• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Philippe Antonetti

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 95 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Philippe Antonetti 29 mars 2009 21:54

    @ frédéric lyon et à quelques autres, une seule réponse :
    "Je ne parle pas aux cons, ça les instruit"
    Michel Audiard



  • Philippe Antonetti 28 mars 2009 18:53

    @Léon
    Conneries peut-être, mais votre question montre bien que comme tout le monde, vous n’avez aucune certitude ! Reconnaissez-le ! La faute à qui :

    - Aux enquêteurs d’abord. Leur hâte à enteriner des aveux que la confrontation avec les faits rend si peu crédibles qu’ils emploient les grands moyens pour leur donner un semblant de cohérence : mensonges avérés, production de faux, nombreuses entorses à la déontologie policière. Lisez à ce sujet l’audition de Marion devant la commission sénatoriale, un sommet de mauvaise foi.

    - L’instruction ensuite : ça ne vous dérange pas vous que la juge LeVert, co-rédactrice de l’acte d’accusation, dise à la barre que les tueurs étaient deux et non trois. Scénario conforme d’ailleurs aux témoignages oculaires. Un détail, me direz-vous, mais un détail primordial : la thèse des trois tueurs étant justement l’artifice retenu pour trouver une place à Colonna.

    - Les débats enfin : passons rapidemment sur la dissimulation par le président Wacogne de deux informations, sur la célérité avec laquelle l’épisode Vinolas a été purgé, sur la façon étrange de mener les débats, on connait tout de ce qu’a mangé un témoin qui n’a rien vu, mais on oublie de demander au principal témoin oculaire si elle reconnait l’accusé, la question lui sera posée par un avocat de la défense, passons enfin sur le mépris affiché à l’encontre d’un autre témoin oculaire, un proche du préfet. Passons donc sur tout ça. La question capitale est : à quel moment les conjurés mentent-ils : quand ils accusent ou quand ils dédouanent ? Relisez les comptes-rendus des dépositions de Ferrandi et d’Alessandri et demandez-vous si la cour a essayé d’en savoir un peu plus sur deux éléments capitaux : la présence d’autres conjurés toujours inconnus et la raison profonde de la rancoeur des conjurés envers Colonna. L’ homme honnête que vous êtes surement ne peut pas ne pas s’interroger sur ces faits. Une reconstitution aurait peut-être permis d’éclaircir certains points, elle a été refusée. Refusée à Colonna ou refusée à la recherche de la vérité ?
     Pour finir, le dossier, très volumineux doit être examiné en détail selon le principe de l’oralité des débats. L’argument de Maître Lemaire selon lequel les charges du dossier sont écrasantes ne tient pas debout une seconde ! D’ailleurs, sur le plateau de Canal+, la seule charge qu’il ait mentionné, c’est sa conviction !! 
     Un peu maigre pour emmurer un homme !



  • Philippe Antonetti 28 mars 2009 17:29

    Lu sur Rue89, une confidence de Kross, l’avocat général sur sa conviction de la culpabilité d’Yvan Colonna datée du début janvier. Les débats ne servent donc à rien, le parquet impose sa volonté... Et en plus, lui, le juriste, demande, pendant son réquisitoire, à l’accusé de prouver son innocence ! Lequel de nous en est-il capable, sachant que tout témoignage à décharge sera invalidé ?
    Ou étiez-vous Léon le soir de 06/02/98 ? Avec votre femme ? C’est une menteuse, alors, ou étiez-vous ? Pas à Ajaccio ? Prouvez-le, mais personne ne vous croit ! Léon, vous avez été dénoncé par un certain Léon, il vous connait bien et partage votre gôut pour la délation, pas besoin de le bousculer !



  • Philippe Antonetti 28 mars 2009 14:00

    Visiblement, FG ne s’est pas intéressé aux débats. Les membres du commando ont dédouané nettement Yvan Colonna et donné des débuts d’explication sur le fait qu’ils l’aient impliqué. La recherche de la vérité auraient exigé que la cour approfondisse la question, mais la cour n’a que faire de la vérité.

    Quand un président cache des pièces importantes et qu’un avocat général demande à l’accusé de faire la preuve de son innocence, ou est le droit, ou est la justice ? Et qui veut cacher la vérité ?



  • Philippe Antonetti 27 mars 2009 07:26

    Et christoff cirera les bottes !

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès