• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

skirlet

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 1741 0
1 mois 0 28 0
5 jours 0 6 0

Derniers commentaires



  • skirlet 12 juillet 16:17

    Oui, c’est vrai pour l’ukrainien : je le connais bien, j’ai lu plein de livres dans cette langue, mais depuis quelques années elle me donne des boutons. Pour voir, j’ai ressorti un livre pour enfants que j’aimais bien quand j’étais ch’tite... Eh non, ça ne passe pas. Le nazionalisme qui monte depuis quelque temps, lié à l’utilisation de l’ukrainien, me révulse trop c’est plus fort que la nostalgie de l’enfance. Pareil pour la broderie : « вишиванка » est devenu pour moi presque un gros mot. Dans quelle région du sud vous habitez, si ce n’est pas un secret ?



  • skirlet 12 juillet 16:08

    @Daruma

    Je m’excuse sauvagement, mais c’est « ни при чём » smiley Faute courante même parmi les natifs, ce qui n’enlève rien au sens de votre commentaire : il se peut que pour certains ce déni est une sorte de défense psychologique. Parce qu’il faut être vraiment galactiquement stupide pour nier une telle évidence...



  • skirlet 11 juillet 16:22

    En tant qu’originaire du Donbass, qui était encore au pays en 1989, j’aurais pu dire plusieurs choses sur « Olga et ses filles », ainsi que sur le style de cet article, mais trop la flemme. Une seule chose : si tu essaies de t’accrocher en France, il faut dire les choses que l’on veut entendre. Mea culpa, j’ai fait presque pareil à une certaine époque. C’est pas très glorieux, mais c’est de la survie. Elle se sentait « Ukrainienne » en habitant à Donetsk ? Ça c’est franchement ridicule.

    Et oui, c’est vrai : il y avait une époque où on fantasmait sur l’Occident, vu que toute l’information nous venait essentiellement des films. On pensait naïvement que « chez eux », c’est comme « chez nous » mais en mieux. Que tout ce qui est bien est préservé, et tout ce qui n’est pas bien est corrigé. C’est évidemment faux, et maintenant que les gens voyagent et même s’installent à l’étranger (provisoirement ou pas), ils peuvent s’en rendre compte d’eux-mêmes. Il y a eu également une ruée des jeunes filles désirant épouser un étranger, voici une chanson de l’époque qui illustre la situation... Beaucoup ont déchanté. Et ne confondons pas les « élites » qui ont fait des investissements à l’étranger quand le pays allait mal et les autres.

    Les discussions franches sont réservées à la cuisine, après plusieurs verres de vodka.

    Parce que le KGB veille ? smiley Sur les forums, il y a des critiques parfois tellement violentes qu’en France leurs « émetteurs » seraient déjà en préventive. Et franchement, si on voit que l’étranger voudrait entendre telle ou telle chose, pourquoi ne pas la lui dire... Ce n’est pas difficile et ça lui fait plaisir. Il ne s’agit même pas de l’hypocrisie mais d’une forme de politesse. Un étranger reste un étranger, et on ne lui parlera jamais comme à un « sien ».

    En ce qui concerne le Donbass, vous dites ne pas y être venu. Tout est dit.



  • skirlet 11 juillet 00:58

    @roman_garev

    L’Occident (en tout cas, ici) a également un peu remarqué que la Russie « n’aime pas » les homosexuels smiley Assez sélectif comme points de concentration.



  • skirlet 11 juillet 00:47

    @Christelle Néant

    Tu as raison : il y avait une époque où les Russes rêvaient de l’Europe et des « States ». Je le confirme, chuis témoin smiley Mas cette époque est révolue depuis un bon moment déjà, et je crois que notre ami Bernard n’actualise pas ses infos ou côtoie cette frange de la population russe qui continue à rêver, en oubliant (ou en occultant) le fait qu’elle est très minoritaire.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité