• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

franc tireur

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 968 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • franc tireur 6 novembre 16:17

    Ca me fait penser a la lanceuse d’alerte Sibel Edmonds, souvenez vous

    Grâce à sa maîtrise du Farsi (ndt : langue parlée en Iran), du Turc et de l’Azeri (ndt : langue parlée en Azerbaïdjan), Edmonds avait obtenu un contrat du FBI au bureau de Washington, deux semaines après les attentats du 11-Septembre. Elle était chargée de traduire des informations très sensibles concernant des opérations contre des individus suspectés de terrorisme à l’intérieur et en dehors des États-Unis.

    ibel Edmonds, une ancienne traductrice du FBI de 42 ans est décrite comme "la personne la plus bâillonnée de toute l’histoire américaine" par l’American Civil Liberties Union [1]. Elle a montré comment le Pentagone, la CIA et le Département d’État américain avaient entretenu des liens étroits avec les militants d’Al-Qaïda jusqu’en 2001, dans un contexte de trafic illégal d’armes et de drogue en Asie centrale.

     
    Elle affirme que Ayman al-Zawahiri, l’actuel chef d’Al-Qaïda et adjoint d’Oussama ben Laden à l’époque, a rencontré à plusieurs reprises des militaires et des responsables du renseignement américains à l’ambassade des États-Unis de Baku, Azerbaïdjan, entre 1997 et 2001, dans le cadre d’une opération connue sous le nom de « Gladio B ».
     
    Selon des journalistes du Sunday Times, cette affirmation ainsi que d’autres révélations de même nature avaient été confirmées par de hauts responsables du Pentagone et du MI6 dans le cadre d’une enquête en quatre volets qui devait paraître en 2008. Les journalistes du Times ont raconté comment cette enquête a été stoppée à mi-parcours de façon inexplicable sous la pression de "groupes d’intérêt" dont les noms n’ont pas été révélés

    En 2002, puis à nouveau en 2004, le gouvernement américain a réduit Edmonds au silence en invoquant une jurisprudence archaïque, le « privilège concernant les secrets d’État » – un pouvoir pratiquement illimité permettant au gouvernement d’annuler une action en justice lorsqu’il estime que celle-ci pourrait conduire à dévoiler des informations sensibles susceptibles d’ébranler la « sécurité nationale ».

    Il y a cinq ans, sur la base du livre écrit par Edmonds, le Sunday Times a révélé qu’un haut responsable du Département d’État figurait sur la liste des agents turcs à Washington et qu’il transmettait des informations nucléaires et militaires ultraconfidentielles. "Il collaborait avec des agents étrangers, contre les intérêts des États-Unis, en leur faisant passer des informations ultraconfidentielles provenant non seulement du Département d’État mais aussi du Pentagone, en échange d’argent et de soutien pour ses ambitions professionnelles et politiques"
     
    Comme l’écrivait le quotidien pakistanais, The News, le 10 septembre 2001, le chef de l’ISI, qui était lié à Al-Qaïda, avait participé à plusieurs "réunions mystérieuses au Pentagone et au Conseil de Sécurité Nationale" cette semaine-là, y compris des réunions avec le directeur de la CIA, Georges Tenet.
     
    Edmonds soutient que l’incapacité de la communauté du renseignement américain à mener à bien les investigations concernant les terroristes qui préparaient les attentats du 11-Septembre était liée à un niveau de corruption élevé. "Ce sont précisément ces terroristes qui étaient endoctrinés par certains alliés clés de l’Amérique", a-t-elle déclaré à Nafeez Mosaddeq Ahmed lors d’une interview réalisée en mars dernier.
    Edmonds affirme que l’enquête du Times aurait confirmé ses accusations les plus incroyables.
     
    Parmi celles-ci, Edmonds a décrit comment la CIA et le Pentagone avaient réalisé une série d’opérations clandestines d’aide à des réseaux islamistes liés à Oussama ben Laden en Asie Centrale, dans les Balkans et dans le Caucase et ce, jusqu’au 11-Septembre.
     
    Alors qu’il est largement admis que la CIA a aidé les réseaux de ben Laden en Afghanistan durant la guerre froide, le gouvernement américain prétend que ces liens ont été rompus après l’effondrement de l’Union Soviétique en 1989.
     
    Mais, selon Edmonds, cette affirmation est fausse. Elle a confirmé à Nafeez Mosaddeq Ahmed que "non seulement ben Laden, mais aussi plusieurs de ses principaux lieutenants avaient été transportés en direction et en provenance de cette région par les services de renseignement américains entre fin 1990 et 2001, et notamment des personnages importants comme Ayman al-Zawahiri", le bras droit d’Oussama ben Laden qui, depuis la mort de ce dernier, est devenu le nouveau chef d’Al-Qaïda.
     
    "A la fin des années 1990, et jusqu’au 11-Septembre, al-Zawahiri et d’autres moudjahidin rencontraient régulièrement des hauts responsables américains à l’ambassade des États-Unis de Baku pour préparer leurs opérations dans les Balkans," déclare Edmonds. "Ces opérations étaient pilotées de façon indépendante par un service spécial du Pentagone" mais dont le nom n’a pas été révélé par Edmonds. Elle a précisé que "l’enquête des services de contre-espionnage du FBI qui suivaient ces cibles, ainsi que leurs liens avec des officiels américains, était connue sous le nom de ‘Gladio B’ et fut lancée en 1997."
     
    Edmonds a déclaré que les opérations conduites par le Pentagone avec les islamistes étaient une extension d’un programme nommé Gladio, mis au jour en Italie et qui faisait partie d’une opération secrète de l’OTAN à l’échelle européenne. Une enquête officielle du parlement italien réalisée dans les années 1990 à confirmé que le MI6 et la CIA avaient constitué un réseau paramilitaire secret de type « stay-behind »
    En 1997, l’OTAN a demandé à Hosni Moubarak de libérer des militants islamistes affiliés à Ayman al-Zawahiri. Ils ont été transférés en Turquie par le Pentagone pour des missions opérationnelles« , déclare Edmonds. »C’est pourquoi, même si le FBI a l’habitude de surveiller les communications diplomatiques de tous les pays, seuls 4 pays furent, bizarrement, exemptés de ce contrôle : le Royaume Uni, la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Belgique, le siège de l’OTAN."
     
    Edmonds ne prétend pas connaître les objectifs des opérations « Gladio B » conduites par le Pentagone mais suggère les possibilités suivantes : faire reculer le pouvoir de la Russie et de la Chine et élargir le champ d’activités criminelles lucratives et notamment le trafic illégal d’armes et de drogue.Loretta Napoeloni, une experte dans le financement du terrorisme, évalue cette économie criminelle à environ 1,5 milliard de dollars, dont la majeure partie "est écoulée dans l’économie des pays de l’ouest avant d’être recyclée aux États-Unis et en Europe« et représente »une part vitale de leur trésorerie."

    Un autre journaliste travaillant avec l’équipe d’investigation du Sunday Times avait interviewé un ancien Agent spécial, Dennis Saccher, qui travaille maintenant au bureau du FBI du Colorado. Saccher lui aurait dit que l’histoire d’Edmonds "aurait dû faire la une des journaux« parce que c’était »un scandale bien plus important que le Watergate."
     
    Evidemment vous aurez compris que les histoires trumpo russes et hillaro lybiennes sont du pi pi de chat . Quand on met en avant des affaires il y a de grandes qu’elles soient superficielles, ca evite de parler du consistant.




  • franc tireur 24 octobre 23:42

    En effet, il ne manque pas une occasion de vilipender les 25% de musulmans français (soit 1 500 000 personnes selon l’Institut Montaigne)

    Non mais franchement qui croit encore a cette fable ?
    Le nombre de pratiquants peut etre .
    Rien que le 93 doit compter au moins 800 000 musulmans dont 3/4 avec la nationalité francaise .
    Selon les recoupements on est plus pret des 9 millions de musulmans francais, plus 2 ou 3 si on compte les non francais. Quand allez vous arretez de colporter des foutaises ? Qui a peur des recensements a l’anglosaxonne ?



  • franc tireur 25 septembre 20:04

    fichtre entre francais et etasuniens les viets se sont pris l’enfer sur la gueule et on les entend jamais beugler et demander reparations comme les algériens .
    la dignité c est une culture.



  • franc tireur 17 août 20:20

    @Xenozoid
    c’est vrai qu’a part la suisse et certains pays scandinaves on les cherche .
    Mais que voulez vous que je vous dise ? Nous n’avons que les sociétés et gouvernants que nous méritons. Les gens sont tellement médiocres, vautrés dans le consummérisme et la courte vue .



  • franc tireur 17 août 19:51

    @Xenozoid
    dans la plupart des mosquées européennes

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès