• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Petrus

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 19 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Petrus 31 mars 2011 20:39

    @ APO@FIN

    Excellent !

    Croire, c’est obéir.

    Penser, c’est désobéir.

    Nul besoin de penser pour obéir.

    Ne pas penser, c’est croire.



  • Petrus 31 mars 2011 20:25

    @ Serpico

    « En résumé, la laïcité s’impose à l’Etat et non à l’individu : que je porte un voile ou un kilt et dans n’importe quel endroit, la laïcité ne devrait pas me l’interdire. Au contraire ! »


    Pas d’accord du tout du tout du tout : car les religions monotheistes sont par essence hégémonique. Une liberté totale accordée aux signes religieux dégénérerait très vite en revendication agressive la plus visible possible, avec tous les débordements imaginables ; votre « ordre public » se ferait vite submerger.

    L’arme principale des religions, c’est la femme, et les munitions ce sont les enfants ! Le but premier des familles très croyantes chrétiennes est de faire le plus d’enfants possible, petite armée dréssée au goupillon à fin de prosélytisme (voir la multitude de « chantiers » jésuites partout dans le monde auquels tous ces enfants décérébrés participent activement). Idem en Islam, où les enfants sont éduqués au seul respect du coran ; l’islam a compris depuis longtemps l’intérêt évident de la polygamie : quelques générations pacifiques suffisent à désorganiser un état, uniquement par le paraître ! On peut voir aussi ce que la liberté du vêtement et la coiffe en tant que signes religieux peut donner en Israël...

    Imaginez ce qu’il en résulterait ! Déjà, même une obligation de vivre nu serait obsolète au vu de la flopée de croix chrétiennes tatouées ostensiblement partout sur les corps ! On ne peut même plus rêvasser à poil sur une plage sans voir passer une croix tatouée !!! C’est fou !

    La laïcité c’est l’interdiction de tout signe religieux, à commencer par ceux de la religion « historique » ( en France donc le christianisme), pour montrer l’exemple aux autres.

    Marre-marre-marre des religions ! Déjà on ne peut les éviter dès que l’on fourre le nez dans l’histoire des civilisations, de l’art, de la géographie, etc..., nous pourrions au moins être tranquille dans notre vie désormais laïque de tous les jours !



  • Petrus 24 mars 2011 04:16

    Les éoliennes off-shore face à un tsunami ne risquent absolument rien.

    Un tsunami n’est pas une masse d’eau qui se déplace : c’est seulement une onde qui se propage. Un bateau au large ne se rend même pas compte qu’un tsumani lui est passé dessous.

    Une vague ne peut pas voyager à 700km/h c’est impossible. Une onde si.

    C’est seulement lorsque l’onde « accroche » le fond en approchant de la côte que la vague se forme. N’ayant plus la place sous la surface, l’énergie se transforme en amplitude au-dessus de la surface au fur et à mesure que le fond remonte, jusqu’à former un mur d’eau.
     



  • Petrus 24 mars 2011 03:48

    Entièrement d’accord avec vous pour promouvoir et subventionner abondamment l’habitat écologique . Mais justement notre gouvernement vient de couper tous les ponts allant dans ce sens. Une marche arrière consternante !

    Votre lien montre que le photovoltaïque allemand produit l’équivalent d’une dizaine de réacteurs (12,1GW), ce n’est pas si mal étant donné le piètre ensoleillement d’hiver. Evidemment il faut comparer les coûts d’installation, de maintenance, et de désinstallation (3 milliards d’euros pour un seul réacteur nucléaire !) et en y incluant le coût des risques : après Fukushima la note des assureurs risque d’être ... explosive !
    Mais au final, le chiffrage devient un sujet secondaire face à l’apocalypse : il s’agit avant tout de changer de monde, c’est incontournable.

    Si les éoliennes UK représentent une telle berézina, je me demande bien pourquoi un projet de 6400 nouvelles éoliennes est en cours.
    Pour l’instant on considère qu’il faut 1300 éoliennes (x1MW) pour remplacer un réacteur.
    Mais la plus grande éolienne construite fait 5 MW : il en faudrait 250 pour l’équivalent d’un réacteur. (un réacteur non plus ne tourne pas à sa puissance nominale).

    Quant aux « vampires à subventions », c’est un problème politique et non un problème technologique. C’est à régler politiquement. D’ailleurs toute votre rage est essentiellement politique et ne concerne que le traitement politique d’une mutation technologique. Il faudrait évidemment y remédier.

    L’orientation « tout nucléaire » de la France est aussi en soi un désastre politique, car en 40 ans les gouvernements successifs auraient pu promouvoir une recherche énergétique alternative au lieu de foncer tête baissée dans une technologie capable d’éradiquer l’espèce humaine de la planète ... quel en sera le coût final ?



  • Petrus 23 mars 2011 18:40

    << Les essais atomiques,le rejet en mer des déchets,les inévitables dérives de l’emploi à tout va des nouveaux pesticides et intrants dans l’agriculture, les débuts de l’élevage en batterie, avec l’emploi à profusion des antibiotiques,l’introduction dans tous les foyers d’écran CRT, allumés en permanence,les rejets des centrales à charbon le plomb dans l’essence... la liste est longue comme un jour sans fin.
    Paradoxalement c’est la génération qui a vu croître de façon étonnante son espérance de vie.>>

    Désinformation !

    La génération qui a 80 ans et plus actuellement a été élévée dans les années 20/30. L’alimentation de leur enfance n’a pas connu les pesticides, ni les élevages en batterie, ni les abus en tout genre de l’industrie alimentaire que nous connaissons. Cette population était largement plus rurale qu’aujourd’hui. Ils consommaient de nombreuses variétés de céréales et de légumes.
    Tout se passe dans l’enfance et durant la croissance.
    La population née dans les années 70 a bien subi ce que vous décrivez. Elle n’a que 40 ans actuellement. C’est elle la première qui a été nourrie intensivement durant l’enfance aux produits transformés industriels.
    C’est seulement à partir de cette génération et des suivantes qu’il faudra étudier l’impact sur leur santé de notre mode de vie « moderne ».







Palmarès