• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

fatallah

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 227 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • fatallah 4 octobre 2017 19:33

    @Jason
    Déja le PIB a une signification un peu floue ... mais bon, cela donne une idée d’un volume ... on n’y pas pas encore intégré des estimations de chiffres d’affaire de la prostitution et de la drogie ? Ça viendra.... quand il faudra montrer une croissance ...
    Ensuite, parlons de la dépense publique, souvent présentée comme un gaspillage. Qui sont les bénéficiaires de ces dépenses publiques ? Le peu de dépenses fiscales (CICE...) mais surtout les commandes publiques. Quelles sont les sociétés qui fournissent l’État ? Ces sociétés privées, qui mangent au ratelier, qui font des profits .... ma proposition serait de les nationaliser, pour économiser 15% de marge financière. Non ?



  • fatallah 4 octobre 2017 19:15

    Petit calcul trouvé sur http://blog.mondediplo.net/2017-10-03-Le-service-de-la-classe

    par Frédéric Lordon,

    On peut maintenant indiquer quelques ordres de grandeur pour fixer les idées. Si en 2015, donc, les émissions d’actions se sont élevées à 10 milliards d’euros, la capitalisation de la place de Paris, c’est-à-dire la masse des actions qui tournoient dans les mouvements d’achat-revente sur les marchés secondaires est de 3 300 milliards d’euros (4). Prenons le parti du calcul de coin de table en faisant l’hypothèse que les portefeuilles de titres des assujettis à l’ISF reflètent ces proportions : il s’en déduit que ces messieurs-dames ne contribuent à l’émission de nouvelles actions qu’à hauteur de 0,3 % de leur fortune financière. Mettons les choses dans l’ordre inverse : toute mesure de défiscalisation ISF des portefeuilles actions représente à 99,7 % de la pure aubaine, sans aucun effet sur l’investissement, aberrante disproportion qui dérive immédiatement de l’absurdité consistant à défiscaliser les stocks au nom des flux. On chiffre à 3 milliards le coût pour les finances publiques de cette défiscalisation. Voilà donc qui nous fait 9 millions d’investissement supplémentaire (5). 9 millions d’effet pour 3 milliards de dépense fiscale  : heureusement que Griveaux et Macron Mag célèbrent l’efficacité, sinon on aurait eu comme un doute.



  • fatallah 4 octobre 2017 19:12

    Petit calcul trouvé sur http://blog.mondediplo.net/2017-10-03-Le-service-de-la-classe

    On peut maintenant indiquer quelques ordres de grandeur pour fixer les idées. Si en 2015, donc, les émissions d’actions se sont élevées à 10 milliards d’euros, la capitalisation de la place de Paris, c’est-à-dire la masse des actions qui tournoient dans les mouvements d’achat-revente sur les marchés secondaires est de 3 300 milliards d’euros (4). Prenons le parti du calcul de coin de table en faisant l’hypothèse que les portefeuilles de titres des assujettis à l’ISF reflètent ces proportions : il s’en déduit que ces messieurs-dames ne contribuent à l’émission de nouvelles actions qu’à hauteur de 0,3 % de leur fortune financière. Mettons les choses dans l’ordre inverse : toute mesure de défiscalisation ISF des portefeuilles actions représente à 99,7 % de la pure aubaine, sans aucun effet sur l’investissement, aberrante disproportion qui dérive immédiatement de l’absurdité consistant à défiscaliser les stocks au nom des flux. On chiffre à 3 milliards le coût pour les finances publiques de cette défiscalisation. Voilà donc qui nous fait 9 millions d’investissement supplémentaire (5). 9 millions d’effet pour 3 milliards de dépense fiscale  : heureusement que Griveaux et Macron Mag célèbrent l’efficacité, sinon on aurait eu comme un doute.



  • fatallah 4 octobre 2017 19:04

    @Zolko
    > donc soit on travaille plus longtemps, soit la retraite baisse, soit ce sont les plus jeunes qui payent
    Libérez votre esprit, enlevez vos œillères, il y a d’autres possibilités : élargir l’assiette de perception des cotisations à d’autres sources, comme par exemple, une taxation des dividendes ou une augmentation des droits de succession ...



  • fatallah 4 octobre 2017 19:01

    @Armelle
    J’hallucine , ... vous devez être martien ou ne jamais lire les infos, pour défendre ainsi les retraites par capitalisation. Je vous laisse chercher ce qui se passe en Californie et en UK, avec les retraites par capitalisation .... Revenez nous pondre un article quand vous aurez trouvé !
    Avec des taux d’obligation négatifs, ....la capitalisation fond ... et la bourse, soutenue par l’impression monétaire, est une loterie ou un montage de Ponzi. Choisissez !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité