• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

armand tardella

armand tardella

physicien d'origine, consultant depuis 25 ans.
j'agis pour modifier les règles du jeu monétaire et financier

Tableau de bord

  • Premier article le 13/12/2011
  • Modérateur depuis le 12/10/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 23 133
1 mois 2 13 70
5 jours 1 0 8
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • armand tardella armand tardella 11 février 20:25

    @osiris
    Oui bien sûr, vous avez raison. Je n’ai peut-être pas été très clair, mais c’est ce que je voulais dire !!
    La réalité ne peut pas être à la fois locale et avec libre arbitre. La violation des inégalités de Bell l’interdit. Mais les 3 autres cas sont possibles, dont les 2 dont vous parlez.



  • armand tardella armand tardella 11 février 11:00

    @Ruut
    Bonjour,

    rien n’empêche 2 particules intriquées d’avoir plus de 2 états. Mais le théorème de Bell a été démontré en considérant une expérience avec des particules ayant 2 états de spin. Et l’expérience d’Alain Aspect a été faite avec des photons qui ont aussi 2 états quantiques de polarisation possibles.

    Mais a priori rien n’empêche de faire des expériences avec des particules plus complexes ayant plus d’états internes, Je n’en connais pas, et je pense que sur le principe ça ne change rien



  • armand tardella armand tardella 10 février 23:40

    C’est le théorème de Bell couplé avec l’expérience d’alain aspect qui élimine ces cas.

    Les hypothèses du théorème de Bell sont :

    la réalité existe indépendamment de l’observateur

    de plus elle est locale

    l’expérimentateur a un libre arbitre (c’est l’hypothèse implicite révélée par Carl Brans)

    avec ces hypothèses on déduit les inégalités de Bell.

    Or l’expérience d’Aspect viole les inégalités de Bell, donc au moins une hypothèse du théorème de Bell est fausse. donc :

    soit la réalité n’existe pas indépendamment de l’observateur

    soit elle existe mais alors au moins une des deux autres hypothèses est fausse, c’est à dire soit la réalité est non locale, soit il n’y a pas de libre arbitre.

    C’est vrai que les deux autres hypothèses peuvent être fausses en même temps, c’est à dire qu la réalité pourrait être non locale en même temps qu’il n’y a pas de libre arbitre. Effectivement en toute logique je n’ai pas pris en compte cette possibilité dans mon article. Mais c’est le cas le moins intéressant, car il correspond à la « pire » des situations.

    Le point important est que si l’on voulait que la réalité existe et qu’elle soit locale, alors il ne peut pas y avoir de libre arbitre.



  • armand tardella armand tardella 10 février 19:05

    @Gilles Mérivac
    Si on remplace l’expérimentateur par un générateur de nombres aléatoires, ça ne change rien. Car la question se pose de savoir si les nombres sont réellement aléatoires, c’est à dire ne dépendent pas de l’information disponible autour de l’expérience, ou si ils en dépendent c’est à dire que ce sont des nombres pseudo-aléatoires. En fait lorsqu’on parle de libre arbitre on parle de non-déterminisme. Si le monde est déterministe, il n’y a pas de libre arbitre, et sinon, il y en a.

    Concernant les variables cachées, mon raisonnement en est indépendant. Je ne parle de variables cachées, que parce que Bell, Wigner et les autres en parlent, et que l’expérience d’Alain Aspect montre que les inégalités de Bell (basées sur la notion de variables cachées) sont violées.

    En ce qui me concerne, je ne prend en compte que la conclusion de l’expérience d’aspect, en tenant compte des conclusions de Carl Brans. D’ailleurs, en ce qui me concerne je pense que la formulation en terme de variables cachées n’est pas correcte. Je ne l’utilise que pour partir des articles de physique existants.

    Le fait qu’on pourrait ou non déduire le formalisme quantique d’une théorie classique non-linéaire ne dépend pas de l’existence de variables cachées. La seule chose qui existe dans ce cadre ce sont des conditions initiales prises sur une surface du genre espace quelconque. Mais on ne peut pas les identifier à des variables cachées, telles qu’elles sont définies dans l’article de Bell.

    Par contre, je viens de télécharger une version plus récente du théorème du libre arbitre de Conway, et à la première lecture, il paraît plus solide que le précédent, du coup, il faut que je réfléchisse un peu plus pour savoir si on peut le contourner.



  • armand tardella armand tardella 10 février 17:04

    @Gilles Mérivac

    Comme je le disais dans ma réponse à un autre commentaire, je ne fais que partir des publications scientifiques existantes.

    la prise en considération de l’expérience d’Aspect, du théorème de Bell, et l’article de Carl Brans implique que, si on admet que la réalité existe indépendamment de l’observateur, alors elle est soit non-locale soit déterministe.

    Or jusqu’à présent les physiciens ont l’air de préférer, sans démonstration, que soit la réalité n’existe que si on l’observe (interprétation de copenhague), soit si elle existe de manière indépendante, elle est non-locale.

    Je dis simplement qu’on ne peut rien dire si on ne fait pas la démonstration de quelque chose. Or les physiciens sont devant une alternative, et ils ne cherchent pas à trancher entre la non-localité et le déterminisme. ils semblent préférer une sorte de position idéologique.

    Or je pense que cette question est « mathématiquement tranchable ». Il « suffit » simplement de bien vouloir se pencher sur la question. C’est le sens de mon article. Je parle de l’article que je mentionne dans le présent article.

    Alors, je pense effectivement que le monde physique est régi par une équation aux dérivées partielles non-linéaires déterministe. J’imagine comme Laplace ou même Einstein qui disait semble-t-il « dieu ne joue pas aux dé », ( sa théorie de la relativité générale est déterministe).

    Pour trancher entre la non-localité et le déterminisme, il suffirait de dériver le formalisme quantique d’une théorie classique. Je pense que c’est faisable. Mais peut-être pas. Mais si ce n’est pas faisable, je pense qu’il doit être possible de démontrer que le formalisme quantique n’est pas dérivable d’une théorie classique. Auquel cas on éliminerait ainsi la possibilité pour la réalité d’être déterministe. C’est à dire qu’on démontrerait ce que pense démontrer Conway, mais qui pour moi est faux.

    Donc en résumé :
    je crois que le monde est déterministe, mais ce n’est qu’une opinion personnelle
    je pense que l’interprétation de la mécanique quantique de l’école de copenhague est incorrecte, et c’est toujours une opinion personnelle
    par contre il est sûr, d’après les publications existantes que si la réalité existe indépendamment de l’observateur alors elle est soit non-locale soit déterministe
    il est sûr que les physiciens et les mathématiciens n’ont pas tranché entre ces 2 options
    je propose dans mon article (mentionné dans le présent article) une méthode mathématique pour trancher entre ces 2 options, qui me paraît réalisable avec les outils mathématiques actuels. Cette méthode fait apparaître la mécanique quantique comme un ensemble de méthodes mathématiques permettant de calculer ce qui est calculable dans un système de chaos déterministe.
    j’ai fait des mathématiques quand j’étais jeune, mais je ne sais pas faire cette démonstration, malgré le fait que j’ai des pistes en tête. La raison pour laquelle j’ai écrit cet article, c’est justement pour inciter des mathématiciens à se pencher sur cette question qui est purement mathématique.
    de 2 choses l’une. Si des mathématiciens montrent qu’on peut dériver le formalisme quantique d’une théorie classique, ça montrerait que le monde est probablement déterministe (ça n’est pas sûr, car la vérité n’est jamais sure. Seule la fausseté peut être sûre). S’ils montrent que ce n’est mathématiquement pas possible, alors le déterminisme serait éliminé. A mon grand désespoir, mais je pense que je survivrai.

    Tant que cette démonstration n’est pas faite, je préfèrerai l’option déterministe parce quelle me convient mieux.
    Ce qui n’empêche pas l’univers d’être créatif, comme les systèmes de chaos déterministe peuvent l’être.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès