• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

NICOPOL

NICOPOL

Ingénieur de formation, acteur de l'aide au développement par profession, voyageur toujours, avide d'histoire et de philosophie, lecteur compulsif de Nietzsche, Jared Diamond, Albert Camus et Chögyam Trungpa, radical dans ses convictions mais toujours prêt à en changer... Une seule règle : le "principe de réalité".

Tableau de bord

  • Premier article le 15/05/2008
  • Modérateur depuis le 04/02/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 27 1650 5543
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • NICOPOL NICOPOL 13 juin 12:26

    @chantecler
    Merci !
    Ne vous préoccupez pas pour moi, je me change les idées tout seul ! Dès que j’éteins le PC... La famille, la garrigue, maintenant les cigales... On oublie facilement Nono, Emile et cie smiley



  • NICOPOL NICOPOL 13 juin 09:52

    @Martin
    Ecoutez, il me semble pourtant que ma position est claire.
    Je ne soutiens pas inconditionnellement Poutine. Je regrette comme vous les atteintes à la liberté de la presse, la corruption, le pouvoir des oligarques, l’existence de mouvements d’extrême-droite... 
    Mais quand je compare avec ce qui se passe côté Etats-Unis, j’estime, en mon âme et conscience, que ceux-ci représentent un bien plus grand danger pour le monde et pour la France que la Russie, qui a eu au contraire un rôle positif au cours des 10 dernières années pour stopper l’hégémonie de l’impérialisme américain et rendre le monde davantage multipolaire.
    En outre, étant moi-même en partie Russe, je constate qu’il est soutenu par la grande majorité de la population de son pays, et dispose donc d’une légitimité qu’on chercherait bien chez Biden ou Macron (sans parler bien sûr de Von der Leyen).
    En d’autres termes, vous pouvez dire autant de mal que vous voulez de Poutine, c’est complètement inutile. La seule façon de me faire changer de position serait soit de me démontrer que les Russes n’en veulent plus, soit de me convaincre des bienfaits de la politique étrangère, économique et monétaire des USA depuis au moins les années 80 (avec en bonus la démonstration que la Commission Européenne est une instance démocratique défendant les intérêts des populations européennes). Autant dire que je vous souhaite bien du courage.
    Tant que vous n’êtes pas capable de faire cela, vous pissez dans un violon, et ce n’est pas la peine de poursuivre cette discussion.



  • NICOPOL NICOPOL 13 juin 09:42

    @Martin

    "la Russie est une dictature, la propagande et la répression marche très fort dans une dictature, c’est ainsi que Poutine se maintient au pouvoir. Le Kremlin veut tout simplement annexer une partie de l’Ukraine, russophone ou non, pro-russe ou non.

    « 

    Parce que des propos comme ceux-ci, ne n’est paaaaas du tout de l’ »emporte-pièce«  ? Vous êtes quand même rigolo.
    Au demeurant j’ai moi-même fait un distingo entre les républiques du Donbass et la région de Kherson, sur laquelle il est plus compliquée d’avoir un avis tranché (ce que je n’ai donc pas). Donc à nouveau, vos petites leçons ( »tomber dans le panneau« , »naïveté« , »croire les sornettes"...), vous pouvez vous les garder. Tant que vous aurez la conviction que ceux qui ne sont pas d’accord avec vous sont forcément intellectuellement limité, ce n’est vraiment pas la peine d’essayer de dialoguer avec eux.


  • NICOPOL NICOPOL 10 juin 12:24

    @microf
    Bien d’accord. A l’Algérie j’ajouterais bien sûr la longue litanie Vietnam / Amérique Latine / ex-Yougoslavie / Irak / Libye / Afghanistan / Syrie et désormais Yemen (plus bien sûr les Territoires palestiniens).



  • NICOPOL NICOPOL 10 juin 12:21

    @Martin
    Je suis globalement d’accord avec vous, même si je trouve que vous forcez un peu le trait pour votre démonstration.

    Vous ne pouvez pas ignorer qu’une sympathie pro-russe, en ce moment, n’a pas vraiment droit de citer dans l’espace médiatique, et que les rares qui s’y risquent déclenchent immédiatement des réactions offensées (« propos polémique », « inacceptable », « indigne »... on se croirait revenu aux plus belles heures des débats sur la vaccination forcée). Sans parler de la fermeture parfaitement injustifiée et illégale de RT et Sputnik.

    Vous ne pouvez pas non plus ignorer que si aujourd’hui, enfin, la nature authentiquement néo-nazie (et même nazie tout court) de certains mouvements très influents en Ukraine commence à être admise dans l’espace médiatique, c’est resté depuis 2014 un sujet tabou et automatiquement taxé de « complotisme » et « propagande du Kremlin ». Les médias mentent, souvent par omission, et ce n’est que lorsqu’ils ne peuvent plus faire autrement qu’ils lâchent un peu de lest (sans jamais s’excuser, au demeurant, des fake news qu’ils véhiculaient depuis le début, ou des informations valides qu’ils ne laissaient pas franchir le filtrage de leurs comités de rédaction).

    Côté Russe, la critique du régime n’est pas complètement interdite. Les médias occidentaux (CNN, BBC, France 24...) n’y étaient pas censurés, et certains médias russes très critiques comme Novaïa Gazeta n’ont pas été interdits (même si effectivement plusieurs de leurs journalistes se sont fait assassiner, sans doute davantage par des milieux mafio-tchétchène que par Poutine lui-même).

    Le Parti Communiste, principal parti d’opposition, est aussi assez virulent contre Poutine, sur certains aspects (corruption, maintien d’inégalités insupportables, poids de l’armée...).

    Mais encore une fois, il s’agit de nuancer (forcement) ce que vous dites, pas de le contester. Je suis d’accord qu’il existe encore en Occident une tradition de pluralité d’opinions et de débats contradictoires, héritée des Grecs, qui n’existe pas forcément dans les autres civilisations (Russie certes, mais pas plus Inde, Chine, Japon...).

    Le seul problème en Occident, c’est que cette pluralité devient de plus en plus virtuelle, et de moins en moins acceptée dans les faits. « Je ne suis pas d’accord avec vous, mais je suis prêt à mourir pour que vous ayez le droit de le dire », prête-t-on à Voltaire ; sauf qu’il faudrait désormais ajouter : "à condition bien sûr que vos propos ne tombent pas sous le coup de la loi / ne contredisent pas l’OMS /

    ne reprennent pas la supposée « propagande » d’untel ou untel / ne soient pas haineux / stigmatisant / amalgamant / offensant pour telle ou telle minorité / ...« Ce qui à la fin ne laisse plus grand chose d’autre que la »pensée officielle".

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité