• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Abdu

Abdu

Emigrant

Tableau de bord

  • Premier article le 07/09/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 341 95
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires



  • Abdu Abdu 17 juillet 2014 08:43

    « Satellisation des hommes divorcés de leur famille et de leur lien émotionnel et éducationnel avec l’enfant : 34 % des pères ne voient plus jamais leur enfant après un divorce et 42 % voient leurs enfant moins d’une fois par mois. »

    Mouais...
    Faut voir...

    Vu le nombre de divorces causés par la fuite du père inapte à endosser son rôle, je trouve ces chiffres plutôt étonnamment bas.



  • Abdu Abdu 16 juillet 2014 06:13

    Le féminisme radical…
    Le patriarcat en danger ?

    On arrive à se faire peur avec ça ?

    « •  dans la famille ; satellisation des hommes loin de leurs enfants qu’ils ne voient pratiquement plus en pratique. »
    Ha, ce ne serait par nécessité de gagner de l’argent (ou pour voir ailleurs si l’herbe est plus verte) que les hommes s’éloignent de leur famille, ce serait sous la pression féministe…
    « •  Dans les médias : disparition progressive du genre masculin ou, dans quelques années, sous prétexte de parité, seules les femmes seront autorisées à commenter le foot ou le cyclisme... »
    Sais pas, rien à foutre, je ne regarde pas ces insanités télévisuelles.
      « •  et plus sérieusement dans tout le système éducatif, donc à terme, dans le système professionnel : Ainsi comme l’explique Bridelli dans cet article du point et d’après les statistiques mêmes de l’éducation nationale :pour les élèves en grande difficulté à la sortie du primaire, il y aurait :
    - 30 % de garçons contre moins de 10 % pour les filles...
      •  l’analyse Pisa montre qu’en France l’écart de performance est passé, entre 2000 et 2012 de 29 à 44 points de différence en faveur des filles !
      •  64 % des garçons et 76 % des filles d’une classe d’age ont le niveau bac,
      •  au niveau bac+2 on ne retrouve que 37 % de garçons contre 50,2 % des filles ;
      •  au niveau licence : 21 % des garçons, 32 % des filles…. »
    Il y a peut-être là une influence féministe : les filles prenant plus au sérieux leurs études que les garçons, devenues consciente que si elles ne se battent pas, elles resteront au second rang. Mais il y a incontestablement une forte influence masculine (oserons-nous le mot ?) ou disons un héritage de notre culture essentiellement patriarcale : les garçons étant encore globalement assurés d’avoir au moins une fille à dominer, ils sont moins enclins à forcer.
    On peut imaginer que cette compétition garçon/fille se soit développée. Je ne trouve pas ça bon du tout car la compétition est un gaspillage d’énergies. Mais peut-on en faire le reproche aux féminines ?



  • Abdu Abdu 16 juillet 2014 05:47

    Plutôt d’accord avec ce trait de Philouie.

    Mais peut-être pour une autre raison.

    Je dirais de la sexualité adulte librement consentie qu’elle gagnerait toujours à ne pas être vue. Remplacer « ne plus rien voir que du bien » par « circulez il n’y a rien à voir qui vous regarde ».

    Le retour du droit à l’intimité, quoi.

    Mais quel rapport avec le mariage ?



  • Abdu Abdu 16 juillet 2014 02:54

    Marauder,

    Mon message ne te visais pas particulièrement.

    Tu n’as pas besoin de la devise nationale pour faire le bien ? Très bien, bravo, continue !

    La devise sert de repère dans les discussion, rappelle les buts, les idéaux fondateurs de notre pays. Pas plus (ni moins).

    Les idées seules ne font pas tout. Bien vrais et bien dit.
    Elles ne font pas rien non plus.
    Ici, on en fait que causer. alors on s’appuie sur des idées. Normal.

    Je cause un peu de politique mais n’en fait pas dans le sens où je ne milite pas pour tel ou tel parti.

    Et pour revenir dans le sujet, je crois plus à la fausse rumeur destiné à harceler le président (c’est une tradition française, pas de raison que celui-ci soit épargné) qu’à l’existence d’un complot contre nos enfants comme certains voudraient le faire croire.



  • Abdu Abdu 15 juillet 2014 04:52

    Que le fait homosexuel soit enseigné à l’école, soit.
    Comme tout fait.
    C’est à dire à hauteur de son importance.

    Bref, il n’y a aucune raison d’en faire un plat ou des tartines devant l’ensemble des savoirs a acquérir. 5 mn dans la scolarité ? dont 2 concernant l’humain ?

    Je me souviens des discussions lors de la mise en place de cours d’éducation sexuelle (ça existe encore ?). Bref, en tant qu’enfant, notre réaction n’était-elle pas le désespoir face à une place de plus dans un emploi du temps dans lequel nous cherchions désespérément les espaces de liberté pour respirer un peu (et finalement apprendre de la vie...) ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Economie Société Fiscalité Démocratie

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité