• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

mbdx33

mbdx33

Comment dire ... ?

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 781 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • mbdx33 mbdx33 26 septembre 2011 18:30

    j’imagine que ça ne saurait tarder, l’immondice étant chez lui une seconde nature.

    J’adore votre définition du personnage et votre sens de la formule.



  • mbdx33 mbdx33 26 septembre 2011 18:20

    ippon-seoi-nage ok
    mais ils vont savoir nager ?



  • mbdx33 mbdx33 26 septembre 2011 18:19

    @KItamissa

    Juste pour info
    Jean : origine hébraïque : Jean est la forme latinisée de Yoch annan (Dieu pardonne)

    Marie : celle de Myriam, prénom de la soeur de Moïse et de la femme de Joseph.

    Le Pen : D’origine bretonne (lire celtique), le surnom « an paen » c.a.d. païen fut attribué vers le XIème, XIIème ou XIIIème siècle...

    Alors votre couplet sur nos ancètres les gaulois, me fait bien rire.



  • mbdx33 mbdx33 26 septembre 2011 10:29

    Mention spéciale pour l’article hommage à Gérard Berliner.

    Pour le reste, ok le nouvel obs s’est planté, acte.

    Les propos de G. Darmon n’engage que lui, il a le droit de s’exprimer, on l’invite aussi pour çà sur les plateaux télé.

    Les responsables de l’émission ont aussi le droit d’avoir le choix d’inviter et de donner la parole à qui ils veulent. Et cela que çà plaise ou non. Et si l’on ne partage pas ce choix, on fait comme on ne regarde pas l’émission.

    Je pense malgré tout qu’orienter le thème de l’article sur cet histoire de chanson présente peu d’intérêt. Le parcours politique de G. Collard et la caution qu’il apporte à la "virginité du FN m’inquiète bien plus.
    Je ne crois pas que les soutiens de ce genre puissent être durable dans le temps.
    On ne peut pas résister à certaines contradictions prétendre s’opposer à la peine de mort et soutenir un mouvement politique qui milite activement pour son rétablissement.
    Prétendre défendre les plus démunis et les victimes d’injustices et accepter le retour massif des immigrés dans leurs pays sans distinction d’aucune sorte.
    etc.

    Tout ceci c’est de la politique spectacle, de la communication et les français attendent aujourd’hui autre chose que de la com. Le pouvoir en place leur en sert depuis cinq ans et il est temps que cela cesse. Ce n’est pas pour laisser la place à des personnes dont l’ambition est de faire pire.



  • mbdx33 mbdx33 23 septembre 2011 18:04
    Si on sortait de l’euro...

    L’essentiel de ce qu’a dit Marine Le Pen est son programme commercial et monétaire qui conduit à une sortie de l’euro et du marché unique. La cause du mal est le « mondialisme », la concurrence déloyale des pays sans protections sociales (la Chine) et la perte de la souveraineté monétaire. Le FN « exige une réforme de la Banque centrale européenne » pour rétablir l’impératif de l’emploi. Si les autres pays ne nous suivent pas « notre nation doit être prête à recouvrer l’intégralité de sa souveraineté monétaire », en clair, comme l’a dit Marine Le Pen, de quitter l’euro et de rétablir le franc.
    Même chose sur le commerce. Il faut « rétablir une nouvelle politique douanière » pour freiner les importations. Et « la France doit être déterminée à mettre en œuvre seule ces mesures » si les autres Européens ne nous suivent pas.

    Les débats ayant eu lieu cent fois entre les Six puis les Douze puis les Vingt-Sept, ils sont tranchés. Le fondement de l’Union est l’indépendance de la BCE et l’ouverture des frontières. La messe est donc dite d’avance, les autres pays membres refuseront de nous suivre. Marine Le Pen élue quitterait donc l’euro et le marché commun.

    Que se passerait-il ? Un retour des usines pour les travailleurs « français » et des emplois « en nombre » ? Cette politique isolationniste et protectionniste conduirait au contraire à faire de la France un paria économique en Europe et dans le monde dont le coût social et économique serait à proprement parler effroyable. Voici en effet ce qu’il se passerait, inévitablement.

    1- Difficultés techniques

    Retourner au franc présenterait des difficultés techniques considérables. Il faudrait reprogrammer les tenues de compte et toutes les caisses enregistreuses du pays : rappelons que lors du passage à l’euro, cette conversion avait duré trois ans.

    2- Dévaluation

    L’objectif de la sortie de l’euro serait de dévaluer massivement le franc pour regagner en compétitivité. Le franc perdrait mettons 20% ou 30%. Bien entendu, il faudra le faire du jour au lendemain « par surprise » sinon tous les épargnants français, qui vont perdre instantanément 20% ou 30% de leur fortune, vont se précipiter pour vider leurs comptes et mettre leur argent en Allemagne ou en Suisse. Mais, si Marine Le Pen est élue, ce se sera vu dans les sondages avant le vote et les épargnants vont donc agir par précaution et « vider les caisses de France » dès avant l’élection.

    3- La fuite des épargnants

    Mais imaginons que Marine Le Pen puisse conserver l’effet de surprise. Sitôt annoncé, toutefois, le « bank run », la précipitation est inévitable. Il faudra donc accompagner la sortie de l’euro d’un contrôle des sorties de capitaux et très sûrement d’une limitation des montants des retraits possibles par chaque Français à sa banque. La gauche l’avait fait en 1982. Cette pénurie d’argent pèsera, on l’imagine, sur le commerce et donc la croissance.

    4- Une dette plus chère

    La dette française, 1.250 milliards, est en euros. Elle s’alourdira instantanément de 20% ou 30% de plus. Il faudra probablement faire défaut sur une partie si le gouvernement FN veut éviter de consacrer l’essentiel des marges de manœuvre budgétaire au remboursement. La conséquence sera une perte de confiance dans la signature de la France et l’impossibilité d’emprunter sur les places internationales pendant  plusieurs années. Rappelons qu’aujourd’hui 63% de la dette française est détenue par des étrangers.

    5- Sauver les banques

    Les banques françaises ayant perdu beaucoup de leurs dépôts seront en grande difficulté. Il faudra probablement les sauver en les nationalisant, ce qui compliquera singulièrement la vie de leurs filiales à l’étranger. Le marché du crédit souffrira et l’Etat devra le soutenir, non sans coût.

    6- Une mise à mal de notre commerce extérieur

    Les autres conséquences concernent le marché unique : la dévaluation française perturbera complètement son fonctionnement puisque sa création avait pour but de mettre fin à ce type de dévaluation interne en Europe. Comment réagiront les autres ? Probablement en élevant eux aussi des barrières douanières pour les produits français à l’export. Nos relations commerciales avec nos partenaires seront très affectées sinon en partie détruites. Rappelons qu’en France, un quart des emplois dépend directement de ces échanges extérieurs.

    7- Une Union européenne très mal en point

    L’Europe n’y survivrait sans doute pas. La France est trop importante. Chaque pays de l’Union défaite se retrouverait seul face aux Américains, aux Indiens et aux Chinois. Le « mondialisme » ne s’arrêterait pas sans la France, il continuerait, mais elle, elle s’arrêterait sûrement.

    Marine Le Pen propose des solutions aventureuses dont le résultat serait un cauchemar pour la France, pour l’économie, pour l’emploi.

    Eric Le Boucher

    extrait : http://www.slate.fr/story/32565/marine-le-pen-scenario-fin-euro

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité