• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Florence Pisani

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 05/08/2021
  • Modérateur depuis le 29/01/2022
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 4 15 701
1 mois 1 0 52
5 jours 1 0 52
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique







Derniers commentaires



  • Florence Pisani 24 décembre 2021 18:37

    @pipiou2


    Bonjour Pipiou2. Je n’avais pas vu votre commentaire, digne d’intérêt.

    Oui en effet, j’ai effectué un raccourci dans mon article. Mais c’est un raccourci honnête et, je pense, valable. Les chiffres de la DREES étant ce qu’ils sont – frelatés - nous ne pouvons pas disposer, en France, d’évaluation fiable concernant l’efficacité réelle des vaccins. Il faudrait un article entier sur ce sujet.
    Vous avez raison si l’on prend les chiffres et qu’on les rapporte à la population générale : éternel piège intellectuel utilisé par les communicants de la DREES et du gouvernement. On arrive à un taux d’efficacité vaccinal de l’ordre de 80 % à 85 % je crois, d’après mes propres calculs.
    Sauf que : il n’y a aucun lieu de statuer sur l’efficacité d’un vaccin en prenant en compte les gens qui n’ont pas été en contact avec le virus ! Or, les vaccinés étant ultra majoritaires, ils sont aussi beaucoup plus nombreux à n’avoir pas été mis en contact avec le virus, du moins officiellement (Car qui a pu y échapper, à ce virus, en réalité, au bout de 2 ans ??? A moins de vivre dans une grotte ....)
    Bref, cette efficacité du vaccin à 80 - 85 % est valable si l’on établit un ratio de 9,77 entre les non vax et les vax : les vax sont 9,77 fois plus nombreux en population générale ; s’ils représentent 55 % et des brouettes des effectifs hospitalisés, je vous l’accorde, ça fait bien ce taux d’efficacité-là.
    SAUF QUE, donc, comme indiqué plus haut, je ne peux pas admettre la validité de cette mesure d’efficacité.

    J’ai donc regardé, moi, le ratio parmi les gens testés positifs par PCR : c’est logique, puisque c’est le panel étudié par la DREES, et que c’est les gens dont on sait qu’ils ont été au contact du virus. Là, le ratio vax / non vax n’est pas de 9,77, mais de 3,26 (3,26 fois plus de tests PCR pour les vax que pour les vax, numériquement parlant). Et, plus probant encore je pense, le ratio parmi les symptômatiques : 2,92 entre vax et non vax.

    Si vous partez sur cette base, dont j’espère vous validerez la légitimité, vous devriez arriver à un taux d’efficacité inférieur à 50 %, et proche des 38,5 % que j’ai avancés avec mon raccourci. ( Raccourci effectué parce que toutes ces cogitations étaient un peu longues à expliciter – et que ce n’était pas le sujet principal de mon article ; et, encore une fois, parce que placé devant l’obligation de réfléchir sur la base de chiffres trafiqués, on finit par se lasser).

    Si l’efficacité était haute, pourquoi lancer le « booster » ? Il est certain que depuis plusieurs semaines voire plusieurs mois – voire depuis le début ..., les non vax ne bénéficient pas de la protection garantie par les tests en labo de Pfizer.

    Bravo et merci pour votre vigilance. Vous souhaitant de chaleureuses et joyeuses fêtes, loin du brouillard émis par nos gouvernants et leurs affidés.



  • Florence Pisani 22 décembre 2021 14:17

    @Jean-Claude BARESCUT
    Bravo pour l’acuité de votre regard ! Je suis impressionnée :)
    En effet, les chiffres publiés par la DREES sur la catégorie « ensemble », incluant les patients covid non testés positifs par PCR, sont vraiment bizarres. Je les ai évacués de mes analyses puisque la DREES le fait aussi, ne prenant en compte que les testés positifs pour ses études. A noter que ces patients sont bien des hospitalisés déclarés « covid » puisqu’ils figurent dans les bilans, donc qu’ils ont été enregistrés dans le fichier SI-VIC. Mais comme vous je suis interloquée par ce que suggèrent les chiffres de la DREES : la majorité de ces patients non testés seraient des non vax ... Comment peut-on imaginer qu’à l’heure actuelle, un patient accueilli à l’hôpital pour covid, mais n’ayant pas été testé par PCR, ne soit pas testé par PCR à un moment ou un autre ? S’il est doublement vacciné, encore, on peut le comprendre, vu le souci de minimiser les statistiques des vax ; mais comment un patient non vax hospitalisé pour covid sans test peut-il échapper au test après son entrée à l’hôpital ???
    Je pense que les chiffres de la DREES sur cette catégorie signalent qu’à aucun moment elle n’apparie en direct le fichier SI-VIC (victimes) et le fichier VAC-SI (statut vaccinal). Si comme je le pense, la DREES se contente d’apparier les fichiers SI-VIC(victimes = hospitalisés) et SI-DEP (testés PCR +), puis de consulter VAC-SI, cela veut dire que les chiffres concernant ces cas SI-VIC non testés seraient entièrement issus des projections statistiques effectuées par la DREES, sur la base des « observations » faites à travers SI-DEP.
    En d’autres termes, aucune observation directe du statut vaccinal des personnes concernées. Ce qui expliquerait l’invraisemblance des chiffres proposés, alors qu’encore une fois comme vous je peine à imaginer qu’un non vax hospitalisé pour covid ne soit jamais testé après son arrivée à l’hôpital !
    Cette catégorie des non testés pourrait donc bien être la cristallisation des requantifications effectuées par la DREES sur les effectifs « observés ». Rien n’est affirmable de façon définitive, puisque la DREES ne livre pas d’éléments clairs sur ses méthodes. Elle signale bien néanmoins que ses « réappariements » induisent une requantification pour tous les effectifs mesurés, y compris cette catégorie « ensemble », incluant les non testés ou les testés PCR négatifs.
    Autre point : si les « réa » (soins critiques) sont toujours mis en avant par les bilans officiels, c’est parce que c’est là que le différentiel « vax/ non vax » est en effet le plus marqué, contrairement aux hospitalisations conventionnelles et aux décès.
    Il convient de rappeler ici que le fait d’échapper à la réa n’est pas forcément bon signe ... Quand des soignants placent un patient en réa, c’est parce qu’ils estiment qu’il y a un espoir raisonnable de le sauver ... Et on voit bien que le différentiel sur les « réa » est logiquement inverse de celui sur les « décès » ... Plus vous avez de patients en réa, moins vous en avez qui décèdent, corrélativement.
    Désolée pour la longueur de ma réponse, mais vraiment je suis épatée par le fait que vous ayiez soulevé cette question, ultra pointue !
    Vous souhaitant le meilleur pour la suite, dans ce monde plein de piquants :)



  • Florence Pisani 22 décembre 2021 10:28

    @Eric F
    Bonjour. Je ne cherche pas à manipuler les gens, mais à faire qu’ils s’interrogent. Pour ce qui concerne les bidouillages effectués par la DREES, je vous renvoie à mon précédent article. Pour revenir par exemple sur la question que vous souilgnez  l’égalité de traitement des données entre vax et non vax vous pouvez voir que les non vax sont surreprésentés à hauteur de 2,55 dans le panel étudié par la DREES  car 23 % des tests PCR positif leur sont attribués (après requantification par la DREES, par le système des strates appliquées aux non appariés) alors qu’ils ne sont que 9% en population globale. Donc a minima, quand ensuite la DREES recherche le statut vaccinal des gens hospitalisés, puisqu’elle ne prend en compte que les testés positifs, elle augmente de 2,55 fois la probabilité de trouver des non vax. Surtout que contrairement à ce que vous dites, la catégorie des non vax n’est pas représentative de la population globale, contrairement à la catégorie des vax, puisque la DREES sélectionne comme non vax uniquement les personnes à risque (liste CPAM ; il y a aussi les soignants dans cette liste, mais ils ne représentent que quelques milliers de personnes parmi les millions qui y sont inscrites). Pour moi, la DREES devrait donc si elle était honnête prendre un panel de testés représentatif de la population  9 % de non vax, 81 % de doubles vax, etc ... Puis regarder ce qui se passe en terme d’hospitalisations pour ce panel. Là on pourrait obtenir des différentiels réalistes.Quant au fait de rapporter les chiffres d’hospitalisations à la population globale, j’en ai déjà parlé aussi, cela n’a aucun sens : vous n’êtes pas plus représentatif des vax hospitalisés que je ne le suis des non vax hospitalisés, puisque les hospitalisés sont des personnes à risques à 90 %. Le but de mon « pastiche » , ici, était de rappeler aussi ce fait essentiel, pour dire que tant qu’on ne nous présentera pas des chiffres basés sur cette catégorisation là (population à risque / population sans risque connu), les cartes seront brouillées. Catégoriser les gens en vax / non vax comme clé d’entrée des observations, c’est induire que c’est le statut vaccinal qui détermine le fait d’être hospitalisé ; c’est donc affirmer d’entrée ce que l’on est supposé évaluer à la fin ...après un étude sérieuse et objective ... qui manque toujours à ce jour, en France. Cela m’embête un peu si je ne réussis pas à vous en convaincre, mais je peux le comprendre car ces études ont l’air en effet d’être valables, les manipulations sur lesquelles elles reposent étant subtiles. Bien cordialement. 



  • Florence Pisani 21 décembre 2021 19:08

    @lecoindubonsens
    Alloo , Coin du Bon Sens ; vous ai-je perdu ?
    ce n’est pas votre post qui montre que mon article ne prouve pas la surmortalité parmi les triple vax, c’est mon article lui-même ! Tout le sens de ma ptite production est justement là : j’ai fait un pastiche de ce que fait la DREES.

    Si vous avez à coeur d’avoir des chiffres cohérents, vous n’avez plus qu’à me rejoindre dans la supplique pour obtenir enfin des données objectives, et sensées !
    Je suis des vôtres, sur ce coup-là :)



  • Florence Pisani 21 décembre 2021 18:39

    @lecoindubonsens

    nous disons donc je pense la même chose : il y a 2 catégories de population,
    la premiere du genre ehpad, plus de 65 ans, plus immuno déficients
    la deuxieme du genre population moyenne standard

    sur les dernières décennies, donc sans lien avec covid, les stats (cf. insee), indiquent que 90% des décès français sont dans la 1ere catégorie.


    Voilà ... Là nous sommes d’accord ... Et on ne voit vraiment pas en quoi le vaccin anticovid devrait y changer quelque chose : on ne lui en demande pas tant :)

LES THEMES DE L'AUTEUR

Tribune Libre Hôpital Covid-19 Journalisme

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité