• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Arnold

Arnold

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 15/11/2017
  • Modérateur depuis le 23/11/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 13 120 369
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 140 140 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Arnold Arnold 7 juin 2019 15:51

    Il est désespérant qu’aujourd’hui nous en sommes encore à disserter sur de tel sujet. Si clivant qu’il puisse paraître. On devrait être en mesure de croire que l’être humain, en tant que tel puisse ressentir, une solidarité au nom de laquelle chacun pourrait se trouver co-responsable de toute injustice et de tout mal commis dans le monde, et en particulier des crimes atroces s’agissant de la traite transatlantique, comme il nous arrive de nous retrouver ensemble, sans distinction aucune notamment pour les attentats, voir lors de la coupe du monde de football.

    Karl Jaspers (philosophe allemand) qui décline de remarquable manière « la notion de culpabilité », dont je ne peux m’empêcher de citer :

    « Si je n’ai pas risqué ma vie pour empêcher l’assassinat d’autres hommes, si je me suis tenu coi, je me sens coupable en un sens qui ne peut être compris de façon adéquate ni juridiquement, ni politiquement, ni moralement. Que je vive encore après que de telles choses se soient passées pèse sur moi comme une culpabilité inexpiable. Quelque part dans la profondeur des rapports humains s’impose une exigence absolue : en cas d’attaque criminelle ou de conditions de vie menaçant l’être physique, n’accepter de vivre que tous ensemble ou pas du tout »

    Dés lors, si les blancs n’aiment généralement pas ce qui arrive au peuple noir, ils ont en eux le pouvoir d’y mettre fin ici et maintenant. Nous concernant , nous avons toutes les raisons de les mettre dans le même sac et de les dénoncer collectivement.On peut aussi avancer que les noirs permettent cette situation.

    Pour caresser l’espoir d’un monde meilleur, comme chacun de nous l’aimerait d’autant plus, méditions les paroles de Karl Jaspers, je nous y invite.

     



  • Arnold Arnold 5 juin 2019 10:59

    Il ne s’agit pas d’afficher un banal mépris ou dédain envers les blancs et leur engagement. Il faut pas qu’ils soient les plus à blâmer concernant le sort de l’homme noir.Convenons quand même d’un fait fondamental, qui est d’identifier un groupe d’opprimé, dans un système qui forcerait un autre à se trouver dans une situation de privilégiée. Admettons que la société blanche en général a une dette symbolique, pouvant être matérialisée par un devoir de mémoire envers l’esclavage, si grande qu’aucun de cette société ne doit pouvoir y échapper. Comment encore aujourd’hui peut-on minimiser les terribles survenances qui ont eu lieu pendant l’esclavage.... comment ???

    Le vivre ensemble si cher à nombre d’entre nous n’est envisageable et possible que si d’aucuns voulaient faire se devoir de mémoire, rien ne saurait rendre cela possible incomparablement. 



  • Arnold Arnold 5 juin 2019 10:39

    A lire les commentaires qui foisonnent ici et là, me fait froid dans le dos, à l’orée du 21ème siècle comment refuse t-on encore l’évidence. Est-ce à dire qu’en somme, l’homme noir était devenu un spectre, l’ombre d’un homme, un être totalement vaincu,submergé par sa propre misère, un esclave, une bête de somme supportant le joug de l’oppression avec timidité et contrition. Telle est bien la vérité première, pour amère qu’elle puisse paraître, qu’il s’impose d’admettre avant de pouvoir attaquer un quelconque dessein pour briser le statu quo. Il convient de regarder la vérité en face une fois qu’on a pris conscience du fait que le seul vecteur de changement, ce sont ces gens qui ont perdu leur personnalité, assurément. Ces scélérats ont en grande partie réussi à mettre en place une machine générant, en bout de chaîne, un type d’homme noir qui n’a d’homme que le nom. 



  • Arnold Arnold 4 juin 2019 21:14

    @Alexis
    s’agissant de vos arguments, je les reçois très bien. De prime abord c’est l’essence même d’un échange, arguments contre arguments tout en sachant que moi non plus je n’ai pas la science infuse. Il y a beaucoup d’expérience qui jaillissent de mes propos et, bien évidemment les infos glanées ici et là. Mais surtout les faits historiques qu’on ne peut soustraire, les survenances successives qui composent mon sujet sont avérées et, indéniablement participent à l’état de fait d’aujourd’hui, il y a là une réelle corrélation on ne peut le nier.



  • Arnold Arnold 4 juin 2019 21:04

    @Ruut,
    vous mettez en avant là aussi la mentalité, la morale ce qui dans un sens me sied. Nonobstant en l’espèce cela n’explique pas le fait que c’est bien plus que l’éthique qui fera que ces pays puissent accéder à une indépendance totale leur permettant de mener leur propre politique économique. Les valeurs que vous citez sont aussi présentes dans tous les pays mais n’annihile pas leur croissance

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité