• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Nicole Cheverney

Nicole Cheverney

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.
Albert Einstein.

Tableau de bord

  • Premier article le 16/08/2014
  • Modérateur depuis le 22/09/2014
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 45 1977 4298
1 mois 2 50 1072
5 jours 0 20 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2745 2412 333
1 mois 66 66 0
5 jours 12 12 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 25 août 14:47

    @capobianco

    Bonjour, personnellement, je ne crois pas qu’il faille, aujourd’hui, vu la situation ET LE niveau de désintégration de la société civile, taper sur quiconque, ni sur JLM, ni sur Asselineau, ni sur personne d’autre. Il faut qu’au contraire, toutes les forces vives de la Nation se rassemblent et comprennent qu’on NE PEUT PLUS CONTINUER A FINANCER LES PARASITES DE L’UE. Sinon c’est l’UE qui nous sortira comme les Grecs, de nos maisons, qui videra nos comptes en banques, et nos maigres économies, qui continuera à faire crever nos agriculteurs, nos marins-pêcheurs, qui continuera à faire augmenter le chomage, dans une réaction inflationniste frôlant à la démence, pour préserver les banques, augmenter la TVA, les prix des marchandises de base et continuera à démanteler les services publics, à envoyer nos vieux ad patres par manque de soins, plus tôt que prévu, etc.
    Peut-être que JLM a les pieds et poings liés, et qu’il ne peut faire plus. J’ai toujours estimé cet homme politique, mais réellement, sur la question de l’UE, il fait tout faux et ne tient pas un discours exempt de carences sur la question de l’Union Européenne. Il existe suffisamment de preuves intangibles, presque oserais-je dire que l’UE est profondément toxique pour les peuples. Comme l’est d’ailleurs, le capitalisme dans son ensemble, dans un grand réflexe de « fétichisation de la marchandise », dans le consumérisme à outrance. Lorsque l’UE se comporte comme un grand bloc extra-territorial où les peuples européens, n’ont même plus le droit de décider de leur destin, même par le vote, constamment détourné, alors il faut bien que cela s’arrête un jour. Jusqu’à présent, rien d’effectif n’a été mis en place pour arrêter cette machine infernale qui avance main dans la main avec les banques et les multinationales, les trusts  

    Je pense que reprocher son passé de droite à Asselineau est un mauvais procès, car les évènements parfois vous forcent à changer votre fusil d’épaule. Posez-vous la question : pourquoi tant de gens de gauche déçus oh combien ! rejoingnent l’UPR ? Pourquoi des communistes rejoignent l’UPR ? Bien plus que vous ne le pensez.

    J’en connais la cause : c’est l’amour de la France. Bien sûr, je sais que JLM aime son pays, mais ce que je lui reproche, c’est qu’il confond nationalisme étroit et patriotisme large et généreux.

    Pour ma part je me sens proche de ce discours-là de G. Marchais sur la France :

    « La nation Française s’est faite sur un certain territoire, par le travail, la coopération et les luttes de dizaines de générations. Dans ce creuset, les hommes ont façon dure, tout cela s’est constitué avec des différenciations et une unité qui font l’originalité de la France...
    L’efficacité économique et sociale ne réside pas dans le nivellement des nations au sein de blocs standardisés, bureaucratisés, mais dans leur épanouissement et leur contribution à une coopération internationale fondée sur l’égalité, l’intérêt mutuel et le respect de la souveraineté ».
    Vous voyez, G. Marchais use bien du mot : SOUVERAINETÉ.
     



  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 25 août 14:10

    @doctorix

    Montbourg aurait été bien inspiré comme toute la ploutocratie d’ailleurs, de parler de l’UE et non de l’Europe. Je tiens à faire ce distinguo. Rien des valeurs européennes ne se trouve en effet dans l’UE qui est une construction franco-anglo-américaine qui ignore le reste de l’Europe, surtout du Sud qu’elle méprise profondément, (Grèce, Espagne, Italie, Malte, etc. Quant aux pays de l’Est, ils les méprisent encore plus, puisqu’ils les considèrent toujours comme les « débris » de l’ex-URSS. Et ne font que s’en servir.
    Rien des valeurs spirituelles non plus de l’Europe ne se retrouve dans l’Union Européenne, rien de son art millénaire, littéraire, musical, pictural, religieux, etc. et ce n’est pas parce que c’est la 9eme symphonie de Beethoven qui en est l’hymne choisi pour la représenter, que cet hymne le fruit de tant de siècles de valeurs et de culture européennes accumulées, représente cette merde en plaque qu’est l’UE.
    Par contre, qui la représentent ? Le trading renforcé, l’offshore fiscal, le lobbying à tous les étages, la banque, les fonds de pensions, etc...
    Comme quoi, rien que de bonnes choses bien européennes comme on peut le constater !
    Notre vieille terre ancestrale est passée avec armes et bagages dans l’escarcelle des banques et de quelques milliardaires qui se font les poches sur les contribuables européens, surtout Français, vu le niveau très élevé de taxation sur notre pauvre dos tricolore. Je ne parle pas non plus, du renforcement de la répression avec la construction de l’Eurogenford !

    Alors, Bojo, l’échevelé anglais, a la très bonne idée de se tirer de ce pandémonium qu’est l’UE, ça fera aux Anglais de l’air, sans les pestilences de la Commission de Bruxelles, avec ses clones et ses centaines de fonctionnaires à surveiller, sous l’ordre des agences de notations, si la France et les autres Etats-membres ne dépassent pas le 3 %... de déficit ! Ils surveillent également nos petits oeils orwelliens formés dans les Grandes Ecoles et les Universités, comment pouvoir démanteler tous les services publics en France et dans l’Europe. Mais comme nous étions en pointe, il me semble depuis le CNR de 1945, c’est bien la France qui est dans le viseur des rapaces. Et par ici la monnaie. Nous sommes sous surveillance constante d’une bande de rigolos en bras de chemise tous transpirants devant leurs algorithmes, ce sont les centaines de larbins aux ordres des banques et des multinationales. Comptons avec ces pauvres clones, nos inénarrables hommes et femmes politique, qui se servent de l’UE comme d’un os à ronger, sans même lever le petit doigt pour tenter d’en sortir, alors qu’ils savent pertinemment que l’UE est une construction de type totalitaire. Même si, au début,pour certains, ils ne faisaient que de subodorer la toxicité extrême de l’UE, les événements successifs leurs foutent devant les yeux le résultat actuel de leurs années de lâcheté et de silence complice. Ils sont absolument impardonnables. Mais peut-être que ça leur plaît de collaborer à ce point !



  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 25 août 10:41

    Bonjour, excellent article. Vous utilisez l’expression « agriculture paysanne », à mon sens elle est préférable à celle de « agriculture raisonnée », agriculture bio", etc.

    La paysannerie française a commencé à être détruite dans les années 50, au moment où l’on incitait les paysans à devenir de simples techniciens avec des liens de plus en plus distendus avec la terre. En les incitant à s’endetter pour s’acheter des tracteurs de plus en plus gros, chers, encombrants, à équiper leurs exploitations de matériels sophistiqués, à augmenter leur cheptel, parfois de manière inconsidérée, à organiser la monoculture intensive, céréales par exemple, maïs, et maintenant nous avons le colza qui s’étend partout sur le territoire. A utiliser des engrais nocifs et pour les cultures et pour les hommes pesticides, etc.

    Le nombre de faillites chez les paysans a explosé depuis 20 ans, etc. Et les suicides qui vont avec.

    Mais le plus grand mal vient des organisations syndicales paysannes, qui n’ont été que des relais constants d’une politique ultra-libérale, et n’ont cessé de mener les agricuteurs français à leur perte.Un particuliièrement.

    Deuxième point : l’Union Européenne, qui n’a eu de cesse de tuer tous les métiers producteurs de richesses en France : pêche hauturière, artisanat, PME/PMI, et bien entendu la paysannerie française, dans un pays d’une richesse agricole incroyable, on peut dire le garde-manger de l’Europe, si l’UE ne l’avait détruit au passage.



  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 21 août 20:04

    @Clocel

    Pour que les urnes arrêtent Macron, il faudrait que les bulletins de vote soient effectivement TOUS décomptés, et non une partie foutue à la poubelle comme l’on a vu et notamment ceux de Asselineau dans certaines municipalités. Avec la complicité des présidents de bureau, et des équipes chargées de la surveillance du déroulement des scrutins. Je dis Asselineau, mais il n’est pas le seul, et dans les enveloppes que l’on reçoit chez soi, avant les scrutins, la moitié ne contiennent pas la totalité des candidats en piste.
    Pour les medias aussi : on n’invite pas les petits candidats, seulement les grands, les médiatiques.
    Le Régime décide en lieu et place des électeurs, avec leurs cornets à piston, les journaleux, toujours prêts !



  • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 21 août 19:56

    @capobianco

    Bonsoir, je préfère rester dans la nuance. Vous même vous ironisez sur les « génie » de l’homme Asselineau quant à éviter des problèmes de sortie de l’UE par un Frexit ! C’est votre droit.
    Mais le fond du problème de l’UE n’est absolument pas abordé, par les partis politiques de tous bords, à moins de quelques concessions, dialectique oblige, je pense à des partis de droite comme de gauche qui se targuent d’être des anti-UE sans complexes. Mais si l’on creuse un peu ils ne disent rien sur la véritable nature de l’UE, ils se contentent de dire : oui.... nous allons renégocier, certains traités ne nous conviennent pas, oui... etc. Avec des oui, on mettrait Paris en bouteille ! En attendant, le projet d’une Europe fédérale avance à grands pas. Les gilets jaunes n’ont toujours pas gagné leur révolution, et comme je le dis plus bas, Macron, lui a gagné la sienne, avec la complicité, du moins le silence de la classe politique. Et si, un homme, un seul, ose lever son petit doigt pour dire : Non ! cela ne se passe pas comme ça, puisque la nature de l’UE fermée, cadenassée ne permet pas des remises en questions, superficielles, et de circonstances, en renégociant des traités, réputés non négociables, eh bien, cet homme-là doit être salué au passage, comme quelqu’un de conscience.
    Eh bien non ! on préfère, en se crispant sur ses positions partisanes, s’attarder sur tout autre chose que son programme et ses propositions pour en sortir. Vous voyez, ce n’est pas si simple, il n’y aura non plus aucune facilité à sortir de l’UE, même en faisant jouer l’article 50, parce que nous vivons dans un monde extrêmement complexe.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès