• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Pépé le Moco

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 275 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Pépé le Moco 2 mai 2014 23:14

    @ l’auteur,

    J’ajouterais à cet article, la citation de Philippe LEOTARD (certainement empruntée), lors d’un passage à 7 sur 7 : « Les Etats-Unis sont passés de la barbarie à la décadence sans connaître la Civilisation ».
    N’assistons pas à la décadence de l’Occident ?



  • Pépé le Moco 2 mai 2014 20:06

    Liens oubliés :

    A la lecture de votre « prose », il apparaît que vous pouvez postuler, dès aujourd’hui, pour être membre de la « République des Idées  », voir même de proposer d’écrire le prochain livre, de cette « éminente » institution.

    (l’article dans son intégralité)



  • Pépé le Moco 2 mai 2014 20:03

    @ l’auteur,

    A la lecture de votre « prose », il apparaît que vous pouvez postuler, dès aujourd’hui, pour être membre de la « République des Idées », voir même de proposer d’écrire le prochain livre, de cette « éminente » institution.

    Néanmoins, j’ai été intéressé par votre point n° 5 : Le conspirationnisme est une crédulité infantile.
    J’ai lu aujourd’hui même, un article Frédéric LORDON, sur le fait que « Les entreprises ne créent pas d’emploi », et ce point est en quelque sorte abordé dans son papier, extrait :

    « Le capital-enfant
    Intensifiée comme jamais par la configuration institutionnelle du néolibéralisme, la capture — la prise d’otages — constitutionnelle au capitalisme a porté le rançonnement de la société entière à des degrés inouïs, mesurables par l’impudence déboutonnée de ses ultimatums. Le capital ne négocie plus avec la société : il extorque. Pourquoi se gênerait-il ? Sous le nom de « mondialisation », la situation structurelle a été aménagée pour maximiser son pouvoir matériel et symbolique, et il est dans la (tauto)logique des choses qu’une puissance à laquelle a été ôtée toute limite ne connaisse plus de limite. C’est pourquoi le capital désormais dicte ses demandes — on prétend que le pacte de responsabilité a été livré à Hollande clé en mains par Gattaz qui s’en défend à peine —, à défaut de quoi, il bloquera tout.
    La compréhension de ce blocage demande alors de sortir de l’abstraction macroscopique du « capital » pour se transporter dans les psychés patronales ordinaires, et y observer in situ moins le cynisme ouvert de l’institution MEDEF que le sentiment du « bon droit » des patrons individuels, sentiment d’une évidente légitimité, ou bien celui d’une véritable offense au moindre refus, et la réaction totalement infantile du « si c’est comme ça... » qui s’en suit invariablement — « si c’est comme ça, je m’en vais », « si c’est comme ça la France n’aura plus mon talent », « si c’est comme ça, je paye mes impôts ailleurs », « si c’est comme ça, mon énergie n’est plus du tout libérée », « si c’est comme ça, je ne peux pas innover », « si c’est comme ça, je n’embaucherai pas ».
    L’hypothèse infantile est décidément la bonne puisque la perte des limites fait invariablement remonter la part de l’enfant-tyran. A l’image de la psychologisation générale de la société, une des tendances les plus profondes du néolibéralisme, le débat politique se trouve donc entraîné dans une effarante régression où ne comptent plus que les conditions du confort psychique de l’enfant-patron. Pierre Gattaz réclame qu’on lui évite toute disposition « stressante ». Mais c’est sans doute Fleur Pellerin qui va le plus loin dans la grammaire du dorlotement en reconnaissant bien volontiers que « le milieu entrepreneurial a encore besoin de preuves d’amour » [9]. Voilà donc où nous en sommes : pour obtenir des patrons qu’ils daignent faire leur travail, la société doit leur témoigner de « l’amour », et surtout veiller à leur éviter toute contrariété. Stade ultime de la prise d’otages, où le preneur d’otages, en plus de la rançon, réclame d’être aimé, l’extorsion matérielle cherchant à se prolonger sous une forme délirante en extorsion affective.
    Et c’est avec ce genre de complexion que la Droite Complexée du président Hollande imagine passer un pacte de responsabilité ! idée folle conduisant inévitablement à se demander lequel des deux « contractants » est le plus irresponsable, le capital-enfant qui ne connaît plus aucun frein et violentera jusqu’au bout la société otage, ou le gouvernement qui persiste, contre toute évidence, à en faire un partenaire « responsable ». Il faut en tout cas avoir au choix la franche bêtise ou, plus probablement, le cynisme retourneur de veste de M. Montebourg pour oser dire que le pacte consiste en « une réconciliation de la nation autour de l’entreprise », en contrepartie de laquelle il est attendu que « l’entreprise secoure la nation » [10]. » (l’article dans son intégralité)

    Si je suis votre analyse, alors le MEDEF et le PS ont les stigmates des complotistes ! Alors, je vous rejoins.
    Mais on a les complotistes que l’on peut, certains engagent le pays et sont aux manettes du pouvoir, d’autres préfèrent se masturber avec ceux qui n’ont pas de pouvoir décisionnel, un peu comme la « République des Idées » qui fâchent. CQFD

    Bonne continuation dans votre névrose.



  • Pépé le Moco 30 avril 2014 20:33

    S’il y a un nouveau Delors, c’est dehors !
    Il y a suffisamment d’ultralibéraux au PS.



  • Pépé le Moco 27 avril 2014 11:28

    @ M. PINSOLLE,

    Le TAFTA est effectivement un pas de plus vers la soumission des peuples à la gabegie néolibérale.

    Mais de grâce, cessez d’utiliser le mot « démocratie », un terme de la LQR, qui ne veut plus rien dire. Seuls les bénis oui-ouistes emploient encore ce mot.
    Le régime politique actuel est une oligarchie depuis que nos pseudos représentants se sont professionnalisés (la politique est devenue un métier ???) dans les écoles de la pensée unique, telles que l’ENA, Science Po et tous les IEP et les écoles de commerce. Le capitaine de pédalos est le triste étendard de cette caste de diplômés dégénérés.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité