• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Henrique Diaz

Henrique Diaz

Ami des bêtes et rationaliste.

Tableau de bord

  • Premier article le 20/11/2010
  • Modérateur depuis le 28/04/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 284 567
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 260 197 63
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Henrique Diaz Henrique Diaz 3 juin 13:32

    @carnac
    Quels contrepouvoirs ? Comment ? Le seul contrepouvoir que je voie contre les ordonnances et le démantèlement du code du travail, c’est qu’il y ait à l’assemblée une majorité pour un avenir en commun plutôt que pour un avenir réservé aux plus riches. Que peut-on attendre du PS ou de LR, si ce n’est une opposition de façade et un soutien sur le fond de l’intention de Macron de ne satisfaire qu’aux marchés ? Le FN est nationaliste, mais il n’est pas contre une libéralisation du code du travail, il ne s’est pas particulièrement opposé à la loi El Khomery. Que reste-t-il donc pour peser contre la Macronie à part la France Insoumise ?



  • Henrique Diaz Henrique Diaz 20 mai 12:50

    @sweach
    La devise de la république est universaliste par essence. Quel homme sain d’esprit ne veut pas la liberté ? Comment prétendre qu’entre deux hommes inégaux, il y aurait une même reconnaissance de leur liberté ? Et enfin, qu’est-ce qui peut fonder la fraternité, comme bienveillance amicale et solidaire, en dehors des liens du sang, si ce n’est le fait d’avoir des points essentiels en commun ? Or si le fait de parler français ou japonais peut être considéré comme accidentel du fait du hasard de notre naissance, le désir de liberté, de trouver du sens à sa vie, d’en faire quelque chose de positif est essentiel à chacun de nous. Enlevez cela de votre vie, ce n’est plus une vie mais juste de la survie. Enlevez le fait d’être français, il se trouve que votre façon de voir la nation comme essence de votre identité, vous pourriez tout aussi bien l’avoir au Japon, ou pas. C’est donc quelque chose de supplémentaire, mais pas de fondamental.

    Mais cela n’a jamais signifié qu’un étranger devait avoir exactement les mêmes droits qu’un citoyen. De même, on peut être frères de sang et avoir chacun ses espaces réservés. Il y a les droits de l’homme en général et les droits spécifiques du citoyen. Avoir le sens de la fraternité, c’est être capable de voir dans autrui le même que moi pour l’essentiel, de sorte que si je veux bien vivre, j’en souhaite autant pour lui. Rien n’empêche d’avoir cette attitude avec n’importe quel français comme avec tout autre homme, du moment au moins qu’il est aussi capable de se montrer fraternel. Car si la liberté et l’égalité sont des droits innés, du fait que nous avons tous en commun une même nature humaine, la fraternité est une vertu qui s’acquière ou pas pour que ces droits puissent se concrétiser. Face à l’employeur qui méprise son employé en le considérant comme un esclave, la fraternité consiste justement à vouloir aussi bien la liberté de l’un et de l’autre, notamment en sortant ces deux personnes aux talents différents d’une relation malsaine de domination où les droits de l’un seraient quantité négligeable par rapport à ceux de l’autre. Face au terroriste, la fraternité consiste d’abord à le mettre hors d’état de nuire, parce qu’en faisant du mal à ce qui est comme lui, il se nuit autant à lui-même qu’aux autres. Face à l’étranger qui vient en France comme en un territoire conquis, c’est à peu près le même genre de logique. Mais empêcher les arrogants de nuire, cela ne veut pas dire généraliser cela a priori à tous ceux qui ont une différence commune avec eux.

    Le FN est incompatible avec la FI parce que le FN en son essence n’est pas universaliste, comme vous le montrez vous-mêmes, donc pas républicain. Désolé de reprendre avec ce mot de républicain un élément de langage rebattu du discours médiatique, mais ce qui est moins rebattu, c’est que si la république, c’est la liberté pour tous parce qu’on a une nature commune qui le rend possible, cela a depuis la révolution eu vocation à être reconnu pour tout homme, sans que cela n’empêche, encore une fois des espaces réservés. Je vous rassurerai peut-être en vous disant qu’à mon avis, Macron comme LR et le PS ne sont pas le plus souvent républicains du simple fait qu’ils n’acceptent que la liberté dans la devise de la république, qu’ils refusent l’égalité sans laquelle la liberté ne vaut que pour quelques uns et qu’ils confondent la fraternité avec la pitié du grand seigneur pour le manant.

    En outre le FN est justement l’outil de l’oligarchie pour diviser le prolétariat, en faisant diversion sur les causes des problèmes français, qui ne sont pas fondamentalement quelques étrangers parce qu’ils sont étrangers, mais les détenteurs de capitaux responsables des décisions imposées à la France et aux français. S’allier avec le FN pour la FI, ce ne serait donc pas s’opposer à l’oligarchie mais au contraire accepter le principe même de la désignation de prolétaires étrangers comme cause des problèmes. Mais ce n’est pas parce qu’on ne peut pas s’allier avec le FN qu’on a à se considérer comme supérieurs en droits à ceux qui adhèrent aux thèses du FN, il y a malheureusement aussi parfois un manque d’éducation républicaine dans les rangs des insoumis.

    Et quant au libéralisme, vous savez bien que le FN a très longtemps été thatcherien et que le revirement étatiste opéré par MLP et Philippot est soit une simple technique de triangulation pour couper l’herbe sous le pieds de la gauche historique, soit une simple passade qui est déjà largement mise en cause au FN. Mais quand on regarde dans le détail du programme de MLP, on trouve beaucoup d’idées fondamentales de celles de LREMPS : baisser les « charges » des entreprises... jamais financer quoi que ce soit en taxant les profits du capital.



  • Henrique Diaz Henrique Diaz 20 mai 11:31

    @Alcyon
    Faire des fausses citations de ce que j’aurais dit montre votre degré d’honnêteté intellectuelle. Sur le complotisme dont vous m’affublez, il se trouve que la presse est détenue à 90% par des milliardaires qui n’y ont pas investi pour l’argent que cela permet de gagner, mais pour l’influence que cela apporte, y compris sur les journalistes œuvrant sur des chaînes publiques, sachant qu’en cas de déboire, ils pourront être récompensés par une place dans le privé. Dans ces conditions, pas besoin d’un complot, il y a simplement une conjonctions d’intérêts particuliers. Ensuite, il est bien connu maintenant que plus un candidat passe à la télé, surtout quand ce sont les autres qui en parlent plutôt en bien, comme cela a largement été le cas pour Macron, plus cela se traduit en points dans les sondages, alors même qu’il n’y a pas eu de discussion sur le contenu des projets politiques, points dans les sondages qui eux-mêmes influencent le vote par calcul du vote utile. Quand d’autre part, les seuls arguments pour un candidat comme Macron est « les autres sont des populistes, lui ce sera moins pire », sans rien répondre sur le fond à ce que j’avais pointé de nuisible dans la politique de Macron, en début d’article, on est clairement dans la reprise du discours médiatique sans recul. Vous aurez beau essayer de ridiculiser mon propos en le caricaturant, cela n’empêche pas les faits.
    Quant à l’’augmentation du chômage, c’est sous le quinquennat de Hollande que le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 30%, avec pourtant les 40 milliards par an du CICE et du pacte responsabilité. Mais dire que Macron n’y est pour rien, sachant que les mesures libérales déjà prônées sous Sarkozy par Attali et un certain Macron, c’est un peu se moquer du monde.
    Les chiffres sont vérifiables ici : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/statistiques-de-a-a-z/article/les-demandeurs-d-emploi-inscrits-a-pole-emploi-les-series-mensuelles-nationales



  • Henrique Diaz Henrique Diaz 10 mai 19:37

    @sweach
    France Insoumise n’est pour l’heure pas un parti mais une libre association de personnes qui se reconnaissent dans l’insoumission aux intérêts particuliers des détenteurs de capitaux. Ce qui caractérise un parti, c’est une hiérarchie et une discipline au service de l’existence du parti avant tout plutôt que ses idées communes, c’est ce qui fait notamment que le PS est devenu cette machine à trahir les idées qu’il était censé servir au profit de la lutte des places à tout prix. Et je vois mal une discipline de parti et une hiérarchie pyramidale se constituer sur la base du mot et de l’idée organisatrice de France insoumise.

    Vous exprimez vos doutes sur le fond du programme de la FI mais je vois que vous ne discutez pas le manque d’efficacité historiquement constatable du FN à rendre possible quelque chose qui pourrait ressembler à une alternative sociale au néolibéralisme.

    J’estime être patriote aussi au sens d’aimer mon pays de naissance, pour sa géographie, la richesse de sa culture, l’humanité de ses habitants, avec leurs qualités et leurs défauts mais aussi parce que c’est le premier pays à avoir affirmé des droits universels de l’homme et pas seulement de ses citoyens. Aussi le patriotisme, c’est se sentir maltraité quand des compatriotes sont maltraités mais cela n’a jamais signifié se croire autorisé à mépriser les droits de l’homme, voire à maltraiter d’autres humains sous prétexte qu’ils ne sont pas français « de souche ». Je n’ai par exemple pas entendu MLP dénoncer les mauvais traitements subis par des français d’origine immigrée. Le nationalisme au contraire, c’est le principe du « nous d’abord et plutôt que les autres » qui est à peine moins une régression civilisationnelle que le « moi d’abord » du libéralisme dont le nationalisme est le résidu historique. Il se trouve que plutôt que la compétition, quand ce n’est pas la guerre, il y a aussi la coopération et le partage des fruits du travail collectif.

    Maintenant je ne sais pas ce que vous vous faites comme idée de ce que dit le programme de la FI sur l’immigration, mais il ne s’agit ni de laisser continuer de mettre les immigrés en compétition avec les français, ni de donner la nationalité française à tous les immigrés. Il s’agit justement de cesser cette mise en compétition déloyale en leur donnant les moyens de faire valoir leurs droits avec un corps d’inspecteurs du travail suffisant pour les faire respecter et ainsi mettre un terme au dumping social que permet l’immigration telle qu’elle est actuellement organisée. Quant au chômage, vous avez l’air assez bien informé pour savoir que ce sont les échanges qui créent l’emploi et qu’ainsi, en Allemagne, où il y a deux fois plus d’immigration que chez nous, il y a 3 fois moins de chômage ou encore que dans des pays comme la Hongrie, il y a près de 0% d’immigration et pourtant près de 15% de chômage.

    Sur le nucléaire, il ne s’agit pas d’en sortir là tout de suite, surtout si nous n’avons pas de président pour cela, mais à l’horizon 2050, ce qui laisse largement le temps d’essayer des alternatives et de se rendre compte le cas échéant de leur inexistence éventuelle. Mais persister dans le nucléaire à tout prix, c’est ignorer que loin de garantir notre indépendance énergétique, l’uranium ne se trouve plus en France depuis longtemps et qu’il ne va pas tarder à disparaître complètement de la planète. Et il ne s’agit pas d’avoir peur du nucléaire mais de s’apercevoir que loin de garantir notre indépendance et note confort, il présente des risques majeurs non seulement pour nos compatriotes mais aussi pour nos voisins qui pèsent beaucoup par rapport à ce que peut apporter son maintien.

    Quant à faire des compromis, il me semble que la FI en a déjà fait pas mal notamment avec les communistes mais quand cela se transforme en compromissions pour se retrouver associé avec Macron par l’intermédiaire du socialiste qui est allié avec le communiste, il faut savoir dire stop. On ne combat pas le néolibéralisme en s’alliant avec lui. Quant au FN, il n’a jamais dénoncé le capitalisme en tant que tel ni proposé de revenir à des niveaux d’imposition qui permettaient le financement de notre système de solidarité plutôt que celui de la dette exponentielle et éternelle envers les détenteurs de capitaux dont on a baissé massivement les impôts. L’ennemi du FN, c’est l’immigré, c’est l’étranger, voire « l’assisté », cela n’a jamais été clairement la finance. La méthode de triangulation adoptée par le FN avec les idées altermondialistes, comme le PS avec les idées de droite ne montre qu’un objectif électoraliste et nullement un ancrage idéologique sincère. D’ailleurs, MLP est actuellement très chahutée pour son discours contre les traités européens et ses mesures sociales, le thatcherisme historique de ce parti risque faire surface à nouveau d’ici quelques mois.

    Mais pour vos doutes sur le système électoral pour finir, rien que cela devrait pouvoir vous inciter à voter FI puisque sans véritable alternance politique (Les REMPS - les « républicains » En Marche Pour la Soumission - n’ayant que des différences cosmétiques), rien ne changera ni ne sera remis en cause. Et comme je l’ai montré, avoir le FN à un deuxième tour contre les REMPS, c’est s’assurer de la victoire d’un de ces derniers.



  • Henrique Diaz Henrique Diaz 10 mai 17:14

    @pierrot
    « Macron me semble le candidat le moins pire » : alors pour vous pour empêcher Macron de nuire, ce qui était l’objet de l’article, il faut voter Macron... Je vous renvoie au début de l’article. Vous êtes manifestement surtout informé par TF1 et France 2, voire l’Obs et ce genre de journaux, dont les journalistes appartiennent ou aspirent à appartenir aux millardaires qui paient grassement leur larbins les plus zélés pour faire croire au peuple que la liberté, c’est de se soumettre à leurs intérêts. Mais si vous êtes capable de vous informer à d’autres sources, vous verrez que des centaines d’économistes et d’ingénieurs soutiennent et valident le projet de la France Insoumise et son financement qu’elle est loin d’avoir improvisé sur un coin de table un mois avant l’élection comme l’a fait Macron, qui puisqu’il était le candidat de la finance n’a pas eu de mal à pouvoir dire n’importe quoi, alors que sous son ministère, le chômage a augmenté de 30%.

Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Comment empêcher Macron de nuire ?




Palmarès