation... Surgira alors le vrai chaos motivé par l’instinct de survie des crève la faim... Mais pour ça, « ils » ont déjà les plans anti-émeutes au niveau européen... A mon grand regret, mais ça finira dans la violence et le sang, j’en ai peur...


                    • alinea Alinea 9 août 2012 13:02

                      Monolecte : je me doute bien que vous ne sortez pas de l’oeuf ! C’est une affaire entendue !


                    • Philippe MEONI Philippe MEONI 9 août 2012 12:18

                      Le Maire de Cija (Espagne, Andalousie), Juan Manuel Sánchez Gordillo, a monté une opération « commando », mardi, soutenu par le principal syndicat ouvrier de cette région :

                      Plusieurs dizaines de volontaires ont pris d’assaut 2 supermarchés (mercadona et carrefour) remplissant une vingtaine de caddies de produits de première nécessité, sans les payer, pour les redistribuer gratuitement aux familles sans ressources de la ville.

                      Ce Maire exemplaire conçoit son acte comme de la légitime défense en regard de la violence des actes politico-financiers, il est cependant, ainsi que plusieurs autres participants, sous le coup d’un ordre d’arrestation et détention publié hier par le ministère de l’intérieur. 2 personnes ont déjà été arrêtées ce matin.

                      Pour Gordillo : « ce serait un honneur d’aller en prison pour un avoir porté secours au peuple affamé »

                      http://ccaa.elpais.com/ccaa/2012/08/08/andalucia/1344426488_638752.html

                      Personnellement, je soutiens totalement ce type d’initiative, sachant qu’elle seront amenées à se reproduire dans un proche avenir, dans la mesure où le gouvernement de rajoy n’a pas renouvellé l’aide de 400 euros mensuels aux familles qui n’ont plus aucune prestation ni travail. A ce stade, le gouvernement devrait ètre poursuivi pour « crime contre l’humanité ».


                      • Monolecte Monolecte 9 août 2012 12:24

                        Les opérations commandos, c’est sympa, mais c’est effectivement le système qu’il faut faire tomber avant qu’il ne s’essuie les pompes sur notre gueule.


                      • gaston gaston 9 août 2012 13:02

                        à Philippe MEONI.


                        Je suis en plein accord avec votre message.Ce serait - pas la seule- mais l’une des solutions
                        pour contrer les criminels ...« de Paix » (?)

                        Merci pour cette info.

                      • drlapiano 9 août 2012 18:36

                        La violence comme moyen d’action ... oui la gauche c’est cela ...
                        Et toujours la même « justification » débile ... « c’est une réponse à la violene , bourgeoise, impérialiste, du patronat, des possédants ,politico-financière ... » 
                        Il y a toujours un bouc « traitre Goldstein » à la mode pour justifier l’action de l’Angsoc !
                        Ce serait risible si ce n’était tragique !


                      • Philippe MEONI Philippe MEONI 9 août 2012 20:30

                        @ drlapiano 

                        Ce qui est tragique, c’est qu’il y a plus de 1,7 millions de familles espagnoles dont aucun des membres n’a plus ni travail ni autre subside que « la prepara » de 400 euros mensuels, d’ailleurs remise en question car non renouvelée lors du dernier conseil des ministres alors que ce plan d’aide s’achève le 15 août.

                        Ce qui est tragique, c’est que pendant ce temps, les grands propriétaires terriens d’andalousie (entre autres) ont capté l’aide agricole européenne qui aurait dû servir au développement de leurs exploitations mais qui a été utilisée à des fin privées à des extensions résidentielles (dépendances, piscines, cours de tennis, golf etc.), le premier cas le plus flagrant, en cours d’investigation par les autorités judiciaires, celui de la duquesa de alba, dont le détournement s’élève à plusieurs centaines de millions d’euros.

                        Ce qui est tragique, c’est que pendant que 600.000 familles espagnoles n’ont pu percevoir leur dernière mensualité de 400 euros (240 millions d’euros), l’état va préter 30 milliards d’euros au système bancaire espagnol (cajas de ahoro), dont plus de 20 milliards à bankia, dont le responsable démissionnaire a touché 3,5 millions de prime de départ alors que le déficit de sa gestion coûte près de 32 milliards, pour ce qui a été découvert pour le moment...

                        Ce qui est tragique, c’est que des types comme toi soient si aveugles ou de tant mauvaise foi pour oser un tel commentaire devant la catastrophe humanitaire qui pointe dans toute l’europe, au nom de l’enrichissement personnel de juste quelques uns qui ont soudoyé l’appareil politique et la « démocratie » pour obtenir le contournement des lois...

                        Car ce qui est tragique, c’est qu’aujourd’hui, si les états sont emdettés, c’est parcequ’ils ont consenti à couvrir les pertes des joueurs de casino banquiers, couverts par une banque centrale qui enfreint les règles de lisbonne dont l’article 126 interdit le rachat de dettes souveraines, en émettant des LTRO de plusieurs centaines de milliards, endettant encore plus les états « secourus »...

                        Ce qui est tragique, c’est que les outils d’information soient tombés aux mains des puissants qui en font un outil de propagande (TF1, BFMtv, les JO etc.) qui fasse croire au peuple qui n’a pas accès aux informations majeure que cette crise est la faute à personne... Oui, cette tragédie est en train de se dérouler sous nos yeux, pour arriver au « meilleur des mondes », dans lequel les millions de « crève la faim » ne seraient que des dommages collatéraux aux yeux de la bande hyènes qui dépèce les peuples...

                        Eh bien sache une chose, lapiano, alors que le système est en train de nous péter à la gueule dans sa longue agonie, nous ne nous laisserons pas crever sans rien faire... et quand ça prendra l’ampleur qui se dessine, lesmecs comme toi, de la bande de dictateurs à la baroso, van rumpuy, ashton, dans leur tour dorée, va falloir courir vite... C’est un serment de ceux qui souffrent et qui ont la rage, à tel point qu’ils n’aient d’autres moyens que de piller les centres commerciaux pour bouffer... Faudra que ça se paie... !

                        « Nous sommes légion... »


                      • Monolecte Monolecte 10 août 2012 09:40

                        Bien vu aussi : merci pour votre intervention.


                      • jacques lemiere 12 août 2012 17:41

                        rien à voir, il met en évidence le fait que des petit bourgeois de gauche comme vous acceptent la violence quand ils se trouvent des boucs émissaires qui leur plaisent..les supermarchés...


