• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Jérôme Royer

Jérôme Royer

Musicien, ingénieur Arts et Métiers, j’ai également consacré du temps à des études en physique des hautes énergies, sciences cognitives, philosophie... Je m’intéresse particulièrement à l’étude transversale des processus évolutifs, adaptatifs et créatifs observés en physique, biologie, psychologie, epistémologie, socio-économie...
"Je me dis souvent que rien au monde, sauf un ordre éternel ou une bizarre velléité de la matière à faire mieux qu’elle-même, n’explique pourquoi je m’efforce chaque jour de penser un peu plus clairement que la veille."

(Zénon dans « L’Oeuvre au Noir » - Marguerite Yourcenar – 1968)

Tableau de bord

  • Premier article le 12/02/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 37 209
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 23 octobre 00:32

    Modification : Dans l’article, j’ai écrit :

    Le fait que le virus SARS-CoV-2 se propage, comme les virus de la grippe, par aérosol ne semble plus faire débat.

    Depuis, cela a été remis question entre autres par le CDC (Center for Disease Control — USA).

    Dans sa mise à jour du 5 octobre, le CDC indique que l’aérosol respiratoire n’est pas un mode dominant de transmission du SC2. Il reconnaît que, pour qu’il y ait contamination par cette voie, il faut une situation de confinement long dans une pièce mal ventilée en présence d’une personne infectée.

    Ce document du CDC précise bien que le terme aérosol désigne les particules d’eau si fines et si légères qu’elles restent plusieurs minutes voire heures en suspension dans l’air. Il précise aussi que, pour certains virus (grippe, rougeole), c’est effectivement un mode de transmission majeur.

    Il reste donc la voie des gouttelettes, autrement dit les particules d’eau expulsées lors de la parole, de la toux, de l’éternuement. Elles tombent sous l’effet de leur poids et ont peu de chance d’être directement inspirées par l’interlocuteur. Par contre, elles sont susceptibles de se déposer sur son visage, ses vêtements ou sur les objets alentours.

    Pour éviter la contamination par les gouttelettes, le port d’un masque par les personnes malades (c’est-à-dire avec symptômes) est clairement une solution efficace. Cependant, pourquoi imposer le masque sur le nez ? (qui postillonne par le nez ?!).
    Et pourquoi interdire les visières ? Cette protection offre l’avantage de permettre une respiration beaucoup plus libre tout en interceptant les gouttelettes.



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 23 octobre 00:31

    Modification : Dans l’article, j’ai écrit :

    Le fait que le virus SARS-CoV-2 se propage, comme les virus de la grippe, par aérosol ne semble plus faire débat.

    Depuis, cela a été remis question entre autres par le CDC (Center for Disease Control — USA).

    Dans sa mise à jour du 5 octobre, le CDC indique que l’aérosol respiratoire n’est pas un mode dominant de transmission du SC2. Il reconnaît que, pour qu’il y ait contamination par cette voie, il faut une situation de confinement long dans une pièce mal ventilée en présence d’une personne infectée.

    Ce document du CDC précise bien que le terme aérosol désigne les particules d’eau si fines et si légères qu’elles restent plusieurs minutes voire heures en suspension dans l’air. Il précise aussi que, pour certains virus (grippe, rougeole), c’est effectivement un mode de transmission majeur.

    Il reste donc la voie des gouttelettes, autrement dit les particules d’eau expulsées lors de la parole, de la toux, de l’éternuement. Elles tombent sous l’effet de leur poids et ont peu de chance d’être directement inspirées par l’interlocuteur. Par contre, elles sont susceptibles de se déposer sur son visage, ses vêtements ou sur les objets alentours.

    Pour éviter la contamination par les gouttelettes, le port d’un masque par les personnes malades (c’est-à-dire avec symptômes) est clairement une solution efficace. Cependant, pourquoi imposer le masque sur le nez ? (qui postillonne par le nez ?!).
    Et pourquoi interdire les visières ? Cette protection offre l’avantage de permettre une respiration beaucoup plus libre tout en interceptant les gouttelettes.



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 13 septembre 12:17

    @Et hop !

    Je vous rejoints sur le fait que la généralisation du recours à la visière pour certaines professions serait une bonne idée à conserver (pour compléter la « charlotte » sur les cheveux ! ).

    Concernant les postillons, je ne sais si il existe -et si il est même possible d’établir des statistiques sur la part directement inspirée par un voisin et celle qui se dépose (sur le visage et les vêtements du voisin ou sur les surfaces et objets, récupérée ensuite par les mains).

    Concernant l’aérosol, ça caractéristique est de rester en suspension des heures. En lieu ouvert, il se disperse. En lieu clos fréquenté, la concentration augmente. Il est inévitablement inspiré par les personnes qui passent, sauf port d’un masque adéquat (FFP).

    Enfin, je ne crois pas que le virus puisse se transmettre par la vapeur (eau en phase gazeuse) de l’expiration. D’après mes lectures, le virus a besoin d’un liquide.



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 12 septembre 17:57

    @Et hop !

    Les masques bloquent les postillons, mais les postillons ne sont émis que lorsque l’on parle, tousse ou éternue. Or, même dans ces situations, l’essentielle de la charge virale est transmise par aérosol (cf. ce graphique issu de la présentation (2) partie 1, @9’).

    Et bien sûr, lorsqu’on expire normalement, la charge virale n’est transmise QUE par aérosol.



  • Jérôme Royer Jérôme Royer 12 septembre 15:22

    @Et hop !
    Oui, effectivement, merci pour ce rappel qui rejoint ce qu’explique le Pr. Christian Perronne.
    (A la précision près, concernant les masques -puisque c’est le sujet de l’article smiley - qu’il faut garder en tête que ce sont les FFP dont on auraient eu besoin)

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Du masque et des virus

Publicité



Palmarès

Publicité