• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

quid damned

quid damned

-
"Tout le monde sera d'accord avec moi pour considérer que nul ne peut faire l'unanimité."
-
"Une spirale infernale est un cercle vicieux en décrochage gravissime."
-
"It's hard to explain puns to kleptomaniacs because they always take things literally." (source incertaine)

Tableau de bord

  • Premier article le 18/08/2014
  • Modérateur depuis le 13/06/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 6 904 441
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 313 313 0
1 mois 9 9 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique









Derniers commentaires



  • quid damned quid damned 11 octobre 22:03

    @perlseb
    Bonsoir,

    Je ne sais plus qui avait posté ça ici (sur agovx) mais voilà qui fait écho à votre commentaire :

    Supposons qu’à un moment donné, un certain nombre de gens travaillent à fabriquer des épingles. Ils fabriquent autant d’épingles qu’il en faut dans le monde entier, en travaillant, disons, huit heures par jour.
    Quelqu’un met au point une invention qui permet au même nombre de personnes de faire deux fois plus d’épingles qu’auparavant. Bien, mais le monde n’a pas besoins de deux fois plus d’épingles : les épingles sont déjà si bon marché qu’on n’en achètera guère davantage même si elles coûtent moins cher.

    Dans un monde raisonnable, tous ceux qui sont employés dans cette industrie se mettraient à travailler quatre heures par jour plutôt que huit, et tout irait comme avant.
    Mais dans le monde réel, on craindrait que cela ne démoralise les travailleurs. Les gens continuent donc à travailler huit heures par jour, il y a trop d’épingles, des employeurs font faillite, et la moitié des ouvriers perdent leur emploi.
    Au bout du compte, la somme de loisir est la même dans ce cas-ci que dans l’autre, sauf que la moitié des individus concernés en sont réduits à l’oisiveté totale, tandis que l’autre moitié continue à trop travailler.
    On garantit ainsi que le loisir, par ailleurs inévitable, sera cause de misère pour tout le monde plutôt que d’être une source de bonheur universel.
    Peut-on imaginer plus absurde ?

    Bertrand Russell, « In Praise of idleness »

    (texte original :

    Suppose that, at a given moment, a certain number of people are engaged in the manufacture of pins. They make as many pins as the world needs, working (say) eight hours a day.
    Someone makes an invention by which the same number of men can make twice as many pins : pins are already so cheap that hardly any more will be bought at a lower price.

    In a sensible world, everybody concerned in the manufacturing of pins would take to working four hours instead of eight, and everything else would go on as before.

    But in the actual world this would be thought demoralizing. The men still work eight hours, there are too many pins, some employers go bankrupt, and half the men previously concerned in making pins are thrown out of work.
    There is, in the end, just as much leisure as on the other plan, but half the men are totally idle while half are still overworked.
    In this way, it is insured that the unavoidable leisure shall cause misery all round instead of being a universal source of happiness.

    Can anything more insane be imagined ?
    Bertrand Russell, « In Praise of idleness »)



  • quid damned quid damned 9 octobre 11:27

    @Aimable

    « je suis suffisamment âgé et homme de la terre pour vous dire que les années de véritable sécheresse sont de plus en plus fréquentes , espacées mais plus fréquentes. »

    Vous étiez déjà de ce monde au moyen-âge ?
    Parce que les variations climatiques ne se limitent pas à l’ère « M. Aimable ».

    Le moyen-âge a connu des périodes de chaleurs bien pires que les quelques caniculettes de ces dernières années.

    Les variations du climat n’ont pas attendu l’avènement de l’homo-consumeris-nombrilicus pour avoir lieu.



  • quid damned quid damned 8 octobre 16:08

    @CLOJAC

    Bonjour, excellent article.

    vous écrivez :

    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

    Je ne nie pas un certain réchauffement, limité dans le temps et dans l’espace, je conteste les causes qu’on lui attribue.


    Vous perdez votre temps. On ne cesse d’essayer de lui expliquer la différence, mais il semble qu’elle soit restée coincée dans une posture (comme beaucoup d’autres) ou qu’elle refuse de comprendre cette simple nuance.


  • quid damned quid damned 8 octobre 15:54

    @Aimable
    Les vrais lanceurs d’alertes (ex Assange) vont en taule, les pantins (ex Greta) dans tous les media.



  • quid damned quid damned 8 octobre 15:47

    @Goldored

    La planète va bien. Il n’y aucune pollution...

    Quand l’ordre social et économique est défendu par des con-spirationnistes paranoïdes, il est tranquille.

    Et un de plus qui, le nez dans le guidon du fanatisme giecien, mélange le débat sur l’origine humaine des variations climatiques avec le débat sur les pollutions.

    Le fait que, hélas, notre planète soit désastreusement souillée par toutes les pollutions conséquence d’un consumérisme effréné et irresponsable et un tout autre débat.
    Vous devriez lire les liens des coms plus hauts
    (

    la liste des entreprises qui ont soutenu ce programme dès le départ :

    British Pétroleum (BP) — Royal Deutch ( Shell) — Rockefeller Foundation — et le Département de l’ énergie américain.

    )
    qui montrent justement que le giec est largement soutenu par les entités qui ont tout intérêt à ce que la vente de 4x4 perdure.

    Au lieu de qualifier les personnes qui ne sont pas d’accord avec vous de « con-spirationnistes paranoïdes », vérifiez que vous ne soyez pas frappé de schizophrénie ou en proie à une dissonance cognitive.

Voir tous ses commentaires (20 par page)



365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Pourquoi il ne fallait surtout pas de victimes à Notre Dame




Palmarès