                      • Rensk Rensk 9 août 2012 13:10

                        Ici un truc de 2004 de la TV Suisse, A Bon Entendeur, dès 5:20
                        http://www.rts.ch/emissions/abe/alimentation/1371444-abe-enquete-au-supermarche-tout-sur-le-datage-et-le-sort-des-invendus.html

                        Depuis..., Genève a officiellement crée un réseau pour distribuer les invendus aux pauvres. Des économie en impôts pour tous quoi.


                        • Vipère Vipère 9 août 2012 13:29

                          Monolecte bonjour

                          Vous ne faites pas dans la langue de bois !

                          Avec vous un chat est un chat et on sait de quoi il retourne. Pour le fond de l’article, il est vrai que les Maires sont les premiers complices des lobbies marchands auxquels ils obéissent zu doigt et à l’oeil, sans discernement le plus souvent.

                          Et curieusement, les Maires les plus ripoux sont réélus. Ils le sont à 99,99 % me rétorqueront à raison les lecteurs, qu’importe c’est le règne de la crapule !

                           

                           

                           


                          • brieli67 9 août 2012 13:58

                            et les SEL


                            VOUS Y PENSEZ ???

                            c’est fou ce que les industriels du légume et de plats cuisinés empoche du système Restaurant du Coeur etc....... des couilles en or pour rentabiliser leurs machineries.

                            Alors à quand le retour des jardins ouvriers avec pommes de terres, haricots, salades....
                            l’ Urban Farmer

                            peut depuis peu vendre son surplus ( ou échanger) sur les marchés-paysans ( Farmers Markett) en Californie

                            de graves questions à se poser : 
                            pourquoi ces solutions alternatives 
                            ne prennent racines en France !!

                            • sagesse 9 août 2012 14:20

                              @brieli67,
                              J’ai vu un reportage sur arte qui parlait de ce sujet, les Grecs ont mis en place un système pour partager du matériel (ex bricolage), échanger des vêtements d’enfants ou des services à la personne (babysitting, cours d’anglais etc...) : la « faim » justifie les moyens, nous n’avons peut être pas encore assez« faim » en France....

                              Complètement d’accord avec l’auteur, il faut savoir que 50 % de la production mondiale finit à la poubelle : chercher l’erreur..... on ne vend plus des aliments, on vend du profit, avec des produits de plus en plus frelatés, mais qu’importe ! les gueux sont trop nombreux, seuls les plus prévoyants survivent, ce sont les nouvelles lois de la nature : avant il fallait courir vite, mais il faut lire les étiquettes et cultiver son potager....


                            • brieli67 9 août 2012 18:29

                              Les rois et les reines de l’échange du bricolage ...de la gestion du quotidien 

                              faut se tourner vers l’Est avant la Chute du Mur.

                              Les « dirigeants » n’ont délibérément pas investi dans l’outil de travail en RDA ( Blühende Landschaften -le Pays de Cocagne aux mille fleurs) . 
                              L’exode et dépaysement s’est imposé avec comme conséquence inévitable : adaptation forcée à notre société de consommateurs « capitalistes ».

                              Toute cette culture de l’inventivité ridiculisée a disparu. Il va de même avec leurs connaissances linguistiques slaves et russes. L’étudiante Angie Merkel (sic) a passé deux semestres à l’équivalent de notre X-Polytechnique à Moscou. Remember.

                            • tf1Goupie 9 août 2012 14:05

                              Oui la société est cruelle, mais pourquoi demander aux politiques de faire le boulot, à part pour les utiliser comme bouc émissaire déculpabilisant ?

                              Si la société civile est pourrie c’est aux citoyens de la changer, qu’est-ce que vous faites pour cela ?

                              Si les poubelles sont pleines d’aliments consommables, est-ce que c’est le président ou les ministres qui les ont remplies ?


                              • foufouille foufouille 9 août 2012 14:11

                                les industriels les remplissent
                                et ceux qui jettent la bouffe, des fois encore bonne
                                un yaourt se conserve 9 mois apres la « dlc »


                              • tf1Goupie 9 août 2012 14:22

                                Sauf que toi fouifouille tu es comme tout le monde : tu mangeras jamais un yaourt périmé.
                                Et si par hasard quelqu’un chope une infection alimentaire tu seras un des premiers à accuser le gouvernement d’incompétence et à chercher des coupables.

                                Merci de d’illustrer ma démonstration et bienvenu au bal des hypocrites.

                                Des gens pour dénoncer les problèmes on en refuse en France tellement y en a ; des gens pour prendre leur part de responsabilité, là c’est plutôt le désert


                              • foufouille foufouille 9 août 2012 14:57

                                @TF1
                                mais si
                                je me jettes sur les dlc courtes
                                des dosettes de cafe, jus de fruits de plus de 6 mois, etc
                                la viande c’est direct congel
                                un coup on m’a ramene 300 oeufs bio
                                mixeur congel et future omelette
                                si la viande a tourne, vinaigre et ail puis tres cuite en cocotte, ca m’est deja arrive
                                maintenant avec les poules, ca fait des oeufs

                                tu as le pain rassis pas cher, dans certains magasins


                              • Rensk Rensk 9 août 2012 15:35

                                @ la « groupie de TF1 »,

                                - Chimiste cantonal (un État dans l’État chez-nous) dit ceci :
                                « Pour ce qui est de la date limite de consommation, il convient de ne plus utiliser un produit comme une viande ou un poisson, par exemple, au-delà de cette date. Le consommateur peut courir un risque d’intoxication. Par contre, tous les autres produits assortis d’une date de durabilité minimale, le seul conseil que l’on peut donner au consommateur, c’est de goûter le produit, il ne risquera strictement rien. Simplement le fait de le goûter lui permettra de se rendre compte si le produit a gardé toutes ses qualités ou, au contraire, s’il est diminué dans sa valeur spécifiqu

                                Les écart de datations entre vendeurs pour le même produit =

                                - Les Spaghetti de la Migros se conserve 34 mois, à la Coop entre 24 et 18 selon marques, 22 mois chez Manor et une petite année chez Carrefour. Ecart : 22 mois, c’est beaucoup !!!

                                Je constate que vous n’avez pas été interéssé par mon lien de 2004 et pourtant je vous conseille d’y passer « pour voir et entendre » !
                                http://www.rts.ch/emissions/abe/alimentation/1371444-abe-enquete-au-supermarche-tout-sur-le-datage-et-le-sort-des-invendus.html


                              • tf1Goupie 9 août 2012 16:09

                                Sans blagues Rensk, heureusement que tu es là pour nous expliquer la différence entre « dlc » et « de préférence avant le ».

                                Qu’est-ce qu’on s’instruit ici !

                                Et je suppose que tu vis également sans machines à laver et sans ordinateurs ni télés pour préserver la planète.
                                Et si par grand hasard tu en as c’est la faute au gouvernement.


                              • brieli67 9 août 2012 18:38

                                haha l’exemple de la machine à laver perso dans sa salle de bains !!

                                quel exemple !

                                du bricolage !

                                En association lucrative pour un grand nombre de résidants vous aurez la technologie des pros et des espaces de séchage.

                                Quant aux strings et autres babioles ludiques : une petite lessive à la main après trempage dans la cuvette du lavabo.... et séchage sur le radiateur comme dans toute Maison ( close)qui a sa réputation « hygié -nique » à défendre !

                              • foufouille foufouille 10 août 2012 11:05

                                @gars
                                tu peut aussi utiliser de l’alcool
                                recette tibetaine : un verre d’alcool de riz


                              • brieli67 9 août 2012 14:19

                                c’ est FOU ce succès de par le monde 

                                CHIEMGAUER
                                et leur site en ligne 


                                à voir 


                                des liens sur les SEL de l’ Europe de l’Ouest

                                bonnes lectures

                                • OB_Ouonne 9 août 2012 14:20

                                  Bonjour,


                                  Bien vu ce petit rapprochement, Monolecte. Merci pour cet article.

                                  C’est bien une dictature qui s’est instaurée. Elle utilise bien la propagande, contrôle le politique. Elle est dogmatique et jusqu’au-boutiste. Pas de quartier pour les « fainéants » qui comptent sur les allocations et les poubelles pour ne rien foutre ! Salauds de pauvre, disait dit Coluche.

                                  Mais encore ? Le « système » néolibéral récompense en effet les plus forts, les courageux, les doués, les instruits. J’ajouterai bien les sans-scrupules, les initiés, les corrompus et ceux qui ont du capital bien mérité du mérite de leurs ancêtres.

                                  Mais encore ? Ces grands chefs ne souffrent pas de dilapider des richesses, qui devraient leur revenir, pour aider les incapables : impôts sur l’entreprise, charges sur les salaires, re-impôts sur le pouvoir d’achat du pauvre, et TVA quand il achète... Tout ça est retiré de la consommation, le circuit normal, idéal même, du capital qui s’écrit dans la marge bénéficiaire. Accessoirement, on notera que ces personnes ne comptent pas se faire soigner un jour à l’hôpital publique, ignorent tout de la misère qui souvent les répugne... Comment comprendraient-ils ? Ils nous dénient le droit d’être solidaires au titre qu’eux payent pour cela et n’en ont aucun besoin.

                                  Ça va faire quoi ? Un grand bon en arrière social. Un monde à la Zola. De toute manière, la productivité augmente et il n’y aura pas de travail pour tout le monde dans l’avenir. Quelques travailleurs surexploités ne vont quand-même pas nourrir une marrée de chômeurs et une poignée de milliardaires à eux tout seuls ?

                                  Alors oui, il faut choisir la bonne partie de l’humanité et les autres vont disparaître - ou pas. Inutile de construire des camps, ils pourriront sur pied devant les poubelles cadenassées. Oui, ce projet ne vaut pas mieux que celui du vieil Adolphe - qui au moins faisait du social (bon, pour les vrais allemands nazis uniquement, mais ne chipotons pas ! ).

                                  Mais oui et ? Nous, nous écrivons. Nous ne sommes pas bêtes, nous avons vu clair dans leur jeu, notre esprit partageur et philosophe nous permet de bien dénoncer les abus. Nous, une poignée bien identifiée que cette dictature écrasera si nécessaire, à la traditionnelle... Je n’en doute pas une seconde, ils nous tueront s’il le faut, désolé de vous faire peur.

                                  Le problème c’est que nos concitoyens ne souffrent pas suffisamment pour prendre les fourches (ils n’en ont plus du reste). Nous revenons au moyen âge, les nobles abusaient du peuple et de leurs jeunes filles parfois, prélevaient le maximum de la production, le tout dans un beau discours dont il reste quelque chose : ne dit-on pas « la noblesse d’esprit et de coeur » ? Ce mot est pourtant le vestige de la propagande de ce régime. Dira-t-on un jour « le néolibéralisme » ou « le marché d’esprit et de coeur » ? smiley

                                  En fait, tout le monde va serrer entre ses fesses le peu qui lui reste, en se disant que c’est pire pour d’autres qui sont interdits de manger même périmé. Et puis on peut être heureux, c’est dans la tête. Il y a encore la télé, on peut s’abonner en illimité à la culture cinématographique façon hamburger, que l’on ne paye pas pour respirer ou recevoir les rares rayons du soleil. Bon sang ! Vous ne voyez pas tout ce que l’on a de nos jours comme chance ? smiley 

                                  Il nous reste à trouver des moyens d’action. Des qui marchent ! On peut continuer à se faire plaisir comme je le fais en remplissant des colonnes. Si l’on ne trouve pas mieux, au moins, ça soulage. Bordel ! Personne n’a une bonne idée ? C’est vrai qu’arrêter un dinosaure qui charge en parlant alors que tout le monde s’enfuie ou se cache... Pourtant, c’est nous qui le nourrissons, le monstre. Il nous mange sur le dos et on lui mange dans la main !

                                  Honnêtement, je suis au désespoir. Ça va encore chier du sang et des douleurs partout et je ne vois pas d’alternative. TINA ! TINA ! TINA ! TINA ! :->

                                  Au secours OB_Ouonne qu’hait nos vies, vous êtes mon seul espoir... Mal placé !



                                  • Vipère Vipère 9 août 2012 14:29

                                    A Brieli

                                     

                                    Excellents liens, mais n’est pas là un système marginal peu appelé à e développer massivement, en raison du monopole des banques ? 


                                    • Vipère Vipère 9 août 2012 14:33

                                      Quand je vois, la plupart des clients dégainer à la caisse des supermarchés une ou plusieurs cartes bancaires. Les consommateurs sont bien endoctrinés par leur maîtres banquiers qui prétendent que la carte est un sésame sans lequel tout consommateur qui se respecte ne pourrait s’en psser !


                                      • brieli67 9 août 2012 15:14

                                        Ramassage--- « glanages »


                                        sont encadrés par loi..... plus de garde-champêtres.

                                        exemple la filière bourguignonne


                                        • Rensk Rensk 9 août 2012 15:49

                                          Faut être plus précis pour nous les étrangers de France, le fait d’aimer la France et d’y faire des vacances après y avoir habité 5 ans... ne me permet pas de comprendre où tu veux en venir.

                                          " On distingue le glanage, qui concerne ce qui reste sur le sol, du grappillage qui concerne ce qui reste sur les arbres ou les ceps après la cueillette. On glane donc des pommes de terre, des céréales, on grappille les raisins, les pommes, les fruits en général.

                                          On distingue le glanage légal du glanage illicite, le maraudage, qui est le délit de dérober des fruits, récoltes, légumes quand ils ne sont pas encore détachés du sol.


                                        • brieli67 9 août 2012 16:50

                                          zut le lien sur la filière bourguignonne n’a pas passé 


                                          il y a de la réglementation 
                                          mais plus de garde-champêtres.

                                          Exp de nourriture pas chère : les turcs et leur blé turc -le maïs.
                                          en boîte du commerce c’est une espèce de maïs avec un déficit d’enzyme transformateur des glucides en amidon.... et de pour cette raison la récolte teest peut être travaillée pour un temps long. Cà dans l’intérêt de l’Industriel ;


                                          Fin août , tous les épis de maïs avec ou sans OGM ont le grain laiteux et sucrès ! 

                                          Que faire ? ébouillanter le maïs l’heure qui suit la récolte.

                                          Va - demandez donc à un céréalier voisin de pouvoir prélever votre quintal de légumes sur ses rangées, il en sera amusé. pour quelques euros vos congélateurs vont déborder de ce légume jaune

                                          oui mais, si le proprio non prévenu croise une armada de « marodeurs » munis de grands sacs de jute dans son champ.....

                                          Les habitués des RESTO du coeur pourraient participer à la collecte et sa transformation artisanale.
                                          ce serait trop simple............


                                        • Ruut Ruut 9 août 2012 15:36

                                          Notre monde est fou


                                          • kiouty 9 août 2012 15:48

                                            Je suis bien d’accord avec cet exposé synthétique et salutaire des politiques néolibérales libre-échangistes mises en œuvre, c’est en plus fait avec beaucoup de pédagogie, même si il ne fera pas changer d’avis ceux qui ne sont pas d’accord.

                                            Il n’y a guère qu’un point sur lequel je diverge : la programmation d’une dépopulation volontaire par empêchement d’accès aux soins ou à la nourriture. Je ne pense pas que ça aille aussi loin, on le voit dans les pays où les transformations néolibérales ont déjà eu lieu : les pauvres ne meurent pas, il y en a énormément, de plus en plus, et ils se reproduisent, misère ou pas misère  ! En plus, on n’ouvrirait pas grand nos portes à la libre-circulation et à l’immigration comme on le fait si le but était de faire baisser la population. A mon avis l’oligarchie se fout qu’il y ait beaucoup de pauvres ou peu de pauvres, c’est pas une question qui l’intéresse (sauf quand les populations se soulèvent).


                                            • Monolecte Monolecte 9 août 2012 15:54

                                              C’est vrai que les pauvres rechignent un peu à crever, mais leur empreinte écologique individuelle devient tout de même pratiquement nulle, et ça, je crois que c’est le but.


                                            • ben_voyons_ ! ben_voyons_ ! 9 août 2012 16:04

                                              Je trouve quand même étonnant qu’avec les progrès de l’informatique les grandes surfaces n’arrivent pas à gérer convenablement leurs stocks et se retrouvent à devoir jeter.

                                              Depuis maintenant près de 10 ans, la plupart des grandes enseignes de ma région offrent de bonnes remises sur des produits alimentaires à date courte ; Lec... est le plus généreux avec -50% et des rabais accordés de nombreux jours avant la DLC ; Int... attend le dernier jour pour brader, bof ! Gé... ne fait que -30% ; Carr... fait aussi -50% mais pratique le « deux pour le prix d’un » ; Auc..., c’est aussi -50 % ...

                                              Eh bien figurez-vous que ces soldes partent difficilement, malgré un affichage clair et net ; bien sûr, on y trouve certains produits stupides au prix au kilo exorbitant qui même bradés sont sans intérêt (par exemple du fromage coupé en dés, en barquette !) mais généralement il y a de quoi satisfaire les plus difficiles ; je suis ravi d’en profiter vu mes faibles revenus mais autour de moi, dans le magasin, c’est le dédain (je ne fréquente plus que Lec... car je peux y aller à pied).
                                              Une fois, je n’ai pas pu résister ; au rayon charcuterie, une dame s’apprêtait à embarquer du jambon blanc de marque ; je lui ai gentiment fait remarquer que juste à côté plusieurs barquettes identiques étaient proposées à -50% avec encore trois à quatre jours d’avance et que ce serait dommage de ne pas en profiter ; elle n’a rien dit, a embarqué sa barquette plein tarif et m’a regardé comme si je l’avais insultée.
                                              C’est assez hallucinant.

                                              Pas très loin de chez mes parents, un immeuble est réservé à des cas’ soc’ ; et depuis plusieurs mois, c’est la cata’ ; ils déposent leurs poubelles très tôt et les sacs sont souvent éventrés par des animaux (notamment les chats du quartier qui pullulent), car ils contiennent des montagnes de bouffe, diverses et variées, des barquettes non ouvertes, dont du pain, du pain, encore du pain...
                                              Comment peut-on jeter du pain de nos jours ? Il n’y a pas de DLC pour du pain ! Il y a quantité de recettes pour consommer du pain rassi et personne n’en est jamais mort !
                                              Mais c’est tabou, ’faut rien dire.

                                              Tout comme les témoignages désabusés de bénévoles que j’ai pu lire sur le net, à propos de la nourriture abandonnée près des centres de distribution car apparemment elle ne plaisait pas assez aux heureux bénéficiaires...

                                              Beaucoup de gens gaspillent, même les « pauvres »...


                                              • Croa Croa 9 août 2012 22:40

                                                J’irais au delà de cet excellent commentaire à propos d’un détail qui n’en est pas un :

                                                « et se retrouvent à devoir jeter. » Car non , ils ne « doivent » pas, rien n’oblige ces gens sauf la culture du client roi qui en fait ne demande rien mais dont ils devancent de supposées exigences, en fait des pulsions largement suggérées. Le gaspillage est bien de l’entière responsabilité du commerçant (et souvent aussi du fournisseur) et ce, tout simplement parce que le gaspillage rapporte !  smiley


                                              • rotule 9 août 2012 16:10

                                                http://www.jovanovic.com/blog.htm
                                                Je vous invite à lire chaque semaine, cette revue de presse humoristique. On en apprend de belles ! En voici un extrait ...

                                                Non, ça ne passe plus .... ça manque de vaseline .... puis c’est tellement gros ... pas sur que la vaseline suffirait. On verra ça au retour de la plage ...

                                                CORRUPTION DE L’ÉTAT FRANÇAIS A LA SOLDE DES BANQUES (suite)
                                                du 5 au 9 août 2012  : Là vous voyez comment les banques ont endetté les villes, les régions, les Etats et les pays. Une fois le contrôle pris, la Goldman Sachs demande aux politiques corrompus, ou endettés, et souvent les deux, de mettre ses hommes à la tête des ministères et des banques centrales... Radical. LA SEULE CHOSE QUI PEUT ARRETER LES BANQUIERS AUJOURD’HUI C’EST UN FUSIL et c’est la raison pour laquelle je maintiens que seul un coup d’Etat militaire peut mettre un terme aux abus de ces ordures... et à la mise en esclavage de la France. La démocratie a été volée sous nos yeux, piétinée ouvertement par les banquiers qui contrôlent chaque gouvernement européen... (Magistrats, comment pouvez vous envoyer en prison des gens qui ont volé un scooter ET LAISSER LES BANQUIERS QUI VOLENT DES MILLIARDS EN LIBERTE ?). La preuve que même la France est corrompue est qu’AUCUNE ACTION EN JUSTICE N’A ETE LANCEE DANS LE CADRE DU LIBOR... VOUS IMAGINEZ ??? La HSBC a quand même mis de côté 2 milliards pour payer les amendes « HSBC sets aside $2bn to cover fines ». Ceci marque la fin de la paix sociale. Il n’y aura plus ni de liberté ni d’égalité ni de fraternité, c’est terminé.

                                                PS : Mr Buaillon nous signale ce papier de SudOuest disant que l’agence de Bordeaux de la banque suisse UBS a été perquisitionné... « L’étau judiciaire se resserre autour de la banque suisse, soupçonnée de blanchiment de fraude fiscale ». CLAIREMENT : ça ça va dans le sens de ce que veulent les Américains, détruire le système bancaire suisse... Pour le LIBOR en revanche, qui n’arrange pas les US, motus et bouche cousue. Vous voyez vraiment qui tire les ficelles des politiques français.... Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©


                                                • steveaze 9 août 2012 16:37

                                                  La revu de presse de Jovanovic serait « Humoristique » si elle ne se basait pas sur des fait réels...

                                                  Tragique serait plus proche de la réalité.


                                                • Croa Croa 9 août 2012 22:43

                                                  C’est intéressant mais hors sujet.

                                                  Ecris donc un article smiley


                                                • Jean-Louis CHARPAL 9 août 2012 16:46

                                                  Il est évident que le système ultra libéral, dont la devise est « L’homme est un loup pour l’homme », est d’une brutalité et d’une inhumanité révoltantes.

                                                  Après plus de 30 ans de mise en pratique de ce dogme assassin, on peut parler de grand bond en arrière et de recul de civilisation.

                                                  Pourtant les majorités silencieuses, moutons de panurge veules et soumis de toutes les démocraties, s’adonnent très stupidement à une écoeurante et lâche servitude volontaire en portant constamment au pouvoir des droites dures et des gauches molles qui ne veulent rien changer.

                                                  Il faudra que de nombreux « moutons » crèvent de faim avant que leurs congénères survivants se réveillent enfin et se décident à prendre leur destin en mains.

                                                  Il faut croire que le nombre de victimes n’est pas encore suffisant pour que tous ces petits moutons redeviennent des citoyens dignes de ce nom ! 


                                                  • Monolecte Monolecte 10 août 2012 09:38

                                                    Je crains que vous ne sous-estimiez grandement la force d’inertie de cette entité nébuleuse que l’on appelle le peuple. Ce que ceux du camp d’en face ont parfaitement compris. Ce système recycle tout y compris et surtout ce qui lui est hostile. Les indignados était un mouvement juste, cohérent, vital, nécessaire et probablement la première étape d’une prise de conscience populaire. Le système en a fait un spectacle de nature à cristalliser nos frustrations sans leur permettre de se radicaliser.
                                                    Au final, sans support idéologique, sans organisation politique, quand le bateau coule, c’est juste chacun pour sa gueule et tout le monde dans l’os !


                                                  • Jean-Louis CHARPAL 10 août 2012 11:36

                                                    @ Monolecte

                                                    Il faut croire que « l’incommunicabilité des êtres » , thème majeur de la littérature du XXè siècle, existe bel et bien.

                                                    Je suis entièrement d’accord avec vous sur le point que j’ai soulevé, dis la même chose que vous avec mes mots et partage votre analyse.

                                                    Je ne comprends pas très bien la raison de m’avoir repris pour dire la même chose.

                                                    Votre intervention, me rappelle « Tintin » : « Alors professeur Tournesol, il fait beau aujourd’hui ! ». « Mais pas du tout, Tintin, il fait un temps superbe ! ».


                                                  • Monolecte Monolecte 10 août 2012 12:08

                                                    Je ne suis pas d’accord avec l’idée qu’on n’en chie pas assez pour se révolter. J’ai un cousin qui bosse au Nigéria : 90% de la population sous le seuil de pauvreté, une misère révoltante et finalement, très peu de révolte brute contre le système, juste des arrangements sauvages, des poussées de colère, une économie de l’enlèvement du riche en pleine expansion, surtout beaucoup de débrouille, de survie au jour le jour, de chacun pour sa gueule et aucun mouvement contestataire global et construit.

                                                    Je connais des tas de gens qui attendent que ça pète. Ils vont attendre longtemps.


                                                  • elmi 9 août 2012 17:29

                                                    d’accord avec tf1Goupie

                                                    se plaindre ou pleurer n’a jamais résolu quoique ce soit

                                                    cultivez des pommes de terre dans votre jardin ou sur votre balcon, et restez zen

                                                    c’est sûr, les plus cons vont souffrir, surtout ceux qui iront manifester devant l’assemblée nationale, pour se prendre des flashball dans la tronche lol


                                                    • brieli67 9 août 2012 17:44

                                                      madame l’ AUTEUR

                                                       Aujourd’hui, il n’y pratiquement plus d’espace public commun, de terres à squatter, de surplus à glaner. Même la flotte appartient toujours à quelqu’un et fait dorénavant toujours l’objet d’un péage et d’un droit d’accès.  

                                                      des parcs , les bords d’autoroute, les trottoirs, les ilôts des croisements giratoires..... non mais !
                                                      qui vous empêche de semer la graine et planter 




                                                      • Monolecte Monolecte 10 août 2012 09:51

                                                        J’ai déjà écrit un papier sur cette réappropriation nécessaire des espaces publics : Prends-en de la graine !
                                                        De la même manière que je suis avec beaucoup d’attention les questions agricoles, la manière dont les semenciers arrosent les législateurs pour privatiser les semences et rendre les pratiques potagères impossibles sans passer par leurs saloperies de mutants.


                                                      • efarista efarista 15 août 2012 11:47

                                                        http://www.legrandsoir.info/Marinaleda-un-modele-d-auto-gestion-unique-en-Europe.html

                                                        Autre solution valable,......... mais là il ne s’agit pas de revenu universel qui tombe tout seul, ..... les usagers bougent leurs culs.


                                                      • Login Login 9 août 2012 19:01

                                                         Ce n’est pas lors de la présidentielle qu’il faut croire qu’il est possible de changer les choses.
                                                         C’est aux municipales à la condition que le mouvement soit d’ampleur nationale.
                                                         

                                                        • Antoine Diederick 9 août 2012 20:30

                                                          Bon coup de gueule, je vous plusse... !


                                                          • kalagan75 9 août 2012 20:43

                                                            mais au lieu de sortir des YA KA avec l’argent et le travail des autres , pourquoi ne créez-vous pas une assoc chargée de collecter et de redistribuer ces denrées périssables .

                                                            Là au moins je pourrais vous féliciter, c’est tellement plus facile de remettre en cause le système derrière son écran . 

                                                            • foufouille foufouille 9 août 2012 20:50

                                                              YAKA
                                                              les assos existent deja
                                                              sauf que les hypers preferent jeter et detruire, plutot que de vendre moins cher
                                                              vu que la perte est comprise dans le prix
                                                              tu as aussi des magasins comme nöz qui en revendent une partie



                                                              • Sat is Fay 10 août 2012 00:54

                                                                Bientôt pour s’assoir sur un banc faudra mettre une pièce avec ces capitalos de mort...


                                                                • Marc Bruxman 10 août 2012 01:23

                                                                  Si on en vient à manifester pour le droit à faire les poubelles, ca ne s’arranges pas...

                                                                  La solution dans un pays civilisé n’est pas d’autoriser de faire les poubelles ou d’occuper le métro comme on voit à Paris.

                                                                  Essayez de clocharder en europe du nord et vous verrez que vous serez mal accueilli. Et il n’empéche que ces pays ont le meilleur système social au monde. Ok, ce n’est pas le cas de l’espagne loin de la. Mais de la à tolérer qu’on fasse les poubelles comme dans le tiers monde...

                                                                  Pour le reste, la technologie avance et la mise en place de solutions type dividendes universel va être nécéssaire. Sauf que ce DU va devoir se subsitituer à tout le reste du système redistributif et c’est la qu’il est difficile à mettre en place. Car certains « qui ont cotisés toute leur vie » y perdraient énormément...


                                                                  • Monolecte Monolecte 10 août 2012 09:54

                                                                    Bien sûr que de devoir faire les poubelles dans les pays les plus riches (comme dans les plus pauvres, d’ailleurs, ce sont les chiens qui doivent bouffer les restes !) est une aberration absolue. Bien sûr que le fait que notre monde est totalement marchandisé rend obligatoire le revenu universel, à moins d’admettre publiquement que l’argent est devenu actuellement le mode d’élimination de ceux qui ne sont pas assez utiles au système.


                                                                  • Philippe MEONI Philippe MEONI 10 août 2012 19:21

                                                                    Par Marc Bruxman (xxx.xxx.xxx.68) 10 août 01:23

                                                                    « Ok, ce n’est pas le cas de l’espagne loin de la. Mais de la à tolérer qu’on fasse les poubelles comme dans le tiers monde... »

                                                                    L’espagne n’est pas si loin que ça du tiers monde en fait... La CEE en a fait la 4ème puissance d’europe mais sur un tas de sable, en regard d’un PIB falsifié par la bulle immobilière... Car ici, hormis la construction, IL N’Y A RIEN ! (ou presque)...

                                                                    Le souci vient du fait que l’espagne s’est prise pour monaco... La flambée des prix totalement injustifiée, qui faisait de ce pays une destination touristique qui ferait pâlir d’envie la tunisie ou le maroc, un mode de vie rustique mais qui permettait à tout le monde de bouffer...

                                                                    Sûr, à l’époque, il n’y avait pas toutes ces belles autoroutes qui ne servent qu’à faire rouler les camions allemands qui refourguent leur surproduction... Certain qu’il n’y avait pas tous ces « beaux super-musées » payés à prix d’or a`quelques architectes potes de l’oligarchie locale... Il n’y avait pas non plus tous ces aéroports dont certains, tels celui de Castellón, qui a coûté 350 millions, n’ont encore pas vu un seul avion décoller ou atterrir...

                                                                    Mais il y avait l’accueil, la fête et la bière à pas cher, la chambre d’hôtel au prix équivalent de 5 euros la nuitée, petit déjeuner compris... Ça a attiré une foule de touristes de l’europe du nord qui amenaient leurs devises sonnantes et trébuchantes et qui, jusque dans les années 95, faisaient manger tout le monde... Un pays pauvre peuplé de gens riches...

                                                                    Aujourd’hui, sous l’impulsion d’aznar, le premier, l’espagne a renoncé à tout ça, pour devenir un pays à l’apparence riche, mais peuplé de 5 millions de miséreux... Je suis certain que le tiers monde n’a finalement pas grand chose à envier à l’espagne, finalement...


                                                                  • jacques lemiere 12 août 2012 17:46

                                                                    tout à fait, donner des aides sociales si on veut, le communisme pourquoi pas, mais ça c’est à pleurer...le pire est que vous voyez m^me des gens aisés vous expliquer qu’ils glanent dans les marchés..en oubliant que si tout le monde glanait...il n’y aurait pas de marché...

                                                                    la lutte contre le système est soit un prétexte ou une justification...

                                                                    Ils ne doit pas y en avoir beaucoup ici qui ont tenu un commerce...

                                                                  • Hervé Hum Hervé Hum 10 août 2012 02:01

                                                                    Monolecte, je ne sais plus qui disait que les gens sont pour le changement dans la continuitée. Et c’est bien cela

                                                                    Si je vous dis que le changement consiste à abolir la propriété privé et la remplacer par la responsabilité indiiduelle et collective, vous me répondez quoi ?

                                                                    Cela dit, il y a deux classes sur lesquelles il ne faut pas compter. Les pauvres et les riches. Seule la classe moyenne peut agir. La situation actuelle, en s’attaquant à la classe moyenne est le signal que le système est sur le point de s’éffondrer. Car la classe moyenne ce sont ces gens qui font tourner la machine, qui ont les moyens de comprendre, de s’organiser et de changer les choses...Mais seulement quand on lui en donne le temps et la contrainte. 


                                                                    • Monolecte Monolecte 10 août 2012 10:03

                                                                      Je réponds que ça tombe sous le sens : la terre ne peut concrètement appartenir à personne, ce n’est qu’une convention d’autant plus grotesque qu’elle crée de fortes inégalités dynastiques et empêche une juste répartition des ressources. Tout au plus, nous pouvons prétendre à un droit d’usage.

                                                                      Après, si je pense que la guerre des classes est plus que jamais d’actualité, je tiens à rappeler à tout le monde, qu’elles ne sont plus aussi étanches qu’avant. Les riches œuvrent effectivement à rerigidifier le système à leur avantage (un peu comme les pétroliers qui sont d’accord pour un blocage des prix des carburants, mais seulement quand ils sont au plus haut de la bulle spéculative), mais votre évacuation des pauvres ignore que nombre d’eux sont d’ex inclus, avec un très bon capital éducatif et culturel, et donc des moyens de comprendre et de s’organiser. Alors que la fameuse classe moyenne n’existe précisément pas, fatras improbable d’ouvriers spécialisés, de cadres sup, de commerçants, d’indépendants dont le CA va de 0 à un million d’euros. Autrement dit, un gros tas de gens dont le seul point commun est de n’être pas encore les perdants du système et qui n’ont donc aucune raison de souhaiter le changement.


                                                                    • Hervé Hum Hervé Hum 10 août 2012 13:05

                                                                      Nous sommes d’accord Monolecte ;

                                                                      La classe moyenne est bien ce mélange. Sauf que la situation acuelle attaque directement les acquis de cette frange de la population or cet celle ci qui détient le vrai pouvoir. Un peu comme la bourgeoisie au temps de la monarchie.

                                                                      On dit que nous vivons dans une fausse démocratie parce que subissant le conditionnement et la manipulations des médias aux ordres du grand capital. C’est vrai, mais il est aussi vrai que fondamentalement c’est cette frange qui détient le vote majoritaire. Tant qu’ils sont préssés, stréssés occupés dans leur travail rien ne se passe, mais si vous les libérez de quelque manières que ce soit, les obligés à réfléchir sur le conditionnement dont il font l’objet, attention danger.

                                                                      En résumé, le talon d’achille de la dictature libérale est la démocratie.

                                                                      la paupérisation de cette frange est l’acte de suicide du libéralisme.


                                                                    • Croa Croa 10 août 2012 15:10

                                                                      Tu élargi sacrément la « classe moyenne » !

                                                                      Ce qui ne comprend ni les exclus ni l’oligarchie et part des ouvriers (tous) aux patrons (hors oligarchie) c’est le peuple tout simplement !

                                                                      La classe moyenne c’est autre chose, ceux pour qui ça va plutôt bien sans luxe ostentatoire. L’appréciation de ce qu’est vraiment la classe moyenne est assez subjective. (Ceux qui peuvent se permettre le luxe se croient souvent sorti de la cuisse de Jupiter et votent à droite généralement alors que ce sont des sujets comme les autres. C’est peut-être lorsque ceux-là réaliseront qu’ils sont des pions comme les autres que ça changera.)


                                                                    • Monolecte Monolecte 10 août 2012 17:03

                                                                      Tout le monde veut être dedans : du mec qui gagne à peine de quoi payer le loyer (il se définira comme « modeste » pour ne surtout pas avouer qu’il est pauvre) à celui qui doit consulter un avocat fiscaliste pour trier à la fin de l’année, qui s’avouera, du bout des lèvres, quelque peu aisé, mais sans plus, parce qu’il n’a pas envie d’attirer l’attention sur son patrimoine.

                                                                      "Le capitalisme prospère sur le mythe de la classe moyenne : faire croire à un prolo qu’en bossant toute sa vie pour acquérir son clapier, il a les mêmes intérêts de classe qu’un rentier."

                                                                      Ruptures d’anévrisme


                                                                    • Antoine Diederick 10 août 2012 22:42

                                                                      En Europe, la guerre des classes s’est estompée à mon sens, pour des raisons historiques ainsi qu’économiques, mais il ne faudrait pas grandes perturbations pour que la paupérisation augmente très vite.

                                                                      Ce sont les réflexes de classe qui sont plus préoccupants car ils divisent la société non plus dans une lutte des classes comme auparavant.

                                                                      La démocratie libérale (ou de capital) côtoie la démocratie sociale aussi.

                                                                      En revanche les réflexes de classe bloquent la société.


                                                                    • jymb 10 août 2012 12:42

                                                                      Les mobylettes ou équivalents sont désormais immatriculées histoire de rester sous surveillance coercitive.
                                                                      Je vois arriver à grand pas la même chose pour les vélos avec stationnement payant à la clé ( cela apparaît déjà pour les 2 roues motorisées à certians endroits...)
                                                                      Ne riez pas, dés que la mise en coupe réglée de l’espace public via le stationnement-racket automobile payant rapportera moins, il faudra continuer à remplir les poches de certains par tous les moyens.
                                                                      A quand le péage trottoir pour se promener ?


                                                                      • Croa Croa 10 août 2012 15:18

                                                                        L’obligation d’avoir une plaque identitaire sur les vélos n’est pas abolie. Personne, ou presque n’en met et les gendarmes s’en foutent !

                                                                        Pour le moment il y a ça qui rapporte, espérons que ça suffira !


                                                                      • Philippe MEONI Philippe MEONI 10 août 2012 19:29

                                                                        Bonjour Monolecte,

                                                                        Je viens par épisodes sur ce site, l’ayant déserté un tantinet après quelques « fritage » avec la censure, à une époque... Du tout partisan du politiquement correct, il fut une époque où Agoravox ne passait pas certains écarts de langage... Cependant, je vois avec une certaine joie que la ligne éditoriale s’est beaucoup assouplie...
                                                                        Bref, pas là pour conter ma vie, juste pour dire que je viens de te découvrir en tant qu’auteur et je suis allé faire un tour sur ton site « ouebe », et, ce que tu dis et la manière de le dire me plaisent beaucoup...
                                                                        Je serai donc désormais un de tes fidèles lecteurs, et merci à toi...  ;)


                                                                        • Antoine Diederick 10 août 2012 22:30

                                                                          eh bien il y a un an j’ai fait un test.

                                                                          Voyant les poubelles des grandes surfaces, je me suis proposé de manger gratos pendant une semaine. Aucune courses, de la poubelle uniquement...

                                                                          Eh bien, on y arrive .

                                                                          Au début, c’est la honte. Ouvrir la benne à ordure pleine de bouffe périmée en plein jour et remplir son sac. Mais, il y a de la concurrence . Oui, car il y de vrais pauvres, qui finissent le mois ainsi à « chaparder » les restes pour boucler le mois.

                                                                          Cela va du clochard de passage, de la petite vieille, de l’opportuniste ou des roms ....

                                                                          Et voilà, cqfd, nous gaspillons trop.

                                                                          Si j’ai bien lu la presse, les prix des aliments ont augmenté de 6 % ces derniers temps.


                                                                          • tf1Goupie 10 août 2012 23:52

                                                                            Au moins dans le tiers-monde ils n’ont pas ce problème-là : les poubelles de leurs supermarchés sont vides.

                                                                            Et ça ne les dégouteraient absolument pas de nous voir nous lamenter ainsi.


                                                                            • foufouille foufouille 11 août 2012 11:48

                                                                              tu regardes trop TF1
                                                                              il y a des « riches » qui gaspillent dans tous les pays
                                                                              et donc, des poubelles pleines


                                                                            • Monolecte Monolecte 11 août 2012 12:10

                                                                              D’ailleurs, le Tiers-Monde rachète les poubelles des pays riches... si, si !


                                                                            • gogoRat gogoRat 11 août 2012 12:20

                                                                              les forces de l’argent ne relâchent pas leurs efforts pour nous enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde

                                                                               Oui, et la plus insidieuse, la plus radicale et la plus imparable de leurs ruses est d’avoir réussi ce tour de force d’instituer eux-mêmes une académie Culturelle et indépassable de l’art de la contestation : ils appellent ça « Art Contemporain » et réservent à une « élite » le droit et la prétention de décréter ce qui est ou pas « ouverture d’esprit » !
                                                                               Le pot aux roses est réservé aux esthètes : il paraît que la plus haute ouverture ... passe par l’ouverture des sphyncters
                                                                               Ainsi, au lieu d’utiliser l’argent public pour organiser le partage, ils comptent nous donner le change en coulant des merdes dans des résines epoxy (cf Cloaca) ou dans des boîtes de conserve ...
                                                                               Tel est le comble du conformisme :
                                                                               la légitimité de penser et d’exprimer la contestation est reconnue à l’élite qui se paie nos têtes !


                                                                              • TSS 11 août 2012 17:28

                                                                                après avoir participé aux réjouissances algérienne où j’ai pu constater que la réalité ne

                                                                                correspondait en rien avec la « propaganda » journalistique,après Mai 68 où croyant avoir gagné

                                                                                nous nous sommes retrouvés avec l’obligation d’avoir une banque pour être payé(d’où leur

                                                                                puissance) ,nous nous sommes fait enfler !!

                                                                                Toute personne normalement pourvue au niveau cerveau sait que les politiques ne travaillent

                                                                                que pour eux mêmes et vivent comme des chancres sur le dos du peuple et sont les larbins

                                                                                de l’argent pour son asservissement et l’etablissement du N.O.M.

                                                                                Ce qu’ils ne peuvent obtenir par la persuasion ils l’obtiendront par la famine (la secheresse

                                                                                actuelle est leur alliée).

                                                                                Tous les pays dits« civilisés » mettent en place actuellement les lois qui leurs permettront

                                                                                 d’etouffer légalement les soubresauts populaire,le temps est compté( principe de la

                                                                                grenouille et de l’eau tiède).LA REACTION DOIT ÊTRE BRUTALE ET DEFINITIVE... !!


                                                                                • lemouton lemouton 11 août 2012 23:19

                                                                                  à monolecte


                                                                                  Trés trés bel article que je découvre tardivement.. smiley

                                                                                  enfin « tardivement » c’est relatif.. Car toujours d’actualité, et malheureusement encore pour un moment, je pense..

                                                                                  • mortelune mortelune 12 août 2012 15:14

                                                                                    Qu’à cela ne tienne, si un jour je dois manger un yaourt périmé par manque d’argent alors j’irai ouvrir le frigo de quelques nantis du coin et je mangerai à ma faim de grès ou de force.



                                                                                    • tf1Goupie 12 août 2012 15:48

                                                                                      Et je suppose que vous ouvrez souvent votre propre frigo aux moins nantis que vous


                                                                                    • mortelune mortelune 13 août 2012 10:06

                                                                                      Pour le moment je n’ai pas eu l’occasion de recevoir un affamé s’il frappe à ma porte je lui ferai un repas de roi ça c’est clair. Pour le moment je me contente de verser au secours catholique tous les intérêts que je reçois sur mes placements en assurance vie. C’est pas grand chose mais bon c’est facile à faire et ça rend service aux autres.


                                                                                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 12 août 2012 15:52

                                                                                      ah non , pour les moins nantis ça compte pas ...


                                                                                      • jjwaDal jjwaDal 15 août 2012 20:09

                                                                                        Oui une des multiples manifestations de la myriade de preuves de notre décadence morale avancée. Faut-il rappeler que la société occidentale a réussis à envoyer aux oubliettes la plupart des écosystèmes naturels permettant aux autres espèces de vivre (on appelle ça une alimentation carnée et quand il faut 2500m2 pour un végétarien et 6 fois plus pour les autres et que nous sommes 7 milliards à aspirer à cette connerie, ouille...). Déni du droit à l’existence patent cautionné par tout le monde. Faut-il rappeler que nous avons profité de l’essentiel des stocks facilement accessibles de pétrole et minerais, en dépossédant l’essentiel de l’humanité présente et future ? Avons-nous eu des états d’âme ? Nous avons dépossédés des peuples de leur territoire pour nos besoins en faisant passer le droit du plus riche comme le premier commandement du divin « marché » (qui n’est que la somme des magouilles et des aveuglement respectivement d’une minorité d’hyper-riches et de la majorité d’entre-nous), les droits humains fondamentaux (santé, logement, travail) sont considérés depuis quelques décennies comme de vilaines niaiseries et l’argent de nos seules cigarettes, litières pour animaux domestiques et cosmétiques auraient épargné une vie et mort atroces à des millions d’humains. Le voulions-nous ?
                                                                                        Bien sûr que non, chacun sa merde...
                                                                                          Je ne sais plus qui disait que l’ignorance est une béatitude mais on peux (quasi tous) prier le ciel de ne pas nous ouvrir les yeux sur l’étendue de notre médiocrité collective.
                                                                                          Merci à tous « frères humains » grâce à vous on n’a nullement à craindre l’enfer pour le construire ici-bas au quotidien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès